AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Conseils pour l'hiverConseils pour l'hiverWinter tipsCFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2018-04-09T04:00:00Z000Landing PageLearning Hub<p>L’hiver est arrivé, apportant avec lui le froid, les activités de plein air et les maladies de saison. Voici nos conseils sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver.</p><p>L’hiver est arrivé, apportant avec lui le froid, les activités de plein air et les maladies de saison. Voici nos conseils sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver.</p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Activités de plein air sans danger</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il peut être amusant pour votre enfant de jouer dehors pendant l’hiver. Assurez-vous pourtant qu’il soit vêtu correctement et suivez ces conseils pratiques de sécurité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1954&language=French">Sécurité à l’extérieur en hiver : pratiquer des activités hivernales de plein air sans danger</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1940&language=French">S’habiller pour se protéger du froid</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1912&language=French">Blessures dues au froid</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Rester en santé<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Toute la famille a traversé l’été et l’automne sans problème de santé. Voici des conseils pour continuer avec un hiver en santé.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1939&language=French">Brûlures : sécurité pendant l'hiver</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=778&language=French">Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébé</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=773&language=French">Eczéma (dermatite atopique)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1114&language=French">Eczéma: changements saisonniers</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Maladies hivernales</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>En hiver, tout le monde se rassemble à l’intérieur, où l’on partage chaleur et... microbes. Apprenez-en davantage sur le rhume, la grippe, et les autres maladies de l’hiver. Apprenez également comment les éviter et les soigner.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=30&language=French">Fièvre</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=12&language=French">Rhumes (Infections virales des voies respiratoires supérieures)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=765&language=French">Bronchiolite</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=764&language=French">Virus respiratoire syncytial (VRS)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=17&language=French">Diphtérie laryngienne</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=763&language=French">Influenza (grippe)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=912&language=French">Grippe (influenza) : comment protéger les membres de votre famille</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1111&language=French">Grippe (influenza): les faits sur les vaccins</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=784&language=French">Pneumonie</a></li></ol></div><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/winter_safety_landing_page.jpgconseilshiverConseils de sécurité pour l’hiver Voici nos conseils de sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver. Main
Fêtes en toute sécuritéFêtes en toute sécuritéHoliday safetyFFrenchPreventionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2018-11-12T05:00:00ZElly Berger, BA, MD, FRCPC, FAAP, MHPE7.0000000000000069.00000000000001089.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>La saison des fêtes est une période formidable pour les enfants, mais elle pourrait également entraîner des blessures. Voici quelques conseils simples pour assurer la sécurité des enfants pendant les fêtes.<br></p><p>Les fêtes de fin d’année sont un moment merveilleux pour les enfants. Mais les objets inconnus, les distractions et les changements dans la routine peuvent comporter des risques de blessures. Voici quelques mesures simp​les pour assurer la sécurité des enfants pendant les fêtes.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Lors des réceptions et activités des fêtes, assurez-vous qu’une personne est désignée pour superviser les enfants. Réservez un gardien d’enfants pour la soirée.</li> <li>Montrez à vos invités où mettre les objets qui peuvent être dangereux pour les petits enfants comme les cure-dents, les mégots de cigarettes et les canettes de boisson.</li> <li>Gardez le houx et le gui hors de la portée des enfants, car ils sont toxiques. De plus, les poinsettias peuvent provoquer une irritation de la peau et des maux de ventre.</li> <li>Achetez des jouets adaptés à l’âge de l’enfant. Les recommandations en matière d’âge indiquées sur les jouets concernent la sécurité et non les capacités de l’enfant.</li> </ul><h2>Des fêtes en toute sécuri​té</h2><h3>Tenez les enfants à l’œil</h3><p>Si vous organisez une fête ou si vous participez à une fête de fin d’année avec vos enfants, assurez-vous qu’un adulte désigné les surveille pendant les festivités. Plusieurs adultes en qui vous avez confiance peuvent se relayer pour surveiller les enfants au cours de la soirée. Si vous organisez une fête à la maison, vous pouvez engager une gardienne qualifiée ou charger un membre de la famille de s’occuper des enfants. Ainsi, tout le monde pourra profiter de la fête. Rappelez-vous que, si vous partez du principe que tous les invités surveillent vos enfants, ceux-ci risquent de se retrouver sans surveillance.</p><h3>Nettoyez sa​ns tarder</h3><p>Certains objets utilisés pendant les fêtes présentent un risque d’étouffement pour les enfants en bas âge. Montrez à vos invités où ils peuvent se débarrasser en toute sécurité des canettes de bière, des mégots de cigarette et des cure-dents de hors-d’œuvre. Vous éviterez ainsi que des enfants mettent ces objets à la bouche.</p><p>Placez les sacs à main et les manteaux des invités à un endroit déterminé, hors de la portée des jeunes enfants. Les manteaux peuvent contenir des objets comme des médicaments ou des briquets qui peuvent être dangereux pour les enfants.</p><h2>La sécurité au coin du fe​u</h2><p>Pendant les fêtes, un foyer qui crépite peut réchauffer l’ambiance, mais présente aussi un risque de blessure. Placez toujours un écran devant la cheminée pour empêcher les projections d’étincelles dans la pièce et ne laissez jamais un feu brûler sans surveillance.</p><p>Pour éviter les feux de cheminée, il est important de faire nettoyer et inspecter chaque année le foyer et la cheminée par un spécialiste.</p><h2>Des décorations sans danger​</h2><p>En décorant la maison et l’arbre de Noël, suivez ces conseils pour prévenir les incendies et les blessures.</p><h3>Arbre de Noël ​​et sécurité</h3><p>À l’achat d’un arbre artificiel, optez pour un modèle qui résiste au feu. À l’achat d’un arbre naturel, optez pour un arbre fraîchement coupé. Pour savoir si un arbre a été coupé récemment, vérifiez les quelques points suivants :</p><ul><li>Les aiguilles ne se cassent pas quand vous les pliez entre les doigts.</li><li>Les aiguilles ne se détachent pas facilement de l’arbre.</li><li>Le tronc est collant et résineux.</li></ul><p>Si vous achetez un arbre de Noël naturel, veillez à en prendre soin pendant les fêtes.</p><ul><li>Tenez-le à l’écart des sources de chaleur comme les radiateurs, les téléviseurs, les cheminées, les conduits de chauffage et les fenêtres ensoleillées. Vous réduirez ainsi le risque que l’arbre prenne feu.</li><li>Les arbres de Noël desséchés entraînent un risque d’incendie. Pour réduire ce risque, veillez à ce que le tronc soit en permanence plongé dans l’eau.</li><li>Même avec des arrosages fréquents, les arbres finissent par sécher. Après les fêtes, enlevez l’arbre de Noël dès que possible.</li></ul><p>Choisissez toujours un support solide pour l’arbre. Une base large et pesante est un meilleur support qui empêchera les jeunes enfants de renverser l’arbre.</p><h3>Éclairage​ et sécurité électrique</h3><ul><li>Achetez uniquement des guirlandes lumineuses approuvées par l’Association canadienne de normalisation (CSA). Il peut être tentant d’acheter des modèles à bas prix, mais ceux-ci peuvent présenter un plus grand risque d’incendie.</li><li>Utilisez les bonnes guirlandes lumineuses au bon endroit. À l’extérieur, les lampes d’intérieur ne sont pas résistantes aux intempéries. À l’intérieur, les lampes d’extérieur risquent de chauffer trop. Les ampoules LED ne chauffent presque pas et sont le meilleur choix du point de vue de la sécurité.</li><li>Vérifiez chaque année toutes les lampes, ampoules, douilles et rallonges. Assurez-vous que rien n’est détérioré, fissuré ou cassé.</li><li>Ne garnissez jamais un arbre métallique de guirlandes lumineuses. L’accumulation d’électricité risquerait de provoquer une décharge au toucher ou d’entraîner un court-circuit et un incendie d’origine électrique.</li><li>Veillez à ne pas surcharger les cordons électriques et les prises de courant; n’ayez jamais plus de 1400 watts par circuit.</li><li>N’enroulez pas et ne torsadez pas les cordons électriques; ils risqueraient de chauffer et de provoquer un incendie. Les cordons glissés sous les moquettes ou les tapis peuvent également présenter un risque d’incendie.</li><li>Éteignez les guirlandes lumineuses de l’arbre au coucher et quand vous quittez la maison.</li></ul><h3>Décoration et sé​curité</h3><p>Les jeunes enfants sont naturellement curieux. Pour eux, un arbre de Noël décoré est irrésistible. C’est pourquoi il est important de choisir judicieusement les décorations des fêtes.</p><p>Si vous choisissez des décorations de petite taille, fragiles ou tranchantes, veillez à les accrocher près de la cime de l’arbre, hors de la portée des enfants. Près du pied de l’arbre, n’utilisez que des décorations flexibles et incassables.</p><h3>Plantes et séc​urité </h3><p>Le houx et le gui sont des plantes toxiques. Il faut les garder hors de la portée des enfants. Si votre enfant a mangé des baies de ces plantes, appelez le centre antipoison de votre région.</p><p>Le poinsettia n’est pas toxique, mais il peut irriter la peau et causer des problèmes digestifs si mangé.</p><h3>Bougies et séc​urité</h3><p>Si vous avez des enfants en bas âge, utilisez autant que possible des bougies à piles. Vous éviterez ainsi les risques de brûlures.</p><p>Si vous décidez d’utiliser des bougies à flamme, assurez-vous qu’elles sont hors de la portée des enfants et que les bougeoirs ont une base solide. Ne laissez jamais des bougies allumées sans surveillance et tenez-les éloignées des rideaux et autres objets inflammables. N’utilisez pas de bougies allumées sur l’arbre de Noël.</p><h2>Jouets et sécurité</h2><p>Quand vous achetez des jouets pour les enfants, gardez ces conseils à l’esprit. Assurez-vous également que les cadeaux des amis et de la famille sont sans danger.</p><ul><li>Achetez toujours des jouets dont l’emballage indique qu’ils sont adaptés à l’âge de votre enfant, même si celui-ci est en avance sur son âge. Les recommandations relatives à l’âge sur les jouets sont des mentions de sécurité et sont sans lien avec la capacité de l’enfant à maîtriser le jouet ou le jeu. Pour éviter tout risque d’étouffement, les jouets destinés aux enfants de moins de trois ans doivent être plus gros que le poing de l’enfant.</li><li>Avant de donner un jouet à votre enfant, inspectez-le. Assurez-vous qu’il est en bon état et qu’il ne comporte aucune pièce qui risquerait de se casser et que l’enfant pourrait avaler.</li><li>Pour les bébés et les tout-petits, évitez les jouets avec de longues ficelles ou cordes qui peuvent présenter un risque d’étranglement.</li><li>Les vieilles piles présentent un risque de fuite et peuvent provoquer des brûlures par corrosion. En cas d’ingestion, elles peuvent causer des brûlures chimiques internes ou un empoisonnement. Si vous donnez à votre enfant des jouets à piles, assurez-vous que les piles sont en bon état et à leur place à l’intérieur du jouet.</li><li>S’ils sont avalés par un enfant, les aimants peuvent entraîner des blessures graves ou la mort. Ne donnez pas de jouets contenant des aimants à de jeunes enfants.</li></ul><h2>Voyages et séc​urité</h2><p>Pendant les fêtes, de nombreux conducteurs passent plus de temps que d’habitude sur la route à faire des courses et à se rendre à des réceptions. Cela peut entraîner un surcroît de frustration et de fatigue au volant. Pendant les fêtes, il est important de conduire avec prudence. Quand vous allez à une réception pour les fêtes, partez plus tôt pour ne pas avoir la tentation de rouler vite. Si vous projetez de prendre l’avion pendant les fêtes, n’oubliez pas d’emporter des <a href="/Article?contentid=495&language=French">sièges de voiture</a> ou des rehausseurs pour les jeunes enfants.</p><h2>Sources</h2><p> <a target="_blank" href="https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/securite-domicile/conseils-securite-pendant-temps-fetes.html?_ga=1.236351361.1644699692.1412605858">Conseils de sécurité pendant le temps des Fêtes</a>. Gouvernement du Canada. Obtenu Nov 12, 2018. </p><p> <a target="_blank" href="http://www.oafc.on.ca/holiday-fire-safety">Location sécurité incendie</a>. Ontario Association of Fire Chiefs. Obtenu Nov 12, 2018. </p><p> <a target="_blank" href="http://www.parachutecanada.org/injury-topics/item/winter-holidays">Winter holidays: Tips for parents on holiday safety</a> (disponible seulement en anglais). Parachute Canada. Obtenu Nov 12, 2018.</p><p> <a target="_blank" href="https://www.usfa.fema.gov/downloads/pdf/home_safety_checklist.pdf">Home Fire Safety Checklist</a> (disponible seulement en anglais). United States Fire Administration. Obtenu Nov 12, 2018.</p><p> <a target="_blank" href="http://www.usfa.fema.gov/prevention/outreach/holiday.html">Holiday, candle and Christmas tree fire safety outreach materials</a> (disponible seulement en anglais).<a target="_blank" href="http://www.usfa.fema.gov/prevention/outreach/holiday.html" style="text-decoration:underline;">​​</a> United States Fire Administration. Obtenu Nov 12, 2018.​​</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/holiday_safety.jpg La saison des fêtes et arrivée! Voici quelques conseils simples pour garder la famille en toute sécurité pendant que vous célébrez. Main
RougeoleRougeoleMeaslesRFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Eye discomfort and redness;Fever;Rash;Runny nosehttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg2014-06-17T04:00:00ZShawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, Peng8.0000000000000064.00000000000001116.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Ce survol compréhensible traite des signes, des causes et du traitement de cette maladie aiguë causée par le myxovirus, et vous indique à quel moment demander une assistance médicale. Renseignez vous sur la façon de prendre soin de votre enfant. </p><p>La rougeole est une infection causée par un virus. Elle survient le plus souvent à la fin de l’hiver et au printemps. Quand une personne infectée par le virus tousse ou éternue, des gouttelettes contaminées se propagent dans l’air et se déposent sur des surfaces à proximité. Votre enfant peut contracter le virus en inhalant ces gouttelettes ou en touchant son visage, sa bouche, ses yeux ou ses oreilles après être entré en contact avec elles.</p> <p>Votre enfant court un plus grand risque d’attraper la rougeole s’il n’a pas été vacciné contre cette maladie et s’il voyage à l’étranger sans avoir été vacciné.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>La rougeole est une infection causée par un virus. Elle est très contagieuse et n’a pas de traitement spécifique.</li> <li>En général, la rougeole cause de la fièvre, une toux, une conjonctivite et une éruption cutanée.</li> <li>Les risques de complications (entre autres pneumonie, perte de la vue, lésions cérébrales, voire complications mortelles) sont plus élevés chez les jeunes enfants.</li> <li>La rougeole peut être évitée par la vaccination.</li> </ul><h2>Signes et symptômes de la rougeole</h2> <figure><span class="asset-image-title">Taches rouges de la rougeole</span><img alt="Torso of child with measles rash" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_torso_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /><figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée de la rougeole apparaît d’abord sur le visage et se propage au corps jusqu’aux pieds.</figcaption> </figure> <p>Voici les symptômes courants de la rougeole :</p><ul><li>fièvre qui dure deux ou trois jours;</li><li>toux, écoulement nasal et yeux rouges et larmoyants (<a href="/Article?contentid=782&language=French">conjonctivite</a>) après la fièvre;</li><li>éruption cutanée qui débute sur le visage et le haut du cou et se propage au corps, puis aux bras, aux mains, aux jambes et aux pieds.</li></ul><p>Après cinq jours environ, l’éruption cutanée s’estompe dans l’ordre où elle est apparue.</p><h2>Propagation de la rougeole</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Gros plan de taches rouges dues à la rougeole </span> <img alt="Close-up of measles rash" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /> <figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée caractéristique de la rougeole est rouge et en taches.</figcaption> </figure> <p>La rougeole est une maladie très contagieuse. Autrement dit, elle se transmet très facilement d’une personne à l’autre.</p><p>Le virus de la rougeole vit dans le mucus du nez et dans la gorge des personnes infectées. Quand une personne infectée éternue ou tousse, elle projette des gouttelettes dans l’air. Les gouttelettes se déposent sur des surfaces à proximité, où elles peuvent conserver jusqu’à deux heures la capacité de transmettre le virus.</p><p>Les personnes qui ont la rougeole deviennent en général contagieuses un jour ou deux avant les premiers symptômes et le restent jusqu’à quatre jours après leur apparition. Les enfants qui ont des problèmes immunitaires restent souvent contagieux beaucoup plus longtemps.</p><h2>Diagnostic de la rougeole</h2> <p>Le diagnostic de la rougeole repose sur l’examen physique de l’enfant. Il arrive aussi que le médecin demande des analyses de sang ou des prélèvements dans le nez ou la gorge. Si vous pensez que votre enfant a la rougeole, appelez votre médecin avant d’aller le voir afin que l’infection ne se transmette pas à d’autres patients au cabinet médical.<br></p><h2>Complications de la rougeole</h2> <p>Les complications sont dangereuses et plus fréquentes chez les jeunes enfants. Un quart environ des enfants de moins de 5 ans qui attrapent la rougeole doivent être hospitalisés. Certains enfants infectés par le virus de la rougeole ont aussi une <a href="/Article?contentid=8&language=French">otite</a>, une <a href="/Article?contentid=7&language=French">diarrhée</a>, voire une <a href="/Article?contentid=784&language=French">pneumonie</a>.</p> <p>Dans de rares cas, les enfants atteints de rougeole développent également une inflammation du cerveau appelée encéphalite. Les cas graves d’encéphalite peuvent être à l’origine de convulsions, d’une perte auditive ou de lésions cérébrales, voire entraîner la mort.</p> <p>Les enfants qui ont une carence en vitamine A et qui attrapent la rougeole risquent de perdre la vue.</p><h2>Prendre soin de son enfant à la maison</h2> <p>Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole. Vous pouvez apporter votre soutien à votre enfant en essayant d’assurer son confort.</p> <h3>Contrôle de la fièvre</h3> <p>Vous pouvez traiter la fièvre avec de l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> ou de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a>. Ne donnez pas d’aspirine (AAS) à un enfant.</p> <h3>Isolez votre enfant et faites-lui garder le lit</h3> <p>L’enfant ne peut pas aller à l’école ni à la garderie dans les huit jours qui suivent l’apparition des taches rouges. Au Canada, les cas de rougeole sont signalés à l’Agence de la santé publique. Celle-ci communiquera avec vous pour vous indiquer quand votre enfant pourra reprendre sans risque sa routine quotidienne.</p> <h3>Donnez à boire à votre enfant</h3> <p>Offrez fréquemment de l’eau et d’autres boissons à l’enfant.</p><h2>Prévention de la rougeole</h2> <p>Dans de nombreux pays, le vaccin contre la rougeole est offert gratuitement. Les enfants le reçoivent en deux doses, par injection.</p> <ul> <li>La première dose est en général administrée après le premier anniversaire de l’enfant.</li> <li>La seconde, avant l’entrée à l’école.</li> </ul> <p>Le vaccin contre la rougeole fait partie du vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR). Parlez-en à votre médecin si vous ou votre enfant n’êtes pas immunisé.</p> <p>Dans la plupart des cas, la vaccination protège l’enfant contre la rougeole. Elle réduit l’exposition de la collectivité à l’infection. Elle prévient aussi les complications de la maladie (pneumonie grave, infections des poumons, encéphalite, etc.).</p> <h3>Réactions au vaccin</h3> <p>Quand ils reçoivent le vaccin contre la rougeole, certains enfants manifestent des symptômes bénins de la maladie. C’est normal. Si cela se produit, des taches rosées apparaissent en général 7 à 10 jours après le vaccin. Cette éruption cutanée dure environ 3 jours. Il arrive aussi que l’enfant ait un peu de fièvre et de légères douleurs articulaires. Si ces symptômes vous inquiètent, appelez votre médecin.</p> <h3>Importance du vaccin contre la rougeole</h3> <p>Depuis l’introduction du vaccin contre la rougeole au Canada, le nombre de cas de rougeole est passé de 400 000 (dont 75 décès) par an en 1963 à moins de 2 000 en 1995.</p> <p>Dans les pays où le vaccin est gratuit et facile à obtenir, la vaccination a contribué à des taux très bas d’infection par le virus de la rougeole. Cependant, la rougeole reste répandue dans d’autres parties du monde. Vous, votre enfant et votre famille devez être vaccinés contre la rougeole pour vous protéger de la maladie et de ses complications, surtout si vous voyagez à l’étranger.</p><h2>Quand consulter un médecin</h2> <p>Appelez le médecin attitré de l’enfant si :</p> <ul> <li>la fièvre ne baisse pas dans les quatre jours qui suivent l’apparition des taches rouges;</li> <li>la toux s’aggrave;</li> <li>l’enfant a mal aux oreilles.</li> </ul> <p>Emmenez votre enfant au service d’urgence le plus proche ou composez le 911 s’il :</p> <ul> <li>a le souffle court ou respire bruyamment;</li> <li>change de comportement ou a des troubles moteurs;</li> <li>a un accès épileptique;</li> <li>a un violent mal de tête ou vomit sans cesse.</li> </ul> La rougeole est une infection causée par un virus. Apprenez les symptômes et les causes de la rougeole et comment il peut être évité.Main
La méthode kangourou pour votre bébé hospitaliséLa méthode kangourou pour votre bébé hospitaliséKangaroo care for your hospitalized babyLFrenchDevelopmentalNewborn (0-28 days)NANAProceduresAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_SkinToSkin_02.png2019-07-30T04:00:00ZLaura McLean, RN, IBCLC; Caroline Currie, RN; Glynnis Dubois, RN; Jaclyn Erasmi, RN; Samantha Sullivan, RNHealth (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>La méthode kangourou est un contact peau à peau entre un parent et son bébé. Informez-vous sur les différentes manières de fournir la méthode kangourou et sur les nombreux avantages du contact peau à peau avec votre bébé.</p><h2>Qu'est-ce que la méthode kangourou?</h2><p>Le contact peau à peau avec votre bébé, également appelé méthode kangourou, présente de nombreux avantages pour la santé, tant pour vous que pour votre bébé. Votre bébé ne portera qu’une couche et sera placé sur votre poitrine nue pendant les séances kangourou. Tout parent peut offrir la méthode kangourou. Si l’état de santé de votre bébé vous empêche de le tenir contre votre poitrine, il existe des formes modifiées de méthode kangourou que vous pouvez effectuer.</p><div class="asset-3-up"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_SkinToSkin_01.png" alt="An infant with a breathing mask receiving kangaroo care" /> </figure> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_SkinToSkin_03.png" alt="An infant with a breathing tube receiving kangaroo care" /> </figure> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_SkinToSkin_02.png" alt="An infant receiving kangaroo care" /> </figure> <br></div><h2>Points clés</h2><ul><li>Les parents devraient avoir un contact peau à peau avec leur bébé aussi souvent et aussi longtemps que possible.</li><li>Le contact peau à peau avec votre bébé présente de nombreux avantages pour la santé, tant pour vous que pour votre bébé.</li><li>Demandez à votre équipe soignante quand vous pouvez tenir votre bébé peau à peau.</li></ul><h2>Comment réaliser la méthode kangourou</h2><p>Avant de commencer la méthode kangourou avec votre bébé, il est important que vous soyez prêt et que votre bébé le soit aussi. Cela vous permettra de maintenir un contact peau à peau avec votre bébé le plus longtemps possible, sans interruption. Chaque séance kangourou doit durer au moins 30 minutes, mais peut également durer plusieurs heures.</p><p>Les accessoires dont vous pourriez avoir besoin pour la méthode kangourou comprennent une chaise confortable, un oreiller et une couverture, ainsi qu'un drap ou des vêtements pour vous envelopper, vous et votre bébé. Si vous avez besoin d'aide pour rassembler ces accessoires, votre infirmière sera en mesure de vous aider.</p><p>Vous et l’infirmière de votre bébé pouvez aider à préparer votre bébé à la méthode kangourou en lui fournissant au préalable les autres soins nécessaires, tels que le changement de sa couche.</p><p>Avant de commencer la séance kangourou, vous devez aller à la toilette, manger et boire et vous laver les mains. Assurez-vous que vous portez un haut qui s'ouvre à l'avant, sinon une infirmière peut vous fournir une blouse pour qu'il y ait le plus de contact peau à peau possible entre vous et votre bébé. Si vous sentez une montée de lait, il est idéal de le pomper avant et juste après la séance kangourou.</p><p>Une fois que vous serez assis confortablement, votre infirmière vous aidera à transférer votre bébé et vous enseignera la meilleure façon de le positionner et de le tenir. On vous apprendra peut-être également à aller chercher votre bébé par vous-même et à passer en position assise. Votre bébé ne portera qu’une couche et parfois un chapeau pendant les séances kangourou. Il sera posé à la verticale sur votre poitrine nue (vous pouvez porter un soutien-gorge si vous préférez). Servez-vous d’une couverture, d’une écharpe ou de vêtements pour vous garder au chaud, votre bébé et vous-même.</p><h2>Méthode kangourou modifiée</h2><p>Si l’état de santé de votre bébé ne vous permet pas de le tenir sur votre poitrine, il existe d’autres moyens d’établir un contact peau à peau avec lui. Ceux-ci comprennent :</p><ul><li>tenir le doigt</li><li>étreindre les mains</li><li>encercler</li></ul><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <span class="asset-image-title">Tenir le doigt</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_FingerHolding.png" alt="An infant holding its parent's index finger" /></figure> <p>Le parent place un doigt dans la main de son bébé pour qu’il puisse le saisir.</p></div></div><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <span class="asset-image-title">Étreindre les mains</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_HandHug_cupping.png" alt="An infant whose feet and head are being cupped by a woman" /> </figure> <p>Le parent place les deux mains sur son bébé, une main tenant les pieds en coupe et l'autre la tête.</p></div></div><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_HandHug_resting.jpg" alt="A woman gently resting her hands on an infant's middle" /></figure> <p>Le parent repose doucement les deux mains sur le torse de son bébé.</p></div></div><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <span class="asset-image-title">Encerclement ou nidification</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/KangarooCare_Nesting.png" alt="A woman with her arms encircling her baby's body" /></figure> <p>Le parent enroule ses bras autour du corps de son bébé dans le berceau.</p></div></div></div><h2>Le pouvoir du toucher</h2><p>La méthode kangourou offre de nombreux avantages aux parents et aux bébés.</p><p>Pour les parents, la méthode kangourou peut :</p><ul><li>diminuer leur stress</li><li>augmenter l'attachement avec leur bébé</li><li>augmenter la confiance en s'occupant de leur bébé</li><li>aider les parents à sentir qu'ils font partie de l'équipe soignante</li><li>diminuer le risque de dépression postpartum</li></ul><p>Les avantages spécifiques à la lactation incluent :</p><ul><li>augmentation de la quantité de lait</li><li>transition plus facile vers l'allaitement</li></ul><p>Les avantages pour votre bébé incluent :</p><ul><li>aider à réguler sa respiration, sa fréquence cardiaque et sa température</li><li>préparer votre bébé à l'allaitement</li><li>diminuer la douleur lors d'interventions douloureuses</li><li>aider au sommeil et au développement du cervea</li><li>diminuer le stress et les pleurs</li></ul><h2>Resources<br></h2><p>Pour regarder une vidéo sur la méthode kangourou, veuillez visiter :<br> <a href="http://www.sickkids.ca/breastfeeding-program/videos/index.html">http://www.sickkids.ca/breastfeeding-program/videos/index.html</a>.</p><p>Pour plus d'informations sur la méthode kangourou et l'allaitement, veuillez visiter :<br> <a href="http://www.sickkids.ca/breastfeeding-program/index.html">www.sickkids.ca/breastfeeding-program/index.html</a>.</p>La méthode kangourou pour votre bébé Informez-vous sur les différentes manières de fournir la méthode kangourou et sur les nombreux avantages du contact peau à peau avec votre bébé.Main

 

 

Commotion cérébrale: gérer le retour de votre enfant à ses activités quotidiennesCommotion cérébrale: gérer le retour de votre enfant à ses activités quotidiennesConcussion: Managing your child's return to everyday activitiesCFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)HeadBrainNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)Headache;Nausea2017-06-14T04:00:00ZShawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng9.8000000000000054.60000000000001792.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Découvrez comment agir face à la commotion cérébrale d’un enfant et planifier un retour sécuritaire aux activités quotidiennes.</p><p>Une commotion cérébrale est une blessure à la tête qui doit être prise au sérieux et qui doit être traitée de manière adéquate. Lorsque votre enfant reçoit le diagnostic d’une commotion cérébrale, la clé de sa guérison est le repos physique et cognitif (mental).</p><p>Le cerveau de chaque enfant répond de manière différente à une commotion cérébrale et guérit à son propre rythme. Certaines commotions cérébrales présentent d’abord de légers symptômes et guérissent rapidement, mais d’autres peuvent avoir des symptômes plus intenses qui prennent plus de temps à se résorber. La plupart des personnes se remettent complètement après une commotion cérébrale, mais la durée de leur guérison dépend de certains facteurs comme la gravité de la commotion cérébrale, leur état de santé avant qu’ils ne subissent la commotion cérébrale et la façon dont ils ont géré leur convalescence.</p><p>Un retour graduel aux activités habituelles, y compris l’école et la pratique d’activités sportives, vous permettra, votre enfant et vous-même, d’évaluer ses symptômes de commotion cérébrale et d’ajuster ses activités au besoin. Cela laisse plus de temps au cerveau pour se rétablir.</p><br><h2>Symptômes après une commotion cérébrale</h2><p>Une commotion cérébrale peut avoir pour effet chez votre enfant.</p><h3>Symptômes physiques</h3><ul><li><a href="/article?contentid=29&language=French">Maux de tête</a></li><li>Nausées</li><li>Étourdissements</li><li>Être incommodé par la lumière ou le bruit</li><li>Mauvaise coordination</li><li>Dormir plus ou moins que d’habitude</li></ul><h3>Symptômes cognitifs</h3><ul><li>Confusion</li><li>Se sentir étourdi</li><li>Difficultés à se concentrer ou à se souvenir</li></ul><h3>Symptômes émotionnels</h3><ul><li>Irritabilité</li><li>Anxiété</li><li>Problèmes de compétence émotionnelle</li></ul><p>L’erreur la plus fréquente des personnes souffrant d’une commotion cérébrale est de reprendre trop tôt leurs activités habituelles. Tant que les symptômes de commotion cérébrale de votre enfant n’auront pas complètement disparu, tenez pour acquis qu’il n’est pas encore complètement guéri.</p><br><h2>À retenir</h2><ul><li>Après une commotion cérébrale, votre enfant a besoin de beaucoup de repos pour l’aider à se rétablir.</li><li>Un plan de gestion à la suite d’une commotion cérébrale implique un retour graduel aux activités mentales et physiques.</li><li>Votre enfant doit se reposer à la maison au moins quelques jours si les symptômes de sa commotion cérébrale l’empêchent de réfléchir ou de se concentrer.</li><li>Des accommodements doivent être mis en place lorsqu’il retourne à l’école.</li><li>Une reprise graduelle des activités sportives est importante afin de prévenir le risque de multiples commotions cérébrales.</li></ul> <br><h2>Éviter de conduire avant un rétablissement complet</h2><p>Les adolescents ne doivent pas conduire avant d’être complètement remis de leur commotion cérébrale et d’avoir reçu l’autorisation de leur médecin. Conduire nécessite plusieurs fonctions mentales, comme la perception spatiale, la coordination et un temps de réaction rapide. Ce sont tous des éléments altérés par la commotion cérébrale.</p><br><h2>Quand consulter le médecin de votre enfant en cas de commotion cérébrale</h2><p>Votre enfant doit être suivi par son médecin jusqu’à la disparition des symptômes. Le médecin peut aider votre enfant à gérer ses symptômes, peut créer un programme individualisé de retour au jeu ou aux activités scolaires et peut fournir une autorisation médicale lorsque votre enfant sera rétabli. Il peut aussi recommander d’autres façons de gérer certains symptômes comme les maux de tête persistants ou des troubles de santé mentale et donner des conseils sur la façon de favoriser un sommeil réparateur ou la vigilance. Si votre enfant souffre toujours des symptômes liés à sa commotion cérébrale après un mois de repos mental et physique adéquat, le médecin de votre enfant pourrait vous aiguiller vers un spécialiste.</p><br><h2>Raisons pouvant expliquer un lent rétablissement après une commotion cérébrale</h2><p>Plusieurs raisons peuvent expliquer le lent rétablissement de votre enfant.</p><ul><li>Votre enfant a subi des commotions cérébrales par le passé, surtout au cours de la dernière année. Les enfants qui ont souffert de multiples commotions cérébrales prennent plus de temps à se rétablir à chaque nouvelle commotion cérébrale.<p></p></li><li>Votre enfant souffre d’un trouble de l’humeur, d’anxiété ou de troubles du sommeil.</li><li>Votre enfant a des antécédents de maux de tête. La migraine, en particulier, peut entraîner un ralentissement du rétablissement.</li><li>Votre enfant prend des médicaments qui masquent ses symptômes physiques ou interfèrent avec son rétablissement.</li></ul><br><br><h2>Comment gérer la convalescence immédiatement après la commotion cérébrale?</h2><p>Si vous pensez que votre enfant est atteint d’une commotion cérébrale, faites-le évaluer par un professionnel en soins de santé afin de confirmer le diagnostic et voyez s’il a besoin de traitements immédiats. Un professionnel en soins de santé peut aussi aider à établir un programme de reprise des activités habituelles préparé sur mesure pour votre enfant.</p><h3>Première nuit de sommeil</h3><p>Au cours de la première nuit de sommeil à la suite de sa commotion cérébrale, allez surveiller votre enfant à quelques reprises afin de vous assurer que les symptômes de la commotion ne se soient pas aggravés. Vérifiez que sa respiration est normale et qu’il ne gémit pas ni ne vomit ou fait des convulsions. Poussez-le doucement afin de vous assurer qu’il répond, mais, si possible, ne le réveillez pas totalement. Une pleine nuit de sommeil est très importante à la guérison. S’il présente des signes d’un sommeil agité, amenez votre enfant au service des urgences.</p><p>Auparavant, il était fréquent de réveiller les patients souffrant d’une commotion cérébrale au cours de leur première nuit de sommeil afin de s’assurer qu’ils ne tombent pas dans le coma. Cette pratique est de moins en moins recommandée à moins que votre enfant ne perde connaissance, ait des pertes de mémoire ou qu’il éprouve toujours des symptômes de commotion cérébrale avant de se mettre au lit.</p><h3>Convalescence à la maison</h3><ul><li>Assurez-vous que votre enfant dorme et se repose autant que possible. Conservez un horaire de sommeil régulier sans nuits passées à l’extérieur de la maison ou soirées tardives.</li><li>Administrez de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène contre les maux de tête de votre enfant</li><li>évitez les activités qui sont physiquement exigeantes ou qui demandent beaucoup de concentration pour au moins 24 à 48 heures après l’incident.</li><li>Bien que le repos soit important, un repos excessif peut retarder la guérison de votre enfant.</li></ul><br><h2>Reprendre l’école après une commotion cérébrale</h2><p>Pendant leur convalescence à la suite d’une commotion cérébrale, les étudiants peuvent éprouver des difficultés de concentration, de mémoire et de vitesse de raisonnement. Ces difficultés peuvent nuire à l’apprentissage et aux résultats de votre enfant à l’école.</p><p>Le cerveau a besoin de repos pour pouvoir guérir d’une commotion cérébrale. Si le cerveau n’est pas complètement guéri, les travaux scolaires risquent de le surmener. Accorder du temps de repos à votre enfant peut parfois signifier qu’il faudra justifier des absences de l’école. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’importance de retourner à l’école et la convalescence du cerveau.</p><p>Après que votre enfant ait passé quelques jours à la maison et que ses symptômes se soient résorbés, il peut essayer quelques brefs efforts cognitifs comme des travaux domestiques, des devoirs ou regarder la télévision afin de voir si les symptômes recommencent. Si les symptômes n’augmentent pas lors de ces activités ou s’ils réapparaissent, mais diminuent après une pause, votre enfant peut reprendre à l’école avec une charge de cours plus allégée. Une fois que votre enfant est de retour à l’école, assurez-vous de négocier les accommodements nécessaires pour ses travaux scolaires.</p><h3>Accommodements possibles pour un enfant d’âge scolaire ayant subi une commotion cérébrale</h3><ul><li>Consultez le professeur de votre enfant ou laissez-lui un message dans le but de discuter d’une reprise graduelle des travaux scolaires. Votre médecin peut communiquer avec l’école afin de recommander les accommodements nécessaires.</li><li>Permettez à votre enfant de prendre des demi-journées de congé ou de faire des pauses fréquentes si ses symptômes s’aggravent quand il est à l’école.</li><li>Encouragez votre enfant à faire des pauses, mentales et physiques, en quittant la salle de classe toutes les 20 minutes s’il éprouve de la difficulté à se concentrer.</li><li>En cas de maux de tête, administrez suffisamment d’acétaminophène ou d’ibuprofène à votre enfant afin de soulager sa douleur au cours de la journée. Assurez-vous que votre enfant est bien hydraté et qu’il fait des pauses fréquentes.</li><li>Retirez temporairement votre enfant de certains cours, par exemple, d’éducation physique, de travaux manuels, de musique ou tous les cours faisant appel à des ordinateurs.</li><li>Si le bruit ou la lumière incommodent votre enfant, il peut porter des lunettes de soleil ou des bouchons d’oreille. Il devrait éviter les endroits bruyants comme la cafétéria et les assemblées.</li><li>évitez à votre enfant le passage de tests et d’examens académiques jusqu’à ce qu’il se sente prêt mentalement</li><li>limitez le temps des devoirs à des périodes de 20 minutes. Augmentez lentement cette durée à mesure que les symptômes se résorbent.</li></ul><p>Une fois que vous avez l’impression que les symptômes de votre enfant ont disparu ou qu’ils se sont largement résorbés, il peut reprendre sa charge de travaux scolaires habituels à l’école. Si les symptômes s’aggravent, il doit réduire son niveau d’activités.</p><p>Si les symptômes persistent, consultez le médecin de votre enfant, car votre enfant pourrait avoir besoin de davantage d’évaluations ou d’accommodements.</p><h2>Reprendre la pratique d’activités sportives après une commotion cérébrale</h2><p>Le repos physique est aussi important que le repos mental au rétablissement de votre enfant. Si votre enfant est un athlète, il doit également employer une approche graduelle pour son retour aux activités athlétiques.</p><p>Un enfant ne doit jamais reprendre le sport la journée où il a subi une commotion cérébrale. Non seulement cela ralentit la convalescence, mais cela peut aggraver la blessure ou entraîner des complications.</p><p>Votre enfant doit reprendre ses activités physiques uniquement lorsque tous les symptômes de commotion cérébrale se sont résorbés:</p><ul><li>il est de retour à l’école à temps plein sans accommodement</li><li>il a reçu l’autorisation de son médecin.</li></ul><p>Votre enfant peut reprendre ses activités en suivant un protocole par étape, sous supervision médicale. Votre enfant doit passer au moins une journée par étape et passer à l’étape suivante uniquement si ses symptômes ne sont pas revenus. Si ses symptômes réapparaissent à l’une des étapes, il doit s’asseoir et se reposer immédiatement. Une fois les symptômes disparus à nouveau, il doit seulement reprendre à la dernière étape qu’il a complétée sans ressentir de symptôme.</p><h3>Les étapes pour reprendre les activités sportives</h3><ul><li>Étape de repos: votre enfant ne doit pratiquer aucune activité physique mis à part de légers étirements et de la marche. Il doit demeurer à cette étape jusqu’à ce que ses symptômes aient disparu et pour les quelques jours suivants, surtout si ses symptômes initiaux ont pris plus d’une semaine avant de disparaître. Votre enfant ne devra plus prendre d’acétaminophène ou d’ibuprofène après cette étape afin d’évaluer de manière adéquate la manière dont son cerveau se rétablit.</li><li>Étape d’activité physique légère: les activités suggérées comprennent la marche, la natation, la course légère et le vélo stationnaire pratiqués à moins de 50 pour cent de son intensité. Le but est de tester de quelle façon le cerveau de votre enfant répond à une augmentation du rythme cardiaque.</li><li>Étape d’activité physique propre à un sport: votre enfant peut ajouter la course ou le patinage à intensité modérée, mais il doit encore éviter les contacts et les entraînements complexes. Il doit éviter tout type d’entraînements de musculation ou de résistance.</li><li>Étape d’entraînement sans contact: les activités proposées à votre enfant comprennent des entraînements plus complexes faisant appel à des passes, des lancers, des mouvements plus élaborés et une prise de décision rapide. Les adolescents qui pratiquent un sport peuvent ajouter des entraînements de musculation ou de résistance de faible intensité.</li><li>Étape de pratique avec contact: une fois que votre enfant a reçu l’autorisation de son médecin, il peut recommencer à prendre part à des activités d’entraînement avec contact comme frapper, bloquer et lutter. Assurez-vous que votre enfant surveille ses symptômes avec attention au cours de cette étape.</li><li></li><li>Étape du retour au jeu: à cette étape, votre enfant peut reprendre le jeu normal. Les symptômes de commotion cérébrale de votre enfant doivent avoir disparu et vous êtes sûr qu’il s’est complètement remis.</li></ul><p>Les enfants qui pratiquent des sports avec contact doivent être particulièrement prudents lorsqu’ils retournent au jeu après une commotion cérébrale. Il est primordial d’avoir obtenu l’accord du médecin avant de reprendre la pratique de leur sport. Il faut également s’assurer de faire un reprendre l’activité avec contact graduellement.</p><p>Votre enfant est plus à risque de subir une autre commotion cérébrale s’il retourne au jeu avant de s’être remis complètement de sa première commotion cérébrale. Avec cette deuxième commotion cérébrale, les symptômes pourraient s’aggraver et durer plus longtemps.</p><p>Si votre enfant a des antécédents de commotions multiples, il doit suivre ces étapes de manière encore plus stricte.</p><h3>Évaluation cognitive de référence</h3><p>Certaines ligues de sports de contact mettent en œuvre des évaluations neurocognitives ou neuropsychologiques de référence.</p><p>Ce type d’évaluation permet aux entraîneurs, aux parents et aux professionnels en soins de la santé de comparer les résultats de tests avant et après une commotion cérébrale afin de voir si le cerveau de votre enfant s’est complètement remis de sa blessure. Les évaluations neuropsychologiques sont aussi utiles aux athlètes qui ont subi de multiples commotions cérébrales ou aux enfants dont les symptômes s’aggravent ou ne s’améliorent pas malgré le repos physique ou cognitif.</p><p>Ces évaluations sont des manières très utiles et objectives d’évaluer la progression du rétablissement de votre enfant et peuvent permettre de repérer des déficits cognitifs spécifiques et guider la planification des études.</p><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/concussion_managing_return_to_activity.jpgCommotion cérébraleMain
Comment donner de l’acétaminophène et de l’ibuprofène contre la fièvreComment donner de l’acétaminophène et de l’ibuprofène contre la fièvreHow to give acetaminophen and ibuprofen for feverCFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANADrug treatmentAdult (19+) CaregiversFever2019-03-22T04:00:00ZKelly Anderson, RN; Elana Hochstadter, MD;Komail Nadeem, PharmD, RPh;Elaine Lau, BScPhm, PharmD, MSc, RPh; Wendy Chen, PharmD, RPhHealth (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Apprenez comment utiliser l’acétaminophène et l’ibuprofène pour soulager votre enfant et pour faire baisser sa fièvre. Apprenez aussi à utiliser les deux médicaments conjointement lorsqu’un seul ne suffit pas.</p><h2>Mon enfant a-t-il de la fièvre?</h2><h3>Si la température est supérieure à 38 °C (100,4 °F), il s’agit de la fièvre.</h3><p>L’enfant est souvent chaud au toucher en cas de fièvre. Utilisez un thermomètre pour mesurer la température corporelle de l’enfant afin de confirmer s’il a de la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>. Une température supérieure à 38 °C (100,4 °F) indique que votre enfant a de la fièvre.</p><p>La fièvre n’est pas une maladie en soi, mais une indication que quelque chose ne va pas. L’apparence et le comportement de votre enfant sont plus importants que le degré de la fièvre.</p><h2>Quels médicaments traitent la fièvre?</h2><h3>Quand dois-je traiter la fièvre avec des médicaments?</h3><p>Les médicaments sont nécessaires pour soulager votre enfant. Toutefois, ne fondez pas votre jugement sur son degré de fièvre, mais plutôt sur son état. S’il a de la fièvre, mais qu’il joue encore, qu’il boit bien et qu’il est joyeux, il n’est peut-être pas nécessaire d’utiliser des médicaments pour traiter sa fièvre.</p><h3>Médicaments utilisés pour traiter la fièvre</h3><p>L’<a href="https://www.aboutkidshealth.ca/article?contentid=62&language=French"><strong>acétaminophène</strong></a> (p. ex., Tylenol, Tempra) et l’<a href="https://www.aboutkidshealth.ca/article?contentid=153&language=French"> <strong>ibuprofène</strong></a> (p. ex., Advil, Motrin) sont deux médicaments couramment utilisés pour traiter la fièvre des enfants. Il est préférable d’utiliser un seul de ces médicaments pour traiter la fièvre. Vous pouvez choisir celui que vous préférez, car les deux fonctionnent aussi bien.</p><p>La bonne dose d’acétaminophène ou d’ibuprofène pour un enfant se calcule d’après son poids corporel. La dose estimative est habituellement indiquée sur l’emballage du médicament. Notez que l’acétaminophène et l’ibuprofène ont des doses et des intervalles d’administration différents. De plus, il peut s’écouler jusqu’à une heure avant que le médicament ne commence à agir.</p><p>Si l’utilisation d’un seul de ces médicaments ne soulage pas suffisamment votre enfant ou ne réussit pas à faire baisser sa fièvre, vous pouvez essayer de donner les deux médicaments conjointement. L’acétaminophène et l’ibuprofène pourront être plus efficaces pour soulager votre enfant parce qu’ils traitent la fièvre de manières différentes. Ces médicaments peuvent être pris en même temps ou en léger décalage l’un par rapport à l’autre.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Lorsque vous décidez de donner ou non des médicaments pour traiter la fièvre de votre enfant, vous devez tenir compte non seulement de sa température, mais aussi de son apparence et de son comportement.</li><li>L’acétaminophène et l’ibuprofène sont deux médicaments couramment utilisés pour traiter la fièvre.</li><li>Si l’utilisation d’un seul médicament ne soulage pas suffisamment votre enfant, vous pouvez essayer d’administrer l’acétaminophène et l’ibuprofène conjointement.</li><li>Lorsque vous administrez les deux médicaments conjointement, assurez-vous de ne pas donner l’acétaminophène plus d’une fois toutes les quatre heures et l’ibuprofène plus d’une fois toutes les six heures.</li></ul><h2>Comment donner de l’acétaminophène et de l’ibuprofène conjointement?</h2><p>Les doses d’acétaminophène (p. ex., Tylenol, Tempra) doivent être administrées à au moins quatre heures d’intervalle alors que les doses d’ibuprofène (p. ex., Advil, Motrin) doivent être administrées à au moins six heures d’intervalle. Il existe toutefois une limite à la quantité de chaque médicament qui peut être administrée par période de 24 heures. Veuillez consulter votre flacon de médicaments pour en connaître la posologie quotidienne maximale ou demandez-le à votre pharmacien.</p><p>Lorsque vous donnez de l’acétaminophène et de l’ibuprofène à votre enfant, il est important d’en noter le nom, la quantité et le moment.</p><h3>Voici un exemple de la façon de donner de l’acétaminophène et de l’ibuprofène conjointement</h3><table class="akh-table"><tbody><tr><td><ul><li>Il est midi, votre enfant ne se sent pas bien et le thermomètre affiche une température de 39 °C (102,2 °F). Donnez de l’<strong>ibuprofène</strong> (p. ex., Advil, Motrin).</li><li>Vérifiez sa température une heure plus tard (<strong>13 h</strong>). S’il a encore de la fièvre et ne se sent pas mieux, donnez-lui de l’<strong>acétaminophène</strong> (p. ex., Tylenol, Tempra).</li><li>Vérifiez la température de votre enfant toutes les heures pendant les trois heures suivantes (<strong>14 h, 15 h et 16 h</strong>). Même s’il a encore de la fièvre et qu’il ne se sent toujours pas bien, vous ne pouvez pas lui donner de médicaments pour le moment.</li><ul> <em> <li>Vous ne pouvez pas donner de l’ibuprofène parce qu’il ne s’est pas écoulé six heures depuis la dernière dose.</li> <li>Vous ne pouvez pas donner de l’acétaminophène parce qu’il ne s’est pas écoulé quatre heures depuis la dernière dose.</li> <li>Essayez d’autres méthodes pour rafraîchir votre enfant, comme appliquer un chiffon froid sur son front ou enlever des couches de vêtements de trop.</li></em> </ul><li>Vérifiez la température de votre enfant une heure plus tard (<strong>17 h</strong>). S’il a encore de la fièvre et qu’il ne se sent toujours pas bien, donnez-lui de l’<strong>acétaminophène</strong>.</li><ul><li> <em>Il est sécuritaire de redonner de l’acétaminophène à ce moment, car il s’est écoulé quatre heures depuis la dernière dose de ce médicament.</em></li></ul><li>Vérifiez la température de votre enfant une heure plus tard (<strong>18 h</strong>). S’il a encore de la fièvre, donnez-lui de l’<strong>ibuprofène</strong>.</li><ul><li> <em>Il est sécuritaire de redonner de l’ibuprofène parce qu’il s’est écoulé six heures depuis la dernière dose de ce médicament.</em></li></ul></ul></td></tr></tbody></table><p> <strong>Voici un tableau pour expliquer l’exemple ci-dessus :</strong></p><table class="akh-table"><thead><tr><th width="19%">Heure</th><th width="25%">Température (exemple)</th><th width="28%">Donner de l'ibuprofène (p. ex., Advil, Motrin)</th><th width="28%">Donner de l'acétaminophène (p. ex., Tylenol, Tempra)</th></tr></thead><tbody><tr><td>12 h</td><td> <strong>39 °C (102,2 °F)</strong></td><td style="text-align:center;"> <strong>X</strong></td><td></td></tr><tr><td>13 h</td><td> <strong>38,5 °C (101,3 °F)</strong></td><td></td><td style="text-align:center;"> <strong>X</strong></td></tr><tr><td>14 h</td><td> <strong>38 °C (100,4 °F)</strong></td><td colspan="2" style="text-align:center;">Ne donner aucun médicament pour le moment.</td></tr><tr><td>15 h</td><td> <strong>38,4 °C (101,1 °F)</strong></td><td colspan="2" style="text-align:center;">Ne donner aucun médicament pour le moment.</td></tr><tr><td>16 h</td><td> <strong>38,5 °C (101,3 °F)</strong></td><td colspan="2" style="text-align:center;">Ne donner aucun médicament pour le moment.</td></tr><tr><td>17 h</td><td> <strong>38,2 °C (100,8 °F)</strong></td><td></td><td style="text-align:center;"> <strong>X</strong></td></tr><tr><td>18 h</td><td> <strong>38,5 °C (101,3 °F)</strong></td><td style="text-align:center;"> <strong>X</strong></td><td></td></tr></tbody></table><h2>Rappels importants lors de l’administration de médicaments contre la fièvre</h2><p>Vérifiez toujours la température de votre enfant avant de lui donner des médicaments contre la fièvre. S’il n’a pas de fièvre, il n’a pas besoin de médicaments. Rappelez-vous que s’il a de la fièvre, mais qu’il joue encore, qu’il boit bien et qu’il est joyeux, il n’aura peut-être pas besoin de médicaments pour traiter la fièvre à ce moment-là.</p><p>Il est important de noter quand vous avez donné les médicaments à votre enfant, surtout s’il s’agit de doses d’acétaminophène et d’ibuprofène données conjointement.</p><p>De nombreux médicaments contre la toux et le rhume pour enfants contiennent de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène. Vérifiez les ingrédients de tout autre médicament que vous donnez à votre enfant pour voir s’ils contiennent de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène. Si c’est le cas, vous devrez en réduire la dose pour vous assurer qu’elle n’est pas trop élevée.</p><p><strong>Que vous traitiez ou non la fièvre de votre enfant, si vous craignez pour son état, consultez un médecin.</strong></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/ICO_DrugA-Z.pngL’acétaminophène et l’ibuprofène Apprenez comment utiliser l’acétaminophène et l’ibuprofène pour soulager votre enfant et pour faire baisser sa fièvre. Main
Kératose pilaireKératose pilaireKeratosis pilarisKFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_keratosis_pilaris_FR.jpg2015-05-06T04:00:00ZBlanca Del Pozzo-Magana, MD;Irene Lara-Corrales, MSc, MD​​10.000000000000054.0000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>La kératose pilaire est une éruption cutanée courante qui se manifeste par la formation de bosses sur la peau. Apprenez quelle est la cause de la kératose pilaire.</p><figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_keratosis_pilaris_EN.jpg" alt="La peau touchée par la kératose pilaire" /> </figure> <h2>En quoi consiste la kératose pilaire?</h2><p>La kératose pilaire (KP) est une forme d’éruption cutanée très courante qui touche au moins un enfant sur cinq à l’échelle mondiale. Elle se manifeste par la formation de nombreuses papules folliculaires rugueuses (petites bosses dans les follicules pileux) qui rappellent la « chair de poule ». En général, les bosses sont de la couleur de la peau. Toutefois, elles peuvent parfois ressembler à des taches ou leur sommet peut être blanc de sorte qu’elles ont l’apparenc​e de « points blancs ».</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La kératose pilaire est une dermatose très courante et bénigne qui survient quand il y a surproduction de la protéine kératine dans les follicules pileux.</li><li>La kératose pilaire est habituellement transmise aux enfants par un ou les deux parents.</li><li>La kératose pilaire provoque la formation de taches ou de bosses qui peuvent être accompagnées d’une démangeaison lorsque la peau est sèche.</li><li>L’application de crèmes particulières et d’hydratants peut améliorer l’apparence de la peau et atténuer l’inconfort de la kératose pilaire, mais ce traitement ne possède aucune vertu curative.</li></ul><figure><span class="asset-image-title">Parties du corps touchées par la kératose pilaire</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_keratosis_pilaris_sites_FR.jpg" alt="Une fille avec des marques sur les joues, la partie supérieure des bras, le fessier et les cuisses" /> </figure> <h2>Quelles sont les incidences de la kératose pilaire sur le corps?</h2><p>La kératose pilaire est bénigne. Elle se présente habituellement sur la partie supérieure des bras et des cuisses, bien qu’elle puisse parfois toucher d’autres parties du corps comme le fessier et les joues.<br></p><p>La kératose pilaire n’ennuie pas la plupart des gens qui en sont atteints, mais elle peut gêner certains sur le plan esthétique. En règle générale, la peau ne devient irritée que lorsqu’elle est très sèche et démange ou si la personne gratte les bosses. L’affection disparaît normalement au fil du temps ou s’atténue durant l’été. Toutefois, chez certaines personnes, elle persiste pendant de nombreuses années.</p><p>Très peu d’enfants souffrent de kératose pilaire à caractère génétique ou en présentent une forme sévère sur tout le corps.</p><figure><span class="asset-image-title">Kératose pilaire</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_keratosis_pilaris_FR.jpg" alt="Coupe transversal de la peau touchée par la kératose pilaire" /></figure> <h2>Quelle est la cause de la kératose pilaire?</h2><p>La kératine est une protéine qui est l’un des principaux constituants de la peau. La kératose pilaire survient quand il y a surproduction de kératine dans les follicules pileux. L’excédent de kératine forme des bouchons durs qui créent les bosses sur la peau.</p><p>La kératose pilaire est un trouble génétique, ce qui veut dire qu’elle peut être transmise par un ou les deux parents.</p><h2>Comment la kératose pilaire est-elle diagnostiquée?</h2><p>Un médecin peut diagnostiquer une kératose pilaire chez votre enfant simplement en lui examinant la peau et en posant des questions sur ses antécédents médicaux.</p><h2>Comment la kératose pilaire est-elle traitée?</h2><p>Il n’est pas nécessaire de traiter la kératose pilaire à moins qu’elle soit très gênante. Il n’existe malheureusement aucun traitement qui permet de faire disparaître totalement la kératose pilaire, quoique l’application d’hydratants et de crèmes particulières à base d’urée et d’acide lactique puisse améliorer l’apparence des zones atteintes. Ces crèmes peuvent cependant irriter la peau et leur emploi n’est pas recommandé chez les jeunes enfants.</p><p>Un traitement au laser a récemment été utilisé pour traiter des cas graves de kératose pilaire, mais il a avant tout été efficace dans la réduction des rougeurs de la peau, mais non pas dans l’atténuation de son aspect bosselé.</p><h2>Quand consulter un médecin pour la kératose pilaire</h2><p>Consultez votre médecin si la kératose pilaire entraîne des démangeaisons chez votre enfant ou si elle se manifeste sur de nombreuses parties de son corps (par exemple, sur la zone sourcilière, les genoux ou les coudes).</p>Main
Virus respiratoire syncytial (VRS)Virus respiratoire syncytial (VRS)Respiratory syncytial virus (RSV)VFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Trachea;LungsImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Fever;Runny nose2013-10-29T04:00:00ZAndrea Riekstins, RN, MN, APN;Arlene Chaves, RN, MN, APN;Allan Coates, MD, CM;Brenda O'Doherty, RN;Krista Keilty-Lau, MN, APN;Marilyn Cranis, RN;Theo J Moraes, MD, PhD, FRCPC8.0000000000000062.00000000000001097.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le VRS est un virus qui infecte les poumons et les voies respiratoires, et qui produit des symptômes semblables à ceux de la grippe. </p><h2>Qu'est-ce que le VRS?</h2><p>Le virus respiratoire syncytial (VRS) est un virus qui atteint les poumons et les voies respiratoires. Il provoque des rhumes et constitue la principale cause de la <a href="/article?contentid=765&language=french">bronchiolite</a> chez les nourrissons et les bambins. La plupart des enfants auront contracté l’infection due au VRS avant d’atteindre l’âge de 2 ans. L’infection est plus répandue de novembre à avril, soit la période où le virus est le plus actif. Toutefois, la majorité des enfants auront une infection légère et n’auront pas besoin de soins médicaux. </p> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Système respiratoire</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Respiratory_system_MED_ILL_FR.jpg" alt="L’emplacement des poumons, de a trachée, de la bronche, des bronchioles et du diaphragme dans un garçon" /> </figure><h2>À ret​enir</h2> <ul><li>Le VRS est un virus très répandu causant des infections pulmonaires dont les symptômes sont peu marqués chez la plupart des bébés et des enfants. Il peut toutefois causer des infections pulmonaires graves chez certains d’entre eux.</li> <li>Vous pouvez limiter ou prévenir la propagation du virus en vous lavant régulièrement les mains et en évitant tout contact direct avec votre bébé quand vous êtes vous même infecté ainsi que toute exposition de votre bébé à d’autres personnes infectées.</li> <li>Si votre bébé est fortement à risque de contracter des infections pulmonaires graves, il aura besoin d’une dose du médicament « palivizumab » tous les mois durant la saison du VRS (de novembre à avril).</li> <li>Vous pouvez vous assurer que votre bébé reçoive ce médicament en rappelant à votre fournisseur de soins de santé qu’il en a besoin ainsi qu’en en faisant le suivi des dates de rendez vous.</li></ul><h3>Symptômes de l’infection au VRS</h3><p>Un bébé ou un enfant infecté peut :</p><ul><li> <a href="/article?contentid=774&language=french">tousser</a>,</li><li>présenter un écoulement du nez,</li><li>avoir de la <a href="/article?contentid=30&language=french">fièvre</a>,</li><li>présenter parfois une respiration sifflante.</li></ul><p>Il est facile de confondre une infection au VRS avec une grippe ou une autre infection virale, car ils ont tous des symptômes en commun.</p><p>Dans la plupart des cas, les parents peuvent eux mêmes s’occuper de leurs enfants infectés par le VRS tant que les petits ces derniers respirent aisément, que leur peau ne devient pas bleuâtre et qu’ils boivent et urinent (font pipi) normalement. L’infection ne dure généralement que quelques jours. Les adultes en santé ne sont généralement pas gravement infectés, mais ils peuvent tout de même transmettre le virus aux enfants.</p><h2>Les incidences de l’infection au VRS peuvent être gr​aves</h2><p>Chez certains bébés et enfants, l’infection au VRS peut entraîner une <a href="/article?contentid=784&language=french">pneumonie</a> ou une <a href="/article?contentid=765&language=french">bronchiolite​</a> qui sont des maladies susceptibles d’être graves. Dans de telles situations, vous devrez peut-être amener votre enfant au cabinet de votre omnipraticien ou de votre pédiatre ou aux services d’urgence d’un hôpital.</p><h3>Votre bébé ou votre enfant a potentiellement plus de risques d’être très malade à la suite d’une infection au VRS dans les cas suivants :</h3><ul><li>Il est né prématurément (avant la 33e semaine de grossesse) et est âgé de moins de 6 mois au début de la saison du VRS, en novembre.</li><li>Il est âgé de moins de 2 ans et est aux prises avec certains troubles pulmonaires, une cardiopathie congénitale, le syndrome de Down ou une affection du système immunitaire. Le médecin de votre enfant vous expliquera la situation.</li><li>Il présente d’autres problèmes de santé particuliers dont vous parlera le médecin de votre enfant.</li></ul><p>Le VRS peut se pro​pager au toucher :</p> <ul><li>du mucus du nez ou de la bouche d’une personne infectée,</li> <li>des papiers mouchoirs souillés d’une personne infectée ainsi que la surface (des comptoirs, par exemple), des vêtements et des jouets auxquels elle a touché,</li> <li>des mains contaminées non lavées d’une personne infectée.</li></ul> <p>Le VRS peut vivre sur les surfaces dures comme les comptoirs pendant plus de 6 heures. Il demeure actif sur les vêtements et les mains jusqu’à 1 heure. Il peut s’écouler de 2 à 8 jours avant qu’une personne exposée au VRS devienne malade.</p><h2>Traitem​ent</h2><p>Lorsqu’un enfant lutte contre une infection au VRS, le traitement consiste principalement à soulager les symptômes de l’infection. Comme les antibiotiques n’ont aucun effet sur les virus, ils ne peuvent pas accélérer la guérison de votre enfant.</p><h2>U​​n médicament est nécessaire aux bébés à risques élevés durant la saison du VRS</h2><p>Aucun médicament ne peut empêcher votre bébé d’être infecté par le VRS. De plus, le fait d’avoir eu une infection au VRS ne permet pas de l’immuniser par la suite. L’individu moyen peut avoir une infection au VRS à maintes reprises pendant sa vie.</p><p>Aucun vaccin contre le virus n’est encore disponible pour le grand public. Il existe néanmoins un médicament qui permet d’éviter que l’infection au VRS devienne très grave. Ce produit est recommandé pour les bébés risquant fortement une telle complication. Votre fournisseur de soins de santé déterminera si votre enfant a besoin de ce médicament appelé <a href="/article?contentid=208&language=french">palivizumab</a> et dont le nom commercial est Synagis. On nomme parfois ce traitement prophylaxie anti VRS, ce qui veut dire  « traitement préventif contre le VRS ». Le palivizumab est donné sous forme injectable. La piqûre est habituellement administrée dans un muscle. Il n’y a aucune contre indication en ce qui concerne les vaccins habituels des enfants. Le médicament stimulera chez votre enfant la production d’anticorps qui permettront à son organisme de combattre une infection au VRS. Ces anticorps réduiront les risques que l’infection devienne grave.</p><p>Puisque l’efficacité d’une dose de palivizumab dure 30 jours environ, votre enfant devra obtenir une injection chaque mois au cours de la saison du VRS. Si vous remettez un rendez vous ou en sautez un, l’effet bénéfique du médicament aura pris fin et votre enfant n’aura plus de protection contre le virus.</p><h3>Les réactions sont ra​res</h3><p>Les effets secondaires les plus courants du palivizumab sont la fièvre, les éruptions cutanées ou la rougeur de la peau dans la zone d’injection. Les réactions graves dues aux allergies sont très rares. Demandez au médecin ou à l’infirmier prenant en charge votre enfant de vous fournir les renseignements à jour au sujet des réactions au médicament.</p><h3>Rappelez au médecin ou à l’infirmier responsable que votre bébé a besoin d’un médicament pour éviter une infection au VRS</h3><p>L’injection, qui peut se faire à l’hôpital, au cabinet du médecin, ou dans une clinique de traitement contre le VRS, peut être administrée par un médecin ou un infirmier.</p><h3>Pour vous assurer que votre bébé obtienne tous les mois le traitement approprié, vous devriez :</h3><ul><li>Consigner les dates des rendez vous. Pour faire un suivi, servez vous du carnet d’immunisation régulier ou imprimez les tableaux ci dessous.</li></ul><h2>Prophylaxie anti-VRS</h2><table class="akh-table"><thead><tr><th>Palivizumab</th><th>Date<br></th><th>Emplacement</th></tr></thead><tbody><tr><td>Dose #1</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Dose #2</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Dose #3</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Dose #4</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Dose #5</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Dose #6</td><td></td><td></td></tr></tbody></table><p></p><h2>Infection au VRS: résultats positifs aux tests et hospitalisations</h2><table class="akh-table"><thead><tr><th> </th><th> Date </th><th> Date </th></tr></thead><tbody><tr><td>VRS- positif</td><td></td><td></td></tr><tr><td>VRS admission à l'hôpital</td><td></td><td></td></tr><tr><td>Congé de l'hôpital</td><td></td><td></td></tr></tbody></table><ul><li>Rappelez au médecin ou à l’infirmier responsable que votre bébé a besoin d’un médicament pour éviter une infection au VRS.</li></ul><p>Pour plus de renseignements au sujet de la prophylaxie anti VRS, consultez le site du <a href="https://www.ontario.ca/fr/page/obtenez-le-remboursement-integral-de-certains-medicaments" target="_blank">ministère de la santé de l'Ontario</a>.</p><h2>Prévention des infections au VRS</h2><p>N’exposez pas votre bébé à la fumée de cigarette. L’usage de la cigarette a été associé à des taux d’infection accrus.</p><h3>Voici des mesures que vous pouvez prendre pour limiter ou prévenir la transmission du VRS :</h3><ul><li> <a href="/article?contentid=1981&language=french">Lavez vous les mains</a> avec de l’eau et du savon ou avec un désinfectant à base d’alcool servant à cette fin avant ainsi qu’après tout contact direct avec votre enfant, et demandez aux autres personnes d’en faire de même.</li><li>Toussez et éternuez dans la manche de votre vêtement et non pas dans vos mains et jetez immédiatement les papiers mouchoirs souillés à la poubelle.</li><li>Évitez tout contact direct (comme les baisers) avec le visage ou les mains de votre bébé quand vous êtes vous même infecté.</li><li>Ne vous rendez pas auprès de votre bébé prématuré hospitalisé si vous éternuez ou toussez ou si votre nez coule ou si vous avez une fièvre.</li><li>N’exposez pas votre bébé à des foules ou à toute personne qui éternue ou tousse, dont le nez coule ou qui a une fièvre, en particulier durant la saison du VRS (de novembre à avril). Les infections se propagent plus facilement en présence de nombreuses personnes.</li><li>À la maison, lavez régulièrement les surfaces dures (des comptoirs par exemple) que des personnes touchent souvent, et faites le plus souvent pendant la saison du VRS.<br></li></ul>rsvhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/respiratory_syncytial_virus.jpgMain