AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Fièvre du voyageurFièvre du voyageurFever in a returning travellerFFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NAImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2022-07-13T04:00:00Z8.6000000000000059.60000000000001375.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez quels sont les signes et les symptômes à surveiller et quand consulter un médecin si votre enfant a une fièvre au retour d’un voyage à l’étranger.</p><p>La <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a> est la réaction de l’organisme à une infection. Les personnes de retour d’un voyage à l’étranger qui présentent une fièvre pourraient avoir contracté une infection pendant leur séjour.</p><p>Si votre enfant présente une fièvre à son retour de voyage, consultez un médecin immédiatement. Ce dernier vous demandera de lui préciser:</p><ul><li>le pays ou les pays où votre enfant s’est rendu</li><li>combien de temps il y est resté</li><li>le type d’endroits qu’il a visités et où il a séjourné (par exemple, une ville ou une région rurale)</li><li>la raison de son voyage</li><li>ce qu’il a généralement mangé et bu durant le voyage</li><li>les vaccins qu’il a reçus avant son départ</li><li>les médicaments préventifs qu’il a pris avant son départ ou pendant son voyage</li><li>si d’autres personnes avec qui il a voyagé présentent une fièvre ou toute autre maladie.</li></ul> <br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Si votre enfant présente une fièvre à son retour de l’étranger, il y a peut-être contracté une maladie.</li> <li>Pour établir un diagnostic, le médecin de votre enfant devra connaître le pays ou les pays où votre enfant s’est rendu, ce qu’il y a généralement mangé et bu, s’il est à jour dans ses vaccins et les médicaments préventifs qu’il a pris avant son départ ou pendant son voyage. Il devra peut-être aussi lui faire passer des tests.</li> <li>Mentionnez toujours à vos fournisseurs de soins de santé que vous avez voyagé, car la malaria pourrait apparaître jusqu’à 12 mois suivant votre retour d’une région où on sait que cette maladie est présente.</li> <li>La prévention est votre meilleure défense contre la maladie. Prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant de 6 à 8 semaines avant votre départ pour que vous ayez le temps d’obtenir les vaccins qui peuvent être nécessaires ou les ordonnances de médicaments précis dont vous aurez besoin.</li> </ul><h2>Causes possibles de la fièvre chez un voyageur de retour au pays</h2><p>Pendant les voyages, les enfants peuvent être exposés à des maladies inhabituelles quoique des maladies similaires à celles qu’ils peuvent contracter ici représentent plus de la moitié des causes les plus courantes de la fièvre. C’est le cas, entre autres, des maladies respiratoires (comme la grippe ou la pneumonie), des infections des voies urinaires, des maux de gorge et des gastro-entérites (infections aiguës de l’appareil digestif).</p><p>Cependant, lorsqu’un enfant rentre de voyage, les médecins doivent déterminer s’il présente une infection très inhabituelle ou inconnue. Cela explique pourquoi il est généralement nécessaire de bien connaître tous ses antécédents et de lui faire un examen physique et, éventuellement, des tests.</p><p>La fièvre chez un enfant de retour de voyage peut être un signe qu’il est atteint de l’une des maladies suivantes:</p><ul><li>la dengue qui est courante en Amérique Centrale et du Sud, en Asie du Sud et du Sud-Est et en Afrique, mais qui est aussi parfois signalée dans les États du Texas et d’Hawaii et au Moyen-Orient</li><li>l’hépatite A qui est courante en Amérique Centrale et du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et dans la région du Pacifique occidental</li><li>la malaria (ou paludisme) qui est courante en Afrique sub-saharienne, en Asie du Sud et du Sud-Est, en Amérique Centrale et du Sud, au Moyen-Orient et au Mexique</li><li>la fièvre typhoïde qui est courante en Asie, en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient</li><li>la fièvre jaune qui est courante en Afrique sub-saharienne, au Panama et en Amérique du Sud tropicale.</li></ul><h3>Dengue et dengue hémorragique</h3><p>La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques. La dengue ne se propage pas par contact direct entre les personnes.</p><p>Je change donc comme suit: Les symptômes de la dengue apparaissent généralement de quatre à sept jours après la survenue de l’infection, quoiqu’ils puissent se manifester jusqu’à 14 jours après ce moment. Les enfants sont habituellement moins malades que les adultes, et certaines personnes n’ont aucun symptôme.</p><p>Voici les signes et les symptômes possibles de cette maladie:</p><ul><li>fièvre</li><li> <a href="/Article?contentid=29&language=French">maux de tête</a></li><li>douleurs derrière les yeux</li><li>douleurs articulaires et musculaires</li><li>éruptions cutanées.</li></ul><p>Il existe quatre types de virus de la dengue (appelés sérotypes). La dengue hémorragique peut survenir quand une personne est infectée par un sérotype de la dengue, se rétablit et est infectée plus tard par un sérotype différent.</p><p>La dengue hémorragique est plus fréquente chez les enfants. Les signes et les symptômes possibles de cette infection sont les suivants:</p><ul><li>fièvre</li><li>ecchymoses (bleus), épistaxis (saignements de nez), saignement des gencives ou autre problème de coagulation du sang</li><li>douleurs abdominales (au ventre)</li><li> <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements.</a></li></ul><h3>Hépatite A</h3><p>Le foie est un organe qui favorise la digestion des aliments. De plus, il élimine les déchets et les toxines du corps et emmagasine l'énergie.<a href="/Article?contentid=819&language=French">L’hépatite </a> est une inflammation du foie nuisant à sa capacité à exercer ses fonctions habituelles. </p><p>L’hépatite A est une maladie virale. On la contracte habituellement par voie fécale-orale (par exemple, quand après être allé à la toilette, on se lave mal les mains avant de toucher sa nourriture) ou en consommant des aliments ou des boissons contaminées.</p><p>La plupart du temps, l’hépatite A apparaît de deux à six semaines suivant l’exposition au virus. Chez les jeunes enfants, la plupart des infections à l’hépatite A sont légères et peuvent même ne provoquer aucun symptôme.</p><p>Les enfants plus âgés peuvent présenter les signes et les symptômes suivants:</p><ul><li>urine foncée</li><li>fatigue extrême</li><li>symptômes ressemblant à ceux de la grippe: fièvre, maux de tête et faiblesse</li><li>nausées et vomissements</li><li>malaise abdominal</li><li>douleurs du côté droit du corps, dans la région du foie, sous les vertèbres inférieures</li><li>manque d’appétit</li><li>douleurs musculaires</li><li>démangeaisons</li><li>jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux) [manifestation rare].</li></ul><h3>Malaria (paludisme)</h3><p> <a href="/Article?contentid=904&language=French">La malaria</a>, aussi appelée paludisme, est causée par des parasites. Elle se propage par l’intermédiaire des moustiques. Cette maladie peut être mortelle si elle n’est pas traitée. </p><p>Les symptômes de la malaria se manifestent chez les personnes au bout de six à 30 jours après qu’elles ont été infectées, bien qu’ils puissent apparaître jusqu’à 12 mois après ce moment.</p><p>Les symptômes de la malaria qui sont présentés ci-dessous sont similaires à ceux d’une très mauvaise grippe:</p><ul><li>fièvre</li><li>frissons</li><li>maux de tête</li><li>nausées</li><li>vomissements</li><li> <a href="/article?contentid=7&language=French">diarrhée</a></li><li>faiblesse extrême</li><li>douleurs musculaires (courbatures)</li><li>douleurs abdominales, dorsales et articulaires</li><li>toux</li><li>confusion.</li></ul><p>Consultez immédiatement un médecin si votre enfant présente plusieurs de ces symptômes qui peuvent s’aggraver rapidement s’ils ne sont pas traités de manière appropriée.</p><p>Les meilleures façons d’éviter de contracter la malaria sont:</p><ul><li>de prendre des médicaments préventifs (antipaludéens)</li><li>d’éviter les piqûres de moustiques en portant des vêtements protecteurs, d’utiliser des produits à base de DEET sans dangers pour les enfants et de dormir sous une moustiquaire.</li></ul><h3>Fièvre typhoïde</h3><p> <a href="/Article?contentid=902&language=French">La fièvre typhoïde </a>est une infection bactérienne qui est habituellement contractée en consommant des aliments ou des boissons contaminés.</p><p>Les signes et les symptômes de la fièvre typhoïde se manifestent entre sept et 14 jours environ après l’exposition à la bactérie. Toutefois, certains enfants peuvent devenir malades au bout de seulement trois jours ou aussi tard que deux mois suivant l’exposition.</p><p>Voici les signes et les symptômes possibles de la fièvre typhoïde:</p><ul><li>fièvre persistante qui passe progressivement à 39ºC et à 40ºC (à 102ºF et à 104ºF)</li><li>maux de tête</li><li>mal de gorge</li><li>fatigue</li><li>manque d’énergie</li><li>douleurs à l’estomac</li><li> <a href="/article?contentid=6&language=French">constipation</a></li><li>diarrhées</li><li>éruption cutanée provisoire (boutons roses) sur l’estomac ou la poitrine.</li></ul><h3>Fièvre jaune</h3><p>La fièvre jaune est une maladie virale qui est propagée par les moustiques. Les symptômes qui suivent peuvent prendre de trois à six jours à apparaître après l’exposition au virus:</p><ul><li>fièvre</li><li>frissons</li><li>maux de tête</li><li>douleurs au dos et aux genoux</li><li>douleurs abdominales (au ventre)</li><li>nausées</li><li>rougissement des yeux, de la langue et du visage.</li></ul><p>Dans les cas graves, la fièvre jaune peut provoquer un choc, une insuffisance des organes et la mort.</p><p>Le médecin devra faire des examens sanguins afin d’établir le diagnostic de la fièvre jaune.</p><p>Le meilleur moyen de prévenir cette infection est de se faire vacciner. Le vaccin, qui peut être donné à compter de l’âge de neuf mois, protégera votre enfant pendant 10 ans. Quand vous et votre enfant voyagez, prévenez les piqûres de moustiques:</p><ul><li>en portant des vêtements qui vous en protégeront</li><li>en utilisant des produits à base de DEET sans dangers pour les enfants</li><li>en dormant sous une moustiquaire.</li></ul><h2>Déterminer la cause de la fièvre chez un voyageur de retour au pays</h2> <p>Le médecin devra peut-être effectuer des examens pour déterminer la cause de la fièvre de votre enfant. Ces examens peuvent comprendre:</p> <ul> <li>des analyses de sang</li> <li>des analyses d’urine</li> <li>des imageries diagnostiques comme une radiographie des poumons</li> <li>des analyses de selles.</li> </ul> <p>Votre enfant devra peut-être subir d’autres tests également.</p><h2>Prévenir les maladies contractées durant les voyages</h2> <p>La prévention est votre meilleure défense contre les maladies contractées durant les voyages.</p> <ul> <li>De six à huit semaines avant votre départ, prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant. Ce dernier pourra alors s’assurer que votre enfant est à jour dans son programme de vaccination, déterminer si d’autres vaccins sont nécessaires ou, au besoin, prescrire des médicaments antipaludéens (contre la malaria).</li> <li>Avant votre départ, faites des lectures pour connaître les conditions sanitaires dans les pays que vous prévoyez de visiter, les risques que vous y courez de contracter des maladies et les mesures que vous pouvez prendre pour éviter d’être malade.</li> <li>Se laver les mains avec du savon sous l’eau courante est la meilleure façon de prévenir les maladies en voyage. Les désinfectants pour les mains peuvent aussi être utilisés pour tuer les microbes à condition que les mains ne soient ni mouillées ni visiblement sales.</li> <li>Éviter les piqûres de moustiques et les aliments et l’eau contaminés sont d’autres précautions à prendre pour rester en santé.​</li> </ul><p>Centers for Disease Control and Prevention. <em> <a target="_blank" href="https://wwwnc.cdc.gov/travel/?s_cid=cdc_homepage_topmenu_003">Travelers' Health​</a></em></p><p>Gouvernement du Canada. <a target="_blank" href="https://voyage.gc.ca/voyager?_ga=2.203267665.1194994733.1657806349-1651159399.1657806349"> <em>Voyager à l’étranger</em></a></p><p>Agence de la santé publique du Canada. <em> <a target="_blank" href="https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/sante-voyageurs.html">La santé des voyageurs</a></em></p><p>World Health Organization. <em> <a target="_blank" href="https://www.who.int/topics/travel/en/">Travel and health</a></em></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/fever_in_returning_traveller.jpgMain
Fracture : comment traiter une fracture en motte de beurre du radius distalFracture : comment traiter une fracture en motte de beurre du radius distalFracture: How to treat a buckle fracture of the distal radiusFFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Lower armBonesNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PST_splint_wrist_EN.jpg2017-02-16T05:00:00Z7.0000000000000075.00000000000001043.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Informez-vous sur les fractures en motte de beurre et sur la façon de les traiter avec une attelle.</p><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <span class="asset-image-title">Fracture en motte de beurre du radius distal</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_fracture_buckle_FR.jpg" alt="Illustration d’un bras avec une fracture en motte de beurre du radius" /><figcaption class="asset-image-caption">La fracture en motte de beurre la plus courante chez les enfants se produit dans le radius distal. Parfois, un enfant aura également une fracture mineure du cubitus.</figcaption> </figure> <h2>Qu’est-ce qu’une fracture en motte de beurre?</h2><p>Une fracture en motte de beurre se produit lorsqu’un os « se tord » ou s’écrase légèrement sur lui-même. Le type le plus courant de fracture en motte de beurre chez les enfants se produit à l’avant-bras, près du poignet, en général après qu’ils tombent le bras tendu. La blessure touche le radius en particulier.</p></div></div></div><h2>Où se trouve le radius?</h2> <p>Le radius va du coude à la main. Il compose l’avant-bras avec le cubitus, l’os qui lui est parallèle.La partie « distale » du radius est la partie la plus éloignée du centre du corps, autrement dit la partie la plus proche du poignet.</p> <p>Les fractures en motte de beurre ne surviennent que chez les enfants et sont très courantes. Les os des enfants sont plus mous que ceux des adultes et sont capables de fléchir et de se comprimer sans se casser entièrement.Bien que l’os ne se casse pas entièrement, la fracture peut tout de même engendrer de la douleur.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Une fracture en motte de beurre du radius distal est une cassure partielle de l’os. Il s’agit de la fracture la plus courante chez les enfants.</li> <li>Presque tous les enfants se rétablissent très bien dans les quatre semaines qui suivent avec l’aide d’une attelle amovible en guise de protection qui permet de gérer la douleur.</li> <li>Votre enfant devrait éviter toute activité physique qui pourrait créer une nouvelle blessure du poignet pendant au moins trois semaines après le retrait de l’attelle (en général, six à huit semaines à partir de la date de la blessure).</li> <li>Rendez visite à votre médecin de famille dans les deux semaines suivant la blessure afin d’évaluer la guérison de la fracture en motte de beurre.</li> </ul><h2>Quand mon enfant devrait-il porter son attelle?</h2><p>Votre enfant devrait porter son attelle pendant la journée, mais il peut l’enlever au moment du bain. Pendant la première semaine, la majorité des enfants portent également l’attelle la nuit pour plus de confort, mais vous pouvez la retirer au coucher une fois qu’elle n’est plus nécessaire pour gérer la douleur.</p><h2>Comment est-ce que j’enlève l’attelle?</h2><p>Lorsque vous enlevez l’attelle :</p><ul><li>votre temps et faites très attention;</li><li>assurez-vous que votre enfant est calme;</li><li>laissez votre enfant remuer son poignet, doucement et lentement.</li></ul><h2>Est-ce que mon enfant peut retourner à l’école ou à la garderie avec son attelle?</h2><p>Votre enfant peut retourner à l’école ou à la garderie en portant son attelle le lendemain de sa fracture. Assurez-vous que le personnel est au courant que son bras est blessé, afin qu’il puisse prendre les mesures appropriées.</p><h2>Quand mon enfant sera-t-il de nouveau capable de remuer son poignet et sa main normalement?</h2><p>La plupart des enfants commencent à réutiliser leur poignet et leur main alors qu’ils portent encore leur attelle. Votre enfant pourrait utiliser son bras blessé à mesure qu’il guérit, mais il devrait le mettre au repos en cas de douleur.</p><h2>Quand mon enfant peut-il cesser de porter son attelle?</h2><p>Selon la guérison de votre enfant, habituellement celui-ci pourra cesser de porter l’attelle après deux ou trois semaines. Quelques enfants doivent porter l’attelle jusqu’à quatre à six semaines pour des raisons de confort.</p><p>Vous ne devriez retirer l’attelle complètement que lorsque le poignet de votre enfant n’est plus douloureux. S’il est toujours douloureux, remettez l’attelle en place pour une semaine supplémentaire. Répétez cette étape jusqu’à ce que la douleur disparaisse.</p><h2>Que devrais-je faire si mon enfant continue d’enlever son attelle?</h2><p>La première semaine, voire les deux premières semaines, après la blessure, essayez d’attacher les sangles de l’attelle avec du ruban adhésif.</p><p>Si votre enfant tente de retirer l’attelle après la deuxième semaine, qu’il semble ne pas avoir de douleur et qu’il veut utiliser son bras et sa main normalement, ne lui remettez pas l’attelle et surveillez-le. À ce stade, la fracture en motte de beurre est probablement guérie et votre enfant ne devrait pas se blesser une nouvelle fois, sauf s’il pratique un sport de contact. À quoi dois-je m’attendre une fois l’attelle enlevée?Il se peut que le bras de votre enfant soit légèrement raide à force d’être resté dans une attelle et que les mouvements de votre enfant soient mal assurés au début. Cela devrait passer, car l’enfant utilise plus son bras ou son poignet.</p><h2>À quoi dois-je m’attendre une fois l’attelle enlevée?</h2> <p>Il se peut que le bras de votre enfant soit légèrement raide à force d’être resté dans une attelle et que les mouvements de votre enfant soient mal assurés au début. Cela devrait passer, car l’enfant utilise plus son bras ou son poignet.</p> <h2>Une fois l’attelle enlevée, est-ce que mon enfant peut reprendre toutes ses activités physiques?</h2> <p>Les six premières semaines suivant la blessure, ou les trois premières semaines après le retrait de l’attelle, votre enfant devrait éviter l’éducation physique, les sports, l’escalade ou toute autre activité; s’il utilise une balançoire ou un toboggan, par exemple, il pourrait tomber et se blesser le poignet une nouvelle fois.</p> <h2>Quand mon enfant devrait-il voir un médecin concernant sa blessure? </h2> <p>Une fois que votre enfant quitte l’hôpital, il serait bon de consulter votre médecin de famille dans les deux semaines. Le médecin vérifiera que le poignet de votre enfant guérit correctement et il pourra aider à répondre aux questions éventuelles que vous vous posez sur les activités que votre enfant peut effectuer.</p> <h2>Que devrais-je faire avec l’attelle une fois que celle-ci sera enlevée?</h2> <p>Il vaut mieux rester prudent et garder l’attelle pendant quelques jours jusqu’à ce que vous soyez certain que votre enfant n’en a plus besoin.</p><h2>De quelle façon traite-t-on les fractures en motte de beurre du radius distal?</h2> <figure><span class="asset-image-title">Attelle</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PST_splint_wrist_EN.jpg" alt="" /> </figure> <p>Lorsque votre enfant arrive à l’hôpital avec un bras cassé, il sera examiné avec attention. Souvent, le médecin prescrira une radiographie pour vérifier si une blessure est présente.</p><p>S’il y a une fracture en motte de beurre du radius distal, le médecin recommandera de poser une attelle.</p><p>Le traitement idéal pour ce type de fracture est une attelle plutôt qu’un plâtre circulaire complet. Étant donné que les os ne sont que partiellement brisés, ils guérissent très bien en l’espace de quelques semaines grâce au soutien et à la protection apportés par une attelle. Une attelle facilite également les activités quotidiennes normales, par exemple les bains, et elle peut souvent épargner des visites supplémentaires chez le médecin.</p><p>Une fois traitée correctement, une fracture en motte de beurre ne cause aucun problème à long terme pour ce qui est des mouvements ou de l’aspect du bras ou du poignet de votre enfant.</p><h2>À quoi dois-je m’attendre les premiers jours suivant la blessure de mon enfant?</h2><p>Il se peut que votre enfant ait mal au poignet. Si votre enfant est souffrant à la maison, donnez-lui de l'<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a> ou de <a href="/Article?contentid=62&language=French">l’acétaminophène​</a>, selon les indications de votre médecin.<br></p><p>Le poignet de votre enfant pourrait également être légèrement enflé en raison de la blessure des tissus et des os. Cette enflure disparaît généralement une à deux semaines plus tard. Les deux ou trois premiers jours, vous pouvez aider à réduire l’enflure en surélevant (soulevant) le bras blessé de votre enfant au-dessus de sa poitrine. Pour ce faire, demandez-lui de s’allonger et de placer son bras blessé sur un grand coussin ou oreiller.</p>Fracture en motte de beurre du radius distal La fracture en motte de beurre se produit lorsque l’os s’écrase légèrement sur lui-même. Découvrez comment poser une attelle pour la réduire.Main
Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéCongestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéNasal congestion : How to clear your baby's dry, stuffy noseCFrenchNANewborn (0-28 days);Baby (1-12 months)NoseNoseConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Nasal congestion2019-02-04T05:00:00Z6.3000000000000074.70000000000001005.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p> Conseils simples pour les parents sur la façon de dégager le nez bouché de leur bébé ou d’en soulager la sécheresse.</p><p>Les premiers jours de vie, les bébés peuvent sembler avoir le nez bouché du fait que, dans l’utérus, ils baignaient entièrement dans un liquide. Certains bébés éternuent les deux premiers jours suivant la naissance, ce qui est provoqué par le reste du liquide qui demeure dans leurs voies nasales. Un nouveau né dont le nez est congestionné peut renifler en respirant et peut sembler « nasiller ».</p><p>La congestion nasale se manifeste lorsque les tissus internes du nez gonflent ou produisent du mucus. Si votre bébé a le nez congestionné, il peut respirer par la bouche, ce qui peut causer des difficultés au moment de le nourrir. Dans de rares cas, la congestion nasale peut entraîner des troubles respiratoires. La congestion disparaît habituellement seule au en une semaine.</p><p>L’air extrêmement sec peut entraîner la sécheresse des tissus internes sensibles du nez des bébés. Cette sécheresse peut provoquer le <a href="/Article?contentid=749&language=French">saignement</a> des vaisseaux sanguins dans les narines. Si votre bébé n’a subi aucune blessure au nez, mais y présente des saignements, la sécheresse des tissus internes en est peut être la cause. Quand leur nez est sec, les bébés risquent davantage de contracter un rhume.</p><p>La sécheresse nasale est souvent plus marquée en hiver alors que le chauffage assèche l’air intérieur des domiciles.</p><h2>À rete​nir</h2> <ul><li>La congestion nasale est causée par le gonflement des tissus internes du nez.</li> <li>En règle générale, la congestion nasale disparaît seule en une semaine.</li> <li>L’utilisation d’une solution saline à base de sel de mer ou d’une poire à succion pour bébés peut aider à dégager le mucus clair du nez des bébés.</li> <li>Si la difficulté à respirer persiste après l’utilisation de la pompe, consultez un médecin immédiatement.</li></ul><h2>Quelles sont les causes de la congestion nasale chez les bébés?</h2> <ul> <li>l’air sec</li> <li>les irritants comme la poussière, la fumée de cigarette ou les parfums,</li> <li>les affections virales (comme le rhume).</li> </ul> <p>Les mesures ci dessous peuvent permettre de soulager la sécheresse et la congestion nasales de votre bébé. Toutefois, si ses difficultés à respirer ou à se nourrir persistent, consultez son médecin pour écarter le risque qu’une infection ou qu’une maladie soit à l’origine de la congestion.</p><h2>Comment soulager la sé​cheresse du nez de votre bébé</h2><p>Voici des conseils pour soulager la sécheresse ou l’irritation du nez de votre bébé.</p><h3>Humidifiez le ne​z de votre bébé</h3><p>Les <strong>solutions salines</strong> à base de sel de mer se vendent en pharmacie.</p><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendre de 30 à 60 secondes avant de drainer le nez de votre bébé.</li></ol><h3>Installez un humidi​ficateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé</h3><p>Si votre bébé a le nez sec, il risque également avoir le nez congestionné. La vapeur d’eau peut aider à humidifier et à déloger le mucus de son nez. Videz et nettoyez le vaporisateur une fois par jour et renouvelez l’eau.</p><h2>Comment dégager le nez congestionné de votre bébé</h2><p>En plus d’installer un humidificateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé, vous pouvez vous servir de gouttes de solution saline pour dégager le mucus de son nez.</p><h3>Nettoyer le mucus à l’aide de gouttes de solution saline</h3><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendez de 30 à 60 secondes.</li><li>Couchez votre bébé sur le ventre pour faciliter l’écoulement de la solution du nez. Recueillez le mucus qui s’échappent des narines à l’aide d’un papier mouchoir ou d’un coton-tige. Il se peut que votre bébé tousse ou éternue, ce qui libérera le mucus et la solution saline.</li><li>Faites rouler le coton-tige ou le papier mouchoir sur le pourtour de chaque narine pour en retirer le liquide. N’insérez jamais un coton tige à l’intérieur des narines de votre enfant.</li></ol><h3>Nettoyer le mucus à l’aide d’un aspirateur nasal pour bébé ou d’une poire à succion pour le nez</h3><p>Si vous éprouvez de la difficulté à dégager le mucus, utilisez un aspirateur nasal pour bébé ou une poire à succion pour le nez. Un aspirateur nasal est un tube que vous placez dans la narine de votre bébé pendant que vous inhalez par l’embout du tube afin d’aspirer le mucus. Le mucus est alors piégé dans un filtre. Une poire de succion est insérée dans la narine de votre bébé et crée un vide afin de déloger et d’aspirer le mucus. Les poires à succion sont généralement peu efficaces pour le nettoyage du mucus et des sécrétions.</p><p>Comment utiliser un aspirateur nasal :</p><ol><li>Avant la première utilisation, rincez l’aspirateur à l’eau chaude et asséchez-le complètement.</li><li>Placez un filtre propre dans le porte-filtre et reconnectez l’aspirateur.</li><li>Étendez l’enfant sur le dos, la tête inclinée à droite. Placez délicatement une ou deux gouttes de solution saline dans sa narine. Procédez de la même façon avec la narine opposée après avoir incliné la tête de l’enfant vers la gauche.</li><li>Placez l’embout souple de l’aspirateur nasal à l’entrée de la narine du bébé. Inhalez par l’embout afin d’aspirer doucement le mucus. Le mucus sera recueilli par le filtre hygiénique et ne pourra pas passer à travers le tube d’inhalation. Répétez l’opération avec l’autre narine. Soulevez doucement le bébé afin de permettre au mucus résiduel de s’écouler de son nez.</li><li>Essuyez délicatement les narines de votre enfant à l’aide d’un papier mouchoir ou un tampon d’ouate trempé dans une solution saline.</li><li>Après chaque utilisation, détachez la base de l’aspirateur, retirez et jetez le filtre souillé puis rincez l’aspirateur nasal à l’eau chaude avant de l’assécher. Ne stérilisez pas ni ne faites bouillir l’aspirateur nasal.</li></ol><h3>Comment utiliser une poire à succion pour bébés</h3><ol><li>Faites sortir l’air de la poire en la pinçant.</li><li>Pacez doucement le bout de la poire au début de l’ouverture de la narine. Ne faites pas pénétrer la poire plus loin, car vous risquez d’endommager l’intérieur de la narine. Retirez le mucus, en laissant la poire se remplir d’air.</li><li>Dégagez le mucus de la poire sur un papier mouchoir.</li><li>Rincez bien la poire avec de l’eau fraiche avant et après chaque utilisation.</li></ol><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/0gQqI2gz0Z4?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> </div><h2>Quand consu​lter un médecin</h2> <p>Communiquez avec votre médecin si votre bébé présente l’un ou l’autre des symptômes suivants :</p> <ul><li>fièvre</li> <li>éruption cutanée</li> <li>congestion nasale accompagnée d’une enflure du front, des yeux, des côtés du nez ou des joues</li> <li>congestion nasale durant plus de deux semaines</li> <li>difficulté à respirer ou respiration rapide</li> <li>grande difficulté à boire ou refus de boire</li> <li>humeur très grincheuse ou douleurs apparentes.</li></ul>congestedbabyhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/nasal_congestion.jpgCongestion nasale dans les bébés Main
Prise de la températurePrise de la températureTemperature takingPFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)Feverhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_oral_EN.jpg2016-04-27T04:00:00Z7.0000000000000067.00000000000001422.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p> Découvrez comment bien prendre la température de votre enfant quand il a de la fièvre.</p><p>​​Les enfants sont souvent chauds au toucher lorsqu’ils ont de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, mais il n’est pas suffisant de simplement mettre la main sur le front de votre enfant pour savoir s’il est fiévreux. Pour le confirmer, utilisez un thermomètre afin de mesurer sa température corporelle.</p><p> <strong>Une température corporelle de 38°C (100,4°F) ou plus indique de la fièvre.</strong></p><h2>Conversion des degrés Fahrenheit (°F) en degrés Celsius (°C)</h2> <p>Les températures sont mesurées en degrés Celsius (°C) ou en degrés Fahrenheit (°F). Le tableau ci-dessous présente les équivalences de températures en degrés Celsius et Fahrenheit.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>°C</th><th>°F</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>37°C</td> <td>98,6°F</td> </tr> <tr> <td>37,2°C </td> <td>99°F</td> </tr> <tr> <td>37,5°C </td> <td>99,5°F</td> </tr> <tr> <td>37,8°C </td> <td>100°F</td> </tr> <tr> <td>38°C </td> <td>100,4°F</td> </tr> <tr> <td>38,3°C </td> <td>101°F</td> </tr> <tr> <td>38,9°C </td> <td>102°F</td> </tr> <tr> <td>39,5°C </td> <td>103°F</td> </tr> <tr> <td>40°C </td> <td>104°F</td> </tr> <tr> <td>40,6°C </td> <td>105°F</td> </tr> <tr> <td>41,1°C </td> <td>106°F</td> </tr> <tr> <td>41,7°C </td> <td>107°F</td> </tr> </tbody> </table><h2>À retenir</h2> <ul><li>Utilisez un thermomètre pour déterminer si votre enfant a de la fièvre.</li> <li>La meilleure façon de prendre la température des enfants varie selon leur âge.</li> <li>Lavez toujours les thermomètres avant et après leur utilisation.</li> <li>Consultez votre médecin immédiatement si votre enfant a une fièvre qui persiste pendant plus de trois jours ou si votre nourrisson a de la fièvre et qu’il a moins de 3 mois.</li></ul><h2>Quand consulter un médecin</h2> <h3>Consultez le médecin de votre enfant ou rendez-vous immédiatement au service d’urgence le plus près si votre enfant a de la fièvre et que :</h3> <ul><li>votre enfant a moins de 3 mois;</li> <li>vous revenez d’un voyage récent à l’étranger;</li> <li>votre enfant développe un érythème qui ressemble à des petits points violets qui ne disparaissent pas lorsque vous appuyez dessus avec vos doigts (blanchissement);</li> <li>votre enfant n’est pas capable de garder les liquides, a cessé d’uriner et semble déshydraté;</li> <li>la peau de votre enfant semble très pâle ou grise, ou est froide ou tachetée;</li> <li>votre enfant souffre constamment;</li> <li>votre enfant est léthargique (très faible) ou vous avez du mal à le réveiller;</li> <li>le cou de votre enfant est raide;</li> <li>votre enfant fait une crise associée à de la fièvre pour la première fois ou une crise prolongée associée à de la fièvre;</li> <li>votre enfant a l’air très malade ou agit comme s’il l’était;</li> <li>votre enfant semble confus ou délirant;</li> <li>votre enfant n’utilise pas un de ses bras ou une de ses jambes de façon normale, ou refuse de se tenir debout;</li> <li>votre enfant a de la difficulté à respirer;</li> <li>votre enfant pleure constamment et ne peut être consolé.</li></ul> <h3>Consultez un médecin dans les 24 heures si votre enfant a de la fièvre et que :</h3> <ul><li>votre enfant est âgé de 3 à 6 mois;</li> <li>votre enfant a mal à un endroit précis, aux oreilles ou à la gorge, par exemple, ce qui peut nécessiter un examen;</li> <li>votre enfant a de la fièvre depuis plus de trois jours;</li> <li>la fièvre a disparu depuis plus de 24 heures puis est revenue;</li> <li>votre enfant a une infection bactérienne qui est traitée avec un antibiotique, mais la fièvre ne disparaît pas même après lui en avoir donné pendant deux ou trois jours;</li> <li>votre enfant pleure lorsqu’il va aux toilettes;</li> <li>vous avez d’autres préoccupations ou d’autres questions.</li></ul> <p>En cas de doute, appelez Télésanté Ontario au 1-866-797-0000 (sans frais) si vous habitez en Ontario.</p><h2>Utilisez un thermomètre pour mesurer la température</h2> <p>Le moyen le plus simple de mesurer la température de votre enfant est d’utiliser un thermomètre numérique. Vous pouvez vous en procurer un dans la plupart des pharmacies.</p> <p>Vous pouvez aussi utiliser un thermomètre en verre. N’utilisez jamais un thermomètre en verre contenant du mercure parce qu’il s’agit d’une substance toxique. Si vous n’avez accès qu’à un thermomètre en verre, utilisez-le avec grande précaution. N’utilisez en aucun cas un thermomètre fissuré ou endomma​gé. Même un thermomètre en verre en bon état peut présenter un risque pour votre enfant. Si vous pensez que votre enfant peut mordre le thermomètre, ne l’utilisez pas pour prendre sa température par la bouche.</p> <h3>Quatre façons de prendre la température d’un enfant :</h3> <ul><li>par la bouche,</li> <li>par l’anus (ou le rectum),</li> <li>sous l’aisselle,</li> <li>par l’oreille.</li></ul> <p>N’insérez pas un thermomètre rectal dans la bouche, ni un thermomètre buccal dans l’anus. Lavez toujours le thermomètre avec du savon et de l’eau tiède avant et après son utilisation.</p> <h3>La meilleure façon de prendre la température d’un enfant varie selon son âge</h3> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th rowspan="2" colspan="1">Âge ​</th><th rowspan="1" colspan="2"> ​Comment prendre la température</th></tr> <tr><th><em>Méthode la plus précise​</em></th><th><em>Autre méthode</em></th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>De la naissance à l’âge de 3 ans</td> <td>Température rectale (par l’anus)</td> <td> ​Température axillaire (sous l’aisselle)</td> </tr> <tr> <td>Enfants âgés de plus de 3 ans​</td> <td> ​Température buccale (par la bouche)</td> <td>Par l’oreille ou sous l’aisselle</td> </tr> </tbody> </table><h2>Prise de la température par la bouche (méthode buccale)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température buccale <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_oral_FR.jpg" alt="Enfant couchée sous une couverture avec un thermomètre dans la bouche" /> </span></figure> <p>Pour que la température soit prise par la bouche, il faut que les enfants soient suffisamment âgés pour tenir le thermomètre sous la langue et ne pas le mordre. La méthode buccale donne la mesure la plus exacte de la température d’un enfant plus âgé. Assurez-vous que votre enfant n’a pas bu de boissons froides ou chaudes dans les 30 minutes précédant la prise de sa température.</p><ul><li>Pour obtenir une mesure exacte, placez délicatement le bout du thermomètre sous la langue de votre enfant.</li><li>Demandez-lui de le garder en place en fermant bien les lèvres sur le thermomètre. Assurez-vous qu’il ne le mord pas. S’il ne peut pas respirer par le nez, employez une autre méthode pour mesurer sa température.</li><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, laissez-y jusqu’à ce que vous entendiez le signal sonore.</li><li>Faites une lecture attentive du thermomètre.</li><li>Désactivez le thermomètre et lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude) et désinfectez-le avec de l’alcool, puis séchez-le bien.</li></ul><h2>Prise de la température par l’anus (méthode rectale)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température rectale <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_rectal_FR.jpg" alt="Bébé étendu sur son ventre sur les genoux d’une personne insérant un thermomètre dans le rectum du bébé" /> </span></figure> <p>Chez les bébés et les tout-petits, la méthode rectale est la plus efficace. Il se peut que les enfants plus âgés s’agitent si vous tentez de leur insérer un objet dans le derrière.</p><ul><li>Avant de prendre la température de votre enfant, assurez-vous qu’il est détendu. Installez-le confortablement <a href="/Article?contentid=296&language=French">sur le ventre​</a> s’il a le contrôle de sa tête et qu’il est habitué à être dans cette position. Installez-le sur le dos s’il ne peut pas en toute sécurité se coucher sur le ventre.</li><li>Avant d’insérer le thermomètre, assurez-vous qu’il est propre. Enrobez le bout avec de la gelée de pétrole (Vaseline) pour en faciliter l’insertion.</li><li>Insérez doucement le thermomètre dans l’anus sur une profondeur d’environ 2 cm (1 pouce). Si vous ressentez une résistance, retirez-le légèrement. N’essayez jamais de forcer l’entrée d’un thermomètre, car vous pourriez abîmer la paroi interne des intestins.</li><li>Tenez votre enfant immobile pendant que le thermomètre est dans l’anus.</li><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, retirez-le quand vous entendez le signal sonore (habituellement un bip ou une suite de bips).</li><li>Faites la lecture du thermomètre.</li><li>Désactivez le thermomètre, lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude), puis séchez-le bien.</li></ul><h2>Prise de la température sous l’aisselle (méthode axillaire)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température axillaire (sous l’aisselle) <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_armpit_FR.jpg" alt="Un bébé allongé sur son dos avec un thermomètre sous l’aisselle" /> </span></figure> <p>Même si la température prise sous l’aisselle est moins précise que celle prise par l’anus ou par la bouche, il est plus facile d’employer cette méthode chez certains bébés ou certains enfants. Pour prendre la température sous l’aisselle, assurez-vous que votre enfant tient le bras le long du corps sans le bouger pendant environ deux minutes.</p><ul><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, activez-le.</li><li>Assurez-vous que l’aisselle est bien sèche et placez-y le thermomètre. Le bout argent doit toucher la peau.</li><li>Tenez la partie supérieure du thermomètre avec une main, et le bras de votre enfant avec l’autre.</li><li>Si vous employez un thermomètre numérique, retirez-le de l’aisselle quand vous entendez le signal sonore (un bip ou une suite de bips).</li><li>Désactivez le thermomètre. Lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude), puis séchez-le bien.</li> ​​​​​​​​​​​​​​​​​</ul><h2>Prise de la température par l’oreille (méthode tympanique) </h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température auriculaire (dans l’oreille) </span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_ear_FR.jpg" alt="Enfant regardant droit devant lui lorsque quelqu’un tire le haut de son oreille et tient un thermomètre là-dedans" /></figure> <p>Il est moins efficace de prendre la température par l’oreille que par la bouche ou par l’anus. Les thermomètres tympaniques ne sont pas recommandés pour les bébés de moins de deux ans. Il se peut que leur canal auditif soit trop étroit pour une lecture de la température. Avant son utilisation, lavez toujours le bout du thermomètre et suivez bien les directives du fabricant.</p><ul><li>Tirez délicatement l’oreille vers le haut et vers l’arrière. Cela aidera à maintenir le canal plus droit pour que le thermomètre puisse pénétrer jusqu’au tympan. </li><li>Insérez doucement le thermomètre dans le canal auditif jusqu’à ce que ce dernier soit bien bouché.</li><li>Appuyez sur le bouton du thermomètre et tenez-le enfoncé pendant une seconde. </li></ul><p>Retirez le thermomètre de l’oreille et lisez la température affichée. </p><h2>Méthodes de prise de température à éviter</h2> <p>​Les thermomètres électroniques à affichage numérique du type sucette et les bandelettes thermosensibles (appliquées sur le front) ne sont pas fiables et ils donnent des mesures inexactes. Ne les utilisez pas pour prendre la température de votre enfant.</p> <p>En touchant son front ou son cou, vous pouvez soupçonner que votre enfant est fiévreux, mais il ne s’agit pas d’un moyen fiable de déterminer s’il a de la fièvre. Pour confirmer, faites une mesure réelle à l’aide des méthodes présentées ci-dessus.</p><h2>References:</h2><p>Richardson M, Purssell E. (2015). Who's afraid of fever? <em>Arch Dis Child</em>. 100(9):818-20. doi:10.1136/archdischild-2015-309491. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="https://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/127/3/580.full.pdf">https://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/127/3/580.full.pdf</a></p><p>Sullivan JE, Farrar HC. (2011). Fever and antipyretic use in children. <em>Pediatrics</em>. 127(3):580-7. doi:10.1542/peds.2010-3852. Retrieved February 10th, 2016. <a href="https://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/127/3/580.full.pdf">https://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/127/3/580.full.pdf</a> </p><p>Mistry N, Hudak A. (2014). Combined and alternating acetaminophen and ibuprofen therapy for febrile children. <em>Paediatrics & child health</em>. 19(10):531-2. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4276386/pdf/pch-19-531.pdf">https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4276386/pdf/pch-19-531.pdf</a> and Corrigendum. (2015). <em>Paediatrics & Child Health</em>, 20(8), 466–467. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4699537/">https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4699537/</a> </p> Découvrez comment bien prendre la température de votre enfant quand il a de la fièvre, selon son âge, et quelles méthodes à éviter.Main
Renseignements d’ordre général sur les vaccins contre la COVID-19Renseignements d’ordre général sur les vaccins contre la COVID-19COVID-19 vaccines general informationRFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANADrug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2022-01-27T05:00:00Z10.900000000000049.10000000000001996.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez quels vaccins contre la COVID-19 sont disponibles au Canada, et trouvez des renseignements sur la mise au point des vaccins, ainsi que sur leur innocuité et leur efficacité.</p><h2>Vaccins contre la COVID-19 dont l’utilisation est approuvée au Canada</h2><p>En novembre 2021, Santé Canada a approuvé l’utilisation clinique de quatre vaccins contre la COVID-19.</p><p>Deux vaccins à ARNm :</p><ul><li>Comirnaty de <strong>Pfizer-BioNTech</strong></li><li>Spikevax de <strong>Moderna</strong></li></ul><p>Deux vaccins à vecteur adénoviral :</p><ul><li>Vaxzevria d’<strong>AstraZeneca</strong></li><li> <strong>Janssen</strong> (Johnson and Johnson)</li></ul><p>Recherchez-vous des renseignements qui se rapportent particulièrement aux enfants âgés de 5 à 11 ans? Rendez-vous sur la page des <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=4001&language=French&hub=COVID-19">renseignements sur les vaccins contre la COVID-19 pour les enfants (âgés de 5 à 11 ans)</a>.</p><p>Recherchez-vous des renseignements qui se rapportent particulièrement aux jeunes de 12 ans et plus? Rendez-vous sur la page des <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=4000&language=French&hub=COVID-19">renseignements sur les vaccins contre la COVID-19 pour les jeunes (âgés de 12 ans et plus)</a>.</p> <br> <h2>À retenir</h2><ul><li>Les vaccins contre la COVID-19 se sont révélés sûrs et efficaces contre cette maladie.</li><li>En novembre 2021, Santé Canada a approuvé quatre vaccins contre la COVID-19.</li><li>Deux des vaccins, Pfizer et Moderna, sont approuvés pour les personnes âgées de 12 ans et plus.</li><li>En date du 19 novembre 2021, l’utilisation du vaccin Pfizer a été approuvée chez les enfants âgés de 5 à 11 ans.</li><li>Des études sont en cours pour évaluer l’innocuité des vaccins et leur efficacité chez les enfants de moins de 5 ans.</li><li>Les parents qui sont vaccinés contre la COVID-19 peuvent contribuer à protéger leurs enfants et d’autres personnes contre cette maladie.</li></ul> <h2>Comment fonctionnent les vaccins à ARNm?</h2><p>Les vaccins fonctionnent en apprenant à vos cellules immunitaires à reconnaître une petite partie du virus SRAS-CoV-2 appelée protéine Spike. Le virus SRAS-CoV-2 est le virus qui cause la COVID-19.</p><p>Pfizer utilise l’ARN messager (ARNm) dans ses vaccins. L’ARNm est un petit morceau de code génétique du virus SRAS-CoV-2 qui indique à l’organisme de fabriquer la protéine Spike du coronavirus. La production de la protéine Spike est reconnue par les cellules assistantes de l’immunité, qui vont assembler une armée de lymphocytes B. Les lymphocytes B produisent les anticorps qui créent une immunité contre le virus. Une fois que le vaccin a provoqué cette réponse immunitaire, le corps se débarrasse rapidement de la protéine Spike et de l’ARNm, et seuls les anticorps et la mémoire immunitaire restent.</p><h2>Les vaccins à ARNm contre la COVID-19 sont-ils sûrs, et y a-t-il des effets secondaires?</h2><p>Santé Canada a approuvé deux vaccins à ARNm : le vaccin Pfizer et le vaccin Moderna. Ces vaccins ont satisfait aux exigences d’approbation de Santé Canada, car ils ont fait l’objet d’essais cliniques portant sur un grand nombre de personnes et se sont révélés sûrs. Dans les études, le nombre de personnes ayant reçu le vaccin et présentant des effets secondaires graves inattendus était semblable au nombre de personnes ayant reçu un placebo (substance ou traitement ne contenant aucun principe actif).</p><p>Les personnes qui reçoivent un vaccin contre la COVID-19 peuvent présenter des effets secondaires, comme la fatigue, les maux de tête, les douleurs musculaires, les douleurs articulaires, les frissons et la fièvre. Ce sont des effets secondaires que l’on rencontre fréquemment après n’importe quelle vaccination. Des réactions allergiques ne sont survenues que rarement après la vaccination contre la COVID-19.</p><h2>Qu’en est-il du risque de myocardite et de péricardite?</h2><p>Un petit nombre de cas de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) ou de péricardite (inflammation du sac qui enveloppe le cœur) après l’immunisation par les vaccins contre la COVID-19 ont été signalés au Canada et à l’étranger. Ces cas sont très rares et sont le plus souvent signalés après la deuxième dose d’un vaccin à ARNm. La plupart des cas étaient légers et se sont résolus en quelques jours à la suite d’un traitement des symptômes. Dans le cadre des systèmes de surveillance de la sécurité, Santé publique Ontario suit de près les cas de myocardite et de péricardite après la vaccination contre la COVID-19.</p><h2>Est-ce que le vaccin contre la COVID-19 risque de donner le virus?</h2><p>Non. Il n’y a aucun moyen de contracter la COVID-19 à partir de l’un des vaccins. Aucun des vaccins ne contient le virus SRAS-CoV-2, qui est à l’origine de la COVID-19.</p><h2>Après la vaccination, combien de temps faut-il pour être protégé contre la COVID-19?</h2><p>Après avoir reçu le vaccin, l’immunité commence généralement à se développer après 14 jours. Dans le cas des vaccins qui nécessitent deux doses, une réponse immunitaire maximale se produit 7 à 14 jours après la deuxième dose du vaccin. Les études sont toujours en cours et des données sont recueillies pour déterminer la durée de la protection.</p><h2>Comment peut-on être certain qu’un vaccin mis au point aussi rapidement est également sûr?</h2><p>Les travaux sur les vaccins contre les coronavirus sont en cours depuis plus de 10 ans, en partie à cause de l’éclosion du SRAS-CoV-1 en 2003. Il était important de mettre rapidement au point le vaccin contre la COVID-19 en raison du nombre de personnes qui décédaient et tombaient malades, ainsi que des perturbations de la vie quotidienne dues à la pandémie. Même si les vaccins ont été mis au point rapidement, toutes les étapes habituelles du processus d’approbation des vaccins ont été suivies, y compris les essais cliniques portant sur le nombre approprié de participants. En raison de la grande quantité de ressources mises à disposition pour mettre au point un vaccin contre la COVID-19 et du grand nombre de cas de COVID-19, les essais cliniques ont pu se dérouler rapidement. Cela a permis de savoir en peu de temps si les vaccins permettaient ou non de prévenir les cas de COVID-19. Le vaccin s’est rapidement révélé efficace pour protéger contre la COVID-19.</p><h2>Quelle est la différence entre l’immunité naturelle et l’immunité conférée par le vaccin contre la COVID-19?</h2><p>L’immunité naturelle désigne les réponses immunitaires qui se développent après l’exposition à une infection. Lorsque les gens contractent une infection, ils développent pour la plupart des anticorps qui sont essentiels pour reconnaître et combattre la même infection, si elle se reproduit. L’immunité naturelle peut diminuer avec le temps, et les anticorps peuvent ne pas durer très longtemps dans votre système immunitaire. Pour développer une immunité naturelle, il faut également contracter l’infection, ce qui signifie que vous pourriez connaître de très graves complications de santé en conséquence.</p><p>Il est également possible d’obtenir une immunité contre la COVID-19 en se faisant vacciner. La différence, dans ce cas, tient au fait que le vaccin apprend à votre système immunitaire à développer les anticorps qui vous protègent contre la COVID-19 sans que vous ayez à contracter l’infection et à tomber malade. Étant donné que des doses supplémentaires de vaccin sont administrées pour aider à créer les réponses immunitaires, les anticorps continuent à circuler dans le corps pendant une période plus longue qu’en cas d’infection simple.</p><h2>Puis-je recevoir d’autres vaccins, comme le vaccin contre l’influenza (la grippe), en même temps que le vaccin contre la COVID-19?</h2><p>Selon le Comité consultatif national de l’immunisation, chez les personnes âgées de 12 ans et plus, les vaccins contre la COVID-19 peuvent être administrés en même temps que d’autres vaccins, y compris le vaccin contre l’influenza (la grippe), ou à tout moment avant ou après. Chez les enfants de 5 à 11 ans, il est recommandé d’attendre 14 jours avant d’administrer d’autres vaccins, comme le vaccin contre la grippe. Il s’agit d’une précaution pour surveiller les éventuels effets secondaires du vaccin contre la COVID-19 ou d’un autre vaccin. Si un vaccin est nécessaire de toute urgence, veuillez suivre les conseils du fournisseur de soins de santé de votre enfant.</p><h2>Si je suis entièrement vacciné contre la COVID-19, cela protégera-t-il mon enfant?</h2><p>De plus en plus de preuves laissent entendre que les personnes entièrement vaccinées sont moins susceptibles de contracter la COVID-19 asymptomatique et potentiellement moins susceptibles de transmettre l’infection à d’autres personnes. Cela peut être vrai pour les parents vaccinés et le risque de transmission à leur enfant. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour le confirmer. La vaccination individuelle de toutes les personnes admissibles offre la meilleure protection possible contre l’infection par la COVID-19.</p><h2>Si mon enfant contracte la COVID-19 et que je suis entièrement vacciné, serai-je protégé contre la maladie?</h2><p>Il a été démontré que les personnes entièrement vaccinées ont moins de risque de contracter la COVID-19 et moins de risque de contracter une maladie grave, y compris l’admission à l’hôpital et dans une unité de soins intensifs. Si vous êtes entièrement vacciné et que votre enfant reçoit ultérieurement un diagnostic de COVID-19, vous courez un risque plus faible de contracter la maladie.</p><h2>En quoi le variant Omicron est-il différent des autres souches que nous avons observées auparavant, et dans quelle mesure est-il répandu?</h2><p>Omicron est un variant de la COVID-19 qui est beaucoup plus transmissible que les souches précédentes, ce qui est à l’origine de l’augmentation rapide du nombre de cas et du nombre correspondant d’hospitalisations. Chez les adultes, il est prouvé que les vaccins restent efficaces pour prévenir les hospitalisations et les maladies graves dues à Omicron, en particulier chez les personnes entièrement vaccinées et ayant reçu une troisième dose. La souche Omicron, en raison de sa forte transmissibilité, est devenue la forme dominante de la COVID-19 en Ontario et dans une grande partie du monde.</p><h2>Si mon enfant ou moi-même avons déjà eu la COVID-19, devons-nous quand même recevoir le vaccin?</h2><p>Oui. Il est recommandé aux personnes qui ont eu la COVID-19 de continuer à se faire vacciner, mais seulement après s’être remises de leur maladie et après avoir été autorisées par leur unité de santé publique locale. Les essais cliniques ont inclus des personnes ayant déjà eu la COVID-19, et le vaccin s’est révélé sûr pour elles. Comme on ne sait pas combien de temps durent les anticorps contre la COVID-19 après l’infection et qu’il est possible de contracter à nouveau l’infection (parfois plus gravement), le vaccin est recommandé, car il peut être utile pour renforcer l’immunité existante d’une personne contre la COVID-19.</p><h2>Combien de temps dois-je attendre après avoir été infecté par la COVID-19 pour recevoir le vaccin?</h2><p>Il n’y a pas de délai particulier à respecter entre l’infection et la vaccination. Tant que vous ne présentez plus de symptômes, que vous avez terminé la période d’isolement volontaire conformément aux directives de santé publique locales et que vous êtes complètement remis du virus, la vaccination est recommandée.</p><h2>Le fait de recevoir le vaccin contre la COVID-19 aidera-t-il mon enfant à retourner à l’école ou à reprendre d’autres activités régulières?</h2><p>Tous les enfants et les jeunes bénéficient des activités éducatives, physiques et des autres activités extrascolaires régulières. On s’attend à ce que, lorsqu’un nombre suffisant de personnes seront vaccinées contre la COVID-19, le risque d’infection pour votre enfant, et pour la population générale, diminuera. Jusqu’à ce que la population soit protégée, il est important de continuer à suivre les conseils des autorités de santé publique pour réduire le risque de contracter et de transmettre la COVID-19.</p><h2>À la suite de la recrudescence des cas de COVID-19 et des restrictions qui en découlent, l’anxiété monte pour ma famille. Où puis-je trouver des ressources sur la santé mentale pour les soignants et les enfants?</h2><p>La pandémie de COVID-19 et les nouvelles restrictions ont une incidence sur le bien-être des soignants et de leurs enfants. Vous pouvez également parler à votre fournisseur de soins primaires de l’accès aux services de santé mentale dans votre communauté.</p> <h2>Références</h2><p>Centers for Disease Control and Prevention. (2021, February 26). COVID-19 Vaccination. Consulté à l’adresse <a href="https://www.cdc.gov/vaccines/covid-19/index.html">https://www.cdc.gov/vaccines/covid-19/index.html</a></p><p>Centers for Disease Control and Prevention. (2021, March 8). Science Brief: Background Rationale and Evidence for Public Health Recommendations for Fully Vaccinated People. Consulté à l’adresse <a href="https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/more/fully-vaccinated-people.html">https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/more/fully-vaccinated-people.html</a></p><p>Government of Ontario – Ministry of Health. (2020, March 31). COVID-19 vaccines for Ontario. Consulté à l’adresse <a href="https://covid-19.ontario.ca/covid-19-vaccines-ontario">https://covid-19.ontario.ca/covid-19-vaccines-ontario</a></p><p>Health Canada. (2021, October 18). Health Canada receives submission from Pfizer-BioNTech to authorize the use of Comirnaty COVID-19 vaccine in children 5 to 11 years of age. Consulté à l’adresse <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/news/2021/10/health-canada-receives-submission-from-pfizer-biontech-to-authorize-the-use-of-comirnaty-covid-19-vaccine-in-children-5-to-11-years-of-age.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/news/2021/10/health-canada-receives-submission-from-pfizer-biontech-to-authorize-the-use-of-comirnaty-covid-19-vaccine-in-children-5-to-11-years-of-age.html</a></p><p>ImmunizeBC. (2021, March 12). COVID-19 Vaccine Frequently Asked Questions. Consulté à l’adresse <a href="https://immunizebc.ca/covid-19-vaccine-frequently-asked-questions">https://immunizebc.ca/covid-19-vaccine-frequently-asked-questions</a></p><p>ImmunizeCanada. (2021, February 18). COVID-19 Info. Consulté à l’adresse <a href="https://immunize.ca/covid-19-info">https://immunize.ca/covid-19-info</a></p><p>National Advisory Committee on Immunization. (2021, May 5). Recommendations on the use of COVID-19 vaccines. Consulté à l’adresse <a href="https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/immunization/national-advisory-committee-on-immunization-naci/recommendations-use-covid-19-vaccines/recommendations-use-covid-19-vaccines-en.pdf">https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/immunization/national-advisory-committee-on-immunization-naci/recommendations-use-covid-19-vaccines/recommendations-use-covid-19-vaccines-en.pdf</a></p><p>Pfizer. (2021, September 20). Pfizer and BioNTech Announce Positive Topline Results from Pivotal Trial of COVID-19 Vaccine in Children 5 to 11 Years. Consulté à l’adresse <a href="https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-announce-positive-topline-results">https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-announce-positive-topline-results</a></p><p>Pfizer. (2021, September 28). Pfizer and BioNTech Submit Initial Data to U.S. FDA From Pivotal Trial of COVID-19 Vaccine in Children 5 to <12 Years of Age. Consulté à l’adresse <a href="https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-submit-initial-data-us-fda-pivota">https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-and-biontech-submit-initial-data-us-fda-pivota</a>l</p><p>Public Health Agency of Canada. (2021, September 28). Advisory Committee Statement (ACS) National Advisory Committee on Immunization (NACI): Recommendations on the use of COVID-19 vaccines. Consulté à l’adresse <a href="https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/immunization/national-advisory-committee-on-immunization-naci/recommendations-use-covid-19-vaccines/recommendations-use-covid-19-vaccines-en.pdf">https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/immunization/national-advisory-committee-on-immunization-naci/recommendations-use-covid-19-vaccines/recommendations-use-covid-19-vaccines-en.pdf</a></p><p>Walter, E.B., Talaat, K.R., Sabharwal, C., Gurtman, A., Lockhart, S., Paulsen, G.C.,…Gruber, W.C., for the C4591007 Clinical Trial Group. (2021). Evaluation of the BNT162b2 Covid-19 Vaccine in Children 5 to 11 Years of Age. <em>New England Journal of Medicine</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2116298">https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2116298</a></p><p>World Health Organization. (2021, February 19). COVID-19 vaccines. Consulté à l’adresse <a href="https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/covid-19-vaccines">https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/covid-19-vaccines</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/COVID-19_Vaccine.jpg Découvrez quels vaccins contre la COVID-19 sont disponibles au Canada, et trouvez des renseignements sur la mise au point des vaccins. Main

 

 

Bébés : comment dire si le vôtre est malade?Bébés : comment dire si le vôtre est malade?Babies: How can you tell if your baby is ill?BFrenchNAPremature;Newborn (0-28 days);Baby (1-12 months);Toddler (13-24 months)BodyNAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)Diarrhea;Fever;Rash;Vomiting2019-01-07T05:00:00Z00800.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Vous apprendrez les signes d'une maladie possible, comme la fièvre, l'irritabilité et la somnolence, et quand apporter votre bébé chez le médecin.<br></p><p>Un changement de comportement est souvent un signe de maladie chez les bébés. Si votre bébé est malade, il peut pleurer davantage ou avoir un niveau d’activité différent. </p><h2>À retenir</h2><ul><li>La présence de fièvre est généralement le signe que votre corps lutte contre une infection.</li><li>Un des premiers signes de maladie chez les bébés est un changement de comportement — par ex., somnolence ou irritabilité.</li><li>Chez les nouveau-nés et les nourrissons de trois mois et moins, la fièvre peut être le premier et le seul symptôme d’une infection grave. Tous bébés âgés moins de trois mois ayant de la fièvre devront voir un médecin immédiatement.</li></ul><h2>Quand consulter un médecin</h2><p> <strong>Consultez un médecin immédiatement si votre bébé montre l’un ou l’autre des symptômes suivants</strong> : </p><ul><li>il a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a> (bébés de trois mois ou moins); </li><li>il pleure de façon inconsolable;<br></li><li>il est apathique et n’a pas d’énergie;</li><li>il a des <a href="/Article?contentid=1773&language=French">convulsions</a>; </li><li>sa fontanelle, la zone molle sur le haut de sa tête, commence à enfler; </li><li>il semble avoir mal; </li><li>il a des taches mauves sur la peau ou un autre type d’urticaire; </li><li>il est pâle ou a des rougeurs;</li><li>il semble avoir de la difficulté à respirer;</li><li>il refuse le sein ou le biberon;</li><li>il semble avoir de la difficulté à avaler;</li><li>il n'a pas uriné depuis plusieurs heures;</li><li>il a des vomissements constants ou le vomit devient un vert foncé.</li></ul><h2>Fièvre</h2><p>Chez les nouveau-nés et les bébés de trois mois ou moins, la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a> pourrait être le premier et le seul signe d’une grave infection. Si vous remarquez une température qui est même tout juste au-dessus des normales, apportez votre nouveau-né chez le médecin aussi tôt que possible. La température normale est moins de 38°C (100.4°F).</p><h2>Changements de comportement</h2><p>L’un des premiers signes de maladie chez les bébés est un changement de comportement. Le bébé pourrait pleurer davantage ou avoir un niveau d’activité différent. En général, si votre bébé est actif quand il est réveillé, s’il se nourrit bien et s’il peut être réconforté quand il pleure, de petites différences dans le niveau d’activité ou des pleurs sont normales, mais si votre bébé devient très somnolent ou irritable, il pourrait être temps de consulter un médecin. La manque d'énergie ou l’irritabilité pourraient être des signes de maladie. </p><h3>Manque d'énergie<br></h3><p>Les bébés somnolents ou apathiques ont peu ou aucune énergie. Ils dorment plus longtemps qu’à l’habitude et pourraient être difficiles à réveiller pour les tétées. Quand ils sont réveillés, ils sont somnolents ou ont l’air épuisés, et ne portent pas attention aux stimuli visuels ou sonores. La manque d'énergie peut se développer lentement avec le temps, et les parents pourraient avoir de la difficulté à la reconnaître. </p><p>La manque d'énergie peut être un signe d’une infection courante comme le rhume ou un type d’infection grave, comme l’influenza (la grippe) ou la méningite. La manque d'énergie peut être causée par des problèmes cardiaques ou sanguins comme la thalassémie. Il y a de nombreuses autres pathologies qui peuvent causer la manque d'énergie, et celle-ci est habituellement l’un des nombreux symptômes associés à toute pathologie. Par conséquent, si vous remarquez que votre bébé est particulièrement léthargique ou amorphe, faites-le examiner par un médecin. Le traitement dépendra de la pathologie particulière qui rend votre bébé léthargique ou apathique. </p><h3>Irritabilité</h3><p>Les pleurs sont le seul moyen de communication d’un bébé. Avec le temps, les bébés développent divers pleurs selon ce dont ils ont besoin : de la nourriture, du sommeil, un changement de couche ou une caresse. Les parents apprennent graduellement à interpréter les pleurs du bébé et à réagir en conséquence. Habituellement, les parents peuvent consoler leur bébé en lui offrant ce qu’il veut et en le serrant contre eux. Cependant, certains bébés peuvent commencer à pleurer de façon inconsolable. Cela pourrait être attribuable à une pathologie appelée colique, qui peut faire pleurer le bébé sans discontinuer pendant environ trois heures le soir. Les coliques peuvent commencer quelques semaines après la naissance et généralement se diminuent par le troisième ou quatrième mois de vie. </p><p>Un bébé qui devient très irritable, grognon et capricieux et qui pleure longtemps peut être malade ou avoir mal. Le bébé peut aussi avoir des réflexes de sursaut ou commencer à trembler. L’irritabilité peut être un signe que votre bébé souffre de gaz, de douleurs abdominales, d’un mal d’oreille ou d’une infection virale ou bactérienne. La cause de l’irritabilité de votre bébé pourrait simplement être du gaz, mais il pourrait s’agir de quelque chose de plus grave. Si votre bébé est irritable et inconsolable, apportez-le chez le médecin pour un examen. Le traitement dépendra de la pathologie particulière qui rend votre bébé irritable. <br></p><img alt="" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/how_can_you_tell_baby_ill.jpg" style="BORDER:0px solid;" />https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/how_can_you_tell_baby_ill.jpgComment savoir si bébé est malade? Découvrez les symptômes physiques et comportementaux de la maladie chez le bébé et sachez quand consulter le médecin.Main
Le diabète et les vacancesLe diabète et les vacancesDiabetes and vacationsLFrenchEndocrinologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)PancreasEndocrine systemHealthy living and preventionAdult (19+)NA2017-09-25T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>En savoir plus sur la gestion du diabète de votre enfant lorsqu’il est en vacances ou au camp de vacances.<br></p><p>Le <a href="/Article?contentid=1717&language=French">diabète</a> de votre enfant ne doit pas vous décourager de voyager, même à l’étranger. Une planification soignée vous garantira des vacances sans danger et agréables. Voici quelques conseils :</p><h2>À retenir<br></h2><ul><li>Veillez à avoir en main toutes les fournitures nécessaires pour gérer le diabète de votre enfant lorsque vous êtes en vacances. Soyez prêt à faire face à une situation urgente. </li><li>Si vous n’accompagnez pas votre enfant, assurez-vous qu’il puisse se prendre en charge. S’il est jeune, informez un parent ou un moniteur du camp de son état de santé et assurez-vous qu’il sait comment gérer la situation. </li></ul><ul><li>Prenez suffisamment d’<a href="/Article?contentid=1728&language=French">insuline</a> et de matériel pour la totalité du voyage, en emportant quelques fournitures de rechange. Conservez ces fournitures supplémentaires séparément du matériel principal, si vous veniez à perdre un de vos sacs ou à vous le faire voler.</li><ul><li>Assurez-vous de protéger votre insuline contre les températures extrêmement élevées ou basses pour éviter sa détérioration. Les flacons d’insuline ouverts peuvent être <a href="/Article?contentid=1730&language=French">conservés en toute sécurité</a> dans un réfrigérateur ou à température ambiante pendant une période pouvant aller jusqu’à un mois.</li></ul><li>Si vous prenez l’avion, veillez à ce que toutes vos fournitures se trouvent dans votre bagage de cabine. Pour les voyages internationaux, il pourrait être utile d’apporter une lettre de permission de votre médecin expliquant le matériel que votre enfant doit avoir.</li><li>Où que vous alliez, emportez toujours de la nourriture, ainsi qu’un bon approvisionnement en <a href="/Article?contentid=1745&language=French">sucre à action rapide</a> pour traiter un « <a href="/Article?contentid=1726&language=French">taux de glucose faible</a> » (hypoglycémie).<br></li><li>Prévoyez de contrôler le taux de glucose (sucre) au moins quatre fois par jour, surtout avant les repas et au coucher. La routine sera différente de celle pratiquée à la maison, et vous devrez savoir quelle est l’incidence sur le taux de glucose de votre enfant afin de pouvoir apporter des <a href="/Article?contentid=1737&language=French">ajustements</a> sûrs à cette routine.</li><li>Pour des vacances actives, vous devrez peut-être réduire l’insuline de votre enfant. Discutez des changements éventuels avec les membres de votre <a href="/Article?contentid=2511&language=French">équipe de soins de santé du diabète</a>.</li><li>Emportez les numéros de téléphone des principaux membres de votre équipe de soins de santé du diabète. </li><li>Assurez-vous que votre enfant porte une certaine forme d’identification du diabète, par exemple un bracelet MedicAlert.</li><li>Préparez-vous aux situations d’urgence. Si votre enfant prend de l’insuline, prenez la <a href="/Article?contentid=1726&language=French">trousse de glucagon</a> avec vous, de façon à pouvoir intervenir en cas de crise hypoglycémique grave, si nécessaire. De même, établissez<a href="/Article?contentid=1750&language=French"> les grandes lignes pour les journées de maladie</a> et emportez des bandelettes de test des <a href="/Article?contentid=1727&language=French">cétones</a>.</li></ul><h3>Changements de fuseau horaire</h3><p>Il n’y a pas de formule magique pour vous aider à déterminer la façon d’adapter la dose d’insuline en cas de changement de fuseau horaire. Chaque situation et chaque individu sont différents. Veillez à bien connaître le <a href="/Article?contentid=1729&language=French">délai d’action des types d’insuline</a> utilisés par votre enfant. Recueillez tous les renseignements que vous pouvez au sujet de votre vol, y compris le changement d’heure et la nourriture disponible (il est recommandé d’emporter des collations supplémentaires). Ensuite, réunissez-vous avec votre équipe de soins de santé du diabète pour mettre un plan sur pied.</p><h3>Assurance voyage</h3><p>Vous devriez vous procurer une assurance voyage avant de partir. Certaines associations de lutte contre le diabète offrent une assurance voyage à leurs membres. Communiquez avec votre succursale la plus proche pour en savoir plus.</p><h2>Prise en charge du diabète pendant une excursion de camping sauvage</h2><p>Votre famille aura peut-être envie de faire une excursion de camping plus longue dans la nature, où vous pourriez être coupé de la civilisation pendant plusieurs jours. Votre adolescent voudra peut-être aller camper avec des amis. Avant de le laisser partir, vous devriez vous assurer qu’il comprend les enjeux liés à un voyage dans des contrées sauvages. Il doit s’engager à faire plus et non moins de tests de glucose pendant son voyage. Vous devriez faire tout votre possible pour vous assurer qu’il existe une certaine méthode de communication avec la « civilisation », si cela est possible.</p><h2>Prise en charge du diabète pendant un camp d’été</h2><p>Pour de nombreux enfants d’âge scolaire et adolescents, non seulement l’été est synonyme de vacances scolaires, mais il représente également l’occasion de jouer et de passer du temps avec leurs amis dans des camps de jour ou des camps résidentiels avec nuitées. Pour les enfants diabétiques, la situation est la même. Avec une planification adéquate, ils peuvent apprécier eux aussi une expérience du camp palpitante, saine et sans danger. </p><h3>Préparation d’un camp de jour</h3><p>La préparation d’un camp de jour est semblable à la préparation d’une sortie en famille ou d’une excursion scolaire d’une journée. Veillez à ce que votre enfant emporte tous ses <a href="/Article?contentid=1742&language=French">repas et collations</a> préparés et emballés. À l’exception des enfants qui reçoivent une <a href="/Article?contentid=1731&language=French">injection</a> d’insuline à l’heure du déjeuner et qui sont capables de se l’administrer eux-mêmes, avec des ajustements mineurs de l’horaire, toutes les injections d’insuline peuvent être données à la maison comme d’habitude. De la même façon, au moins trois tests de glucose quotidiens peuvent être réalisés à la maison, et ces taux peuvent être contrôlés par le soignant habituel. La majorité des enfants doivent réaliser un contrôle avant leur déjeuner au camp.</p><p>Questionnez le personnel du camp sur les niveaux d’activités auxquelles votre enfant peut participer. Informez-les de la maladie de votre enfant, et insistez sur l’importance des heures pour la prise de nourriture. Expliquez les signes et symptômes de l’hypoglycémie chez votre enfant et donnez au conseiller une source de sucre à action rapide pour traiter l’<a href="/Article?contentid=1726&language=French">hypoglycémie</a>. Vous devez en outre expliquer au personnel du camp ce qu’il doit faire en cas d’hypoglycémie sévère. Pour vous assurer que le personnel est bien informé avant l’agitation de la première journée, l’idéal serait de rencontrer un employé avant que le camp commence, comme vous rencontreriez les enseignants.</p><h3>Les camps avec nuitées sont-ils sécuritaires pour les enfants diabétiques?</h3><p>Les camps avec nuitées sont absolument sécuritaires. De nombreuses associations de lutte contre le diabète ont créé des camps spécialisés pour les enfants diabétiques afin de leur offrir une expérience de camping agréable et sans danger et pour assurer le respect des principes des soins quotidiens du diabète.</p><p>Dans la mesure du possible, les enfants et les adolescents diabétiques doivent avoir l’occasion de participer à ces camps. Le personnel de ce camp se compose habituellement de médecins et d’infirmières expérimentés en soins destinés aux enfants diabétiques. De plus, un diététiste spécialisé est là pour aider les enfants pour la <a href="/Article?contentid=1741&language=French">planification des repas​</a>. Le personnel chargé des programmes est habitué à travailler avec des campeurs diabétiques et à concevoir des programmes qui correspondent aux périodes de la routine de soins quotidiens du diabète.</p><p>Ces camps donnent aux enfants l’occasion de passer plusieurs jours ou semaines avec d’autres campeurs qui sont également diabétiques. Certains enfants apprennent à s’auto-administrer leurs injections pour la première fois sous la direction de l’infirmière du camp et avec les encouragements de leurs amis du camp. Pour d’autres, tout particulièrement pour les enfants habitant un village, cela peut être la première fois où ils ne sont pas le seul enfant diabétique.</p><p>Les enfants ne sont pas les seuls à profiter du camp. De nombreux soignants trouvent réconfortant le fait de savoir que leur enfant suit sa routine de soins du diabète et que les enfants sont aux bons soins d’un personnel compétent qui connaît bien la maladie. Ils se sentent rassurés de savoir que les contrôles de la glycémie seront effectués pendant la journée et la nuit si nécessaire et que des collations supplémentaires seront fournies au besoin. Avec un système de soutien aussi solide, les enfants peuvent profiter à fond de toutes les expériences du camp, à savoir nager, faire du bateau, randonner, faire des bricolages et faire du théâtre, sans se préoccuper tout seuls de la prise en charge des soins du diabète.</p><p>Certains enfants et la plupart des adolescents préfèrent participer à des camps qui ne visent pas spécifiquement les diabétiques. Si votre enfant ou votre adolescent possède suffisamment de connaissances, qu’il a le sens des responsabilités et qu’il est disposé à contrôler sa maladie, ce souhait peut être exaucé également avec une planification adéquate.</p><p>Souvenez-vous que la plupart des enfants qui participent à un camp sont plus actifs que d’habitude et qu’ils ont moins accès à de la nourriture entre les repas. Par conséquent, ils peuvent nécessiter une dose d’insuline plus faible ou différente pour éviter les épisodes hypoglycémiques. Un contrôle du glucose sera nécessaire plus fréquemment pour déterminer l’exigence réelle en matière d’insuline. Dans la mesure du possible, choisissez un camp avec un médecin et une infirmière à plein temps sur place qui peuvent apporter leur aide dans la prise en charge de la routine de soins du diabète et de toute maladie qui pourrait survenir.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/diabetes_and_vacations.jpg En prévision du congé de mars, apprenez plus sur la gestion du diabète de votre enfant lorsqu’il est en vacances ou au camp de vacances.Main
Les troubles médicaux dont souffrent les enfants atteints du syndrome de DownLes troubles médicaux dont souffrent les enfants atteints du syndrome de DownDown syndrome: Related medical conditionsLFrenchGeneticsChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2017-10-16T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Les enfants atteints du syndrome de Down peuvent courir davantage de risques d’éprouver certains troubles médicaux. Découvrez quels sont ces troubles et apprenez à les prendre en charge.</p><p>Le <a href="/Article?contentid=9&language=French">syndrome de Down</a> est un trouble congénital répandu touchant environ un bébé sur 700 au Canada. Les enfants atteints ont une copie supplémentaire du chromosome 21, souvent une troisième. Bien que ce syndrome soit caractérisé par des troubles médicaux et développementaux, chaque enfant le vit à sa manière. Certains enfants peuvent souffrir davantage de problèmes médicaux et développementaux.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le syndrome de Down est un trouble héréditaire répandu présent à la naissance. Il est causé par la présence de copies supplémentaires du chromosome 21.</li><li>Il se manifeste par des troubles développementaux et médicaux.</li><li>Chaque enfant en souffre à sa façon, car les enfants sont tous différents.</li><li>Les complications médicales les plus courantes de ce syndrome sont les troubles de l’ouïe et de la vue.</li></ul><p>Voici les troubles médicaux pouvant toucher les enfants trisomiques :</p><h2>Cœur</h2><p>Environ 40 à 50 % des enfants atteints du syndrome de Down ont une anomalie cardiaque congénitale. Par congénital, on entend qu’elle était présente à la naissance. Beaucoup d’anomalies congénitales peuvent d’ailleurs être opérées.</p><p>On fait régulièrement passer aux enfants trisomiques des tests de détection des anomalies cardiaques congénitales. Il arrive ainsi qu’une de ces anomalies soient détectées avant la naissance du bébé. Les <a href="/article?contentid=1608&language=French">anomalies de la cloison interauriculo-ventriculaire</a> sont le type le plus répandu chez les enfants trisomiques. Elles sont causées par une malformation d’une ou de plusieurs des quatre cavités cardiaques. Sont aussi communes les <a href="/article?contentid=1607&language=French">anomalies de communication interauriculaire</a>, les <a href="/article?contentid=1626&language=French">anomalies de communication interventriculaire</a>, la <a href="/article?contentid=1617&language=French">persistance du canal artériel</a> et la <a href="/article?contentid=1621&language=French">tétralogie de Fallot</a>.</p><p>Ces anomalies peuvent être détectées et diagnostiquées par un professionnel de la santé expérimenté vérifiant si le bébé a un souffle au cœur ou si son sang ne transporte pas assez d’oxygène. Il est toutefois possible que l’enfant souffre d’un grave problème cardiaque sans que le médecin n’entende de souffle ou même si le sang de l’enfant est assez oxygéné. Il est très important que tous les bébés souffrant du syndrome de Down subissent un <a href="/article?contentid=1642&language=French">échocardiogramme</a> (examen du cœur aux ultrasons) même si leur échocardiographie prénatale était normale.</p><p>Certains types d’anomalies cardiaques congénitales doivent être opérées dès les premiers mois de l’existence de l’enfant, tandis que d’autres doivent simplement être suivies de près par un cardiologue. Le cardiologue pédiatrique est un spécialiste qui peut diagnostiquer les anomalies cardiaques congénitales chez les enfants et les traiter. Consultez le cardiologue de votre enfant pour en savoir davantage sur le plan de soins que doit suivre votre enfant.</p><h2>Tractus gastro-intestinal</h2><p>Un moins grand nombre d’enfants naissent avec des anomalies de leur <a href="/article?contentid=1467&language=French">tractus gastro-intestinal</a>, soit dans leur œsophage, leur estomac ou leurs intestins, qu’on peut opérer pour la plupart.</p><p>Vous trouverez ci dessous la liste des principaux problèmes gastro-intestinaux ou digestifs dont souffrent les enfants trisomiques.</p><h3>Rétrécissement gastro-intestinal (atrésie)</h3><p>Si un nouveau-né atteint du syndrome de Down présente des vomissements graves depuis la naissance, il compte peut-être parmi les bébés trisomiques souffrant d’une atrésie gastro-intestinale (12 % environ). Ce qui se produit le plus souvent, c’est un blocage du duodénum, qui est la partie supérieure de l’intestin grêle. Les aliments digérés ne peuvent alors plus passer par cet organe. Il faut donc opérer pour le débloquer.</p><h3>Maladie de Hirschsprung </h3><p>La <a href="/article?contentid=830&language=French">maladie de Hirschsprung</a> touche moins de 1 % des nourrissons atteints du syndrome de Down. Elle se manifeste par de graves constipations lorsque la dernière partie du gros intestin fonctionne mal en raison de l’absence de neurones. Ces constipations peuvent alors causer une occlusion intestinale. Le traitement consiste à opérer en enlevant la partie du côlon atteinte. </p><h3>Constipation</h3><p>Bien que les trisomiques puissent être <a href="/article?contentid=6&language=French">constipés</a> pour les mêmes raisons que les autres personnes – mauvais régime alimentaire, manque d’exercice –, ils sont aussi sensibles à certains troubles causant de la constipation : <a href="/article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdie</a>, maladie de Hirschsprung, <a href="/article?contentid=816&language=French">maladie cœliaque</a>, etc. Si leur constipation n’est pas causée par ces troubles, leurs fournisseurs de soins et leur médecin devraient chercher ensemble des laxatifs sans danger pour le patient.</p><h2>Perte auditive</h2><p>Chez les enfants, les pertes auditives peuvent nuire à leur développement pédagogique, linguistique et affectif. En assurant le suivi des troubles auriculaires et en les traitant, on peut réduire l’incidence de ces pertes. L’American Academy of Pediatrics recommande de faire passer des évaluations audiométriques à la naissance, une fois entre l’âge de six et de douze mois, et ensuite chaque année. On suggère d’avoir recours à des prothèses auditives même dans les cas où ces pertes sont mineures, afin de prévenir tout retard dans le développement pédagogique, affectif ou linguistique de l’enfant.</p><h2>Déficience visuelle</h2><p>Le pire trouble visuel pour les enfants trisomiques, ce sont les <a href="/article?contentid=837&language=French">cataractes</a> congénitales (opacité du cristallin de l’œil). Si les cataractes de l’enfant ne sont pas traitées, il risque de devenir aveugle. Les cataractes ne sont pas toujours visibles à l’œil nu. La meilleure façon de détecter la présence de cataractes, c’est l’examen des yeux à l’ophtalmoscope par un professionnel d’expérience. Il faut normalement opérer sans délai les cataractes congénitales. Si l’opération se fait à un âge précoce, la vue de l’enfant peut être restaurée et il ne deviendra pas aveugle. L’ophtalmologue est le médecin et chirurgien de l’œil qui traite les cataractes ou tout autre trouble oculaire semblable. </p><p>Le vice de réfraction (le besoin de porter des verres) est beaucoup plus répandu chez les enfants trisomiques que dans le reste de la population. Le <a href="/article?contentid=836&language=French">strabisme</a> (le fait de loucher) n’est pas rare non plus. Il est important de diagnostiquer le strabisme chez le patient dès son enfance, car ce trouble peut dégénérer en <a href="/article?contentid=835&language=French">amblyopie</a>, qui est une perte visuelle, ou en trouble de la stéréopsie, qui est la perception de la profondeur.</p><p>En plus d’avoir besoin de lunettes, un grand nombre d’enfants trisomiques présentent des anomalies du canal lacrymal que remarqueront les fournisseurs de soins, car les enfants, surtout lorsqu’ils sont enrhumés, ont souvent les yeux qui coulent et qui pleurent. L’ophtalmologue doit en assurer le suivi si la situation ne s’améliore pas, car il faut parfois opérer.</p><h2>Troubles thyroïdiens</h2><p>L’<a href="/article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdie</a> est le trouble endocrinien le plus répandu chez les enfants atteints du syndrome de Down. On estime qu’environ 10 % d’entre eux souffrent de troubles thyroïdiens congénitaux ou acquis. Les hormones thyroïdiennes jouent un rôle important dans la croissance et le développement cognitif (intellectuel) de l’enfant. On peut détecter si leur niveau est anormal en lui faisant passer des analyses sanguines de routine.</p><h2>Probabilité accrue d’avoir certaines infections</h2><p>Les personnes ayant le syndrome de Down ont tendance à contracter plus d’infections, surtout celles des voies respiratoires supérieures. Ces infections se caractérisent par leur gravité et leur durée, en partie causées par la faiblesse du système immunitaire des trisomiques. De plus, des facteurs non immunologiques – des structures anatomiques anormales (petitesse du conduit auditif, étroitesse de la trachée) ou le reflux gastro-œsophagien – peuvent contribuer à augmenter la fréquence des infections des voies respiratoires. </p><h2>Instabilité ou dislocation de la colonne cervicale</h2><p>Près de 25 % des enfants trisomiques souffrent sans doute d’instabilité atloïdo-axoïdienne. Ce trouble de croissance touchant la colonne vertébrale accroît la flexibilité entre la première et la deuxième vertèbre de la colonne cervicale, dans la nuque. La plupart du temps, aucun symptôme ni aucun problème ne se manifeste. Il est toutefois important de savoir que des problèmes peuvent survenir, étant donné que toute dislocation des vertèbres protégeant la colonne peut causer un traumatisme de la moelle épinière. L’American Academy of Pediatrics ne recommande plus le diagnostic au moyen de radiographies du cou de routine. Les symptômes associés à cette instabilité comprennent, entre autres, tout changement de démarche, la difficulté à se servir de ses bras ou de ses mains, tout changement dans la fonction des intestins ou de la vessie, la faiblesse, de la douleur qui commence à se manifester dans le cou ou une inclinaison de la tête. Vous devriez consulter sans tarder votre médecin si vous constatez l’un ou l’autre de ces symptômes. </p><h2>Crises d’épilepsie</h2><p>Les <a href="/article?contentid=2060&language=French">crises d’épilepsie</a> sont causées par une activité anormale du cerveau se traduisant par des mouvements saccadés. Les enfants trisomiques courent 5 fois plus de risques d’en souffrir que le reste de la population. Elles peuvent survenir au cours des toutes premières années ou plus tard. Il est important de les détecter et de les traiter dès leur apparition en vue de favoriser le développement cérébral et cognitif de l’enfant.</p><h2>Troubles sanguins</h2><p>Il arrive que des personnes atteintes du syndrome de Down présentent des anomalies dans leurs cellules sanguines. C’est pourquoi il est recommandé de procéder à une numération globulaire complète à leur naissance, puis d’analyser leur sang chaque année. Dans plusieurs cas, ces anomalies disparaissent d’elles-mêmes après un certain temps, et cela s’avère particulièrement chez les nouveau-nés trisomiques. Il arrive, quoique rarement et seulement si elles persistent, qu’elles causent un cancer appelé leucémie. La leucémie est un cancer du sang qui doit être traité par un spécialiste appelé un oncologue.</p><p>Si vous avez des questions sur ces troubles, parlez-en au médecin de votre enfant.<br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/down_syndrome_medical_conditions_affecting_children.jpgSyndrome de Down: troubles médicaux Les enfants atteints du syndrome de Down sont plus à risque pour certains troubles médicaux. Apprenez à prendre ces troubles en charge.Main
Conseils en matière d’organisation destinés aux soignants d’un enfant ayant des besoins médicaux complexesConseils en matière d’organisation destinés aux soignants d’un enfant ayant des besoins médicaux complexesOrganization tips for caregivers of a child with complex medical needsCFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANASupport, services and resourcesCaregivers Adult (19+)NA2022-04-18T04:00:00Z409.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Le défi lié aux soins d’un enfant atteint d’une maladie complexe peut s’avérer colossal. En restant organisé, vous vous faciliterez la vie.<br></p><p>Le défi lié au rôle de gestionnaire de cas à temps plein, combiné à celui de soignant d’un enfant ayant des besoins médicaux complexes, peut s’avérer colossal. En trouvant des façons de faire les choses plus rapidement et de manière plus intelligente, vous vous faciliterez la vie à long terme. Voici quelques suggestions pour vous aider à rester organisé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Il y a beaucoup d’éléments à surveiller lorsque vous vous occupez d’un enfant ayant des besoins médicaux complexes. En restant organisé, vous vous faciliterez la vie.</li><li>Pour rester organisé, nous vous suggérons notamment de désigner une aire de travail, de disposer des bons outils, de créer un document de suivi, d’avoir un système pour assurer le suivi de différents types d’information à portée de main, et de trouver un système de calendrier quotidien qui fonctionne pour vous.</li></ul><ul><li>Désignez une aire de travail à la maison et investissez dans les outils dont vous aurez besoin pour la communication au quotidien. Par outils, on entend notamment un ordinateur, une imprimante, ainsi qu’un grand calendrier mural.</li> <li>Créez un document de suivi. Organisez toutes vos activités par rubrique (mesures d’adaptation à l’école, plaidoyer, organismes de services de santé, demandes de financement), puis consignez tous vos appels téléphoniques, courriels et mises à jour dans chaque rubrique par date. Cela vous aidera à rester au fait, surtout lorsque vous attendez des nouvelles de la part de plusieurs personnes.</li><li>Décidez d’un système pour conserver vos renseignements. Vous pouvez utiliser des classeurs, des dossiers suspendus, ou votre ordinateur. Pensez aux meilleurs endroits pour conserver les renseignements suivants :</li><ul><li>Liste des médicaments actuels et de leur posologie</li><li>Sommaires médicaux<br></li><li>Directives en matière de soins</li><li>Plans d’enseignement individualisé (PEI)</li><li>Commandes de fournitures médicales</li><li>Coordonnées des fournisseurs de soins de santé, des enseignants, de l'école, des thérapeutes, des agences de soins infirmiers<br></li><li>Reçus pour les dépenses engagées; vous en aurez besoin lorsque vous demanderez des crédits d’impôt.</li></ul><li>Trouvez un système de calendrier quotidien qui soit parfaitement adapté à votre personnalité. Si vous êtes une personne visuelle, vous préférerez peut-être un agenda papier et un stylo; si vous êtes un technophile, l’utilisation d’un outil de calendrier en ligne ou d’une application smartphone vous conviendra sans doute mieux.<br></li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/organization_tips_for_parents_complex_illness.jpgConseils d’organisation pour les soignants Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors