AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Comment composer avec ton diagnostic de cancerComment composer avec ton diagnostic de cancerCoping with your cancer diagnosisCFrenchOncologyPre-teen (9-12 years);Teen (13-15 years);Late Teen (16-18 years)BodyNATestsPre-teen (9-12 years) Teen (13-15 years) Late Teen (16-18 years)NA2019-09-03T04:00:00ZNA000Flat ContentHealth A-Z<p>La plupart des adolescents disent avoir trouvé très difficiles les jours et les semaines pendant et après le diagnostic. Il peut être très stressant d'attendre les résultats d'examens et lorsque tu découvres finalement qu'il s'agit d'un cancer, il est normal de ressentir simultanément différentes émotions.</p><h2>Que devrais-je ressentir?</h2><p>Lorsque tu découvres que tu as un cancer, il n'existe pas de bonne ou de mauvaise façon de réagir.</p><p>Par exemple, tu peux te sentir ébranlé. Certains adolescents ont mentionné ne pas y croire au début ou ont eu la sensation d'être dans la peau de quelqu'un d'autre.</p><p>Le cancer n'est pas quelque chose que tu penses vivre à l'adolescence. Tu peux être confus ou effrayé, ressentir de la colère ou de la tristesse ainsi que de nombreuses autres émotions. Tu peux craindre l'avenir et ce qui va arriver. Tu peux penser à la façon dont ta famille et toi ferez face à cette situation. Tu peux craindre de dire aux autres membres de ta famille, à tes amis ou aux personnes de l'école que tu as un cancer. Tu peux craindre la douleur, le fait d'être malade, de ne pas pouvoir vivre comme un adolescent normal, ou ce à quoi tu ressembleras. Il est particulièrement difficile de faire face à toutes ces réactions, mais elles sont tout à fait normales.</p><h2>Vais-je mourir?</h2><p>La plupart des adolescents qui ont un cancer pensent à la mort à un moment donné et tu peux craindre qu'avoir un cancer signifie que tu vas mourir. Le cancer est indéniablement une maladie très grave, mais recevoir un diagnostic de cancer <strong>ne</strong> signifie <strong>pas</strong> automatiquement que tu vas mourir!</p><p>Le nombre de personnes qui sont traitées avec succès et qui survivent au cancer augmente sans cesse. Désormais, de 80 % à 85 % des personnes survivent au cancer; il arrive toutefois qu'elles aient besoin de plus de traitements. Il existe plusieurs raisons pour l'accroissement du taux de survie :<br></p><ul><li>Les oncologues comprennent mieux les cancers et en savent beaucoup plus sur ces derniers et la façon de les traiter qu'ils en savaient même quelques années en arrière.<br></li><li>Plus de recherche mène à des traitements meilleures et plus efficaces pour le cancer.<br></li><li>Il est plus facile de guérir un cancer chez une jeune personne que chez une personne plus âgée.<br></li></ul><h2>Comment faire face à cette situation?</h2><p>Tout comme il n'existe pas de bonne ou de mauvaise façon de ressentir, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de réagir. Certaines personnes veulent apprendre tout ce qu'elles peuvent sur le cancer immédiatement. D'autres préfèrent apprendre plus lentement. Certaines personnes en parlent immédiatement à toutes les personnes qu'elles connaissent. D'autres le disent uniquement à leurs proches. Certaines personnes parlent ouvertement de leurs sentiments. D'autres sont plus réservées. Tu as ta propre façon de réagir au diagnostic. Il importe toutefois de choisir une façon saine de faire face à la situation. Tu apprendras davantage la façon de faire face au cancer aux sections sur la <a href="https://teens.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=3514&language=French">gestion des symptômes</a> et <a href="/Article?contentid=3524&language=French">le cancer et les émotions</a>.</p><h2>Tu n'es pas seul!</h2><p>Lorsque tu reçois un diagnostic de cancer, tu peux te sentir seul ou penser que les autres ne comprennent pas ce que ta famille et toi devez traverser. Il est toutefois très important de savoir que tu n'es pas seul. Avoir un cancer est grave; c'est un événement trop sérieux à gérer par soi-même.<br></p><p>Ton équipe de lutte contre le cancer a acquis une expérience considérable auprès de personnes et d'adolescents atteints de cette maladie. Ces personnes sont là pour t'écouter, te soutenir ainsi que pour traiter ton cancer. Des personnes de l'équipe appelées des travailleurs sociaux ou des psychologues sont là pour t'aider à faire face à ton cancer. Tu découvriras davantage ces personnes et ce qu'elles font dans la section sur <a href="https://teens.aboutkidshealth.ca/fr/Article?contentid=3829&language=French">les traitements de cancer et les thérapies de soutien</a>. Tu peux également parler à tes médecins et à tes infirmiers.</p><div class="callout2"><p>Le cancer est très difficile, mais il est possible de passer à travers cette épreuve, et tu n'es pas seul.</p></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Coping_with_cancer_diagnosis.jpgComposer avec un diagnostic de cancer Trouvez des renseignements pour aider les adolescents à faire face aux jours et aux semaines pendant et après un diagnostic de cancer.Teens
Après l’opération : soins à l’enfantAprès l’opération : soins à l’enfantAfter heart surgery: Caring for your childAFrenchCardiologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)HeartHeartNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2019-11-15T05:00:00ZJudith Wilson, RN, BScN, MN;Jennifer Russell, MD, FRCPC;Carrie Morgan, RN, BScN, MN;Jennifer Kilburn, BScN, MN2627.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Après une chirurgie cardiaque, les enfants ont besoin de soins et d’attention supplémentaires. Apprenez-en davantage sur les soins prodigués après une chirurgie cardiaque, y compris l’alimentation, le traitement de la douleur et l’éducation.</p><p>Lorsque le moment sera venu pour votre enfant de retourner à la maison après la chirurgie cardiaque, vous recevrez un compte rendu de la visite médicale. Le compte rendu de la visite renferme des renseignements sur le séjour de votre enfant à l’hôpital ainsi que les dates des rendez-vous de suivi à l’hôpital.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Lorsque votre enfant retourne à la maison après son séjour à l’hôpital, l’heure et la date de son premier rendez-vous de suivi vous seront communiquées.</li><li>Une incision et d’autres petites plaies seront visibles sur le corps de votre enfant après l’opération. Examinez celles-ci chaque jour pour déceler tout signe d’infection.</li><li>Votre enfant devra faire attention au type d’activités physiques qu’il pratique pendant au moins 12 semaines après l’opération.</li></ul><h2>Traitement des plaies de votre enfant</h2><p>Après la chirurgie cardiaque, une incision (coupure) sera visible au centre ou sur le côté de la poitrine de votre enfant, de même que d'autres petites plaies aux endroits où les tubes et les fils se trouvaient. Examinez chacune de ces plaies chaque jour pour déceler tout signe d’infection, notamment :</p><ul><li> <a href="/article?contentid=30&language=french">de la fièvre</a>;<br></li><li>des rougeurs;<br></li><li>de l’enflure;<br></li><li>des écoulements de liquide;<br></li><li>de la douleur.<br></li></ul><p>Si vous constatez l’un de ces signes, ou si vous avez des préoccupations durant les quatre semaines suivant l’opération, communiquez avec l’infirmière praticienne en soins postopératoires (pour les patients de l'hôpital SickKids, veuillez vous reporter aux coordonnées à la section « À l'hôpital SickKids »).</p><h3>Site d’insertion du tube sur la poitrine de votre enfant</h3><p>Deux jours après le retrait des tubes de la poitrine de votre enfant, les bandages qui recouvraient les sites d’insertion devraient être enlevés. Les points de suture de votre enfant seront retirés avant son congé de l’hôpital ou lors de son rendez-vous clinique postopératoire.</p><h3>Soin de l’incision chirurgicale</h3><p>Durant les quatre semaines suivant l’opération, l’incision de votre enfant exigera une attention particulière à la maison afin d’en favoriser la guérison et de prévenir les infections. Une telle attention sera nécessaire jusqu’à ce que l’incision de votre enfant soit guérie et que les croûtes soient tombées.</p><p>Pour protéger l’incision et la nouvelle peau :</p><ul><li>Ne submergez pas l’incision dans l’eau (p. ex. dans la baignoire ou dans une piscine) pendant au moins quatre semaines, et attendez que les croûtes soient tombées. <p></p></li><li>Assurez-vous que l’incision est recouverte en tout temps par des vêtements propres et utilisez une bavette pour les nourrissons.</li><li>Ne tentez pas de nettoyer l’incision en la frottant ni d’enlever les croûtes, car cela pourrait ralentir le processus de guérison.</li><li>L’incision peut être recouverte de sutures cutanées Steri-Strip lorsque votre enfant reçoit son congé d’hôpital. Les sutures cutanées Steri-Strip devraient être retirées lors du rendez-vous clinique postopératoire de votre enfant.</li></ul><p>Comment nettoyer l’incision de votre enfant :</p><p>Nettoyez la région entourant l’incision chaque jour pendant au moins quatre semaines et jusqu’à ce que les croûtes soient tombées.</p><ol><li>À l’aide d’un linge doux et propre et de savon liquide, nettoyez la région entourant l’incision, y compris les bords des sutures cutanées Steri-Strip.</li><li>Utilisez un deuxième linge propre pour rincer le savon avec de l’eau propre.</li><li>Séchez en tapotant doucement avec un troisième linge propre.</li></ol><p>Veillez à ce que votre enfant prenne une douche ou un bain peu rempli d’eau chaque jour. Si l’incision devient sale (p. ex. vomissure, lait), ne nettoyez que la partie qui est sale, puis nettoyez la région entourant l’incision avec du savon liquide et de l’eau.</p><h3>Protection contre le soleil</h3><p>Vous devez couvrir les plaies avec des vêtements qui ne laissent pas passer la lumière jusqu’à ce que toutes les croûtes soient tombées et que la région semble guérie. Appliquez de la crème solaire sur toute la peau exposée de votre enfant. Lorsque les croûtes sont tombées et que les plaies sont guéries, continuez d’appliquer de la crème solaire sur les nouvelles cicatrices, car la peau est sensible.</p><h2>Prendre en charge la douleur de votre enfant</h2><p>Il se peut que votre enfant ressente de la douleur pendant quelques semaines après l’opération. La douleur diminuera au fil du temps. D’ordinaire, des analgésiques seront prescrits à votre enfant avant sa sortie de l’hôpital. Au fur et à mesure que votre enfant guérit, il pourra espacer la prise de ces médicaments. Si la douleur de votre enfant s’intensifie, veuillez consulter votre pédiatre ou votre médecin de famille. Informez-vous auprès de l’infirmière de votre enfant pour savoir comment évaluer la douleur de votre enfant avant sa sortie de l’hôpital.</p><h2>Limitez l’activité physique de votre enfant pendant quelques semaines</h2><p>Les enfants ont besoin d’activité physique régulière dans le cadre d’un mode de vie sain. Cependant, votre enfant devra faire attention pendant plusieurs semaines après l’opération afin d’éviter de raviver les plaies.</p><h3>Limitations d’activités pour les nourrissons</h3><table class="akh-table"><thead><tr><th>Période de temps</th><th>Limitations d’activités</th></tr></thead><tbody><tr><td>Durant les <strong>2</strong> premières semaines suivant l’opération</td><td><p>L’enfant doit éviter toute activité qui pourrait raviver les plaies.</p><p>Évitez d’allonger votre enfant sur le ventre. Après deux semaines, il est conseillé d’allonger l’enfant sur le ventre pour favoriser son développement normal.</p></td></tr><tr><td>Durant les <strong>6</strong> premières semaines suivant l’opération</td><td><p>Protégez les muscles et les os de la poitrine durant toute activité.</p><p>Évitez de soulever votre bébé en le prenant sous les bras. Soulevez-le plutôt en plaçant une main sous la tête ou le cou et l’autre sous les fesses.</p></td></tr></tbody></table><h3>Limitations d’activités pour les tout-petits, les enfants et les adolescents</h3><table class="akh-table"><thead><tr><th>Période de temps</th><th>Activités recommandées</th></tr></thead><tbody><tr><td>Durant les <strong>2</strong> premières semaines suivant l’opération</td><td><p>L’enfant doit éviter toute activité qui pourrait raviver les plaies.</p><p>Évitez d’allonger votre enfant sur le ventre.</p></td></tr><tr><td>Durant les <strong>6</strong> premières semaines suivant l’opération</td><td><p>Protégez les muscles et les os de la poitrine durant toute activité.</p><p>Évitez de soulever les tout-petits et les enfants en le prenant sous les bras. Soulevez-les plutôt en plaçant une main sous la tête ou le cou et l’autre sous les fesses.</p><p>Évitez de laisser l’enfant pousser ou tirer des objets lourds.</p><p>Évitez de laisser l’enfant faire des pompes, des redressements assis ou des tractions contre des meubles.</p><p>Évitez de laisser l’enfant faire des mouvements circulaires avec les bras.</p></td></tr><tr><td>Durant les <strong>12</strong> premières semaines suivant l’opération</td><td><p>Protégez les os de la poitrine durant toute activité.</p><p>Évitez les activités dans le cadre desquelles l’enfant pourrait recevoir un coup sur la poitrine. Parmi ces activités, notons le jeu rude, le lancer du ballon, le football, le hockey, le karaté et tout autre sport de contact.</p></td></tr></tbody></table><h2>Le comportement de votre enfant</h2><p>Après l’opération, vous pourriez observer un changement dans le comportement de votre enfant. Les changements suivants sont normaux après un séjour à l’hôpital :</p><ul><li>habitudes de sommeil perturbées;<br></li><li>énurésie nocturne;<br></li><li>irritabilité, comportement accaparant.<br></li></ul><h2>Médicaments</h2><p>Si votre enfant doit prendre des médicaments à la maison, une ordonnance vous sera remise avant que vous quittiez l’hôpital. Nous vous recommandons de vous procurer les médicaments à la pharmacie externe de l’hôpital avant de retourner à la maison. Il se pourrait que votre pharmacie locale n’ait pas certains médicaments dont votre enfant a besoin. L’infirmière ou le pharmacien vous expliquera la composition du médicament et la manière de l’administrer.</p><h3>Quand et comment administrer les médicaments</h3><ul><li>Administrez le médicament au même moment chaque jour. Si votre enfant prend plusieurs médicaments, vous pouvez demander à l’infirmière ou au pharmacien de vous fournir un tableau qui vous aidera à vous souvenir des heures auxquelles ils doivent être administrés.</li><li>Vous devriez toujours essayer d’administrer les médicaments à votre enfant avant de le nourrir. Les nourrissons sont plus susceptibles de prendre leurs médicaments s’ils ont faim, et ils auront moins tendance à vomir s’ils les prennent avant que leur estomac soit plein.</li><li>Essayez de ne pas mélanger les médicaments avec de la nourriture ou de la boisson. Dans un tel cas, il peut être difficile de savoir si toute la dose a été administrée. Si vous deviez toutefois le faire, mélangez les médicaments avec une très petite quantité de nourriture ou de boisson afin de vous assurer que votre enfant la consommera en entier.</li><li>Nettoyez les seringues orales, les cuillères et les godets pour médicaments avec de l’eau chaude et du savon après chaque utilisation.</li><li>N’utilisez pas la même seringue pour différents médicaments. Chaque seringue doit être destinée à un seul médicament.</li></ul><h3>Lisez tous les renseignements sur les médicaments que prend votre enfant</h3><ul><li>Lisez les renseignements sur les médicaments que prend votre enfant avant de quitter l’hôpital. Le pharmacien, l’infirmière ou le médecin pourra répondre à toutes vos questions.</li><li>Lisez toujours les étiquettes sur les médicaments que vous allez chercher en pharmacie. Assurez-vous de bien connaître la posologie.</li><li>Certains médicaments pourraient devoir être conservés au réfrigérateur. Assurez-vous de bien lire les étiquettes et de ranger les médicaments de manière appropriée.</li></ul><h3>Si vous oubliez une dose ou si votre enfant vomit</h3><ul><li>Si votre enfant vomit tout le médicament sur-le-champ, administrez-lui une autre dose.</li><li>Si votre enfant vomit de 15 à 20 minutes après la prise du médicament, ne lui administrez PAS une autre dose. Si vous n’êtes pas certain de savoir quoi faire, appelez votre médecin ou votre pharmacien.</li><li>Si vous oubliez une dose, ne doublez pas la dose suivante. Si vous avez moins de deux heures de retard, vous pouvez quand même administrer la dose à votre enfant. Si toutefois vous avez plus de deux heures de retard, administrez à votre enfant la prochaine dose à l’heure prévue. Si vous n’êtes pas certain de savoir quoi faire, appelez votre médecin ou votre pharmacien.</li></ul><h3>Autres choses à se rappeler</h3><ul><li>Vérifiez auprès de votre médecin ou de votre pharmacien avant d’administrer des médicaments en vente libre à votre enfant.</li><li>Lors de chacune de vos visites à l’hôpital, apportez tous les médicaments que prend votre enfant ou prenez des photos des flacons de médicaments avec votre téléphone.</li></ul><p> <strong>Gardez tous les médicaments sous verrou et hors de la portée des enfants en tout temps.</strong></p><h2>Soins de santé courants</h2><p>Votre enfant devrait consulter son pédiatre ou son médecin de famille une à deux semaines après avoir reçu son congé d’hôpital. Le professionnel en question analysera les besoins continus de votre enfant en matière de santé. Si vous avez des préoccupations d’ordre général à propos de l’état de santé de votre enfant, adressez-vous à son pédiatre ou à votre médecin de famille.</p><h3>Vaccins</h3><p>Si vous avez des questions concernant la <a href="/article?contentid=1986&language=french">vaccination</a> de votre enfant, adressez-vous à son pédiatre ou à votre médecin de famille. Il peut exister des considérations particulières pour les enfants ayant subi une chirurgie cardiaque; par exemple, leurs vaccins pourraient être remis à plus tard s’ils ont reçu des transfusions de produits sanguins. Dans le cas où de telles considérations devaient concerner votre enfant, cela sera noté dans le compte rendu de la visite qui vous sera remis lorsque votre enfant recevra son congé d’hôpital.</p><h3>Soins dentaires, interventions chirurgicales et autres procédures</h3><p>Parlez au cardiologue de votre enfant avant que celui-ci ne subisse tout traitement dentaire, toute intervention chirurgicale ou toute autre procédure. Demandez-lui si votre enfant doit prendre des précautions particulières au préalable. Si votre enfant doit être soumis à de telles procédures, assurez-vous de préciser à ses fournisseurs de soins de santé qu’il a subi une chirurgie cardiaque.</p><h2>Retour à l’école ou à la garderie</h2><p>Votre enfant peut retourner à l’école deux semaines après l’intervention, ou dès qu’il se sent assez bien physiquement pour le faire. Les nourrissons et les tout-petits peuvent retourner à la garderie après deux semaines.</p><h2>Voyages</h2><p>Si vous et votre enfant vivez à l’extérieur de la ville, vous pourriez devoir séjourner près de l’hôpital jusqu’à la date du rendez-vous clinique postopératoire de votre enfant. Dès que le cardiologue est satisfait de l’état de votre enfant, vous pourrez retourner à la maison.</p><p>Si votre enfant a des problèmes de santé, cela pourrait limiter vos projets de voyage ou de vacances. Si vous n’êtes pas certain de savoir ce que votre enfant peut faire, communiquez avec son cardiologue.</p><h3>Siège d’auto</h3><p>Lorsque vous vous déplacez en voiture, vous devez vous assurer que votre enfant est assis en sécurité dans un siège d’auto ou que sa ceinture de sécurité est bien bouclée en tout temps. Il n’est pas nécessaire d’apporter des modifications au siège d’auto ou aux courroies si votre enfant a subi une chirurgie cardiaque.</p><h2>Apprendre les premiers soins</h2><p>Nous recommandons à tous les parents de suivre des cours de soins préhospitaliers de base (SPB). Ces compétences pourraient vous permettre de sauver la vie de votre enfant ou celle d’un autre. Si vous souhaitez suivre l’un des cours offerts par l’hôpital, veuillez consulter la page <a href="http://www.cvent.com/events/hospital-for-sick-children-friends-and-family-cpr-training/event-summary-5b5c506156e14c1ba20eea1f5f045aa2.aspx">http://www.cvent.com/d/g4qls1</a> (en anglais seulement).</p><h2>Nourrir votre enfant</h2><p>Si votre nourrisson ou votre enfant a des besoins alimentaires et nutritifs particuliers, ou s’il doit être gavé, une nutritionniste ou une ergothérapeute vous fournira de plus amples renseignements avant que vous quittiez l’hôpital.</p><h2>Quand consulter une aide médicale</h2><p>Pour les patients de l'hôpital SickKids, veuillez vous reporter à la section « À l'hôpital SickKids » pour savoir avec qui communiquer si vous avez des préoccupations concernant le trouble cardiaque de votre enfant.</p><h3>Que faire en cas d'urgence</h3><p>Composez le 911 ou emmenez votre enfant au service d’urgence le plus proche si celui-ci :</p><ul><li>a de la difficulté à respirer;</li><li>a des convulsions;</li><li>ne se réveille pas.</li></ul><h3>Préoccupations non urgentes liées à l’état de santé</h3><p>Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant l’état de santé de votre enfant qui ne sont pas liées à son trouble cardiaque, veuillez communiquer avec son pédiatre ou votre médecin de famille.</p><h2>Rendez-vous de suivi à la clinique de cardiologie</h2><p>Lorsque votre enfant reçoit son congé d’hôpital, on vous donnera rendez-vous avec le cardiologue de votre enfant. Par la suite, vous pourrez obtenir un rendez-vous de suivi auprès du cardiologue lors des visites cliniques de votre enfant. Une semaine après que votre enfant a quitté l’hôpital, vous pourriez devoir vous présenter à un rendez-vous de suivi à la clinique postopératoire. Durant sa visite, votre enfant pourrait :</p><ul><li>faire examiner sa plaie par l’infirmière praticienne;</li><li>passer une <a href="/article?contentid=1600&language=french">radiographie de la poitrine</a>, un <a href="/article?contentid=1274&language=french">échocardiogramme</a> ou un <a href="/article?contentid=36&language=french">prélèvement sanguin</a>;</li><li>consulter la nutritionniste ou l’ergothérapeute.<br></li></ul><p>Durant le rendez-vous de suivi, vous et votre enfant pourrez poser des questions et discuter de vos préoccupations.<br></p><p>Veuillez arriver à l’heure à vos rendez-vous, et soyez préparé. Il pourrait y avoir du retard dans les rendez-vous ou vous pourriez devoir attendre que des tests médicaux soient réalisés. <a href="/article?contentid=1162&language=french">Apportez des livres, des jouets, des collations</a>, des couches et toute autre chose dont vous et votre enfant avez besoin pour être confortablement installés durant la période d’attente. Avant de vous présenter à un rendez-vous, écrivez toutes les questions que vous avez et apportez-les à la clinique. Si vous ne pouvez vous présenter à un rendez-vous, veuillez appeler la clinique de cardiologie dès que possible pour pouvoir le reporter.</p><h2>À l’hôpital SickKids</h2><p>Pour les patients de l’hôpital SickKids, si vous avez des questions ou des préoccupations concernant le trouble cardiaque de votre enfant <strong>dans la semaine</strong> suivant sa sortie de l’hôpital, communiquez avec l’unité 4D des patients cardiaques hospitalisés au 416-813-6901.</p><p>Si vous croyez que les plaies de votre enfant sont infectées <strong>durant les quatre premières semaines</strong> suivant l’intervention, composez le 416-813-6901, poste 2 durant les heures normales de bureau, et demandez à parler à l’infirmière praticienne en soins postopératoires.</p><p>Si vous avez des questions ou des préoccupations de nature non urgente <strong>dans la semaine</strong> suivant la sortie de l’hôpital de votre enfant et que vous avez déjà consulté en clinique postopératoire, communiquez avec votre infirmière directement ou appelez la clinique de cardiologie 4A au 416-813-5848 durant les heures normales de bureau. Vous avez également l’option de laisser un message en dehors des heures de bureau.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/after_heart_surgery_caring_for_your_child.jpgSoins après une chirurgie cardiaque Apprenez-en davantage sur les soins prodigués après une chirurgie cardiaque, y compris l’alimentation, le traitement de la douleur et l’école.Main
Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement: présentation généraleTrouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement: présentation généraleAvoidant/restrictive food intake disorder: OverviewTFrenchPsychiatryToddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2016-02-02T05:00:00ZSe​ena Grewal, MD, MSc, FRCP(C);Melissa Lieberman, PhD​​000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Les causes possibles de l’ARFID et les différences entre l’ARFID et faire la fine bouche.</p><h2>Qu’est-ce que le trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement?</h2> <p>Le trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement (ARFID, pour avoidant/restrictive food intake disorder) est un trouble de l’alimentation caractérisé par le fait qu’un enfant ou un adolescent ne s’alimente pas suffisamment pour satisfaire ses besoins énergétiques ou nutritionnels. Cela peut se produire pour diverses raisons, par exemple une aversion envers la texture de certains aliments ou un dégoût lors de la consommation de certains aliments.</p> <p>L’enfant ou l’adolescent aux prises avec ce trouble mangera très peu ou évitera carrément certains aliments. Cela peut entraîner notamment une perte de poids appréciable ou l’incapacité de prendre du poids.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’enfant ou l’adolescent aux prises avec ce trouble mangera très peu ou évitera certains aliments et ce, pour diverses raisons, par exemple une aversion envers la texture de certains aliments ou un dégoût lors de la consommation de certains aliments.</li> <li>Certains présentent des troubles d’anxiété qui se manifestent par une phobie de vomir ou de s’étouffer.</li> <li>L’ARFID et faire la fine bouche sont deux phénomènes différents. Le premier est caractérisé par un faible appétit, alors que le second est plutôt caractérisé par un rejet de certains aliments seulement; l’ARFID requiert un suivi médical et des soins psychologiques.</li> <li>L’ARFID survient en principe durant l’enfance, mais peut également se manifester chez les personnes de tout âge.</li> </ul><h2>Qu’est-ce qui cause l’ARFID?</h2> <p>On sait peu de choses au sujet des causes de l’ARFID.</p> <p>Certains enfants et adolescents touchés par l’ARFID présentent en outre des <a href="/Article?contentid=18&language=French">troubles anxieux</a> qui se manifestent par une phobie de vomir ou de s’étouffer. D’autres présenteront un trouble de l’alimentation en concomitance avec un autre trouble comme <a href="/Article?contentid=21&language=French">l’autisme</a>, par exemple. Le diagnostic d’ARFID ne serait posé, le cas échéant, que si la problématique liée à leur alimentation était plus grave que celle normalement attendue pour le trouble concomitant.</p> <h2>L’ARFID et faire la fine bouche sont-ils deux phénomènes pareils?</h2> <p>Non, l’ARFID et faire la fine bouche ne sont pas des phénomènes pareils.</p> <ul> <li>L’enfant touché par l’ARFID refusera de manger des aliments d’une certaine texture, température, couleur ou odeur ou d’un certain goût alors que, règle générale, l’enfant qui fait la fine bouche a une aversion seulement envers quelques aliments.</li> <li>L’enfant touché par l’ARFID a généralement peu d’appétit et présente souvent un retard de croissance. L’enfant dont on dit qu’il fait la fine bouche a plutôt un appétit normal, mange suffisamment dans l’ensemble et se développe normalement.</li> <li>Les problématiques en lien avec les aliments des enfants touchés par l’ARFID persistent longtemps et nécessitent un suivi médical et des soins psychologiques. Les problématiques des enfants qui font la fine bouche se résorbent généralement d’elles-mêmes au fil du temps.</li> </ul> <h2>Qui est touché par l’ARFID?</h2> <p>L’ARFID survient en principe durant l’enfance, mais peut également se manifester chez les personnes de tout âge. Contrairement aux personnes aux prises avec <a href="/Article?contentid=268&language=French">l’anorexie mentale</a> ou la <a href="/Article?contentid=282&language=French">boulimie mentale</a>, celles touchées par l’ARFID n’ont pas de problème d’image corporelle ou une crainte de prendre du poids.</p><h2>En savoir plus</h2><p>Pour plus d’informations sur trouble d'alimentation sélective et/ou d’évitement (ARFID), consultez les pages suivantes:</p><p> <a href="/Article?contentid=275&language=French">L’ARFID: signes avant-coureurs</a></p><p> <a href="/Article?contentid=273&language=French">L’ARFID: complications médicales</a> </p><p> <a href="/Article?contentid=703&language=French">L’ARFID: options de traitements </a></p><p> <a href="/Article?contentid=272&language=French">L’ARFID: comment aider votre enfant à la maison​</a></p><h2>Ressources</h2><p> <a href="http://www.nedic.ca/" target="_blank"> <span>NEDIC – Centre d’information sur les troubles alimenta</span><span>ires</span></a> (Canada)</p><p> <a href="https://www.nationaleatingdisorders.org/">NEDA – Association nationale des troubles alimentaires</a> (États-Unis)</p><p>L'académie américaine de pédiatrie – <em> <a href="https://www.healthychildren.org/English/health-issues/conditions/emotional-problems/Pages/Is-Your-Teen-at-Risk-for-Developing-an-Eating-Disorder.aspx" target="_blank">​Eating Disorders in Children</a></em></p><p> <a href="https://www.beateatingdisorders.org.uk/" target="_blank">BEAT – Lutter contre les troubles alimentaires</a> (Royaume Uni)</p><p> <a href="https://keltyeatingdisorders.ca/" target="_blank">Troubles alimentaires Kelty</a> (Centre de ressources sur la santé mentale Kelty, Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique)</p><p>Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario – <em> <a href="https://www.cheo.on.ca/fr/troubles_alimentaires_info" target="_blank">Troubles de l'alimentation</a></em>​</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/avoidant_restrictive_food_intake_overview.jpgARFID: Présentation générale Découvrez les causes possibles de l’ARFID (trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement) et qui est touché par l’ARFID.Main
Les cigarettes électroniques et le vapotageLes cigarettes électroniques et le vapotageE-cigarettes and vapingLFrenchRespiratoryTeen (13-18 years)Lungs;BrainRespiratory systemHealthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-11-04T05:00:00ZTheo Moraes, MD, PhD, FRCPC; Trisha Tulloch, MD, MSc, FRCPC, FAAP1359.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques, leur fonctionnement et les consommateurs. Vous y trouverez également des renseignements sur les risques pour la santé liés au vapotage.</p><h2>À propos des cigarettes électroniques</h2><p>Les cigarettes électroniques font partie d’une catégorie de dispositifs communément appelés inhalateurs électroniques de nicotine. Bien qu’il existe plusieurs types d’inhalateurs électroniques de nicotine, ils possèdent tout de même quelques composants en commun, y compris :</p><ul><li>une pile;</li><li>un élément chauffant ou atomiseur;</li><li>un embout buccal;</li><li>un réservoir;</li><li>un capteur ou un bouton qui déclenche l’élément chauffant.</li></ul><p>Certaines cigarettes électroniques sont jetables, tandis que d’autres comprennent une cartouche rechargeable ou un réservoir qu’on remplit de liquide à vapoter. D’ailleurs, quelques modèles de cigarettes électroniques offrent la possibilité de modifier la puissance et la tension électrique.</p><p>Il existe plusieurs noms pour désigner les cigarettes électroniques, notamment :</p> <figure><img alt="Small vaping device that looks like a flash drive" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping.jpg" /> </figure> <ul><li>similicigarette;</li><li>cigarette électronique stylo;</li><li>« mods »;</li><li>système à capsules (JUUL, Blu, Phix, Suorin, STIG);</li><li>appareils à réservoir.</li></ul><p>Les cigarettes électroniques revêtent différentes formes et tailles. Certaines sont petites et ressemblent à des clés USB ou à des stylos, tandis que d’autres sont plus volumineuses.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le recours aux cigarettes électroniques, ou le vapotage, est largement répandu chez les adolescents et les jeunes adultes. À vrai dire, la popularité du vapotage n’a cessé de croître au cours des dernières années.</li><li>Les liquides à vapoter peuvent contenir de la nicotine ainsi que d’autres constituants chimiques tels que le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD).</li><li>La nicotine crée une forte dépendance et peut rapidement induire une dépendance à long terme, surtout chez les adolescents et les jeunes adultes puisque leur cerveau est toujours en développement.</li><li>Les constituants chimiques que renferment les liquides à vapoter peuvent entraîner des problèmes de santé à court terme et accroître le risque de problèmes de santé chroniques.</li><li>Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé qui établira un programme qui vous conviendra.</li></ul><h2>Le fonctionnement des cigarettes électroniques</h2><p>Le vapotage s’entend de l’utilisation d’une cigarette électronique. L’inhalation à partir de l’embout buccal de la cigarette électronique déclenche l’élément chauffant. L’élément chauffant, alimenté par la pile, chauffe le liquide à vapoter, provoquant ainsi la vaporisation du liquide. Cette vapeur inhalée imite l’utilisation d’une cigarette de tabac. En fait, cette vapeur se condense en un aérosol qui comporte des particules fines.</p><h2>Liquides à vapoter</h2><p>Les liquides à vapoter, aussi appelés substances de vapotage, peuvent renfermer différents produits chimiques.</p><ul><li>Le propylèneglycol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le glycérol) servant de véhicule à d’autres constituants chimiques.</li><li>Le glycérol : Il s'agit de l’un des principaux liquides (avec le propylèneglycol) servant à transporter les autres produits chimiques.</li><li>La nicotine : Il s’agit du principal toxicomanogène présent dans les cigarettes de tabac et les liquides à vapoter.</li><li>Les composés aromatisants : Ils comprennent différents constituants chimiques, dont le diacétyle, employé pour créer diverses saveurs et odeurs.</li><li>Le tétrahydrocannabinol (THC) et l’huile de cannabidiol (CBD) : Il s’agit de deux constituants chimiques qui sont parfois dissous dans les liquides à vapoter.</li></ul><p>Qui plus est, certains liquides à vapoter renferment différents métaux lourds (p. ex. le nickel, l’étain et le plomb).</p><h2>Qui fume la cigarette électronique?</h2><p>Les études les plus récentes de 2018 démontrent que 37 % des adolescents (âgés de 16 à 19 ans) au Canada ont déjà essayé la cigarette électronique. Il s’agit d’une augmentation de 8 % comparativement à 2017. La plupart de ces adolescents ne fument pas de cigarettes à tabac. Au moment de l’enquête en 2018, environ 3,6 % des Canadiens âgés de 16 à 19 ans interrogés ont eu recours à la cigarette électronique plus de 15 jours sur une période de 30 jours.</p><p>En outre, moins de 1 % des adultes (âgés de 45 ans ou plus) en Amérique du Nord utilisent quotidiennement la cigarette électronique comparativement à 8 % de la population âgée 18 à 24 ans. Actuellement, les jeunes représentent le groupe d’âge qui consomme le plus la cigarette électronique.</p><h2>Le vapotage et les risques pour la santé</h2><p>Le vapotage présente des risques pour la santé à court terme ainsi que des risques de problèmes de santé chroniques. Effectivement, à de rares occasions, des appareils se sont enflammés ou ont explosé, entraînant ainsi des lésions corporelles. Des cas de crises épileptiques ont également été rapportés. Pire encore, de graves lésions pulmonaires mettant en danger la vie du consommateur ont été liées à l’usage de la cigarette électronique. Par ailleurs, certains décès sont attribuables à ces lésions pulmonaires. Même si on ignore la manière dont les poumons de ces personnes ont été abîmés de la sorte, certaines preuves démontrent que ces lésions sont attribuables à un ou plusieurs des constituants chimiques présents dans les liquides à vapoter.</p><p>De plus, le vapotage expose les adolescents à un risque de problème de santé chronique, puisque la nicotine peut nuire au développement de leur cerveau. La nicotine peut perturber les régions du cerveau qui contrôlent l’attention, l’humeur et les impulsions.</p><p>Le risque important de la dépendance à la nicotine guette également les jeunes. Le cerveau en développement des adolescents et des jeunes adultes rend ces jeunes gens très vulnérables à la dépendance que crée la nicotine. Une seule capsule de cigarette électronique permet à une personne d’inhaler davantage de nicotine que si elle fumait un paquet de cigarettes. Aussi, malgré le fait que de fortes doses de nicotine peuvent provoquer de la nausée et des maux de tête, la cigarette électronique ne produit pas de fumée suffocante et élimine le besoin de se rallumer une autre cigarette. Par conséquent, une personne peut consommer une grande quantité de nicotine en une journée.</p><p>La nicotine est toxique. En effet, il s’agit d’une substance toxique pour les poumons et l’usage à long terme de la nicotine peut accroître le risque de contracter une maladie pulmonaire chronique.</p><p>Bien que le vapotage n'existe pas depuis assez longtemps pour confirmer ses effets à long terme sur la santé, les études menées sur des cellules et des modèles animaux supposent que l’usage à long terme d’autres constituants chimiques que contiennent les liquides à vapoter pourrait également engendrer des problèmes de santé.</p><h2>La cigarette électronique à titre de thérapie de remplacement de la nicotine</h2><p>Les produits de vapotage qui contiennent de la nicotine ont parfois été employés à titre de thérapie de remplacement de la nicotine pour aider les adultes, dont les femmes qui ne sont pas enceintes, à cesser de fumer ou à réduire leur consommation de tabac. Certaines données laissent entendre que la cigarette électronique pourrait aider les gens à délaisser le tabac. Néanmoins, d’autres des données révèlent que l’usage de la cigarette électronique n’encourage guère de fumeurs à abandonner le tabac.</p><p>En revanche, les gens disposent d’autres modes de substitution de la nicotine et d’approches pour cesser de fumer qui ne comportent pas de thérapie de remplacement de la nicotine. Si vous tentez de vous désaccoutumer du tabac, veuillez consulter un professionnel de la santé afin d’examiner les options qui vous conviendraient.</p><h2>Aperçu</h2><p>En fonction des renseignements actuellement disponibles concernant les cigarettes électroniques, on recommande aux non-fumeurs ne pas commencer le vapotage. Si vous fumez et souhaitez vapoter, renseignez-vous sur les options, les risques et les bienfaits afin de prendre une décision éclairée.</p><h2>Ressources</h2><p>The Hospital for Sick Children offre le Substance Abuse Program (programme de lutte contre la toxicomanie) qui vient en aide aux adolescents de 18 ans ou moins aux prises avec des problèmes connexes à l’abus d’alcool ou d’autres drogues : <a href="http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html">http://www.sickkids.ca/adolescentmedicine/programs/substance-abuse-program/substance-abuse-program.html</a>.</p><p>La Clinique de la dépendance située au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services à tous ceux qui désirent cesser de fumer ou réduire leur consommation de tabac : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/nicotine-dependence-clinic</a>.</p><p>Le Service de traitement des dépendances et des troubles concomitants chez les jeunes du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) offre ses services aux jeunes (de 14 à 24 ans) aux prises avec des problèmes liés à la consommation de substances, avec ou sans troubles de santé mentale concomitants : <a href="https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service">https://www.camh.ca/fr/vos-soins/programmes-et-services/youth-addiction--concurrent-disorders-service</a>.</p><p>La Société canadienne du cancer propose des ressources pour vous aider à cesser de fumer : <a href="https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home">https://www.smokershelpline.ca/fr-ca/home</a>.</p><h2>Références</h2><p>Dai, H. & Leventhal, A.M. (2019, September 16). Prevalence of e-Cigarette Use Among Adults in the United States, 2014-2018. <em>The Journal of the American Medical Association</em>. Retrieved from <a href="https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331">https://doi.org/10.1001/jama.2019.15331</a></p><p>Government of Canada. (2019, July 25). Talking with your teen about vaping: a tip sheet for parents. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html">https://www.canada.ca/en/services/health/publications/healthy-living/talking-teen-vaping-tip-sheet-parents.html</a></p><p>Government of Canada. (2019, August 6). About vaping. Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/services/smoking-tobacco/vaping.html</a></p><p>Hammond, D., Reid, J.L., Rynard, V.L., Fong, G.T., Cummings, K.M., McNeill, A.,…White, C.M. (2019). Prevalence of vaping and smoking among adolescents in Canada, England, and the United States: repeat national cross sectional surveys. <em>The British Medical Journal, 365</em>. <a href="https://doi.org/10.1136/bmj.l2219">https://doi.org/10.1136/bmj.l2219</a></p><p>Stanwick, R. (2018, February 28). E-cigarettes: Are we renormalizing public smoking? Reversing five decades of tobacco control and revitalizing nicotine dependency in children and youth in Canada. <em>Canadian Paediatric Society</em>. Retrieved from <a href="https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes">https://www.cps.ca/en/documents/position/e-cigarettes</a></p><p>US Department of Health and Human Services. (2016). E-cigarette Use Among Youth and Young Adults: A Report of the Surgeon General. Retrieved from <a href="https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf">https://www.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/e-cigarettes/pdfs/2016_sgr_entire_report_508.pdf</a></p><p>Walley, S.C., Wilson, K.M., Winickoff, J.P., & Groner, J. (2019). A Public Health Crisis: Electronic Cigarettes, Vape, and JUUL. <em>Pediatrics, 145</em>. Retrieved from <a href="https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741">https://pediatrics.aappublications.org/content/143/6/e20182741</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/vaping_devices.jpgCigarettes électroniques et vapotage Renseignez-vous sur les cigarettes électroniques et leur fonctionnement aussi que les risques pour la santé liés au vapotage.Main

 

 

Comment faire une écharpe rudimentaireComment faire une écharpe rudimentaireSlings: How to make a basic slingCFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)ArmBonesNon-drug treatmentAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_03_EN.jpg2015-02-12T05:00:00ZElizabeth Berger, BA, MD, FRCPC, FAAP, MHPE​6.0000000000000079.0000000000000770.000000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Apprenez à faire des écharpes brachiales ou claviculaires qui soient simples mais efficaces.</p><p>Si votre enfant se blesse le bras, il se peut qu’il doive porter une écharpe d’ici à ce qu’il guérisse. L’écharpe lui soutient le bras, ce qui atténue sa douleur et empêche sa blessure de s’aggraver.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Avant de poser l’écharpe, vérifiez si votre enfant s’est gravement coupé et si l’hémorragie s’est arrêtée.</li><li>Pour faire une écharpe brachiale (de l’avant-bras), appliquez un rembourrage sur son bras blessé et attachez l’écharpe autour de son cou, du côté opposé à la blessure.</li><li>Pour faire une écharpe scapulaire (de l’épaule) ou claviculaire, drapez le côté long du pansement depuis l’épaule se trouvant du côté opposé à la blessure jusqu’à son bras, puis attachez-la dans son dos.</li><li>Il faut que son écharpe soutienne son bras, mais vous devez éviter qu’elle soit trop serrée, car elle risque alors de nuire à la circulation sanguine.</li><li>Consultez le médecin si votre enfant saigne abondamment ou s’il s’est déboîté une articulation ou fracturé un os.</li></ul><h2>Quand consulter un médecin pour une blessure au bras</h2><p>Consultez le médecin si vous croyez que votre enfant s’est déboîté une articulation, s’est fracturé un os ou saigne abondamment.</p><h2>Comment poser une écharpe</h2><p>Il existe deux principaux types d’écharpes : l’écharpe brachiale (en cas de blessure de l’avant-bras) et l’écharpe claviculaire ou scapulaire (pour l’épaule).</p><h3>Écharpe brachiale</h3> <ol class="akh-steps fr-steps"> <li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_01_FR.jpg" alt="Tenant le coin d'un bandage triangulaire à l'épaule non-blessé de l'enfant" /> </figure> <p>Placez le bandage triangulaire sur le sens de la longueur contre le tronc de votre enfant. Le côté long du bandage devrait tomber de son épaule, du côté opposé à sa blessure. Les côtés courts devraient pointer vers le bras blessé et se rencontrer près du coude. Laissez pour l’instant la partie supérieure du bandage sur l’épaule de votre enfant.</p></li><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_02_EN.jpg" alt="Plaçant le bras blessé de l'enfant au-dessus du bandage drapé sur son épaule non-blessé" /></figure> <p>Placez doucement son bras blessé au-dessus du bandage, à l’horizontale devant sa poitrine. Son poignet devrait être légèrement plus élevé que son coude et au milieu du côté long du bandage.</p></li><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_03_EN.jpg" alt="Plaçant du rembourrage autour du bras blessé de l'enfant, encore tenu au-dessus du bandage" /></figure> <p>Soutenez le bras blessé d’une main. De l’autre, entourez-le d’un rembourrage généreux (un journal que vous aurez roulé ou du papier essuie-tout que vous aurez plié).</p></li><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_04_EN.jpg" alt="Passant le bandage dessous et puis au-dessus du bras blessé de l'enfant et attachant les coins derrière son cou" /> </figure> <p>Placez la partie inférieure du bandage au-dessus du bras blessé et derrière le cou.</p></li><li>Faites un nœud avec les deux extrémités du bandage derrière le cou, du côté opposé à la blessure de peur d’exercer une pression dessus.</li><li> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_forearm_05_EN.jpg" alt="Enfant portant une écharpe pour garder son bras blessé tenu à sa poitrine" /></figure> <p>Afin de garder son bras en place, fixez la pointe de l’écharpe, à la hauteur de son coude, à l’aide de bande papier ou d’épingles de sûreté. </p></li></ol><h3>Écharpe claviculaire ou scapulaire</h3><ol class="akh-steps fr-steps"><li><figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_collarbone_01_FR.jpg" alt="Enfant tenant la main de son bras blessé à l'épaule du côté opposé" /> </figure> <p>Placez doucement le bout des doigts de votre enfant sur son épaule, du côté opposé à la blessure. </p></li><li><figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_collarbone_02.jpg" alt="Plaçant un coin d'un bandage triangulaire au-dessus des doigts de l'enfant encore tenus à son épaule non-blessé" /> </figure> <p>Prenez une extrémité du bandage triangulaire et tenez-la à proximité du bout de ses doigts.</p></li><li>Placez le bandage sous le coude de votre enfant, de sorte qu’il lui soutienne le bras du côté de sa blessure.</li><li><figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_collarbone_03.jpg" alt="Apportant l'autre bout du bandage dessous le coude et derrière le dos pour joindre les deux extrémités à l'épaule" /> </figure> <p>Placez l’autre extrémité du bandage derrière son dos et faites un nœud avec les deux extrémités derrière son cou. </p></li><li><figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_slings_collarbone_04.jpg" alt="Enfant portant une écharpe pour garder son bras blessé en place avec sa main tenue à l'épaule opposée" /> </figure> <p>Rentrez le bandage qui dépasse derrière l’écharpe, près du coude, ou fixez-le à l’aide de bande papier ou d’épingles de sûreté. </p></li></ol><p>Vous pouvez suivre un cours de secourisme pour en savoir plus sur la pose des différents types d’écharpes.</p><h2>Vérifiez si l’écharpe de votre enfant lui fait bien</h2><p>Après avoir posé son écharpe, vérifiez de temps à autre si son sang circule bien dans son bras blessé.</p><p>Vous devrez desserrer son écharpe dans les cas suivants :</p><ul><li>Il a la peau pâle ou bleue, ou sa peau est un peu froide au toucher.</li><li>Il a le bras engourdi ou il commence à sentir des fourmillements.</li><li>Son pouls est faible.</li></ul><h2>Comment garder le bras de votre enfant complètement immobile</h2><p>Selon la blessure de votre enfant, il se peut que vous deviez attacher son écharpe à sa poitrine pour lui immobiliser le bras complètement. Pour ce faire, entourez-lui le corps d’une deuxième pièce de tissu et attachez-la du côté opposé à sa blessure.</p><h2>Éléments de l'écharpe</h2><p>Une écharpe est un bandage triangulaire que vous trouverez dans la plupart des <a href="/Article?contentid=1038&language=French">trousses de premiers soins</a>. Si votre trousse n’en contient pas, essayez d’en fabriquer une à partir d’une pièce de tissu. En cas d’urgence, vous pouvez vous servir d’une chemise ou d’un chandail. Quel que soit le matériel utilisé, assurez-vous qu’il ne s’étire pas.</p><h2>Vérifiez si votre enfant s'est coupé et s'il saigne</h2><p>Avant de poser l’écharpe sur votre enfant, examinez-lui le bras pour vérifier s’il s’est fait des coupures graves qu’il faut traiter. Assurez-vous que l’hémorragie s’est arrêtée et nettoyez-lui la peau le mieux possible avant de poser l’écharpe.</p> Apprenez à faire des écharpes brachiales ou claviculaires qui soient simples mais efficaces à l’aide des illustrations.Main
Canaux lacrymaux bouchésCanaux lacrymaux bouchésBlocked tear ductsCFrenchOphthalmologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)EyesLacrimal glandsNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)Eye discomfort and rednesshttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Tear_duct_MED_ILL_EN.png2014-07-21T04:00:00ZYasmin Shariff, RN;Robert C. Pashby, MD, FRCSC;Dan D. DeAngelis, MD, FRCSC6.0000000000000072.00000000000001531.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Apprenez comment le canal lacrymal bouché de votre enfant peut être traité.</p><h2>Rôle des larmes</h2><p>Les larmes servent à nettoyer les yeux et à maintenir leur surface humide. Elles sont produites de façon continue par les glandes lacrymales et s’écoulent sur l’extérieur de l’œil. Les larmes sont évacuées par un minuscule orifice (point lacrymal) situé près du coin intérieur de l’œil, dans le sac lacrymal, puis s’écoulent le long d’un tube appelé canal nasolacrymal jusque dans le nez et la gorge.</p><h2>Quel est l’incidence d’un canal lacrymal bouché?</h2><p>Le blocage d’un canal lacrymal empêche l’écoulement des larmes des yeux dans le nez. Le canal lacrymal d’un seul œil ou des deux yeux peut se boucher.</p> <figure class="asset-c-80"><span class="asset-image-title">Canal lacrymal bloqué </span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Tear_duct_MED_ILL_fr.png" alt="Œil avec production normale des larmes et œil avec conduit lachrymal bloqué, causant le refoulement de larmes" /><figcaption class="asset-image-caption">Normalement, les larmes passent par les yeux et sont acheminées à l'intérieur du nez au moyen de petits passages. Lorsqu'un de ces passages est bloqué, on parle de canal lacrymal bloqué. </figcaption></figure> <h2>Causes des canaux lacrymaux bouchés</h2> <p>Le blocage d’un canal lacrymal survient habituellement quand l’extrémité inférieure du canal nasolacrymal dans le nez ne s’ouvre pas.</p> <p>Cette obstruction peut être congénitale (présente à la naissance) ou acquise (survenant plus tard dans la vie). Le blocage congénital touche environ un bébé sur 25.</p> <h2>Symptômes des canaux lacrymaux bouchés</h2> <ul><li>Les cils sont mouillés ou les glandes lacrymales produisent un excès de larmes. Puisque les larmes ne peuvent pas être évacuées par le canal lacrymal, elles s’écoulent sur les cils et mouillent souvent les joues.</li> <li>Le mucus, qui est un liquide clair et collant qui se dissout normalement dans les larmes, s’accumule sur les paupières, lesquelles peuvent alors se coller l’une à l’autre, ce que l’on observe surtout le matin. Lorsque les larmes ne s’écoulent pas correctement, le mucus reste à l’extérieur des yeux. La formation de mucus est un phénomène normal. Toutefois, si les sécrétions sont jaunâtres ou verdâtres, il s’agit de pus causé par une infection.</li> <li>Il arrive souvent que les yeux deviennent rouges, ce qui est causé par des infections. Celles-ci sont plus fréquentes lorsque le drainage des larmes ne s’effectue pas correctement.</li></ul> <h3>Un excès de larmes ne signifie pas toujours que les canaux lacrymaux sont bouchés</h3> <p>Un excès de larmes n’est pas nécessairement causé par le blocage des canaux lacrymaux. Si votre enfant présente des larmes abondantes, un ophtalmologue devrait lui examiner les yeux.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Un canal lacrymal bouché empêche les larmes de s’écouler de l’œil jusque dans le nez. </li> <li>Les excès de larmes ne sont pas nécessairement causés par le blocage des canaux lacrymaux.</li> <li>De nombreux traitements existent pour les canaux lacrymaux bouchés. Votre enfant ne subira une chirurgie que si les autres traitements ne donnent aucun résultat.</li> <li>Si votre enfant subit une chirurgie, assurez-vous de bien suivre toutes les directives de soins à domicile et d’assister à tous les rendez-vous de suivi.</li></ul> <h2>Comment prendre soin de votre enfant suivant une chirurgie pour remédier aux canaux lacrymaux bouchés</h2> <h3>Compresses d’eau froide</h3> <p>Certains médecins suggéreront de placer des compresses d’eau froide ou d’eau glacée sur les yeux après l’intervention afin d’atténuer l’inconfort et réduire l’enflure. Demandez au médecin si vous pouvez appliquer des compresses d’eau froide sur les yeux de votre enfant.</p> <p>Suivez les étapes suivantes pour préparer une compresse d’eau froide :</p> <ol><li>Remplissez un contenant d’eau froide. L’eau froide du robinet convient parfaitement. Si vous avez un puits, faites bouillir l’eau et laissez-la refroidir avant de l’utiliser.​</li> <li><a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=1981&language=French">Lavez-vous les mains</a>.</li> <li>Trempez une débarbouillette dans l’eau froide.</li> <li>Essorez-la et placez-la sur l’œil ou les yeux enflés.</li> <li>Ne laissez pas la débarbouillette en place plus de deux minutes à la fois.</li> <li>Répétez les étapes 3 et 4 à quelques reprises.</li> <li>Lavez-vous de nouveau les mains.</li></ol> <p>Demandez au médecin la fréquence à laquelle vous pouvez appliquer des compresses froides sur les yeux de votre enfant. Pendant les deux premiers jours, vous pouvez sans doute le faire plusieurs fois par jour. Assurez-vous de toujours vous laver les mains avant de toucher les yeux de votre enfant et après les avoir touchés.</p> <h3>Gouttes antibiotiques</h3> <p>Le médecin pourrait prescrire un onguent antibiotique à appliquer sur la zone de la chirurgie ou des gouttes à administrer dans l’œil ou les yeux. Assurez-vous d’obtenir l’ordonnance et de suivre minutieusement les directives présentées dans les articles <a href="/Article?contentid=996&language=French">Onguent ophtalmique : Comment l’appliquer​</a> ou <a href="/Article?contentid=995&language=French">Gouttes ophtalmiques : Comment les administrer</a>.</p> <h3>Se moucher et s’essuyer le nez</h3> <p>Votre enfant ne doit pas se moucher pendant les deux premières semaines suivant la chirurgie. Vous pouvez cependant lui essuyer doucement le nez.</p> <h3>Tubes</h3> <p>Les tubes insérés dans le canal lacrymal ne suscitent habituellement aucune difficulté. Si un tube a été inséré dans le canal lacrymal de votre enfant et que, dans le coin de l’œil, la boucle devient très évidente, collez celle-ci au visage de votre enfant à l’aide de sparadrap et communiquez avec le médecin pour lui signaler.</p> <h3>Jeux calmes uniquement pendant la première semaine</h3> <p>Pendant la première semaine suivant l’intervention chirurgicale, votre enfant doit se limiter à des activités calmes comme jouer doucement dans la maison, utiliser un ordinateur ou regarder la télévision.</p> <p>Pendant cette semaine, votre enfant doit éviter toute activité brusque, le bac à sable et les sports de contact comme le soccer ou le hockey ou tout autre jeu où il risque de se frapper à un autre enfant. Il doit également éviter de se pencher et de pratiquer toute activité qui l’essouffle.</p> <p>Adressez-vous au médecin de votre enfant si vous avez des questions sur d’autres activités possibles.</p> <h3>École et garderie</h3> <p>En règle générale, les enfants ne devraient pas aller à l’école ou à la garderie durant les deux premiers jours suivant la chirurgie et parfois même plus longtemps. Consultez le médecin de votre enfant à ce sujet. Assurez-vous aussi de signaler les activités que votre enfant ne peut pas pratiquer à son moniteur ou à son enseignant.</p> <h3>Natation et baignade</h3> <p>En général, la natation et la baignade sont interdites pendant la première semaine suivant la chirurgie, au moment du prochain rendez-vous avec le médecin. Celui-ci pourra vous préciser quand votre enfant pourra reprendre de nouveau la natation et la baignade.</p> <h3>Bains et douches</h3> <p>Demandez à votre médecin quelles sont les consignes concernant les bains et les douches. Certains recommandent des bains plutôt que des douches pendant la première semaine suivant la chirurgie.</p> <h3>Exposition au soleil</h3> <p>Votre enfant devra éviter d’aller au soleil juste après la chirurgie. Demandez au médecin à quel moment votre enfant pourra de nouveau s’exposer au soleil.</p><h2>Quand communiquer avec le médecin</h2> <p>Après l’intervention, assurez-vous de communiquer avec le médecin qui a effectué la chirurgie si :</p> <ul><li>votre enfant ne voit pas bien</li> <li>ses douleurs s’intensifient,</li> <li>il a mal au ventre,</li> <li>l’enflure de son œil s’aggrave,</li> <li>son œil saigne.</li></ul> <h3>Consignez ici le nom et le numéro de téléphone du médecin de votre enfant :</h3> <p>Nom: ________________________________________</p> <p>Numéro de téléphone : _________________________________</p><h2>Rendez-vous de suivi</h2> <p>Une ou deux semaines après la chirurgie, vous devrez amener votre enfant à son rendez-vous de suivi. Demandez au médecin à quel moment ce rendez-vous aura lieu.</p> <h3>Consignez ici la date et l’heure du premier rendez-vous :</h3> <p>_____________________________________________</p> <p>Il arrive parfois que la chirurgie doit être reprise. Le médecin vous informera si c’est le cas pour votre enfant.</p> <p>Si un tube a été installé dans le canal lacrymal de votre enfant, vous devrez prendre un rendez-vous de suivi quelques semaines ou quelques mois après l’intervention pour qu’il soit retiré.</p> <h3>Consignez ici la date et l’heure du rendez-vous :</h3> <p>_____________________________________________</p><h2>Traitements des canaux lacrymaux bouchés</h2> <p>Les canaux lacrymaux bouchés se traitent de diverses façons. Votre médecin vous précisera quel traitement convient le mieux à votre enfant.</p> <p>Les traitements comprennent le massage des yeux et, en cas d’infection, des antibiotiques. Si ces traitements ne donnent aucun résultat, votre médecin recommandera une chirurgie.</p> <h3>Massage des yeux</h3> <p>Un massage délicat du sac lacrymal peut souvent aider à ouvrir les canaux lacrymaux. Vous devrez habituellement répéter le massage de quatre à six fois par jour. Votre médecin vous indiquera comment effectuer le massage.</p> <h3>Gouttes ou onguent antibiotiques</h3> <p>Si votre enfant présente une infection, le médecin pourrait lui prescrire des gouttes ou un onguent antibiotiques. Assurez-vous de faire correctement usage <a href="/Article?contentid=995&language=French">des gouttes</a> ou de <a href="/Article?contentid=996&language=French">l’onguent</a>.</p> <h3>Chirurgie pour remédier aux canaux lacrymaux bouchés</h3> <p>Si, au bout de plusieurs mois, les traitements n’ont donné aucun résultat, votre enfant devra peut-être subir une chirurgie. Il aura peut-être aussi besoin d’une chirurgie si le sac lacrymal est infecté et si la peau entre le globe oculaire et le côté du nez est rouge et gonflée.</p> <p>Il existe divers types de chirurgie pour remédier au blocage. Votre médecin vous indiquera quelle intervention convient le mieux à votre enfant en fonction de son âge et de la gravité du blocage. Il vous expliquera également les risques associés aux interventions en général.</p><h2>Comment se déroule la chirurgie pour remédier aux canaux lacrymaux bouchés?</h2> <p>Avant l’intervention, on administrera à votre enfant <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=1261&language=French">une anesthésie générale</a>, qui consiste à donner un mélange de médicaments au patient pour l’endormir. Cela permettra de s’assurer que votre enfant dormira pendant toute l’intervention et qu’il ne ressentira aucune douleur.</p> <p>Trois types d’intervention peuvent être réalisés :</p> <ul><li>sondage et irrigation,<br></li> <li>insertion d’un tube en silicone,</li> <li>dacryocystorhinostomie.</li></ul> <h3>Sondage et irrigation</h3> <p>L’intervention la plus courante consiste à sonder ou à irriguer les canaux lacrymaux bouchés.</p> <ol><li>Une mince sonde à pointe arrondie est insérée dans le canal lacrymal pour le déboucher. </li> <li>Une deuxième sonde, introduite dans le nez, doit toucher la première sonde pour s’assurer que le canal est ouvert.</li> <li>Si le médecin décide d’irriguer le canal, il y insérera une seringue émoussée pour injecter une solution saline (eau salée stérile).</li> <li>Lorsque l’intervention est terminée, le médecin retire la seringue et les sondes.</li></ol> <h3>Insertion d’un tube en silicone</h3> <p>Dans ce type d’intervention, le chirurgien insère un petit tube en silicone dans le canal lacrymal. Le tube demeure dans le canal pendant quelques semaines pour éviter qu’il se bouche de nouveau.</p> <h3>Dacryocystorhinostomie</h3> <p>Une dacryocystorhinostomie est une chirurgie qui consiste à pratiquer une nouvelle ouverture dans le sac lacrymal qui traverse l’os du nez. L’ouverture permet l’écoulement des larmes dans le nez.</p> <p>Les trois types d’intervention sont des chirurgies d’un jour, ce qui veut dire que votre enfant n’aura pas à passer la nuit à l’hôpital. </p><h2>À quoi vous attendre après la chirurgie</h2> <h3>Douleur ou inconfort</h3> <p>Votre enfant ressentira peut-être de la douleur dans l’œil même ou dans la zone qui l’entoure. Demandez à votre médecin si vous pouvez lui donner des analgésiques pour enfants.</p> <h3>Écoulements des yeux</h3> <p>Les larmes de votre enfant ainsi que le mucus s’écoulant de son nez pourraient contenir du sang pendant un jour ou deux, ce qui est tout à fait normal.</p> <p>Vous pourriez aussi observer du sang dans les sécrétions provenant de la zone de la chirurgie. Si cela se produit, appliquez une légère pression sur la zone à l’aide d’une compresse propre.</p> <p>Si les sécrétions ou les saignements persistent pendant plus de quelques jours ou si les sécrétions deviennent jaunâtres ou verdâtres, informez-en votre médecin.</p> <h3>Pansement oculaire</h3> <p>Le port d’un pansement oculaire n’est habituellement pas nécessaire suivant la chirurgie. Cependant, si votre enfant a besoin d’un pansement oculaire, votre médecin vous précisera quand le retirer.</p> <h3>Tubes insérés dans l’œil</h3> <p>Si un tube a été inséré dans le canal lacrymal de votre enfant, un rendez-vous avec le médecin aura été fixé pour le retirer. Pour ce retrait, qui a normalement lieu quelques semaines ou mois suivant la chirurgie, aucune anesthésie n’est requise. Le médecin vous fournira les directives à suivre pendant que le tube est en place.</p><h2>À SickKids:</h2> <p>Si le médecin de votre enfant n’est pas disponible, communiquez avec l’hôpital au 416 813-7500 et demandez de parler à l’ophtalmologue de garde.</p> Un canal lacrymal bouché empêche les larmes de s’écouler de l’œil jusque dans le nez. Apprenez comment cette condition peut être traitée. Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaineMain
Explorons le cœurExplorons le cœurAll About the HeartEFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalSchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)LegsBonesProceduresCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/J4K_all_about_the_heart_promo.png2015-08-31T04:00:00Z000Kids ContentKids<figure class="swf-asset-c-80"> <div class="asset-animation">src="https://www.youtube.com/embed/-s5iCoCaofc?rel=0"</div></figure><br> Février est le Mois du cœur. Utilisez cette vidéo pour faire apprendre à votre enfant comment son cœur pompe son sang dans tout le corps.Kidsexplorons-le-coeur