Les adolescents homosexuels sont plus à risque s’ils n’ont pas de soutien familial

Les adolescents gais, lesbiens et bisexuels sont à risque plus élevé de problèmes de santé mentale, comme la dépression et le suicide, et de maladies transmises sexuellement, y compris le VIH. Jusqu’à récemment, le stigma social et les réactions négatives aux adolescents homosexuels, surtout dans les écoles, ont servi à expliquer ce risque accru.

Cependant, une nouvelle étude a maintenant dégagé un lien entre les réactions négatives de la famille à l’orientation sexuelle de l’enfant et de graves problèmes de santé chez ces adolescents une fois qu’ils atteignent l’âge adulte. L’étude, publiée dans la revue Pediatrics, a révélé que les adolescents qui sont rejetés par leur famille ont presque six fois plus de chances de signaler des niveaux de dépression élevés et plus de huit fois plus de chances de passer au suicide. Ces enfants sont aussi trois fois plus susceptibles d’utiliser des drogues illégales et d’acquérir une infection au VIH. De plus, les familles qui tentent de « convertir » l’orientation sexuelle de leur adolescent augmentent aussi le risque de problèmes de santé et de santé mentale, selon l’étude.

« Les parents ont le droit d’être honnêtes au sujet de leurs sentiments (quand ils apprennent que leur enfant est gai, lesbienne ou bisexuel) », selon Caitlin Ryan, Ph.D., ACSW et auteure principale de l’étude. « Mais ils devraient aussi dire à leurs enfants qu’ils les aiment », et comprendre que « même un peu de soutien aide à réduire le risque qui guette l’enfant et lui donne de l’espoir pour l’avenir ». Mme Ryan est venue à cette conclusion après avoir mené ses recherches en tant que directrice du projet sur l’acceptation familiale au César E. Chévez Institute à la San Francisco State University en Californie.

Pourquoi les familles rejettent l’enfant homosexuel

« Les raisons pour lesquelles les parents se distancent de leur enfant homosexuel diffèrent d’une famille à l’autre », explique Cherie MacLeod, directrice exécutive de Parents and Friends of Lesbians and Gays (PFLAG) Canada, un groupe qui offre du soutien, de l’enseignement et des ressources à toute personne qui a des questions ou des préoccupations sur l’orientation sexuelle ou l’identité sexuelle. « Certains parents se ferment complètement à leur enfant parce qu’ils ne savent pas quoi faire ou quoi dire. Chez certains autres, c’est la colère, un sentiment d’échec personnel ou la perte de confiance, la peur, la culpabilité, l’embarras ou l’incertitude qui causent la fermeture. Les influences religieuses et l’ignorance sont d’autres raisons. »

MacLeod, qui s’avoue être « la mère fière » d’une adolescente bisexuelle, s’est jointe à PFLAG après avoir constaté la douleur causée par le rejet de son cousin quand sa fille a avoué. Le jour où il est décédé des suites d’un cancer, elle a écrit à sa succursale locale et a demandé comment elle pouvait aider.

Différents degrés de rejet

Dans certains cas, les parents demandent à l’enfant de quitter le domicile ou leur retirent du soutien financier. Parfois aussi, le rejet est plus subtil. Les parents continuent de parler à leur enfant, mais imposent des restrictions sur la relation, comme l’interdiction de visites par le partenaire.

Selon MacLeod, si les parents rejettent leur enfant ou imposent des limites à la relation, à mesure que l’enfant grandit, il apprendra à exposer ses parents seulement aux parties de sa vie que ces parents accepteront. Par conséquent, ces parents ne connaisseront jamais leur enfant complètement.

Comment les parents peuvent aider leur enfant à affirmer leur sexualité

Mme Ryan formule les suggestions suivantes aux parents pour aider leur enfant gai, lesbien ou bisexuel :

  • Dites à votre enfant que vous l’aimez. Tous les enfants doivent savoir qu’ils sont aimés d’un amour inconditionnel.
  • Parlez à votre enfant de ses sentiments, de ses craintes et de ses expériences en tant que jeune gai. En permettant à votre enfant d’exprimer librement ses sentiments, vous l’aiderez non seulement à surmonter les stigmas sociaux, mais établirez aussi une relation solide avec lui. Le fait d’avoir des conversations ouvertes vous permettra de discuter de la protection pour les relations sexuelles, une conversation nécessaire sans égard à l’orientation sexuelle de l’enfant.
  • Trouvez un modèle adulte qui donnera une idée à votre enfant des possibilités pour l’avenir. Souvent, les adolescents homosexuels ne voient que des exemples négatifs de personnes homosexuelles dans les médias. Le fait de trouver un mentor gai ou lesbien donnera à votre enfant un sentiment d’espoir et d’ambition, et quelqu’un de qui être fier.
  • Soyez de l’opinion que votre enfant gai, lesbien ou bisexuel peut avoir une belle vie bien remplie. D’une certaine manière, sa vie pourrait être teintée de difficultés additionnelles, mais cela fait partie du travail des parents de préparer leur enfant aux difficultés de la vie. Un parent avec une attitude saine et positive encouragera l’adolescent à adopter une attitude semblable.
  • Accueillez les amis gais, lesbiens ou bisexuels de votre enfant à des événements ou activités familiaux. Cela montrera votre acceptation véritable.
  • Prenez la défense de votre enfant quand d’autres en font une victime de discrimination ou quand ils leur font du tort à cause de leur orientation. Vous êtes le parent, et votre enfant compte sur votre protection.

Gardez votre système de valeurs parentales

« En l’absence d’un véritable modèle, de nombreux adolescents se tournent vers des sites de réseautage, comme Facebook et MSN, » selon MacLeod. « Des enfants élèvent d’autres enfants, ce qui n’est pas sain. »

MacLeod exhorte les parents à reprendre leur rôle. Même si le fait d’accepter l’orientation sexuelle de votre enfant pourrait être difficile, cela ne veut pas dire que vous devez changer vos valeurs parentales. Pour les conserver, vous pouvez vous demander quelles sont vos valeurs et établir des limites. Par exemple, si vous ne permettriez pas à votre fille que son ami couche dans sa chambre, la même règle s’appliquerait même s’il s’agit d’une autre fille.

Au même moment, les parents doivent aussi permettre à leur adolescent homosexuel les mêmes choses que si leur enfant ne l’était pas. Par exemple, si vous permettriez à votre fils de poser une affiche d’une vedette féminine qu’il trouve attirante sur son mur, il devrait être en mesure de faire la même chose si la vedette est de sexe masculin, suggère MacLeod.

Le processus d’affirmation de l’identité sexuelle est souvent complexe et parfois source de confusion pour les adolescents. « Certains pourraient incorporer les drogues, l’alcool ou la promiscuité à leur monde de désespoir pendant qu’ils tentent d’accepter leur propre identité », selon MacLeod.

« Pendant ces périodes difficiles, les parents devraient jouer un rôle actif pour aider leurs enfants à faire les bons choix », déclare MacLeod, « parce que la valeur des parents transcende vraiment l’orientation sexuelle ».

Les préjugés nous mettent tous à risque

« Ce n’est pas seulement une question d’identité sexuelle », rapporte MacLeod. « C’est une question que nous devons examiner en tant que société, parce que les préjugés de toutes sortes entravent notre capacité d’avoir des relations, et la communication réduite qui s’en suit nous met tous à risque. »

5/12/2010

Ryan C, Huebner D, Diaz RM, Sanchez J. Family rejection as a predictor of negative health outcomes in white and Latino lesbian, gay, and bisexual young adults. Pediatrics. 2009;23:346-352.

Eisenberg ME, Resnick MD. Suicidality among gay, lesbian and bisexual youth: the role of protective factors. Journal of Adolescent Health. 2006;39:662-668

Saewyc EM, Homma Y, Skay CL, Bearinger LH, Resnick MD, Reis E. Protective factors in the lives of bisexual adolescents in North America. American Journal of Public Health. 2009 Jan;99:110-117.

Diamond LM. Female bisexuality from adolescence to adulthood: results from a 10-year longitudinal study. Developmental Psychology. 2008;44(1):5-14.






www.aboutkidshealth.ca