Quality of life for brain tumour survivorsQQuality of life for brain tumour survivorsQuality of life for brain tumour survivorsEnglishNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-07T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSW Deborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSW Laura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CN Heather Young, MSW, RSW Claire Desouza, BSc, MD, FRCPC8.0000000000000066.0000000000000507.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Important information for predicting how impactful a brain tumour and treatment will be on your child's future quality of life</p><p>One of the more difficult things to predict after recovery from a brain tumour is how well a child will do in everyday life. Will they still be able to finish high school? Will they be able to live on their own? How difficult will it be for them to find a job? The answers to these questions are not clear. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>Research has shown that there is a greater risk of problems depending on the location of the tumour, if radiation was given at a young age, types of medical conditions, and vision or hearing problems.</li> <li>Seek support from other parents and and support groups, enroll your child in special programs or camps, and closely follow their progress in school.</li></ul>
Qualité de vie pour survivants de tumeurs cérébralesQQualité de vie pour survivants de tumeurs cérébralesQuality of life for brain tumour survivorsFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-07T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSWDeborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSWLaura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CNHeather Young, MSW, RSWClaire Desouza, BSc, MD, FRCPC8.0000000000000066.0000000000000507.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements importants sur la prévision de la gravité des répercussions d’une tumeur cérébrale et de son traitement sur la qualité de la vie à venir de votre enfant.</p><p>Une des choses les plus difficiles à prédire est la mesure dans laquelle un enfant se débrouillera dans la vie quotidienne. Pourra-t-il finir l’école secondaire? Pourra-t-il vivre seul un jour? À quel point aura-t-il de la difficulté à se trouver un emploi? Les réponses à ces questions ne sont pas nettes. Des chercheurs ont observé des enfants et des adultes afin d’étudier les questions que les parents pourraient poser sur la qualité de vie, la santé mentale en général et les aptitudes sociales.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La recherche a démontré qu’il existe un plus grand risque de problèmes en fonction de la localisation de la tumeur, en fonction de l'âge qu'avait l'enfant lors de sa de la radiothérapie, en fonction des types de troubles médicaux et des problèmes de vision ou d’audition.</li> <li>Confiez-vous à d’autres parents et à des groupes de soutien, inscrivez votre enfant dans des programmes ou des camps particuliers et suivez étroitement ses progrès à l’école.</li></ul>

 

 

Qualité de vie pour survivants de tumeurs cérébrales1422.00000000000Qualité de vie pour survivants de tumeurs cérébralesQuality of life for brain tumour survivorsQFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-07T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSWDeborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSWLaura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CNHeather Young, MSW, RSWClaire Desouza, BSc, MD, FRCPC8.0000000000000066.0000000000000507.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements importants sur la prévision de la gravité des répercussions d’une tumeur cérébrale et de son traitement sur la qualité de la vie à venir de votre enfant.</p><p>Une des choses les plus difficiles à prédire est la mesure dans laquelle un enfant se débrouillera dans la vie quotidienne. Pourra-t-il finir l’école secondaire? Pourra-t-il vivre seul un jour? À quel point aura-t-il de la difficulté à se trouver un emploi? Les réponses à ces questions ne sont pas nettes. Des chercheurs ont observé des enfants et des adultes afin d’étudier les questions que les parents pourraient poser sur la qualité de vie, la santé mentale en général et les aptitudes sociales.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La recherche a démontré qu’il existe un plus grand risque de problèmes en fonction de la localisation de la tumeur, en fonction de l'âge qu'avait l'enfant lors de sa de la radiothérapie, en fonction des types de troubles médicaux et des problèmes de vision ou d’audition.</li> <li>Confiez-vous à d’autres parents et à des groupes de soutien, inscrivez votre enfant dans des programmes ou des camps particuliers et suivez étroitement ses progrès à l’école.</li></ul><p>Des chercheurs ont tenté de déterminer les problèmes auxquels un enfant sera confronté dans la vie quotidienne. Ces types d’études ont les trois buts généraux suivants :</p><ul><li>comprendre les répercussions de la tumeur sur la vie d’une personne; </li><li>pouvoir prédire comment se débrouillera une personne dans l’avenir;</li><li>élaborer des stratégies afin d’empêcher des problèmes ou les traiter chez les personnes qui pourraient avoir des risques élevés de difficultés.</li></ul><p>À long terme, un des problèmes est que tout le monde peut avoir des idées différentes sur ce qui fait qu’une vie est réussie. Pour certains parents, il pourrait ne pas être de première importance que leur enfant qui a survécu à une tumeur cérébrale s’inscrive au collège ou à l’université. Ces parents pourraient être fiers si leur enfant a atteint d’autres buts comme vivre seul et avoir un emploi à temps partiel. D’autres parents pourraient trouver difficile de s’ajuster au fait que leur enfant n’ira pas à l’université. </p><p>En règle générale, les chercheurs ont montré que les risques de problèmes pourraient être plus élevés dans les situations énumérées ci-dessous. La détermination de ces problèmes peut mener à l’établissement de stratégies en vue d’aider les enfants affectés à réaliser leur plein potentiel. Les problèmes pourraient être plus importants pour les enfants qui présentent ce qui suit :</p><ul><li>tumeurs situées dans la partie supérieure de l’encéphale (tumeurs sustentorielle);</li><li>tumeurs situées à l’extérieur du troisième ventricule; </li><li>chiasmatic region/tumeurs dans la région hypothalamique ou chiasmatique;</li><li>radiothérapie, surtout à un jeune âge; </li><li>problèmes médicaux permanents comme des maladies endocriniennes; </li><li>troubles de la vue ou de l’ouïe. </li></ul><h2>Que peut-on faire?</h2><p>Votre équipe de traitement est une bonne source d’information. L’équipe de traitement comprend des travailleurs sociaux et des psychologues qui peuvent aider à régler certaines de ces difficultés. Ils peuvent offrir des conseils ou suggérer des programmes et du soutien dans la collectivité.</p><p>L'école est aussi très importante pour aider les enfants à acquérir des aptitudes sociales; il est donc important de tenter de faire en sorte que votre enfant y assiste régulièrement. </p><p>À mesure que votre enfant grandira, vous apprendrez les problèmes auxquels il sera confronté à diverses étapes et ce qui pourrait devenir des obstacles à l’école, au travail et dans les situations sociales. Vous pouvez prendre le contrôle en voyant ce qui fonctionne pour votre enfant à chaque étape. </p><p>Il pourrait aussi être utile de parler à d’autres parents qui ont de l’expérience et de voir quelles stratégies ont fonctionnée pour eux. Envisagez d’adhérer à des groupes de soutien aux enfants atteints du cancer, qui ont des besoins spéciaux ou qui ont des traumatismes crâniens. Ils peuvent vous donner des idées pour aider votre enfant, même si les problèmes de votre enfant sont différents.</p><p>Il existe aussi des programmes ou des camps pour les enfants qui ont des besoins particuliers ou le cancer. Ils offrent un environnement social adapté, aident votre enfant à perfectionner ses aptitudes et ses intérêts et, parfois, offrent des programmes de formation sur les aptitudes à la vie quotidienne.</p>Qualité de vie pour survivants de tumeurs cérébrales

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.