AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Vivre avec une maladie chronique : obtenir du soutien pour soi-même lorsqu’on s’occupe d’un enfantVivre avec une maladie chronique : obtenir du soutien pour soi-même lorsqu’on s’occupe d’un enfantLiving with a chronic condition: Supporting yourself as a caregiverVFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2018-11-26T05:00:00Z9.1000000000000063.6000000000000715.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez comment protéger votre propre santé mentale et votre bien-être tout en faisant face aux émotions engendrées par le diagnostic d’une maladie chronique chez un enfant.</p><p>À la suite d’un diagnostic de <a href="/Article?contentid=3400&language=French">maladie chronique</a> chez un enfant, il est normal de ressentir toute une gamme d’émotions comme de la culpabilité, de la tristesse, de la colère ou du soulagement. Ces émotions peuvent être dirigées vers vous, votre partenaire, votre enfant, l’équipe de soins de santé ou le monde en général.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Il est naturel de ressentir toute une gamme d’émotions lorsque votre enfant reçoit un diagnostic de maladie chronique.</li><li>Essayez d’employer des stratégies d’adaptation positives comme faire de l’exercice, pratiquer des passe-temps et garder le contact avec la famille et les amis. Cela vous aidera et donnera le bon exemple à votre enfant.</li><li>Renseignez-vous auprès de l’équipe de soins de santé de votre enfant sur les groupes de soutien sociaux portant spécifiquement sur sa maladie.</li><li>Discutez avec un ami en qui vous avez confiance ou avec un professionnel de la santé si vous vous sentez énervé, que vous éprouvez des troubles du sommeil qui perdurent ou si vous avez perdu intérêt à vos passe-temps ou à vos autres activités.</li></ul><p>N’essayez pas d’ignorer ces émotions ni vos réactions face à la maladie de votre enfant. Plutôt, prenez soin de vous et utilisez des méthodes d’adaptation positives comme :</p><ul><li>faire une marche ou pratiquer d’autres exercices;</li><li>dormir suffisamment;</li><li>avoir une alimentation équilibrée;</li><li>continuer à pratiquer des passe-temps et des activités que vous aimez;</li><li>gardez le contact avec vos amis et votre famille.</li></ul><p>Cette approche vous aide non seulement à gérer votre stress, mais aussi à mieux prendre soin de votre enfant. En fait, les recherches démontrent que les parents qui améliorent leurs propres niveaux de stress ont un impact positif sur la santé de leur enfant.</p><p>L’équipe de soins de santé de votre enfant peut vous recommander des <a href="/Article?contentid=3402&language=French">stratégies d’adaptation</a> qui pourront vous aider, vous et votre enfant. Il pourrait s’agir de rencontrer d’autres personnes aux prises avec le même diagnostic que votre enfant ou de vous joindre à un groupe d’aide associé à la maladie chronique en question. Ces soutiens sociaux peuvent :</p><ul><li>vous aider à vous adapter à élever un enfant atteint d’une maladie chronique;</li><li>offrir des conseils et des trucs réalistes permettant de gérer votre temps et les rendez-vous médicaux en plus de gérer les symptômes de votre enfant de même que les effets indésirables des médicaments, s’il y a lieu.</li></ul><p>Cependant, il est toujours important de discuter avec l’équipe de soins de santé de votre enfant avant d’apporter des changements à sa routine de soins.</p><h2>Présenter un exemple positif à votre enfant ou à votre adolescent</h2><p>En tant que parent, vous êtes un modèle d’adaptation positive, vous demandez de l’aide au besoin et vous défendez les besoins de votre enfant ou de votre adolescent auprès du système de soins de santé. Votre enfant apprendra de quelle manière gérer sa maladie chronique en observant la façon dont vous y faites face.</p><p>Parfois, vous aurez à expliquer à votre enfant comment et pourquoi une activité donnée devient une stratégie d’adaptation. Expliquez-lui, par exemple, que le fait de marcher ou de courir vous aide à gérer votre stress. Le fait également de discuter de vos émotions avec des amis proches vous aide à moins vous inquiéter. Lorsqu’il vous voit faire des choix sains et bien vous adapter, il est plus susceptible de faire de même.</p><h2>Signaux vous avertissant d’aller chercher du soutien pour vous-même</h2><p>Parfois, malgré tous vos efforts, vous pourriez éprouver de la difficulté à faire face à la maladie chronique de votre enfant. Vous pourriez être dans l’obligation d’obtenir un soutien particulier pour vous-même si vous :</p><ul><li>éprouvez de la difficulté à comprendre ou à vous souvenir des instructions des fournisseurs de soins;</li><li>éprouvez de la difficulté à vous endormir ou à demeurer endormi pendant la nuit;</li><li>avez l’impression d’être constamment énervé;</li><li>ressentez de la rancune envers votre enfant;</li><li>n’éprouvez plus de plaisir à pratiquer des activités que vous aimiez par le passé.</li></ul><p>Le cas échéant, il pourrait être utile de discuter avec un ami en qui vous avez confiance ou avec un professionnel afin d’obtenir de l’aide.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/iCanCopeSCD/duration_location_frequency_SCD_J4T.jpgObtenir du soutien pour soi-même Apprenez comment protéger votre propre santé mentale et votre bien-être tout à la suite d’un diagnostic d’une maladie chronique chez un enfant. Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaineMain
Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesActivité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunesPhysical activity: Guidelines for children and teensAFrenchPreventionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2020-04-13T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez les directives en matière d’activité physique, le sommeil et le temps d'écran pour les bébés, les enfants et les jeunes.</p><p>L’activité physique régulière présente toute une gamme de <a href="/Article?contentid=641&language=French">bienfai​ts pour la santé physique et mentale de votre enfant</a>. Bien que le maintien de l'activité physique peut être plus difficile pendant les périodes stressantes, l'activité physique pourrait en fait être encore plus bénéfique pendant ces périodes. Mais, parfois, il est difficile de savoir exactement quel type d’exercice l’enfant doit faire et combien de temps il doit consacrer à l’activité physique chaque semaine.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>L’activité physique régulière présente de nombreux bienfaits pour les enfants. Elle améliore, entre autres, ses habiletés motrices, la solidité de ses os et sa concentration à l’école.</li> <li>À partir de 5 ans, les enfants doivent s’adonner à des jeux actifs au moins 60 minutes par jour.</li> <li>Les enfants et les jeunes de 5 à 17 ans doivent faire 60 minutes d’activité d’intensité modérée à élevée chaque jour. Ils doivent pratiquer des activités qui renforcent les muscles et les os au moins trois fois par semaine.</li> <li>Les activités bénéfiques sont, entre autres, le patin à roues alignées, la gymnastique, le soccer, le hockey et la course de cross-country.</li> </ul><h2>Combien de temps mon enfant doit-il consacrer à l’activité physique?</h2> <p>Les directives en matière d’activité physique sont surtout fonction de l’âge de l’enfant. Les recommandations visant les enfants de moins de 18 ans sont contenues dans deux séries de directives de la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE):</p> <ul> <li>les <a target="_blank" href="http://www.csep.ca/cmfiles/guidelines/csep_paguidelines_early-years_FR.pdf">Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance (de 0 à 4 ans),</a></li> <li>les <a href="https://indd.adobe.com/view/7197c3fc-0a7b-4298-81ec-d048b49752b6" target="_blank">Directives cana​diennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</a>.</li> </ul> <h3>Directives canadiennes en matière d’activité physique pour la petite enfance</h3> <p>Le tableau ci-dessous présente des activités et la durée de celles-ci qui conviennent pendant les premières années de vie de votre enfant.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Âge</th><th>Durée de l’activité</th><th>Exemples</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Avant 1 an</td> <td>Jouer au sol sous surveillance plusieurs fois par jour</td> <td> <p>Passer <a href="https://www.youtube.com/watch?v=9spQHtP_uDU">du temps sur le ventre</a></p> <p>Atteindre et saisir des objets</p> <p>Pousser</p> <p>Tireret ramper</p> </td> </tr> <tr> <td>​De 1 an à 4 ans</td> <td><p>180 minutes (3 heures) chaque jour d’activités physiques diversifiées dans des environnements différents</p></td> <td> <p>Monter les escaliers</p> <p>Jouer à l’extérieur</p> <p>Explorer la nature</p> <p>Marcher</p> <p>Courir</p> <p>Danser au son de la musique</p> </td> </tr> <tr> <td>À partir de 5 ans</td> <td>60 minutes chaque jour de jeux énergiques</td> <td> <p>Sauter</p> <p>Sauter à la corde</p> <p>Courir</p> <p>Rouler à vélo</p> </td> </tr> </tbody> </table> <p>Plus l’enfant grandit, plus il a besoin d’activité énergisante. En fait, les bienfaits sont encore plus grands quand l’activité physique quotidienne est plus élevée.</p> <h3>Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (âgés de 5 à 17 ans)</h3> <p>Ces directives s’appliquent à tous les mouvements ainsi qu’au repos et à la détente pendant toute la journée et même la nuit. La journée (24 heures) est divisée en quatre composantes:</p> <ul> <li>suer,</li> <li>bouger,</li> <li><a href="/Article?contentid=645&language=French">dormir</a>,</li> <li>s’asseoir.</li> </ul> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Activité</th><th>Directives​​</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Suer</td> <td><ul> <li>Au moins 60 minutes (1 heure) par jour d’activité physique d’intensité modérée à élevée.</li> <li>Des activités physiques d’intensité élevée et des activités pour renforcer les muscles et les os au moins 3 jours par semaine.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Bouger</td> <td><ul> <li>Plusieurs heures d’une variété d’activités physiques d’intensité légère structurées et non structurées, comme faire le trajet à pied entre le domicile et l’école et faire des corvées.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>Dormir</td> <td><ul> <li>Pour les enfants de 5 à 13 ans : de 9 à 11 heures de sommeil sans interruption.</li> <li>Pour les jeunes de 15 à 17 ans : de 8 à 10 heures de sommeil sans interruption.</li> </ul></td> </tr> <tr> <td>S’asseoir</td> <td><ul> <li>​Un maximum de 2 heures par jour de loisir <a href="/Article?contentid=643&language=French">devant l’écran</a>.</li> </ul></td> </tr> </tbody> </table> <h2>Comment déterminer si les activités de mon enfant sont d’intensité modérée ou élevée?</h2> <p>Les <strong>activités d’intensité élevée</strong> font suer les enfants et les mettent hors d’haleine. Ils ne peuvent dire que quelques mots entre les respirations. Le hip-hop et la course, faire du vélo ou de la natation à un rythme accéléré en sont des exemples.</p> <p>Les <strong>activités d’intensité modérée</strong> font aussi suer les enfants et les font respirer plus fort, mais ils peuvent encore parler en bougeant leur corps. Faire du patin à roues alignées ou du vélo dans le quartier après l’école et pratiquer du yoga de niveau moyen en sont des exemples.</p> <h2>Quel genre d’activités renforcent les muscles et les os?</h2> <p>Les activités qui renforcent les muscles et les os forcent le corps à soutenir un poids. Faire une randonnée en famille ou avec des amis, sauter à la corde, jouer au tennis ou au basketball ou encore faire de la musculation en utilisant le poids du corps ou des mini-haltères en sont des exemples.</p> <p>Le cyclisme et la natation sont d’excellents exercices pour développer les muscles et améliorer la santé du cœur. Mais, ils ne sont pas très efficaces pour former des os solidesétant donné que les os n’ont pas à soutenir le même poids quand le corps est en position assise ou dans l’eau.</p> <h2>Comment inciter mon enfant à être plus actif?</h2> <p>Il y a souvent un écart entre ce que nous savons qu’il faut faire et ce que nous faisons. En tant que parent, vous pouvez trouver difficile d’inciter votre enfant chaque jour à faire plus d’activité physique, surtout s’il n’est pas habitué, s’il a un surpoids, s’il n’est pas en forme ou s’il se sent déprimé. Or, il y a un certain nombre de conseils qui peuvent aider.</p> <h3>Créer une routine régulière dès les premières années</h3> <p>Il est important d’inculquer l’exercice dans le cadre ordinaire de vie de votre enfant dès ses premières années. Si l’activité physique fait partie de sa vie quotidienne, votre enfant sera plus apte à se lever et à bouger quand il sera le plus difficile pour lui de se motiver. Ironiquement, c’est alors que l’activité physique est le plus bénéfique.</p> <h3>Être un modèle d’habitudes saines</h3> <p>Donnez le bon exemple. Votre famille pourra voir comment vous intégrez l’activité physique dans votre vie quotidienne de diverses façons. Et, vous en profiterez aussi. En outre, une activité physique régulière créera plus de possibilités pour vous d’être actif et d’avoir du plaisir avec vos enfants.</p> <h3>Limiter le temps d'écran</h3> <p><a href="/Article?contentid=644&language=French">Limitez le temps que votre enfant passe devant un écran</a> (à regarder la télévision, à jouer aux jeux vidéo, à clavarder avec des amis dans les médias sociaux). Les enfants de 2 ans et plus ne devraient pas passer plus d’une à deux heures de loisir par jour devant un écran. Les enfants de moins de 2 ans ne devraient avoir aucune exposition à un écran.</p> <h3>Veiller à la sécurité de votre enfant</h3> <p>Songez à inciter votre enfant à aller à l’école à pied avec d’autres enfants du quartier en formant un club de marche avec les voisins. Assurez-vous aussi que votre enfant ou votre jeune porte un équipement de protection pour des activités comme le vélo, le patin, la planche à roulettes, le soccer et d’autres activités physiques.</p> <h3>Choisir une activité qui plait à votre enfant</h3> <p>Si votre enfant n’a aucune routine préétablie, vous pouvez l’aider à trouver ce qui lui plait vraiment et le laisser avancer par étapes. L’amener dehors, aller nager ou marcher, faire de la course ou du vélo entre amis ou en famille sont toutes d’excellentes façons de commencer. D’autres options sont des cours de yoga (bon nombre sont disponibles en ligne pour suivre à la maison), jouer au soccer et faire de la danse.</p> <p>Même si votre enfant fait partie d’un sport organisé qu’il pratique quelques fois par semaine, incitez-le à bouger les autres jours. Il peut se rendre à pied ou à vélo chez un ami, ratisser des feuilles, sauter à la corde ou jouer dans un parc du quartier.</p> <p>Lorsque vous choisissez une activité, il importe que vous et votre enfant preniez en compte:</p> <ul> <li>ce qui intéresse votre enfant et</li> <li>ce qui est disponible à un coût abordable où vous vivez.</li> </ul> <p><strong><em>Ce qui intéresse votre enfant</em></strong></p> <p>Ce ne sont pas tous les enfants qui veulent être le capitaine ou l’étoile de l’équipe. Si votre enfant préfère faire de l’activité physique par lui-même, il pourrait s’intéresser à la course, au vélo ou à la natation. S’il aime s'amuser en équipe où il peut se faire de nouveaux amis et faire partie d’un groupe, les activités en équipe comme le basketball ou le soccer peuvent être de meilleurs choix.</p> <p><strong><em>Ce qui est disponible à un coût abordable</em></strong></p> <p>Les coûts liés à certaines activités physiques montent vite. On n’a qu’à tenir compte du coût des uniformes, de l’équipement, des cours et des déplacements pour se rendre à l’entraînement et aux compétitions. Lorsqu’on explore les options pour son enfant, il est bon de vérifier si la ville ou ses centres de loisir offrent des programmes publics. Il y a peut-être aussi des programmes disponibles par l’entremise de l’école. Ces options sont souvent plus abordables.</p> <h2>Pour inculquer chez votre enfant une bonne attitude envers l’activité physique</h2> <p>Il y a toujours une certaine crainte et un peu de malaise quand on essaie quelque chose de nouveau. Il faut rappeler à votre enfant qu’il n’a pas besoin d’être le meilleur ou le plus rapide. L’important, c’est de faire de son mieux pour apprécier l’activité qu’il a choisie et apprendre quelque chose.</p> <p>Si votre enfant tente une activité et qu'elle ne lui plaît pas, inutile de le forcer à continuer. Un enfant ne peut tirer des bienfaits d’une activité physique que si elle lui plaît assez pour la pratiquer régulièrement. On peut alors réfléchir sur des moyens de rendre l’activité plus agréable. Par exemple, la pratiquer avec un ami. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez inciter votre enfant à poursuivre l’activité jusqu’à ce que vous vous entendiez sur quelque chose d’autre. Il est aussi une bonne idée d’inciter votre enfant à faire différentes activités durant la semaine. Ainsi, il aura un peu de variété et il pourra exercer son corps de différentes façons.</p><h2>Ressources</h2><p>Consultez <a href="https://prevenirpourdevenir.ca/">Prévenir Pour Devenir</a> pour plus de ressources sur l'importance de l'activité physique.<br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/physical_activity_guidelines_school_age.jpgLignes directrices sur l'activité physiqueMain
Trouble de stress post-traumatique : signes and symptômesTrouble de stress post-traumatique : signes and symptômesPost-traumatic stress disorder: Signs and symptomsTFrenchPsychiatryPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2017-07-27T04:00:00Z11.000000000000045.0000000000000767.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les quatre catégories de signes et symptômes du trouble de stress post-traumatique.</p><h2>Quels sont les principaux symptômes du trouble de stress post-traumatique chez les enfants et les adolescents?</h2><p>Les principaux symptômes du <a href="/Article?contentid=1927&language=French">trouble de stress post-traumatique (TSPT)</a> se divisent en quatre catégories:</p><ul><li>les symptômes intrusifs;</li><li>l’évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant;<br></li><li>les pensées négatives et les troubles de l’humeur;</li><li>les réactions anormales.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Le TSPT présente un certain nombre de symptômes comme l’intrusion, l’évitement, les pensées négatives, les troubles de l’humeur et les réactions anormales.</li><li>Les symptômes doivent être présents pendant au moins un mois pour qu’un diagnostic soit établi.</li><li>Le médecin vous interrogera et interrogera votre enfant pour l’aider à poser son diagnostic.</li><li>Il pourra recommander que votre enfant consulte un professionnel de la santé mentale pour qu’il subisse une évaluation ou une thérapie ou qu’il prenne des médicaments.<br></li></ul><h2>Symptômes intrusifs</h2> <p>Les symptômes intrusifs sont ceux où l’événement traumatisant « empiète » sur la vie quotidienne de l’enfant ou de l’adolescent. Ils comprennent:</p> <ul><li>les souvenirs récurrents, non désirés et non contrôlés de l’événement traumatisant;</li> <li>chez les enfants, les jeux répétitifs dont les thèmes sont liés au traumatisme;</li> <li>les rêves récurrents liés à l’événement traumatisant ou les émotions de l’enfant ou de l’adolescent vécues à l’époque;</li> <li>des flashbacks sur l’événement traumatisant qui est vécu à nouveau et accompagné parfois d’une inconscience totale du milieu environnant présent;</li> <li>une détresse psychologique ou physique intense et prolongée découlant des rappels du traumatisme.</li></ul> <h2>Évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant</h2> <p>Comme le laisse supposer l’expression, l’enfant ou l’adolescent évite ou essaie d’éviter tout souvenir, toute pensée ou tout sentiment liés à l’événement. Il peut aussi éviter ou essayer d’éviter tout rappel externe (des personnes, des lieux, des conversations, des activités, des situations ou des objets) qui fait remonter des souvenirs, des pensées ou des sentiments douloureux à propos de l’événement traumatisant.</p> <h2>Pensées négatives et troubles de l’humeur</h2> <p>Un enfant ou un adolescent atteint du TSPT peut:</p> <ul><li>être incapable de se rappeler un aspect important de l’événement traumatisant;</li> <li>maintenir des opinions négatives ou des attentes persistantes et exagérées envers lui-même ou ceux qui l’entourent;</li> <li>se blâmer ou blâmer d’autres personnes pour les causes ou les conséquences de l’événement traumatisant en raison de pensées persistantes et irrationnelles;</li> <li>éprouver souvent des émotions négatives comme la peur, l’horreur, la colère, la culpabilité ou la honte;</li> <li>perdre de l’intérêt pour des activités ou abandonner des activités qui comptaient pour lui auparavant;</li> <li>se sentir détaché (séparé) des autres;</li> <li>être constamment incapable de ressentir des émotions positives comme la joie, la satisfaction ou l’amour.</li></ul> <h2>Réactions anormales</h2> <p>Une personne atteinte du TSPT peut être plus réactive à son environnement et à ce qu’on dit d’elle. Par exemple, elle peut:</p> <ul><li>être plus irritable ou avoir des crises de <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=301&language=French">colère</a> sans provocation notable;</li> <li>se montrer violente, verbalement ou physiquement, envers des personnes ou des objets, voire avoir des crises de rage;</li> <li>être plus facilement effrayée par son environnement ou en être de plus en plus consciente;</li> <li>trouver difficile de se concentrer;</li> <li>avoir le sommeil perturbé;</li> <li>adopter un comportement insouciant ou autodestructeur.</li></ul><h2>Comment le TSPT touche les enfants</h2> <p>Même s’ils ont plus de difficultés à s’exprimer, les enfants en bas âge sont susceptibles d’avoir des pensées, des souvenirs ou des rêves liés à un événement traumatisant. Plutôt que de parler de ce qu’ils pensent ou de ce dont ils se souviennent, ils ont plus tendance à être irritables et en retrait, et à se livrer à des jeux dont les thèmes sont liés au traumatisme.</p> <h2>Comment le TSPT touche les adolescents</h2> <p>Les adolescents peuvent cesser de pratiquer leurs activités habituelles, <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=289&language=French">se mutiler</a> ou adopter des comportements impulsifs et téméraires comme la consommation d’alcool ou d’autres drogues.</p><h2>Comment le TSPT est diagnostiqué</h2> <p>Le médecin de votre enfant discutera avec vous et votre enfant et s’informera sur:</p> <ul><li>vos préoccupations et sur les symptômes qui entravent le fonctionnement quotidien de votre enfant;</li> <li>les facteurs de stress présents chez votre enfant et ce qui pourrait avoir déclenché l’apparition des symptômes du TSPT;</li> <li>le développement de votre enfant (de la grossesse à aujourd’hui);</li> <li>les antécédents de problèmes de santé mentale de votre famille;</li> <li>la dynamique familiale et tous les facteurs de stress (par exemple, conflits, divorce imminent, deuil, déménagement) qui pourraient être à l’origine des difficultés de votre enfant.</li></ul> <p>Le médecin ne posera un diagnostic de TSPT que si votre enfant ou votre adolescent a été exposé à de graves blessures physiques, à de la violence sexuelle ou à des menaces de mort (par violence ou accident). Il pourrait s’agir d’un des événements suivants:</p> <ul><li>avoir subi de la violence ou des blessures directement;</li> <li>avoir été témoin de violence ou de blessures en personne (non pas à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéo ou dans d’autres médias);</li> <li>avoir appris qu’un membre de la famille proche ou un ami a subi de la violence ou des blessures.<br></li></ul><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire à l’égard du TSPT</h2> <p>Si votre enfant a reçu un diagnostic de TSPT, vous et votre médecin déciderez de la marche la plus appropriée à suivre. Votre médecin aura peut-être besoin de recueillir des renseignements auprès de l’enseignant de votre enfant ou d’autres membres de la famille.</p> <p>Il pourra également proposer que votre enfant consulte <a href="/Article?contentid=2005&language=French">un thérapeute ou un psychiatre</a>, ou recommander qu’il prenne des <a href="/Article?contentid=2005&language=French">médicaments​</a>.</p><h2>Pour de plus amples renseignements</h2> <p>Pour de plus amples renseignements sur le trouble de stress post-traumatique, veuillez consulter les pages suivantes:</p> <p><a href="/Article?contentid=1927&language=French">TSPT: présentation générale</a></p> <p><a href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT: traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/post_trumatic_stress_disorder_signs_and_symptoms.jpgTSPT : signes and symptômes Les symptômes du trouble de stress post-traumatique se divisent en quatre catégories. En savoir plus sur ces symptômes et sur le diagnostic. Main

 

 

Lésion à la tête et commotion cérébraleLésion à la tête et commotion cérébraleHead injury and concussionLFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainBrainConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Headache;Nausea;Vision problems;Vomiting2019-02-21T05:00:00Z9.0000000000000063.0000000000000852.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez comment reconnaître une commotion cérébrale par suite d’une lésion à la tête et quand consulter un médecin ou obtenir des soins d’urgence. </p><p>Une lésion cérébrale peut survenir chez un enfant s’il se cogne la tête ou lorsqu’il reçoit un coup à une autre partie du corps dont le choc secoue ou fait tourner la tête. Les lésions cérébrales causées par une chute sont très courantes lorsque les enfants apprennent à marcher ou à monter à vélo, ou quand ils participent à des activités récréatives ou compétitives.</p><p>Même si la majorité des lésions à la tête sont mineures et n’entraînent aucun symptôme ou changement physique, le choc subi peut provoquer des coupures, des éraflures, des ecchymoses ou une enflure à la région atteinte du cuir chevelu.</p><p>Un coup à la tête qui semble léger peut en réalité être grave et causer une commotion cérébrale. Toute lésion à la tête comporte ce risque.</p><p>Une commotion cérébrale peut être causée par :</p><ul><li>un coup direct à la tête, au cou ou au visage,</li><li>une chute,</li><li>un coup au corps qui déplace la tête et le cerveau de l’avant vers l’arrière.</li></ul><p>Une commotion cérébrale est une lésion au cerveau qui, bien qu’elle soit « invisible », influe sur la façon dont votre enfant pense ainsi que sur sa mémoire. Elle ne peut pas être repérée au moyen d’une radiographie, d’une IRM ou d’autres formes d’imagerie du cerveau.<br></p><h2>À retenir</h2><ul><li>La majorité des lésions à la tête sont mineures.</li><li>Toute lésion à la tête met votre enfant à risque de subir une commotion cérébrale.</li><li>Si vous pensez que votre enfant a subi une commotion cérébrale, amenez-le chez le médecin le jour même où la lésion est survenue.</li><li>Si votre enfant présente des signes d'une commotion cérébrale durant une activité sportive, il devrait cesser d'y participer immédiatement et voir un médecin.</li><li>Le médecin examinera votre enfant et pourra recommander une scintigraphie cérébrale ou, s’il diagnostique une commotion cérébrale, il vous fournira un plan de gestion post-commotion et prescrira du repos.</li><li>Si votre enfant a subi une lésion à la tête, vous devez le surveiller de près. Si vous vous rendez compte que son état se détériore, amenez-le aux services d’urgence les plus près ou composez le 911 sans tarder.</li></ul><h2>Signes et symptômes d’une commotion cérébrale</h2> <p>Votre enfant ne doit pas nécessairement s’évanouir pour être atteint d’une commotion cérébrale. Les symptômes ne sont pas clairs pour les jeunes enfants de sorte qu’ils peuvent avoir du mal à les expliquer.</p> <p>Après avoir subi une commotion cérébrale, votre enfant peut présenter certains signes et symptômes parmi les suivants.</p> <h3>Changements physiques</h3> <ul><li><a href="/Article?contentid=29&language=French">Mal de tête</a></li> <li>Nausées ou <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a></li> <li>Vision altérée</li> <li>Évanouissement</li> <li>Irritation due à la lumière ou aux bruits</li> <li>Perte d’équilibre, troubles de la coordination</li> <li>Capacité réduite de jouer</li></ul> <h3>Changements de comportement</h3> <ul><li>Irritabilité</li> <li>Tristesse</li> <li><a href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété</a></li> <li>Émotions inappropriées</li></ul> <h3>Troubles de la pensée</h3> <ul><li>Temps de réaction réduits</li> <li>Confusion</li> <li>Perte de mémoire ou difficulté à se concentrer</li> <li>Se sentir abruti</li></ul> <h3>Troubles du sommeil</h3> <ul><li>Être somnolent</li> <li>Avoir du mal à s’endormir</li> <li>Dormir davantage que d’habitude</li> <li>Dormir moins que d’habitude</li></ul> <p>Certains symptômes peuvent se manifester sur-le-champ. Cependant, en certains cas, les signes et symptômes évoluent au cours des minutes ou des heures. De plus, les symptômes peuvent changer au fil du temps. Votre enfant peut aussi avoir l’air bien même s’il ne se comporte pas ou ne se sent pas comme à l’ordinaire.</p> <p>La plupart des gens qui subissent une commotion cérébrale se rétablissent rapidement et entièrement. Chez d’autres, toutefois, les symptômes peuvent durer des jours ou des semaines ou plus longtemps même. En règle générale, les adultes plus âgés, les jeunes enfants et les adolescents peuvent mettre plus de temps à guérir. Si les symptômes d'une commotion cérébrale sont encore présents après 21 jours, votre enfant devrait être réévalué par un médecin.<br></p><h2>Prendre soin de votre enfant quand il a subi une lésion à la tête</h2> <h3>Soins à apporter à la plaie</h3> <p>Si votre enfant présente une coupure, nettoyez-la avec de l’eau et du savon. Appuyez doucement sur la plaie à l’aide d’une gaze stérile ou d’un linge propre pour arrêter tout saignement éventuel. Pour une coupure importante ou profonde, il faudra voir un médecin parce que votre enfant pourrait avoir besoin des points de sutures.<br></p> <p>En cas d’enflure, appliquez des glaçons enveloppés dans un linge sur la zone pendant 20 minutes.</p> <h3>Commotion cérébrale</h3> <p>Si vous pensez que votre enfant a subi une commotion cérébrale, amenez-le chez le médecin le jour même où la lésion est survenue. Si la commotion cérébrale s’est produite durant une activité sportive, on doit s’assurer qu’il en est retiré sans tarder. S’il continue l’activité, il risque davantage de subir une autre blessure.</p> <h2>Quand consulter un médecin pour une lésion à la tête</h2> <p>Consultez un médecin si votre enfant présente une coupure profonde nécessitant des points de suture ou si vous soupçonnez qu’il est atteint d’une commotion cérébrale.</p> <p>Votre médecin examinera votre enfant afin de déceler tout signe ou symptôme d’atteinte physique, cognitive et neurologique comme une enflure ou des troubles de concentration, de vision ou de coordination. Votre enfant pourrait avoir à passer une scintigraphie cérébrale ou être hospitalisé si ses symptômes s’intensifient ou son état ne s’améliore pas.</p> <p>Si votre médecin diagnostique une commotion cérébrale, il recommandera que votre enfant cesse toute activité physique et cognitive (par exemple, toute activité propre à la résolution de problèmes ou faisant appel à la mémoire). Votre médecin devrait également vous donner un plan de gestion post-commotion.</p> <h2>Quand recourir à des soins d’urgence pour une lésion à la tête</h2> <p>Amenez votre enfant aux services d’urgence les plus près ou composez le 911 si votre enfant présente des signes d’une lésion cérébrale grave.</p> <h3>Signes et symptômes d’une lésion grave à la tête chez les bébés</h3> <ul><li>Présentent un appétit réduit</li> <li>Vomissent à répétition</li> <li>Ne peuvent cesser de pleurer ou sont inconsolables</li> <li>Sont très somnolents et il est impossible de les réveiller</li> <li>Font des convulsions</li> <li>Présentent un renflement tendu de la fontanelle (zone molle sur le dessus de la tête)</li></ul> <h3>Signes et symptômes d’une lésion grave à la tête chez les enfants et les adolescents</h3> <ul><li>Mal de tête persistant ou qui empire</li> <li>Vomissements à répétition après une lésion à la tête<br></li> <li>Confusion, agitation ou comportement inhabituel</li> <li>Difficulté à voir, à parler ou à marcher</li> <li>Faiblesse, engourdissement ou coordination entravée d’un bras ou d’une jambe</li> <li>Conscience réduite ou somnolence<br></li> <li>Convulsions<br></li></ul><img alt="" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/head_injury_concussion.jpg" style="BORDER:0px solid;" />concussionhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/head_injury_concussion.jpgMain
Piqûres d’insectesPiqûres d’insectesInsect bitesPFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2014-05-30T04:00:00Z7.0000000000000062.0000000000000584.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez comment protéger votre propre santé mentale et votre bien-être tout à la suite d’un diagnostic d’une maladie chronique chez un enfant. </p><p>Les piqûres et les morsures d’insectes se produisent quand un insecte se nourrit de la peau d’une personne ou tente de se défendre.</p><p>Les insectes mordent et piquent de diverses façons. Les insectes connus pour mordre ou piquer comprennent les moustiques, les mouches noires, les punaises des lits, les puces, les tiques, les fourmis de feu, les abeilles et les guêpes. Les abeilles laissent souvent leur dard dans la plaie.</p><p>Les piqûres d’insecte causent habituellement une légère enflure, des rougeurs et unedémangeaison se limitant à la région tout près d’elles. Cependant, certains enfants peuvent présenter des réactions susceptibles de mettre leur vie en danger. C’est ce qu’on appelle une réaction anaphylactique, laquelle nécessite des soins médicaux immédiats. Chez les enfants à risqueles réactions anaphylactiques sont généralement causées par les piqûres d’abeille, de guêpe et de frelon. D’autres insectes peuvent transmettre des maladies. Par exemple, la piqûre de certains moustiques peuvent causer le palusdisme ou le virus du Nil occidental et celle de certainestiques peuvent entraîner la maladie de Lyme.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Les morsures d’insectes causent souvent une enflure et des rougeurs. Certains enfants peuvent avoir des réactions graves risquant d’être fatales.</li> <li>Les insectes piqueurs courants sont les moustiques, les mouches noires, les abeilles et les guêpes.</li> <li>Certains enfants répondent bien aux antihistaminiques, alors que d’autres pourraient n’avoir besoin que de glace.</li> <li>Prévenez les morsures et les piqûres d’insectes à l’aide de vêtements clairs couvrant le corps et par l’application d’un insectifuge sur la peau exposée.</li> <li>Les insectifuges à base de DEET sont très effiaces, mais utilisez-les selon les recommandations en fonction de l’âge votre enfant. Si vous utilisez à la fois un insectifuge et un écran solaire, appliquez d’abord celui-ci.</li></ul> <h2>Signes et symptômes d'une piqûre d’insecte</h2> <p>Les signes et les symptômes des morsures et des piqûres varient selon le type d’insecte et la réaction de votre enfant.</p> <p>En règle générale, une morsure ou une piqûre d’insecte cause:</p> <ul><li>une petite bosse rouge, un bouton ou des cloques</li> <li>une démangeaison et une irritation autour de la bosse.</li></ul> <p>Les symptômes peuvent durer de quelques heures à deux jours.</p> <p>Certains enfants verront apparaître une région enflée et dure de grande taille autour de la piqûre. Il ne s’agit pas d’une réaction allergique. C’est ce que l’on appelle une réaction locale étendue, ce qui provoque rarement une infection cutanée.</p> <p>Si votre enfant a une réaction anaphylactique, il pourrait présenter de l’urticaire, une enflure du visage ou de la bouche ou des problèmes respiratoires ou encore s’évanouir. Si c’est le cas, utilisez l’auto-injecteur d’épinéphrine de votre enfant s’il en a un et appelez les secours d’urgence.</p> <h2>Traitement des piqûres d’insectes</h2> <ul><li>L’application de compresses humides froides ou de glace peut réduire l’enflure.</li> <li>Des médicaments topiques (qu’on applique sur la peau) en vente libre peuvent aussi aider à atténuer les démangeaisons.</li></ul> <p>Certains enfants peuvent bien répondre aux antihistaminiques pour soulager les démangeaisons, mais ces médicaments peuvent causer une somnolence.</p> <h2>Prévention</h2> <p>Votre enfant a risque davantage de se faire piquer par temps chaud et humide, ainsi que durant la soirée et la nuit. Voici des moyens de réduire l’exposition de votre enfant aux insectes:</p> <ul><li>appliquez un insecticide ou un insectifuge sur la peau exposée</li> <li>assurez-vous qu’il porte un pantalon couvrant les jambes et des chaussettes</li> <li>choisissez des vêtements de couleurs pâles</li> <li>évitez les endroits où les insectes se tiennent et se reproduisent</li> <li>restez à l’intérieur quand les insectes sont nombreux</li> <li>utilisez des moustiquaires imprégnés d’insectifuge, surtout pour les nourrissons âgés de moins de six mois</li> <li>au besoin, prenez des précautions précises comme l’administration d’antipaludiques.</li></ul> <h3>Soyez prudents quand vous utilisez un insectifuge à base de DEET</h3> <p>Le DEET est l’un des insectifuges les plus efficaces contre les moustiques et les diptès piqueurs, mais il faut l’utiliser avec precaution chez les enfants.</p> <ul><li>Bébés âgés de moins de six mois: N’utilisez pas d’insectifuge à base de DEET.</li> <li>Enfants âgés de six mois à deux ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 10 pour cent de DEET, mais ne l’appliquez qu’une fois par jour.</li> <li>Enfants âgés de deux à douze ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 10 pour cent de DEET, mais ne l’appliquez pas plus souvent que trois fois par jour.</li> <li>Enfants âgés de plus de douze ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 30 pour cent de DEET.</li></ul> <p>Plus la quantité de DEET est élevée dans un produit, plus celui-ci est efficace.</p> <h3>Application des insectifuges à base de DEET chez votre enfant</h3> <ul><li>Appliquez un insectifuge à base de DEET sur la peau exposée en suivant les instructions du fabricant.</li> <li>Ne l’appliquez pas sur le visage ou les mains ni sur une zone présentant une coupure, une éraflure ou une irritation.</li> <li>Après l’application, lavez-vous les mains et évitez de vous toucher les lèvres et les yeux.</li></ul> <h3>Utilisation efficace des insectifuges et des écrans solaires</h3> <ul><li>Appliquez un écran solaire environ 30 minutes suivant l’application d’un insectifuge.</li> <li>N’utilisez pas de produits combinant un écran solaire et un insectifuge. L’insectifuge peut réduire l’efficacité de l’écran solaire, tandis que l’écran solaire peut augmenter la quantité d’insectifuge absorbée par la peau. De plus, vous devrez normalement appliquez l’écran solaire à des intervalles de deux ou trois heures, mais il dangereux d’utiliser un insectifuge à ce rythme.</li></ul> <h2>Quand consulter un médecin pour une piqûre ou une morsure d’insecte</h2> <p>En cas de piqûre ou de morsure d’insecte, consultez immédiatement un médecin:</p> <ul><li>si vous habitez une zone où il est reconnu que les insectes transmettent des maladies</li> <li>si votre enfant présente une éruption cutanée inhabituelle, une fièvre ou d’autres symptômes.​</li></ul>insectbiteshttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/insect_bites.jpgMain
Spina-bifidaSpina-bifidaSpina bifidaSFrenchNeurologyNewborn (0-28 days)SpineSpinal CordConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/spina_bifida_V2_EN.jpg2017-11-07T05:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le spina-bifida est une malformation provoquée par le mauvais développement de la colonne vertébrale et de la moelle épinière dans l’utérus, laissant une ouverture dans la colonne vertébrale. Renseignez-vous sur les quatre différents types de spina-bifida, leurs causes et comment il est diagnostiqué.</p><h2>Qu’est-ce que le spina-bifida?</h2><p>La moelle épinière est un faisceau épais de nerfs qui transporte des messages entre le cerveau et le reste du corps. Il flotte dans un liquide appelé liquide céphalorachidien (LCR). Ce liquide nourrit et protège le cerveau et la moelle épinière. Le LCR est recouvert d’une doublure faite de trois couches minces appelées méninges. Cette doublure est normalement protégée par les os du dos (les vertèbres).</p><p>Chez les personnes atteintes de spina bifida, les os qui protègent la moelle épinière du bébé ne sont pas complètement formés pendant la grossesse. La doublure, le LCR et la moelle épinière sont laissés sans protection, ce qui survient très tôt au cours de la croissance du bébé.</p><p>Le spina-bifida peut affecter n’importe quelle partie du dos d’un bébé, entre la tête et les hanches, mais le plus souvent dans le bas du dos. Cette région est appelée la colonne vertébrale lombaire ou lombo-sacrée.</p><p>Les enfants atteints de spina-bifida peuvent avoir des problèmes de santé liés à ce trouble.Ils peuvent éprouver une perte de sensation de leurs jambes, présenter une capacité réduite à les bouger, voire être paralysés. Ils peuvent également avoir des problèmes avec leurs fonctions vésicale et intestinale.</p><p>Environ 2,6 bébés sur 10 000 naissent avec une forme de spina-bifida.</p><h2>Les quatre principaux types de spina-bifida</h2><p>Il existe quatre principaux types de spina-bifida :</p><ul><li>le spina-bifida occulta</li><li>le lipomyéloméningocèle</li><li>le méningocèle </li><li>le myéloméningocèle</li></ul><p>« Meningo » fait référence à la paroi du canal rachindien. « Myelo » renvoie à la moelle épinière elle-même. « Célé » signifie quelque chose de bombé.<br></p><h3>Spina-bifida occulta</h3><p>Spina-bifida occulta est la forme la moins sévère de spina-bifida. Elle se produit lorsqu’une petite section de la partie externe des vertèbres (les os de la colonne vertébrale) ne s’est pas complètement fermée, laissant une ouverture. Dans ce type de spina-bifida, la moelle épinière et ses couches (les méninges) ne sont généralement pas endommagées et ne dépassent pas ou ne débordent pas à travers l’ouverture. Il peut y avoir une fossette, une zone poilue, une tache de naissance ou une bosse graisseuse dans la zone touchée. Ce type de spina-bifida peut ne pas être détecté avant la naissance. Beaucoup de gens peuvent avoir ce type de spina-bifida sans le savoir.</p><h3>Lipomyéloméningocèle </h3><p>Un lipomyéloméningocèle (ly-po-myé-lo-meh-nin-go-cèle) est une forme de spina-bifida où la partie extérieure des vertèbres ne se renferme pas entièrement, exposant ainsi une ouverture béante. Certains tissus graisseux anormaux sont forcés à travers l’ouverture et peuvent provoquer une compression des nerfs.</p><h3>Méningocèle </h3><p>Un méningocèle (mé-nin-go-sel) est une forme plus sévère de spina-bifida. Elle survient lorsque la partie externe des vertèbres n’est pas été entièrement refermée, laissant une ouverture. La moelle épinière elle-même peut ne pas être affectée, mais ses revêtements de protection (les méninges) peuvent être endommagés et forcés à travers l’ouverture pour former un sac, souvent recouvert de peau, qui contient du LCR. Dans le cas du méningocèle, la moelle épinière est retenue à l’endroit du dos où elle se trouve normalement. Cela signifie que les enfants attents d’un méningocèle peuvent avoir une mobilité normale et une sensibilité normale dans leurs jambes et leurs pieds.</p><h3>Myéloméningocèle</h3><p>Un myéloméningocèle (mi-é-lo-mé-nin-go-sel) est la forme la plus sévère de spina-bifida. Elle se produit lorsque la partie extérieure des vertèbres ne se referme pas entièrement, créant ainsi une ouverture. Dans le cas du myéloméningocèle, le revêtement de la moelle épinière (les méninges) et la moelle épinière elle-même sont forcées à travers l’ouverture. Habituellement, un sac rempli de liquide recouvert d’une fine membrane se forme et peut facilement se rompre, exposant son contenu délicat.</p><p>Puisqu’une partie dela moelle épinière déborde dans le sac, la moelle épinière ne se développe pas correctement et les nerfs sont endommagés. La plupart des enfants atteints d’un myéloméningocèle éprouvent des problèmes moteurs et de sensation dans les jambes et les pieds, et peuvent être paralysés.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le spina bifida signifie que les os qui protègent la moelle épinière ne sont pas entièrement formés.</li><li>Chez les bébés atteints de spina-bifida, le liquide céphalorachidien (LCR), les nerfs et la membrane qui enveloppe la moelle épinière forment une protubérance qui fait saillie dans le dos du bébé.</li><li>Il existe quatre types courants de spina-bifida : le myéloméningocèle, le méningocèle, le lipomyéloméningocèle et le spina-bifida occulta.</li><li>Les causes du spina bifida sont inconnues, mais le spina bifida et d’autres anomalies du tube neural sont moins susceptibles de survenir lorsque les femmes reçoivent suffisamment d’acide folique.</li></ul><h2>Les causes de spina-bifida</h2><p>Toutes les causes du spina-bifida ne sont pas connues mais il existe des risques génétiques, environnementaux et nutritionnels liés au spina-bifida.</p><ul><li>Certaines formes de spina-bifida sont présentes dans certaines familles, ce qui signifie qu’il peut y avoir un lien génétique.</li><li>L’alimentation de la mère pendant la grossesse peut avoir un impact sur la croissance saine de la moelle épinière.</li><li>Certains médicaments qui nuisent à la capacité du corps à utiliser le folate et l’acide folique pourraient augmenter le risque.</li><li>Les femmes diabétiques dont la glycémien’est pas bien contrôléee courent un risque plus élevé.</li><li>L’augmentation de la température corporelle (p. ex. utilisation d’un sauna ou d’un bain à remous) dans les premières semaines de la grossesse peut augmenter le risque.</li></ul><p>Le spina-bifida et d’autres anomalies du tube neural sont moins susceptibles de se produire lorsque les femmes reçoivent suffisamment d’acide folique. Ces malformations se produisent au début de la grossesse, souvent avant même que de nombreuses femmes ne sachent qu’elles sont enceintes. S’il y a une possibilité de tomber enceinte, il est important d’avoir une alimentation équilibrée et riche en acide folique. Si vous envisager de devenir enceinte, il est essentiel que vous commenciez à prendre de l’acide folique quotidiennement, au moins trois ou quatre mois avant d’essayer de concevoir. Vérifiez auprès de votre médecin le dosage qui vous convient. La dose habituelle recommandée est de 400 microgrammes (mcg) d’acide folique par jour. Une vitamine prénatale pourra souvent convenir. Si vous avez déjà eu une grossesse affectée par le spina-bifida, ou si vous avez des antécédents familiaux de spina-bifida ou si vous prenez certains médicaments, vous pourriez avoir besoin d’une dose plus élevée d’acide folique.</p><h2>Diagnostic du spina-bifida</h2><p>Le spina-bifida peut être diagnostiqué pendant la grossesse ou après la naissance du bébé.</p><h3>Pendant la grossesse</h3><p>Des tests effectués pendant la grossesse peuvent indiquer que le bébé a de fortes chances d’être atteint de spina-bifida.</p><ul><li>Test sanguin alpha-fœtoprotéine (AFP) - L’AFP est une protéine produite par les bébés à naître. L’AFP traverse le placenta jusqu’à la mère. Un test permet de mesurer les niveaux d’AFP dans le sang de la mère. S’ils sont élevés, cela peut signifier que le bébé est atteint de spina-bifida.</li><li>Échographie - Il s’agit d’un test courant pendant la grossesse qui permet aux professionnels de la santé de voir des images du bébé à naître. Dans certains cas, une échographie peut montrer que le bébé a le spina-bifida.</li><li>Amniocentèse - Il s’agit d’un petit échantillon de liquide amniotique provenant de l’utérus de la mère. Si ce liquide a un taux d’AFP supérieur à la moyenne, alors le bébé pourrait avoir le spina-bifida.</li><li>Imagerie par raisonnace magnétique (IRM) fœtale – si les premiers tests suggèrent qu’il y a une forte probabilité de spina-bifida, une IRM fœtale peut être réalisée. L’IRM pratiquée dans ce cas sur la mère enceinte permet d’évaluer le bébé à naître.</li></ul><p>Le spina-bifida occulta peut n’être diagnostiqué que vers la fin de l’enfance, à l’âge adulte ou ne pas être diagnostiqué du tout.</p><h2>Traitement du spina-bifida</h2><p>Le méningocèle où seules les méninges sont poussées à travers l’ouverture et le myéloméningocèle où les méninges et la moelle épinière sont forcées à travers l’ouverture sont tous deux traités par chirurgie. Les nourrissons plus âgés et les jeunes enfants atteints de lipomyéloméningocèle peuvent nécessiter une intervention chirurgicale s’ils développent des symptômes. Le spina-bifida occulta ne nécessite généralement pas de traitement.</p><p>Pour plus de renseignements sur le traitement du spina-bifida, veuillez consulter <a href="/Article?contentid=2532&language=French">Spina-bifida : traitement et soin de votre enfant après une réparation chirurgicale</a>.</p> <h2>Les problèmes de santé associés ou causés par le spina-bifida</h2><p>Chaque enfant souffrant de spina-bifida est différent avec ses propres problèmes médicaux, de mobilité et d’apprentissage. Certains enfants peuvent seulement être légèrement affectés alors que d’autres peuvent avoir des handicaps plus graves. Le fait de naître avec le spina-bifida apporte des défis pour la vie. L’équipe de soins de santé de votre enfant collaborera avec vous pour aider votre enfant à réaliser son plus grand potentiel.</p><p>Les problèmes de santé suivants sont fréquents chez les enfants atteints de spina-bifida.</p><h3>Hydrocéphalie</h3><p>Environ 80 % des bébés nés avec le spina-bifida, principalement ceux atteints de myéloméningocèle, présenteront également une <a href="/Article?contentid=858&language=French">hydrocéphalie</a>. L’hydrocéphalie est caractérisée par l’accumulation anormale de LCR dans les ventricules à l’intérieur du cerveau.</p><h3>Malformation de Chiari</h3><p>Presque tous les bébés nés avec le myéloméningocèle ont une <a href="/Article?contentid=853&language=French">malformation de Chiari</a> de type 2. C’est quand la partie inférieure du cerveau (le tronc cérébral) se trouve trop bas dans la zone supérieure de la colonne vertébrale de votre enfant. Certains enfants atteints d’une malformation de Chiari de type 2 peuvent avoir des problèmes d’alimentation (par ex. faible succion lorsqu’ils se nourrissent, bâillonnement, étouffement, difficulté à avaler), des problèmes respiratoires et certains peuvent avoir une faiblesse au niveau des bras. La chirurgie peut être nécessaire pour diminuer la pression sur la partie inférieure du cerveau.</p><h3>Fonction physiologique des jambes (mobilité) et sensation </h3><p>Chez les enfants atteints de spina-bifida, les nerfs du canal neural sont souvent endommagés ou mal formés; ils peuvent donc avoir du mal à contrôler correctement leurs muscles ou à éprouver des sensations. Certains enfants peuvent être paralysés, incapables de bouger leurs jambes, tandis que d’autres peuvent se tenir debout et faire des pas.</p><h3>Muscles et os</h3><p>Les muscles et les os peuvent également être affectés par le spina-bifida. Un bébé atteint de spina-bifida peut naître avec un <a href="/Article?contentid=1192&language=French">pied bot</a>, c’est-à-dire lorsque les pieds du bébé sont tournés au niveau de la cheville.</p><p>Les hanches du bébé peuvent également être affectées en raison de la force qui varie dans différents muscles, interférant ainsi avec le mouvement et la fonction des hanches. Cela peut provoquer une luxation de la hanche.</p><p>Les muscles autour de la colonne vertébrale peuvent également être affectés. Toute différence de force musculaire peut affecter la colonne vertébrale et provoquer une courbe anormale.</p><p>Si votre enfant a des problèmes de pied bot ou souffre un trouble osseux dans la jambe, un chirurgien orthopédique vous parlera des options pour corriger cette situation.</p><h3>Problèmes de vessie</h3><p>Dans le cas du spina-bifida, les nerfs qui informent la vessie qu’elle doit se vider et libérer l’urine (pipi) sont souvent faibles ou ne fonctionnent pas. Cela signifie que vous devrez peut-être aider votre bébé à uriner et à vider sa vessie. Lorsque votre bébé naîtra, une sonde ou un cathéter sera placé à l’intérieur de sa vessie par l’urètre à intervalles de quelques heures pour constater s’il peut uriner lui-même et vider sa vessie. L’urètre est le tube qui transporte l’urine de la vessie à l’extérieur du corps. Si votre bébé est incapable de vider complétement sa vessie, il risque de contracter une infection qui endommagera ses reins. Vous devrez peut-être apprendre à vider la vessie de votre bébé à l’aide d’un cathéter avant de pouvoir le ramener à la maison. Les instructions pour les <a href="/Article?contentid=978&language=French">garçons</a> et les <a href="/Article?contentid=979&language=French">filles</a> sont légèrement différentes. Un membre de l’équipe d’urologie vous en parlera.</p><h3>Problèmes intestinaux</h3><p>Parfois, les nerfs qui permettent d’aller à la selle sont faibles ou ne fonctionnent pas. L’infirmière évaluera si les intestins de votre bébé fonctionnent correctement. L’infirmière peut vous donnera des conseils pour aider au fonctionnement des intestins de votre bébé et protéger la peau de votre bébé autour de l’anus.</p><h3>Allergies et sensibilité au latex </h3><p>Les bébés atteints de spina-bifida ont un risque élevé de développer une sensibilité au latex ou une allergie. Il est important de s’assurer que les produits tels que les gants, les cathéters et les tétines ne contiennent pas de latex.</p><h3>Insertion basse de la moelle</h3><p>Chez les enfants atteints de spina-bifida, la moelle épinière reste parfois coincée à l’endroit où les vertèbres ne sont pas complètement refermées. C’est ce qu’on appelle une <a href="/Article?contentid=861&language=French">insertion basse de la moelle épinière</a>.</p><h2>Regard vers l’avenir</h2><p>Les bébés nés avec le spina-bifida nécessitent une évaluation continue à mesure qu’ils grandissent et se développent. Ils seront suivis par un certain nombre d’équipes de soin de santé différentes. Certains enfants peuvent être des cliniques spécialisées pour le spina-bifida.</p><h2>Ressources</h2><p>Il existe de nombreuses ressources disponibles pour vous aider à en apprendre davantage sur le spina bifida.</p><p>Spina Bifida and Hydrocepahlus Association of Ontario</p> <a href="http://www.sbhao.on.ca/">http://www.sbhao.on.ca/</a> (en anglais seulement)<p></p><p>Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital</p> <a href="http://www.hollandbloorview.ca/">http://www.hollandbloorview.ca/</a> (en anglais seulement)<p></p><p>Public Health Agency of Canada. (2013). <em>Congenital Anomalies in Canada 2013: A Perinatal Health Surveillance Report</em>. Retrieved from http://publications.gc.ca/collections/collection_2014/aspc-phac/HP35-40-2013-eng.pdf.</p> Juin est le Mois national du spina-bifida. Renseignez-vous sur les quatre types de spina-bifida, leurs causes et comment il est diagnostiqué.Main
Maladies thyroïdiennes et diabèteMaladies thyroïdiennes et diabèteThyroid disease and diabetesMFrenchEndocrinologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Pancreas;ThyroidEndocrine systemConditions and diseasesAdult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_thyroid_gland_FR.jpg2017-11-20T05:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur la maladie thyroïdienne et le diabète, y compris les causes, les signes et les symptômes.<br></p><h2>Qu’est-ce que la thyroïde?</h2> <p>La thyroïde est une glande située au milieu de la partie inférieure avant du cou. Elle produit des hormones (appelés hormones thyroïdiennes) qui sont importantes pour :</p> <ul><li>la croissance;</li> <li>le contrôle de la température corporelle;</li> <li>la digestion;</li> <li>le poids;</li> <li>l’humeur.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Malgré un contôle approprié du diabète, de 20 à 25 % des personnes aux prises avec le diabète de type 1 développeront des problèmes thyroïdiens.</li> <li>Ces troubles comprennent la thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie) et la maladie de Grave (hyperthyroïdie). </li></ul><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure> <span class="asset-image-title">Glande thyroïde</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_thyroid_gland_FR.jpg" alt="Vue de la glande thyroïde, située à l’avant de la gorge, avec la nomenclature des structures avoisinantes" /> </figure> <p>Tout comme le <a href="/Article?contentid=1468&language=French">pancréas</a> en présence du diabète, la thyroïde peut être attaquée par le système immunitaire par l’intermédiaire des protéines appelées anticorps qu’il produit. Cette attaque peut ou bien ralentir le fonctionnement de la thyroïde (hypothyroï​die) ou, dans de rares cas, l’accélérer à excès (<a href="/Article?contentid=2309&language=French">hyperthyroïdie</a>). Environ 20 à 25 % des personnes atteintes de <a href="/Article?contentid=1719&language=French">diabète de type 1</a> développeront des problèmes de thyroïde sans égard à leur taux de sucre (glucose) dans le sang ou au moment où remonte le diagnostic de diabète.</p></div></div></div> <figure> <span class="asset-image-title">Fonction thyroïdienne</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Thyroid_function_MED_ILL_FR.jpg" alt="Emplacement de l’hypophyse dans le cerveau et de la glande thyroïde dans la gorge et nomenclature" /> <figcaption>L’hypophyse libère des hormones, notamment la thyréostimuline, qui contrôlent la glande thyroïde. Cette glande libère des hormones qui contrôlent de nombreuses fonctions de l’organisme.</figcaption> </figure> <h2>Thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie)</h2><p>En présence de la thyroïdite de Hashimoto, le système immunitaire endommage la glande thyroïde, la rendant paresseuse. Une insuffisance de la glande thyroïde s’appelle hypothyroïdie. Parmi les symptômes d’hypothyroïdie, on trouve :</p><ul><li>le ralentissement de la croissance;</li><li>le gain de poids;</li><li>la fatigue ou la paresse;</li><li>la sécheresse de la peau et des cheveux;</li><li>des problèmes de concentration;</li><li>la constipation;</li><li>les menstruations irrégulières;</li><li>la faiblesse.</li></ul><p>L’insuffisance de la glande thyroïde est détectée par une vérification régulière de la fonction thyroïdienne. Elle consiste à mesurer le taux de thyréostimuline et d’anticorps qui attaquent la thyroïde. La thyréostimuline est une hormone appelée messager chimique qui est fabriquée par une glande du cerveau du nom d’<a href="https://pie.med.utoronto.ca/htbw/module.html?module=brain-child">hypophyse</a><span>​</span>.</p><h2>Maladie de Basedow (hyperthyroïdie)</h2><p>La maladie de Basedow survient rarement chez les personnes atteintes de diabète. Il s’agit d’un trouble du système immunitaire qui provoque une suractivité de la thyroïde, celle-ci produisant un excès d’hormones thyroïdiennes. Une hyperactivité de la thyroïde est appelée hyperthyroïdie. Ses symptômes sont :</p><ul><li>la perte de poids;</li><li>l’augmentation de l’appétit;</li><li>les sautes d’humeur;</li><li>les tremblements et la transpiration;</li><li>la diarrhée;</li><li>le gonflement des yeux.</li></ul><p>Le traitement habituel de l’hyperthyroïdie est l’administration d’un médicament appelé le méthimazole qui diminue le taux d’hormones thyroïdiennes.</p> Environ 20 à 25 % des personnes atteintes de diabète de type 1 développeront des problèmes de thyroïde. Apprenez sur les causes et les symptômes. Main
VitiligoVitiligoVitiligoVFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_darker_skin_FR.jpg2016-06-24T04:00:00Z9.0000000000000055.0000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>​Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau. Découvrez ce qui le cause et comment il est diagnostiqué et soigné.<br></p><h2>Qu’est-ce que le vitiligo?<br></h2><p>Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau et qui blanchit parfois les cheveux. Environ une personne sur cent est atteinte de ce trouble; il se présente en proportion égale chez les filles et chez les garçons.<br></p><div class="asset-2-up"> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_darker_skin_FR.jpg" alt="Le vitiligo sur un genou de peau foncée" /> </figure><figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_lighter_skin_FR.jpg" alt="Le vitiligo sur un genou de peau plus pâle" /> </figure> </div><h2>À retenir</h2><ul><li>Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau et qui blanchit parfois les cheveux. On le considère comme une réaction auto-immune. Cependant, il est parfois précédé d’une éraflure ou d’une autre blessure à la peau.</li><li>On peut le soigner avec des crèmes et des lotions, des médicaments et la photothérapie. Il se peut que les soins ne fassent pas disparaître toutes les traces du vitiligo. Le traitement ne peut pas prévenir que des taches apparaissent ailleurs.</li><li>Consultez un médecin si le vitiligo de votre enfant ne s’atténue pas ou a changé d'apparence; ou si vous êtes préoccupé au sujet de tout changement dans l'état de santé de votre enfant.</li></ul><br><h2>Quels sont les effets du vitiligo sur le corps?</h2><p>Le vitiligo n’a un effet que sur la couleur de la peau ou des cheveux. Il est généralement plus évident chez les personnes ayant le teint plus foncé. Il peut se produire n’importe où sur le corps, provoquant des nuances de couleur cutanée de formes et de tailles diverses. Cependant, certaines zones du corps sont plus souvent touchées que d’autres.</p><p>Dans de rares cas, les patients atteints de vitiligo peuvent souffrir d’autres troubles auto-immunes. Par exemple, leur système immunitaire peut aussi attaquer leur glande thyroïde. Si l’on porte un diagnostic de vitiligo à votre enfant, son médecin doit demander des analyses sanguines pour vérifier s’il souffre d’autres troubles auto-immunes.</p><br><h2>Quelles sont les causes du vitiligo?</h2><p>La cause précise du vitiligo n’est pas connue. On le considère comme une réaction auto-immune qui se produit quand le système immunitaire s’attaque aux cellules saines du corps, appelées mélanocytes. Il s’agit des cellules qui donnent le pigment (couleur) à la peau et aux cheveux.</p><p>Le vitiligo peut frapper plus d’une personne dans une même famille, ce qui suggère que la génétique peut être un facteur. Parfois, les patients constatent aussi que le vitiligo est précédé d’une éraflure ou d’une autre blessure à la peau. Il se peut que votre médecin parle du phénomène de Koebner.</p><br><h2>Comment le vitiligo est-il diagnostiqué?</h2><p>Le médecin portera souvent un diagnostic de vitiligo après un simple examen de la peau de votre enfant. Le vitiligo est moins évident chez les personnes qui ont le teint pâle. Dans ces cas, le médecin peut utiliser une lampe spéciale, appelée lampe de Wood, afin de faciliter la détection des changements. S’il doit examiner votre enfant à l’aide de cette lampe, le médecin peut vous demander d’aller dans une pièce sombre afin de mettre la peau sous la lumière.</p><h2>Comment le vitiligo est-il soigné?</h2> <p>Il y a différentes façons de soigner le vitiligo. Les soins dépendent de l’étendue du vitiligo et des zones du corps qui en sont atteintes.</p><h3>Médicaments topiques</h3><p>Un traitement aux médicaments topiques est l’application sur la peau d’un onguent, d’une crème, d’un gel ou d’une lotion. Parmi ceux-ci, on trouve les corticostéroïdes topiques.</p><p>Les inhibiteurs topiques de la calcineurine aident à réguler le système immunitaire de la peau. Leur application sur le visage ainsi que sur les zones de pli et de flexion, telles la face intérieure du coude ou celle de l’arrière du genou, donne surtout de bons résultats.</p><p>Les médicaments topiques sont recommandés pour soigner le vitiligo sur de petites surfaces. Une application étendue peut présenter des défis et des effets secondaires. La composition et le dosage du stéroïde topique prescrit à votre enfant dépendend de la partie de son corps touchée.</p><h3>Photothérapie</h3><p>La photothérapie est une thérapie qui expose les zones de peau atteintes de vitiligo à une lumière ultraviolette spéciale. Il faut normalement prévoir plusieurs séances de photothérapie. Le traitement est réservé aux patients dont une grande surface du corps est atteinte de vitiligo et qui ont des problèmes à étaler (appliquer) un médicament topique.</p><p>Durant la thérapie, la personne doit rester immobile, debout dans un petit espace et entourée de lampes. Si elle bouge, elle peut se brûler. Pour cette raison, la photothérapie peut ne pas convenir aux jeunes enfants. Certaines préoccupations ont aussi été soulevées au sujet du risque accru à long terme du cancer de la peau chez ceux soignés par la photothérapie. Cela s’applique surtout aux personnes ayant le teint plus pâle.</p><p>On peut aussi soigner le vitiligo avec une thérapie au laser et les greffes de la peau. Il y a peu de renseignements sur leur utilisation chez les enfants.</p><h3>Quelle est l’efficacité des soins du vitiligo?</h3><p>Malheureusement, le vitiligo est une maladie très imprévisible. Les soins disponibles ne peuvent pas garantir que toutes les zones de peau retourneront à leur couleur normale. Et, les médecins n’ont aucun moyen de prévenir que le vitiligo apparaisse ailleurs.</p><p>Parce que le traitement n’est pas toujours efficace, certains patients peuvent choisir de ne rien faire. Ils utiliseront plutôt un maquillage spécial sur la zone atteinte pour que la couleur se fonde avec le reste de la peau.<br></p><h2>Quand consulter un médecin pour le vitiligo</h2><p>Après que le diagnostic a été porté et que votre enfant a été soigné, consultez son médecin de enfant si :</p><ul><li>le vitiligo se répand, ne guérit pas ou a changé d'apparence;</li><li>vous pensez que votre enfant présente des symptômes du vitiligo. C’est-à-dire qu’il gagne ou perd du poids facilement ou qu’il se sent souvent fatigué. Le médecin peut demander des analyses sanguines pour écarter des troubles systémiques y reliés, comme <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=841&language=French">l’anémie</a> ou l’<a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdie</a>​.</li></ul><h2>Le vitiligo de mon enfant nécessite-t-il des soins à long terme?</h2><p>Oui, il faudra bien <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=308&language=French">protéger contre le soleil</a> les zones atteintes de vitiligo afin de prévenir <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=768&language=French">coups de soleil</a> et de minimiser les risques de cancer de la peau.</p><br>Main