MiscarriageMMiscarriageMiscarriageEnglishPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemHealthy living and preventionPrenatal Adult (19+)Abdominal pain;Bleeding2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSCRory Windrim, MB, MSc, FRCSC11.000000000000046.00000000000001156.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Detailed information on miscarriage, which is also referred to as spontaneous abortion. Symptoms, diagnosis, and coping techniques are discussed.</p><p>The terms spontaneous abortion and miscarriage both refer to loss of a baby within the first 20 weeks of pregnancy. However, most doctors use these terms to describe pregnancy loss in the first trimester, as this is the time when the risk for miscarriage is highest. Pregnancy loss between the end of the first trimester and the 20th week is referred to as late miscarriage. The risk of having a miscarriage increases with age an​d is higher with twins or multiples.</p><h2>Key points</h2> <ul><li>Seek emergency medical attention if you have vaginal bleeding, uterine cramping and low backache that become progressively worse.</li> <li>There is no specific treatment for threatened miscarriage.</li> <li>If you have a miscarriage, know that there is no way that you could have caused your miscarriage.</li> <li>After having a miscarriage, allow yourself time to grieve and seek out resources in your community for support.</li></ul>
Fausse coucheFFausse coucheMiscarriageFrenchPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemHealthy living and preventionPrenatal Adult (19+)Abdominal pain;Bleeding2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSCRory Windrim, MB, MSc, FRCSC11.000000000000046.00000000000001156.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Information détaillée sur la fausse couche, également appelée avortement spontané. Cette section contient de l’information sur les symptômes, le diagnostic et des moyens de surmonter le chagrin.</p><p>Les expressions avortement spontané et fausse couche renvoient toutes deux à la perte d’un bébé dans la 20<sup>è</sup> semaine de grossesse. Toutefois, la plupart des docteurs utilisent ces expressions pour décrire la perte d’un bébé dans le premier trimestre, car c’est dans cette période que le risque de fausse couche est le plus élevé. On parle de fausse couche tardive lorsque la perte du bébé se produit entre la fin du premier trimestre et la 20<sup>è</sup> semaine de grossesse. Le risque de fausse couche augmente avec l’âge et il est plus élevé en cas de grossesse multiple (jumeaux et bébés multiples).</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Contactez le service de secours d’urgence si vous avez des saignements vaginaux, des crampes utérines et une douleur au bas du dos qui s’intensifie progressivement.</li> <li>Il n’existe pas de traitement spécifique contre la menace d’une fausse couche.</li> <li>Si vous faites une fausse couche, sachez que vous n’en êtes pas la cause.</li> <li>Après avoir fait une fausse couche, donnez-vous du temps pour faire votre deuil et recherchez les ressources de votre communauté afin d’obtenir du soutien. </li></ul>

 

 

Fausse couche348.000000000000Fausse coucheMiscarriageFFrenchPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemHealthy living and preventionPrenatal Adult (19+)Abdominal pain;Bleeding2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSCRory Windrim, MB, MSc, FRCSC11.000000000000046.00000000000001156.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Information détaillée sur la fausse couche, également appelée avortement spontané. Cette section contient de l’information sur les symptômes, le diagnostic et des moyens de surmonter le chagrin.</p><p>Les expressions avortement spontané et fausse couche renvoient toutes deux à la perte d’un bébé dans la 20<sup>è</sup> semaine de grossesse. Toutefois, la plupart des docteurs utilisent ces expressions pour décrire la perte d’un bébé dans le premier trimestre, car c’est dans cette période que le risque de fausse couche est le plus élevé. On parle de fausse couche tardive lorsque la perte du bébé se produit entre la fin du premier trimestre et la 20<sup>è</sup> semaine de grossesse. Le risque de fausse couche augmente avec l’âge et il est plus élevé en cas de grossesse multiple (jumeaux et bébés multiples).</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Contactez le service de secours d’urgence si vous avez des saignements vaginaux, des crampes utérines et une douleur au bas du dos qui s’intensifie progressivement.</li> <li>Il n’existe pas de traitement spécifique contre la menace d’une fausse couche.</li> <li>Si vous faites une fausse couche, sachez que vous n’en êtes pas la cause.</li> <li>Après avoir fait une fausse couche, donnez-vous du temps pour faire votre deuil et recherchez les ressources de votre communauté afin d’obtenir du soutien. </li></ul><h2>Symptômes de la fausse couche </h2><p>Tout saignement vaginal se produisant dans la première moitié de la grossesse peut présager d’une fausse couche. Les saignements sont parfois légers et vont d’un teint brunâtre à un teint rouge vif. Mais gardez à l’esprit que la plupart des femmes qui saignement au début de la grossesse vont jusqu’au bout accouchent de bébé en bonne santé. </p><p>Si vous faites véritablement une fausse couche, vous ressentirez des crampes utérines ou des douleurs dans le bas du dos. Vos saignements et vos crampes s’aggraveront au fil du temps. Il est possible que vous ressentiez une douleur intense et imbibiez plusieurs serviettes hygiéniques en une heure. Vous expulserez éventuellement de larges caillots de sang ou d’une matière grisâtre ou rose. Le cas échéant, sollicitez des soins médicaux immédiatement. </p><p>En de rares occasions, certaines femmes font des rétentions fœtales, c’est-à-dire que l’embryon meurt mais reste dans l’utérus et il n’y a aucun saignement. Le cas échéant, tous les symptômes de la grossesse disparaîtront et vous aurez des pertes brunâtres. Si cela vous arrive, il est important que vous alliez voir votre médecin pour qu’il vous administre un traitement. </p><h2>Diagnostic et gestion de la fausse couche</h2><p>Si vous êtes enceinte et vous mettez à saigner, on vous prescrira sans doute une échographie pour vérifier l’état de votre bébé. L’échographie peut s’effectuer dès la sixième semaine. Si l’échographie de la huitième semaine montre un bébé en bonne santé dont on entend le rythme cardiaque, ses chances de survie sont très bonnes. Si l’échographie de la 14<sup>è</sup> à 16<sup>è</sup> semaine montre un bébé en bonne santé, il survira dans 99 % des cas.</p><p>Pour détecter la fausse couche, on peut aussi mesurer l’hormone appelée gonadotrophine chorionique.</p><p>Il n’existe pas de traitement particulier contre la fausse couche. En cas de saignements légers, de crampes et d’un col utérin fermé, vous serez étroitement surveillée par échographie et des analyses de sang seront effectuées aux fins de mesure de l’hormone hCG. </p><p>Si les saignements et les crampes empirent progressivement et que vous faites réellement une fausse couche, quelques jours s’écouleront possiblement avant que tous les produits de la conception ne soient expulsés de votre utérus. On vous demandera peut-être de conserver tout le tissu expulsé, aux fins d’analyse. Votre médecin vous prescrira ensuite une échographie pour s’assurer que votre utérus ne contient plus aucun tissu fœtal. S’il apparaît sur l’échographie qu’il reste du tissu fœtal dans votre utérus, on vous prescrira des médicaments pour faciliter leur expulsion, ou une procédure appelée dilatation-curetage (DC) pour tout nettoyer. De concert avec votre fournisseur de soins de santé, vous déciderez de la méthode appropriée compte tenu des particularités de votre cas. </p><h2>Les causes de la fausse couche </h2><p>Si vous faites une fausse couche, vous culpabiliserez peut-être, pensant l’avoir provoquée. Sachez à ce titre que rien n’est plus éloigné de la vérité. Il est peu probable que la cigarette que vous avez fumée ou le verre d’alcool que vous avez consommé dans les premiers de votre grossesse soit la cause de votre fausse couche. </p><p>De loin, la cause la plus commune de la fausse couche est associée au développement du bébé en gestation. On pourrait dire que la nature met fin à la grossesse lorsque l’enfant n’a aucune chance de survie. Les complications associées à la fausse couche du premier trimestre sont les suivantes : </p><ul><li>spermatozoïdes ou ovules anormaux </li><li>problèmes liés à l’implantation de l’ovule fécondé dans l’utérus </li><li>anomalies chromosomiques ou autres déficiences de naissance </li><li>anomalies liées au placenta </li><li>blessures subies par le bébé en gestation </li></ul><p>Près d’un tiers des fausses couches survenant avant la neuvième semaine de grossesse sont causées par un trouble appelé œuf clair, lorsque le bébé ne se développe pas du tout et que le sac ovulaire est vide. </p><p>Sinon, la fausse couche peut être causée par des problèmes hormonaux, des anomalies utérines ou une complication appelée béance cervico-isthmique, qui survient lorsque le col utérin est fragile et se dilate avant que le bébé ne soit prêt à naître. Il est possible que ces complications ne soient diagnostiquées que si vous faites des fausses couches à répétition. </p><h2>Fausses couches à répétition </h2><p>On parle de fausses couches à répétition lorsqu’une femme fait au moins trois fausses couches consécutives dans le premier trimestre de grossesse. Près de 1 % des couples sont concernés par les fausses couches à répétition. Il est difficile de déterminer la cause précise des fausses couches à répétition, mais voici quelques causes présumées. </p><h3>Anomalies utérines </h3><p>Environ 10 à 15 % des patientes qui font des fausses couches à répétition souffrent d’anomalies utérines, mais on ne sait pas pourquoi ces anomalies de la structure utérine entraînent la perte de l’embryon. </p><h3>Troubles associés à l’appareil endocrinien </h3><p>L’appareil endocrinien secrète les hormones du corps. De tous les troubles endocriniens, c’est au défaut de la phase lutéinique que l’on attribue la plupart des fausses couches. Le défaut de la phase lutéinique renvoie à la sécrétion inadéquate de l’hormone progestérone pendant le cycle menstruel. De ce fait, l’enveloppe utérine où l’ovule fécondé s’implante habituellement se développe tardivement. </p><h3>Anomalies génétiques </h3><p>Des anomalies chromosomiques sont détectées dans 3 à 5 % des couples concernés par les fausses couches à répétition. Si vous faites des fausses couches à répétition, recourez au dépistage génétique, à la fois pour vous-même et pour votre partenaire. Si une anomalie chromosomique est détectée, vous pourrez recourir à la consultation génétique pour prendre des décisions avisées au sujet de vos prochaines grossesses. </p><h3>Troubles auto-immunes </h3><p>On parle de troubles auto-immunes lorsque le système immunitaire de la mère produit des anticorps contre les tissus du bébé. Certaines femmes souffrent de troubles anti-immunes qui les amènent à produire des anticorps antiphospholipides susceptibles de provoquer une fausse couche. Les anticorps antiphospholipides augmentent les risques de fausse couche, de restriction de la croissance fœtale et de mort fœtale dans les deuxième et troisième trimestres de la grossesse. On utilise souvent un médicament appelé héparine en vue d’améliorer l’aboutissement de la grossesse, autant pour la mère que pour le bébé.</p><h3>Béance cervico-isthmique </h3><p>C’est une cause de fausse couche fréquente, surtout au deuxième trimestre. Dans ce cas, le col utérin se dilate sans douleur et graduellement, les membranes fœtales se rompent, et le bébé embryonnaire naît avant de pouvoir survivre hors du ventre de sa mère. Si on découvre que vous souffrez de béance cervico-isthmique, on vous opèrera possiblement pour renforcer votre col utérin. D’ordinaire, l’opération est effectuée après le premier trimestre, lorsque l’écographie permet de déterminer la viabilité du bébé, et avant que le col utérin ne se dilate. </p><h2>Ce que vous devez faire après une fausse couche </h2><p>Après une fausse couche, vous aurez besoin de temps pour vous en remettre, tant physiquement que psychologiquement. Essayez de vous reposer et de ne pas trop en faire. La perte d’un bébé est l’un des événements les plus traumatisants qui soient, quel que soit le moment où elle se produit. N’oubliez pas que vous n’êtes en rien responsable de la grossesse extra-utérine. Accordez-vous du temps pour éprouver le chagrin associé à cette perte et parlez-en à votre partenaire et à votre fournisseur de soins de santé. Recherchez des ressources dans Internet et joignez-vous à un groupe de soutien si vous le pouvez. il vous faudra du temps pour guérir, tant physiquement qu’émotionnellement.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/miscarriage.jpgFausse couche

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.