AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

VitiligoVitiligoVitiligoVFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_darker_skin_FR.jpg2016-06-24T04:00:00ZMichael Bishara, BSc, MD, FRCPC;Irene Lara-Corrales, MSc, MD9.0000000000000055.0000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>​Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau. Découvrez ce qui le cause et comment il est diagnostiqué et soigné.<br></p><h2>Qu’est-ce que le vitiligo?</h2><p>Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau et qui blanchit parfois les cheveux. Environ une personne sur cent est atteinte de ce trouble; il se présente en proportion égale chez les filles et chez les garçons.<br></p> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_darker_skin_FR.jpg" alt="" /> </figure> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/PMD_vitiligo_lighter_skin_FR.jpg" alt="" /> </figure><h2>À retenir</h2><ul><li>Le vitiligo est un trouble qui se manifeste par des taches blanches sur la peau et qui blanchit parfois les cheveux. On le considère comme une réaction auto-immune. Cependant, il est parfois précédé d’une éraflure ou d’une autre blessure à la peau.</li><li>On peut le soigner avec des crèmes et des lotions, des médicaments et la photothérapie. Il se peut que les soins ne fassent pas disparaître toutes les traces du vitiligo. Le traitement ne peut pas prévenir que des taches apparaissent ailleurs.</li><li>Consultez un médecin si le vitiligo de votre enfant ne s’atténue pas ou a changé d'apparence; ou si vous êtes préoccupé au sujet de tout changement dans l'état de santé de votre enfant.</li></ul><br><h2>Quels sont les effets du vitiligo sur le corps?</h2><p>Le vitiligo n’a un effet que sur la couleur de la peau ou des cheveux. Il est généralement plus évident chez les personnes ayant le teint plus foncé. Il peut se produire n’importe où sur le corps, provoquant des nuances de couleur cutanée de formes et de tailles diverses. Cependant, certaines zones du corps sont plus souvent touchées que d’autres.</p><p>Dans de rares cas, les patients atteints de vitiligo peuvent souffrir d’autres troubles auto-immunes. Par exemple, leur système immunitaire peut aussi attaquer leur glande thyroïde. Si l’on porte un diagnostic de vitiligo à votre enfant, son médecin doit demander des analyses sanguines pour vérifier s’il souffre d’autres troubles auto-immunes.</p><br><h2>Quelles sont les causes du vitiligo?</h2><p>La cause précise du vitiligo n’est pas connue. On le considère comme une réaction auto-immune qui se produit quand le système immunitaire s’attaque aux cellules saines du corps, appelées mélanocytes. Il s’agit des cellules qui donnent le pigment (couleur) à la peau et aux cheveux.</p><p>Le vitiligo peut frapper plus d’une personne dans une même famille, ce qui suggère que la génétique peut être un facteur. Parfois, les patients constatent aussi que le vitiligo est précédé d’une éraflure ou d’une autre blessure à la peau. Il se peut que votre médecin parle du phénomène de Koebner.</p><br><h2>Comment le vitiligo est-il diagnostiqué?</h2><p>Le médecin portera souvent un diagnostic de vitiligo après un simple examen de la peau de votre enfant. Le vitiligo est moins évident chez les personnes qui ont le teint pâle. Dans ces cas, le médecin peut utiliser une lampe spéciale, appelée lampe de Wood, afin de faciliter la détection des changements. S’il doit examiner votre enfant à l’aide de cette lampe, le médecin peut vous demander d’aller dans une pièce sombre afin de mettre la peau sous la lumière.</p><h2>Comment le vitiligo est-il soigné?</h2> <p>Il y a différentes façons de soigner le vitiligo. Les soins dépendent de l’étendue du vitiligo et des zones du corps qui en sont atteintes.</p><h3>Médicaments topiques</h3><p>Un traitement aux médicaments topiques est l’application sur la peau d’un onguent, d’une crème, d’un gel ou d’une lotion. Parmi ceux-ci, on trouve les corticostéroïdes topiques.</p><p>Les inhibiteurs topiques de la calcineurine aident à réguler le système immunitaire de la peau. Leur application sur le visage ainsi que sur les zones de pli et de flexion, telles la face intérieure du coude ou celle de l’arrière du genou, donne surtout de bons résultats.</p><p>Les médicaments topiques sont recommandés pour soigner le vitiligo sur de petites surfaces. Une application étendue peut présenter des défis et des effets secondaires. La composition et le dosage du stéroïde topique prescrit à votre enfant dépendend de la partie de son corps touchée.</p><h3>Photothérapie</h3><p>La photothérapie est une thérapie qui expose les zones de peau atteintes de vitiligo à une lumière ultraviolette spéciale. Il faut normalement prévoir plusieurs séances de photothérapie. Le traitement est réservé aux patients dont une grande surface du corps est atteinte de vitiligo et qui ont des problèmes à étaler (appliquer) un médicament topique.</p><p>Durant la thérapie, la personne doit rester immobile, debout dans un petit espace et entourée de lampes. Si elle bouge, elle peut se brûler. Pour cette raison, la photothérapie peut ne pas convenir aux jeunes enfants. Certaines préoccupations ont aussi été soulevées au sujet du risque accru à long terme du cancer de la peau chez ceux soignés par la photothérapie. Cela s’applique surtout aux personnes ayant le teint plus pâle.</p><p>On peut aussi soigner le vitiligo avec une thérapie au laser et les greffes de la peau. Il y a peu de renseignements sur leur utilisation chez les enfants.</p><h3>Quelle est l’efficacité des soins du vitiligo?</h3><p>Malheureusement, le vitiligo est une maladie très imprévisible. Les soins disponibles ne peuvent pas garantir que toutes les zones de peau retourneront à leur couleur normale. Et, les médecins n’ont aucun moyen de prévenir que le vitiligo apparaisse ailleurs.</p><p>Parce que le traitement n’est pas toujours efficace, certains patients peuvent choisir de ne rien faire. Ils utiliseront plutôt un maquillage spécial sur la zone atteinte pour que la couleur se fonde avec le reste de la peau.<br></p><h2>Quand consulter un médecin pour le vitiligo</h2><p>Après que le diagnostic a été porté et que votre enfant a été soigné, consultez son médecin de enfant si :</p><ul><li>le vitiligo se répand, ne guérit pas ou a changé d'apparence;</li><li>vous pensez que votre enfant présente des symptômes du vitiligo. C’est-à-dire qu’il gagne ou perd du poids facilement ou qu’il se sent souvent fatigué. Le médecin peut demander des analyses sanguines pour écarter des troubles systémiques y reliés, comme <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=841&language=French">l’anémie</a> ou l’<a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdie</a>​.</li></ul><h2>Le vitiligo de mon enfant nécessite-t-il des soins à long terme?</h2><p>Oui, il faudra bien <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=308&language=French">protéger contre le soleil</a> les zones atteintes de vitiligo afin de prévenir <a href="https://akhpub.aboutkidshealth.ca/article?contentid=768&language=French">coups de soleil</a> et de minimiser les risques de cancer de la peau.</p><br>
Piqûres d’insectesPiqûres d’insectesInsect bitesPFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2014-05-30T04:00:00Z​Shawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng7.0000000000000062.0000000000000584.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez comment reconnaître, soigner et prévenir les morsures d’insectes et les piqûres de tiques et d’abeilles.</p><p>Les piqûres et les morsures d’insectes se produisent quand un insecte se nourrit de la peau d’une personne ou tente de se défendre.</p><p>Les insectes mordent et piquent de diverses façons. Les insectes connus pour mordre ou piquer comprennent les moustiques, les mouches noires, les punaises des lits, les puces, les tiques, les fourmis de feu, les abeilles et les guêpes. Les abeilles laissent souvent leur dard dans la plaie.</p><p>Les piqûres d’insecte causent habituellement une légère enflure, des rougeurs et unedémangeaison se limitant à la région tout près d’elles. Cependant, certains enfants peuvent présenter des réactions susceptibles de mettre leur vie en danger. C’est ce qu’on appelle une réaction anaphylactique, laquelle nécessite des soins médicaux immédiats. Chez les enfants à risqueles réactions anaphylactiques sont généralement causées par les piqûres d’abeille, de guêpe et de frelon. D’autres insectes peuvent transmettre des maladies. Par exemple, la piqûre de certains moustiques peuvent causer le palusdisme ou le virus du Nil occidental et celle de certainestiques peuvent entraîner la maladie de Lyme.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Les morsures d’insectes causent souvent une enflure et des rougeurs. Certains enfants peuvent avoir des réactions graves risquant d’être fatales.</li> <li>Les insectes piqueurs courants sont les moustiques, les mouches noires, les abeilles et les guêpes.</li> <li>Certains enfants répondent bien aux antihistaminiques, alors que d’autres pourraient n’avoir besoin que de glace.</li> <li>Prévenez les morsures et les piqûres d’insectes à l’aide de vêtements clairs couvrant le corps et par l’application d’un insectifuge sur la peau exposée.</li> <li>Les insectifuges à base de DEET sont très effiaces, mais utilisez-les selon les recommandations en fonction de l’âge votre enfant. Si vous utilisez à la fois un insectifuge et un écran solaire, appliquez d’abord celui-ci.</li></ul> <h2>Signes et symptômes d'une piqûre d’insecte</h2> <p>Les signes et les symptômes des morsures et des piqûres varient selon le type d’insecte et la réaction de votre enfant.</p> <p>En règle générale, une morsure ou une piqûre d’insecte cause:</p> <ul><li>une petite bosse rouge, un bouton ou des cloques</li> <li>une démangeaison et une irritation autour de la bosse.</li></ul> <p>Les symptômes peuvent durer de quelques heures à deux jours.</p> <p>Certains enfants verront apparaître une région enflée et dure de grande taille autour de la piqûre. Il ne s’agit pas d’une réaction allergique. C’est ce que l’on appelle une réaction locale étendue, ce qui provoque rarement une infection cutanée.</p> <p>Si votre enfant a une réaction anaphylactique, il pourrait présenter de l’urticaire, une enflure du visage ou de la bouche ou des problèmes respiratoires ou encore s’évanouir. Si c’est le cas, utilisez l’auto-injecteur d’épinéphrine de votre enfant s’il en a un et appelez les secours d’urgence.</p> <h2>Traitement des piqûres d’insectes</h2> <ul><li>L’application de compresses humides froides ou de glace peut réduire l’enflure.</li> <li>Des médicaments topiques (qu’on applique sur la peau) en vente libre peuvent aussi aider à atténuer les démangeaisons.</li></ul> <p>Certains enfants peuvent bien répondre aux antihistaminiques pour soulager les démangeaisons, mais ces médicaments peuvent causer une somnolence.</p> <h2>Prévention</h2> <p>Votre enfant a risque davantage de se faire piquer par temps chaud et humide, ainsi que durant la soirée et la nuit. Voici des moyens de réduire l’exposition de votre enfant aux insectes:</p> <ul><li>appliquez un insecticide ou un insectifuge sur la peau exposée</li> <li>assurez-vous qu’il porte un pantalon couvrant les jambes et des chaussettes</li> <li>choisissez des vêtements de couleurs pâles</li> <li>évitez les endroits où les insectes se tiennent et se reproduisent</li> <li>restez à l’intérieur quand les insectes sont nombreux</li> <li>utilisez des moustiquaires imprégnés d’insectifuge, surtout pour les nourrissons âgés de moins de six mois</li> <li>au besoin, prenez des précautions précises comme l’administration d’antipaludiques.</li></ul> <h3>Soyez prudents quand vous utilisez un insectifuge à base de DEET</h3> <p>Le DEET est l’un des insectifuges les plus efficaces contre les moustiques et les diptès piqueurs, mais il faut l’utiliser avec precaution chez les enfants.</p> <ul><li>Bébés âgés de moins de six mois: N’utilisez pas d’insectifuge à base de DEET.</li> <li>Enfants âgés de six mois à deux ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 10 pour cent de DEET, mais ne l’appliquez qu’une fois par jour.</li> <li>Enfants âgés de deux à douze ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 10 pour cent de DEET, mais ne l’appliquez pas plus souvent que trois fois par jour.</li> <li>Enfants âgés de plus de douze ans: Utilisez un insectifuge contenant au plus 30 pour cent de DEET.</li></ul> <p>Plus la quantité de DEET est élevée dans un produit, plus celui-ci est efficace.</p> <h3>Application des insectifuges à base de DEET chez votre enfant</h3> <ul><li>Appliquez un insectifuge à base de DEET sur la peau exposée en suivant les instructions du fabricant.</li> <li>Ne l’appliquez pas sur le visage ou les mains ni sur une zone présentant une coupure, une éraflure ou une irritation.</li> <li>Après l’application, lavez-vous les mains et évitez de vous toucher les lèvres et les yeux.</li></ul> <h3>Utilisation efficace des insectifuges et des écrans solaires</h3> <ul><li>Appliquez un écran solaire environ 30 minutes suivant l’application d’un insectifuge.</li> <li>N’utilisez pas de produits combinant un écran solaire et un insectifuge. L’insectifuge peut réduire l’efficacité de l’écran solaire, tandis que l’écran solaire peut augmenter la quantité d’insectifuge absorbée par la peau. De plus, vous devrez normalement appliquez l’écran solaire à des intervalles de deux ou trois heures, mais il dangereux d’utiliser un insectifuge à ce rythme.</li></ul> <h2>Quand consulter un médecin pour une piqûre ou une morsure d’insecte</h2> <p>En cas de piqûre ou de morsure d’insecte, consultez immédiatement un médecin:</p> <ul><li>si vous habitez une zone où il est reconnu que les insectes transmettent des maladies</li> <li>si votre enfant présente une éruption cutanée inhabituelle, une fièvre ou d’autres symptômes.​</li></ul>insectbiteshttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/insect_bites.jpg
Nutrition pendant la grossesse: comment soulager les troubles digestifs grâce à l’alimentationNutrition pendant la grossesse: comment soulager les troubles digestifs grâce à l’alimentationPregnancy nutrition: How to ease digestive discomfort through dietNFrenchPregnancyAdult (19+)NANANon-drug treatmentAdult (19+)NA2016-12-22T05:00:00ZStacey Segal, BScA, MSc, RD;Daina Kalnins, MSc, RD​​​8.0000000000000057.0000000000000547.000000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>​Apprenez-en davantage sur les complications digestives courantes de la grossesse et sur la façon de soulager les symptômes par de légers changements dans l’alimentation.</p><p>La grossesse est souvent un moment d’anticipation et d’excitation, mais elle apporte également des <a href="/Article?contentid=317&language=French">changements physiques et hormonaux </a> qui peuvent causer divers degrés d’inconfort. Les troubles digestifs courants liés à la grossesse comprennent les nausées, les vomissements, les brûlures d’estomac et la constipation. Dans bien des cas, ces inconforts peuvent être soulagés par de petits changements dans l’alimentation, les habitudes quotidiennes et les niveaux d’activité.</p> <br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les symptômes courants liés à la grossesse comprennent les nausées, les vomissements, les brûlures d’estomac et la constipation.</li> <li>Ces symptômes sont souvent causés par des changements hormonaux pendant la grossesse. Les brûlures d’estomac peuvent également être causées par la pression de l’utérus qui s’élargit contre l’estomac.</li> <li>De petits changements dans l’alimentation et le style de vie peuvent aider à soulager ces symptômes.</li> <li>Parlez-en toujours à votre médecin avant de commencer un nouveau traitement pour les symptômes de la grossesse.</li> </ul><h2>Comment soulager les troubles digestifs liés à la grossesse</h2> <h3>Nausées et vomissements</h3> <p>On pense que <a href="/Article?contentid=347&language=French">les nausées et les vomissements pendant la grossesse</a> sont liés à des changements hormonaux. Ils touchent plus de la moitié des femmes enceintes.</p> <p>Si vous souffrez de nausées ou de vomissements pendant votre grossesse, essayez ces conseils pour apaiser les symptômes.</p> <ul> <li>Mangez de petits repas toutes les deux à trois heures.</li> <li>Essayez de manger un morceau de pain ou un craquelin avant de vous lever le matin.</li> <li>Mangez une collation avant de vous coucher ou pendant la nuit.</li> <li>Essayez de consommer des aliments riches en <a href="/Article?contentid=1443&language=French">glucides </a> comme des fruits, du jus de fruit dilué, du pain et des céréales.</li> <li>Essayez d’ajouter du gingembre à votre alimentation. Demandez à votre médecin de recommander un supplément et de vous indiquer la meilleure façon de le prendre (par exemple, avaler une capsule entière ou l’ouvrir et la mélanger dans du liquide).</li> <li>Ne sautez pas de repas.</li> <li>Évitez les aliments frits et riches en matières grasses.</li> <li>Évitez les odeurs de nourriture et de cuisson fortes.</li> <li>Évitez les aliments très assaisonnés.</li> </ul> <p>Si vous souffrez de vomissements sévères, qui constituent une complication de la grossesse appelée hyperémèse gravidique, vous risquez de vous déshydrater et de perdre du poids. Vous devrez peut-être être traitée avec des médicaments et recevoir des liquides par intraveineuse.</p> <h3>Brûlures d’estomac</h3> <p>Des brûlures d’estomac peuvent survenir lorsque l’utérus élargi presse contre l’estomac, ce qui force le contenu de l’estomac à remonter dans l’œsophage. Elles peuvent également être causées par des changements hormonaux pendant la grossesse. Bien qu’elles soient pénibles, ces brûlures ne sont problématiques pendant la grossesse que si elles vous empêchent de manger.</p> <p>Pour réduire au minimum les brûlures d’estomac, essayez ces conseils.</p> <ul> <li>Mangez fréquemment de petites quantités d’aliments faibles en gras.</li> <li>Mangez lentement et mâchez bien.</li> <li>Évitez les aliments épicés qui semblent empirer les brûlures d’estomac.</li> <li>Évitez de vous allonger une heure ou deux après avoir mangé.</li> <li>Évitez de vous pencher après avoir mangé.</li> </ul> <p>Si vous souffrez de brûlures d’estomac, ne prenez pas d’antiacides, sauf sur avis contraire de votre médecin.</p> <h3>Constipation</h3> <p>La constipation est une autre préoccupation pendant la grossesse, et elle touche de nombreuses femmes. Elle est liée aux changements hormonaux et à la pression exercée par l’utérus élargi sur le côlon. Elle découle également d’un régime alimentaire pauvre en fibres et en liquides et d’un manque d’activité physique.</p> <p>Essayez ces conseils pour soulager les symptômes.</p> <ul> <li><a href="/Article?contentid=964&language=French">Augmentez votre consommation de fibres</a> en mangeant des pains à grains entiers, des haricots et des lentilles, des légumes et des fruits.</li> <li>Buvez huit à 12 tasses de liquide par jour, y compris de l’eau, du lait et du jus dilué (dans de l’eau ou de l’eau gazeuse faible en sodium).</li> <li>Marchez ou nagez régulièrement pour rester active.</li> </ul> <p>Si vous souffrez de constipation, évitez de prendre des laxatifs, sauf sur avis contraire de votre médecin.</p> <p>Il y a beaucoup de facteurs à prendre en considération pour vous aider à vous assurer que votre bébé en pleine croissance et vous-même êtes en bonne santé pendant votre grossesse. Même si cela pourrait être accablant parfois, il est important de profiter de cette période si vous le pouvez. L’alimentation de votre futur bébé peut être l’un des moments les plus gratifiants de votre vie.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/pregnancy_nutrition_easing_digestive_discomfort.jpgNutrition des femmes enceintes 
Faire bouger les enfants : le rôle du transport actif et de communautés accueillantes pour les enfantsFaire bouger les enfants : le rôle du transport actif et de communautés accueillantes pour les enfantsKeeping kids on the move: The role of active transportation and child-friendly communitiesFFrenchPreventionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2014-07-16T04:00:00ZShaw​na Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng8.0000000000000061.00000000000001033.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez en quoi le transport actif et des communautés accueillantes pour les enfants peuvent aider ceux-ci à être plus actifs physiquement.</p><p>Ces 50 dernières années, la popularité croissante des voitures en Amérique du Nord a modelé des banlieues et des villes dans lesquelles beaucoup de gens doivent conduire tous les jours. Par conséquent, les enfants se déplacent souvent en voiture plutôt qu’à pied, à vélo ou en utilisant un autre mode de transport. Cette dépendance envers l’automobile peut avoir une incidence majeure sur la santé et le développement des enfants et sur les types de quartier où ils vivent.</p> <br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le recours intensif à la voiture peut rendre les enfants moins actifs, moins en connexion avec l’environnement et moins indépendants.</li> <li>Le transport actif réduit la dépendance envers l’automobile puisque certains déplacements se font à pied ou à vélo.</li> <li>Les parents peuvent encourager le transport actif en participant aux journées sans voiture, en aidant leurs enfants à trouver les meilleurs itinéraires pédestres et cyclables à proximité et en agissant pour renforcer la sécurité de l’école pour les personnes qui s’y rendent à pied ou à vélo.</li> <li>Les communautés accueillantes pour les enfants peuvent rendre le transport actif plus réaliste parce qu’elles sont sûres et accessibles et qu’elles intègrent la nature, les atouts locaux et les besoins de différentes catégories d’âge.</li> </ul><h2>Effets des déplacements en voiture sur les enfants</h2><p>Le recours à la voiture se répercute à plus d’un titre sur la santé, le développement et la sécurité des enfants.</p><ul><li>Les enfants qui ont moins <a href="/Article?contentid=642&language=French">d’activité physique</a> sont plus exposés à des problèmes de santé, entre autres à l’<a href="/Article?contentid=640&language=French">excès de poids</a>.</li><li>Les enfants qui voient la vie principalement « à travers le pare-brise d’une voiture » sont moins en connexion avec l’environnement qui les entoure.</li><li>Une circulation dense réduit la capacité des enfants à être autonomes dans leurs déplacements. Des <a href="/Article?contentid=1955&language=French">considérations de sécurité</a> peuvent les empêcher de se déplacer dans leur quartier à pied ou à vélo et de fréquenter les parcs, les écoles et les magasins du voisinage.</li><li>À cause du trafic, les enfants ont moins l’occasion de jouer devant la maison ou dans la rue, ce qui limite la durée et la richesse de leurs jeux.</li></ul><p>Le développement des quartiers et les modes de transport disponibles sont influencés, entre autres, par les urbanistes, les collectivités locales, les promoteurs immobiliers et les commissions de transport en commun. Toutefois, la contribution de nombreux groupes dans la création des communautés ne prive pas entièrement les parents de moyens de faire en sorte que leurs enfants utilisent d’autres modes de transport pour se rendre à l’école et de renforcer la sécurité des communautés.</p><h2>Moyens pour les parents de créer des déplacements adaptés à l’enfant</h2><h3>Encourager le transport actif</h3><ul><li>Le transport actif désigne les déplacements à pied ou à vélo plutôt qu’en voiture ou en autobus. Avant d’effectuer votre prochain déplacement, demandez-vous si vous et votre enfant pourriez rejoindre votre destination à pied ou à vélo.</li><li>Associez votre enfant aux décisions concernant les modes de transport. Quand ils ont le choix, les enfants sont nombreux à préférer se déplacer à pied, à vélo ou en patins à roues alignées plutôt que de prendre la voiture.</li><li>Soyez un modèle de rôle. Optez pour un mode de transport actif chaque fois que vous le pouvez.</li><li>Marchez et roulez à vélo avec votre enfant. Aidez-le à trouver les meilleurs itinéraires pour se rendre là où il veut aller et apprenez-lui à se déplacer en toute sécurité.</li><li>Commencez tôt à apprendre à votre enfant à utiliser le transport en commun s’il doit le prendre.</li><li>Participez aux journées sans voiture. Encouragez vos voisins et collègues à faire de même.</li><li>Organisez un « pédibus » scolaire pour emmener vos enfants et les enfants du voisinage à l’école. Un trajet physiquement actif pour aller à l’école peut être un moment amusant de contacts sociaux pour l’enfant.</li><li>Agissez pour rendre l’école plus sûre pour les écoliers qui s’y rendent à pied. Essayez de convaincre l’école de donner la priorité aux piétons plutôt qu’aux voitures, d’inciter les automobilistes à ne pas laisser tourner leur moteur au ralenti et de réduire l’encombrement aux points de débarquement.</li><li>Déterminez si l’école de votre enfant a un espace sûr et sans danger pour le rangement des vélos. Si ce n’est pas le cas, encouragez-la à en prévoir un.</li></ul><h3>Plaider pour une « communauté accueillante pour les enfants »</h3><p>Il arrive que certaines conditions doivent être remplies pour que le transport actif soit une option réaliste. C’est de là que vient le concept de « communauté accueillante pour les enfants ».</p><p>Dans sa charte des droits des enfants (Bill of Rights for Kids), l’architecte Harry Teague, du Colorado, plaide en faveur de communautés accueillantes pour les enfants, qui :</p><ul><li>sont sûres et accessibles</li><li>sont construites à une échelle appropriée</li><li>intègrent dans les alentours la nature, le travail et les besoins de plus d’un sexe et de plus d’une catégorie d’âge</li><li>possèdent des éléments de tradition.</li></ul><p>Les questions types qui suivent vous aideront à déterminer si votre quartier est un lieu sain et accueillant pour votre famille.</p><p> <em>Sécurité</em></p><ul><li>Y a-t-il beaucoup de circulation? Quelle est la vitesse limite?</li><li>Est-ce que toutes les rues ont un trottoir au moins d’un côté?</li><li>Y a-t-il des pistes cyclables ou des bandes cyclables?</li><li>Y a-t-il des rues étroites pour ralentir les automobilistes et aider les piétons et les cyclistes à traverser?</li><li>Dans les rues où le trafic est plus dense, y a-t-il beaucoup de passages pour piétons et de feux de circulation?</li><li>Y a-t-il des « yeux dans la rue », c’est-à-dire des voisins ou des travailleurs qui ouvrent l’œil et peuvent apporter leur aide au besoin? Les maisons ont-elles un porche et des fenêtres qui donnent sur la rue?</li><li>L’éclairage public est-il suffisant?</li></ul><p> <em>Accessibilité</em></p><ul><li>Le quartier est-il suffisamment proche des lieux où les enfants doivent et veulent aller (écoles, parcs, terrains de jeu, installations de loisirs, magasins, bibliothèques, amis et famille) pour qu’ils s’y rendent à pied ou à vélo?</li><li>Le quartier est-il coupé en deux par une autoroute ou une artère principale?</li><li>Le quartier est-il à proximité d’une ligne de transport en commun qui le relie à des lieux d’intérêt? Ou les enfants doivent-ils prendre plusieurs autobus?</li><li>Y a-t-il des stationnements pour vélos aux magasins ou à la bibliothèque?</li><li>Les gens se déplacent-ils à pied? à vélo?</li></ul><p> <em>Intégration</em></p><ul><li>Y a-t-il d’autres enfants qui vivent à proximité?</li><li>Est-il facile pour les enfants du voisinage de se mettre à jouer ensemble à l’improviste, de façon non structurée?</li><li>Pouvez-vous faire la connaissance, vous et votre famille, de voisins et de commerçants du quartier?</li><li>La collectivité offre-t-elle un éventail de services (écoles, parcs, installations de loisirs, lieux de culte, magasins, bibliothèque, médecin, dentiste ou possibilités d’emploi après l’école ou d’emploi d’été)?</li><li>Est-ce que le quartier est habité par des gens d’âges et de milieux différents?</li><li>Des espaces naturels ont-ils été préservés dans le voisinage?</li><li>Si vous devez changer de logement, le quartier en offre-t-il de différents types (appartements ou maisons de grande et de petite taille)?</li></ul><p> <em>Tradition</em></p><ul><li>Y a-t-il des monuments, des lieux d’exception ou des sites naturels qui peuvent rattacher les enfants à leur communauté?</li><li>Quels sont les projets pour le développement futur de la zone?</li></ul><p>Si votre quartier a des insuffisances dans certains domaines, vous pouvez décider de faire part de vos constats à des voisins et de présenter des demandes en groupe à un représentant de l’administration locale.</p><h2>Importance de communautés accueillantes pour les enfants</h2><p>Un quartier qui est convivial pour les enfants l’est aussi pour le reste de la famille et l’ensemble de la communauté. De manière plus spécifique, c’est dans les communautés accueillantes pour les enfants que ceux-ci sont le plus à même de faire du transport actif une réalité pour leurs déplacements réguliers.</p> <br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/keeping_kids_on_the_move_the_role_of_active_transportation.jpgFaire bouger les enfants
Soleil: protéger la peau de votre enfantSoleil: protéger la peau de votre enfantSun: Protecting your child's skinSFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinDermatologic systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2013-09-19T04:00:00ZMiriam Weinstein, MD, FRCPC;Michelle Lee, RN;Jackie Su, RN;Elena Pope, MD, MSc, FRCPC;Charis Kelly, RN(EC), MN000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Une exposition excessive au soleil peut endommager la peau de votre enfant. Apprenez à choisir la bonne crème solaire et des vêtements adéquats pour protéger la peau de votre enfant. </p><p>Une exposition trop longue au soleil peut provoquer des coups de soleil graves, des ampoules, des frissons et de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a> et rendre malade. À long terme, une trop grande exposition au soleil peut causer un vieillissement prématuré de la peau et même le cancer de la peau.</p><p>Il est important de protéger la peau de votre enfant du soleil. Cela comprend appliquer un écran solaire, porter des vêtements pour se protéger du soleil et éviter complètement le soleil.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Une trop grande exposition au soleil peut entraîner des coups de soleil et des dommages à long terme à la peau, y compris un vieillissement prématuré et le cancer de la peau.</li> <li>Il est important de protéger la peau de votre enfant contre le soleil. Cela inclut appliquer de l'écran solaire, porter des vêtements protecteurs et éviter complètement le soleil.</li> <li>Votre enfant ou votre adolescent ne devrait pas utiliser de cabine de bronzage.​</li> </ul><h2>Conseils généraux pour protéger la peau</h2> <ul> <li>Les rayons du soleil sont au plus forts entre 11 h et 15 h.</li> <li>Même les jours où le ciel est nuageux, les rayons du soleil peuvent encore atteindre votre enfant.</li> <li>Plus votre enfant a la peau pâle, plus il risque d’avoir un coup de soleil.​</li> <li>Les bébés de moins de 6 mois devraient éviter le soleil, car on ne recommande pas de porter des écrans solaires à cet âge. Gardez-les à l'ombre en tout temps.</li> </ul> <h2>Écrans solaires</h2> <p>Les écrans solaires que votre enfant peut utiliser sur la peau ​:</p> <ul> <li>protègent ​des rayons dangereux du soleil (rayons ultraviolets ou UV),</li> <li>protègent des coups de soleil,</li> <li>aident à prévenir les changements de la peau dus l'exposition au soleil, comme les rides, les changements de pigmentation (couleur de la peau) et le cancer de la peau.</li> </ul> <p>Choisissez un écran solaire qui protège à la fois contre les rayons UVA et UVB, les rayons dangereux du soleil.</p> <p>Le facteur de protection solaire (FPS) indique le degré de protection contre les rayons UVB. Il ne comprend pas de protection contre les rayons UVA.</p> <p>Les produits chimiques qui protègent la peau contre les rayons UVA comprennent les produits suivants :</p> <ul> <li>l’oxybenzone</li> <li>l’avobenzone</li> <li>l’ecamsule.</li> </ul> <p>Les écrans solaires qui contiennent des substances comme le dioxyde de titane et dioxyde de zinc protègent à la fois contre les rayons UVA et UVB.</p> <h3>Choisir un écran solaire</h3> <p>Suivez les étapes suivantes pour choisir et utiliser un écran solaire.</p> <ul> <li>Choisissez un écran solaire avec un SPF 30 ou plus.</li> <li>Appliquez de l'écran solaire en abondance et souvent sur toutes les parties du corps exposées au soleil, surtout sur le visage et le cou.</li> <li>Appliquez et appliquez de nouveau toutes les 2 ou 3 heures, surtout lorsque votre enfant participe à des activités à l'extérieur ou dans l'eau.</li> </ul> <h2>Autres conseils pour réduire l'exposition au soleil</h2> <ul> <li>Évitez les salons de bronzage. Des études indiquent que l'utilisation de lits de bronzage augmente de façon importante les risques de dommages et de cancer de la peau.</li> <li>Évitez de vous exposer au soleil entre 11 h et 15 h. C'est le moment où les radiations UV sont les plus forts. Participez aux activités dehors tôt ou tard dans la journée.</li> <li>Évitez les bains de soleil. Cherchez les endroits ombragés ou couverts au lieu de vous asseoir directement au soleil.</li> <li>Portez des chemises légères à manches longues et des pantalons. Vous serez ainsi couvert et au frais pendant la journée. Le coton et le lin sont les meilleurs matériaux pour rester au frais.</li> <li>Portez un chapeau.</li> </ul> <h2>Médicaments et exposition au soleil</h2> <p>Certains médicaments rendent la peau plus sensible au soleil. Parlez-en à votre médecin ou au pharmacien pour obtenir plus de renseignements.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Sun_protecting_your_childs_skin.jpgAu soleil
Santé mentaleSanté mentaleMental healthSFrenchPsychiatryChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANANACaregivers Adult (19+)NALanding PageLearning Hub<p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale.<br></p><p>Ce centre offre des ressources pour soutenir la santé mentale de votre enfant grâce à l'activité physique, au sommeil et à la nutrition. Il offre également de l'information sur la reconnaissance, le traitement et la gestion d'une gamme de problèmes de santé mentale, y compris les troubles anxieux, le trouble bipolaire, la dépression, les troubles du comportement, l'anorexie mentale et le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH).<br></p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Bien-être</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>​Les pressions de la vie quotidienne pendant la croissance d’un enfant peuvent mettre à l'épreuve sa santé mentale. Découvrez comment l’activité physique, de bonnes habitudes de sommeil, des limites au temps passé devant un écran et une alimentation équilibrée peuvent stimuler la santé mentale de votre enfant et l'aider à traverser les périodes difficiles.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=642&language=French" target="_blank">Activité physique: directives pour les enfants et les adolescents</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=641&language=French" target="_blank">Activité physique: bienfaits de l’exercice sur la santé et le bien-être</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Sleep</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=645&language=French" target="_blank">Sommeil: bienfaits et nombre d'heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=646&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à avoir une bonne nuit de sommeil</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=647&language=French" target="_blank">Comment aider votre adolescent à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Screen time</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=643&language=French" target="_blank">Temps d'écran: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=644&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à s’imposer de bonnes limites au temps qu’il passe devant un écran</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=639&language=French" target="_blank">Comment un régime alimentaire équilibré et de saines habitudes alimentaires peuvent aider la santé mentale de votre enfant</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles anxieux<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Tout enfant éprouvera de l’anxiété à un moment ou à un autre car cela fait partie intégrante du développement. Toutefois, un trouble anxieux se manifeste lquand il affecte le quotidien. Apprenez-en davantage sur les signes, les symptômes et le spectre des troubles anxieux et de leur traitement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=18&language=French" target="_blank">Anxiété: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=271&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=270&language=French" target="_blank">Les types de troubles anxieux</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=701&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide des médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=702&language=French" target="_blank">La psychothérapie et les changements dans le mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Trouble obsessionnel-compulsif<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se produit lorsqu’une personne souffre de pensées inquiétantes et intrusives et/ou suit des habitudes répétitives ou strictes pour être moins inquiète. En savoir plus sur les causes, les symptômes et les conséquences de ce trouble et comment vous pouvez aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=285&language=French" target="_blank">Trouble obsessionnel-compulsif: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=288&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=286&language=French" target="_blank">Comment les TOC affectent-ils la vie de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=709&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=287&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Dépression</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La dépression est une maladie qui se manifeste par un sentiment de profonde tristesse ou un manque d'intérêt pour des activités qu'on aimait faire auparavant. Découvrez comment cette condition affecte l'humeur de l'enfant, le sommeil, la concentration et les niveaux d'énergie, et comment cela peut être traité.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=19&language=French" target="_blank">Dépression: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=284&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=707&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide des médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=708&language=French" target="_blank">La psychothérapie et les changements dans le mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Trouble bipolaire</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble bipolaire entraîne une​ alternance entre les humeurs faibles et élevées pendant des jours, des semaines ou des mois. Découvrez le spectre du trouble bipolaire, les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs et comment les médicaments, la thérapie et les changements de style de vie peuvent aider.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=279&language=French" target="_blank">Trouble bipolaire: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=280&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=704&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide des médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=705&language=French" target="_blank">La psychothérapie et les changements dans le mode de vie</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Le suicide et l'automutilation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Il arrive souvent qu’un enfant qui a des pensées suicidaires ou d'automutilation soit en même temps sous l’emprise d’une souffrance émotive envahissante. Apprenez comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices, comment lui apporter du soutien et le protéger et où vous adresser pour obtenir de l’aide professionnelle.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=291&language=French" target="_blank">Le suicide chez les enfants et les adolescents:<br>présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=289&language=French" target="_blank">L'automutilation chez les enfants et les adolescents: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=290&language=French" target="_blank">Le risque de suicide: signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=293&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à composer avec des émotions perturbatrices</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=292&language=French" target="_blank">Comment protéger votre enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles de l’alimentation</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de l’alimentation peuvent non seulement comporter des risques pour la santé de votre enfant mais aussi perturber votre vie familiale. Renseignez-vous sur les symptômes et la prise en charge de l’anorexie, de la boulimie, du trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement et de l’hyperphagie boulimique, et comment aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’anorexie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=268&language=French" target="_blank">L’anorexie mentale: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=269&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=267&language=French" target="_blank">Complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=700&language=French" target="_blank">Options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=266&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>La boulimie mentale</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=282&language=French" target="_blank">Boulimie mentale: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=283&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=281&language=French" target="_blank">Complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=706&language=French" target="_blank">Options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=294&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=274&language=French" target="_blank">Trouble d’alimentation sélective et/ou d’évitement: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=275&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=273&language=French" target="_blank">Complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=703&language=French" target="_blank">Options de traitement</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=272&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>L’hyperphagie boulimique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=277&language=French" target="_blank">L’hyperphagie boulimique: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=278&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=640&language=French" target="_blank">L’obésité: complications médicales</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=276&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est lié à des difficultés de régulation de l’attention et de maîtrise du comportement. Découvrez les principaux symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents, comment la maladie est diagnostiquée et comment aider votre enfant à la maison et à l’école.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1922&language=French" target="_blank">Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1923&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1997&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1999&language=French" target="_blank">Communiquer avec l’école de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1998&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du comportement</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Les troubles de comportement comprennent le trouble oppositionnel avec provocation et le trouble des conduites. Apprenez comment ces problèmes diffèrent de l’inconduite typique, comment la thérapie et les médicaments peuvent aider à les atténuer et comment vous pouvez gérer un comportement problématique à la maison.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1924&language=French" target="_blank">Les troubles du comportement: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1925&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2000&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2001&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à la maison</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Trouble de stress post-traumatique (TSPT)<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est directement lié à l’observation ou à l’expérience d’un événement terrifiant. Découvrez-en les symptômes principaux et apprenez comment le problème est diagnostiqué et comment la psychothérapie et les médicaments peuvent aider votre enfant.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1927&language=French" target="_blank">Trouble de stress post-traumatique: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1928&language=French" target="_blank">Signes et symptômes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2005&language=French" target="_blank">Traitement à l’aide de la psychothérapie et des médicaments</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Les troubles du cerveau et la santé mentale<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Un trouble du cerveau est un problème médical, une maladie ou une blessure qui perturbe le cerveau et qui se développe avant ou après la naissance. Découvrez comment il peut compromettre l’apprentissage, l’humeur et les aptitudes sociales de votre enfant, comment en sont évaluées les conséquences sur sa santé mentale et comment l’aider à s’adapter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=1926&language=French" target="_blank">Les troubles du cerveau et la santé mentale: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2002&language=French" target="_blank">Evaluer la présence de problèmes neuropsychologiques chez votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2003&language=French" target="_blank">Comment aider votre enfant à s’adapter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/fr/Article?contentid=2004&language=French" target="_blank">Traitements actuels</a></li></ol></div><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mental_health_landing-page.jpgsantementaleviesaine

 

 

Maladie cœliaque : Conseils pour maintenir un régime alimentaire sans glutenMaladie cœliaque : Conseils pour maintenir un régime alimentaire sans glutenCeliac disease: Tips to maintain the gluten-free dietMFrenchGastrointestinalBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)Small IntestineSmall intestineNon-drug treatmentCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_celiac_disease_EN.jpg2017-02-06T05:00:00ZPeggy Marcon, MD, FRCPC;Inez Martincevic, MSc, RD;Catharine Walsh, MD, MEd, PhD, FAAP, FRCPC8.0000000000000060.00000000000001433.00000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Cet article fournit des conseils pour aider votre enfant à maintenir son régime alimentaire spécial.</p><h2>Qu’est-ce que la maladie cœliaque?</h2><p>La <a href="/Article?contentid=816&language=French">maladie cœliaque</a> est une maladie auto-immune dans laquelle tout contact avec le gluten, un groupe de protéines alimentaires, déclenche une réaction du système immunitaire, le système de défense de l’organisme. Cette réponse immunitaire au gluten, peu importe où le contact se produit dans le corps, endommage les parois internes de l’intestin grêle. L’absorption des nutriments devient alors plus difficile.</p><p>Les symptômes courants de la maladie cœliaque sont la diarrhée, la constipation, les maux de tête, la fatigue et l’anémie. Certaines personnes ne présentent aucun symptôme.</p><p>La maladie cœliaque est un trouble chronique (à vie). Il n’existe pas de médicament permettant de soigner la maladie cœliaque. Le seul traitement est un régime alimentaire strictement sans gluten à vie. Un tel régime facilitera la guérison de l’intestin, diminuera les symptômes existants, le cas échéant, et maintiendra votre enfant en bonne santé.<br></p><h2>En quoi consiste un régime sans gluten?</h2><p>Un <a href="/Article?contentid=956&language=French">régime strictement sans gluten</a> signifie une alimentation sans traces de gluten. Le gluten est présent naturellement dans toutes les formes d’aliments suivantes :</p><ul><li>blé;</li><li>seigle;</li><li>orge;</li><li>triticale (une hybridation entre le blé et le seigle).</li> </ul><p>Les produits à base de blé comme le pain, les pâtes et les produits de boulangerie sont des sources évidentes de gluten. Il existe aussi de nombreux aliments dont le gluten est dissimulé comme les soupes, les sauces pour salade et la crème glacée.</p><p>Lisez toujours l’étiquette de tous les aliments et produits non alimentaires (comme les médicaments) pour voir s’ils contiennent des sources de gluten.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La maladie cœliaque est une maladie auto-immune dans laquelle tout contact avec le gluten, un groupe de protéines alimentaires, déclenche une réaction du système immunitaire, le système de défense de l’organisme.</li><li>On trouve du gluten dans le seigle, l’orge, le triticale et toutes les formes de blé.</li><li>Le seul traitement de la maladie cœliaque est un régime alimentaire strictement sans gluten à vie. Un tel régime facilitera la guérison de l’intestin, diminuera les symptômes existants, le cas échéant, et maintiendra votre enfant en bonne santé.</li><li>Afin de maintenir un régime sans gluten, vous devez éviter toute source de contamination croisée à la maison et à l’extérieur (p. ex., lorsque le gluten est transmis d’un aliment ou d’un objet à un aliment ou à un objet sans gluten).</li><li>Lorsque vous mangez à l’extérieur, assurez-vous que tous comprennent que le régime sans gluten de votre enfant est le seul traitement médical pour la maladie cœliaque.<br></li></ul><h2>Crédit d’impôt</h2><p>Les prix payés pour l’achat de produits sans gluten pour une personne atteinte de la maladie cœliaque sont considérés comme des frais médicaux. Ils sont admissibles dans votre déclaration de revenus auprès de l’<a href="http://www.cra-arc.gc.ca/menu-fra.html">Agence du revenu du Canada</a>. On vous demandera de fournir les documents suivants :</p><ul><li>une lettre d’un fournisseur de soins de santé attestant que la personne a besoin de produits sans gluten en raison de la maladie cœliaque;</li><li>un résumé de chaque produit acheté au cours des 12 mois pendant lesquels les frais sont réclamés;</li><li>un reçu à l’appui du coût de chaque produit sans gluten que vous réclamez.</li></ul><p>Pour plus de renseignements, visitez le site Web de l’<a href="http://www.cra-arc.gc.ca/menu-fra.html">Agence du revenu du Canada</a>. <br></p><h2>Comment prévenir le risque de contamination croisée</h2><p>Une contamination croisée se produit lorsque le gluten se transmet involontairement d’un aliment ou d’un objet vers un autre aliment ou un autre objet. Il est important d’éviter toute source de contamination croisée.</p><h3>À la maison<br></h3><p>Lavage :</p><ul><li> <a href="/Article?contentid=1981&language=French">Lavez-vous les mains</a> entre chaque manipulation d’aliments contenant du gluten et de ceux qui en sont exempts.</li><li>Lavez-vous les mains et lavez les jouets s’ils ont été contaminés par du gluten.</li><li>Lavez les comptoirs soigneusement avant de préparer un repas sans gluten.</li><li>Nettoyez l’ensemble des chaudrons, casseroles, ustensiles de cuisine et comptoirs avec du savon chaque fois que vous les utilisez.</li></ul><p>Dans la cuisine :</p><ul><li>Gardez séparément les aliments sans gluten de ceux qui en contiennent. </li><li>Utilisez un grille-pain, un grill, une passoire et une planche à découper distincts pour tous les produits sans gluten. Si vous utilisez votre grill pour la cuisson d’aliments qui contiennent du gluten, enveloppez le produit sans gluten dans du papier d’aluminium.</li><li>Utilisez des ustensiles de cuisson et des planches à découper en plastique ou en métal au lieu du bois puisque le gluten adhère au bois.</li><li>Utilisez des condiments offerts en flacons pressables ou en contenants distincts de ceux utilisés avec des produits sans gluten (p. ex., beurrier ou plat de margarine).</li></ul><p>Évitez les aliments potentiellement contaminés par du gluten :</p><ul><li>N’achetez pas d’aliments qui n’affichent pas d’étiquette nutritionnelle ni d’information sur les allergies.</li><li>Ne consommez pas d’aliments sans gluten présentés sur le même plateau que ceux qui en contiennent (p. ex., plateaux de fruits, de fromage et de craquelins contenant du gluten).</li></ul><h3>À l’extérieur</h3><p>Vous n’avez aucun contrôle sur votre environnement lorsque vous et votre famille sortez de la maison. Gardez à l’esprit ce qui suit :</p><ul><li>Les jouets et les surfaces de jeu à la garderie, à l’école ou chez des amis peuvent être contaminés par du gluten. Évitez tout contact avec ces surfaces ou d’y poser les aliments de votre enfant.</li><li>N’achetez pas d’aliments présentés dans des récipients de stockage en vrac. Ces aliments peuvent être contaminés par les écopes utilisées dans plusieurs récipients. Vous n’avez aucune assurance que les autres clients sont aussi prudents que vous.</li><li>N’achetez pas d’aliments dans les magasins où il n’y a aucune étiquette nutritionnelle ni information sur les allergies. C’est parfois le cas pour les aliments importés d’autres pays.</li><li>En cas de doute, communiquez avec l’entreprise alimentaire pour vous renseigner sur le processus de transformation et sur la contamination par le gluten.</li><li>Choisissez les charcuteries emballées. Au comptoir des charcuteries, les viandes sans gluten sont découpées avec la même trancheuse sans nettoyage entre les utilisations. Il s’agit d’une autre source de contamination.</li><li>Évitez les buffets puisque les aliments présentés peuvent être contaminés par du gluten lorsque les clients utilisent les mêmes ustensiles de service d’un plat à l’autre.</li><li>Évitez les frites et d’autres aliments sans gluten s’ils ont été cuits dans de l’huile contaminée par du gluten, par exemple, lorsque les aliments ont été frits ou assaisonnés dans la même friteuse.</li><li>La viande peut devenir contaminée si elle est cuite sur un gril en compagnie d’autres aliments contenant du gluten.</li></ul><h3>À l’école</h3><ul><li>Informez les responsables de la nécessité pour votre enfant de suivre un régime strictement sans gluten.</li><li>Renseignez-vous sur les possibilités de menu sans gluten. Il est important de vérifier directement auprès du fournisseur alimentaire des sources potentielles de contamination.</li><li>Assurez-vous que votre enfant comprenne pourquoi il ne doit pas échanger des aliments avec d’autres élèves.</li></ul><h2>Conseils pour consommer des aliments à l’extérieur</h2><h3>Avant d’aller manger au restaurant</h3><p>Appelez l’établissement au préalable. Expliquez que le régime sans gluten de votre enfant est un traitement médical pour la maladie cœliaque et non pas une intolérance ou une sensibilité au gluten.</p><p>Consultez le menu, la liste des ingrédients et les avertissements relatifs aux allergies sur le site Web du restaurant.</p><p>Choisissez un restaurant où la communication s’annonce facile et où les spécificités du régime strictement sans gluten de votre enfant seront bien comprises. Par exemple, assurez-vous que la langue ne soit pas un obstacle à la communication.</p><p>Si vous n’avez pas le temps d’appeler le restaurant au préalable, informez le serveur et le chef dès votre arrivée que votre enfant suit un régime strictement sans gluten. Essayez de choisir les heures moins achalandées du restaurant. Le personnel aura alors plus de temps et de ressources à consacrer aux spécificités d’un régime strictement sans gluten.</p><p>Apportez votre pain, vos craquelins et vos condiments préférés sans gluten, y compris votre sauce pour salade.</p><h3>Au restaurant</h3><p>Souvenez-vous de toujours vous renseigner sur la contamination croisée. Vous pourriez devoir expliquer ce en quoi elle consiste. Vous pourriez dire, par exemple, « une contamination croisée se produit lorsque le gluten d’un aliment ou d’un objet entre en contact avec un autre aliment ou un autre objet. » Demandez à ce que les aliments soient préparés sur des surfaces propres au moyen d’ustensiles et de gants propres.</p><p>Évitez tout ce qui consiste en des assaisonnements, des sauces (p. ex., la sauce de soja), des croûtons, des soupes et d’autres sauces. Soyez précis lors de la commande. Vous pourriez dire, par exemple, « je ne veux pas de sauce dans mon assiette ».</p><p>Demandez quels aliments sont frits dans la même huile ou la même friteuse. Vous pouvez aussi expliquer que les frites, le tofu, les nachos et les ailes cuits dans la même huile que les pépites ou les rondelles d’oignon (qui sont des sources de gluten) seront contaminés et dangereux pour votre enfant.</p><p>Demandez à consulter la liste d’information nutritionnelle ou d’information sur les allergies du restaurant.</p><p>Évitez les buffets.</p><h2>Conseils pour communiquer avec les entreprises alimentaires</h2><h3>Repérage des coordonnées</h3><p>Si vous ignorez si un aliment ou un ingrédient d’un produit non alimentaire est sans danger, appelez l’entreprise. Repérez et notez ou photographiez les coordonnées de l’entreprise sur l’emballage. Au Canada, il s’agit généralement d’un numéro sans frais.</p><p>Si vous ne trouvez pas le numéro de téléphone de l’entreprise, notez son nom. Vous pourrez faire une recherche dans un annuaire ou sur Internet.</p><p>Notez le nom du produit et la série de chiffres figurant sous le code à barres CUP.</p><h3>Ce qu’il faut demander</h3><p>Appelez l’entreprise alimentaire et demandez à parler au service à la clientèle. N’hésitez pas à poser des questions sur le produit, en demandant par exemple, « ce produit est-il sans gluten? » ou « est-ce que le produit contient de l’avoine, de l’orge, du blé, du seigle, du triticale ou tout composant de ces ingrédients? »</p><p>Si l’entreprise est incapable de confirmer que le produit est sans gluten, il ne faut alors pas consommer ni utiliser ce produit. Gardez à l’esprit que les listes d’ingrédients peuvent changer et que vous devrez peut-être mettre à jour ces renseignements plus tard.</p><p>Certaines entreprises alimentaires détiennent une liste des produits qui sont considérés comme « sans gluten ». L’entreprise peut vous faire parvenir cette liste sur demande. D’autres entreprises affichent des renseignements sur les produits sans gluten sur leur site Web. Assurez-vous que ces renseignements ont été récemment mis à jour (au cours de la dernière année).</p>Gestion de la maladie cœliaque
Spina-bifidaSpina-bifidaSpina bifidaSFrenchNeurologyNewborn (0-28 days)SpineSpinal CordConditions and diseasesAdult (19+) CaregiversNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/spina_bifida_V2_EN.jpg2017-11-07T05:00:00ZPatricia Rowe, RN(EC), MN, NP-Pediatrics;Sara Breitbart, RN(EC), MN, NP-Pediatrics;Peter Dirks, MD, PhD, FRCSC;James Drake, BSE, MB, BCh, MSc, FRCSCHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le spina-bifida est une malformation provoquée par le mauvais développement de la colonne vertébrale et de la moelle épinière dans l’utérus, laissant une ouverture dans la colonne vertébrale. Renseignez-vous sur les quatre différents types de spina-bifida, leurs causes et comment il est diagnostiqué.</p><h2>Qu’est-ce que le spina-bifida?</h2><p>La moelle épinière est un faisceau épais de nerfs qui transporte des messages entre le cerveau et le reste du corps. Il flotte dans un liquide appelé liquide céphalorachidien (LCR). Ce liquide nourrit et protège le cerveau et la moelle épinière. Le LCR est recouvert d’une doublure faite de trois couches minces appelées méninges. Cette doublure est normalement protégée par les os du dos (les vertèbres).</p><p>Chez les personnes atteintes de spina bifida, les os qui protègent la moelle épinière du bébé ne sont pas complètement formés pendant la grossesse. La doublure, le LCR et la moelle épinière sont laissés sans protection, ce qui survient très tôt au cours de la croissance du bébé.</p><p>Le spina-bifida peut affecter n’importe quelle partie du dos d’un bébé, entre la tête et les hanches, mais le plus souvent dans le bas du dos. Cette région est appelée la colonne vertébrale lombaire ou lombo-sacrée.</p><p>Les enfants atteints de spina-bifida peuvent avoir des problèmes de santé liés à ce trouble.Ils peuvent éprouver une perte de sensation de leurs jambes, présenter une capacité réduite à les bouger, voire être paralysés. Ils peuvent également avoir des problèmes avec leurs fonctions vésicale et intestinale.</p><p>Environ 2,6 bébés sur 10 000 naissent avec une forme de spina-bifida.</p><h2>Les quatre principaux types de spina-bifida</h2><p>Il existe quatre principaux types de spina-bifida :</p><ul><li>le spina-bifida occulta</li><li>le lipomyéloméningocèle</li><li>le méningocèle </li><li>le myéloméningocèle</li></ul><p>« Meningo » fait référence à la paroi du canal rachindien. « Myelo » renvoie à la moelle épinière elle-même. « Célé » signifie quelque chose de bombé.<br></p><h3>Spina-bifida occulta</h3><p>Spina-bifida occulta est la forme la moins sévère de spina-bifida. Elle se produit lorsqu’une petite section de la partie externe des vertèbres (les os de la colonne vertébrale) ne s’est pas complètement fermée, laissant une ouverture. Dans ce type de spina-bifida, la moelle épinière et ses couches (les méninges) ne sont généralement pas endommagées et ne dépassent pas ou ne débordent pas à travers l’ouverture. Il peut y avoir une fossette, une zone poilue, une tache de naissance ou une bosse graisseuse dans la zone touchée. Ce type de spina-bifida peut ne pas être détecté avant la naissance. Beaucoup de gens peuvent avoir ce type de spina-bifida sans le savoir.</p><h3>Lipomyéloméningocèle </h3><p>Un lipomyéloméningocèle (ly-po-myé-lo-meh-nin-go-cèle) est une forme de spina-bifida où la partie extérieure des vertèbres ne se renferme pas entièrement, exposant ainsi une ouverture béante. Certains tissus graisseux anormaux sont forcés à travers l’ouverture et peuvent provoquer une compression des nerfs.</p><h3>Méningocèle </h3><p>Un méningocèle (mé-nin-go-sel) est une forme plus sévère de spina-bifida. Elle survient lorsque la partie externe des vertèbres n’est pas été entièrement refermée, laissant une ouverture. La moelle épinière elle-même peut ne pas être affectée, mais ses revêtements de protection (les méninges) peuvent être endommagés et forcés à travers l’ouverture pour former un sac, souvent recouvert de peau, qui contient du LCR. Dans le cas du méningocèle, la moelle épinière est retenue à l’endroit du dos où elle se trouve normalement. Cela signifie que les enfants attents d’un méningocèle peuvent avoir une mobilité normale et une sensibilité normale dans leurs jambes et leurs pieds.</p><h3>Myéloméningocèle</h3><p>Un myéloméningocèle (mi-é-lo-mé-nin-go-sel) est la forme la plus sévère de spina-bifida. Elle se produit lorsque la partie extérieure des vertèbres ne se referme pas entièrement, créant ainsi une ouverture. Dans le cas du myéloméningocèle, le revêtement de la moelle épinière (les méninges) et la moelle épinière elle-même sont forcées à travers l’ouverture. Habituellement, un sac rempli de liquide recouvert d’une fine membrane se forme et peut facilement se rompre, exposant son contenu délicat.</p><p>Puisqu’une partie dela moelle épinière déborde dans le sac, la moelle épinière ne se développe pas correctement et les nerfs sont endommagés. La plupart des enfants atteints d’un myéloméningocèle éprouvent des problèmes moteurs et de sensation dans les jambes et les pieds, et peuvent être paralysés.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Le spina bifida signifie que les os qui protègent la moelle épinière ne sont pas entièrement formés.</li><li>Chez les bébés atteints de spina-bifida, le liquide céphalorachidien (LCR), les nerfs et la membrane qui enveloppe la moelle épinière forment une protubérance qui fait saillie dans le dos du bébé.</li><li>Il existe quatre types courants de spina-bifida : le myéloméningocèle, le méningocèle, le lipomyéloméningocèle et le spina-bifida occulta.</li><li>Les causes du spina bifida sont inconnues, mais le spina bifida et d’autres anomalies du tube neural sont moins susceptibles de survenir lorsque les femmes reçoivent suffisamment d’acide folique.</li></ul><h2>Les causes de spina-bifida</h2><p>Toutes les causes du spina-bifida ne sont pas connues mais il existe des risques génétiques, environnementaux et nutritionnels liés au spina-bifida.</p><ul><li>Certaines formes de spina-bifida sont présentes dans certaines familles, ce qui signifie qu’il peut y avoir un lien génétique.</li><li>L’alimentation de la mère pendant la grossesse peut avoir un impact sur la croissance saine de la moelle épinière.</li><li>Certains médicaments qui nuisent à la capacité du corps à utiliser le folate et l’acide folique pourraient augmenter le risque.</li><li>Les femmes diabétiques dont la glycémien’est pas bien contrôléee courent un risque plus élevé.</li><li>L’augmentation de la température corporelle (p. ex. utilisation d’un sauna ou d’un bain à remous) dans les premières semaines de la grossesse peut augmenter le risque.</li></ul><p>Le spina-bifida et d’autres anomalies du tube neural sont moins susceptibles de se produire lorsque les femmes reçoivent suffisamment d’acide folique. Ces malformations se produisent au début de la grossesse, souvent avant même que de nombreuses femmes ne sachent qu’elles sont enceintes. S’il y a une possibilité de tomber enceinte, il est important d’avoir une alimentation équilibrée et riche en acide folique. Si vous envisager de devenir enceinte, il est essentiel que vous commenciez à prendre de l’acide folique quotidiennement, au moins trois ou quatre mois avant d’essayer de concevoir. Vérifiez auprès de votre médecin le dosage qui vous convient. La dose habituelle recommandée est de 400 microgrammes (mcg) d’acide folique par jour. Une vitamine prénatale pourra souvent convenir. Si vous avez déjà eu une grossesse affectée par le spina-bifida, ou si vous avez des antécédents familiaux de spina-bifida ou si vous prenez certains médicaments, vous pourriez avoir besoin d’une dose plus élevée d’acide folique.</p><h2>Diagnostic du spina-bifida</h2><p>Le spina-bifida peut être diagnostiqué pendant la grossesse ou après la naissance du bébé.</p><h3>Pendant la grossesse</h3><p>Des tests effectués pendant la grossesse peuvent indiquer que le bébé a de fortes chances d’être atteint de spina-bifida.</p><ul><li>Test sanguin alpha-fœtoprotéine (AFP) - L’AFP est une protéine produite par les bébés à naître. L’AFP traverse le placenta jusqu’à la mère. Un test permet de mesurer les niveaux d’AFP dans le sang de la mère. S’ils sont élevés, cela peut signifier que le bébé est atteint de spina-bifida.</li><li>Échographie - Il s’agit d’un test courant pendant la grossesse qui permet aux professionnels de la santé de voir des images du bébé à naître. Dans certains cas, une échographie peut montrer que le bébé a le spina-bifida.</li><li>Amniocentèse - Il s’agit d’un petit échantillon de liquide amniotique provenant de l’utérus de la mère. Si ce liquide a un taux d’AFP supérieur à la moyenne, alors le bébé pourrait avoir le spina-bifida.</li><li>Imagerie par raisonnace magnétique (IRM) fœtale – si les premiers tests suggèrent qu’il y a une forte probabilité de spina-bifida, une IRM fœtale peut être réalisée. L’IRM pratiquée dans ce cas sur la mère enceinte permet d’évaluer le bébé à naître.</li></ul><p>Le spina-bifida occulta peut n’être diagnostiqué que vers la fin de l’enfance, à l’âge adulte ou ne pas être diagnostiqué du tout.</p><h2>Traitement du spina-bifida</h2><p>Le méningocèle où seules les méninges sont poussées à travers l’ouverture et le myéloméningocèle où les méninges et la moelle épinière sont forcées à travers l’ouverture sont tous deux traités par chirurgie. Les nourrissons plus âgés et les jeunes enfants atteints de lipomyéloméningocèle peuvent nécessiter une intervention chirurgicale s’ils développent des symptômes. Le spina-bifida occulta ne nécessite généralement pas de traitement.</p><p>Pour plus de renseignements sur le traitement du spina-bifida, veuillez consulter <a href="/Article?contentid=2532&language=French">Spina-bifida : traitement et soin de votre enfant après une réparation chirurgicale</a>.</p> <h2>Les problèmes de santé associés ou causés par le spina-bifida</h2><p>Chaque enfant souffrant de spina-bifida est différent avec ses propres problèmes médicaux, de mobilité et d’apprentissage. Certains enfants peuvent seulement être légèrement affectés alors que d’autres peuvent avoir des handicaps plus graves. Le fait de naître avec le spina-bifida apporte des défis pour la vie. L’équipe de soins de santé de votre enfant collaborera avec vous pour aider votre enfant à réaliser son plus grand potentiel.</p><p>Les problèmes de santé suivants sont fréquents chez les enfants atteints de spina-bifida.</p><h3>Hydrocéphalie</h3><p>Environ 80 % des bébés nés avec le spina-bifida, principalement ceux atteints de myéloméningocèle, présenteront également une <a href="/Article?contentid=858&language=French">hydrocéphalie</a>. L’hydrocéphalie est caractérisée par l’accumulation anormale de LCR dans les ventricules à l’intérieur du cerveau.</p><h3>Malformation de Chiari</h3><p>Presque tous les bébés nés avec le myéloméningocèle ont une <a href="/Article?contentid=853&language=French">malformation de Chiari</a> de type 2. C’est quand la partie inférieure du cerveau (le tronc cérébral) se trouve trop bas dans la zone supérieure de la colonne vertébrale de votre enfant. Certains enfants atteints d’une malformation de Chiari de type 2 peuvent avoir des problèmes d’alimentation (par ex. faible succion lorsqu’ils se nourrissent, bâillonnement, étouffement, difficulté à avaler), des problèmes respiratoires et certains peuvent avoir une faiblesse au niveau des bras. La chirurgie peut être nécessaire pour diminuer la pression sur la partie inférieure du cerveau.</p><h3>Fonction physiologique des jambes (mobilité) et sensation </h3><p>Chez les enfants atteints de spina-bifida, les nerfs du canal neural sont souvent endommagés ou mal formés; ils peuvent donc avoir du mal à contrôler correctement leurs muscles ou à éprouver des sensations. Certains enfants peuvent être paralysés, incapables de bouger leurs jambes, tandis que d’autres peuvent se tenir debout et faire des pas.</p><h3>Muscles et os</h3><p>Les muscles et les os peuvent également être affectés par le spina-bifida. Un bébé atteint de spina-bifida peut naître avec un <a href="/Article?contentid=1192&language=French">pied bot</a>, c’est-à-dire lorsque les pieds du bébé sont tournés au niveau de la cheville.</p><p>Les hanches du bébé peuvent également être affectées en raison de la force qui varie dans différents muscles, interférant ainsi avec le mouvement et la fonction des hanches. Cela peut provoquer une luxation de la hanche.</p><p>Les muscles autour de la colonne vertébrale peuvent également être affectés. Toute différence de force musculaire peut affecter la colonne vertébrale et provoquer une courbe anormale.</p><p>Si votre enfant a des problèmes de pied bot ou souffre un trouble osseux dans la jambe, un chirurgien orthopédique vous parlera des options pour corriger cette situation.</p><h3>Problèmes de vessie</h3><p>Dans le cas du spina-bifida, les nerfs qui informent la vessie qu’elle doit se vider et libérer l’urine (pipi) sont souvent faibles ou ne fonctionnent pas. Cela signifie que vous devrez peut-être aider votre bébé à uriner et à vider sa vessie. Lorsque votre bébé naîtra, une sonde ou un cathéter sera placé à l’intérieur de sa vessie par l’urètre à intervalles de quelques heures pour constater s’il peut uriner lui-même et vider sa vessie. L’urètre est le tube qui transporte l’urine de la vessie à l’extérieur du corps. Si votre bébé est incapable de vider complétement sa vessie, il risque de contracter une infection qui endommagera ses reins. Vous devrez peut-être apprendre à vider la vessie de votre bébé à l’aide d’un cathéter avant de pouvoir le ramener à la maison. Les instructions pour les <a href="/Article?contentid=978&language=French">garçons</a> et les <a href="/Article?contentid=979&language=French">filles</a> sont légèrement différentes. Un membre de l’équipe d’urologie vous en parlera.</p><h3>Problèmes intestinaux</h3><p>Parfois, les nerfs qui permettent d’aller à la selle sont faibles ou ne fonctionnent pas. L’infirmière évaluera si les intestins de votre bébé fonctionnent correctement. L’infirmière peut vous donnera des conseils pour aider au fonctionnement des intestins de votre bébé et protéger la peau de votre bébé autour de l’anus.</p><h3>Allergies et sensibilité au latex </h3><p>Les bébés atteints de spina-bifida ont un risque élevé de développer une sensibilité au latex ou une allergie. Il est important de s’assurer que les produits tels que les gants, les cathéters et les tétines ne contiennent pas de latex.</p><h3>Insertion basse de la moelle</h3><p>Chez les enfants atteints de spina-bifida, la moelle épinière reste parfois coincée à l’endroit où les vertèbres ne sont pas complètement refermées. C’est ce qu’on appelle une <a href="/Article?contentid=861&language=French">insertion basse de la moelle épinière</a>.</p><h2>Regard vers l’avenir</h2><p>Les bébés nés avec le spina-bifida nécessitent une évaluation continue à mesure qu’ils grandissent et se développent. Ils seront suivis par un certain nombre d’équipes de soin de santé différentes. Certains enfants peuvent être des cliniques spécialisées pour le spina-bifida.</p><h2>Ressources</h2><p>Il existe de nombreuses ressources disponibles pour vous aider à en apprendre davantage sur le spina bifida.</p><p>Spina Bifida and Hydrocepahlus Association of Ontario</p> <a href="http://www.sbhao.on.ca/">http://www.sbhao.on.ca/</a> (en anglais seulement)<p></p><p>Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital</p> <a href="http://www.hollandbloorview.ca/">http://www.hollandbloorview.ca/</a> (en anglais seulement)<p></p><p>Public Health Agency of Canada. (2013). <em>Congenital Anomalies in Canada 2013: A Perinatal Health Surveillance Report</em>. Retrieved from http://publications.gc.ca/collections/collection_2014/aspc-phac/HP35-40-2013-eng.pdf.</p>
Commotion liée au sportCommotion liée au sportSport-related concussionCFrenchNeurologySchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)HeadBrainConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Headache;Nausea;Vomiting2014-11-17T05:00:00Z​Shawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng10.000000000000054.00000000000001091.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez comment les commotions liées au sport peuvent se produire et quelles sont les meilleures façons d'y faire face.</p><p> <a href="/Article?contentid=766&language=French">Les commotions</a> peuvent survenir dans tout sport ou activité récréative. Les commotions liées aux sports constituent le type le plus commun de commotion chez les enfants plus âgés et les adolescents.</p><p>Il est important pour les entraîneurs, les familles et les athlètes de reconnaître les signes de commotions et de réagir adéquatement quand elles se produisent, afin d'éviter d'autres blessures et problèmes à long terme.</p><h2>Comment reconnaître une possible commotion liée au sport</h2><p>Pour aider à reconnaître s'il s'agit d'une commotion, regardez s'il y a un coup de force à la tête ou au corps qui donne lieu à un mouvement rapide de la tête et à un quelconque changement dans le comportement de l'athlète, sa façon de penser ou son fonctionnement physique.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Une commotion liée au sport est le type le plus commun de commotion chez les enfants plus âgés et les adolescents.</li> <li>Si un enfant est frappé à la tête lors d'un sport, il doit subir un test de commotion et se retirer le reste du match ou de la séance de pratique.</li> <li>Vous pouvez aider à prévenir les commotions et les commotions répétées en faisant porter à votre enfant un équipement de protection, en l'encourageant à jouer intelligemment et à parler ouvertement des symptômes de commotion.</li> <li>Si votre enfant a eu une commotion, il ne devrait revenir au jeu que lorsqu'un professionnel de la santé indique qu'il est prêt. Revenir trop tôt peut ralentir son rétablissement et le mettre à un risque plus élevé de lésions cérébrales à long terme.</li></ul><h2>Les signes et symptômes d'une commotion liée au sport</h2> <p>Les signes et symptômes d'une commotion liée au sport sont semblables à ceux d'une commotion régulière. Cependant, une commotion liée au sport entraîne souvent des complications plus graves parce que les athlètes se sentent obligés de revenir à leur sport avant qu'ils ne soient prêts. Cela expose souvent les athlètes à un risque plus élevé de commotions multiples.</p> <h3>Signes de commotion observés par le personnel d'entraînement et les parents</h3> <ul><li>Avoir l'air hébété ou étourdi</li> <li>Confusion sur l'attribution de la position</li> <li>Oubli des jeux</li> <li>Ne pas être sûr du jeu, du score ou de l'adversaire</li> <li>Se déplacer maladroitement</li> <li>Répondre aux questions lentement</li> <li>Perdre conscience (même brièvement)</li> <li>Changements de comportement ou de personnalité</li> <li>Incapacité à se rappeler des événements avant ou après le coup ou la chute</li></ul> <h3>Signes et symptômes de commotion rapportés par l'athlète</h3> <ul><li><a href="/Article?contentid=29&language=French">Mal de tête</a> ou « pression » dans la tête</li> <li>Nausées ou <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a></li> <li>Problèmes d'équilibre ou étourdissements</li> <li>Vision double ou floue</li> <li>Sensibilité à la lumière ou au bruit</li> <li>Sensations de léthargie, de flou, de brouillard ou d'être étourdi</li> <li>Problèmes de concentration ou de mémoire</li> <li>Confusion</li> <li>Ne pas se sentir « bien/comme il faut »</li></ul> <p>Les signes et symptômes de commotion peuvent apparaître immédiatement ou peuvent ne pas se manifester avant plusieurs jours ou semaines après la blessure. Si votre enfant signale des symptômes de commotion ou si vous remarquez les signes vous-même, faites-le sortir du jeu et consultez un médecin immédiatement.</p><h2>Effets des commotions multiples</h2> <p>Les athlètes ayant des antécédents de commotion ont un risque accru de traumatismes crâniens subséquents. Les commotions subséquentes sont généralement plus graves, même quand elles se produisent avec moins de force, et elles nécessitent un temps de récupération plus long. Plus l'intervalle de temps entre deux commotions est rapproché, plus le risque de dommages au cerveau à long terme est accru.</p><h2>Comment réagir à une commotion liée au sport</h2> <p>Il y a une tendance dans le sport, en particulier lors de matchs importants, qui pousse les athlètes à se donner à fond malgré la douleur pour démontrer leur ténacité et leur engagement envers l'équipe. Cependant, le fait de jouer en dépit d'une commotion peut être très dangereux pour la santé d'un enfant. Il ne faut jamais encourager cette tendance, que vous soyez un parent ou un entraîneur.</p> <p>Si votre enfant a eu une bosse ou un choc à la tête, même si cela semble bénin, cherchez à détecter des signes et symptômes de commotion. Les entraîneurs et les parents peuvent utiliser l'outil de dépistage des commotions cérébrales de poche sur les commotions (<a href="http://bjsm.bmj.com/content/47/5/267.full.pdf" target="_blank">Pocket Concussion Tool</a> - disponible uniquementen anglais), pour faire un test de commotion de base sur les lieux de la blessure. L'outil d'évaluation de la commotion dans le sport 3 (<a href="http://bjsm.bmj.com/content/47/5/259.full.pdf" target="_blank">Sport Concussion Assessment Tool 3rd Edition (SCAT3)</a>- disponible uniquement en anglais) est un test plus détaillé des différents aspects de la fonction cérébrale et ne doit être utilisé que par des professionnels de la santé ou par des formateurs et entraîneurs qui sont formés pour faire des tests de commotion.</p> <p>L'enfant doit se retirer du jeu pour le restant du match ou de la pratique. Il ne doit pas rester seul, car parfois les symptômes d'une commotion peuvent apparaître seulement plusieurs heures après une blessure. Assurez-vous que votre enfant voit un médecin le plus rapidement possible ce jour-là. Les symptômes de votre enfant doivent être étroitement surveillés au cours des prochains jours parce qu'ils peuvent évoluer au fil du temps. Votre enfant ne doit pas retourner au jeu avant qu'un professionnel de la santé ne l'y autorise. Votre enfant aura besoin d'un plan de prise en charge post-commotion.</p> <p>Si votre enfant est assommé, appelez une ambulance immédiatement. Ne le déplacez pas et n'enlevez pas son équipement sportif, car il pourrait avoir une blessure au cou ou à la moelle épinière.</p><h2>Comment prévenir et prendre en charge une commotion liée au sport</h2> <h3>Faites porter à votre enfant l'équipement de protection approprié</h3> <p>Assurez-vous que votre enfant porte l'équipement de protection approprié pour son sport. L'équipement de protection doit s'ajuster correctement et être bien entretenu. Les casques ne sont pas conçus pour empêcher une commotion, mais en porter un est essentiel pour réduire le risque de lésions cérébrales graves ou de fracture du crâne.</p> <h3>Encouragez votre enfant à jouer intelligemment</h3> <p>Même si votre enfant respecte les règles du jeu, il peut quand même se faire frapper assez fort pour subir une commotion. Cependant, apprendre à votre enfant à jouer intelligemment et à éviter de s'exposer à des dangers inutiles l'aidera à minimiser le risque de blessures graves en jouant. Encouragez votre enfant à suivre les règles du jeu et à mettre en pratique un bon esprit sportif en tout temps.</p> <h3>Adoptez une approche conservatrice de retour au jeu</h3> <p>Une commotion répétée, avant que le cerveau ne soit complètement rétabli d'une blessure précédente, peut retarder le rétablissement ou augmenter le risque de problèmes à long terme. Dans des cas rares, les commotions répétées peuvent causer l'enflure du cerveau ou des dommages cérébraux permanents.</p> <p>Les athlètes qui reviennent au jeu trop tôt, alors que le cerveau est encore en train de guérir, courent un plus grand risque de commotions répétées. Si votre enfant a eu une commotion, ne le laissez pas retourner au jeu le jour de la blessure avant d'avoir reçu la confirmation d'un professionnel de la santé qu'il est prêt.</p> <h3>Encouragez votre enfant à parler ouvertement de ses symptômes</h3> <p>Les athlètes peuvent ne pas signaler leurs symptômes de commotion, de peur de perdre du temps de jeu. Les parents et les entraîneurs doivent créer un environnement ouvert qui favorise la déclaration des symptômes, une évaluation appropriée et une approche conservatrice de retour au jeu.</p> <p>Informez l'entraîneur de votre enfant de toute commotion antérieure. Il peut ne pas être au courant d'une commotion que votre enfant a subie dans un autre sport ou activité.</p> <h3>Envisagez des tests neurocognitifs</h3> <p>Pour les athlètes d'élite dans des sports à haut risque tels que le football et le hockey, un professionnel de la santé peut effectuer des tests de base neurocognitifs et neuropsychologiques avant le début de la saison. Ce type de test mesure l'équilibre et la fonction cérébrale d'un athlète, incluant l'apprentissage et la mémoire, la concentration et la résolution de problèmes, avant qu'il ne subisse une blessure. Si un athlète subit une commotion au cours de la saison, les résultats des tests de base peuvent aider à identifier les effets de la blessure et éclairer les décisions sur le retour à l'école et au jeu.</p><h2>Ressources</h2> <p>Société canadienne de pédiatrie (2013).<a href="http://www.cps.ca/fr/documents/position/patient-age-pediatrique-victime-traumatisme-cranien-aigu" target="_blank"><em>La prise en charge du patient d’âge pédiatrique victime d’un traumatisme crânien aigu​</em></a></p> <p>Fondation ontarienne de neurotraumatologie (2014).<a href="http://onf.org/documents/lignes-directrices-pour-commotion-cerebrale-pediatrique" target="_blank"><em>Lignes directrices pour commotion cerebrale pediatrique​​</em></a></p> sportconcussionhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/sport-related_concussion.jpg
Maladies thyroïdiennes et diabèteMaladies thyroïdiennes et diabèteThyroid disease and diabetesMFrenchEndocrinologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Pancreas;ThyroidEndocrine systemConditions and diseasesAdult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_thyroid_gland_FR.jpg2017-11-20T05:00:00ZCatherine Pastor, RN, MN, HonBScVanita Pais, RD, CDEAndrea Ens, MD, FRCPCJennifer Harrington, MBBS, PhD000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur la maladie thyroïdienne et le diabète, y compris les causes, les signes et les symptômes.<br></p><h2>Qu’est-ce que la thyroïde?</h2> <p>La thyroïde est une glande située au milieu de la partie inférieure avant du cou. Elle produit des hormones (appelés hormones thyroïdiennes) qui sont importantes pour :</p> <ul><li>la croissance;</li> <li>le contrôle de la température corporelle;</li> <li>la digestion;</li> <li>le poids;</li> <li>l’humeur.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Malgré un contôle approprié du diabète, de 20 à 25 % des personnes aux prises avec le diabète de type 1 développeront des problèmes thyroïdiens.</li> <li>Ces troubles comprennent la thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie) et la maladie de Grave (hyperthyroïdie). </li></ul><figure><span class="asset-image-title">Glande thyroïde</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/IMD_thyroid_gland_FR.jpg" alt="Vue de la glande thyroïde, située à l’avant de la gorge, avec la nomenclature des structures avoisinantes" /> </figure> <p>Tout comme le <a>pancréas</a> en présence du diabète, la thyroïde peut être attaquée par le système immunitaire par l’intermédiaire des protéines appelées anticorps qu’il produit. Cette attaque peut ou bien ralentir le fonctionnement de la thyroïde (hypothyroï​die) ou, dans de rares cas, l’accélérer à excès (<a href="/Article?contentid=2309&language=French">hyperthyroïdie</a>). Environ 20 à 25 % des personnes atteintes de <a>diabète de type 1</a> développeront des problèmes de thyroïde sans égard à leur taux de sucre (glucose) dans le sang ou au moment où remonte le diagnostic de diabète.</p><h2>Thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie)</h2><p>En présence de la thyroïdite de Hashimoto, le système immunitaire endommage la glande thyroïde, la rendant paresseuse. Une insuffisance de la glande thyroïde s’appelle hypothyroïdie. Parmi les symptômes d’hypothyroïdie, on trouve :</p> <figure><span class="asset-image-title">Fonction </span><span class="asset-image-title">thyroïdienne</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Thyroid_function_MED_ILL_FR.jpg" alt="Emplacement de l’hypophyse dans le cerveau et de la glande thyroïde dans la gorge et nomenclature" /><figcaption>L’hypophyse</figcaption><figcaption> libère des hormones, notamment la thyréostimuline, qui contrôlent la glande thyroïde. Cette glande libère des hormones qui contrôlent de nombreuses fonctions de l’organisme.</figcaption> </figure> <ul><li>le ralentissement de la croissance;</li><li>le gain de poids;</li><li>la fatigue ou la paresse;</li><li>la sécheresse de la peau et des cheveux;</li><li>des problèmes de concentration;</li><li>la constipation;</li><li>les menstruations irrégulières;</li><li>la faiblesse.</li></ul><p>L’insuffisance de la glande thyroïde est détectée par une vérification régulière de la fonction thyroïdienne. Elle consiste à mesurer le taux de thyréostimuline et d’anticorps qui attaquent la thyroïde. La thyréostimuline est une hormone appelée messager chimique qui est fabriquée par une glande du cerveau du nom d’<a href="/Article?contentid=1429&language=French">hypophyse</a><span>​</span>.</p><h2>Maladie de Basedow (hyperthyroïdie)</h2><p>La maladie de Basedow survient rarement chez les personnes atteintes de diabète. Il s’agit d’un trouble du système immunitaire qui provoque une suractivité de la thyroïde, celle-ci produisant un excès d’hormones thyroïdiennes. Une hyperactivité de la thyroïde est appelée hyperthyroïdie. Ses symptômes sont :</p><ul><li>la perte de poids;</li><li>l’augmentation de l’appétit;</li><li>les sautes d’humeur;</li><li>les tremblements et la transpiration;</li><li>la diarrhée;</li><li>le gonflement des yeux.</li></ul><p>Le traitement habituel de l’hyperthyroïdie est l’administration d’un médicament appelé le méthimazole qui diminue le taux d’hormones thyroïdiennes.</p> ​

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.