AboutKidsHealth

 

 

Brain tumours: Helping siblings copeBBrain tumours: Helping siblings copeBrain tumours: Helping siblings copeEnglishNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSWDeborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSWHeather Young, MSW, RSWLaura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CN7.0000000000000062.0000000000000447.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>In-depth information on the extremely difficult task of helping siblings adjust to their brother or sister suffering from a brain tumour.</p><p>Siblings often get overlooked when their brother or sister is diagnosed with a serious illness. It can be a challenge for parents to meet the needs of all their children while looking after an ill child. It’s important to keep family life as normal as possible under the circumstances. Here are some ideas that may help siblings adjust. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>Help siblings adjust by talking to them about their feelings, telling them information they need to know, and keeping their routines as normal as possible.</li></ul>
Les tumeurs cérébrales : Aider les frères et sœurs à composer avec la situationLLes tumeurs cérébrales : Aider les frères et sœurs à composer avec la situationBrain tumours: Helping siblings copeFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSW Deborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSW Heather Young, MSW, RSW Laura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CN7.0000000000000062.0000000000000447.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements détaillés sur la tâche extrêmement difficile d’aider les frères et sœurs à s’ajuster au fait que leur frère ou leur sœur est atteint d’une tumeur cérébrale.</p><p>On néglige souvent les frères et sœurs de l’enfant gravement malade après le diagnostic. Il peut être difficile pour les parents de répondre aux besoins de tous leurs enfants tout en s’occupant d’un enfant malade. Il est important de garder votre vie familiale le plus normale possible dans les circonstances. Voici certaines idées qui pourraient aider les frères et sœurs à s’ajuster.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Soutenez les frères et soeurs en leur demandant comment ils se sentent, en leur donnant les renseignements nécessaires et en conservant leurs routines autant que possible.</li></ul>

 

 

Les tumeurs cérébrales : Aider les frères et sœurs à composer avec la situation1344.00000000000Les tumeurs cérébrales : Aider les frères et sœurs à composer avec la situationBrain tumours: Helping siblings copeLFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemNAAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZDavid Brownstone, MSW, RSW Deborah S. Berlin-Romalis, BSW, MSW, RSW Heather Young, MSW, RSW Laura Janzen, PhD, CPsych, ABPP-CN7.0000000000000062.0000000000000447.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements détaillés sur la tâche extrêmement difficile d’aider les frères et sœurs à s’ajuster au fait que leur frère ou leur sœur est atteint d’une tumeur cérébrale.</p><p>On néglige souvent les frères et sœurs de l’enfant gravement malade après le diagnostic. Il peut être difficile pour les parents de répondre aux besoins de tous leurs enfants tout en s’occupant d’un enfant malade. Il est important de garder votre vie familiale le plus normale possible dans les circonstances. Voici certaines idées qui pourraient aider les frères et sœurs à s’ajuster.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Soutenez les frères et soeurs en leur demandant comment ils se sentent, en leur donnant les renseignements nécessaires et en conservant leurs routines autant que possible.</li></ul><p>Demandez à vos enfants comment il se sentent. Ils pourraient avoir les sentiments qui suivent après le diagnostic et pendant le traitement.</p> <ul> <li>Culpabilité : Les frères et sœurs pourraient se sentir coupables de ne pas être malades, ou craindre d’avoir causé la tumeur. Assurez-les du contraire. </li> <li>Jalousie ou ressentiment : L’enfant atteint d’une tumeur cérébrale recevra beaucoup d’attention, et il manquera l’école en raison du traitement. Ses frères et sœurs pourraient trouver la situation injuste. </li> <li>Isolation et abandon : Les frères et sœurs pourraient être laissés aux soins d’autres personnes et ne pas voir leurs parents aussi souvent qu’à l’habitude.</li> <li>Besoin d’attention : Dans les semaines qui suivent le diagnostic, les frères et sœurs pourraient se plaindre de céphalées, de vomissements et d’autres symptômes liés à une tumeur cérébrale. Il pourrait s’agir de réponses réelles aux sentiments qu’ils ont, de façons d’attirer l’attention ou de gestes de sympathie pour l’enfant malade.</li></ul> <p>Trouvez des groupes de soutien pour frères et sœurs par l’intermédiaire de l’hôpital ou d’autres organisations. D’autres enfants qui ont vécu la même expérience peuvent offrir du soutien et de la compréhension.</p> <h2>Parlez à vos enfants</h2> <ul> <li>Demandez-leur de vous raconter leur journée et de vous parler de leurs intérêts.</li> <li>Dites-leur à quoi s’attendre en ce qui concerne les changements qu’ils constateront dans leur vie de famille et chez leur frères ou leur sœur.</li> <li>Incluez-les dans les discussions sur le diagnostic, selon leur compréhension et leur intérêt.</li> <li>Informez-les du traitement et de l’état de leur frère ou de leur sœur, sans toutefois leur en dire plus qu’à l’enfant malade. Faites participer votre enfant malade s’il souhaite vous aider à informer ses frères et sœurs à son sujet. </li> <li>Gardez simple l’information que vous donnez. Ils n’ont pas besoin de connaître tous les détails sur ce que vit votre enfant malade et ne le souhaitent peut-être pas. </li> <li>Remerciez-les. Il s’agit d’un renforcement positif pour le sacrifice qu’ils font en vous donnant du temps. </li> <li>Amenez-les à l’hôpital pour des visites et donnez-leur l’occasion de parler avec l’équipe de traitement.</li> <li>Prévoyez une personne spéciale à qui les frères et sœurs peuvent parler. Il peut s’agit d’un professeur, d’une tante ou d’un oncle en qui vos enfants ont confiance. Si cette relation fonctionne, ne créez pas d’interférence.</li></ul> <h2>Stratégies d’adaptation pour votre famille</h2> <ul> <li>Essayez de garder la routine la plus normale possible.</li> <li>Prenez des dispositions pour que votre enfant continue de pratiquer des sports ou de suivre des leçons de musique, de jouer et de mener d’autres activités. </li> <li>Suivez les mêmes règles relatives au comportement à la maison avec votre enfant qu'avant le diagnostic. Par exemple, si vous permettez soudainement à votre enfant malade de frapper son frère, il sentira que quelque chose ne va vraiment pas. Il en résultera de l'anxiété chez votre enfant malade et du ressentiment entre vos enfants. </li> <li>Déléguez aux frères et sœurs des tâches afin qu’ils se sentent utiles pour la famille. Ils pourraient préparer des cartes ou décorer la chambre de leur frère ou de leur sœur. Ils auront peut-être eux-mêmes des idées. Les frères et sœurs plus âgés pourraient préférer aider en exécutant des tâches plus complexes. Assurez-vous simplement de ne pas en faire trop. </li> <li>Tentez de vous assurer que les rôles familiaux ne changent pas trop. Les frères et sœurs plus âgés ne devraient pas devenir des parents « suppléants ». Les travailleurs sociaux peuvent aider avec des questions concernant le parentage ou le counseling relationnel. </li> <li>Les grands-parents et d'autres membres de la famille peuvent vous aider à vous occuper de vos autres enfants. S'ils vous offrent leur aide, acceptez-la. Cependant, ils pourraient avoir leur propre opinion sur la façon d'élever vos enfants. Essayez de maintenir une uniformité dans la façon dont vos enfants sont élevés et assurez-vous que les autres soignants, y compris les grands-parents, élèvent vos enfants de façon semblable. </li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Brain_tumours_helping_siblings_cope.jpgLes tumeurs cérébrales : Aider les frères et sœurs à composer avec la situation

Thank you to our sponsors

AboutKidsHealth is proud to partner with the following sponsors as they support our mission to improve the health and wellbeing of children in Canada and around the world by making accessible health care information available via the internet.