print article
For optimal print results, please use Internet Explorer, Chrome or Safari.

Diagnostic des troubles du cerveau et de comportement

Prématuré dans une isolette avec une main attentionnée sur la tête
Pendant que le cerveau du fœtus développe ces habiletés, il prépare aussi physiquement ses défenses contre les blessures et le monde extérieur en général. Tout comme pour les adultes, le crâne du bébé est constitué de plusieurs plaques osseuses. Toutefois, à la naissance, ces plaques osseuses ne se sont pas soudées ensemble. La tête peut alors se mouler légèrement, ce qui facilite l’accouchement. Dans les mois suivant la naissance, les plaques du crâne se fixent et se soudent ensemble, créant une coquille rigide qui protège le cerveau. Avant que ces plaques se soudent ensemble, le cerveau du bébé est à son état le plus vulnérable.

En plus d’être inséré dans le crâne, le cerveau est aussi entouré de liquide céphalorachidien ou LCR. Ce liquide se trouve autour du cerveau et de l’épine dorsale, ainsi que dans des cavités loin dans le cerveau, appelé ventricules. Ce système de LCR fonctionne pour nourrir le cerveau, mais aussi pour servir d’amortisseurs pour protéger le cerveau contre des chocs. Les ventricules sont eux-mêmes entourés de tissus nerveux et de vaisseaux sanguins qui amènent l’oxygène au cerveau. Chez un bébé prématuré, ces vaisseaux sanguins sont minces et faibles, et sont vulnérables.

Diagnostic des lésions et dommages au cerveau

Bien que cela soit rare, le cerveau du bébé peut subir des lésions pendant la grossesse, pendant le travail, immédiatement après la naissance, et au cours des premières semaines de la vie. En général, les lésions au cerveau se produisent :

  • quand le cerveau ne reçoit pas suffisamment d’oxygène ou de glucose;
  • lorsque les vaisseaux sanguins dans le cerveau se rompent, causant un saignement;
  • rarement, lorsque le cerveau est cogné ou reçoit un coup.

Poser un diagnostic de lésions au cerveau peut être complexe. Puisque le cerveau est en grande partie le centre de contrôle du reste du corps, des lésions au cerveau peuvent occasionner des symptômes dans d’autres parties du corps. Cependant, il arrive que des lésions au cerveau soient silencieuses, sans signes apparents. De plus, bien qu’un diagnostic immédiat de lésions au cerveau soit possible, un pronostic à plus long terme peut ne pas l’être. Par exemple, si un bébé a subi une lésion au cerveau occasionnée par un saignement, le symptôme du saignement peut être diagnostiqué et traité rapidement. Cependant, si le saignement a occasionné un dommage irréversible au cerveau, les symptômes et les signes d’une incapacité à long terme, comme la paralysie cérébrale, peuvent ne pas être apparents pour un bon moment.

Les lésions au cerveau peuvent être grandes ou petites. Cependant, c’est souvent l’emplacement de la lésion qui détermine la gravité de ses effets, tout particulièrement à plus long terme. Les fonctions du cerveau peuvent être très malléables, et il arrive qu’une grosse lésion puisse être surmontée à l’aide de nouvelles liaisons établies par le cerveau pour émettre et recevoir des commandes. Dans d’autres cas, le cerveau ne pourra pas surmonter des lésions plus petites, et des dommages durables s’ensuivront. Diagnostiquer et prédire les résultats de ces effets à long terme peut être difficile, voire impossible, dans les premiers jours de la vie d’un bébé prématuré.

Les technologies d’imageries comme l’échographie transfontanelle et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) seront utilisées pour établir un diagnostic définitif d’une lésion au cerveau. Les échographies transfontanelles sont routinières dans la première semaine d’un bébé prématuré. Si on soupçonne un trouble au niveau du cerveau, ces examens diagnostiques par imagerie seront répétés au besoin. Selon la nature et la gravité des lésions, une simple inspection visuelle de la tête peut donner une idée du problème. Par exemple, si un bébé prématuré a un saignement dans le cerveau, sa tête peut être visiblement enflée.

Bien que certaines lésions du cerveau peuvent n’avoir aucun symptôme au départ, le bébé peut développer des convulsions au fil du temps, il peut avoir un comportement anormal, ou il peut ne pas réagir aux stimulations d’une manière normale.

Pour de plus amples renseignements

Hilary Whyte, MSc, MB, BCh, BAO, MRCPI, FRCPC

10/31/2009







www.aboutkidshealth.ca