AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.
Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Lésions aux tissus mousLésions aux tissus mousSoft tissue injuriesLFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodySkin;Skeletal muscle;Ligaments;TendonsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2014-06-17T04:00:00ZShawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng8.0000000000000064.0000000000000868.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez à reconnaître et à soigner une lésion aux tissus mous ainsi qu’à déterminer quand votre enfant peut reprendre sans danger ses activités habituelles.</p><h2>Qu’entend-on par lésion aux tissus mous?</h2><p>On compte, parmi les lésions aux tissus mous, les lésions à la peau, aux muscles, aux tendons, aux ligaments ou à certaines capsules articulaires (tissus qui entourent certaines articulations).</p><h3>Entorses et élongations</h3><ul><li>Les <a href="/Article?contentid=929&language=French">entorses</a> sont des lésions aux ligaments dues à un étirement excessif. Les ligaments sont les tissus qui relient deux os.</li><li>Les <a href="/Article?contentid=945&language=French">élongations</a> sont des lésions aux muscles ou aux tendons qui relient les muscles aux os.</li></ul><p>Ces formes de lésions aux tissus mous sont fréquentes. Elles sont habituellement mineures bien qu’elles puissent être très graves. De plus, elles peuvent se produire simultanément au même endroit.</p><br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les lésions aux tissus mous comprennent les élongations et les entorses. Les élongations sont des lésions aux muscles et aux tendons tandis que les entorses sont des lésions aux ligaments.</li> <li>La plupart des lésions aux tissus mous sont mineures. Elles exigent du repos, l’application de blocs réfrigérants, une compression et l’élévation de la partie du corps atteinte. La prise d’analgésiques en vente libre peut aussi réduire la douleur.</li> <li>Votre fournisseur de soins de santé vous précisera dans combien de temps votre enfant pourra reprendre ses activités habituelles.</li> </ul><h2>Symptômes des lésions aux tissus mous</h2> <p>Les lésions aux tissus mous sont douloureuses et provoquent une enflure. Selon leur gravité et leur emplacement, elles peuvent nuire aux activités qui requièrent l’usage de la partie du corps touchée. Les enfants ou les adolescents cessent l’activité qu’ils pratiquent lorsqu’ils se font une lésion grave aux tissus mous.</p><h2>Causes des lésions aux tissus mous</h2> <p>Les entorses et les élongations sont causées par une torsion, une contraction (s’il s’agit des muscles) ou un étirement excessif ou soudain des ligaments, des muscles ou des tendons. Ces mouvements étirent les fibres du muscle, du tendon ou du ligament en cause ou peuvent même les arracher de leur point d'attache (par exemple, un os).</p><h2>Prise en charge de votre enfant à domicile</h2> <p>Comme la plupart des lésions aux tissus mous sont mineures, les parents, les entraîneurs, les enseignants ou les autres soignants sont en mesure de s’en occuper. Dans les cas très légers, l’enfant peut habituellement poursuivre l’activité en cause.</p> <p>Pour déterminer si l’enfant peut reprendre son activité en toute sûreté, un parent ou un soignant qui en est responsable doit examiner la lésion. Cette personne doit aussi s’occuper de la blessure plus tard.</p> <p>Dans une situation idéale, les soins à la lésion permettront :</p> <ul> <li>d’atténuer les douleurs,</li> <li>d’immobiliser l’articulation,</li> <li>de minimiser l’enflure.</li> </ul> <p>L’enflure causée par la lésion peut nuire à la guérison.</p> <h3>Comment traiter une lésion</h3> <ul> <li>La lésion exige du repos et l’immobilisation de la partie du corps touchée. Votre fournisseur de soins de santé précisera si l’utilisation d’attelles, d’écharpes, de pansements ou de béquilles s’impose.</li> <li>Appliquez des glaçons ou un bloc réfrigérant pendant les 48 premières heures suivant la blessure. N’appliquez pas de glace directement sur la peau. Enveloppez-la d'abord d’un linge mince. Vous pouvez aussi employer un sac de légumes congelés ou de glace concassée qui prendra bien la forme de la partie du corps touchée. Appliquez le bloc réfrigérant pendant 20 minutes au plus aux deux ou trois heures ou selon les directives obtenues.</li> <li>Bien que la compression à l’aide de pansements élastiques puisse contribuer à réduire l’enflure lorsque votre enfant est actif, ils ne fournissent pas de soutien. Votre enfant devrait enlever les pansements pour se reposer ou dormir. Desserrez les pansements si les zones de part et d’autre deviennent engourdies. Les pansements trop serrés peuvent être responsables de l’engourdissement.</li> <li>Autant que possible, la partie du corps touchée doit être maintenue dans une position plus élevée que le cœur pendant deux jours suivant la blessure afin d’atténuer l’enflure. Par exemple, si votre enfant se blesse la jambe, il peut la maintenir soulevée à l’aide de coussins ou d’oreillers quand il est assis ou allongé.</li> <li>Les médicaments comme l'ibuprofène peuvent être utilisés au besoin afin de réduire la douleur et l’inflammation. Assurez-vous alors de suivre les instructions sur l'emballage ou les directives de votre fournisseur de soins de santé.</li> </ul> <h2>Quand mon enfant pourra-t-il reprendre ses activités régulières?</h2> <p>Votre fournisseur de soins de santé conseillera le retour progressif de votre enfant à ses activités selon le type de lésions dont il a fait l’objet. Pour les lésions mineures à modérées, le fait de bouger la partie du corps touchée et de faire des activités peu exigeantes rapidement permettra d’accélérer le rétablissement de votre enfant. Dans les cas plus graves, la guérison peut prendre jusqu’à quatre à six semaines et le fait d’être actif risque d’aggraver les lésions.</p><h2>Comment prévenir les lésions aux tissus mous</h2> <p>Le port d’un matériel de protection comme des casques ou des protecteurs de poignets peut permettre de prévenir les lésions. Pour protéger les articulations et les ligaments, les étirements et l’échauffement sont aussi très importants avant de pratiquer des activités physiques.</p><h2>Quand consulter un médecin</h2> <p>Communiquez avec votre médecin :</p> <ul> <li>si l’état de votre enfant ne s’améliore pas au bout de quatre ou cinq jours suivant la blessure responsable de la lésion,</li> <li>si votre enfant a besoin d’un examen médical avant de reprendre ses activités sportives ou autres,</li> <li>si la rougeur ou l’enflure dans la zone de la lésion empire,</li> <li>si votre enfant présente une fièvre.</li> </ul> <p>Communiquez immédiatement avec votre médecin si votre enfant présente une plaie cutanée importante ou si la sensation autour de la lésion diminue, car ce sont des signes permettant de croire que la blessure a atteint une autre partie du corps que les tissus mous.</p> <h3>Quand avoir recours aux services d’urgence</h3> <p>Rendez-vous aux services des urgences les plus près ou composez le 911 si :</p> <ul> <li>votre enfant ne peut pas se servir de la partie du corps touchée peu après s’être blessé,</li> <li>votre enfant présente un engourdissement, une sensation de froid ou une perte de sensation qui persiste à l'endroit touché;</li> <li>la partie du corps touchée n’a plus sa forme habituelle,</li> <li>votre enfant éprouve une douleur persistante ou intense qui ne diminue pas avec la prise de médicaments comme l'acétaminophène ou l'ibuprofène.</li> </ul>softtissueinjurieshttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/soft_tissue_injuries.jpg Apprenez à reconnaître et à soigner une lésion aux tissus mous ainsi qu’à déterminer quand votre enfant peut reprendre ses activités habituelles.Main
Trouble de déficit de l’attention et hyperactivité: présentation généraleTrouble de déficit de l’attention et hyperactivité: présentation généraleAttention deficit hyperactivity disorder: OverviewTFrenchPsychiatrySchool age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)BrainBrainConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2017-06-16T04:00:00ZAlice Charach, MD, MSc, FRCPC;Rosemary Tannock, PhD10.000000000000048.0000000000000683.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les causes et les symptômes principaux du trouble de déficit de l’attention, qui touche un enfant sur vingt.<br></p><h2>Qu’est-ce que le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité?</h2><p>Le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) est un trouble du développement neurologique (une affection qui entraîne des différences subtiles dans le cerveau avant ou au moment de la naissance). Il se traduit surtout par les difficultés suivantes:</p><ul><li>régulation de l’attention;</li><li>maîtrise du comportement et des niveaux d’activité (impulsivité ou hyperactivité).</li></ul><p>Quand il n’est pas traité, le TDAH peut entraîner des difficultés sur le plan de l’apprentissage, de la maîtrise de soi, de la mémoire, des émotions, de l’amitié, des relations familiales et <a href="/Article?contentid=1923&language=French">d’autres aspects de la vie</a>.</p><br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le TDAH est un trouble du développement neurologique qui affecte la régulation de l’attention lors d’une tâche, du comportement et des niveaux d’activité.</li> <li>Le TDAH peut compromettre la capacité d’apprentissage, le rendement scolaire et les relations avec les pairs et la famille, entre autres.</li> <li>Le TDAH est plus fréquent quand un parent, un frère ou une sœur en est atteint. Les symptômes peuvent s’aggraver si un enfant est en situation de stress, comme dans le cas d’un divorce, de difficultés financières familiales, de parents agressifs ou irresponsables ou de conflit familial.</li> <li>Le TDAH est associé à certains troubles neurologiques, physiques et mentaux.</li> </ul><h2>Quelles sont les causes du TDAH?</h2> <p>Les causes exactes du TDAH sont inconnues. Cependant, deux types de facteurs, génétiques et environnementaux, sont associés à ce trouble.</p> <h3>Facteurs génétiques</h3> <p>Le TDAH est héréditaire. Lorsqu’un enfant est atteint du TDAH, il est probable qu’un de ses parents ou frères et sœurs le soit aussi. Quand un médecin diagnostique un TDAH à un enfant, il n’est pas rare que les parents présument qu’un membre de la famille proche en est atteint. Ceci étant dit, il n’existe actuellement aucun examen génétique qui permet de confirmer ou d’infirmer un diagnostic de TDAH.</p> <p>Les causes génétiques diffèrent selon chaque enfant. Les chercheurs étudient actuellement:</p> <ul> <li>les rapports entre les gènes;</li> <li>l’interaction entre les gènes et les facteurs environnementaux, et leur influence sur le comportement;</li> <li>l’influence des gènes sur la réaction au traitement.</li> </ul> <h3>Facteurs environnementaux</h3> <p>Parmi les facteurs environnementaux jouant un rôle dans le TDAH, on compte:</p> <ul> <li>le tabagisme ou la consommation d’alcool durant la grossesse;</li> <li>la naissance prématurée ou un faible poids à la naissance;</li> <li>l’exposition au plomb ou à d’autres toxines.</li> </ul> <p>D’autres facteurs environnementaux peuvent aggraver les symptômes de TDAH. Il s’agit de facteurs de stress familiaux comme:</p> <ul> <li>les difficultés financières;</li> <li>l’exposition à la violence;</li> <li>la séparation familiale;</li> <li>les parents agressifs ou irresponsables;</li> <li>la supervision ou le soutien inconstant, par exemple, si un parent ou soignant ne peut pas prendre en charge un enfant convenablement en raison de ses propres difficultés physiques ou mentales.</li> </ul> <h2>Quelle est la fréquence du TDAH?</h2> <p>En moyenne, le TDAH touche cinq pour cent des enfants d’âge scolaire dans le monde, soit environ un enfant sur 20. Le TDAH touche aussi quatre pour cent des adultes, soit un adulte sur 25.</p> <p>Ce trouble touche les garçons trois fois plus que les filles. Il est souvent plus simple de détecter et de diagnostiquer le TDAH chez les garçons, car ils ont tendance à être plus actifs. Il est par contre plus difficile de déceler le TDAH chez les filles, car leurs symptômes sont moins apparents, même si elles sont confrontées aux mêmes difficultés que les garçons sur le plan des compétences scolaires et sociales.</p><h2>Le TDAH se manifeste-t-il conjointement à d’autres troubles?</h2><p>Le TDAH peut se manifester conjointement à d’autres troubles tels que:</p><ul><li> <a>trouble du spectre autistique</a>;</li><li>troubles du langage et de la parole;</li><li>troubles particuliers de l’apprentissage;</li><li>syndrome de de la Tourette et autres tics (troubles causant des mouvements ou des sons brefs, soudains et répétés);</li><li><a>épilepsie</a>;</li><li>trouble de l’acquisition de la coordination (TAC) (présumé quand la coordination d’un enfant est moins bonne que prévue par rapport à son âge et à son intelligence);</li><li>lésion cérébrale acquise.</li></ul><p>Les enfants atteint du TDAH peuvent parfois présenter des problèmes de santé mentale comme l’<a>anxiété</a>, les troubles de l’humeur (comme la <a>dépression</a> ou le <a>trouble bipolaire</a>) ou <a href="/Article?contentid=1924&language=French">troubles du comportement</a>. Ces troubles peuvent nuire au rendement scolaire et entraîner des problèmes lors de l’adolescence.</p><p>Le TDAH est aussi associé à des troubles physiques comme l’<a>asthme</a>, les troubles du sommeil et les problèmes auditifs et de vision.</p><p>Environ deux tiers des enfants atteints du TDAH présentent au moins un autre trouble. Il est important de détecter si l’enfant présente un autre trouble avec le TDAH, car cela risque d’affecter le diagnostic et le traitement.</p><h2>Quand consulter un médecin au sujet du TDAH</h2> <p>Consultez votre médecin de famille si vous pensez que votre enfant peut être atteint du TDAH. Pour en savoir plus, consultez <a href="/Article?contentid=1923&language=French">la page signes and symptômes </a>.</p> <p>Si votre enfant a reçu un diagnostic de TDAH, votre médecin peut passer en revue <a href="/Article?contentid=1997&language=French">les stratégies en matière de responsabilités parentales</a> et, selon l’âge de votre enfant, envisager des <a href="/Article?contentid=1998&language=French">traitements médicaux</a>.</p><h2>Pour de plus amples renseignements</h2><p>Pour de plus amples renseignements sur le TDAH, veuillez consulter les pages suivantes:</p><p> <a href="/Article?contentid=1923&language=French">TDAH: signes et symptômes</a></p><p> <a href="/Article?contentid=1997&language=French">TDAH: comment aider votre enfant à la maison</a></p><p> <a href="/Article?contentid=1999&language=French">TDAH: communiquer avec l’école de votre enfant</a></p><p> <a href="/Article?contentid=1998&language=French">TDAH: traitements médicaux</a></p><h2>Sources de renseignements</h2><p>Les sources de renseignements suivantes peuvent vous offrir un soutien et un complément d’informations sur le TDAH. </p><h3>Sites Web</h3><p> <a href="http://www.ldao.ca/" target="_blank">Learning Disabilities Association of Ontario</a></p><p> <a href="https://caddac.ca/adhd/" target="_blank">Centre for ADHD Awareness, Canada - CADAC</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/attention_deficit_hyperactivity_disorder_overview.jpgTDAH : présentation généraleMain
Rentrée scolaireRentrée scolaireBack to schoolRFrenchNAPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2018-04-09T04:00:00Z000Landing PageLearning Hub<p>Nos conseils sur la rentrée, qu’ils portent sur les devoirs ou la façon de garder vos enfants actifs, vous aideront à avoir une bonne année. </p><p>Pour la plupart des parents, septembre signifie la rentrée scolaire. Pour une année amusante et fructueuse, consultez nos conseils sur des sujets variant des devoirs à la lutte contre l’intimidation en passant par les moyens de garder les enfants actifs et en santé.</p><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Apprentissage</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>C’est avant tout pour s’instruire que les enfants fréquentent l’école. Obtenez des conseils sur tout un éventail de sujets liés à l’apprentissage.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=651&language=French">Étapes clés de la lecture et de l’écriture</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1903&language=French">Comment aider avec les problèmes de la lecture</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1899&language=French">Comment aider avec les problèmes de mathématiques</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=649&language=French">Comment stimuler les aptitudes de raisonnement spatial chez les enfants</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Temps d’écran<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>De nos jours, les appareils électroniques nous occupent tous longuement. Renseignez-vous sur les effets du temps d’écran excessif et comment le limiter.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=643&language=French">Temps d'écran: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=644&language=French">Temps d'écran: comment aider votre enfant à fixer des limites saines</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Relations</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Apprenez comment aider vos enfants à faire face aux aspects plus difficiles des relations à l’école et hors du milieu scolaire.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Intimidation</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=303&language=French">Intimidation</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=736&language=French">Cyber-intimidation, partie 1</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=737&language=French">Cyber-intimidation, partie 2</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=738&language=French">Cyber-intimidation : comment en parler à vos enfants</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Sexe</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=716&language=French">Éducation sexuelle: ce que les enfants doivent savoir et à quel moment</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=718&language=French">Éducation sexuelle des enfants: pourquoi les parents devraient parler de sexualité à leurs enfants</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=717&language=French">Éducation sexuelle des enfants: Huit conseils aux parents</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Santé mentale<br></h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>Apprenez comment aider les enfants qui ont du mal à supporter les pressions liées aux relations sociales et aux résultats scolaires.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=18&language=French">Anxiété: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=19&language=French">La dépression: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=289&language=French">L’automutilation chez les enfants et les adolescents: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=291&language=French">Le suicide chez les enfants et les adolescents: présentation générale</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=625&language=French">Image du corps : promouvoir une image corporelle positive</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=626&language=French">Résilience</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1964&language=French"> Auto-efficacité : comment l’inculquer à l’enfant</a></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Santé physique</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La santé favorise le bien-être et la réussite scolaire. Tout ce que vous devez savoir pour vous assurer que votre enfant est actif et mange sainement.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Le sommeil</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=645&language=French">Le sommeil : bienfaits et nombre d’heures recommandées</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=646&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre enfant à bien dormir</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=647&language=French">Conseils sur le sommeil : aider votre jeune à bien dormir</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Activité physique</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=642&language=French">Activité physique : directives à l’intention des enfants et des jeunes</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=641&language=French">Activité physique : bienfaits pour la santé et le bien-être</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1950&language=French">Renforcer les habiletés motrices de votre enfant</a></li></ol></li><li><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h3>Nutrition</h3></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1436&language=French">Guide alimentaire canadien</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=639&language=French">Une alimentation saine et équilibrée peut favoriser la santé mentale de votre enfant</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1464&language=French">Idées de repas d'enfants d'âge scolaire, des préadolescents et d'adolescents</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=638&language=French">Alimentation saine pour les ados</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1466&language=French">Choix de boissons et d’aliments sains à l’extérieur de la maison</a></li></ol></li></ol></div><div class="panel panel-primary"><div class="panel-heading clickable"> <span class="pull-right panel-heading-collapsable-icon"><i class="mdi mdi-chevron-down"></i></span> <h2 class="panel-title">Àpres l’école</h2></div><div class="panel-body list-group" style="display:none;"><p>La rentrée scolaire est accompagnée de la reprise d’autres activités. Ces articles traitent de questions variant des sports à traverser la rue.</p></div><ol class="list-group" style="display:none;"><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1982&language=French">Comment le port du casque permet de prévenir les traumatismes crâniens</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1983&language=French">Casque: Comment convaincre votre enfant de le porter</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1953&language=French">Sports organisés: une formule gagnante pour les enfants</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1957&language=French">Sécurité dans les terrains de jeu</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1955&language=French">Sécurité des enfants piétons</a></li><li class="list-group-item"> <a class="overview-links" href="/Article?contentid=1968&language=French">Sécurité aquatique et prevention des noyades</a></li></ol></div><br>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/back_to_school_learning_hub.jpgrentreescolaireviesaineMain
MononucléoseMononucléoseMononucleosisMFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Abdominal pain;Fatigue;Fever;Headache;Nausea;Rash;Sore throat2015-01-07T05:00:00ZShawna Silver, MD, FRCPC, FAAP, PEng8.0000000000000062.00000000000001155.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>La mononucléose, ou mono, est un type d’infection virale. Découvrez les signes et les symptômes de la mono et comment prendre soin de votre enfant à la maison.</p><h2>Qu’est-ce que la mononucléose?</h2><p>La mononucléose (mono) est une infection virale qui est généralement causée par le virus d’Epstein-Barr. Ce virus se propage par la salive infectée. Chez les enfants, la contamination peut se produire par <a href="/Article?contentid=774&language=French">la toux </a> ou en manipulant ou mâchant des jouets qui ont été contaminés par le virus. Chez les adolescents, le virus peut se propager par le partage de nourriture, de boissons ou de brosses à dents ou par le contact rapproché et intime, comme les baisers.</p><p>D’autres virus qui peuvent causer une maladie de type mononucléose comprennent le cytomégalovirus, <em>Toxoplasma gondii</em>, l’adénovirus et l’hépatite virale.</p><br><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Chez les enfants, la mono est un type d’infection virale qui peut ne provoquer aucun symptôme ou n’entraîner qu’une maladie fébrile bénigne.</li> <li>Les adolescents et les jeunes adultes atteints de la mono présentent souvent d’autres symptômes en plus de la fièvre, y compris les maux de gorge, les maux de tête et des ganglions lymphatiques enflés.</li> <li>Assurez le confort de votre enfant et maintenez-le hydraté pendant que son corps combat la maladie.</li> <li>Évitez qu’il ne pratique des sports ou qu’il ne soulève des objets lourds. Une lésion de la rate peut provoquer de graves hémorragies internes.</li> </ul><h2>Les signes et les symptômes de la mono</h2> <p>Un enfant ou un adolescent peut avoir la mononucléose infectieuse du virus d’Epstein-Barr pendant un certain temps avant que des symptômes n’apparaissent. Cette période sans symptômes est appelée la période d’incubation d’un virus. La période d’incubation de la mono peut durer jusqu’à 30 à 50 jours chez les adolescents, mais elle est plus courte chez les enfants.</p> <h3>Enfants</h3> <p>Chez les enfants, la mono présente généralement très peu ou pas de symptômes. Les symptômes mineurs sont généralement limités à:</p> <ul> <li>un <a href="/Article?contentid=12&language=French">rhume</a></li> <li>une <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, légère à modérée, qui n’est pas dangereuse et dure généralement moins de deux semaines.</li> </ul> <h3>Les adolescents et les jeunes adultes<br></h3> <p>Les symptômes pour ce groupe d’âge apparaissent lentement, pendant une ou deux semaines. Ils peuvent comprendre:</p> <ul> <li>a <a href="/Article?contentid=748&language=French"> maux de gorge</a></li> <li>de la fatigue, la perte d’énergie et des courbatures</li> <li>des amygdales rouges et gonflées, couvertes de pus</li> <li><a href="/Article?contentid=777&language=French"> ganglions lymphatiques enflés </a> au niveau du cou, des aisselles, de l’aine et ailleurs</li> <li>une fièvre pendant 10 à 14 jours</li> <li>des <a href="/Article?contentid=29&language=French">maux de tête</a></li> <li>des nausées et une perte d’appétit</li> <li>des douleurs abdominales</li> <li>une éruption cutanée</li> <li>une rate légèrement dilatée</li> <li>un foie légèrement dilaté</li> <li>la jaunisse.</li> </ul> <p>La plupart des adolescents ne présentent que des symptômes bénins, pendant une semaine. Même ceux qui présentent des symptômes graves se sentent souvent tout à fait mieux après deux à quatre semaines. </p><h2>Comment un médecin diagnostique-t-il la mono?</h2> <p>Le médecin de votre enfant peut diagnostiquer la mono en examinant votre enfant et en posant des questions sur les symptômes. Il peut également demander qu’il passe des tests sanguins afin d’aider à confirmer le diagnostic ou d’exclure des causes plus graves (mais moins communes) des symptômes de votre enfant.</p><h2>Qu’est-ce que le médecin de votre enfant peut faire contre la mono?</h2> <p>La mononucléose est une infection virale. Les antibiotiques ne permettent pas de traiter un virus, de sorte que, dans la plupart des cas, le médecin de votre enfant vous proposera des médicaments pour soulager la fièvre ou la douleur. Mais si les amygdales de votre enfant sont si gonflées qu’elles se touchent presque, le médecin peut prescrire des médicaments stéroïdiens pour réduire le gonflement.</p><h2>Les complications de la mono</h2> <p>Bien que cela ne soit pas courant, la mono peut parfois entraîner des complications plus graves. Celles-ci comprennent:</p> <ul> <li>la déshydratation</li> <li>une splénomégalie</li> <li>des problèmes respiratoires</li> <li>une éruption cutanée.</li> </ul> <h3>Déshydratation</h3> <p>La déshydratation se produit quand un mal de gorge empêche l’enfant de boire suffisamment. Tentez de prévenir la déshydratation en administrant à votre enfant des médicaments antidouleur pour la gorge et de petites quantités fréquentes de liquide.</p> <h3>Splénomégalie</h3> <p>La mono peut causer une dilatation de la rate de votre enfant et ainsi lui faire courir un risque de <a href="/Article?contentid=1183&language=French">lésions</a>. Un coup à l’estomac pourrait rompre la rate dilatée et provoquer une hémorragie interne. Il s'agit là d'une urgence.</p> <p>Vous pouvez maintenir la rate de votre enfant en bonne santé en évitant qu’il ne pratique les sports de contact (voir ci-dessous), en prévenant la <a href="/Article?contentid=6&language=French">constipation</a> et en évitant qu’il ne soulève des objets lourds.</p> <p>Si votre enfant éprouve une douleur soudaine et sévère au niveau de l’abdomen (ventre), appelez le 911 ou emmenez-le immédiatement au service d’urgences.</p> <h3>Problèmes respiratoires</h3> <p>La mono peut provoquer des difficultés respiratoires si la gorge de votre enfant enfle et que ses voies respiratoires sont partiellement bloquées. Cela pourrait se produire en cas d’hypertrophie des amygdales, des <a href="/Article?contentid=831&language=French">végétations adénoïdes</a> ou d’un autre tissu lymphatique à l’arrière de la gorge.</p> <p>Un enfant peut décrire une sensation de « quelque chose de coincé » s’il a mal à la gorge ou des difficultés à respirer. Le médecin de votre enfant peut examiner sa gorge pour déterminer s’il y a un risque de blocage et peut prescrire des médicaments pour réduire le gonflement.</p> <h3>Éruption</h3> <p>Parfois, les patients atteints de la mono développent une éruption cutanée après la prise de certains antibiotiques. Cette éruption est de couleur cuivre et accompagnée de démangeaisons; elle peut se développer après <a href="/Article?contentid=791&language=French">la prise d’ampicilline ou, moins fréquemment, d’amoxicilline</a>. Si votre enfant développe ce genre d’éruption cutanée, demandez à son médecin si vous devez arrêter la prise d’antibiotique. Votre enfant peut avoir besoin de prendre un autre antibiotique ou devoir arrêter la prise d’antibiotiques, car ces derniers ne traiteront pas la mono.</p><h2>Prendre soin de votre enfant qui a la mono à la maison</h2> <h3>Médicaments contre la fièvre et la douleur</h3> <p>Donnez à votre enfant de l'<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène </a> ou de <a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène​</a> pour soulager l’inconfort des ganglions lymphatiques enflés ou de la fièvre. Suivez toujours les instructions sur l’emballage.​</p> <h3>Soulager les maux de gorge</h3> <p>Si votre enfant éprouve des difficultés à manger et à boire, essayez:</p> <ul> <li>de lui donner des aliments mous qui sont faciles à avaler, comme les soupes, la crème glacée, le pouding ou le yaourt</li> <li>d’éviter les aliments très salés, épicés ou acides (vinaigre ou agrumes) s’ils aggravent la douleur</li> <li>de laisser votre enfant boire avec une paille ou un gobelet</li> <li>de faire gargariser votre enfant avec de l’eau tiède salée (les enfants plus âgés et les adolescents)</li> <li>de donner à votre enfant des cubes de glace et des pastilles à sucer (les enfants plus âgés et les adolescents). Ne donnez pas de pastilles pour la gorge aux jeunes enfants, car ils risqueraient de s’étouffer.</li> </ul> <h3>Liquides</h3> <p>Assurez-vous que votre enfant boit beaucoup. Votre enfant boit suffisamment si:</p> <ul> <li>il urine (fait pipi) au moins deux ou trois fois par jour</li> <li>il a les yeux humides et produit des larmes lorsqu’il pleure</li> <li>sa bouche est humide et contient de la salive.</li> </ul> <h3>Repos et activité</h3> <p>Votre enfant aura probablement besoin de se reposer, mais n’a pas besoin d’être isolé ou de rester au lit. Habituellement, les enfants sont plus tranquilles quand ils ont de la fièvre et redeviennent plus actifs quand ils se sentent mieux.</p> <h3>Retour à l’école</h3> <p>Les enfants peuvent retourner à l’école lorsque leur fièvre a disparu et qu’ils peuvent avaler normalement. La plupart des enfants sont prêts à retourner à leurs habitudes en deux à quatre semaines.</p> <h3>Activités sportives</h3> <p>Tous les enfants atteints de la mono doivent éviter les sports de contact pendant au moins quatre semaines ou jusqu’à ce que le médecin donne son accord. Ceci pour éviter d’endommager la rate si elle venait à se dilater.</p><h2>Comment prévenir la propagation de la mono</h2> <p>La mono est plus contagieuse quand votre enfant a de la fièvre. Après que la fièvre a disparu, le virus est encore véhiculé par la salive en petites quantités pendant une période pouvant durer six mois. Pour prévenir la propagation du virus de la mono, votre enfant doit utiliser des verres et des ustensiles de consommation personnels. Les adolescents atteints de la mono devraient éviter les baisers jusqu’à ce que la fièvre ait disparu depuis plusieurs jours.</p><h2>Quand consulter un médecin?</h2> <p>Appelez le médecin habituel de votre enfant si:</p> <ul> <li>votre enfant ne peut pas boire suffisamment de liquides et ne fait pas pipi</li> <li>votre enfant n’est pas retourné à l’école deux semaines après que la mono a été diagnostiquée</li> <li>votre enfant présente encore des symptômes après quatre semaines</li> <li>vous avez d’autres questions ou des préoccupations, par exemple sur le retour de votre enfant aux activités sportives.</li> </ul> <p>Appelez le 911 ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche si votre enfant:</p> <ul> <li>est déshydraté</li> <li>a des problèmes respiratoires</li> <li>a une douleur abdominale, plus particulièrement vers le haut, sur le côté gauche.</li> </ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Mononucleosis.jpg La mononucléose est un type d’infection virale. Découvrez ses signes et ses symptômes et comment prendre soin de votre enfant à la maison.Main
Arthrite psoriasiqueArthrite psoriasiquePsoriatic arthritisAFrenchRheumatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Body;SkinSkeletal systemConditions and diseasesAdult (19+)Joint or muscle pain;Painhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/arthritis_psoriatic_MED_ILL_EN.jpg2017-01-31T05:00:00ZJennifer Stinson RN-EC, PhD, CPNPLori Tucker, MDAdam Huber, MSc, MD, FRCPCLynn Spiegel, MD, FRCPCLaura Schanberg, MDPatrick McGrath, OC, PhD, FRSC7.0000000000000062.00000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>L’arthrite psoriasique s’agit d’un type d’arthrite que l’on retrouve chez les personnes atteintes d’une maladie de la peau appelée psoriasis.</p><h2>Qu’est-ce que le psoriasis et l’arthrite psoriasique?</h2><p>Le psoriasis est une maladie de la peau. Le psoriasis est un rash produisant des plaques rouges et dont la peau ressemble à de petites écailles. Le rash survient habituellement sur le cuir chevelu, derrière les oreilles, sur les paupières, les coudes, les genoux, les fesses, ou encore dans le nombril. Les ongles de certaines personnes atteintes de psoriasis ont des creux et des bosses.</p><p>Certaines personnes ayant cette maladie sont également atteintes d’arthrite. Ce type d’arthrite s’appelle arthrite psoriasique. Parfois, le psoriasis apparaît avant l’arthrite, parfois c’est l’inverse. Des antécédents familiaux de psoriasis sont un indice important pouvant mener au bon diagnostic.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Le psoriasis se présente sous la forme d’une éruption cutanée rouge et écailleuse sur le cuir chevelu, derrière les oreilles, sur les paupières, sur les coudes, sur les genoux, sur les fesses ou dans le nombril.</li> <li>L’arthrite psoriasique touche de 3 % à 10 % des enfants atteints d’AIJ.</li> <li>Il peut être modéré ou, au contraire, être grave et persister jusqu’à l’âge adulte.</li></ul><h2>Faits éclairs sur l’arthrite psoriasique</h2> <figure><span class="asset-image-title">Polyarthrite psoriasique</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/arthritis_psoriatic_MED_ILL_FR.jpg" alt="Illustrations des articulations d’un mâle et d’une fille et de l’éruption psoriatique, des érosions ponctuées et de dactylite" /><figcaption class="asset-image-caption">La polyarthrite psoriasique touche tant les hommes que les femmes. Elle se caractérise par des ongles de couturière, des doigts et des pieds enflés, de la douleur dans les articulations et des éruptions cutanées rouges qui se desquament.</figcaption> </figure> <p>L’arthrite psoriasique touche autant les hommes que les femmes. Elle se caractérise par des ongles de couturière, une enflure des doigts ou des orteils, de la douleur articulaire et un rash rouge et écailleux.</p><p>Voici quelques faits sur ce type d’arthrite :</p><ul><li>On le retrouve chez 3 à 10 % des jeunes atteints d’AIJ.</li><li>Il apparaît à tout âge.</li><li>Il touche autant les garçons que les filles.</li><li>Il peut toucher peu ou beaucoup d’articulations.</li><li>Tout comme l’arthrite reliée à l’enthésopathie, l’arthrite psoriasique peut s’attaquer aux hanches ou au dos.</li><li>Les doigts et les orteils dont les tendons enflent ou s’inflamment peuvent ressembler à des saucisses. C’est ce qu’on appelle dactylite.</li><li>Il y a un risque modéré de maladie oculaire appelée uvéite.</li></ul><p>Certains enfants et adolescents ont une arthrite psoriasique relativement légère. D’autres ont des symptômes graves qui peuvent continuer à l’âge adulte.</p>Main

 

 

Favoriser ta santé mentale et ton bien-êtreFavoriser ta santé mentale et ton bien-êtreSupporting your mental health and wellbeingFFrenchAdolescent;Prevention;PsychiatryTeen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionTeen (13-18 years)NA2019-03-22T04:00:00ZSara Ahola Kohut, PhD, CPsychFlat ContentHealth A-Z<p>Grandir peut parfois être difficile. Tu dois trouver un juste équilibre entre tes responsabilités quotidiennes, comme aller à l’école, tout en devenant plus autonome.</p><p>Cet exercice d’équilibriste peut devenir plus compliqué si tu vis avec une maladie chronique, car tu devras maintenant gérer des rendez-vous médicaux, la prise de médicaments et, parfois, des analyses et des interventions médicales. Tout cela peut t’empêcher d’aller à l’école ou de voir tes amis.</p><p>Il est important d’apprendre comment prendre soin de toi-même et, surtout, de savoir quand et comment demander de l’aide.</p><p>Soigner ta maladie chronique signifie non seulement prendre soin de ta santé physique, mais aussi de ta santé mentale et sociale. Voici quelques idées pour t’aider à obtenir le soutien dont tu as besoin.</p><h2>Entretenir ta santé physique</h2><ul><li>Prends tes médicaments tels que prescrits et fais les exercices recommandés.</li><li>Reste en contact avec ton équipe de soins de santé et pose-leur des questions si tu as des doutes à propos de quelque chose. Écris tes questions pour être sûr de ne pas les oublier à ton prochain rendez-vous.</li><li>Note tout symptôme qui apparaît dans les semaines ou les mois entre tes rendez-vous médicaux. Il est facile d’oublier ce que tu as ressenti pendant plusieurs mois si tu te sens différent le jour du rendez-vous ou le jour précédent.</li><li>Si tu as de la difficulté à composer avec les symptômes, pourquoi ne pas demander à ton équipe de soins de santé de t’aider à trouver de nouvelles stratégies d’adaptation. Certains fournisseurs de soins se spécialisent dans l’aide aux enfants et aux adolescents dont les symptômes physiques ne disparaissent pas complètement, comme les nausées et la douleur.</li></ul><h2>Entretenir ta santé mentale </h2><ul><li>Trouve quelqu’un en qui tu as confiance, comme un membre de ta famille, un ami, un entraîneur ou un enseignant et dis-lui ce que tu ressens. Il est important d’être honnête au sujet de tes sentiments. </li><li>Prends le temps de penser à toi, de te reposer et de t’amuser. Tu pourrais peut-être t’offrir quelque chose qui te fais plaisir, comme tu le ferais pour un ami. Que dirais-tu ou que suggérerais-tu à un ami qui ressent les mêmes choses que toi?</li><li>Si tu es très <a href="/Article?contentid=3777&language=French">stressé</a>, inquiet ou triste, parle à ton équipe médicale et demande-lui de t’aider à trouver quelqu’un qui peut t’aider — par ex., un psychologue, un psychiatre, un travailleur social ou un autre professionnel de la santé mentale. Ces gens se spécialisent dans l’aide aux enfants et aux adolescents qui vivent avec une maladie chronique.</li></ul><p>Si tu as déjà pensé à t’auto-mutiler à cause ta maladie chronique, demande immédiatement de l’aide.</p><h2>Entretenir ta vie sociale </h2><ul><li>Reste en contact avec ta famille et tes amis. Si tu ne peux pas le faire en personne, communique avec eux par vidéo, téléphone ou texto.</li><li>Adonne-toi à tes passe-temps favoris et à tes activités parascolaires aussi souvent que possible. Même si tu ne peux pas participer pleinement, tu pourrais par exemple assister à des événements ou à des parties pour rester en contact avec ton équipe.</li><li>Fais la rencontre d’autres personnes qui vivent avec la même maladie chronique que toi (ou une maladie semblable). Côtoyer des gens qui comprennent ce que tu vis peut être bénéfique. Ils peuvent souvent te donner des conseils et des trucs pour bien gérer tes symptômes.</li></ul><p>Il existe plusieurs thérapies pour aborder les problèmes physiques, mentaux et sociaux causés par une maladie chronique. Citons, par exemple, la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie d’acceptation et d’engagement, <a href="/Article?contentid=3778&language=French">la pleine conscience</a>, la thérapie comportementale dialectique, la thérapie centrée sur les émotions et la thérapie interpersonnelle — pour ne nommer que celles-ci! Différentes approches fonctionnent pour différentes personnes et différentes situations.</p><p>Demander de l’aide quand tu en as besoin est difficile, mais c’est aussi très bénéfique. N’oublie pas que tout le monde a besoin d’aide de temps à autre. Tes amis, ta famille, ton équipe de soins de santé et d’autres professionnels peuvent t’aider à développer les aptitudes et les habitudes dont tu as besoin pour t’épanouir et profiter de la vie malgré ta maladie chronique.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Supporting-your-mental-health-and-wellbeing.jpgTa santé mentale et ton bien-être Trouvez des idées pour t'aider à obtenir le soutien dont tu as besoin pour entretenir ta santé physique, ta santé mentale et ta vie sociale.Teens
Trouble lié à la consommation de substances : Comment aider votre adolescent à la maisonTrouble lié à la consommation de substances : Comment aider votre adolescent à la maisonSubstance use disorder: How to help your teen at homeTFrenchAdolescent;PsychiatryTeen (13-18 years)NANAConditions and diseases;Healthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-01-30T05:00:00ZKaren Leslie, MD, MEd, BScHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Explorez comment surveiller efficacement la consommation de substances et quoi faire si votre adolescent présente un problème de toxicomanie.</p><p>Au fur et à mesure que votre adolescent mûrit et devient plus indépendant, il se peut qu’il passe de plus en plus de temps à l’extérieur du foyer en compagnie de ses amis et qu’il désire faire de nouvelles expériences avec, entre autres, les drogues et l’alcool. En surveillant sa consommation de substances, vous pouvez l’aider à se protéger et à rester en santé. En cas de toxicomanie avérée ou suspectée, vous pouvez entreprendre des démarches à la maison en vue de son rétablissement.</p><h2>Comment surveiller la consommation de substances de votre adolescent</h2><ul><li>Posez des questions sur l’école de votre enfant ou de votre adolescent, ses amis ou les autres aspects de sa vie (les sports et les passe-temps) pour en apprendre davantage sur ses intérêts et son bien-être à l’extérieur du foyer.</li><li>Mettez en pratique un modèle autoritaire d’éducation en fixant des attentes et des limites appropriées à son âge comme le couvre-feu, le temps d’écran, les tâches ménagères, etc.</li><li>Discutez de l’alcool et des drogues, y compris des médicaments sous ordonnance et de ceux en vente libre, ainsi que des boissons énergétiques à teneur élevée en caféine.</li><li>Maintenez une communication ouverte avec votre adolescent. Écoutez-le et soyez prêt à négocier.</li><li>Discutez de vos attentes sur l’utilisation de l’alcool et des drogues. Des messages efficaces sur les comportements à risque peuvent comprendre les affirmations suivantes :</li><ul><li>« Si tu décides d’essayer l’alcool ou les drogues, nous espérons que tu en limiteras la consommation autant que possible ».</li><li>« Si tu décides d’essayer et que, par la suite, tu ne te sens plus en sécurité, tu peux toujours nous appeler ».</li></ul><li>Servez–lui de modèle. Démontrez-lui que vous pouvez boire de l’alcool (ou consommer d’autres substances) de manière responsable.</li><li>Passez du temps avec lui. Il n’y a pas de ligne directrice à suivre — le temps que vous lui consacrez et vos activités varieront d’une famille à l’autre, en fonction du travail, de l’école et d’autres activités.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Prenez le temps d’en apprendre sur le bien-être de votre adolescent hors de son foyer, d’ouvrir le dialogue avec votre adolescent et de servir de modèle de comportement à imiter en matière de consommation de substances.</li><li>Établissez des règles adaptées à l’âge de votre adolescent pour sa routine et fixez des attentes pour son comportement s’il décide d’essayer les drogues ou l’alcool.</li><li>Si vous pensez que votre adolescent a un problème de toxicomanie, demandez l’aide d’un fournisseur de soins de santé spécialisé dans le traitement des jeunes gens.</li><li>Favorisez le traitement professionnel assidu pour votre adolescent selon des règles de base strictes pour éviter les situations dangereuses et encouragez la fréquentation scolaire ou la participation régulière à son traitement.</li></ul><h2>Que faire si votre adolescent a un problème de toxicomanie avéré ou suspecté?</h2><p>Tout d’abord, demandez à un fournisseur de soins de santé, à une clinique ou à un organisme spécialisé dans le traitement de la toxicomanie de fournir l’aide et le soutien voulu, tant à vous qu’à votre adolescent.</p><p>Tout en bénéficiant d’une orientation professionnelle, vous pourriez souhaiter mettre en place des règles de base claires pour votre enfant ou adolescent. Par exemple, exigez de lui qu’il n’apporte aucune substance à la maison ou autour de la maison. Veillez à bien lui faire respecter cette règle.</p><h3>Appliquer les règles de base</h3><p>Surveiller votre adolescent peut signifier violer sa vie privée. L’application de ce principe peut sembler excessive, mais il est important de vous rappeler et de lui rappeler que sa santé et sa sécurité comptent avant tout. Pour ce faire, vous devrez viser à faire respecter des règles du type « si… , alors… » pour justifier le renforcement des règles et la pratique des inspections. Par exemple, vous pourriez affirmer « Lorsque tu feras de meilleurs choix pour ta santé, je me mêlerai de mes affaires ». Ou encore, « J’aspire à te laisser faire tes choix un jour, mais pour le moment, tu dois me prouver que tu es capable de respecter les règles de la maison ».</p><p>S’il lui arrive de se trouver dans le pétrin en raison d’une inconduite, ne craignez pas de le raisonner et attendez qu’il revienne à la réalité en faisant montre d’une plus grande responsabilisation avant de lui céder plus d’autonomie. Bien qu’il puisse ne pas vouloir l’admettre et balaiera du revers de la main ce que vous lui dites, il pourrait au fond de lui-même être reconnaissant que vous lui imposiez des limites.</p><h3>Vos préoccupations doivent viser le comportement de la personne et non la personne elle-même</h3><p>Laissez votre enfant ou votre adolescent choisir ses propres amis. S’il arrive que vous ne soyez pas d’accord avec le comportement de ses amis ou le sien, montrez-vous préoccupé du comportement en tant que tel et non de la personne. Assurez-vous de bien signifier à quel comportement vous êtes en droit de vous attendre.</p><h3>Insistez clairement sur l’assiduité à l’école ou au traitement</h3><p>Même en présence d’un problème de toxicomanie chez votre enfant, insistez pour qu’il fréquente l’école tous les jours et qu’il y soit à l’heure, à moins qu’un problème de santé physique ou mental l’en empêche. Renforcez vos attentes en lui offrant des récompenses en retour de sa fréquentation assidue de l’école. Si son problème de toxicomanie l’empêche de fréquenter l’école régulièrement, vous devez lui signifier qu’il doit, par contre, suivre son traitement.</p><p>Parent Action on Drugs (n.d.). <em>Information for parents</em>. Retrieved from <a href="https://parentactionondrugs.org/for-parents/">https://parentactionondrugs.org/for-parents/</a></p><p>Government of Canada (2019). <em>Talking with teenagers about drugs.</em> Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/services/substance-abuse/talking-about-drugs/talking-with-teenagers-about-drugs.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/services/substance-abuse/talking-about-drugs/talking-with-teenagers-about-drugs.html</a></p><p>Canadian Pediatric Society (2017). <em>How to talk to your teen</em>. Retrieved from <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen</a></p><p>Parent Action Pack (n.d.). Retrieved from <a href="http://parentactionpack.ca/">http://parentactionpack.ca/</a> </p><p>Fleming, K., & McKiernan, A. (2018). <em>Talking Pot with Youth: A Cannabis Communication Guide for Youth Allies</em>. Ottawa, ON: Canadian Centre on Substance Use and Addiction. Retrieved from <a href="http://www.ccdus.ca/Resource%20Library/CCSA-Cannabis-Communication-Guide-2018-en.pdf">http://www.ccdus.ca/Resource%20Library/CCSA-Cannabis-Communication-Guide-2018-en.pdf</a> </p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Substance_use_disorder-How_to_help_your_teen_at_home.jpgProblème de toxicomanie : Comment aiderMain
Signaux que manifeste votre bébéSignaux que manifeste votre bébéUnderstanding your baby's feeding cuesSFrenchNutritionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+) Educators Hospital healthcare providers Community healthcare providers Remote populations First nationsNAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/nutrition_and_heart_conditions.jpg2013-09-27T04:00:00ZStephanie Gladman, RD, MHSc.;Elly Berger, BA, MD, FRCPC, FAAP, MHPE000Flat ContentHealth A-Z<p>Reconnaissez les signaux disant que votre bébé est prêt à ingérer des aliments solides et assurez sa sécurité pendant qu’il les consomme.</p><p>Vous pouvez commencer donner <a href="/Article?contentid=497&language=French">des aliments solides</a> à votre bébé vers l’âge de six mois. Autour de neuf à douze mois, votre bébé montrera des signes qu’il est prêt à se nourrir tout seul.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Les bébés peuvent commencer par des purées ou des aliments écrasés vers l’âge de six mois, alors qu’ils peuvent conserver la nourriture dans leur bouche, s’asseoir et contrôler leur tête de manière indépendante.</li> <li>Ne jamais forcer un bébé à manger. Plutôt, comprenez qu’ils peuvent traverser des phases où ils veulent plus ou moins de nourriture.</li> <li>Encouragez votre bébé à manger une variété d’aliments nutritifs et sains.</li></ul><p>Vous avez peut être observé que votre bébé a commencé à saisir de petits objets comme des jouets et ses aliments entre le pouce et l’index. L’acquisition de cette aptitude nommée préhension fine constitue un important jalon du développement et signifie que votre bébé sera peut être bientôt en mesure de tenir une cuillère et de se nourrir en même temps que vous le faites.</p><p>Vous observerez que votre bébé pourra progressivement commencer à prendre avec les doigts de petits morceaux d’aliments comme des bouts de pain grillé ou des céréales en forme de O. Il pourra mastiquer ces aliments avec les gencives et les avaler sans danger.</p> <a href="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/INM_NRC_track2-2_intro_to_food_pdf_fr.pdf" target="_blank"><figure><img alt="Intégration d’aliments solides à l’alimentation de votre bébé Télécharger le (fichier) PDF" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/INM_NRC_track2-2_download_pdf_fr.png" /> </figure> </a> <h2>Signaux que manifeste votre bébé</h2><p>Alimenter votre bébé est un processus actif que vous et lui vous partagerez. Il faudra du temps avant que votre bébé puisse se nourrir seul. La solution est de partager cette période spéciale avec votre bébé en observant les signes et les aptitudes qu’il manifeste. Votre bébé peut mettre du temps à comprendre quoi faire de la nourriture que vous lui mettez dans la bouche ou comment mastiquer et avaler des aliments solides. Faites preuve de patience. Cela peut prendre quelques semaines avant qu’il sache réellement ce en quoi consiste l’action de manger.</p><p> <strong>Ne</strong> forcez <strong>jamais</strong> votre bébé à manger! Les nourrissons sont très aptes à déterminer la quantité de solides et de liquides qu’ils doivent consommer. Ils peuvent manger plus ou moins par moment. Respectez les souhaits de votre bébé. Votre rôle <strong>n’est</strong> <strong>pas</strong> de le faire manger, mais de lui fournir des aliments sains et nutritifs et de lui servir de modèle en ce qui a trait aux bonnes habitudes alimentaires.</p><p>Les bébés peuvent manifester leur intérêt dans la nourriture en vous observant attentivement, en s’emparant de vos aliments ou de vos ustensiles ou en ouvrant la bouche pendant que vous mangez. Une fois que votre bébé consomme de façon routinière des aliments solides aux repas, vous découvrirez peut être qu’il préfère certaines saveurs ou textures. Il faut parfois offrir un aliment à un bébé ou à un enfant de dix à vingt fois à des moments différents avant qu’il l’accepte. Un bébé ou un enfant est plus susceptible d’accepter un aliment s’il vous voit en manger.</p><h2>Risques pour la sécurité</h2><p>Les bébés doivent être surveillés de près par un adulte pendant qu’ils mangent. Vos enfants plus âgés peuvent aimer vous aider à nourrir votre bébé, mais ils risquent de ne pas savoir quelles sont les textures appropriées pour lui ou reconnaître les signes d'<a href="/Article?contentid=1463&language=French">étouffement</a>. Ne laissez pas un enfant plus âgé nourrir un bébé ou un jeune enfant à moins qu’il soit sous la surveillance d’un adulte.</p><h2>Composer avec les dégâts des repas </h2><p>Nourrir un bébé est une activité inévitablement salissante. Ne vous en faites pas lorsque les aliments se répandent sur la chaise haute ou le sol. À mesure que la coordination de votre bébé s’améliorera, celui ci avalera davantage de nourriture et en laissera moins tomber. L’usage d’un tapis anti éclaboussure peut être utile.</p>Main
ConstipationConstipationConstipationCFrenchGastrointestinalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Large Intestine/ColonLarge intestine;RectumConditions and diseasesAdult (19+)Constipation2019-05-16T04:00:00ZBeth Gamulka, MD, and SickKids Constipation Working Group;Behnaz Mahmoodian, MD8.1000000000000062.2000000000000992.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Découvrez les différentes causes de la constipation chez votre enfant et comment vous pouvez aider à la soulager avec un régime alimentaire adéquat, l’apprentissage de la propreté ou des médicaments.</p><h2>Qu’est-ce que la constipation?</h2><p>La constipation est un comportement anormal des intestins lors duquel les selles sont évacuées moins souvent et sont plus dures que d’habitude. La constipation s’accompagne d’inconfort. Dans les cas extrêmes, s’il y a souillures, on parle d’<a href="/Article?contentid=3&language=French">encoprésie</a>.</p><p>Chaque personne a un « comportement intestinal » différent. La fréquence des selles peut varier de plusieurs fois par jour à plusieurs fois par semaine. Si la fréquence des selles de votre enfant a diminué, il se peut qu’il soit constipé.</p><p>La constipation peut s’étendre sur plusieurs jours, plusieurs semaines ou plusieurs mois. Elle peut aussi se produire lors d’un changement dans les habitudes, comme l’<a href="/Article?contentid=636&language=French">apprentissage de la propreté</a>, l’entrée à l’école, l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, un départ en vacances ou une modification du régime alimentaire.</p><p>Souvent, les selles peuvent sembler normales, mais s’accumulent dans les intestins avec le temps. Cette accumulation cause des crampes abdominales (au ventre) et de la douleur. Pour les enfants qui ont été constipés pendant une longue période, entraîner l’intestin à reprendre un comportement normal peut prendre plusieurs mois, voire des années. </p><p>Point à se rappeler : votre enfant peut souffrir de constipation même s’il va à la selle tous les jours.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La constipation consiste en des selles moins abondantes que d’habitude, douloureuses ou difficiles à évacuer.</li><li>La constipation peut être causée par le manque de fibres dans le régime alimentaire, une modification des habitudes intestinales ou des médicaments, ou le fait de ne pas boire suffisamment de liquides.</li><li>Chez la majorité des enfants, la constipation peut être une composante familiale.</li><li>Des changements dans le régime alimentaire de votre enfant peuvent contribuer au soulagement de sa constipation.</li><li>Le médecin de votre enfant peut également vous proposer l’administration de médicaments comme des émollients fécaux pour vider les intestins.</li><li>Consultez votre médecin s’il y a du sang dans les selles de votre enfant, s’il perd le contrôle de ses selles, s’il a de la fièvre, s’il souffre de douleurs abdominales intenses ou qu’il vomit. </li></ul><h2>Qu'est-ce qui cause la constipation?</h2><p>Chez la majorité des enfants, la constipation est causée par de mauvaises habitudes intestinales ou un mauvais régime alimentaire. Voici des causes courantes de la constipation :</p><ul><li>ne pas boire suffisamment de liquides; </li><li>manque de fibres issues de grains complets, fruits ou légumes dans le régime alimentaire de votre enfant; </li><li>trop de malbouffe et autres aliments provoquant la constipation dans le régime alimentaire de votre enfant; </li><li>se retenir pour éviter les douleurs à l'évacuation des selles dues à des fissures (petites déchirures) à l'anus;</li><li>causes génétiques: certains enfants héritent de la tendance à la constipation de leurs parents;</li><li>mauvaises habitudes intestinales, troubles de l'apprentissage de la propreté, et parfois​ refus de passer du temps sur le siège des toilettes.</li></ul><p>Certains enfants peuvent avoir peur des toilettes publiques, alors que d’autres préfèrent simplement continuer de jouer plutôt que d’aller à la toilette lorsqu’ils ressentent l’urgence d’évacuer des selles. Ils préfèrent « se retenir », ce qui cause une accumulation de selles.</p><p>Voici d’autres causes moins courantes de la constipation :</p><ul><li>maladies qui causent des <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a> ou de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, et qui provoquent une perte de liquides corporels et de la <a href="/Article?contentid=776&language=French">déshydratation</a>;</li><li>certains médicaments comme la <a href="/Article?contentid=2999&language=French">morphine</a>;</li><li>insuffisance de la glande thyroïde (<a href="/Article?contentid=2309&language=French">hypothyroïdisme</a>);</li><li><a href="/Article?contentid=830&language=French">maladie de Hirschsprung</a>, maladie de l’intestin que l’on diagnostique habituellement dans les premières semaines de vie.</li></ul><h2>Comment prendre soin de votre enfant qui souffre de constipation</h2><p>Chez la majorité des enfants, la constipation peut être soulagée en changeant le régime alimentaire et les habitudes de vie. Une fois que la constipation a commencé, elle peut durer longtemps. Le traitement est de longue haleine et requière la patience, la coopération et l'engagement de la part des membres de la famille et de l'école. </p><h3>Régime alimentaire des enfants de moins de 1 an</h3><p>Les bébés de moins de 2 mois ne sont généralement pas constipés. Parlez au médecin de votre enfant avant d'apporter des changements au lait ou à la préparation pour nourrissons (lait maternisé) de votre bébé ou de donner des médicaments pour soulager la constipation. </p><p>Si votre bébé a moins de 4 mois, vous pouvez envisager de donner une once (30 ml) de jus de pommes ou de jus de pruneaux 1 ou 2 fois par jour.</p><p>Si votre bébé a plus de 4 mois, vous pouvez lui donner de la nourriture en purée à teneur élevée en fibres, comme des abricots, des haricots, des céréales, des pêches, des poires, des prunes et des pruneaux.</p><h3>Régime alimentaire des enfants de plus d’un an</h3><p>Faites boire à votre enfant beaucoup de liquides, surtout de l’eau.</p><p>Assurez-vous que votre enfant mange des fruits et des légumes tous les jours. Le Guide alimentaire canadien recommande que les enfants consomment 4 à 6 portions de fruits et légumes par jour. Les pommes, les abricots, les haricots, les bleuets, le brocoli, le chou, le chou-fleur, les dates, les figues, la laitue, les pois, les poires, les pruneaux et les raisins secs sont de bons exemples. Évitez tous les aliments avec lesquels les enfants plus jeunes risqueraient de s’<a href="/Article?contentid=1039&language=French">étouffer</a>.</p><p>Faites en sorte d’augmenter la portion de fibres dans le régime alimentaire de votre enfant. Faites-lui manger du son tous les jours. C’est un laxatif émollient naturel puisqu’il a une teneur élevée en <a href="/Article?contentid=964&language=French">fibres</a>. Il y a de nombreuses sources de son parmi lesquelles choisir : céréales au son (type All-Bran), muffins au son, biscuits Graham, gruau, pain de blé entier. Le maïs soufflé (popcorn) est également une bonne source de fibres pour les enfants de plus de 4 ans. </p><p>Certains aliments sont une cause connue de constipation. Diminuez-en la quantité dans le régime alimentaire de votre enfant. On peut citer en exemple les aliments pauvres en fibres comme le riz blanc, le pain blanc, la malbouffe comme les croustilles (chips) ou les boissons gazeuses sucrées. Se gaver de produits laitiers au détriment d’aliments riches en fibres peut aussi constiper. Les changements de régimes alimentaires sont plus efficaces quand toute la famille suit ces choix santé. </p><h3>Apprentissage de la propreté</h3><p>Deux à trois fois par jour et 20 à 30 minutes après les repas, faites en sorte que votre enfant passe au moins 5 minutes sur le siège de toilette ou sur le pot pour bébé. Même s’il n’évacue pas de selles, vous favorisez le développement d’une habitude. À cette fin, vous pourriez trouver utile de vous servir d’un calendrier pour entretenir leur nouvelle habitude : de jeunes enfants voudront chaque jour apposer leurs autocollants sur le diagramme après leur séance sur le petit pot.</p><p>Votre enfant devrait être confortablement installé, les genoux élevés, avec un repose-pied pour empêcher les jambes de votre enfant de pendre de chaque côté. Il aidera aussi à maintenir les genoux pliés, ce qui facilite l’évacuation des selles.</p><p>Si vous éprouvez de la difficulté avec l’apprentissage de la propreté et que votre enfant retient ses selles, il se peut que vous deviez retarder son apprentissage de la propreté jusqu’à ce que son problème de constipation ait été traité avec succès.</p><h3>Activité physique régulière</h3><p>L’exercice ou l’activité physique peut aider à prévenir la constipation. Les enfants d’un à quatre ans ont besoin de 180 minutes (3 heures) d’<a href="/Article?contentid=642&language=French">exercice physique régulier</a> chaque jour; les enfants de cinq ans et plus ont besoin de 60 minutes (une heure). </p><h3>Médicaments</h3><p>Si un changement dans le régime alimentaire ne soulage pas la constipation de votre enfant, parlez-en à son médecin. Certains enfants ne seront pas réceptifs aux seuls changements dans les habitudes alimentaires ou pour aller à la selle et auront besoin de médicaments.</p><p>Les médicaments les plus efficaces contre la constipation sont les émollients fécaux. Leur effet est dû au fait qu’ils attirent l’eau dans les intestins et en chassent les selles. Le <a href="/Article?contentid=219&language=French">polyéthylène glycol (PEG 3350)</a> est sans danger pour les enfants et peut être utilisé pendant de longues périodes. De nombreuses marques sont disponibles sans ordonnance. Le produit n’a aucun goût quand il est complètement dissous dans une boisson.</p><p>Pour les enfants souffrant de constipation sévère, des doses plus importantes de médicaments sont nécessaires au départ pour vider les intestins des selles accumulées et soulager la douleur due à la constipation. Vous pouvez ensuite ajuster la dose pour aider l’enfant à aller à la selle tous les jours.</p><p>Les suppositoires ou les lavements sont à éviter autant que possible. Si vous devez les utiliser, suivez scrupuleusement les indications de votre médecin.</p><p>N’ayez pas peur de donner à votre enfant un traitement contre la constipation à long terme sous la supervision de votre médecin. Les intestins ne deviendront pas dépendants du PEG 3350 et ne deviendront pas paresseux. Aller à la selle de façon régulière est important pour la santé des intestins.</p><h2>À quel moment consulter le médecin de votre enfant</h2><p>Consultez le médecin de votre enfant si :</p><ul><li>la santé générale de votre enfant semble affectée par sa constipation;</li><li>il y a du sang dans les selles;</li><li>votre enfant a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>;</li><li>il urine souvent ou a mal lorsqu’il urine;</li><li>il commence à souiller ses sous-vêtements;</li><li>il perd du poids;</li><li>il se réveille la nuit pour aller à la selle;</li><li>il se plaint de douleurs abdominales.</li></ul><h3>Amenez votre enfant au service des urgences le plus proche si :</h3><ul><li>il souffre beaucoup;</li><li>il vomit sans cesse ou le vomi est vert foncé;</li><li>son abdomen (ventre) est gonflé.</li></ul>constipationhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/constipation.jpg Découvrez les causes de la constipation et comment la soulager avec un régime alimentaire, l’apprentissage de la propreté ou des médicaments.Main

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.