Allongement et reconstruction d’un membre : complications possibles après l’intervention chirurgicale

PDF download is not available for Arabic and Urdu languages at this time. Please use the browser print function instead.

Découvrez les complications possibles de l’intervention chirurgicale pour votre enfant et l’approche à adopter.

À retenir

  • L’allongement et la reconstruction d’un membre peuvent entraîner d’éventuelles complications, notamment de l’infection, une guérison de l’os rapide ou retardée, de la raideur ou de l’enflure.
  • Afin de réduire le risque d’infection, on vous montrera comment nettoyer et entretenir les sites de fils et de broches de votre enfant avant que celui-ci ne quitte l’hôpital. On lui recommandera de déambuler afin de minimiser le risque de raideur.
  • L’équipe de soins de santé de votre enfant s’emploiera à réduire d’éventuelles complications en surveillant les progrès de votre enfant et en examinant le fixateur aux rendez-vous de suivi.
  • Communiquez avec l’équipe de soins de santé dès que possible si votre enfant a une fièvre supérieure à 38,5 °C ou s’il ressent de la douleur, de la chaleur ou de l’enflure sur un site de fils, de broches ou d’incision ou encore s’il a de la difficulté à se déplacer ou à sentir une partie de son membre.

Comme c’est le cas avec de nombreuses opérations, l’allongement et la reconstruction d’un membre peuvent entraîner d’éventuelles complications. En voici les principales :

Infection

Une infection peut survenir sur les sites de fils et de broches ou encore sur les sites d’incision (endroits où le chirurgien a pratiqué une ouverture dans la peau de votre enfant) ou dans l’os.

Les infections sur les sites de fils et de broches sont très fréquentes, mais elles sont considérées comme des complications mineures. Les infections sur les sites d’incision et dans l’os sont plus graves, mais extrêmement rares.

Parmi les signes d’infection figurent :

  • douleur autour d’un site de fils et de broches ou d’un site d’incision;
  • chaleur autour du site;
  • rougeur autour du site;
  • enflure autour du site;
  • drainage de pus jaune-vert hors du site;
  • fièvre (température supérieure à 38,5 °C).

La plupart des infections peuvent être traitées avec des antibiotiques oraux et par un nettoyage attentif des sites. L’enfant peut parfois devoir retourner à l’hôpital pour recevoir des antibiotiques par voie intraveineuse ou subir une intervention chirurgicale afin remplacer un fil ou une broche.

Afin de minimiser le risque d’infection, on vous apprendra comment entretenir les sites de fils et de broches de votre enfant avant de quitter l’hôpital.

Guérison osseuse rapide ou retardée

L’allongement ou la correction d’une malformation de membre exige que de nouvelles cellules osseuses se forment et se cicatrisent. L’os peut parfois guérir trop vite ou trop lentement. L’équipe de soins de santé surveillera cette éventualité à l’aide de radiographies à chaque rendez-vous en clinique.

Guérison trop rapide

Certains patients obtiennent une meilleure guérison de l’os que d’autres. Si un os guérit trop rapidement pendant l’étape de correction, il peut commencer à se coincer. Ainsi, il est difficile de maintenir l’allongement ou la correction approprié du membre malformé. Si une radiographie montre que l’os guérit trop rapidement, il sera possible d’accélérer sa correction en augmentant simplement le nombre d’ajustements du fixateur chaque jour.

Guérison trop lente

Parfois, l’os ne guérit pas assez rapidement. Si une radiographie montre que l’os ne guérit pas comme il devrait, il est possible de ralentir sa correction en réduisant le nombre d’ajustements chaque jour. Cela se traduira probablement par le port prolongé de l’appareil.

Lorsque des os ne parviennent pas à guérir, il s’agit alors d’une absence de consolidation. En cas d’une telle éventualité, le chirurgien pourra décider d’interrompre ou d’inverser la correction ou il effectuera une intervention chirurgicale pour aider l’os à guérir. Heureusement, une absence de consolidation se produit très rarement.

Raideurs musculaires et contractures articulaires

Lors de l’allongement d’un membre, l’os et les muscles qui y sont rattachés s’allongent aussi. Les muscles allongés sont tendus, se raidissent et deviennent douloureux très rapidement. Ce processus peut entraîner une perte de mouvement articulaire. Si un muscle devient tendu à l’excès et qu’il commence à tirer sur l’articulation adjacente, celle-ci peut se raidir aussi et commencer même à se disloquer.

Si un muscle ou une articulation devient trop raide, le chirurgien ralentira ou interrompra la correction de l’os afin que l’articulation regagne du mouvement. Dans de rares cas, votre enfant devra subir une intervention chirurgicale pour redonner le mouvement à son articulation.

Le mouvement articulaire est essentiel à la réussite de l’allongement et de la reconstruction des membres. Pour éviter toute raideur, votre enfant doit suivre un programme de physiothérapie.

Bris du fixateur

Le fixateur comprend une armature et des fils, des vis et des broches qui le maintiennent en place.

Il arrive que des pièces du fixateur se tordent ou se cassent. La plupart du temps, l’équipe de soins de santé de votre enfant pourra facilement repérer et régler tout bris éventuel lors d’un rendez-vous en clinique. Si vous remarquez que le fixateur de votre enfant est desserré ou brisé, communiquez avec l’équipe de soins de santé de votre enfant.

Cicatrices

Des cicatrices se formeront à la suite de la chirurgie sur les sites d’incision et sur les sites des fils et des broches. La plupart des cicatrices disparaissent habituellement au fil du temps et ne causent pas de complications.

Il peut arriver, cependant, qu’une cicatrice se plisse et se creuse. Vous pourriez alors envisager une révision de cicatrice pour votre enfant (traitement pour réduire l’apparence des cicatrices) à une date ultérieure, mais la plupart des patients préfèrent s’en abstenir.

Flexion ou brisure de l’os

Un os récemment guéri peut fléchir lorsque le fixateur est en place ou une fois qu’il a été retiré. Lors de chacun de ses rendez-vous en clinique, l’équipe de soins de santé de votre enfant lui fera passer une radiographie afin de suivre les progrès.

Si l’os commence à fléchir lorsque le fixateur est en place, ce problème peut facilement être corrigé en ajustant le fixateur à la clinique. Si l’os fléchit ou se brise une fois que le fixateur a été retiré, votre enfant devra probablement subir une autre intervention chirurgicale qui pourrait inclure le port d’un nouveau fixateur.

Soyez sans crainte, les fléchissements ou brisures d’os après le retrait du fixateur sont très rares. Advenant cette éventualité, cela se produira normalement dans la première année suivant le retrait du fixateur.

Afin d’éviter cette complication, des changements seront apportés aux activités que pratiquera votre enfant au cours de l’année suivant le retrait du fixateur.

Dommages au système nerveux et aux vaisseaux sanguins

Le chirurgien utilise des fils et des broches pour attacher le fixateur à l’os tout en évitant de toucher les nerfs et les vaisseaux sanguins. Mais le risque est toujours présent d’endommager un nerf ou un vaisseau sanguin au cours de l’intervention chirurgicale. Heureusement, les dommages au système nerveux et aux vaisseaux sanguins sont extrêmement rares.

Dommage aux nerfs ou névralgie

Si un nerf est endommagé, votre enfant pourrait subir une perte localisée temporaire ou permanente de sensibilité ou de mouvement. Le rétablissement à la suite d’une lésion nerveuse est lent. D’autres interventions chirurgicales pourraient être nécessaires afin de faciliter la guérison.

Quand on étire les nerfs, ceux-ci deviennent sensibles et parfois même douloureux. Ils peuvent aussi perdre leur fonction au cours de l’allongement ou de la correction du membre de votre enfant. Cependant, son équipe de soins de santé peut facilement repérer cela lors des rendez-vous de suivi. Le ralentissement de la correction améliore généralement ce problème, mais parfois, celle-ci peut devoir être interrompue. Dans de rares cas, le nerf sera peut-être coincé et il faudra le libérer par une intervention chirurgicale.

Dommages aux vaisseaux sanguins

Selon sa gravité, un dommage aux vaisseaux sanguins peut causer une perte abondante de sang hors du membre de votre enfant. Dans le cas très rare où un gros vaisseau sanguin serait endommagé, votre enfant devrait subir une intervention chirurgicale de réparation.

Caillots sanguins dans la jambe

L'apparition d'un caillot sanguin dans une veine de la jambe s'appelle thrombose veineuse profonde (TVP). Un tel caillot peut apparaître dans les premiers jours suivant l’intervention chirurgicale. Si celui-ci se détache et migre vers les poumons, il peut causer des problèmes respiratoires graves.

Moins de 1 % des patients sont atteints de TVP. Votre enfant peut réduire le risque d'apparition d'une TVP en se levant et en déambulant après son opération.

Syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Un syndrome douloureux régional complexe apparaît lorsque les nerfs deviennent hypersensibles après une intervention chirurgicale. Les symptômes courants sont la douleur, l'enflure, la raideur et la sensibilité au toucher. Le traitement comprend habituellement la prise de médicaments contre la douleur et la physiothérapie. Bien que très rare, le SDRC peut entraîner une incapacité permanente.

Syndrome des loges

Ce trouble rare mais douloureux survient lorsqu’une enflure dans le membre bloque la circulation sanguine vers les muscles. Si le syndrome des loges survient, le chirurgien réalisera une intervention chirurgicale d’urgence afin de libérer la pression qui s’exerce sur les muscles.

Complications liées à l’anesthésie ou à des allergies aux médicaments

Toutes les interventions chirurgicales comportent un risque de complications lié à l’anesthésie ou à des allergies aux médicaments jusqu’alors inconnues. Avant l’opération, l’équipe d’anesthésie discutera avec vous et votre enfant de tout risque et de toute complication possibles.

Quand faire appel à l’équipe de soins de santé de votre enfant

Une intervention chirurgicale de reconstruction d’un membre donne habituellement de très bons résultats. Une large part de ce succès tient au maintien d’une communication continue avec l’équipe de soins de santé de votre enfant à propos de votre enfant et de ses progrès. Communiquez avec l’équipe à tout moment pour toute question ou inquiétude concernant le bien-être de votre enfant.

Communiquez avec l’équipe de soins de santé de votre enfant dès l’apparition d’un problème particulier concernant son intervention chirurgicale de reconstruction d’un membre. Il pourrait s’agir de l’une des situations suivantes :

  • une fièvre supérieure à 38,5 °C;
  • une enflure ou une raideur dans le membre ou une sensibilité au toucher;
  • une perte de capacité de l’enfant à se déplacer ou à sentir une partie de son membre;
  • une douleur qui ne s’améliore pas avec les médicaments prescrits;
  • une douleur sur un site de fils et de broches ou d’incision;
  • une chaleur, une rougeur, une enflure ou du pus autour d’un site de fils, de broches ou d’incision;
  • un bris ou un desserrement d’une partie du fixateur;
  • une difficulté à ajuster le fixateur.

Que faire en cas d’urgence

En présence d’une urgence médicale (par exemple, votre enfant a de la difficulté à respirer), rendez-vous immédiatement au service d’urgence le plus proche.

Dernières mises à jour: août 31 2015