Menstruations et incapacité mentale : conseils pour les parents d’adolescentes

L’adolescence est une période marquée par le changement

L’adolescence est une période de la vie où l’enfant commence à devenir un adulte. Une enfant subit de nombreuses transformations à l’adolescence, au moment où la puberté commence. Son corps change, et ses sentiments et ses humeurs aussi.

Les enfants atteints d’incapacités mentales vivent les mêmes changements pendant la puberté. Ces enfants doivent affronter des défis additionnels que les autres enfants n’ont pas à gérer.

Vous pouvez aider votre enfant atteinte d’une incapacité mentale ou physique à comprendre les menstruations

En moyenne, les filles obtiennent leurs premières règles à l’âge de 12 ou 13 ans.

Certains parents s’inquiètent de la manière dont leur fille handicapée composera avec les menstruations. Ils se demandent comment elle assurera son hygiène personnelle, ou comment elle fera pour comprendre en quoi consistent les saignements. Ils s’inquiètent de la douleur ou de la possibilité des sautes d’humeur.

Parfois, les parents s’inquiètent de la sexualité de leur enfant et envisagent de mettre fin aux menstruations pour protéger l’enfant contre une grossesse.

La capacité d’une jeune fille atteinte d’une incapacité mentale de composer avec les menstruations dépend de nombreux facteurs. Selon le degré d’incapacité, certaines filles sont capables de gérer les menstruations, et d’autres, non. Donnez à votre fille autant de renseignements que possible pour qu’elle puisse comprendre. Certains soignants finissent par penser que les menstruations ne sont pas un problème aussi important qu’ils ne l’avaient cru. Si la situation devient problématique, cependant, il y a certaines choses que vous pouvez faire.

Suggestions pour aider votre fille

  • Sur un calendrier, écrivez la date de début et de fin des menstruations de votre fille. Écrivez aussi si elles sont abondantes. Les menstruations de nombreuses jeunes filles sont abondantes. De plus, elles peuvent être irrégulières pour nombre d’entre elles pendant les cinq premières années, c’est-à-dire que les menstruations ne surviennent pas tous les mois, ou au même moment d’un mois à l’autre. Parfois, des menstruations irrégulières peuvent compliquer la vie quotidienne. Si c’est le cas, demandez au médecin de votre enfant de recommander des médicaments qui peuvent atténuer le problème.
  • Certaines filles ont des crampes douloureuses, des maux de dos, des maux de tête ou d’autres problèmes. Des médicaments peuvent aider, ainsi que l’exercice et l’activité physique.
  • Les serviettes sanitaires sont moins chères que les couches. Si votre fille porte une couche, placez une serviette sanitaire dans celle-ci. Changez la serviette quand elle est remplie, de manière à ne pas avoir à changer la couche trop souvent.
  • Il n’est pas nécessaire de raser les poils pubiens pour des raisons hygiéniques. Certains parents font raser les poils de leur fille pour des motifs religieux ou culturels. Cela ne cause aucun problème, mais il n’est pas moins hygiénique de ne pas raser la région.
  • Certaines jeunes filles peuvent apprendre à prendre soin d’elles-mêmes pendant les menstruations. Vous pourriez cependant devoir lui montrer comment faire. Elle pourrait aussi avoir besoin de temps pour apprendre. Soyez patiente.

Médicaments pour menstruations douloureuses

Des médicaments contre la douleur peuvent soulager les crampes associées aux menstruations. Les médicaments appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) fonctionnent très bien. Les AINS sont particulièrement efficaces s’ils sont utilisés régulièrement pendant la période douloureuse au lieu d’uniquement quand la douleur devient très intense. L’ibuprofène (Advil) est l’AINS le moins cher offert en vente libre (sans prescription). Vous pouvez vous en procurer dans toutes les pharmacies.

Il est parfois difficile de savoir quand donner des médicaments contre la douleur, surtout si votre fille a du mal à communiquer. Si votre fille n’est pas elle-même ou si elle se comporte étrangement, ce pourrait être attribuable à la douleur.

Votre fille pourrait parfois avoir besoin de médicaments plus puissants. Si les AINS ne font pas effet, parlez-en au médecin de votre enfant. Pour obtenir des médicaments plus puissants, il faut une prescription. Anaprox DS ou Naprosyn en sont des exemples.

Des contraceptifs oraux ou d’autres médicaments hormonaux peuvent aussi aider à diminuer la douleur. Ils sont particulièrement utiles si les médicaments contre la douleur ne suffisent pas à eux seuls. Discutez de ces médicaments avec le médecin de votre enfant.

Les menstruations peuvent être arrêtées ou supprimées

Parfois, les parents demandent aux médecins s’il est possible de supprimer les menstruations, c’est-à-dire les arrêter ou en diminuer la fréquence.

Il est possible de supprimer les menstruations, mais il y a des risques.

Attendez les premières menstruations de votre fille

Attendez que votre fille ait ses premières menstruations avant de prendre une décision. Parfois, les filles n’ont pas les problèmes que leurs parents prévoient.

La thérapie hormonale est une possibilité

Les contraceptifs sont des médicaments qui servent à contrôler les naissances. Ils peuvent aussi diminuer le flux menstruel, réduire la douleur menstruelle et augmenter l’intervalle qui sépare deux menstruations. Les contraceptifs peuvent prendre la forme de pilules, de timbres, d’injections ou d’implants.

Ces formes de contraception ne procurent pas de protection contre les maladies transmissibles sexuellement (MTS).

Différents avantages et effets secondaires sont rattachés à chaque forme de contraceptif.

Pilules ou timbre contraceptifs

La pilule contraceptive est prise une fois par jour. Le timbre contraceptif est renouvelé chaque semaine. La pilule ou le timbre peuvent être utilisés d’une ou l’autre ce des deux manières :

  • en un cycle, qui a un début et une fin chaque mois (cyclique). Une fois par mois, la jeune fille cesse de prendre le médicament pendant quelques jours et a ses règles;
  • tout le temps (continue). Tous les deux à quatre mois, la jeune fille peut arrêter de prendre le médicament pendant quelques jours et avoir ses règles. Après un certain temps, elle peut prendre le médicament tout le temps, sans pause. Si elle choisit de prendre le médicament de manière continue, les menstruations cessent.

La pilule ou le timbre a les avantages suivants :

  • les menstruations sont plus légères, plus courtes, moins douloureuses et plus régulières;
  • la peau devient plus saine, et la jeune fille a moins de boutons;
  • moins de sautes d’humeur, ou une humeur plus stable;
  • la jeune fille a moins de chances de développer un cancer de l’utérus ou des ovaires.

Souvent, la pilule ou le timbre n’ont pas d’effets secondaires, ou ceux-ci sont très légers. En voici des exemples :

  • maux de tête;
  • sautes d’humeur;
  • seins douloureux ou crampes aux jambes;
  • maux ou ballonnements d’estomac;
  • petites quantités de saignements vaginaux de temps à autre.

Les jeunes filles atteintes de certains troubles médicaux ne peuvent utiliser la pilule ou le timbre. Par exemple, la pilule pourrait ne pas faire effet si votre fille utilise un tube d’alimentation. Si elle est nourrie ainsi, le timbre serait probablement une meilleure solution pour elle.

Discutez avec le médecin de votre enfant avant de lui donner tout médicament.

Injection de Depo-provera

Le Depo-provera est une injection (piqure) d’hormones administrée tous les trois mois.

Voici les avantages du Depo-provera :

  • les menstruations sont plus légères, plus courtes et moins douloureuses;
  • les menstruations pourraient arrêter complètement après un an.

Souvent, le Depo-provera n’a pas d’effets secondaires, ou ceux-ci sont très légers. En voici des exemples :

  • maux de tête;
  • sautes d’humeur;
  • gain pondéral;
  • petites quantités de saignements vaginaux de temps à autre.

Parfois, l’usage à long terme du Depo-provera peut mener à l’ostéoporose. L’ostéoporose est une maladie où les os deviennent faibles et moins denses. Les médecins testeront la densité osseuse de votre fille avant qu’elle ne commence la thérapie hormonale. Ils la testeront de nouveau une fois qu’elle aura commencé la thérapie. De cette manière, ils peuvent déterminer si le médicament endommage les os. Ils pourraient aussi lui donner des vitamines pour la protéger de l’ostéoporose.

DUI Mierena avec progestérone

Un dispositif intra-utérin (DUI) est un petit dispositif placé à l’intérieur de l’utérus. Le DUI contient une hormone appelée progestérone. Une petite quantité de progestérone issue du DUI entre lentement dans l’organisme tous les jours.

Le DUI est mis en place par un médecin. Votre fille sera endormie pendant l’intervention, ou encore on lui donnera un médicament appelé sédatif pour qu’elle soit détendue. Une fois que le DUI est en place, il peut rester dans l’utérus pendant cinq ans.

Les avantages d’un DUI, c’est que les menstruations sont plus légères et moins douloureuses. Voici les effets secondaires d’un DUI :

  • mal de tête;
  • sautes d’humeur;
  • gain pondéral;
  • petites quantités de saignements vaginaux de temps à autre.

Il y a de faibles chances que la thérapie hormonale cause des problèmes à long terme

De nombreuses femmes se servent d’hormones contraceptives pendant une longue période, sans problème, mais nous ne savons pas tout ce qui se pourrait se produire chez une femme qui prend des hormones toute sa vie.

Nous pensons qu’une femme qui prend des hormones pendant longtemps peut avoir de plus grandes chances d’avoir des problèmes de santé. Cela ne se produit pas souvent, mais vous devez le savoir. Au nombre de ces problèmes, on peut citer des os affaiblis, des caillots sanguins, des maladies cardiaques et le cancer du sein.

Prendre les bonnes décisions pour votre fille

Toutes les filles atteintes d’une incapacité mentale sont différentes. La manière dont vous gérez les menstruations de votre fille dépend de nombreux facteurs, comme les suivants :

  • la situation de votre famille;
  • l’éducation et la situation sociale de votre fille;
  • le degré de handicap de votre fille;
  • les autres médicaments que votre fille prend;
  • vos propres capacités;
  • ce qui serait le mieux pour la santé et la qualité de vie de votre fille.

Le dernier point est le plus important. Qu’est-ce qui donnera à votre fille la meilleure qualité de vie possible?

Grandes lignes

  • La plupart des filles ont leurs premières règles à 12 ou 13 ans, y compris les filles qui ont des incapacités mentales.
  • Certaines filles avec une incapacité mentale trouvent difficile de gérer leurs menstruations.
  • Certains parents décident de donner des médicaments à leur fille pour l’aider.
  • Ces médicaments comprennent la thérapie hormonale, ou les anovulants.
  • Attendez que votre fille ait ses premières menstruations avant de décider de lui donner des médicaments. .
  • Les médicaments rendent les menstruations plus légères et plus régulières, et peuvent les arrêter.
  • Ces médicaments peuvent aussi avoir des effets secondaires.
Joley Johnstone, RN
Author: Melanie Ornstein, BSc, MD, MEd, FRCSC
11/10/2009



www.aboutkidshealth.ca