Suicide and self-harm: Helping your child understand difficult emotionsSSuicide and self-harm: Helping your child understand difficult emotionsSuicide and self-harm: Helping your child understand difficult emotionsEnglishPsychiatrySchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)BodyNAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2016-02-10T05:00:00ZMarijana Jovanovic, MD, FRCPC;Daphne Korczak, MD, MSc, FRCPC (Paediatrics), FRCPC (Psychiatry)000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z​​​Find out how to reduce the risk of suicide and self-harm by helping your child cope with difficult emotions.​<p>Thoughts of <a href="/Article?contentid=291&language=English">suicide</a> and <a href="/Article?contentid=289&language=English"> self-harm </a> can emerge when a child or teen feels overwhelmed by difficult emotions and can no longer endure them.</p><p>Everyday difficult emotions can include:</p><ul><li>sadness about not being invited to a friend's birthday party</li><li>fear or worry about starting at a new school or camp</li><li>anger and frustration when limits are set, for example screen time</li><li>shame when caught doing something wrong</li></ul><p>These, and similar, issues may not seem overwhelming to an adult but might be incredibly stressful for a child or teen. This is because they have less life experience and their brains are still developing, usually until their early 20s.</p><p>This makes it important for you as a parent or caregiver to acknowledge your child's emotions and encourage them to openly share their thoughts and feelings. Helping your child understand and talk about the emotions they experience in everyday life can help prepare them to better cope with more severe distress.</p><h2>Key points</h2> <ul> <li>It is important to talk to your child about how they feel about everyday ups and downs, even if they do not seem stressful to you, so that they are better prepared to deal with more severe distress. </li> <li>Be aware of how your child expresses their emotions. Younger children may change their behaviour or play routine. Older children might bottle things up or 'act out' when really they are sad or worried.</li> <li>When talking to your child, stay calm, remind them that all emotions are valid, ask direct questions about any thoughts of suicide or self-harm and offer help.</li> <li>Talk to your child's doctor or another mental health professional if your child has ongoing difficulties with their emotions or you learn that your child's schoolwork or friendships are suffering.</li> </ul><h2>When to seek medical help for your child's emotional difficulties</h2> <p>If your child experiences strong emotions and they last longer, or are more intense, than what would generally be expected, it may be cause for concern.</p> <p>It may be helpful to talk to a doctor or other mental health professional if:</p> <ul> <li>you are concerned that your child is having trouble with their emotions</li> <li>other people in your child's life (teachers, friends, relatives) notice that stress is interfering with your child's schoolwork, friendships or involvement in activities</li> </ul><h2>Further information</h2><p>For more information on protecting your child or teen from suicide or self-harm, please see the following pages:</p><p><a href="/Article?contentid=291&language=English">Suicide in children and teens: Overview</a></p><p><a href="/Article?contentid=289&language=English">Self-harm in children and teens: Overview</a></p><p><a href="/Article?contentid=290&language=English">Suicide risk: Signs and symptoms</a></p><p><a href="/Article?contentid=292&language=English">Suicide and self-harm: How to protect your child</a></p><h2>Resources</h2><p>In Canada, children and teens in distress can contact KidsHelpPhone on <a href="http://www.kidshelpphone.ca/" target="_blank">KidsHelpPhone.ca</a> or call 1-800-688-6868.</p>
Prévention du suicide et de l’automutilation: aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérerPPrévention du suicide et de l’automutilation: aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérerSuicide and self-harm prevention: Helping your child understand difficult emotionsFrenchPsychiatrySchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)BodyNAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2016-02-10T05:00:00ZMarijana Jovanovic, MD, FRCPC;Daphne Korczak, MD, MSc, FRCPC (Paediatrics), FRCPC (Psychiatry)000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez comment réduire le risque de suicide et d’automutilation en aidant votre enfant à faire face à des émotions négatives.</p><p>Les pensées <a href="/Article?contentid=291&language=French">suicidaires</a> et <a href="/Article?contentid=289&language=French">l’automutilation</a> peuvent apparaître lorsqu’un enfant ou un adolescent se sent dépassé par des émotions difficiles à gérer et ne peut plus les supporter.</p> <p>Les émotions difficiles au quotidien peuvent inclure:</p> <ul> <li>la tristesse de ne pas être invité à la fête d’anniversaire d’un ami;</li> <li>la peur ou l'inquiétude à propos d’un changement d’école ou de camp d’été;</li> <li>la colère et la frustration lorsque des limites sont établies, par exemple le temps passé devant un écran;</li> <li>la honte lorsque l’enfant se fait prendre à avoir mal agi.</li> </ul> <p>Ces circonstances et d’autres situations semblables peuvent ne pas paraître problématiques à un adulte, mais peuvent s’avérer incroyablement stressantes pour un enfant ou un adolescent. C’est parce qu’ils ont moins d’expérience de la vie et que leur cerveau est encore en développement, en général jusqu’à la vingtaine.</p> <p>C’est pourquoi il est important, en tant que parent ou tuteur, de reconnaître les émotions de votre enfant et de l’encourager à parler ouvertement de ses pensées et de ses sentiments. Le fait d’aider votre enfant à comprendre les émotions de sa vie quotidienne et à en parler peut l’aider à mieux tolérer une plus grande détresse.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Il est important de parler à votre enfant de ce qu'il ressent vis-à-vis des hauts et des bas de la vie quotidienne, même si pour vous ces fluctuations ne semblent pas stressantes, afin qu’il soit mieux préparé à tolérer une plus grande détresse.</li> <li>Reconnaissez la façon dont votre enfant exprime ses émotions. Les enfants plus jeunes peuvent changer leur comportement ou leurs façons de jouer. Les enfants plus âgés peuvent tout contenir ou mal se conduire lorsqu’ils deviennent tristes ou inquiets.</li> <li>Lorsque vous parlez à votre enfant, restez calme, expliquez-lui que toutes les émotions sont légitimes, posez-lui des questions directes sur d’éventuelles idées de suicide ou d’automutilation et offrez de l’aide.</li> <li>Consultez le médecin de votre enfant ou un autre professionnel de la santé mentale si votre enfant éprouve des difficultés à gérer ses émotions ou si vous apprenez que son travail scolaire ou ses amitiés sont négligés.</li> </ul><h2>Quand solliciter de l’aide médicale pour votre enfant du fait de ses difficultés affectives</h2> <p>Si votre enfant fait l’expérience d’émotions fortes et qu’elles durent plus longtemps, ou sont plus intenses que ce à quoi on pourrait généralement s'attendre, cela peut être une cause de préoccupation.</p> <p>Il peut être utile de parler à un médecin ou un autre professionnel de la santé mentale dans les cas suivants:</p> <ul> <li>vous craignez que votre enfant éprouve de la difficulté à gérer ses émotions,</li> <li>d’autres personnes dans la vie de votre enfant (enseignants, parents, amis) ont remarqué que le stress perturbe son travail scolaire, ses amitiés ou sa participation à des activités.</li> </ul>

 

 

Prévention du suicide et de l’automutilation: aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer293.000000000000Prévention du suicide et de l’automutilation: aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérerSuicide and self-harm prevention: Helping your child understand difficult emotionsPFrenchPsychiatrySchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)BodyNAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2016-02-10T05:00:00ZMarijana Jovanovic, MD, FRCPC;Daphne Korczak, MD, MSc, FRCPC (Paediatrics), FRCPC (Psychiatry)000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez comment réduire le risque de suicide et d’automutilation en aidant votre enfant à faire face à des émotions négatives.</p><p>Les pensées <a href="/Article?contentid=291&language=French">suicidaires</a> et <a href="/Article?contentid=289&language=French">l’automutilation</a> peuvent apparaître lorsqu’un enfant ou un adolescent se sent dépassé par des émotions difficiles à gérer et ne peut plus les supporter.</p> <p>Les émotions difficiles au quotidien peuvent inclure:</p> <ul> <li>la tristesse de ne pas être invité à la fête d’anniversaire d’un ami;</li> <li>la peur ou l'inquiétude à propos d’un changement d’école ou de camp d’été;</li> <li>la colère et la frustration lorsque des limites sont établies, par exemple le temps passé devant un écran;</li> <li>la honte lorsque l’enfant se fait prendre à avoir mal agi.</li> </ul> <p>Ces circonstances et d’autres situations semblables peuvent ne pas paraître problématiques à un adulte, mais peuvent s’avérer incroyablement stressantes pour un enfant ou un adolescent. C’est parce qu’ils ont moins d’expérience de la vie et que leur cerveau est encore en développement, en général jusqu’à la vingtaine.</p> <p>C’est pourquoi il est important, en tant que parent ou tuteur, de reconnaître les émotions de votre enfant et de l’encourager à parler ouvertement de ses pensées et de ses sentiments. Le fait d’aider votre enfant à comprendre les émotions de sa vie quotidienne et à en parler peut l’aider à mieux tolérer une plus grande détresse.</p><h2>Comment les enfants expriment-ils leurs émotions?</h2> <p>Votre enfant peut ne pas expliquer clairement les émotions qu’il ressent. Les enfants expriment souvent leurs émotions différemment, en fonction de leur niveau de développement.</p> <p>Les très jeunes enfants peuvent montrer leurs émotions par leur comportement ou leurs jeux. Les enfants plus âgés peuvent parfois contenir et cacher leurs émotions négatives. Par exemple, ils peuvent se plaindre de maux de tête ou de douleurs pendant les périodes de stress, mais se replier sur eux-mêmes ou dire « Je ne sais pas » lorsqu’on leur demande comment ils se sentent. D’autres enfants peuvent se montrer visiblement irritables, agressifs ou en colère pour exprimer leur tristesse ou leur inquiétude.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Il est important de parler à votre enfant de ce qu'il ressent vis-à-vis des hauts et des bas de la vie quotidienne, même si pour vous ces fluctuations ne semblent pas stressantes, afin qu’il soit mieux préparé à tolérer une plus grande détresse.</li> <li>Reconnaissez la façon dont votre enfant exprime ses émotions. Les enfants plus jeunes peuvent changer leur comportement ou leurs façons de jouer. Les enfants plus âgés peuvent tout contenir ou mal se conduire lorsqu’ils deviennent tristes ou inquiets.</li> <li>Lorsque vous parlez à votre enfant, restez calme, expliquez-lui que toutes les émotions sont légitimes, posez-lui des questions directes sur d’éventuelles idées de suicide ou d’automutilation et offrez de l’aide.</li> <li>Consultez le médecin de votre enfant ou un autre professionnel de la santé mentale si votre enfant éprouve des difficultés à gérer ses émotions ou si vous apprenez que son travail scolaire ou ses amitiés sont négligés.</li> </ul><h2>Comment parler à votre enfant à propos de ses émotions et de pensées suicidaires</h2> <h3>N’oubliez pas qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais sentiments</h3> <p>Vous pouvez aider votre enfant à composer avec les émotions difficiles qu’il ressent en lui rappelant que toutes les émotions sont normales. Les émotions comme la tristesse, la colère, l’anxiété, la dépression et la honte sont tout aussi valables et importantes que la joie, l’enthousiasme et le bonheur. Toutes ces émotions, qu’elles soient positives ou négatives, constituent un moyen de communication.</p> <h3>Soyez calme et montrez votre soutien</h3> <p>Avant de parler à votre enfant, assurez-vous de choisir un moment où vous-même ou votre enfant ne vous sentirez pas obligé ou pressé de le faire.</p> <p>Discutez avec votre enfant dans le calme et en lui montrant votre soutien. Expliquez-lui que vous êtes là pour lui, que vous l’acceptez tel qu’il est, comprenez ce qu’il traverse, et essayez d’écouter ce qu’il ressent sans l’interrompre, argumenter ou corriger ce qu’il dit.</p> <h3>Soyez précis et direct</h3> <p>Si vous avez remarqué des comportements qui vous inquiètent, soyez précis à ce sujet. Par exemple, vous pourriez dire: «Je te vois passer plus de temps dans ta chambre et ne plus sortir autant avec tes amis. Je voudrais simplement m’assurer que tu vas bien.» </p> <p>Si vous avez remarqué <a href="/Article?contentid=290&language=French">certains signes possibles de pensées suicidaires​</a>, interrogez directement votre enfant à ce propos. Cela lui fera comprendre que c’est une bonne chose qu’il vous parle de ses émotions. Vous pourriez lui demander, par exemple : «As-tu déjà eu le sentiment que tu ne voulais plus être ici?», «As-tu déjà souhaité mourir?» ou encore «As-tu déjà pensé à te faire du mal?»</p> <h3>Offrez de l’aide</h3> <p>Demandez à votre enfant ce que vous pouvez faire pour l’aider. Par exemple, veut-il passer plus de temps à vous parler ou préfère-t-il parler à un professionnel de la santé ou à un conseiller? Vous pouvez également lui demander si vous pouvez l’aider à s’engager davantage dans les activités qu’il aime faire.</p> <h3>Rappelez à votre enfant les choses positives</h3> <p>S’il est important de donner à votre enfant le temps d’exprimer ses émotions négatives, n’oubliez pas les points positifs. Demandez à votre enfant de vous parler de ce qui va bien dans sa vie, et rappelez-lui ses points forts et ceux qui l’aiment et qui sont là pour le soutenir.</p><h2>Quand solliciter de l’aide médicale pour votre enfant du fait de ses difficultés affectives</h2> <p>Si votre enfant fait l’expérience d’émotions fortes et qu’elles durent plus longtemps, ou sont plus intenses que ce à quoi on pourrait généralement s'attendre, cela peut être une cause de préoccupation.</p> <p>Il peut être utile de parler à un médecin ou un autre professionnel de la santé mentale dans les cas suivants:</p> <ul> <li>vous craignez que votre enfant éprouve de la difficulté à gérer ses émotions,</li> <li>d’autres personnes dans la vie de votre enfant (enseignants, parents, amis) ont remarqué que le stress perturbe son travail scolaire, ses amitiés ou sa participation à des activités.</li> </ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/suicide_self_harm_helping_your_child.jpgPrévention du suicide et de l’automutilation: aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.