AboutKidsHealth

 

 

Side effects of chemotherapy for brain tumoursSSide effects of chemotherapy for brain tumoursSide effects of chemotherapy for brain tumoursEnglishNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZUte Bartels, MD7.0000000000000066.00000000000002664.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>An in-depth description of the potential side effects of chemotherapy for children suffering from brain tumours.</p><p>Some medicines have unwanted effects on the body. These are called side effects. The side effects from chemotherapy drugs depend on the type of drugs, the dose of drug, and your child’s reaction. Some children may not have any side effects. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>Your child may start to experience several side effects within 30 minutes to a day of having chemotherapy, followed by more side effects within two or three weeks.</li> <li>Your child's doctor can prescribe medication to help alleviate side effects.</li> <li>Major side effects include anemia, nausea, vomiting, hair loss, digestive and feeding problems, and infections.</li></ul>
Effets indésirables de la chimiothérapie pour tumeurs cérébralesEEffets indésirables de la chimiothérapie pour tumeurs cérébralesSide effects of chemotherapy for brain tumoursFrenchNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZUte Bartels, MD7.0000000000000066.00000000000002664.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Description approfondie des possibles effets indésirables de la chimiothérapie pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales.</p><p>Certains médicaments ont ce que l'on appelle des effets indésirables sur le corps. Les effets indésirables des médicaments chimiothérapeutiques dépendent du type de médicament, de la dose et de la réaction de votre enfant. Certains enfants pourraient n'avoir aucun effet indésirable. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Votre enfant pourrait commencer à ressentir plusieurs effets indésirables de 30 minutes à une journée après avoir reçu sa chimiothérapie, suivis par d’autres effets indésirables de deux à trois semaines plus tard.</li> <li>Le médecin de votre enfant peut prescrire des médicaments afin d’aider à soulager les effets indésirables.</li> <li>Les principaux effets indésirables comprennent de l’anémie, des nausées, des vomissements, la perte des cheveux, des troubles digestifs et d’alimentation et des infections.</li></ul>

 

 

Effets indésirables de la chimiothérapie pour tumeurs cérébrales1379.00000000000Effets indésirables de la chimiothérapie pour tumeurs cérébralesSide effects of chemotherapy for brain tumoursEFrenchNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZUte Bartels, MD7.0000000000000066.00000000000002664.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Description approfondie des possibles effets indésirables de la chimiothérapie pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales.</p><p>Certains médicaments ont ce que l'on appelle des effets indésirables sur le corps. Les effets indésirables des médicaments chimiothérapeutiques dépendent du type de médicament, de la dose et de la réaction de votre enfant. Certains enfants pourraient n'avoir aucun effet indésirable. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Votre enfant pourrait commencer à ressentir plusieurs effets indésirables de 30 minutes à une journée après avoir reçu sa chimiothérapie, suivis par d’autres effets indésirables de deux à trois semaines plus tard.</li> <li>Le médecin de votre enfant peut prescrire des médicaments afin d’aider à soulager les effets indésirables.</li> <li>Les principaux effets indésirables comprennent de l’anémie, des nausées, des vomissements, la perte des cheveux, des troubles digestifs et d’alimentation et des infections.</li></ul><h2>De 30 minutes à une journée</h2><ul><li>Nausée ou vomissements </li><li>Réaction allergique</li></ul><h2>De deux à trois semaines</h2><ul><li>Fatigue </li><li>Infection </li><li>Faible numération globulaire (myélosuppression) : Il existe trois principaux types de cellules sanguines. Les trois types peuvent être affectés. </li><li>Faible numération des globules blancs (neutropénie) </li><li>Faible numération des plaquettes (thrombocytopénie)</li><li>Faible numération des globules rouges (anémie) </li><li>Perte de l’appétit</li><li>Mal de bouche ou de gorge</li><li>Diarrhée</li><li>Constipation </li><li>Changements du sens du goût</li><li>Douleur et dommages aux extrémités des nerfs des mains, des pieds ou de la mâchoire (neuropathie) </li><li>Perte auditive</li><li>Perte de cheveux</li><li>Changements d’humeur et de comportement</li></ul><h2>Que faire pour atténuer les effets indésirables de la chimiothérapie?</h2><p>Le médecin pourrait prescrire plusieurs médicaments afin d’atténuer ou de prévenir les effets indésirables de la chimiothérapie. Certains de ces médicaments sont utilisés seulement pour la chimiothérapie. Vous pouvez aussi rendre votre enfant plus à l’aise en appliquant certaines des suggestions suivantes, qui sont énumérées en ordre alphabétique. </p><h2>Anémie</h2><p>Si la chimiothérapie fait baisser le nombre de globules rouges dans le sang de votre enfant, elle peut faire baisser la numération de l’hémoglobine. Il peut en résulter une anémie. </p><h3>Qu’une-ce qu’une numération de l’hémoglobine normale?</h3><p>Normalement, la numération de l’hémoglobine de votre enfant devrait se situer entre 110 et 140.</p><h3>Qu’arrive-t-il si l’hémoglobine de votre enfant baisse trop?</h3><p>Si votre enfant a une numération de l’hémoglobine inférieure à 70 ou s’il présente des signes d’anémie, il pourrait avoir besoin de recevoir une transfusion de globules rouges. </p><h3>Comment puis-je savoir si mon enfant est anémique?</h3><p>Si votre enfant est anémique, il pourrait présenter les signes suivants :</p><ul><li>pâleur de la peau;</li><li>absence d’énergie;</li><li>faible appétit;</li><li>essoufflement.</li></ul><h3>Ce que vous pouvez faire pour aider votre enfant à composer avec l’anémie</h3><p>Les idées suivantes pourraient aider votre enfant :</p><ul><li>laissez-lui amplement le temps de se reposer – des siestes prises pendant la journée peuvent aider;</li><li>limitez ses activités – il pourrait être trop fatigué pour prendre part à des activités normales;</li><li>offrez-lui une diète bien équilibrée; </li><li>quand il est assis, dites-lui de se lever lentement. Quand il est couché, demandez-lui de s’asseoir avant de se lever. Ce faisant, il sera moins étourdi.</li></ul><h3>Qu’est-ce qu’une transfusion?</h3><p>Une transfusion s’entend de l’obtention d’une partie du sang, comme des globules rouges ou des plaquettes, donnée par une autre personne. Ces types de transfusions se nomment une transfusion de globules rouges ou une transfusion de plaquettes. </p><h2>Constipation</h2><p>Des médicaments chimiothérapeutiques, des analgésiques et d’autres médicaments peuvent causer de la constipation. Si votre enfant n’a pas eu de selles depuis plus de deux ou trois jours, appelez votre médecin. Il vous indiquera si votre enfant a besoin de prendre des médicaments, comme du lactulose. Ce médicament est un laxatif ramollissant les selles, qui facilite les selles. Ne donnez pas de laxatif à votre enfant à mois que le médecin vous ait demandé de le faire. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Servez beaucoup de liquides comme de l’eau, du thé, de jus de fruits dilués ou du jus de prunes</li><li>Assurez-vous que votre enfant participe à des activités physiques chaque jour</li></ul><h2>Diarrhée</h2><p>Les médicaments chimiothérapeutiques peuvent causer des selles liquides ou molles (diarrhée). Dans les cas graves, le médecin pourrait prescrire un médicament afin de traiter la diarrhée. Si votre enfant a eu une diarrhée très grave, le médecin ou l’infirmière pourrait suggérer une thérapie de réhydratation par voie orale afin de remplacer l’eau et les électrolytes importants perdus. Il s’agit habituellement d’une boisson qui contient du sodium, du potassium, du chlorure et des sucres. Ne donnez pas à votre enfant de médicaments contre la diarrhée sans en parler d’abord à votre médecin. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Offrez amplement à boire tout au long de la journée. Donnez le l’eau, du bouillon clair, du soda gingembre ou des boissons sportives comme du Gatorade ou une thérapie de réhydratation par voie orale. </li><li>Servez de petites quantités de nourriture tout au long de la journée, plutôt que trois gros repas.</li><li>Servez des fruits comme des bananes.</li><li>Évitez les aliments sucrés, frits, gras ou épicés.</li><li>Votre médecin pourrait recommander une diète sans lactose pour votre enfant pendant qu’il a la diarrhée. Le lactose est un sucre qui se trouve dans le lait et les produits laitiers. </li><li>Il faut continuer d’allaiter les nourrissons.</li></ul><h2>Troubles alimentaires ou de l’appétit</h2><h3>Changements du sens du goût</h3><p>Dans certains cas, la chimiothérapie ou la radiothérapie peut causer un changement du sens du goût. Les aliments pourraient avoir un goût amer ou métallique. Ils pourraient ne pas avoir autant de goût qu’avant. Vous enfant pourrait préférer manger des aliments épicés qu’il ne mange pas habituellement pendant le traitement, mais il reviendra à la normale à la fin du traitement. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Essayez des nouveaux aliments ou de nouvelles recettes.</li><li>Augmentez la saveur des aliments. Utilisez des assaisonnements comme le basilic, la menthe, le jus de citron, les sauces sucrées, les cornichons ou le ketchup, entre autres. Augmentez la saveur de la viande en la faisant mariner dans du jus de fruits sucré ou de la sauce de soja. </li><li>Cessez de servir les aliments qui posent problème.</li></ul><h3>Perte de l’appétit</h3><p>La perte de l’appétit ou le faible appétit est un problème courant avec le cancer et son traitement. Les conseils qui suivent peuvent aider à rendre les repas plus calmes afin que votre enfant ait le goût de manger. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Offrez trois petits repas et deux ou trois petites collations nutritives par jour.</li><li>Gardez des collations à teneur élevée en protéines et en énergie disponibles dans le réfrigérateur.</li><li>Rendez les repas amusants : server des aliments avec des couleurs et des formes variées, utilisez des garnitures, servez les aliments préférés plus souvent, utilisez des accessoires de table colorés, faites un pique-nique ou invitez un ou une amie de votre enfant à prendre un repas ou une collation. </li><li>Assurez-vous que votre enfant prend régulièrement ses médicaments anti-nausée s’il ressent de la nausée.</li><li>Assurez-vous que votre enfant a des selles régulières.</li><li>Ne contrariez pas votre enfant, ne le taquinez pas et ne le punissez pas. Le fait de le forcer à manger n’aidera pas s’il refuse de manger.</li></ul><h2>Perte de cheveux</h2><p>La perte de cheveux est un effet indésirable courant de certains médicaments chimiothérapeutiques. Votre médecin peut vous indiquer si la perte de cheveux pourrait survenir avec les médicaments administrés à votre enfant. La perte de cheveux et de poils peut se produire dans toutes les parties du corps. Les cheveux ou les poils peuvent tomber graduellement ou en grappes, mais ils repousseront. Parfois, leur couleur ou leur texture peut être différente. </p><p>Les racines des cheveux sont aussi sensibles au rayonnement. Les cheveux ou les poils de la région du traitement pourraient tomber. Dans la plupart des cas, ils repousseront en deux ou trois mois. Les doses de rayonnement élevées peuvent toutefois causer une perte de cheveux permanente. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Votre enfant souhaitera peut-être porter une perruque. Vous pourriez être en mesure d’acheter ou d’emprunter une perruque. Si vous recevez une ordonnance, votre assurance maladie pourrait couvrir une partie ou la totalité des coûts. </li><li>Si votre enfant ne souhaite pas porter une perruque, il peut choisir plusieurs chapeaux ou foulards avant de commencer à perdre ses cheveux. Il pourrait commencer à les porter avant de perdre ses cheveux pour devenir à l’aise avec eux. </li><li>Utilisez un shampooing doux et des brosses à cheveux douces.</li><li>Utilisez un écran solaire, un parasol, un chapeau ou un foulard pour protéger son cuir chevelu du soleil s’il a perdu des cheveux.</li></ul><h2>Perte auditive</h2><p>La chimiothérapie peut affecter l’audition. Certains médicaments chimiothérapeutiques, comme le cisplatine ou, dans une moindre mesure, le carboplatine, peuvent endommager les cellules de l’audition. Un spécialiste qui porte le titre d’audiologiste surveillera l’audition de votre enfant pendant le traitement. On diminuera les doses de médicaments en cas de perte auditive pour préserver l’audition. </p><p>Les nourrissons traités au cisplatine risquent de perdre leur capacité d’entendre les sons à hautes fréquences. Par exemple, les sons de hautes fréquences comprennent les lettres « s » et « f ». Si des enfants ont de la difficulté à entendre ces sons, ils pourraient avoir de la difficulté à apprendre à les prononcer. Certains de ces sons sont importants pour le développement du langage. Par exemple, on utilise le son « s » pour former les verbes pronominaux, comme « se laver » ou « s’habiller ». On l’utilise aussi pour les adjectifs possessifs et démonstratifs, comme dans « ces voitures » et « ses robes ». La thérapie avec une orthophoniste est un moyen efficace d’aider les enfants à surmonter ces problèmes. </p><h2>Exposition aux maladies infectieuses</h2><p>Il est important de savoir que votre enfant doit rester à l’écart des personnes atteintes d’une maladie infectieuse, comme la rougeole, la varicelle, le zona ou les oreillons. Si votre enfant se trouve à proximité d’une personne atteinte d’une de ces maladies, appelez immédiatement votre infirmière ou votre médecin. Si votre enfant est atteint de la varicelle ou de la rougeole, communiquez immédiatement avec votre infirmière. Votre enfant pourrait devoir être hospitalisé et recevoir des médicaments antiviraux. N’amenez pas votre enfant à la clinique sans appeler d’abord votre infirmière clinique. Il faudra isoler votre enfant des autres dans la clinique ou le service d’urgence.</p><h2>Infections de cathéters centraux</h2><p>Les cathéters centraux sont de minces sondes insérées dans une grosse veine menant au cœur. On s'en sert pour administrer des médicaments chimiothérapeutiques, des antibiotiques, d'autres médicaments, des liquides et des nutriments à votre enfant par intraveineuse. L'infection est l'une des complications fréquentes en ce qui concerne les cathéters centraux. Les principaux symptômes d'infection bactérienne sont la fièvre, avec ou sans frissons, et le gonflement de la peau à l'endroit où le cathéter central entre dans la veine. On peut diagnostiquer l'infection bactérienne avec une analyse sanguine, bien qu'il soit parfois difficile de déterminer avec exactitude si l'infection est attribuable au cathéter central. </p><p>On traite les infections bactériennes des cathéters centraux avec des antibiotiques. On choisit les antibiotiques selon l'état de l'enfant et la bactérie dont on croit qu'il s'agit. On administre habituellement les antibiotiques par intraveineuse au début jusqu'à ce que l'enfant se stabilise. On peut ensuite passer à un agent oral. Le médecin de votre enfant déterminera pendant combien de temps votre enfant devra recevoir des antibiotiques, selon la gravité de l'infection. Dans certains cas, et avec certains types de bactéries, il pourrait falloir retirer le cathéter central. Dès que l'infection est guérie, on peut réinsérer le cathéter central.</p><h2>Nausée ou vomissements</h2><p>Si votre enfant se sent malade ou vomit, le médecin pourrait prescrire des médicaments contre la nausée (antiémétique). <a href="/article?contentid=205&language=French">L’ondasétron</a> est un exemple de médicament anti-nausée ou antiémétique. Parfois, votre enfant pourrait avoir besoin de plus d’un type de médicament anti-nausée. Vous apprendrez à savoir comment votre enfant réagit à chaque type de chimiothérapie. Si votre enfant a beaucoup vomi, le médecin ou l’infirmière pourrait suggérer une thérapie de réhydratation par voie orale afin de remplacer l’eau et les électrolytes importants perdus. Il s’agit d’une boisson qui contient du sodium, du potassium, du chlorure et des sucres. </p><h3>Que pouvez-vous faire?</h3><ul><li>Si votre enfant a vomi, rincez sa bouche avec de l’eau. Pour les jeunes enfants, nettoyez l’intérieur de la bouche avec un linge humide. Donnez souvent à votre enfant de petites gorgées d’eau. </li><li>Donnez régulièrement des médicaments anti-nausée à votre enfant.</li><li>Donnez à votre enfant de petits repas tout au long de la journée.</li><li>Servez des aliments secs non irritants comme des craquelins, des rôties, du yogourt, des bretzels, du gruau et des fruits et légumes mous ou passés au mélangeur. Les sucettes glacées ou les morceaux de glace peuvent aider à atténuer les nausées. </li><li>Évitez les aliments sucrés, frits ou gras.</li><li>Essayez de donner à votre enfant de l’eau, du jus de fruits sans sucre ou du soda gingembre dégazéifié entre les repas. Dites à votre enfant de boire lentement.</li><li>Si votre enfant a de la difficulté à boire, encouragez-le à prendre des morceaux de glace ou des sucettes glacées.</li><li>Certains aliments, comme la viande et la volaille, pourraient être mieux acceptés s’ils sont servis froids ou à la température de la pièce. </li><li>Si la chimiothérapie provoque des nausées, ne servez pas d’aliments pendant quelques heures avant de l’administrer.</li><li>Quand votre enfant peut garder des liquides clairs, revenez graduellement à une diète normale.</li><li>Aérez bien la cuisine ou la salle à manger afin d’éliminer les mauvaises odeurs.</li></ul><h2>Neuropathie (douleur nerveuse)</h2><p>Certains médicaments chimiothérapeutiques peuvent endommager les nerfs. Votre enfant pourrait ressentir un picotement, un engourdissement, une faiblesse ou de la douleur dans ses mains ou ses pieds. Ces symptômes se manifestent parfois après le traitement. Dans la plupart des cas, les symptômes disparaîtront avec le temps. Ils peuvent s’échelonner sur une année. Il faudra peut-être réduire la dose de chimiothérapie en cas de neuropathie. </p><h3>Quels sont les symptômes de la neuropathie?</h3><p>Si votre enfant présente l’un de ces signes, vous devriez en parler à l’équipe de traitement.</p><ul><li>Picotement</li><li>Brûlement</li><li>Faiblesse ou engourdissement des mains ou des pieds</li><li>Difficulté à marcher</li><li>Muscles faibles, fatigués ou douloureux</li><li>Maladresse</li><li>Difficulté à ramasser des objets et à boutonner des vêtements</li><li>Tremblement</li></ul><h2>Neutropénie</h2><p>La chimiothérapie fait baisser la numération leucocytaire de votre enfant. Les globules blancs protègent votre enfant contre les infections. Ils trouvent et détruisent les germes appelés bactéries dans le sang de votre enfant. Il existe de nombreux types de globules blancs. Ceux dont vous entendrez le plus parler sont les neutrophiles. Le nombre de neutrophiles dans le sang de votre enfant se nomme la numération des neutrophiles polynucléaires. </p><p>Dans certains protocoles de chimiothérapie, on donne un médicament appelé facteur de stimulation des granulocytes (G-CSF) afin de stimuler la production de globules blancs. </p><h3>Que sont des numérations leucocytaires et polynucléaires (neutrophiles) normales?</h3><p>Normalement, la numération leucocytaire totale de votre enfant devrait se situer entre 5 et 12. La numération des neutrophiles polynucléaires devrait se situer entre 1,5 et 8,5. Habituellement, une numération des neutrophiles polynucléaires de plus de 1,0 convient si votre enfant reçoit de la chimiothérapie. </p><h3>Qu'arrive-t-il si votre enfant présente une neutropénie?</h3><p>Si votre enfant présente une neutropénie, sa numération leucocytaire est inférieure à 1,0 et la numération des neutrophiles polynucléaires est égale ou inférieure à 0,5. C’est donc dire que le corps de votre enfant ne pourra pas lutter contre les infections aussi bien qu’à l’habitude. </p><h3>Quels sont les signes d’une infection?</h3><p>Votre enfant pourrait présenter les signes d’infection suivants :</p><ul><li>fièvre et frissons;</li><li>mal de gorge;</li><li>maux de bouche;</li><li>toux;</li><li>douleur en urinant;</li><li>selles molles ou liquides (diarrhée).</li></ul><p>Votre enfant pourrait avoir une infection si vous observez un de ces signes. Appelez l’équipe de traitement.</p><h3>Qu’arrive-t-il si votre enfant a une infection?</h3><p>Si votre enfant a une infection, il pourrait faire de la fièvre. Votre enfant devra aller à l’hôpital dès que possible dans les cas suivants :</p><ul><li>sa fièvre est de 37,8 °C ou 100,0 °F, prise sous le bras;</li><li>sa fièvre est de 38,5 °C ou 101,3 °F, prise dans la bouche.</li></ul><p>Si votre enfant présente une fièvre et une numération des neutrophiles polynucléaires inférieure à 0,5, votre enfant devra prendre des antibiotiques, qui sont des médicaments contre les infections. Au début, on administrera les antibiotiques par intraveineuse. </p><p>Votre enfant devra séjourner à l’hôpital pendant au moins deux jours, ou 48 heures, jusqu’à ce que les résultats de l’hémoculture soient disponibles. Il pourrait devoir rester à l’hôpital pendant aussi longtemps que sept à dix jours afin de recevoir des antibiotiques. </p><h3>Que peut-on faire pour aider à prévenir les infections si votre enfant présente une neutropénie?</h3><p>La plupart des infections sont causées par un déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries dans le corps de votre enfant. C’est pourquoi on ne peut pas prévenir la plupart des infections. Vous pouvez toutefois faire certaines choses pour aider à réduire les risques : </p><ul><li>lavez ses mains bien et souvent;</li><li>restez à l’écart des grandes foules;</li><li>n’obtenez pas certaines immunisations, comme des vaccins contre la pneumonie, sans vérification préalable auprès du médecin;</li><li>évitez de manger des viandes crues, y compris le poisson, les fruits de mer ou les œufs.</li></ul><h2>Mucosite (maux de bouche)</h2><p>Si votre enfant a une faible numération leucocytaire, il pourrait développer des maux de bouche. Pour aider à les prévenir, essayez ce qui suit :</p><ul><li>assurez-vous que votre enfant rince souvent sa bouche avec de l’eau afin d’aider à déloger les aliments;</li><li>assurez-vous que votre enfant brosse ses dents après chaque repas. Utilisez une brosse à dents à poils doux, de la ouate humide ou un linge mouillé;</li><li>visitez régulièrement le dentiste, et chaque fois que des problèmes surviennent.</li></ul><p>Si votre enfant a des maux de bouche, l’équipe de traitement lui prescrira un bain de bouche spécial. Votre enfant pourrait avoir besoin d’analgésiques.</p><h2>Thrombocytopénie</h2><p>La chimiothérapie peut faire baisser la numération plaquettaire de votre enfant. La thrombocytopénie est un trouble qui peut se manifester quand il se trouve un nombre anormalement bas de thrombocytes (plaquettes) dans le sang. Si cette numération baisse, votre enfant pourrait avoir des plaies et saigner. </p><h3>Qu’est-ce qu’une numération plaquettaire normale?</h3><p>La numération plaquettaire de votre enfant devrait se situer 150 et 450.</p><h3>Qu’arrive-t-il si la numération plaquettaire de votre enfant est basse?</h3><p>Si la numération plaquettaire de votre enfant est inférieure à 20, si votre enfant présente des saignements ou s’il a beaucoup de plaies, il pourrait avoir besoin d’une transfusion de plaquettes. Votre enfant pourrait avoir des saignements de nez. </p><h3>Quels sont les signes de la thrombocytopénie?</h3><ul><li>Plaies inattendues</li><li>Petits points rouges sous la peau</li><li>Urine rougeâtre ou rosâtre</li><li>Selles noires ou rouge sang</li><li>Céphalées ou changement de la vision </li></ul><h3>Que pouvez-vous faire si votre enfant saigne du nez?</h3><p>Demandez à votre enfant de s’asseoir droit, de se pencher vers l’avant et de cracher le sang. Gardez une cuvette à proximité afin qu’il puisse cracher le sang qui descend dans sa gorge. Le sang avalé irrite l’estomac. Ne soyez pas surpris s’il est vomi. Assurez-vous que votre enfant continue de se pencher vers l’avant et utilisez un mouchoir si vous souhaitez retirer le sang, mais ne pincez pas son nez. Si le saignement n’arrête pas, communiquez avec l’équipe de traitement. </p><h3>Comment pouvez-vous empêcher les saignements de votre enfant si sa numération plaquettaire est faible?</h3><p>Pour prévenir le saignement d’un enfant, ce dernier devrait faire ce qui suit :</p><ul><li>utiliser une brosse à dents à poils doux afin que ses gencives ne saignent pas;</li><li>boire beaucoup de liquides et manger des aliments qui contiennent beaucoup de fibres, comme des fruits et des légumes frais et des fèves. Il pourra ainsi avoir des selles régulières et molles sans saigner; </li><li>ne pas prendre d’aspirine ou d’autres médicament et produits naturels dont l’étiquette comporte les mots <a href="/article?contentid=77&language=French">salicylate ou acide acétylsalicylique (AAS)</a>. Si vous n’êtes pas certain, demandez à votre pharmacien des médicaments sans salicylate;</li><li>éviter les activités qui pourraient le faire tomber et causer un saignement. Par exemple, votre enfant ne devrait pas pratiquer de sports de contact comme le hockey ou le football. Il ne doit pas faire de vélo ou de planche à roulettes jusqu’à ce que ses numérations soient revenues à la normale.</li></ul>Effets indésirables de la chimiothérapie pour tumeurs cérébrales

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.