AboutKidsHealth

 

 

Clinical trials for brain tumoursCClinical trials for brain tumoursClinical trials for brain tumoursEnglishNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC8.0000000000000059.00000000000001178.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>An in-depth description of clinical trials for children with brain tumors. Answers provided by Canadian Paediatric Hospitals.</p><h2>What is a clinical trial?</h2> <p>A clinical trial is a research study or scientific experiment that examines the use of drugs or other therapies in treatment. It asks a specific question to try and find better ways of preventing, diagnosing, and treating brain tumours in children. For example, clinical trials could study new schedules of radiation therapy, new chemotherapy drugs, new combinations of known drugs, or new combinations of drugs and radiation. </p> <p>There are four different phases of clinical trials. The most “experimental” stage is Phase I. By the time a treatment reaches a phase III clinical trial, it has been studied well. When a phase III trial is conducted under an organizing group of experts, such as the Children’s Oncology Group, it may also be called a protocol. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>There are four phases of a clinical that test toxicity, effectiveness, and how well the drugs work compared to existing drugs</li> <li>Research is important for improving the success of treatments.</li> <li>There are many questions you should ask before allowing your child to participate in a clinical trial.</li></ul>
Essais cliniques et les tumeurs cérébralesEEssais cliniques et les tumeurs cérébralesClinical trials for brain tumoursFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC8.0000000000000059.00000000000001178.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Description approfondie des essais cliniques pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales. Réponses des hôpitaux pédiatriques canadiens.</p><p>Un essai clinique est une étude de recherche ou une expérience scientifique qui vise à examiner l’utilisation de médicaments ou d’autres thérapies pendant le traitement. On y pose une question précise afin de tenter de découvrir de meilleures façons de prévenir, de diagnostiquer et de traiter les tumeurs cérébrales chez les enfants. Par exemple, dans le cadre d’essais cliniques, on pourrait étudier de nouveaux calendriers de radiothérapie, de nouveaux médicaments chimiothérapeutiques, de nouvelles combinaisons de médicaments connus ou de nouvelles combinaisons de médicaments et de radiothérapie. </p> <p>Il existe quatre phases différentes d’essais cliniques. La phase la plus « expérimentale » est la phase I. Avant qu’un traitement atteigne l’essai clinique de phase III, il faut bien l’étudier. Quand on mène un essai de la phase III organisé par un groupe d'experts, comme le Children’s Oncology Group, on pourrait aussi l’appeler un protocole. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Un essai clinique comprend quatre phases qui évaluent la toxicité, l’efficacité et à quel point le médicament fonctionne bien en comparaison à des médicaments existants.</li> <li>La recherche est importante afin d’améliorer le succès des traitements.</li> <li>Vous devriez vous poser plusieurs questions avant de laisser votre enfant participer à un essai clinique.</li></ul>

 

 

Essais cliniques et les tumeurs cérébrales1386.00000000000Essais cliniques et les tumeurs cérébralesClinical trials for brain tumoursEFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC8.0000000000000059.00000000000001178.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Description approfondie des essais cliniques pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales. Réponses des hôpitaux pédiatriques canadiens.</p><p>Un essai clinique est une étude de recherche ou une expérience scientifique qui vise à examiner l’utilisation de médicaments ou d’autres thérapies pendant le traitement. On y pose une question précise afin de tenter de découvrir de meilleures façons de prévenir, de diagnostiquer et de traiter les tumeurs cérébrales chez les enfants. Par exemple, dans le cadre d’essais cliniques, on pourrait étudier de nouveaux calendriers de radiothérapie, de nouveaux médicaments chimiothérapeutiques, de nouvelles combinaisons de médicaments connus ou de nouvelles combinaisons de médicaments et de radiothérapie. </p> <p>Il existe quatre phases différentes d’essais cliniques. La phase la plus « expérimentale » est la phase I. Avant qu’un traitement atteigne l’essai clinique de phase III, il faut bien l’étudier. Quand on mène un essai de la phase III organisé par un groupe d'experts, comme le Children’s Oncology Group, on pourrait aussi l’appeler un protocole. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Un essai clinique comprend quatre phases qui évaluent la toxicité, l’efficacité et à quel point le médicament fonctionne bien en comparaison à des médicaments existants.</li> <li>La recherche est importante afin d’améliorer le succès des traitements.</li> <li>Vous devriez vous poser plusieurs questions avant de laisser votre enfant participer à un essai clinique.</li></ul><h2>Pourquoi la recherche est-elle importante?</h2> <p>La recherche est la seule façon d’améliorer la réussite des traitements. Pour montrer l’importance de la recherche, prenons le cas de la leucémie infantile. Au début des années 1970, quand les enfants recevaient un diagnostic de leucémie, ils avaient très peu de chances de survivre. Aujourd’hui, pour certains types de leucémie, environ 80 enfants sur 100 survivent à la maladie. Cette réussite a été réalisée grâce à la recherche. Cette recherche a pris la forme d’essais cliniques. Chaque fois qu’un essai a montré une amélioration avec un nouveau type de traitement, ce nouveau traitement a pu être utilisé avec d’autres enfants.</p> <h2>Quelles sont les phases des essais cliniques?</h2> <p>Les phases d’un essai clinique sont les suivantes.</p> <h2>Phase I : Dans quelle mesure le médicament est-il toxique?</h2> <p>Dans la phase I, on teste un nouveau médicament afin de voir s’il est sécuritaire pour les humains de l’utiliser. On le fait parce que des tests effectués en laboratoire ont montré des possibilités intéressantes. Les essais de la phase I exigent une expertise précise; c’est pourquoi très peu de centres offrent ce type d’essai. </p> <p>L’objectif d’un essai de la phase I n’est pas de guérir la maladie, même si les chercheurs souhaitent que le médicament soit efficace. On administre une petite dose à 30 patients ou moins. On augmente lentement la dose pendant l’essai jusqu’à ce que des effets indésirables nocifs se manifestent. C’est ce que l’on appelle la dose maximale tolérée. La dose précédente est ensuite acceptée comme une dose sécuritaire. On se sert de cette dose sécuritaire si le médicament est choisi pour d’autres études dans des essais cliniques de la phase II. </p> <h3>Qui peut participer à un essai de la phase I?</h3> <p>On n’offre les essais de la phase I qu’aux personnes dont la maladie n’a pas été freinée par d’autres traitements. Tout dépend aussi du type de maladie, de l’état général du patient et de la quantité de thérapie déjà reçue. Peu de centres offrent des essais de la phase I. </p> <h3>Quels sont les bienfaits éventuels?</h3> <p>Une étude la phase I peut aider les médecins à apprendre comment le corps réagit aux nouveaux médicaments. Bien que cette situation soit rare, quelques-uns des participants pourraient montrer une réaction au médicament. Les résultats pourraient aider d’autres personnes dans l’avenir. </p> <h3>Quels sont les torts éventuels?</h3> <p>Étant donné que le médicament est nouveau, on ne connaît pas encore ses effets indésirables. Les effets indésirables peuvent être graves et causer de la douleur ou un inconfort.</p> <h2>Phase II : Comment les tumeurs répondent-elles au médicament? Quels types de tumeurs peut-on traiter?</h2> <p>Dans la phase II, on teste un médicament sur des types précis de tumeurs afin de voir quel effet il a sur une tumeur. Dans l’essai, on étudie aussi quels types de cancer peuvent être traités avec le médicament. La dose sécuritaire déterminée à la phase I est testée sur entre 30 et 100 participants. </p> <h3>Qui peut participer à un essai de la phase II?</h3> <p>On n’offre les essais de la phase II qu’aux personnes dont la maladie n’a pas été freinée par d’autres traitements. Tout dépend aussi du type de maladie, de l’état général du patient et de la quantité de thérapie déjà reçue. Un nombre limité de centres de traitement offrent des essais de la phase II. </p> <h3>Quels sont les bienfaits éventuels?</h3> <p>Le médicament pourrait aider certains participants. Les résultats pourraient aider d’autres personnes dans l’avenir.</p> <h3>Quels sont les torts éventuels?</h3> <p>Il pourrait se produire des effets indésirables inattendus et graves. Les effets indésirables peuvent causer de la douleur et un inconfort.</p> <h2>Phase III : Dans quelle mesure ce médicament fonctionne-t-il bien comparativement aux traitements actuels?</h2> <p>Avant qu’un médicament ou une thérapie atteigne l'essai clinique de phase III, on a effectué des essais des phases I et II et le médicament ou la thérapie semble fonctionner. On compare alors le médicament ou la thérapie (combinaison de médicaments) au traitement utilisé actuellement (traitement standard). L’objectif consiste à déterminer quel est le meilleur traitement. On peut le mesurer par les taux de survie, les effets indésirables ou d’autres résultats. On affecte les participants au hasard afin qu’ils reçoivent un des deux traitements. L’essai peut se faire sur 100 à 1 000 personnes. </p> <h3>Qui peut participer à un essai de la phase III?</h3> <p>Les essais de la phase III sont offerts à certains centres de traitement à des patients à qui on commence à administrer des soins. L’admissibilité exacte dépend des objectifs de l’étude en question. </p> <h3>Quels sont les bienfaits éventuels?</h3> <p>Le médicament a de bonnes chances d’aider les participants. Si le médicament ou la thérapie se révèle efficace pendant les essais de la phase III, le gouvernement pourrait l’approuver en vue de son utilisation pour la maladie en question. En conséquence, le médicament sera un jour disponible à grande échelle afin d’aider ou de guérir bon nombre de personnes. </p> <h3>Quels sont les torts éventuels?</h3> <p>Le médicament pourrait avoir des effets indésirables, mais on les aura habituellement décelés pendant les phases I et II. Il pourrait y avoir une stratégie en place afin d’aider à réduire les effets indésirables. </p> <h2>Questions que vous souhaiterez peut-être poser au sujet d’un essai clinique</h2> <ul> <li>Quel est l’objectif de l’étude?</li> <li>Quelle est la phase de l’étude?</li> <li>Que comporte le plan de traitement?</li> <li>Quels sont les bienfaits de la participation?</li> <li>Quels sont les risques de la participation?</li> <li>Existe-t-il des renseignements sur la façon dont d’autres enfants ont répondu au même traitement?</li> <li>Quels seront les effets indésirables, à court et à long termes? Comment préviendra-t-on ou traitera-t-on les effets indésirables?</li> <li>Faut-il procéder à d’autres tests diagnostiques? </li> <li>En quoi la participation à l’essai aura-t-elle une incidence sur la vie quotidienne de mon enfant? </li> <li>Quel effet l’essai pourrait-il avoir sur les autres membres de la famille?</li></ul> <h2>Le traitement de mon enfant a échoué. Devrais-je inscrire mon enfant à un essai clinique?</h2> <p>Si le traitement échoue et si la tumeur de votre enfant revient, votre médecin pourrait vous proposer d’adhérer à une étude. Il existe moins de renseignements sur le traitement d’une récurrence; les options pourraient donc être plus expérimentales que pour une étude offerte au moment du diagnostic. Les trois options pourraient être les suivantes : </p> <ul> <li>un protocole de recherche. Pour certaines tumeurs récurrentes, il existe des protocoles coordonnés par un groupe national ou international, comme le Children’s Oncology Group (COG) ou la Société internationale d'oncologie pédiatrique (SIOP); </li> <li>un essai clinique de la phase II;</li> <li>un essai clinique de la phase I.</li></ul> <p>Il est important de poser des questions sur l’essai et de discuter de ses avantages et de ses inconvénients avec le médecin de votre enfant.</p> <h2>Qu’en est-il des nouveaux médicaments? Existe-t-il un médicament meilleur que celui que l’on a offert à mon enfant?</h2> <p>On entend souvent parler de nouveaux médicaments ou de percées en matière de traitement. Il est plus probable que les parents envisagent de nouveaux médicaments si le premier traitement a échoué et s’il n’existe aucun autre traitement prometteur. Certaines personnes pourraient envisager voyager dans d’autres villes ou d’autres pays pour essayer le nouveau médicament ou le nouveau traitement. </p> <p>Si vous envisagez utiliser un nouveau médicament, il est important d’en apprendre le plus possible à son sujet avant de prendre une décision. Il sera utile de parler avec votre neuro-oncologue, en plus d’obtenir un deuxième avis. Il peut aussi être utile de comprendre comment on a mis au point le médicament, afin de savoir dans quelle mesure la percée est réellement « prometteuse ».</p> <h2>Comment met-on au point de nouveaux médicaments?</h2> <p>La mise au point de médicaments nécessite habituellement beaucoup de temps et de recherches. Elle commence au laboratoire où un médicament a montré qu’il avait un certain effet sur les cellules tumorales d’animaux, par exemple. À ce stade, on parle de recherche préclinique. </p> <p>Quand un médicament a montré qu’il était prometteur, on le teste chez les humains dans le cadre d’un essai clinique. Les essais cliniques passent par diverses phases.</p> <p>Après chaque essai clinique, les chercheurs écrivent au sujet de leurs constatations. Ils décrivent la procédure, les participants, les résultats du traitement, les effets indésirables et leur interprétation des résultats. Les chercheurs envoient ensuite leur rapport à un journal scientifique. D’autres experts liés à l’étude liront et analyseront ce rapport. C’est ce que l’on appelle un examen par les pairs. Si ces experts conviennent que l’essai était de grande qualité, le rapport est publié. </p> <p>Après avoir lu le rapport, d’autres chercheurs de villes et de pays différents doivent pouvoir répéter des essais semblables afin de voir s’ils obtiennent les mêmes résultats. De plus en plus de patients participeront. </p> <p>Après un certain nombre d’essais qui montrent son efficacité, le médicament ou le traitement est approuvé par un organisme de réglementation national, comme Santé Canada, la Food and Drug Administration aux États-Unis ou la Medicines Control Agency aux Royaume-Uni. On l’approuve habituellement tout d’abord pour une maladie et une situation très précises. Plus tard, les essais aident à paver la voie pour l’approbation du médicament en vue de son utilisation pour d’autres maladies ou groupes d’âge.</p> <p>Ce long processus montre pourquoi la découverte de « remèdes miracles » en science est si rare. La découverte scientifique avance par petites étapes. Chacune de ces étapes comprend un essai clinique qui prend beaucoup de temps, d’efforts, de collaboration et de raisonnement de la part de nombre de chercheurs. </p> <p>Ce processus scientifique n’est pas toujours parfait – par exemple, certains journaux ont des normes plus élevées que d’autres – mais il s'agit de la meilleure façon de s’assurer qu’un nouveau traitement est sécuritaire et efficace.</p>Essais cliniques et les tumeurs cérébrales

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.