AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Diarrhée due au traitement antibiotiqueDiarrhée due au traitement antibiotiqueAntibiotic-associated diarrheaDFrenchGastrointestinalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Stomach;Small Intestine;Large Intestine/Colon;RectumStomach;Small intestine;Large intestine;Rectum;AnusConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2015-01-14T05:00:00Z9.0000000000000050.0000000000000562.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>De nombreux antibiotiques causent la diarrhée. Apprenez-en davantage sur la diarrhée consécutive à un traitement antibiotique ainsi que sur les causes et les options de traitement. </p><h2>Qu’est-ce que la diarrhée due à un traitement antibiotique?</h2> <p>Environ 1 enfant sur 5 qui prend des antibiotiques souffre de diarrhée, et ce, quelque soit le type d'antibiotique. La diarrhée consécutive à un traitement antibiotique est moins courante chez les enfants de 2 ans et plus.</p> <p>Chez la plupart des enfants, cette diarrhée est bénigne. En général, elle ne nuit pas à la santé à moins que votre enfant ne soit déshydraté. Assurez-vous que votre enfant boit suffisamment de liquides. Les signes de <a href="/Article?contentid=776&language=French">déshydratation</a> comprennent une réduction de l'urine, l'irritabilité, la fatigue et la sécheresse buccale. Un enfant heureux et enjoué est un signe de bonne hydratation.</p> <p>Demandez des soins médicaux pour votre enfant s'il perd une grande quantité de liquide dans ses selles ou s'il affiche des signes de déshydratation.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>La diarrhée est courante chez les enfants qui prennent des antibiotiques. Dans la plupart des cas, elle est bénigne. </li> <li>Les enfants qui souffrent d’une légère diarrhée devrait finir leur traitement antibiotique tel que prescrit. </li> <li>Assurez-vous que votre enfant boit suffisamment de liquide afin de demeurer hydraté.</li></ul><h2>Signes et symptômes associés à la diarrhée consécutive à un traitement antibiotique </h2> <p>Les selles d’un enfant qui souffre de diarrhée due à un traitement antibiotique seront molles ou aqueuses tant qu'il prend des antibiotiques. La diarrhée dure habituellement 1 à 7 jours.</p> <p>Habituellement, la diarrhée commence entre le 2e et 8e jour après le début des antibiotiques, mais peut également débuter à tout moment à partir de la journée où les premiers antibiotiques sont administrés et durer pendant quelques semaines après la fin des antibiotiques.</p><h2>Causes de la diarrhée due à un traitement antibiotique</h2> <p>Nos intestins sont remplis de millions de petites bactéries qui nous aident à digérer les aliments. Lorsqu'on utilise des antibiotiques pour se débarrasser de bactéries nuisibles qui causent des infections, ils éliminent également ces « <a href="/Article?contentid=1469&language=French">bonnes » bactéries</a>. Le processus d’élimination et de remplacement de ces bactéries dans les intestins engendre la diarrhée.</p><h3>Administration de probiotiques supervisée par un médecin</h3> <p>Les probiotiques sont des suppléments qui contiennent de « bonnes » bactéries. On effectue présentement des recherches pour déterminer si les probiotiques peuvent prévenir ou traiter la diarrhée consécutive à un traitement antibiotique. Cependant, ces recherches n’ont pas encore démontré qu'il est avantageux de les utiliser. Parlez avec votre médecin avant de donner des probiotiques à votre enfant. Cependant, vous pouvez donner à votre enfant du yogourt ou des aliments qui contiennent des probiotiques.</p> <p>N'administrez pas des médicaments à moins que votre médecin vous ait recommandé de le faire</p> <p>Ne donnez PAS de médicaments contre la diarrhée à votre enfant, comme la lopéramide (Imodium), à moins que votre médecin ne vous recommande le faire. Ces médicaments peuvent aggraver l'inflammation intestinale.</p><h2>Complications associées à la diarrhée due à un traitement antibiotique</h2><p>La déshydratation, telle que décrite plus haut, peut s’avérer dangereuse. Les bébés de moins de 1 an sont plus susceptibles de souffrir de déshydratation. Assurez-vous que votre enfant boive suffisamment de liquides pour remplacer ceux qu'il perd. Surveillez votre enfant pour détecter les signes de déshydratation, lesquels comprennent une réduction de l'urine, l'irritabilité, la fatigue et la sécheresse buccale. </p><p>Rarement, les enfants à qui l'on donne des antibiotiques peuvent souffrir d'une inflammation du gros intestin. Cela engendre :</p><ul><li> une diarrhée aiguë qui pourrait contenir du sang ou du mucus;</li><li> de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>;</li><li> des douleurs abdominales; </li><li> une extrême faiblesse. <br></li></ul><h2>Prendre soin de votre enfant à la maison</h2> <h3>Continuez d'administrer les antibiotiques tels que prescrits</h3> <p>Si votre enfant souffre d'une légère diarrhée mais qu'il se porte tout de même bien, oursuivez les antibiotiques et prennez soin de votre enfant à la maison.</p> <h3>Assurez-vous que votre enfant est hydraté</h3> <p>Offrez-lui souvent l'eau. Ne lui donnez pas de jus de fruits ni des boissons gazeuses qui pourraient aggraver la diarrhée.</p> <h3>Évitez certains aliments</h3> <p>Continuez de donner à votre enfant la nourriture qu'il mange habituellement mais ne lui donnez pas de fèves (haricots) ni d’aliments épicés. </p> <h3>Comment soigner les éruptions cutanées dues aux couches</h3> <p>Si la diarrhée engendre des éruptions cutanées autour de l’anus de votre enfant ou dans la région touchée par les couches :</p> <ul> <li>Nettoyez la région en douceur avec de l'eau.</li> <li>Asséchez la région en tapotant.</li> <li>Appliquez sur toute la région de la gelée de pétrole (comme de la Vaseline), une crème à base de zinc (Zincofax ou Penaten) ou une autre crème contre les éruptions cutanées dues aux couches.</li> </ul><h2>À quel moment faut-il obtenir de laide médicale?</h2> <h3>Téléphonez immédiatement à votre médecin habituel si votre enfant :</h3> <ul> <li> souffre de diarrhée aiguë;</li> <li> a de la fièvre;</li> <li> a du sang dans ses selles;</li> <li> est très fatigué et ne boit pas;</li> <li> affiche des signes de déshydratation, comme une réduction de l’urine, l’irritabilité, la fatigue et la sécheresse buccale.</li></ul> <p>Si la diarrhée est aiguë, il pourrait être nécessaire de changer la prescription dantibiotiques.</p> <h3>Rendez-vous à la salle d’urgence la plus proche, ou téléphonez au 911 si votre enfant :</h3> <ul> <li> éprouve beaucoup de douleur;</li> <li> a beaucoup de sang dans ses selles;</li> <li> semble de plus en plus malade.</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/antibiotic-associated_diarrhea.jpg Apprenez-en davantage sur la diarrhée consécutive à un traitement antibiotique ainsi que sur les causes et les options de traitement. Main
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.</p><br><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Temps d'écran</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran : comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Nutrition : une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=271&language=French">Anxiété : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=270&language=French">Anxiété : types de troubles</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=701&language=French">Anxiété : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=702&language=French">Anxiété : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble obsessionnel-compulsif </h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=285&language=French">Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=288&language=French">TOC : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=286&language=French">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=709&language=French">TOC : le traitement par la psychothérapie et les médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=287&language=French">TOC : comment aider votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">La dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=284&language=French">Dépression : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=707&language=French">Dépression : traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=708&language=French">Dépression : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=279&language=French">Le trouble bipolaire : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=280&language=French">Trouble bipolaire : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=704&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par prise de médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=705&language=French">Trouble bipolaire : le traitement par la psychothérapie et les changements de mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide chez les enfants et les adolescents</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=290&language=French">Les risques de suicide : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=293&language=French">Aider votre enfant à comprendre des émotions difficiles à gérer</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=292&language=French">Suicide et automutilation : comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles d'alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L'anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=268&language=French">Anorexie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=269&language=French">Anorexie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=267&language=French">Anorexie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=700&language=French">Anorexie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=266&language=French">Anorexie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=282&language=French">Boulimie mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=283&language=French">Boulimie : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=281&language=French">Boulimie : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=706&language=French">Boulimie : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=294&language=French">Boulimie : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=274&language=French">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=275&language=French">ARFID : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=273&language=French">ARFID : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=703&language=French">ARFID : options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=272&language=French">ARFID : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=277&language=French">L’hyperphagie boulimique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=278&language=French">Hyperphagie boulimique : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=640&language=French">L’obésité : complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=276&language=French">Hyperphagie boulimique : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1922&language=French"> Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH : comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH : communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH : traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1924&language=French"> Les troubles du comportement : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1925&language=French">Troubles du comportement : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2000&language=French">Troubles du comportement: psychothérapie et médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2001&language=French">Troubles du comportement : comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title"> Trouble de stress post-traumatique (TSPT)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1927&language=French"> Trouble de stress post-traumatique : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1928&language=French">TSPT : signes avant-coureurs</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT : traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1926&language=French">Les troubles du cerveau et la santé mentale : présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2002&language=French">Troubles du cerveau : évaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2003&language=French">Troubles du cerveau : comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=2004&language=French">Troubles du cerveau : les traitements actuels</a></li></ol></div>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaine Apprenez à soutenir le bien-être de votre enfant par l’activité, le sommeil et l’alimentation et à gérer divers troubles de santé mentale.Main
Vivre avec la leucémieVivre avec la leucémieLiving with LeukemiaVFrenchOncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodySkeletal systemConditions and diseasesAdult (19+)NA2018-03-06T05:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Découvrez les défis qui se poseront à vous et à votre enfant pendant qu’il se fera traiter pour la leucémie.</p><p>Si les enfants atteints de leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) et de LMA vivent des situations semblables sur le plan affectif, la durée et l’intensité de leur traitement peuvent différer et donc avoir des répercussions différentes sur eux et sur leur famille.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Si les enfants traités pour la leucémie traversent eux-mêmes des difficultés affectives, le diagnostic peut également toucher leurs frères, leurs sœurs, leurs parents et toute autre personne qui s’occupe d’eux.</li></ul><p>La prise en charge d’un enfant leucémique touche de près tous les membres de votre famille : l’enfant en question, ses frères, ses sœurs, vous-même, votre conjoint et les autres personnes qui s’occupent de lui. Elle a aussi des répercussions sur les relations entre les membres de votre famille et les autres. Il est important que vous et votre famille sachiez qu’il n’y a rien que vous auriez pu faire qui aurait causé la leucémie chez votre enfant ou, au contraire, qui l’aurait prévenue.</p><p>Après le diagnostic de la leucémie chez votre enfant, vous éprouverez diverses émotions au long du traitement. Tous les enfants passent par les mêmes émotions intenses lorsqu’ils se font traiter pour la leucémie. Cela dit, votre enfant n’aura pas la même expérience s’il a la LLA ou la LMA, car ces deux types diffèrent quant à la durée et à l’intensité du traitement, et à la durée de l’hospitalisation. Ainsi, si votre enfant souffre de la LLA, il subira un traitement plus long chez lui. Si, par contre, il est atteint de LMA, il recevra un traitement plus court et plus intense, mais à l’hôpital.</p><p>Que votre enfant ait la LLA ou la LMA, il doit consommer des aliments sains. Pendant son traitement, il est possible qu’il éprouve, entre autres problèmes, des difficultés alimentaires et nutritionnelles. L’équipe des soins s’occupant de votre enfant peut vous aider, votre enfant et vous-même, à surmonter les défis qui vous attendent sur divers plans, dont les plans affectif et nutritionnel.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Living_with_leukemia.jpgMain
Trouble de stress post-traumatique : signes and symptômesTrouble de stress post-traumatique : signes and symptômesPost-traumatic stress disorder: Signs and symptomsTFrenchPsychiatryPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2017-07-27T04:00:00Z11.000000000000045.0000000000000767.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les quatre catégories de signes et symptômes du trouble de stress post-traumatique.</p><h2>Quels sont les principaux symptômes du trouble de stress post-traumatique chez les enfants et les adolescents?</h2><p>Les principaux symptômes du <a href="/Article?contentid=1927&language=French">trouble de stress post-traumatique (TSPT)</a> se divisent en quatre catégories:</p><ul><li>les symptômes intrusifs;</li><li>l’évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant;<br></li><li>les pensées négatives et les troubles de l’humeur;</li><li>les réactions anormales.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Le TSPT présente un certain nombre de symptômes comme l’intrusion, l’évitement, les pensées négatives, les troubles de l’humeur et les réactions anormales.</li><li>Les symptômes doivent être présents pendant au moins un mois pour qu’un diagnostic soit établi.</li><li>Le médecin vous interrogera et interrogera votre enfant pour l’aider à poser son diagnostic.</li><li>Il pourra recommander que votre enfant consulte un professionnel de la santé mentale pour qu’il subisse une évaluation ou une thérapie ou qu’il prenne des médicaments.<br></li></ul><h2>Symptômes intrusifs</h2> <p>Les symptômes intrusifs sont ceux où l’événement traumatisant « empiète » sur la vie quotidienne de l’enfant ou de l’adolescent. Ils comprennent:</p> <ul><li>les souvenirs récurrents, non désirés et non contrôlés de l’événement traumatisant;</li> <li>chez les enfants, les jeux répétitifs dont les thèmes sont liés au traumatisme;</li> <li>les rêves récurrents liés à l’événement traumatisant ou les émotions de l’enfant ou de l’adolescent vécues à l’époque;</li> <li>des flashbacks sur l’événement traumatisant qui est vécu à nouveau et accompagné parfois d’une inconscience totale du milieu environnant présent;</li> <li>une détresse psychologique ou physique intense et prolongée découlant des rappels du traumatisme.</li></ul> <h2>Évitement des stimuli associés à l’événement traumatisant</h2> <p>Comme le laisse supposer l’expression, l’enfant ou l’adolescent évite ou essaie d’éviter tout souvenir, toute pensée ou tout sentiment liés à l’événement. Il peut aussi éviter ou essayer d’éviter tout rappel externe (des personnes, des lieux, des conversations, des activités, des situations ou des objets) qui fait remonter des souvenirs, des pensées ou des sentiments douloureux à propos de l’événement traumatisant.</p> <h2>Pensées négatives et troubles de l’humeur</h2> <p>Un enfant ou un adolescent atteint du TSPT peut:</p> <ul><li>être incapable de se rappeler un aspect important de l’événement traumatisant;</li> <li>maintenir des opinions négatives ou des attentes persistantes et exagérées envers lui-même ou ceux qui l’entourent;</li> <li>se blâmer ou blâmer d’autres personnes pour les causes ou les conséquences de l’événement traumatisant en raison de pensées persistantes et irrationnelles;</li> <li>éprouver souvent des émotions négatives comme la peur, l’horreur, la colère, la culpabilité ou la honte;</li> <li>perdre de l’intérêt pour des activités ou abandonner des activités qui comptaient pour lui auparavant;</li> <li>se sentir détaché (séparé) des autres;</li> <li>être constamment incapable de ressentir des émotions positives comme la joie, la satisfaction ou l’amour.</li></ul> <h2>Réactions anormales</h2> <p>Une personne atteinte du TSPT peut être plus réactive à son environnement et à ce qu’on dit d’elle. Par exemple, elle peut:</p> <ul><li>être plus irritable ou avoir des crises de <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=301&language=French">colère</a> sans provocation notable;</li> <li>se montrer violente, verbalement ou physiquement, envers des personnes ou des objets, voire avoir des crises de rage;</li> <li>être plus facilement effrayée par son environnement ou en être de plus en plus consciente;</li> <li>trouver difficile de se concentrer;</li> <li>avoir le sommeil perturbé;</li> <li>adopter un comportement insouciant ou autodestructeur.</li></ul><h2>Comment le TSPT touche les enfants</h2> <p>Même s’ils ont plus de difficultés à s’exprimer, les enfants en bas âge sont susceptibles d’avoir des pensées, des souvenirs ou des rêves liés à un événement traumatisant. Plutôt que de parler de ce qu’ils pensent ou de ce dont ils se souviennent, ils ont plus tendance à être irritables et en retrait, et à se livrer à des jeux dont les thèmes sont liés au traumatisme.</p> <h2>Comment le TSPT touche les adolescents</h2> <p>Les adolescents peuvent cesser de pratiquer leurs activités habituelles, <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=289&language=French">se mutiler</a> ou adopter des comportements impulsifs et téméraires comme la consommation d’alcool ou d’autres drogues.</p><h2>Comment le TSPT est diagnostiqué</h2> <p>Le médecin de votre enfant discutera avec vous et votre enfant et s’informera sur:</p> <ul><li>vos préoccupations et sur les symptômes qui entravent le fonctionnement quotidien de votre enfant;</li> <li>les facteurs de stress présents chez votre enfant et ce qui pourrait avoir déclenché l’apparition des symptômes du TSPT;</li> <li>le développement de votre enfant (de la grossesse à aujourd’hui);</li> <li>les antécédents de problèmes de santé mentale de votre famille;</li> <li>la dynamique familiale et tous les facteurs de stress (par exemple, conflits, divorce imminent, deuil, déménagement) qui pourraient être à l’origine des difficultés de votre enfant.</li></ul> <p>Le médecin ne posera un diagnostic de TSPT que si votre enfant ou votre adolescent a été exposé à de graves blessures physiques, à de la violence sexuelle ou à des menaces de mort (par violence ou accident). Il pourrait s’agir d’un des événements suivants:</p> <ul><li>avoir subi de la violence ou des blessures directement;</li> <li>avoir été témoin de violence ou de blessures en personne (non pas à la télévision, au cinéma, dans les jeux vidéo ou dans d’autres médias);</li> <li>avoir appris qu’un membre de la famille proche ou un ami a subi de la violence ou des blessures.<br></li></ul><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire à l’égard du TSPT</h2> <p>Si votre enfant a reçu un diagnostic de TSPT, vous et votre médecin déciderez de la marche la plus appropriée à suivre. Votre médecin aura peut-être besoin de recueillir des renseignements auprès de l’enseignant de votre enfant ou d’autres membres de la famille.</p> <p>Il pourra également proposer que votre enfant consulte <a href="/Article?contentid=2005&language=French">un thérapeute ou un psychiatre</a>, ou recommander qu’il prenne des <a href="/Article?contentid=2005&language=French">médicaments​</a>.</p><h2>Pour de plus amples renseignements</h2> <p>Pour de plus amples renseignements sur le trouble de stress post-traumatique, veuillez consulter les pages suivantes:</p> <p><a href="/Article?contentid=1927&language=French">TSPT: présentation générale</a></p> <p><a href="/Article?contentid=2005&language=French">TSPT: traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/post_trumatic_stress_disorder_signs_and_symptoms.jpgTSPT : signes et symptômes Les symptômes du trouble de stress post-traumatique se divisent en quatre catégories. En savoir plus sur ces symptômes et sur le diagnostic. Main

 

 

Anémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitAnémie ferriprive et entéropathie protéinique liées à une consommation excessive de laitIron deficiency anemia and protein-losing enteropathy related to excessive milk intakeAFrenchNutritionChild (0-12 years)NANAConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNA2019-01-16T05:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le lait fait habituellement partie d’une alimentation saine et équilibrée. Toutefois, boire une quantité excessive de lait peut réduire le taux de fer dans le sang. Certains enfants peuvent alors perdre des protéines depuis l’intestin.</p><h2>Apport excessif de lait</h2><p>La quantité recommandée de lait de vache pour les tout-petits est de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) par jour. Certains tout-petits dépassent le nombre de portions de lait recommandé. Ce « régime lacté » peut entraîner une carence en fer. Parmi eux, certains souffrent aussi d’une perte de protéines depuis le système digestif ou intestinal. Une carence en fer peut causer une anémie (faible taux de globules rouges) alors qu’une perte de protéines entraîne une hypoalbuminémie (faible taux d’albumine dans le sang). Le traitement exige habituellement de limiter l’apport de lait, d’offrir des aliments solides enrichis de fer et, chez les enfants atteints d’anémie modérée à grave, de leur administrer des suppléments de fer.</p><p>Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons est une bonne source de fer pendant les six premiers mois de vie du bébé. Ses réserves de fer diminuent naturellement vers l’âge de quatre à six mois. Après six mois, au moment où les aliments solides sont généralement introduits, la quantité de fer dans le lait maternel est insuffisante.</p><p>À cette étape, les nourrissons devraient commencer par de la viande ou des substituts de viande afin d’obtenir une alimentation suffisamment riche en fer et en protéines. Les substituts de viande comprennent le poisson, le jaune d’œuf, le tofu, les lentilles et le fromage. Les céréales enrichies de fer sont également une bonne source de fer. Elles peuvent être introduites dès l’âge de quatre à six mois. Le lait maternel ou la préparation pour nourrissons doivent être donnés jusqu’à l’âge de neuf à douze mois après quoi le lait de vache homogénéisé (3,25 %) peut s’ajouter aux aliments solides.</p><h3>Anémie ferriprive</h3><p>Le fer est un minéral important qui provient de notre alimentation et qui est nécessaire à la fabrication de l’hémoglobine. Cette protéine présente dans les globules rouges permet aux cellules sanguines de transporter l’oxygène jusqu’aux tissus du corps. L’anémie survient lorsque le taux d’hémoglobine du corps est faible. Lorsque l’anémie est causée par un manque de fer, on parle d’anémie ferriprive.</p><p>Lorsqu’un enfant est atteint d’anémie, il ne reçoit pas tout l’oxygène nécessaire dans ses tissus, ce qui peut produire un état de pâleur et de fatigue et l’affaiblir.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>Boire trop de lait peut aussi causer une perte de protéines depuis l’intestin qu’on appelle entéropathie protéique.</p><p>Les enfants atteints d’entéropathie protéique subissent de graves pertes de protéines depuis l’intestin, ce qui entraîne une faible teneur en protéines dans leur sang.</p><p>La principale protéine présente dans le sang est l’albumine. Un faible taux d’albumine dans le sang (hypoalbuminémie) peut causer la fuite de liquide dans les tissus depuis les vaisseaux sanguins. Un surplus de liquide dans les tissus peut causer un œdème (enflure) des jambes, du dos et du visage. L’hypoalbuminémie expose également le sujet aux infections.</p><p>L’hypoalbuminémie et l’œdème peuvent toutefois être causés par d’autres troubles. Le médecin de votre enfant s’enquerra de l’état de santé général de votre enfant, des symptômes de diarrhée ou de sang dans ses selles et des antécédents familiaux de maladie intestinale, hépatique, rénale ou cardiaque.</p><p>Si aucune autre cause de perte de protéines n’est identifiée, un apport excessif de lait pourrait être ciblé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Un apport excessif de lait peut entraîner une anémie ferriprive et une perte de protéines depuis l’intestin.</li><li>La consommation de lait devrait se limiter à un maximum de 500 mL (2 tasses) par jour pour les tout-petits et les jeunes enfants.</li><li>Le traitement principal de la carence en fer et de la perte de protéines depuis l’intestin causées par une consommation excessive de lait consiste à réduire la quantité de lait donnée à votre enfant et à augmenter la quantité d’aliments riches en fer dans son alimentation. Pour une anémie modérée à sévère, des suppléments de fer sont également requis.</li><li>Consultez un médecin si votre enfant boit beaucoup de lait, qu’il est fatigué, faible ou pâle ou qu’il a le visage, les jambes et les pieds gonflés.</li></ul><h2>Symptômes d’anémie ferriprive et d’entéropathie protéique</h2><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive dépendent de sa gravité, de la rapidité de la chute du taux d’hémoglobine et de sa cause. Ils dépendent également du degré d’adaptation de l’organisme de l’enfant à une faible teneur en hémoglobine.</p><p>Les symptômes de l’anémie ferriprive sont principalement :</p><ul><li>un état de pâleur;</li><li>un manque d’énergie;</li><li>un essoufflement après l’exercice ou le jeu.</li></ul><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie entraînent une fuite de liquide depuis les vaisseaux sanguins vers les tissus environnants.</p><p>Les symptômes d’entéropathie protéique et d’hypoalbuminémie sont principalement :</p><ul><li>l’enflure progressive des pieds, des jambes et du visage;</li><li>des crampes ou une faiblesse musculaires;</li><li>une accumulation de liquide autour des poumons (épanchement pleural);</li><li>l’enflure de l’abdomen (ascite).<br></li></ul><h2>Cause de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive due à un apport excessif de lait est causée par trois facteurs.</p><ul><li> <strong>Carence en fer</strong> : Le lait contient une quantité très faible de fer. De plus, si un enfant boit une quantité excessive de lait, il aura l’estomac trop plein pour manger des quantités suffisantes d’aliments riches en fer.</li><li> <strong>Mauvaise absorption du fer</strong> : Le lait et les autres produits laitiers peuvent nuire à la capacité de l’intestin d’absorber le fer provenant d’autres sources, comme la viande et ses substituts et les légumes vert foncé.</li><li> <strong>Saignement microscopique</strong> : Boire trop de lait peut endommager la paroi de l’intestin (entéropathie aux protéines du lait). Cette affection provoque des saignements microscopiques pratiquement invisibles dans l’intestin. Tout type de saignement dans le corps entraîne une perte de fer. Avec le temps, ces saignements peuvent diminuer très fortement le taux d’hémoglobine, contribuant à l’anémie ferriprive.</li></ul><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On ne comprend pas tout à fait comment la consommation de lait entraîne une perte de protéines depuis l’intestin. Une théorie suggère l’intervention d’un processus appelé atrophie villositaire. L’intestin grêle présente sur ses parois des projections en forme de doigts appelées villosités. Elles jouent un rôle important dans l’absorption des nutriments. On croit qu’un apport excessif de lait de vache peut réduire la taille des villosités (atrophie villositaire) et entraîner une mauvaise absorption des nutriments. L’atrophie villositaire rend les parois intestinales perméables, ce qui laisse les protéines s’échapper.</p><h2>Diagnostic de l’anémie ferriprive et de l’entéropathie protéique</h2><h3>Anémie ferriprive</h3><p>L’anémie ferriprive peut être diagnostiquée par le médecin. Il fera un examen physique de votre enfant et s’enquerra de son niveau d’énergie, de son état de santé général, de son alimentation et de ses antécédents familiaux.</p><p>Une analyse sanguine, appelée formule sanguine complète, permet de diagnostiquer l’anémie ferriprive en mesurant le taux d’hémoglobine. Lorsque l’anémie ferriprive est causée par une carence en fer, les globules rouges paraîtront également plus petits et plus pâles au microscope.</p><p>Une analyse de la ferritine peut également être effectuée. La ferritine est une protéine présente dans l’organisme qui stocke le fer. Un faible taux de ferritine peut indiquer une carence en fer.</p><p>D’autres analyses utiles, appelées études sur le fer, peuvent mesurer le fer présent dans l’organisme.</p><h3>Entéropathie protéique</h3><p>On soupçonne la présence d’une entéropathie protéique et d’une hypoalbuminémie chez les enfants présentant de l’enflure et un faible taux d’albumine dans le sang. Le médecin examinera votre enfant pour déceler toute enflure des jambes, des pieds et du visage. Il examinera aussi son cœur et ses poumons, et son abdomen pour déceler toute accumulation de liquide.</p><p>Une analyse sanguine est habituellement effectuée pour vérifier le taux d’albumine dans le sang. Une analyse d’urine peut également être faite pour s’assurer qu’aucune perte de protéines ne se produit au niveau des reins. Lorsque la cause de la faible teneur en albumine est incertaine, d’autres analyses peuvent être effectuées, dont une analyse des selles. L’une d’elles peut consister en un prélèvement d’échantillons de selles sur 24 heures pour vérifier la présence d’une protéine appelée alpha-1-antitrypsine. En comparant la quantité de cette protéine dans les selles à la quantité présente dans le sang, le médecin peut déterminer s’il y a perte de protéines depuis l’intestin.</p><h2>Traitement de la carence en fer</h2><h3>Alimentation</h3><p>Habituellement le seul traitement nécessaire est de limiter la consommation de lait à une quantité maximale de 500 mL par jour. Le taux de fer augmentera graduellement pendant que la perte de protéines depuis l’intestin diminuera.</p><p>Les aliments enrichis de fer peuvent également aider à traiter une carence en fer. De nombreux aliments riches en fer, comme la viande et ses substituts, sont également riches en protéines. Offrez à votre enfant des aliments comme la viande ou ses substituts ainsi que des céréales enrichies de fer à quelques reprises chaque jour. Dès l’âge d’un an, les jeunes enfants devraient commencer à respecter un horaire régulier pour les repas et les collations. En général, vous pouvez suivre les conseils du <a href="https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/">Guide alimentaire canadien</a>.</p><p>Limiter la consommation de lait ne signifie pas de l’interrompre complètement. On sait que le lait est une bonne source de calcium, de vitamine A et de vitamine D. Dès l’âge d’un à deux ans, les enfants devraient boire de 250 à 500 mL (1 à 2 tasses) de lait de vache homogénéisé (3,25 % M.G.) par jour. Ils ne devraient pas en boire plus de 500 mL (2 tasses) par jour.</p><h3>Supplément de fer</h3><p>Le médecin de votre enfant peut également prescrire des suppléments de fer. Après quelques semaines, certaines valeurs comme la teneur en hémoglobine commencent généralement à augmenter. Le traitement s’échelonne habituellement sur au moins trois mois pour reconstituer complètement les réserves de fer de l’organisme.</p><p>La supplémentation en fer peut toutefois causer des maux d’estomac. Votre médecin pourrait alors diviser la dose en deux et vous demander de l’administrer deux fois par jour au lieu d’une seule.</p><p>Les produits laitiers (lait, fromage, yogourt) peuvent avoir un effet indésirable sur l’absorption du fer. Vous pourriez alors donner des suppléments de fer deux heures avant ou deux heures après la consommation des produits laitiers.</p><p>La vitamine C peut aussi faciliter l’absorption du fer contenu dans les aliments. Les oranges et autres agrumes sont de bonnes sources de vitamine C. Prenez garde de ne pas donner une quantité excessive de jus, car cet aliment est riche en sucre.</p><p>L’entéropathie protéique et l’hypoalbuminémie causées par un apport excessif de lait s’estompent assez rapidement lorsque l’apport est limité à la quantité appropriée.</p><h2>Complications de l’anémie protéique et de l’hypoalbuminémie</h2><p>L’anémie protéique non traitée chez les enfants peut entraîner de graves conséquences sur leur croissance. L’anémie protéique non traitée peut détériorer leurs capacités intellectuelles et leur développement général. Des problèmes d’attention, de capacité de lecture et de rendement scolaire pourraient en résulter. Dans de rares cas, une anémie protéique extrême peut causer un AVC.</p><p>L’hypoalbuminémie peut également produire de graves effets sur la croissance de l’enfant. Une accumulation excessive de liquide autour des poumons peut causer des problèmes respiratoires. Dans de rares cas, l’excès de liquide peut s’accumuler autour du cœur, ce qui diminue sa capacité à pomper. La perte de protéines depuis l’intestin peut également entraîner une perte des protéines nécessaires pour combattre les infections et pour prévenir la formation de caillots, exposant les enfants à des infections graves ou à l’apparition de caillots sanguins.</p><h2>Comment aider votre enfant</h2><p>Limiter la consommation de lait peut s’avérer une entreprise difficile. Beaucoup de tout-petits aiment boire du lait au biberon et associent ce processus à leur rituel du coucher.</p><p>Voici quelques conseils pour vous aider à limiter la consommation de lait de votre enfant :</p><ul><li>S’il boit plus de 1 200 mL (5 tasses) de lait par jour, sevrez-le lentement vers de plus petites quantités. Réduisez la quantité de moitié pour commencer.</li><li>Offrez-lui d’abord des aliments solides et ne lui donnez du lait qu’à la fin du repas. Vous pouvez aussi lui donner de l’eau avec son repas et du lait seulement quelques fois par jour avec une collation. Ainsi, votre enfant ne fera pas le plein de lait en premier.</li><li>Passez plus rapidement au gobelet antifuite, ce qui l’empêchera de boire son lait au lit et d’associer cette habitude avec le fait de dormir.</li><li>Ne le laissez pas dormir avec un biberon de lait au lit. Si vous éprouvez des problèmes avec cette situation, commencez lentement à diluer le lait avec de l’eau jusqu’à ce que vous n’offriez que de l’eau. Vous contribuerez aussi à éviter les caries dentaires.</li></ul><h2>Suivi</h2><p>La supplémentation en fer doit se poursuivre pendant au moins trois à six mois pour reconstituer les réserves de fer de l’organisme. Après le début du traitement, votre médecin établira un rendez-vous de suivi avec vous. Si les symptômes de votre enfant diminuent après le traitement de carence en fer et un changement dans son alimentation, une nouvelle analyse sanguine ne sera pas nécessairement requise.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Drinks_for_your_toddler_or_preschooler.jpgConsommation excessive de lait Le lait fait habituellement partie d’une alimentation saine. Toutefois, boire une quantité excessive de lait peut réduire le taux de fer dans le sang. Main
Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéCongestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéNasal congestion : How to clear your baby's dry, stuffy noseCFrenchNANewborn (0-28 days);Baby (1-12 months)NoseNoseConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Nasal congestion2019-02-04T05:00:00Z6.3000000000000074.70000000000001005.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p> Conseils simples pour les parents sur la façon de dégager le nez bouché de leur bébé ou d’en soulager la sécheresse.</p><p>Les premiers jours de vie, les bébés peuvent sembler avoir le nez bouché du fait que, dans l’utérus, ils baignaient entièrement dans un liquide. Certains bébés éternuent les deux premiers jours suivant la naissance, ce qui est provoqué par le reste du liquide qui demeure dans leurs voies nasales. Un nouveau né dont le nez est congestionné peut renifler en respirant et peut sembler « nasiller ».</p><p>La congestion nasale se manifeste lorsque les tissus internes du nez gonflent ou produisent du mucus. Si votre bébé a le nez congestionné, il peut respirer par la bouche, ce qui peut causer des difficultés au moment de le nourrir. Dans de rares cas, la congestion nasale peut entraîner des troubles respiratoires. La congestion disparaît habituellement seule au en une semaine.</p><p>L’air extrêmement sec peut entraîner la sécheresse des tissus internes sensibles du nez des bébés. Cette sécheresse peut provoquer le <a href="/Article?contentid=749&language=French">saignement</a> des vaisseaux sanguins dans les narines. Si votre bébé n’a subi aucune blessure au nez, mais y présente des saignements, la sécheresse des tissus internes en est peut être la cause. Quand leur nez est sec, les bébés risquent davantage de contracter un rhume.</p><p>La sécheresse nasale est souvent plus marquée en hiver alors que le chauffage assèche l’air intérieur des domiciles.</p><h2>À rete​nir</h2> <ul><li>La congestion nasale est causée par le gonflement des tissus internes du nez.</li> <li>En règle générale, la congestion nasale disparaît seule en une semaine.</li> <li>L’utilisation d’une solution saline à base de sel de mer ou d’une poire à succion pour bébés peut aider à dégager le mucus clair du nez des bébés.</li> <li>Si la difficulté à respirer persiste après l’utilisation de la pompe, consultez un médecin immédiatement.</li></ul><h2>Quelles sont les causes de la congestion nasale chez les bébés?</h2> <ul> <li>l’air sec</li> <li>les irritants comme la poussière, la fumée de cigarette ou les parfums,</li> <li>les affections virales (comme le rhume).</li> </ul> <p>Les mesures ci dessous peuvent permettre de soulager la sécheresse et la congestion nasales de votre bébé. Toutefois, si ses difficultés à respirer ou à se nourrir persistent, consultez son médecin pour écarter le risque qu’une infection ou qu’une maladie soit à l’origine de la congestion.</p><h2>Comment soulager la sé​cheresse du nez de votre bébé</h2><p>Voici des conseils pour soulager la sécheresse ou l’irritation du nez de votre bébé.</p><h3>Humidifiez le ne​z de votre bébé</h3><p>Les <strong>solutions salines</strong> à base de sel de mer se vendent en pharmacie.</p><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendre de 30 à 60 secondes avant de drainer le nez de votre bébé.</li></ol><h3>Installez un humidi​ficateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé</h3><p>Si votre bébé a le nez sec, il risque également avoir le nez congestionné. La vapeur d’eau peut aider à humidifier et à déloger le mucus de son nez. Videz et nettoyez le vaporisateur une fois par jour et renouvelez l’eau.</p><h2>Comment dégager le nez congestionné de votre bébé</h2><p>En plus d’installer un humidificateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé, vous pouvez vous servir de gouttes de solution saline pour dégager le mucus de son nez.</p><h3>Nettoyer le mucus à l’aide de gouttes de solution saline</h3><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendez de 30 à 60 secondes.</li><li>Couchez votre bébé sur le ventre pour faciliter l’écoulement de la solution du nez. Recueillez le mucus qui s’échappent des narines à l’aide d’un papier mouchoir ou d’un coton-tige. Il se peut que votre bébé tousse ou éternue, ce qui libérera le mucus et la solution saline.</li><li>Faites rouler le coton-tige ou le papier mouchoir sur le pourtour de chaque narine pour en retirer le liquide. N’insérez jamais un coton tige à l’intérieur des narines de votre enfant.</li></ol><h3>Nettoyer le mucus à l’aide d’un aspirateur nasal pour bébé ou d’une poire à succion pour le nez</h3><p>Si vous éprouvez de la difficulté à dégager le mucus, utilisez un aspirateur nasal pour bébé ou une poire à succion pour le nez. Un aspirateur nasal est un tube que vous placez dans la narine de votre bébé pendant que vous inhalez par l’embout du tube afin d’aspirer le mucus. Le mucus est alors piégé dans un filtre. Une poire de succion est insérée dans la narine de votre bébé et crée un vide afin de déloger et d’aspirer le mucus. Les poires à succion sont généralement peu efficaces pour le nettoyage du mucus et des sécrétions.</p><p>Comment utiliser un aspirateur nasal :</p><ol><li>Avant la première utilisation, rincez l’aspirateur à l’eau chaude et asséchez-le complètement.</li><li>Placez un filtre propre dans le porte-filtre et reconnectez l’aspirateur.</li><li>Étendez l’enfant sur le dos, la tête inclinée à droite. Placez délicatement une ou deux gouttes de solution saline dans sa narine. Procédez de la même façon avec la narine opposée après avoir incliné la tête de l’enfant vers la gauche.</li><li>Placez l’embout souple de l’aspirateur nasal à l’entrée de la narine du bébé. Inhalez par l’embout afin d’aspirer doucement le mucus. Le mucus sera recueilli par le filtre hygiénique et ne pourra pas passer à travers le tube d’inhalation. Répétez l’opération avec l’autre narine. Soulevez doucement le bébé afin de permettre au mucus résiduel de s’écouler de son nez.</li><li>Essuyez délicatement les narines de votre enfant à l’aide d’un papier mouchoir ou un tampon d’ouate trempé dans une solution saline.</li><li>Après chaque utilisation, détachez la base de l’aspirateur, retirez et jetez le filtre souillé puis rincez l’aspirateur nasal à l’eau chaude avant de l’assécher. Ne stérilisez pas ni ne faites bouillir l’aspirateur nasal.</li></ol><h3>Comment utiliser une poire à succion pour bébés</h3><ol><li>Faites sortir l’air de la poire en la pinçant.</li><li>Pacez doucement le bout de la poire au début de l’ouverture de la narine. Ne faites pas pénétrer la poire plus loin, car vous risquez d’endommager l’intérieur de la narine. Retirez le mucus, en laissant la poire se remplir d’air.</li><li>Dégagez le mucus de la poire sur un papier mouchoir.</li><li>Rincez bien la poire avec de l’eau fraiche avant et après chaque utilisation.</li></ol><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/0gQqI2gz0Z4?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> </div><h2>Quand consu​lter un médecin</h2> <p>Communiquez avec votre médecin si votre bébé présente l’un ou l’autre des symptômes suivants :</p> <ul><li>fièvre</li> <li>éruption cutanée</li> <li>congestion nasale accompagnée d’une enflure du front, des yeux, des côtés du nez ou des joues</li> <li>congestion nasale durant plus de deux semaines</li> <li>difficulté à respirer ou respiration rapide</li> <li>grande difficulté à boire ou refus de boire</li> <li>humeur très grincheuse ou douleurs apparentes.</li></ul>congestedbabyhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/nasal_congestion.jpgCongestion nasale dans les bébés Main
Nutrition et santé mentale : acquérir de bonnes habitudes alimentairesNutrition et santé mentale : acquérir de bonnes habitudes alimentairesNutrition and mental health: Developing positive eating habitsNFrenchNutrition;Psychiatry;AdolescentTeen (13-18 years)BodyNAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Acquérir de bonnes habitudes alimentaires peut s’avérer difficile. Découvre ce que tu peux faire tous les jours pour développer une attitude positive envers la nourriture.</p><h2>Planifier et préparer les repas</h2><p>Participe à l’épicerie ainsi qu’à la planification et à la préparation des repas. Tu apprendras ainsi à faire des achats judicieux, à comprendre les étiquettes des aliments et à développer tes habiletés culinaires. Tu peux même partager tes recettes familiales préférées avec des proches et des amis.</p><p>Si tu constates que tu es toujours à la course pour aller à l’école ou au travail, pourquoi ne pas préparer un roulé pour le petit déjeuner, avec un peu de yogourt et des fruits le soir précédent. Le déjeuner est un repas important qui t’aidera à faire face à la journée! </p><h2>Prendre des repas en famille</h2><p>À cause des horaires chargés et des activités parascolaires, il peut être difficile de s’asseoir pour prendre des repas en famille tous les soirs. Partager un repas avec tes proches, même quelques fois par semaine sans aucune distraction, est une excellente façon de resserrer les liens familiaux, de te divertir et, au besoin, d’obtenir du soutien après une dure journée. Tout cela aide à rehausser la confiance en soi et les aptitudes à la communication, à améliorer le rendement scolaire et à réduire les problèmes de poids et de dépendance.</p><h2>Développer une image corporelle saine</h2><p>Comme beaucoup d’adolescents, tu vois peut-être défiler constamment des images et des messages sur l’apparence physique. La promotion à grande échelle de normes de beauté et de forme physique aussi étroites fait en sorte qu’il t’est difficile d’ignorer que tu devrais avoir une certaine apparence physique.</p><p>Quand tu te sens obligé de te conformer à une image corporelle idéale, essaie de te rappeler toutes les merveilleuses choses que ton corps peut faire au lieu de te concentrer simplement sur ton apparence. Des troubles alimentaires comme l’anorexie, la boulimie et les orgies alimentaires peuvent s’installer quand une personne a une mauvaise estime de soi ou se sent mal dans sa peau. Si tu as des préoccupations au sujet de ton image corporelle, n’hésite pas à en parler avec un parent, un fournisseur de soins ou un autre adulte en qui tu as confiance.</p><h2>Maintenir une attitude saine envers la nourriture</h2><p>Bien que la majeure partie de ton régime alimentaire devrait être <a href="/Article?contentid=3773&language=French">riche en éléments nutritifs</a>, il n’y a aucun mal à s’offrir des gâteries de temps à autre. Au lieu de sauter sur le dernier régime à la mode ou d’éliminer certains aliments (à moins d’avoir une allergie) :</p><ul><li>essaie surtout de consommer chaque jour la quantité de calories qui correspond à ton stade de croissance et à ton niveau d’activité physique;</li><li>songe à consommer certains aliments plus souvent et d’autres moins souvent (par exemple, plus de fruits et moins de jus, ou plus d’aliments grillés et moins d’aliments frits);</li><li>consomme une variété d’aliments de tous les groupes alimentaires pour aider ton cerveau et ton corps à fonctionner le mieux possible.</li></ul><p>Moins tu sentiras le besoin d’exercer un contrôle sur ce que tu manges, plus tu auras une attitude saine envers la nourriture. Cela dit, si tu as des questions sur l’adoption d’une alimentation équilibrée et le maintien d’un poids santé qui correspond à ton âge et à ton niveau d’activité, parles-en à un fournisseur de soins de santé, à ton médecin ou à un diététicien.</p><h2>Ressources</h2><p>Les ressources suivantes sont disponibles uniquement en anglais.</p><p> <a href="https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/listing_of_vitamins">Harvard Health Publishing - Listing of vitamins</a></p><p> <a href="https://www.mind.org.uk/information-support/tips-for-everyday-living/food-and-mood/#.XJU1eBNKiWZ">Mind (UK) - Food and mood</a><br></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/developing_positive_eating_habits.jpgAcquérir de bonnes habitudes alimentaires Découvre ce que votre jeune peut faire tous les jours pour développer une attitude positive envers la nourriture.Teens
Temps d'écran: présentation généraleTemps d'écran: présentation généraleScreen time: OverviewTFrenchPreventionBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2016-07-18T04:00:00Z000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez quels effets le temps passé devant un écran a sur votre enfant et le temps d'écran recommandé chaque jour pour lui.</p><h2>Qu’est-ce que le temps d'écran?</h2><p>Le temps d'écran, c’est le temps que votre enfant consacre à l’utilisation d’un appareil muni d’un écran. Cela comprend le temps passé devant la télévision, à naviguer l’internet, à utiliser un téléphone intelligent ou à jouer sur une console de jeux vidéo. Peu importe l’appareil, la plupart du temps l'écran limite les occasions qu’ont les enfants de faire de l’activité physique à l’extérieur. Au fil du temps, ce faible niveau d’<a href="/Article?contentid=642&language=French">activité physique</a> peut nuire à leur santé.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le temps d'écran, c’est le temps que votre enfant passe devant un appareil muni d’un écran comme une télévision, un ordinateur, une console de jeux, une tablette électronique ou un téléphone intelligent.</li> <li>Les limites recommandées de temps qu’un enfant devrait passer devant un écran sont fonction de son âge. Les enfants de moins de deux ans ne devraient avoir aucune exposition à un écran. Ceux de moins de cinq ans devraient passer moins de deux heures par jour devant un écran.</li> <li>Passer trop de temps devant un écran peut nuire à la santé mentale de votre enfant. Il peut devenir triste, très fatigué, renfermé ou se désintéressé de toute autre activité.</li> </ul><p>La technologie à laquelle les enfants ont accès aujourd’hui change leur monde. Elle leur offre des possibilités infinies. Le problème, c’est qu’il est très facile pour les enfants d'avoir accès à un excès d'informations et d’oublier les autres activités amusantes et bonnes pour la santé.</p><p>Une étude récente du Groupe de recherche en vie active et obésité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario montre que les enfants canadiens en âge de fréquenter l’école ont des comportements sédentaires pendant 65 à 80 p. 100 des heures où ils sont réveillés. Une autre étude a révélé que les enfants et les jeunes Canadiens de 6 à 19 ans ont des activités sédentaires pendant 62 p. 100 des heures de veille.</p><p>Autrement dit, la plupart des jeunes enfants ont des activités pendant lesquelles ils bougent peu et dépensent peu d’énergie. Cette tendance s’explique en partie par le temps croissant que nous passons chaque jour devant un écran.</p><h2>Effets du temps d'écran sur la santé physique et mentale</h2><p>Le temps passé devant un écran a été corrélé à une forme physique moins bonne et à des problèmes de santé mentale et de développement social.</p><ul><li>Les enfants qui passent plus de temps devant un écran ont tendance à avoir des taux d’obésité supérieurs à ceux qui en passent moins.</li><li>Les enfants et les jeunes qui passent plus de deux heures par jour devant la télévision ont des niveaux plus faibles d’estime de soi.</li><li>Une corrélation inverse a été observée entre le temps passé devant un écran et les résultats scolaires. Ce phénomène s’explique en partie par le fait que les enfants qui passent plus de temps devant la télévision ont tendance à consacrer moins de temps à leurs devoirs.</li></ul><p>Passer beaucoup de temps devant un écran peut aussi avoir un effet sur la nutrition de l’enfant. Tous les enfant ne mangent pas ou ne prennent pas une collation en regardant la télévision ou en utilisant d’autres appareils. Mais, le temps passé devant un écran peut parfois favoriser de mauvaises habitudes alimentaires. Par exemple, si votre enfant est distrait par une émission de télévision ou un jeu vidéo quand il mange, il se peut qu’il ne se rende pas compte qu’il n’a plus faim. Votre enfant peut facilement faire un lien entre passer du temps devant un écran et savourer son aliment préféré.</p><p>Les jeux vidéo « actifs » sont présentés comme un bon moyen de promouvoir l’activité physique. Mais les enfants et les jeunes apprennent rapidement à y jouer en faisant très peu de mouvements (par exemple en ne bougeant que le poignet). Cela réduit considérablement l’énergie qu’ils dépensent.</p><h2>Qu’est-ce qu’un temps d'écran « excessif »?</h2><p>Les limites recommandées quant au temps qu’un enfant doit passer devant un écran varient selon son âge. La Société canadienne de pédiatrie et la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE) ont fait les recommandations suivantes:</p><ul><li>Avant l’âge de deux ans: évitez toute exposition à des écrans.</li><li>De deux à quatre ans : limitez le temps passé devant un écran à moins d’une heure par jour.</li><li>Chez les enfants et les jeunes de cinq à 17 ans: limitez à deux heures par jour le temps de loisir passé devant un écran (à regarder la télévision, à envoyer des messages textes ou à jouer sur l’ordinateur).</li></ul><p>Passer du temps devant un écran est une partie importante et incontournable de la vie d’un enfant, surtout quand il est plus âgé. Les enfants plus âgés doivent passer du temps à l’ordinateur pour faire leurs devoirs et au téléphone pour rester en contact avec leurs amis. Passer du temps devant un écran n’a pas toujours le même effet. Faire un appel vidéo à un membre de sa famille, au téléphone ou à l’ordinateur, n’a pas le même effet sur le cerveau qui se développe que de visionner une série de vidéos.</p><p>Des associations, telles l’Académie américaine de pédiatrie, prennent en compte la présence croissante de la technologie dès les premières années. L’Académie ne spécifie plus de limites quotidiennes par groupe d’âge. Elle insiste plutôt sur le fait qu’il incombe au parent de fixer des limites sur le temps d'écran. Les parents doivent encadrer l’enfant avec discernement et devenir un exemple de comportement sain. Il est évident que, de pair avec l’évolution de la technologie, il faudra continuer à faire de la recherche sur l’exposition aux écrans.</p><h2>Comment calculer le temps d'écran quotidien de votre enfant</h2><p>Calculer le temps d'écran de votre enfant pendant une journée ordinaire vous aidera à déterminer s’il faut que vous <a href="/Article?contentid=644&language=French">fixiez des limites quant au temps qu’il passe devant un écran</a> et que vous l’encouragiez à consacrer plus de temps à d’autres activités.<br></p><table class="akh-table"><thead><tr><th>Temps d'écran - activité</th><th>Exemples</th></tr></thead><tbody><tr><td>Regarder la télévison</td><td><ul><li>Regarder des dessins animés, la téléréalité, le sport, des documentaires, les bulletins d’informations, des jeux-questionnaires, des émissions-débats, des films</li></ul></td></tr><tr><td>Utiliser l’internet</td><td><ul><li>Visionner des vidéos</li><li>Regarder des émissions de télé ou des films en séries</li><li>Utiliser une messagerie instantanée</li><li>Télécharger de la musique</li><li>Jouer à des jeux en ligne</li><li>Utiliser des applications et des sites de médias sociaux </li><li>Télécharger de la musique</li></ul></td></tr><tr><td>Utiliser un ordinateur ou une tablette</td><td><ul><li>Lire ou rédiger des documents</li><li>Jouer à un jeu d’ordinateur</li><li>Créer un dessin dans un logiciel</li><li>Naviguer ou éditer des photos</li><li>Écouter ou organiser des fichiers de musique</li><li>Écrire des logiciels</li></ul></td></tr><tr><td>Utiliser un cellulaire ou une montre intelligente</td><td><ul><li>Lire et écrire des messages textes</li><li>Jouer à des jeux</li><li>Utiliser des applications</li><li>Écouter de la musique</li></ul></td></tr><tr><td>Jouer à des jeux</td><td><ul><li>Utiliser une console de jeux</li><li>Utiliser un appareil photo pour enfants avec jeux intégrés</li></ul></td></tr></tbody></table><h2>Comment déterminer si le temps d'écran de votre enfant est excessif</h2><p>Passer du temps devant un écran devient malsain quand votre enfant est collé à l’écran la plus grande partie de la journée. Si le temps d'écran de votre enfant excède la limite recommandée pour son âge, vous pourriez observer certains signes révélateurs.</p><p>Les enfants et les jeunes qui passent trop de temps devant un écran peuvent présenter les signes suivants. Ils peuvent être:</p><ul><li>solitaires,</li><li>tristes,</li><li>très fatigués,</li><li>anxieux ou craintifs,</li><li>isolés des amis ou de leur famille,</li><li>renfermés,</li><li>nerveux,</li><li>agités ou tendus,</li><li>agressifs ou en colère.</li></ul><p>Ils peuvent aussi éprouver des débordements émotifs et des difficultés à se faire et à garder des amis.</p><p>Certains enfants ont des difficultés à se concentrer et perdent tout intérêt à l’école, à suivre des règles ou à faire d’autres activités. Le manque d’activité physique qui résulte d’un temps d'écran excessif peut également causer des maux de dos, des maux de de tête ou des maux d’estomac fréquents.</p><p>Certains de ces problèmes peuvent avoir d’autres causes qu’un temps d'écran excessif. Consultez son médecin si vous avez des préoccupations au sujet de la santé physique ou mentale de votre enfant.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/screen_time_overview.jpgTemps passé devant l’écran Découvrez combien d’heures par jour votre enfant devrait passer devant l’écran et l’effet de cette activité sur sa santé et son bien-être.Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors