AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Nutrition: une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfantNutrition: une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfantNutrition: How a balanced diet and healthy eating habits can help your child's mental healthNFrenchNutritionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2016-07-18T04:00:00ZSharon Alexander, BSc, BEd, MEd;Suneeta Monga, MD, FRCPC000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez quels éléments nutritifs et quelles routines peuvent favoriser le bien-être mental de votre enfant.</p><p>En tant que parent, vous êtes dans la position unique et privilégiée de pouvoir décider de ce que votre enfant mange chaque jour. Vous pouvez aussi servir de modèle pour de saines habitudes et attitudes en ce qui concerne la nutrition, l’image corporelle et le mode de vie. Ces saines habitudes de vie pourront donner à votre enfant les fondements qu’il lui faut pour vivre en santé toute sa vie durant.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Votre enfant devrait, dans la mesure du possible, manger sur une base régulière les portions recommandées d’aliments entiers.</li> <li>Préparez les repas ensemble. En grandissant, les enfants peuvent faire différentes tâches. Il s’agit d’une excellente façon de leur apprendre d’où viennent les aliments et de leur montrer comment cuisiner. Cela leur sera utile.</li> <li>Mangez en famille quand vous le pouvez. Prendre des repas en famille peut améliorer l’estime de soi et renforcer le sentiment d’interdépendance. </li> <li>Vous pouvez jouer un rôle de modèle de saines habitudes et attitudes en ce qui concerne l’image corporelle et le mode de vie.</li> <li>Si vous êtes préoccupé par les comportements et les attitudes alimentaires de votre enfant et de l’image qu’il a de son corps, veuillez consulter votre médecin.</li> </ul><h2>À quoi ressemble une alimentation saine?</h2> <p>Une alimentation saine consiste à manger régulièrement les portions recommandées d’aliments entiers (aliments peu transformés) comme collations et comme repas. Il est important d’équilibrer sa consommation de macronutriments (<a href="/Article?contentid=1443&language=French">glucides</a>, <a href="/Article?contentid=1445&language=French">matières grasses</a> saines et <a href="/Article?contentid=1444&language=French">protéines</a>) et de micronutriments (<a href="/Article?contentid=1453&language=French">vitamines et minéraux</a>). L’apport calorique doit se situer dans la plage acceptable pour le stade de croissance de votre enfant et son niveau d’activité. Une alimentation équilibrée signifie que la nutrition de votre enfant provient surtout des quatre groupes alimentaires du Guide alimentaire canadien : <a href="/Article?contentid=1437&language=French">légumes et fruits</a>, <a href="/Article?contentid=1438&language=French">produits céréaliers</a>, <a href="/Article?contentid=1439&language=French">lait et substituts</a> et <a href="/Article?contentid=1440&language=French">viandes et substituts</a>. Ensemble, ces aliments fournissent les nutriments essentiels pour la santé du cerveau, y compris le <a href="/Article?contentid=1449&language=French">folate</a>, la <a href="/Article?contentid=1446&language=French">vitamine B12</a>, la vitamine C, le <a href="/Article?contentid=1450&language=French">fer</a> et les oméga 3 acides gras.</p> <h3>Valeur des aliments entiers sur les aliments transformés</h3> <p>Le cerveau et le corps fonctionnent mieux lorsque le taux de glycémie reste constant tout au long de la journée. Éliminer les hauts et les bas dans la glycémie de votre enfant peut aider à éliminer ses hauts et ses bas d’humeur et de niveau d’énergie. Pour y arriver, votre enfant doit manger une alimentation riche en aliments entiers : légumes, fruits et grains entiers. Ce sont d’excellentes sources de <a href="/Article?contentid=964&language=French">fibres</a> et ils favorisent la sensation de ne plus avoir faim. Par contre, il faut considérer les aliments hautement transformés plutôt comme des friandises occasionnelles. Leurs sucres raffinés peuvent causer une forte hausse, suivie d’une chute rapide, du taux de glycémie. Cette baisse soudaine peut entraîner une perte d’énergie à long terme pour un enfant occupé. Ces aliments sont aussi moins aptes à rassasier votre enfant, et ils peuvent créer de nouvelles envies pour des aliments et des boissons sucrés.</p> <h2>Idées de repas et de collations équilibrés</h2> <ul> <li>Le <strong>repas du matin</strong> est un repas indispensable pour alimenter votre enfant pour la journée à venir. S’il n’est pas intéressé à manger des céréales ou du pain grillé, essayez de lui donner des roulés pour le matin ou du yogourt et des fruits.</li> <li>Les <strong>paniers-repas</strong> le midi offrent une excellente occasion d’essayer une variété d’aliments. Inclure de petites portions d’aliments différents qui sont faciles à emballer et pas trop salissants. Prêter attention à ce qui est ramené à la maison à la fin de la journée vous aidera à comprendre quels aliments il faudrait inciter votre enfant à essayer ou quels aliments il n’aime peut-être pas. <br>Quand vous n’avez pas le temps de préparer un panier-repas et que vous envoyez votre enfant à l’école avec de l’argent pour acheter le repas de midi, assurez-vous de discuter avec lui des <a href="/Article?contentid=1466&language=French">choix de boissons et d’aliments sains à l’extérieur de la maison</a>. Il peut choisir, par exemple, des plats avec beaucoup de légumes et des protéines maigres comme des sautés, des salades, des sandwichs ou des soupes.</li> <li>Le <strong>repas du soir</strong> peut être aussi simple que nécessaire. Vous n’avez qu’à inclure des légumes et une source de protéines maigres. Planifier, préparer et manger un repas en famille peut rendre l’expérience du repas très satisfaisante.</li> <li>Il est important d’avoir en main des <strong>collations</strong> pour les enfants de tous âges. Souvent la disponibilité détermine le choix de la collation. Essayez donc de remplir votre placard d’aliments nutritifs.</li></ul> <p>Le Centre de documentation sur la nutrition d’AboutKidsHealth propose une gamme de choix de repas pour les <a href="/Article?contentid=1460&language=French">tout-petits</a>, les <a href="/Article?contentid=1460&language=French">enfants d’âge préscolaire</a>, les <a href="/Article?contentid=1464&language=French">enfants d’âge scolaire</a> et les <a href="/Article?contentid=1464&language=French">jeunes</a>.</p> <h2>Adopter de saines habitudes alimentaires</h2> <h3>Planification et préparation des repas</h3> <p>Vous pouvez aider votre enfant à apprécier les bienfaits d’une alimentation équilibrée en l’incitant à vous aider à planifier des repas, à faire l’épicerie et à préparer des repas. <a href="/Article?contentid=1465&language=French">Impliquer votre enfant dans les tâches associées aux repas</a> lui apprendra à faire des choix judicieux à l’épicerie, à comprendre les consignes sur la <a href="/Article?contentid=1455&language=French">salubrité des aliments</a> et à reconnaître l’effort qui va dans la préparation des repas de famille. Vous pouvez aussi profiter de l’occasion pour le sensibiliser à une alimentation équilibrée. Même si son régime alimentaire doit surtout être riche en éléments nutritifs, il peut avoir des friandises à l’occasion. Moins vous sentez le besoin d’exercer un contrôle sur la nourriture, plus saine sera votre attitude – et celle de vos enfants – envers celle-ci.</p> <h3>Manger en famille</h3> <p>Partager un repas avec ses proches est un excellent moyen de renforcer ses liens familiaux. Des <a href="/article?contentid=1465&language=English">repas de famille réguliers</a> et détendus aident votre enfant à adopter de bonnes habitudes de table. Ils lui permettent aussi de partager les hauts et les bas de sa journée. Ces occasions de rire ensemble et, au besoin, de se soutenir peuvent donner aux enfants un regard plus positif sur la vie. Elles peuvent aussi stimuler leurs aptitudes à communiquer et accroître leur estime de soi. Tout cela peut améliorer le rendement scolaire et réduire l’incidence des problèmes de poids et de toxicomanie.</p> <h2>Promouvoir une image saine du corps</h2> <p>Les enfants et les jeunes sont souvent exposés à un flux constant d’images et de messages au sujet de l’apparence physique. Avec ces normes de beauté très médiatisées mais étroites, il est difficile d’échapper à l’idée qu’il faut avoir une apparence idéale. Dans certains cas, une mauvaise perception de l’image de son corps peut causer chez l’enfant un trouble du comportement alimentaire. Des exemples sont l’<a href="/Article?contentid=268&language=French">anorexie</a>, la <a href="/Article?contentid=282&language=French">boulimie</a> ou l’<a href="/Article?contentid=277&language=French">hyperphagie boulimique</a>.</p> <p>En tant que parent, vous pouvez aider votre enfant <a href="/Article?contentid=625&language=French">à avoir une saine image de son corps</a> et à être content de son alimentation. Il vous faut parler de tendances alimentaires, de fausses informations, de pression de la part des pairs et de l’influence des médias. Vous pouvez aussi projeter une saine image de votre corps en adoptant, par exemple, les comportements suivants :</p> <ul> <li>prendre des noix, des légumes et des fruits comme collation plutôt que des aliments hautement transformés;</li> <li>éviter de parler de régimes amaigrissants ou de faire des commentaires sur votre propre poids ou celui des autres;</li> <li>inciter votre enfant à traiter la nourriture comme un carburant pour <a href="/Article?contentid=642&language=French">un corps sain, actif et fort</a>.</li> </ul> <p>Si vous êtes préoccupé par les comportements et les attitudes alimentaires de votre enfant et de l’image qu’il a de son corps, veuillez en parler à votre médecin.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Nutrition_how_a_balanced_diet.jpgNutrition et la santé mentale
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaine
Conseils pour l'hiverConseils pour l'hiverWinter tipsCFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2018-04-09T04:00:00Z000Landing PageLearning Hub<p>L’hiver est arrivé, apportant avec lui le froid, les activités de plein air et les maladies de saison. Voici nos conseils sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver.</p><p>L’hiver est arrivé, apportant avec lui le froid, les activités de plein air et les maladies de saison. Voici nos conseils sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver.</p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Activités de plein air sans danger</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il peut être amusant pour votre enfant de jouer dehors pendant l’hiver. Assurez-vous pourtant qu’il soit vêtu correctement et suivez ces conseils pratiques de sécurité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1954&language=French">Sécurité à l’extérieur en hiver : pratiquer des activités hivernales de plein air sans danger</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1940&language=French">S’habiller pour se protéger du froid</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1912&language=French">Blessures dues au froid</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Rester en santé<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Toute la famille a traversé l’été et l’automne sans problème de santé. Voici des conseils pour continuer avec un hiver en santé.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1939&language=French">Brûlures : sécurité pendant l'hiver</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=778&language=French">Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébé</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=773&language=French">Eczéma (dermatite atopique)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1114&language=French">Eczéma: changements saisonniers</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Maladies hivernales</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>En hiver, tout le monde se rassemble à l’intérieur, où l’on partage chaleur et... microbes. Apprenez-en davantage sur le rhume, la grippe, et les autres maladies de l’hiver. Apprenez également comment les éviter et les soigner.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=30&language=French">Fièvre</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=12&language=French">Rhumes (Infections virales des voies respiratoires supérieures)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=765&language=French">Bronchiolite</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=764&language=French">Virus respiratoire syncytial (VRS)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=17&language=French">Diphtérie laryngienne</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=763&language=French">Influenza (grippe)</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=912&language=French">Grippe (influenza) : comment protéger les membres de votre famille</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1111&language=French">Grippe (influenza): les faits sur les vaccins</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=784&language=French">Pneumonie</a></li></ol></div><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/winter_safety_landing_page.jpgconseilshiverConseils de sécurité pour l’hiver Voici nos conseils de sécurité pour que toute la famille reste en bonne santé et de bonne humeur tout l’hiver.
Détecteurs de fumée et de monoxyde de carboneDétecteurs de fumée et de monoxyde de carboneSmoke and carbon monoxide detectorsDFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2013-07-08T04:00:00ZElly Berger, BA, MD, FRCPC, FAAP, MHPE8.0000000000000060.0000000000000842.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements sur l’achat, l’installation et l’entretien de détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone à la maison.</p> <p>Dans de nombreux pays, y compris au Canada, la loi oblige à installer des détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone dans la maison. La raison est simple : ces systèmes d’alarme sauvent des vies.</p><h3>Les dan​​gers de la fumée</h3><p>Bon nombre des incendies qui se produisent dans des résidences ont lieu la nuit. Sans détecteur de fumée, les personnes qui dorment dans la maison ne remarqueront même pas qu’il y a un incendie et s’intoxiqueront dans leur sommeil. Un détecteur de fumée qui fonctionne bien peut réveiller la famille avant qu’il ne soit trop tard. </p><h3>Les dang​ers du monoxyde de carbone</h3><p>Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore. Il est produit par la combustion de carburants comme l’essence, le gaz naturel, le bois, le mazout et le charbon. La plupart des résidences sont équipées d’un appareil qui est alimenté par un de ces carburants. Si l’appareil n’est pas muni d’un dispositif approprié d’évacuation des gaz ou s’il fonctionne mal, il peut remplir la maison de monoxyde de carbone.</p><p>Au début, les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone ressemblent à ceux de la grippe : fatigue, <a href="/Article?contentid=29&language=French">maux de tête</a>, étourdissements, nausées ou vomissements et respiration courte et difficile. Il suffit de quelques minutes pour que le monoxyde de carbone provoque une perte de connaissance, entraînant ainsi des lésions graves et permanentes de l’organisme. L’inhalation de monoxyde de carbone finit par provoquer la mort. Un détecteur de monoxyde de carbone en bon état de marche peut vous avertir, vous et les membres de votre famille, de ce danger. </p><h2>À re​tenir</h2><ul><li>Les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone permettent de sauver des vies.</li><li>Installez un détecteur de fumée et un détecteur de monoxyde de carbone en bon état de marche à l’extérieur de chaque chambre à coucher et à chaque étage de votre maison.</li><li>Vérifiez périodiquement l’état de vos détecteurs de fumée, nettoyez-les et remplacez les piles tous les 6 mois.</li></ul><h2>Choisir un dét​ecteur</h2><p> Il existe plusieurs modèles de détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone. Avant d’acheter un de ces produits, assurez-vous que le sceau d’agrément aux fins de la sécurité reconnu par votre pays est apposé sur l’emballage. Au Canada, on doit pouvoir y lire la mention « ULC » et, aux États-Unis, « UL ». Les détecteurs de fumées et de monoxyde de carbone sont vendus séparément bien qu’il existe des appareils jumelant les deux types de détecteurs.</p><h3>Il y a deux modè​​les de détecteurs de fumée :</h3><ul><li>Le détecteur de fumée par ionisation est particulièrement efficace pour détecter un feu à évolution rapide accompagné de flammes. Ces feux représentent les trois quarts des incendies qui se produisent dans des résidences.</li><li>Le détecteur à cellule photo-électrique est particulièrement efficace pour détecter un feu couvant qui produit beaucoup de fumée, mais peu de flammes.</li></ul><p>Certains avertisseurs de fumée utilisent ces deux mécanismes de détection. Actuellement, il n’y a qu’un seul modèle de détecteur de monoxyde de carbone. Certains avertisseurs fonctionnent avec des piles et d’autres fonctionnent sur secteur et sont dotés d’une pile de secours.</p><p></p><h2>Installer un déte​​cteur</h2><p>Théoriquement, il faudrait installer des détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone à l’extérieur de chaque chambre à coucher et à chacun des étages de votre maison, y compris le sous-sol.</p><p>Il faut les installer dans la partie supérieure d’un mur et à une certaine distance des salles de bains, de la cuisine, des appareils de chauffage et des ventilateurs de plafond. Lorsque vous installez vos détecteurs de fumée, lisez attentivement les directives du fabricant et appliquez-les.</p><h3>Entreti​en</h3><p>Les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone nécessitent un entretien minimal et devront être remplacés après un certain temps.</p><h3>Vérifiez le fon​ctionnement de votre système d’alarme</h3><p>Les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone sont munis d’un bouton d’essai. Vous devez appuyer sur le bouton une fois par mois. Si l’avertisseur ne se déclenche pas, vous devez remplacer la pile et vérifier de nouveau s’il fonctionne. </p><h3>Remplace​r la pile</h3><p>Remplacez la pile tous les 6 mois. Une bonne façon de ne pas l’oublier consiste à mettre une pile neuve lorsque vous réglez les horloges en mars et en novembre. Si vous entendez un bip avertisseur, remplacez immédiatement la pile.</p><h3>Net​toyage</h3><p>Les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone sont moins efficaces s’ils sont encrassés par la poussière. Suivez les directives du fabricant avant de nettoyer votre appareil. </p><h2>Rempla​cer le détecteur</h2><p>Les détecteurs de fumée ne durent pas une éternité. En règle générale, vous devrez remplacer l’appareil tous les 10 ans. Inscrivez à l’intérieur du détecteur la date à laquelle vous l’avez installé pour savoir quand le remplacer. Si l’alarme ne fonctionne plus, remplace immédiatement le détecteur.</p><h2>Les sources de danger autour de la maison</h2><p>Il peut être compliqué de vérifier si tous vos appareils qui sont alimentés par un combustible fossile, comme la fournaise, la cuisinière et le chauffe-eau, fonctionnent correctement. Ces appareils doivent être inspectés au moins une fois par an par un professionnel. Les cheminées et les évents doivent eux aussi être inspectés et nettoyés périodiquement afin d’empêcher toute accumulation de monoxyde de carbone et prévenir les incendies en général. </p><h2>Lors de s​ituations d’urgence</h2><p>L’une des situations qui posent le plus de risques d’incendie et d’intoxication au monoxyde de carbone dans une résidence, c’est au cours de pannes de courant. Lorsqu’il n’y a plus de chauffage ni d’éclairage, parfois les gens utilisent des méthodes non conventionnelles pour chauffer leur maison. Ils peuvent faire brûler des choses dans un foyer qui n’a pas servi pendant des années ou qui n’a pas été entretenu. Ils peuvent allumer des réchauds, des radiateurs et des lampes de camping ou même mettre le barbecue à l’intérieur de la maison pour la réchauffer. Certains peuvent utiliser un groupe électrogène pour l’alimentation en électricité. Ce sont des comportements qui présentent tous un très grand danger. Sans une ventilation adéquate, le monoxyde de carbone peut s’accumuler dans la maison. Ces objets comportent aussi un risque important d’incendie. </p><h2>Lorsque l’alarme du déte​cteur se déclenche</h2><p>Votre famille doit mettre au point un plan d’évacuation en cas d’incendie ou d’accumulation de monoxyde de carbone. Entraînez-vous et veillez à ce que tous les membres de la famille, les enfants compris, comprennent bien ce qu’il faut faire dès que l’alarme se déclenche. Le plan d’évacuation doit inclure un point de rassemblement préétabli à l’extérieur de la maison.</p><h2>Renseignements supplémentaires</h2><p>Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez lire nos pages sur la prévention des <a href="/Article?contentid=1116&language=French">brûlures et la sécurité à la maison</a>, et en particulier pendant l' <a href="/Article?contentid=1939&language=French">hiver</a>.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/smoke_carbon_monoxide_detectors.jpgDétecteurs de fumée et de CO Découvrez comment protéger votre famille des dangers de l’inhalation de fumée et de l’intoxication au monoxyde de carbone (CO).
Étapes clés de la lecture et de l’écritureÉtapes clés de la lecture et de l’écritureReading and writing milestonesÉFrenchDevelopmentalPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2013-09-24T04:00:00ZJanine Flanagan, MD000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignez vous sur les âges auxquels les enfants apprennent normalement les diverses étapes de la lecture.</p><p>Après avoir appris à parler, les enfants acquièrent habituellement des aptitudes à la lecture. Les aptitudes à l’écriture leur viennent plus tard. Cet article décrit les progrès que réalisent normalement les enfants en ce qui a trait à la lecture et à l’écriture d’une année scolaire à l’autre à compter de la maternelle jusqu’à la 3e année.</p><p>Les « étapes clés » ci après ne servent que de repères généraux, car tous les enfants n’apprennent pas au même rythme.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Pendant que votre enfant apprend à lire et à écrire, il franchira une gamme « d’étapes clés ». Les enfants acquièrent les aptitudes de lecture et d’écriture à des rythmes différents.</li> <li>Vous pouvez aider votre enfant à améliorer ses aptitudes en lui posant des questions sur les sujets de ses lectures, en produisant le son des lettres des mots écrits et en lisant ensemble de nombreux types de textes.</li> <li>D’autres manières de soutenir votre enfant sont de le féliciter de ses succès, de faire le suivi de ses progrès et, au besoin, de demander l’aide de ses enseignants.</li> </ul><h2>Aptitudes à la lecture</h2> <p>Les enfants ont envie d’apprendre et peuvent acquérir des aptitudes à la lecture de nombreuses façons. Quand votre enfant commence à lire et à écrire, vous pouvez l’aider à s’améliorer en lui parlant des sujets de ses lectures. De cette manière, vous renforcerez chez lui sa compréhension, ce qui lui permettra aussi de s’intéresser davantage aux thèmes abordés. En s’exerçant régulièrement, votre enfant apprendra au fil du temps à maîtriser la lecture et à réfléchir de façon plus approfondie aux histoires et à l’information qu’il lit.</p> <h3>Fin de la maternelle</h3> <p>À la fin de la maternelle, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>reconnaître la plupart des lettres de l’alphabet</li> <li>savoir que les mots comportent des sons de début, de milieu et de fin</li> <li>commencer à associer les mots écrits et les mots entendus et à faire des rapprochements entre les sons et les lettres</li> <li>reconnaître la plupart des associations de bases son lettre</li> <li>lire les étiquettes et les affiches qui lui sont familières ainsi que détacher les mots simples en syllabes tout en prononçant chacune d’elles</li> <li>se servir de l’ordre des mots et de leurs sons afin de déterminer et de prévoir le mot qui suit dans les phrases simples</li> <li>commencer à expérimenter la lecture et à prononcer des mots à voix haute pendant la lecture</li> <li>se servir de photos ou d’illustrations sur une page ou à l’écran qui l’aideront à comprendre la signification des mots</li> <li>poser beaucoup de questions sur son environnement et sur les sujets qu’il aimerait connaître.</li> </ul> <h3>Fin de la 1ère année (6 à 7 ans)</h3> <p>À la fin de la 1ère année, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>reconnaître de nombreux mots</li> <li>savoir ce que signifient les mots</li> <li>être disposé à essayer de lire de nouveaux textes</li> <li>pouvoir adapter ses aptitudes à la lecture à divers types de documents, comme les bandes dessinées, les livres ou les messages électroniques.</li> </ul> <h3>Fin de la 3e année (8 à 9 ans)</h3> <p>À la fin de la 3e année, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>se servir du contexte, d’un dictionnaire et de la phonétique (fait de détacher les mots en syllabes) pour déterminer la signification de mots inconnus</li> <li>utiliser la ponctuation pour l’aider à comprendre ce qu’il lit</li> <li>distinguer la réalité de la fiction</li> <li>lire des livres de fiction et de non-fiction variés</li> <li>lire à voix haute clairement et avec intonation</li> <li>repérer et énoncer l’idée centrale d’une histoire et fournir des renseignements détaillés à l’appui</li> <li>repérer et décrire certains éléments des histoires comme l’intrigue, l’idée centrale, les personnages et le contexte</li> <li>aimer lire et le faire par goût</li> <li>prévoir le déroulement des histoires</li> <li>associer les idées et les faits relatés à ses propres idées et à son vécu</li> <li>comprendre que les médias servent à diverses fins, dont l’éducation, la diffusion de messages ou la vente de produits.</li> </ul> <h2>Aptitudes à l’écriture</h2> <p>L’écriture peut se répartir en deux grandes catégories: la mécanique, comme tenir un crayon ou former des lettres, et l’expression écrite, qui est l’art d’utiliser la langue dans sa forme écrite pour communiquer des idées. Il est très important de faire la distinction entre les deux, car un enfant qui a maîtrisé la mécanique peut éprouver des difficultés à exprimer des idées sous forme écrite.</p> <p>Si votre enfant a du mal à écrire, observez bien si ses difficultés touchent la mécanique ou l’expression, car cela déterminera le type d’aide qui lui profitera le plus.</p> <h3>Fin de la maternelle</h3> <p>À la fin de la maternelle, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>montrer qu’il sait que la lecture se fait de gauche à droite, que des espaces séparent les mots et que ceux ci comportent des lettres majuscules et minuscules</li> <li>savoir écrire la plupart des lettres de l’alphabet</li> <li>savoir écrire son prénom, ceux des autres membres de la famille et des mots courts comme « chat » et « papa »</li> <li>savoir utiliser divers outils pour communiquer comme des crayons à dessiner et du papier, un ordinateur, un tableau noir et des marqueurs</li> <li>proposer des mots ou des phrases pour une histoire composée en classe consignée par l’enseignant</li> <li>pourvoir formuler des messages à l’aide d’une combinaison d’illustrations, de symboles, de lettres et de phonèmes (lettres représentant les sons).</li> </ul> <h3>Fin de la 1ère année (6 à 7 ans)</h3> <p>À la fin de la 1ère année, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>se servir de phonèmes pour décoder et épeler des mots inconnus</li> <li>écrire de simples phrases complètes</li> <li>mettre correctement le signe du pluriel aux mots d’une seule syllabe</li> <li>utiliser le point, la virgule et la majuscule à l’expression écrite</li> <li>épeler correctement les mots qu’identifie l’enseignant sur des graphiques ou des listes dans la classe ou sur des listes de mots individuelles</li> <li>employer la majuscule au début des phrases et des noms propres</li> <li>écrire lisiblement en lettres moulées</li> <li>écrire en laissant des espaces entre les mots.</li> </ul> <h3>Fin de la 3e année (8 à 9 ans)</h3> <p>À la fin de la 3e année, votre enfant devrait:</p> <ul> <li>accorder les verbes avec leurs sujets lorsqu’il écrit</li> <li>utiliser correctement les noms, les verbes, les adjectifs et les adverbes</li> <li>utiliser correctement les pluriels irréguliers des mots comme dans le cas de festival et chou</li> <li>utiliser l’exclamation</li> <li>employer les phonèmes (sons des lettres) et les règles fixées pour épeler les mots</li> <li>consulter diverses sources pour connaître la graphie des mots inconnus</li> <li>détacher les mots en syllabes</li> <li>employer les préfixes, les suffixes et les mots composés</li> <li>utiliser des titres et des sous titres pour organiser les idées écrites</li> <li>écrire lisiblement et commencer à écrire en lettres cursives (attachées) plutôt qu’en lettres moulées.</li> </ul> <p>Si votre enfant maîtrise difficilement ces aptitudes, discutez en avec son enseignant afin d’établir un plan d’action. Cela pourrait prévoir une évaluation par un psychologue ou d’autres moyens d’appui en classe ou à l’extérieur de celle ci.</p> <h2>Comment aider votre enfant à lire et à écrire</h2> <h3>Parler avec votre enfant dès un jeune âge.</h3> <p>Prononcez les lettres des mots écrits. Posez des questions à votre enfant sur ses idées et donnez lui le temps de réfléchir avant de répondre.</p> <h3>Veillez à ce que votre enfant s’habitue à comprendre ce qu’il lit.</h3> <ul> <li>Posez lui des questions à propos d’une histoire que vous lisez ensemble. Par exemple, demandez lui « Pourquoi cela arrive t il? » ou « Que pourrait il arriver? »</li> <li>Donnez lui le temps de déchiffrer un mot inconnu ou de reconnaître une erreur qu’il a commise en lisant. Une bonne stratégie est de prononcer chaque syllabe du mot, d’examiner les illustrations ou de relire les mots précédant et suivant celui qui lui a causé des difficultés.</li> </ul> <h3>Lisez avec votre enfant tous les jours.</h3> <p>Lisez avec lui les panneaux de signalisation routière, les affiches des magasins et des restaurants, les étiquettes des aliments, les circulaires, les instructions ou les annonces publicitaires. Avec son aide, faites les listes d’épicerie, écrivez les messages téléphoniques et notez les dates et les heures de rendez vous et des activités sur un calendrier dont se sert toute la famille. Vous pourriez aussi lire et écrire avec lui des cartes de souhait, des mots de remerciement, des lettres, des messages électroniques et des messages texte. Vous pouvez le faire pratiquer à écrire en lettres moulées, en lettres cursives ou à l’aide d’un clavier.</p> <h3>Faites de la lecture une activité amusante qui compte pour beaucoup.</h3> <p>Parlez à votre enfant des sujets sur lesquels il aimerait lire. Choisissez ensemble des documents différents à lire comme des livres de fiction et de non fiction, des journaux, des bandes dessinées, des cartes des joueurs de baseball, des blagues ou même les paroles de chansons. Demandez à votre enfant pourquoi un auteur a écrit une histoire ou si tous les personnages de l’histoire sont représentés équitablement. Ces questions le feront réfléchir de façon plus approfondie à ses lectures et à les comparer à son propre vécu.</p> <h2>Comment soutenir votre enfant pendant qu’il acquiert des aptitudes à la lecture et à l’écriture</h2> <ul> <li>Félicitez votre enfant de ses succès.</li> <li>N’insistez pas sur les erreurs.</li> <li>Encouragez le à demander de l’aide à un enseignant.</li> <li>Aidez-le à faire le suivi de ses progrès.</li> </ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/reading_writing_milestones.jpgLe 27 janvier, journée de l'alphabétisation familiale Renseignez-vous sur les âges auxquels les enfants apprennent normalement les diverses étapes de la lecture.

 

 

Anomalie congénitale de la mainAnomalie congénitale de la mainCongenital hand anomaly (hand difference)AFrenchPlasticsChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Lower arm;Hand;Wrist;FingersSkeletal systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2014-06-20T04:00:00ZJocelyne Copeland, BHScOT Reg (ON);Howard Clarke, MD, PhD, FRCS(C), FACS, FAAP9.0000000000000057.00000000000001492.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez comment aider votre enfant à fonctionner de façon autonome avec une anomalie congénitale de la main.</p><h2>Qu’entend-on par anomalie congénitale de la main?</h2><p>Une anomalie congénitale de la main est une malformation de la main ou du bras présente à la naissance. Ces anomalies se forment précocement chez les bébés durant la grossesse. Voici des exemples courants de ce type d’anomalie : </p><ul><li>plus ou moins de cinq doigts,</li><li>fusion des os des doigts qui ne se plient pas ou ne se déplient pas,</li><li>doigts joints les uns aux autres,</li><li>os de la main ou du bras trop courts ou manquants.</li></ul><p>Les anomalies congénitales de la main sont parfois diagnostiquées durant les échographies réalisées durant la grossesse. Toutefois, les parents ne s’y attendent généralement pas. </p><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/i690lLdBI-M" frameborder="0"></iframe> <br></div> <br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les enfants qui présentent une anomalie congénitale de la main peuvent généralement faire tout ce qu’ils souhaitent. Encouragez votre enfant à prendre part à des activités variées.</li> <li>Seule une simple modification d’un instrument de musique ou d’articles d’un équipement de sports peut suffire afin de permettre à votre enfant de profiter d’une activité donnée.</li> <li>La chirurgie peut parfois permettre d’améliorer le fonctionnement ou l’esthétique de la main de votre enfant. Dans de nombreux cas, toutefois, aucun traitement n’est nécessaire.</li> <li>L’avis d’un ergothérapeute et d’un chirurgien plasticien peut vous aider à choisir le traitement approprié.</li> <li>Votre enfant aura nettement plus tendance à être positif face à son anomalie si vous l’êtes également.</li> </ul><h2>La cause des anomalies congénitales de la main est inconnue</h2> <p>En règle générale, on ne peut pas déterminer la cause médicale des anomalies congénitales de la main, et on ne sait pas exactement pourquoi elles se produisent. Ces anomalies sont parfois liées directement à un syndrome donné ou sont de famille. Il arrive également qu’elles surviennent tout à fait par hasard, sans explication.</p> <p>Les anomalies congénitales de la main sont rares. Elles ne sont pas causées par quoi que ce soit que la mère aurait fait ou aurait omis de faire pendant la grossesse. Les parents d’un enfant qui en est atteint n’engendrent généralement pas d’autres enfants présentant la même malformation.</p><h2>Les traitements possibles des anomalies congénitales de la main</h2> <p>Les enfants ayant ce genre d’anomalie fonctionnent parfaitement bien, souvent sans intervention. Certains d’entre eux pourraient mieux se débrouiller grâce à une chirurgie correctrice ou à une thérapie ou simplement à l’aide de mesures d’adaptation dans leur milieu.</p> <p>Si votre enfant fait tout ce qu’il souhaite et réussit à suivre ses amis, aucun traitement n’est nécessaire. Les besoins de votre enfant seront réévalués à mesure qu’il grandit et acquiert de nouveaux intérêts.</p> <p>L’objectif primordial de tout traitement est d’aider les enfants à faire preuve de la plus ​grande autonomie possible. Si votre enfant a du mal à faire ce qu’il désire en raison d’une anomalie congénitale de la main, des possibilités de traitement lui conviendraient peut-être. Consultez votre médecin au sujet des difficultés qu’éprouve votre enfant.</p> <h3>Le traitement n’est pas toujours essentiel</h3> <p>Si votre enfant se tire bien d’affaire et qu’il est heureux, un traitement n’est pas nécessairement indiqué. Même si la façon de faire de votre enfant diffère de la vôtre, cela ne veut pas dire qu’elle est inappropriée et devrait être modifiée.</p> <p>Il est important de se rappeler que toutes les options de traitement ne sont pas réalisables, voire même recommandées pour chaque enfant. De plus, des enfants ayant fait l’objet d’un diagnostic identique n’auront pas forcément besoin du même traitement. Lorsqu’on envisage un traitement, tous les aspects de la vie d’un enfant sont pris en compte afin de déterminer de quelle manière procéder. Ce sont souvent les enfants mêmes qui choisissent le type d’intervention. Conjointement avec un chirurgien plasticien, un ergothérapeute réalisera une évaluation fonctionnelle de la main de votre enfant afin de vous permettre de déterminer ce qui lui serait le plus utile. En invitant votre enfant à des jeux, l’ergothérapeute observera sa capacité de saisir des objets et l’adresse générale avec laquelle il utilise ses mains. Selon l’anatomie de la main atteinte, l’équipe de traitement de votre enfant peut vous proposer des solutions chirurgicales ou thérapeutiques.</p> <h3>L’ergothérapie</h3> <p>Un ergothérapeute peut enseigner à votre enfant d'autres façons de faire les choses, ce qui l’aidera à être aussi autonome qu’il le peut. Votre enfant pourrait avoir besoin d’un programme d’étirements ou d’attelles pour améliorer le mouvement des articulations ou pourrait profiter d’un équipement ou d’activités adaptés. L’ergothérapeute examinera la façon dont votre enfant réussit à faire ce qui lui est essentiel et l’aidera à apprendre comment faire tout ce qu’il veut.</p> <h3>​Les prothèses (membres artificiels)</h3> <p>Selon l’état de santé de votre enfant et son intérêt pour les sports ou les instruments de musique, il pourrait tirer profit d’une prothèse (membre artificiel) faite sur mesure qui lui facilitera la pratique d’une activité particulière. Si c’est le cas, on vous orientera vers un centre spécialisé dans la fabrication de prothèses.</p> <p>Bon nombre d’adultes ayant perdu un membre par suite d’une blessure ou d’une maladie ont besoin d’une prothèse (membre artificiel) ou souhaitent l’obtenir, mais la situation est tout autre chez les enfants dont un membre est manquant à la naissance. En effet, les enfants s’adaptent bien à leur corps tel qu’il est. Pour eux, une prothèse est souvent encombrante et gênante et ne leur procure aucune information ni interaction sensorielle. C’est donc dire qu’une prothèse n’améliore habituellement pas leurs activités.</p> <h3>​La chirurgie</h3> <p>Vous et votre équipe de traitement ne devriez envisager une chirurgie que si elle procure à votre enfant :</p> <ul> <li>une amélioration fonctionnelle de la main,</li> <li>une amélioration esthétique de la main sans en diminuer le fonctionnement.</li> </ul> <p>Le traitement chirurgical est possible dès l’âge de 6 à 12 mois. Cependant, il est parfois préférable de remettre cette possibilité à plus tard afin d’observer la dextérité manuelle de l’enfant. Dans certains cas également, il est bon d’attendre que l’enfant soit assez âgé pour participer au processus décisionnel.</p> <p>Le simple fait qu’une chirurgie soit possible ne signifie pas nécessairement qu’elle s’impose. Demandez-vous si elle permettra à votre enfant de participer à davantage d’activités. De plus, si elle ne vise qu’à rehausser l’esthétique de la main, il est alors crucial de s’assurer que son fonctionnement ne sera pas compromis.</p> <p>L’avis d’un ergothérapeute et d’un chirurgien plasticien chevronnés peut vous aider à répondre à ces questions. Vous n’avez pas à prendre une décision immédiate.</p><h2>Préparez votre enfant à composer avec les moqueries</h2><p>Les enfants sont le point de mire de moqueries pour toute une panoplie de motifs et doivent avoir les moyens de composer avec ces situations variées. Vous avez normalement intérêt à être ouvert et honnête avec votre enfant quant à sa différence et à ne pas tenter de la cacher ​aux autres. Assurez-vous que votre enfant est prêt à entendre les questions qu’on lui posera et à savoir comment y répondre. La plupart des petits sont simplement curieux et se demandent ce qui s’est passé. Dites à votre enfant qu’une bonne façon de leur répondre est de dire qu’il est « né comme ça ». Les petits souhaitent aussi être rassurés et savoir que l’anomalie ne fait pas mal et n’empêche pas l’enfant touché de faire ce qu’il veut. Il suffit souvent alors d’expliquer pourquoi sa main a cette apparence. Une fois que les autres enfants constateront que votre petit peut véritablement faire tout ce qu’il désire, ils cesseront de l’interroger.</p><p>Les petites brutes sont présentes partout, et elles trouveront toujours un sujet de raillerie ou d’intimidation. Une malformation de la main peut être une cible facile. En général, il vaut mieux préparer votre enfant à composer avec les moqueries. Vous ne pouvez le protéger de ces malices, mais vous pouvez lui donner des stratégies pour les gérer. De nombreuses ressources vous sont offertes à ce sujet, y compris les suivantes :</p><ul><li> <a href="http://www.prevnet.ca/" target="_blank">PREVNet</a></li><li> <a href="https://bullying.org/" target="_blank">Bullying.org</a></li><li> <a href="http://canadiansafeschools.com/" target="_blank">The Canadian Safe School Network</a></li></ul><p>Pour plus de renseignements, consultez la <a href="http://www.prevnet.ca/resources/websites" target="_blank">PREVNet page de ressources</a> (en anglais seulement).</p><h2>Préparez votre enfant à l’entrée à l’école</h2><p>Les enfants qui ont une anomalie à la main fréquentent des classes et des écoles régulières et n’ont pas habituellement besoin d’une intervention particulière. Votre enfant sera sans doute capable d’écrire et d’utiliser un clavier. Selon la forme de son anomalie, il pourrait taper ou tenir son crayon différemment des autres élèves. Cela ne lui nuira aucunement tant qu’il suivra le rythme d’apprentissage de la classe. Si votre enfant a besoin d’une aide spéciale, discutez-en avec son enseignant ainsi qu’avec votre thérapeute, si vous en consultez un.</p><h3>​Renseignements au sujet des anomalies congénitales de la main à l’intention des enseignants​</h3><p>Voici des renseignements que vous jugerez sans doute utiles en tant qu’enseignant d’un enfant atteint d’une anomalie congénitale de la main.</p><p>La plupart des enfants présentant ce type de malformation trouvent leur propre façon de faire les choses et s’adaptent parfaitement bien au milieu scolaire. Certains d’entre eux préféreront, dès le début de l’année scolaire, expliquer à la classe avec votre aide pourquoi leur main est différente. Examinez la question avec l’enfant et sa famille. Assurez-vous de bien planifier l’explication pour que l’enfant se sente confiant et à l’aise.</p><p>Tant que l’enfant apprend et travaille au même rythme que les autres élèves, ne tentez pas de changer sa façon de tenir son crayon ni la main dominante avec laquelle il écrit. S’il ne peut pas suivre le rythme de la classe, des modifications au programme ou des adaptations au matériel (équipement de sport, instruments de musique et outils utilisés pour écrire) s’imposeront peut-être. Un ergothérapeute pourra vous aider à déterminer et à réaliser les adaptations nécessaires.</p><h3>Défense des droits de votre enfant</h3><p>Comme l’anomalie congénitale de la main n’est pas douloureuse, votre enfant pourra faire à peu près tout ce qu’il souhaite à condition que vous défendiez ses intérêts. Assurez-vous que les enseignants et les entraîneurs sportifs sachent que la façon de faire de votre enfant peut être différente et qu’il pourrait donc avoir besoin de mesures d’adaptation. Il ne fait aucun doute que votre enfant pourra tirer profit de nombreuses activités.</p> <h2>Acceptez votre enfant</h2><p>Comme les bébés ne sont pas conscients d’être différents, une anomalie congénitale de la main ne peut entraîner chez eux aucune souffrance ni sentiment de perte. En revanche, en constatant cette malformation, vous risquez, en tant que parent, d’être en état de choc ou de ressentir de la colère ou de la culpabilité. Cependant, il est important que vous reconnaissiez que vous n’êtes aucunement fautif et que vous n’auriez rien pu faire pour changer la situation.</p><p>Face à sa main, la réaction positive de votre enfant reposera largement sur la vôtre. De nombreux enfants évoluent avec d’importantes anomalies à la main sans être émotivement perturbés, tandis que ​d’autres ont du mal à l’accepter, surtout à l’adolescence. Si vous ou votre enfant assumez difficilement son anomalie, vous pourriez envisager de vous joindre à des réseaux de soutien ou de consulter un travailleur social.</p><h2>Obtenez du soutien pour vous et votre enfant</h2><p>Un ergothérapeute peut effectuer une évaluation fonctionnelle de la main de votre enfant afin de déterminer si une intervention thérapeutique lui serait utile. Demandez à votre médecin de famille de vous orienter vers un ergothérapeute.</p><p>Si vous avez du mal à accepter la malformation de votre enfant ou à déterminer si une chirurgie serait bénéfique, vous pourriez consulter un travailleur social.</p><p>Vous trouverez sur le Web un certain nombre de réseaux de soutien, dont le <a href="http://www.waramps.ca/champ.html" target="_blank"> Programme pour enfants amputés​ </a>(LES VAINQUEURS). <br></p><h2>À SickKids :</h2> <p>Votre médecin de famille peut acheminer votre enfant vers la clinique de chirurgie plastique ou aux Services de réadaptation. Veuillez communiquer avec la clinique de chirurgie plastique pour obtenir de l’information sur les services et les activités de soutien.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/congenital_hand_anomaly.jpg
Anaphylaxie : Comment reconnaître une réaction allergique grave et y réagirAnaphylaxie : Comment reconnaître une réaction allergique grave et y réagirAnaphylaxis: How to recognize and respond to a severe allergic reactionAFrenchAllergyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversAbdominal pain;Cough;Diarrhea;Nausea;Vomiting;Rash2014-12-18T05:00:00ZVy​ Kim, MD, FRCPC;Anna Kasprzak, RN9.0000000000000056.0000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez à prévenir et à reconnaître l’anaphylaxie et à réagir lorsqu’un enfant a une réaction.</p><h2>Qu’est-ce que l’anaphylaxie?</h2><p>L’anaphylaxie est une <a href="/Article?contentid=804&language=French">réaction allergique grave </a>à certaines substances nommées allergènes. Lorsqu’un allergène pénètre dans le corps d’un enfant souffrant d’une allergie, le système immunitaire de l’enfant le traite comme un envahisseur et réagit de façon excessive. Cette réaction se produit de quelques minutes à une heure après que l’enfant a été exposé à un allergène et elle peut mettre la vie en danger.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>L’anaphylaxie est une réaction grave à un allergène tel que certains aliments ou médicaments de même que la morsure ou la piqûre d’insectes.</li><li>Les symptômes fréquents de l’anaphylaxie comprennent des difficultés respiratoires, des étourdissements, de l’urticaire, l’enflure des yeux et un pouls rapide. Si elle n’est pas traitée, elle peut mettre la vie en danger.</li><li>Si une personne est atteinte d’anaphylaxie, appelez le 911 ou amenez-la immédiatement au service des urgences le plus proche.</li><li>S’il s’agit du premier épisode d’anaphylaxie de votre enfant, consultez un allergologue pour un diagnostic complet. Il pourrait prescrire à votre enfant un injecteur d’épinéphrine qu’il devra conserver sur lui en tout temps.</li></ul><h2>Symptômes de l’anaphylaxie</h2> <p>Les symptômes de l’anaphylaxie peuvent comprendre :</p><ul><li>des douleurs abdominales (au ventre), des nausées, des <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a> ou des <a href="/Article?contentid=7&language=French">diarrhée</a>s soudaines;</li><li>des difficultés respiratoires, une constriction de la gorge (serrements) ou des difficultés à avaler;</li><li>de la toux;</li><li>des <a href="/Article?contentid=779&language=French">évanouissements</a>, des vertiges ou des étourdissements;</li><li>de l’<a href="/Article?contentid=789&language=French">urticaire</a>, des démangeaisons, des rougeurs à la peau;</li><li>des yeux, des lèvres ou un visage enflés;</li><li>un pouls rapide ou irrégulier;</li><li>des troubles d’élocution.</li></ul><h2>Causes fréquentes de l’anaphylaxie</h2><p>Les allergènes fréquents comprennent des médicaments, comme la pénicilline, des aliments, comme les <a href="/Article?contentid=809&language=French">arachides</a>, et des morsures ou des <a href="/Article?contentid=800&language=French">piqûres d’insectes</a>, comme les piqûres d’abeilles.</p><p>Un allergène peut pénétrer dans le corps de différentes façons.</p><ul><li>Un enfant peut inhaler (respirer) ou ingérer un allergène. Discutez avec l’allergologue de votre enfant des allergènes qui peuvent poser problème s’il les inhale, car ce ne sont pas tous ces allergènes qui engendreront une réaction.</li><li>Un enfant pourrait recevoir une injection qui contient un allergène.</li></ul><p>Lorsque le corps est exposé à un allergène, il libère des substances chimiques appelées histamines. Celles-ci, ainsi que d’autres substances libérées par le corps, causent les symptômes les plus fréquents de l’anaphylaxie.</p><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire en cas d’anaphylaxie</h2><p>Il est très important que votre enfant consulte un médecin immédiatement, même si les symptômes ne se sont pas manifestés ou s’ils sont survenus et sont disparus par la suite. Ils peuvent disparaître et se manifester à nouveau quelques heures plus tard.</p><p>Le médecin pourrait donner une injection d’<a href="/Article?contentid=130&language=French">épinéphrine</a>, de stéroïdes ou d’un autre médicament à votre enfant. Votre enfant pourrait aussi recevoir des antihistaminiques afin de réduire les symptômes cutanés de sa réaction allergique.</p><p>Si vous amenez votre enfant au service des urgences, un tube pourrait être inséré par son nez ou sa bouche jusque dans ses voies respiratoires afin de l’aider à respirer. Un enfant atteint d’anaphylaxie devrait demeurer à l’hôpital en observation après sa première réaction allergique.</p><h2>Ce que vous pouvez faire pour votre enfant au cours d’une anaphylaxie</h2><p>L’anaphylaxie est une urgence médicale. Si votre enfant fait une anaphylaxie, consultez un médecin immédiatement.</p><ul><li>Appelez le 911 ou amenez votre enfant au service des urgences le plus proche.</li><li>Si votre enfant a un médicament d’urgence contre les allergies, comme l’épinéphrine (EpiPen ou Allerject), injectez-le immédiatement.</li><li>Calmez et rassurez votre enfant.</li><li>Surveillez les voies respiratoires et la respiration de votre enfant. Une voix enrouée ou chuchotée et un bruit de respiration aigu sont des signes que la gorge de votre enfant est enflée.</li><li>N’administrez aucun médicament par la bouche si votre enfant a des troubles respiratoires.</li></ul><h2>Comment prévenir le choc chez votre enfant atteint d’anaphylaxie</h2><ul><li>Calmez et rassurez votre enfant.</li><li>Couchez votre enfant à plat sur le plancher ou le sol. Ne placez pas d’oreiller sous sa tête, car cela rend la respiration plus difficile.</li><li>Utilisez un coussin ou un autre support afin de garder les pieds de votre enfant surélevés par rapport au niveau de son cœur.</li><li>Couvrez votre enfant d’une couverture afin de le garder au chaud.</li></ul><p>Vous pourriez devoir administrer les manœuvres de réanimation cardiorespiratoire afin de soutenir ou de rétablir la circulation sanguine. Des instructions différentes existent pour les manœuvres de <a href="/Article?contentid=1044&language=French">réanimation cardiorespiratoire chez le bébé</a> et de <a href="/Article?contentid=1041&language=French">réanimation cardiorespiratoire chez l’enfant</a>.</p><h2>Comment prévenir la répétition d’épisodes d’anaphylaxie</h2><p>Éviter les allergènes connus est la meilleure façon de prévenir l’anaphylaxie chez votre enfant. Plusieurs personnes ne sont pas conscientes d’avoir une allergie jusqu’à ce qu’elles soient exposées à un allergène qui déclenche une réaction anaphylactique.</p><p>À la suite de son premier épisode d’anaphylaxie, votre enfant devrait consulter un allergologue. Il s’agit d’un médecin qui se spécialise dans le diagnostic et le traitement des allergies.</p><p>Le médecin diagnostiquera l’allergène responsable de l’anaphylaxie de votre enfant et pourra aussi lui prescrire un injecteur automatique d’épinéphrine comme Epipen ou Allerject. Votre enfant devrait avoir en tout temps cet injecteur sur lui en cas d’urgence. Idéalement, il devrait avoir un injecteur sur lui et un second devrait être facilement accessible tout près.</p><p>Votre enfant devrait porter un bracelet <a href="https://www.medicalert.ca/?lang=fr">MedicAlert</a> ou tout autre bracelet similaire qui informe les autres de ses allergies afin qu’il puisse être secouru immédiatement au besoin.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/anaphylaxis.jpgAnaphylaxie
FolateFolateFolateFFrenchNutritionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NADigestive systemHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+) Educators Hospital healthcare providers Community healthcare providers Remote populations First nationsNA2013-09-27T04:00:00ZTheresa Couto, RD;Elly Berger, BA, MD, FRCPC, FAAP, MHPE;Francy Pillo-Blocka RD, FDC000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez le rôle du folate dans le corps.</p><p>Le folate est un autre nom de la vitamine B9. Il aide à conserver le cœur et les vaisseaux sanguins en bonne santé et réduit les risques d’anomalies congénitales comme le spina-bifida.<br></p> <figure class="asset-c-100"> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/INM_NRC_track1-8-4_illustration_food_folate_FR.jpg" alt="Des produits céréaliers et des légumes et fruits contenant le folate" /> </figure><h2>À retenir</h2> <ul><li>Le folate, aussi connu comme acide folique, se retrouve principalement dans les produits céréaliers, les légumes verts et feuillus, les pois et le jus d’orange.</li> <li>Les femmes en âge de procréer doivent prendre un supplément de 400 µg d’acide folique chaque jour en plus du folate qu’elles trouvent en pratiquant une saine alimentation.</li> <li>Les femmes enceintes doivent prendre une multivitamine contenant de 400 à 1 000 µg d’acide folique.</li></ul><h2>Suppléments</h2><ul><li>Les femmes en âge de procréer doivent prendre quotidiennement un supplément de 400 µg (0,4 mg) d’acide folique pour compléter leur apport quotidien provenant de leur alimentation.</li><li>Les femmes enceintes devraient prendre tous les jours une multivitamine renfermant entre 400 et 1 000 µg d’acide folique et de fer.</li><li>Consultez votre médecin pour connaître l’apport quotidien d’acide folique dont vous avez besoin pendant votre grossesse si :</li><ul><li>vous avez des antécédents familiaux d’anomalies de la moelle épinière par défaut de soudure (par exemple, spina bifida ou anencéphalie) ou que vous avez donné naissance dans le passé à un bébé qui en était atteint,</li><li>vous prenez certains médicaments, dont des anticonvulsifs.</li></ul></ul><p> <a href="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/INM_NRC_track1-8-1_micronutrients_pdf_fr.pdf" target="_blank">Version imprimable</a><br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/INM_NRC_track1-8-4_illustration_food_folate_FR.jpg
Prise de la températurePrise de la températureTemperature takingPFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)Feverhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_oral_EN.jpg2016-04-27T04:00:00ZElana Hochstadter, MD;Tania Principi, MD, FRCPC, MSc​7.0000000000000067.00000000000001422.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p> Découvrez comment bien prendre la température de votre enfant quand il a de la fièvre.</p><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/aEy9ZIzoHOc?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> </div><p>​​Les enfants sont souvent chauds au toucher lorsqu’ils ont de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, mais il n’est pas suffisant de simplement mettre la main sur le front de votre enfant pour savoir s’il est fiévreux. Pour le confirmer, utilisez un thermomètre afin de mesurer sa température corporelle.</p><p> <strong>Une température corporelle de 38°C (100,4°F) ou plus indique de la fièvre.</strong></p><h2>Conversion des degrés Fahrenheit (°F) en degrés Celsius (°C)</h2> <p>Les températures sont mesurées en degrés Celsius (°C) ou en degrés Fahrenheit (°F). Le tableau ci-dessous présente les équivalences de températures en degrés Celsius et Fahrenheit.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>°C</th><th>°F</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>37°C</td> <td>98,6°F</td> </tr> <tr> <td>37,2°C </td> <td>99°F</td> </tr> <tr> <td>37,5°C </td> <td>99,5°F</td> </tr> <tr> <td>37,8°C </td> <td>100°F</td> </tr> <tr> <td>38°C </td> <td>100,4°F</td> </tr> <tr> <td>38,3°C </td> <td>101°F</td> </tr> <tr> <td>38,9°C </td> <td>102°F</td> </tr> <tr> <td>39,5°C </td> <td>103°F</td> </tr> <tr> <td>40°C </td> <td>104°F</td> </tr> <tr> <td>40,6°C </td> <td>105°F</td> </tr> <tr> <td>41,1°C </td> <td>106°F</td> </tr> <tr> <td>41,7°C </td> <td>107°F</td> </tr> </tbody> </table><h2>À retenir</h2> <ul><li>Utilisez un thermomètre pour déterminer si votre enfant a de la fièvre.</li> <li>La meilleure façon de prendre la température des enfants varie selon leur âge.</li> <li>Lavez toujours les thermomètres avant et après leur utilisation.</li> <li>Consultez votre médecin immédiatement si votre enfant a une fièvre qui persiste pendant plus de trois jours ou si votre nourrisson a de la fièvre et qu’il a moins de 3 mois.</li></ul><h2>Quand consulter un médecin</h2> <h3>Consultez le médecin de votre enfant ou rendez-vous immédiatement au service d’urgence le plus près si votre enfant a de la fièvre et que :</h3> <ul><li>votre enfant a moins de 3 mois;</li> <li>vous revenez d’un voyage récent à l’étranger;</li> <li>votre enfant développe un érythème qui ressemble à des petits points violets qui ne disparaissent pas lorsque vous appuyez dessus avec vos doigts (blanchissement);</li> <li>votre enfant n’est pas capable de garder les liquides, a cessé d’uriner et semble déshydraté;</li> <li>la peau de votre enfant semble très pâle ou grise, ou est froide ou tachetée;</li> <li>votre enfant souffre constamment;</li> <li>votre enfant est léthargique (très faible) ou vous avez du mal à le réveiller;</li> <li>le cou de votre enfant est raide;</li> <li>votre enfant fait une crise associée à de la fièvre pour la première fois ou une crise prolongée associée à de la fièvre;</li> <li>votre enfant a l’air très malade ou agit comme s’il l’était;</li> <li>votre enfant semble confus ou délirant;</li> <li>votre enfant n’utilise pas un de ses bras ou une de ses jambes de façon normale, ou refuse de se tenir debout;</li> <li>votre enfant a de la difficulté à respirer;</li> <li>votre enfant pleure constamment et ne peut être consolé.</li></ul> <h3>Consultez un médecin dans les 24 heures si votre enfant a de la fièvre et que :</h3> <ul><li>votre enfant est âgé de 3 à 6 mois;</li> <li>votre enfant a mal à un endroit précis, aux oreilles ou à la gorge, par exemple, ce qui peut nécessiter un examen;</li> <li>votre enfant a de la fièvre depuis plus de trois jours;</li> <li>la fièvre a disparu depuis plus de 24 heures puis est revenue;</li> <li>votre enfant a une infection bactérienne qui est traitée avec un antibiotique, mais la fièvre ne disparaît pas même après lui en avoir donné pendant deux ou trois jours;</li> <li>votre enfant pleure lorsqu’il va aux toilettes;</li> <li>vous avez d’autres préoccupations ou d’autres questions.</li></ul> <p>En cas de doute, appelez Télésanté Ontario au 1-866-797-0000 (sans frais) si vous habitez en Ontario.</p><h2>Utilisez un thermomètre pour mesurer la température</h2> <p>Le moyen le plus simple de mesurer la température de votre enfant est d’utiliser un thermomètre numérique. Vous pouvez vous en procurer un dans la plupart des pharmacies.</p> <p>Vous pouvez aussi utiliser un thermomètre en verre. N’utilisez jamais un thermomètre en verre contenant du mercure parce qu’il s’agit d’une substance toxique. Si vous n’avez accès qu’à un thermomètre en verre, utilisez-le avec grande précaution. N’utilisez en aucun cas un thermomètre fissuré ou endomma​gé. Même un thermomètre en verre en bon état peut présenter un risque pour votre enfant. Si vous pensez que votre enfant peut mordre le thermomètre, ne l’utilisez pas pour prendre sa température par la bouche.</p> <h3>Quatre façons de prendre la température d’un enfant :</h3> <ul><li>par la bouche,</li> <li>par l’anus (ou le rectum),</li> <li>sous l’aisselle,</li> <li>par l’oreille.</li></ul> <p>N’insérez pas un thermomètre rectal dans la bouche, ni un thermomètre buccal dans l’anus. Lavez toujours le thermomètre avec du savon et de l’eau tiède avant et après son utilisation.</p> <h3>La meilleure façon de prendre la température d’un enfant varie selon son âge</h3> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th rowspan="2" colspan="1">Âge ​</th><th rowspan="1" colspan="2"> ​Comment prendre la température</th></tr> <tr><th><em>Méthode la plus précise​</em></th><th><em>Autre méthode</em></th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>De la naissance à l’âge de 3 ans</td> <td>Température rectale (par l’anus)</td> <td> ​Température axillaire (sous l’aisselle)</td> </tr> <tr> <td>Enfants âgés de plus de 3 ans​</td> <td> ​Température buccale (par la bouche)</td> <td>Par l’oreille ou sous l’aisselle</td> </tr> </tbody> </table><h2>Prise de la température par la bouche (méthode buccale)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température buccale <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_oral_FR.jpg" alt="Enfant couchée sous une couverture avec un thermomètre dans la bouche" /> </span></figure> <p>Pour que la température soit prise par la bouche, il faut que les enfants soient suffisamment âgés pour tenir le thermomètre sous la langue et ne pas le mordre. La méthode buccale donne la mesure la plus exacte de la température d’un enfant plus âgé. Assurez-vous que votre enfant n’a pas bu de boissons froides ou chaudes dans les 30 minutes précédant la prise de sa température.</p><ul><li>Pour obtenir une mesure exacte, placez délicatement le bout du thermomètre sous la langue de votre enfant.</li><li>Demandez-lui de le garder en place en fermant bien les lèvres sur le thermomètre. Assurez-vous qu’il ne le mord pas. S’il ne peut pas respirer par le nez, employez une autre méthode pour mesurer sa température.</li><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, laissez-y jusqu’à ce que vous entendiez le signal sonore.</li><li>Faites une lecture attentive du thermomètre.</li><li>Désactivez le thermomètre et lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude) et désinfectez-le avec de l’alcool, puis séchez-le bien.</li></ul><h2>Prise de la température par l’anus (méthode rectale)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température rectale <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_rectal_FR.jpg" alt="Bébé étendu sur son ventre sur les genoux d’une personne insérant un thermomètre dans le rectum du bébé" /> </span></figure> <p>Chez les bébés et les tout-petits, la méthode rectale est la plus efficace. Il se peut que les enfants plus âgés s’agitent si vous tentez de leur insérer un objet dans le derrière.</p><ul><li>Avant de prendre la température de votre enfant, assurez-vous qu’il est détendu. Installez-le confortablement <a href="/Article?contentid=296&language=French">sur le ventre​</a> s’il a le contrôle de sa tête et qu’il est habitué à être dans cette position. Installez-le sur le dos s’il ne peut pas en toute sécurité se coucher sur le ventre.</li><li>Avant d’insérer le thermomètre, assurez-vous qu’il est propre. Enrobez le bout avec de la gelée de pétrole (Vaseline) pour en faciliter l’insertion.</li><li>Insérez doucement le thermomètre dans l’anus sur une profondeur d’environ 2 cm (1 pouce). Si vous ressentez une résistance, retirez-le légèrement. N’essayez jamais de forcer l’entrée d’un thermomètre, car vous pourriez abîmer la paroi interne des intestins.</li><li>Tenez votre enfant immobile pendant que le thermomètre est dans l’anus.</li><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, retirez-le quand vous entendez le signal sonore (habituellement un bip ou une suite de bips).</li><li>Faites la lecture du thermomètre.</li><li>Désactivez le thermomètre, lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude), puis séchez-le bien.</li></ul><h2>Prise de la température sous l’aisselle (méthode axillaire)</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température axillaire (sous l’aisselle) <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_armpit_FR.jpg" alt="Un bébé allongé sur son dos avec un thermomètre sous l’aisselle" /> </span></figure> <p>Même si la température prise sous l’aisselle est moins précise que celle prise par l’anus ou par la bouche, il est plus facile d’employer cette méthode chez certains bébés ou certains enfants. Pour prendre la température sous l’aisselle, assurez-vous que votre enfant tient le bras le long du corps sans le bouger pendant environ deux minutes.</p><ul><li>Si vous utilisez un thermomètre numérique, activez-le.</li><li>Assurez-vous que l’aisselle est bien sèche et placez-y le thermomètre. Le bout argent doit toucher la peau.</li><li>Tenez la partie supérieure du thermomètre avec une main, et le bras de votre enfant avec l’autre.</li><li>Si vous employez un thermomètre numérique, retirez-le de l’aisselle quand vous entendez le signal sonore (un bip ou une suite de bips).</li><li>Désactivez le thermomètre. Lavez le bout avec du savon et de l’eau tiède (n’utilisez pas de l’eau chaude), puis séchez-le bien.</li> ​​​​​​​​​​​​​​​​​</ul><h2>Prise de la température par l’oreille (méthode tympanique) </h2> <figure> <span class="asset-image-title">Prise de la température auriculaire (dans l’oreille) </span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_temperature_ear_FR.jpg" alt="Enfant regardant droit devant lui lorsque quelqu’un tire le haut de son oreille et tient un thermomètre là-dedans" /></figure> <p>Il est moins efficace de prendre la température par l’oreille que par la bouche ou par l’anus. Les thermomètres tympaniques ne sont pas recommandés pour les bébés de moins de deux ans. Il se peut que leur canal auditif soit trop étroit pour une lecture de la température. Avant son utilisation, lavez toujours le bout du thermomètre et suivez bien les directives du fabricant.</p><ul><li>Tirez délicatement l’oreille vers le haut et vers l’arrière. Cela aidera à maintenir le canal plus droit pour que le thermomètre puisse pénétrer jusqu’au tympan. </li><li>Insérez doucement le thermomètre dans le canal auditif jusqu’à ce que ce dernier soit bien bouché.</li><li>Appuyez sur le bouton du thermomètre et tenez-le enfoncé pendant une seconde. </li></ul><p>Retirez le thermomètre de l’oreille et lisez la température affichée. </p><h2>Méthodes de prise de température à éviter</h2> <p>​Les thermomètres électroniques à affichage numérique du type sucette et les bandelettes thermosensibles (appliquées sur le front) ne sont pas fiables et ils donnent des mesures inexactes. Ne les utilisez pas pour prendre la température de votre enfant.</p> <p>En touchant son front ou son cou, vous pouvez soupçonner que votre enfant est fiévreux, mais il ne s’agit pas d’un moyen fiable de déterminer s’il a de la fièvre. Pour confirmer, faites une mesure réelle à l’aide des méthodes présentées ci-dessus.</p><h2>References:</h2><p>Richardson M, Purssell E. (2015). Who's afraid of fever? <em>Arch Dis Child</em>. 100(9):818-20. doi:10.1136/archdischild-2015-309491. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="http://adc.bmj.com/content/early/2015/05/14/archdischild-2014-307483.full.pdf+html">http://adc.bmj.com/content/early/2015/05/14/archdischild-2014-307483.full.pdf+html</a></p><p>Sullivan JE, Farrar HC. (2011). Fever and antipyretic use in children. <em>Pediatrics</em>.127(3):580-7. doi:10.1542/peds.2010-3852. Retrieved February 10th, 2016 <a href="http://pediatrics.aappublications.org/content/127/3/580.full-text.pdf">http://pediatrics.aappublications.org/content/127/3/580.full-text.pdf</a> </p><p>Mistry N, Hudak A. (2014). Combined and alternating acetaminophen and ibuprofen therapy for febrile children. <em>Paediatrics & child health</em>. 19(10):531-2. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4276386/pdf/pch-19-531.pdf">http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4276386/pdf/pch-19-531.pdf</a> and Corrigendum. (2015). <em>Paediatrics & Child Health</em>, 20(8), 466–467. Retrieved on February 10th, 2016 <a href="http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4699537/">http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4699537/</a> </p>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.