Effets indésirables potentiels de la radiothérapie pour tumeurs cérébrales

PDF download is not available for Arabic and Urdu languages at this time. Please use the browser print function instead.

Discussion approfondie sur les effets indésirables de la radiothérapie pour les enfants atteints de tumeurs cérébrales.

À retenir

  • Pendant la radiothérapie, le corps de votre enfant utilisera plus d’énergie qu’à l’habitude; votre enfant pourrait ressentir une grande fatigue.
  • Les effets indésirables de la radiothérapie comprennent de la fatigue de deux à trois semaines après la fin de la thérapie, la perte des cheveux, des nausées ou des vomissements ainsi que des problèmes de peau.

Quand la radiothérapie détruit les cellules tumorales, elle peut aussi affecter les cellules normales dans la région traitée. Heureusement, la plupart des cellules saines sont moins sensibles aux effets de la radiothérapie et peuvent se rétablir plus facilement de ces effets que les cellules cancéreuses ou tumorales. De nombreux enfants soumis à une radiothérapie ne ressentent aucun effet secondaire. La survenue d’effets indésirables chez votre enfant dépend de plusieurs facteurs, notamment :

  • la zone du cerveau traitée
  • la quantité de rayonnement prescrite
  • la taille de la zone traitée

Le radio-oncologue discutera avec vous en détail des effets indésirables attendus à court et long terme propres au traitement de votre enfant lors de la visite initiale.

Effets indésirables potentiels pendant le traitement

Fatigue pendant la radiothérapie

Pendant la radiothérapie, le corps de votre enfant utilisera plus d’énergie qu’à l’habitude. Votre enfant pourrait ressentir une grande fatigue. D’autres facteurs peuvent aussi contribuer à la fatigue, comme le stress de composer avec une maladie grave et les déplacements en vue de recevoir un traitement. D’autres traitements, comme la chirurgie ou la chimiothérapie, peuvent aussi avoir un effet. L’appétit et l’alimentation faibles, le manque de sommeil, la douleur, la nausée, les vomissements, le manque d’activité physique et la faible numération globulaire peuvent aussi accentuer la fatigue.

Que pouvez-vous faire?

  • Encouragez votre enfant à avoir une alimentation équilibrée.
  • Offrez beaucoup de liquides
  • Dans la mesure du possible, espacez les activités de votre enfant. Prévoyez du temps pour le repos, la relaxation et les siestes, le cas échéant
  • Demeurez actifs, mais n’en faites pas trop

Perte de cheveux

La perte de cheveux est un effet indésirable courant de certains médicaments chimiothérapeutiques. La racine des cheveux est aussi sensible au rayonnement. Les cheveux de la région du traitement pourraient tomber. Dans la plupart des cas, les cheveux repousseront en deux ou trois mois. Parfois, leur couleur ou leur texture peut être différente. Les doses de rayonnement élevées peuvent toutefois causer une perte de cheveux permanente.

Que pouvez-vous faire?

  • Votre enfant souhaitera peut-être porter une perruque. Vous pourriez être en mesure d’acheter ou d’emprunter une perruque. Si vous recevez une ordonnance, votre assurance maladie pourrait couvrir une partie ou la totalité des coûts.
  • Si votre enfant ne souhaite pas porter une perruque, il peut choisir plusieurs chapeaux ou foulards avant de commencer à perdre ses cheveux. Il pourrait commencer à les porter avant de perdre ses cheveux pour devenir à l’aise avec eux.
  • Utilisez un shampooing doux et des brosses à cheveux douces.
  • Utilisez une protection solaire, un écran solaire, un chapeau ou une écharpe pour protéger le cuir chevelu du soleil s’il a perdu des cheveux sur la tête. Discutez avec votre équipe de radiothérapie avant d’utiliser des crèmes sur le cuir chevelu pendant le traitement.

Manque d’appétit, nausées ou vomissements

Parfois, la radiothérapie peut provoquer une perte d’appétit, des nausées et/ou des vomissements. Si votre enfant se sent malade ou vomit, le médecin peut lui prescrire des médicaments anti-nauséeux. L’ondansétron est un exemple de médicament anti-nauséeux. Votre enfant peut avoir besoin de plusieurs types de médicaments anti-nauséeux.

Que pouvez-vous faire?

  • Donnez à votre enfant de petits repas tout au long de la journée.
  • Servez des craquelins, des rôties, du yogourt, des bretzels, du gruau, du poulet sans peau (cuit au four ou grillé) et des fruits et légumes mous ou passés au mélangeur. Les sucettes glacées ou les morceaux de glace peuvent aider à atténuer les nausées.
  • Essayez de donner à votre enfant de l’eau, du jus de fruits sans sucre ou du soda gingembre dégazéifié entre les repas. Dites à votre enfant de boire lentement à petites gorgées.
  • Certains aliments, comme la viande et la volaille, pourraient être mieux acceptés s’ils sont servis froids.
  • Essayez de maintenir une alimentation équilibrée et saine.

Problèmes de peau

Certains enfants auront des réactions cutanées dans la région du corps qui a subi le traitement. Après deux ou trois semaines de traitement, ces régions pourraient devenir rouges ou brunes, chaudes et sensibles. Dans certains cas, la peau peut peler ou se craqueler, comme en cas de coup de soleil.

Voici des lignes directrices pour les soins de la peau dans les régions traitées.

  • Nettoyez doucement la région traitée avec du savon doux et de l’eau tiède. Séchez la peau avec une serviette douce.
  • Si la peau devient sèche et pique, ne grattez pas la région. Si le prurit devient un problème, le radio-oncologue prescrira une crème pour l’atténuer. Ne mettez pas d’autres onguents, crèmes, désodorisants, lotions ou poudres sur la région du traitement.
  • Toutes les régions traitées doivent être protégées de l’irritation attribuable au frottement et à la pression. Évitez les vêtements serrés et les tissus rudes.
  • Ne mettez pas de ruban sur la peau qui recouvre la région traitée.
  • N’exposez pas la région traitée à des températures chaudes ou froides extrêmes, comme un bain chaud. Protégez la peau du soleil au moyen d’un grand chapeau à larges bords ou de vêtements qui recouvrent le corps.
  • Vous pouvez utiliser des crèmes douces à base d’eau pour la peau sèche dans la zone de traitement.

Les problèmes de peau s’amélioreront graduellement en deux à six semaines après le traitement. Une fois le traitement terminé, on pourrait aussi utiliser des crèmes ou des lotions. Avec le temps, la peau traitée s’assombrira et semblera bronzée. Elle reviendra graduellement à la normale. N’oubliez pas d’éviter d’exposer cette région trop longtemps au soleil.

Céphalées

La radiothérapie peut provoquer un gonflement (œdème) autour du site de la tumeur, pouvant entraîner chez votre enfant des céphalées et/ou des nausées après les premiers traitements. Ces symptômes ne surviennent pas toujours, mais lorsqu’ils se manifestent, ils disparaissent généralement en quelques jours. Si votre enfant souffre de céphalées, informez-en l’équipe de radiothérapie, qui pourra recommander l’observation ou un traitement.

Effets indésirables potentiels dans les mois suivant le traitement

Fatigue après la radiothérapie (syndrome de somnolence)

De deux à huit semaines après la fin du traitement de radiothérapie, votre enfant pourrait commencer à ressentir des symptômes tels que la somnolence, la fatigue, l’irritabilité ou le sommeil pendant des heures. Il peut également souffrir de céphalées légères et d’une perte d’appétit.

Ces symptômes font partie d’un trouble que l’on nomme le syndrome de somnolence. Certains parents trouvent cela bouleversant, mais les symptômes disparaissent généralement en quatre à six semaines environ. On estime que ces symptômes sont causés par des dommages de la paroi des neurones.

Restez en contact avec votre équipe de traitement si les symptômes de votre enfant vous inquiètent. Si les symptômes sont graves, on pourrait administrer de la dexaméthasone pour les atténuer.

Effets indésirables potentiels dans les années suivant le traitement

L’association de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie au cours des dernières décennies a amélioré de manière significative le taux de guérison chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales. De nombreux enfants ont encore un développement important devant eux au moment du traitement, de sorte que la radiothérapie peut être associée à d’autres effets tardifs possibles. Bon nombre de ces effets tardifs dus à la radiothérapie sont non seulement liés à la radiothérapie elle-même, mais également à la tumeur cérébrale et aux effets de la chirurgie et de la chimiothérapie. Certains des effets indésirables à long terme sont décrits ci-dessous.

Effets cognitifs

La radiothérapie du cerveau d’un jeune enfant peut être associée à des effets cognitifs qui peuvent avoir une incidence sur l’apprentissage et la réussite à l’école au cours des mois et des années qui suivent la radiothérapie.

Voici les facteurs associés à un degré élevé de déficience :

  • jeune âge au moment du traitement
  • siège de la tumeur dans le cerveau de l’enfant
  • grande surface du cerveau recevant le traitement
  • dose de rayonnement élevée

La radiothérapie est toujours envisagée avec beaucoup de prudence chez les enfants de moins de 3 ans. À cet âge, les connexions du cerveau se développent très rapidement et peuvent être altérées par la radiothérapie. Un bilan endocrinien et neuropsychologique peut être nécessaire.

Changements de croissance

La radiothérapie de n’importe quelle partie du corps peut être associée à des effets sur la croissance dans la région concernée. Voici les facteurs qui prédisent une incidence plus importante sur la croissance :

  • quantité de tissu traitée
  • jeune âge au moment du traitement
  • zone spécifique à traiter

En particulier pour les patients atteints de tumeurs cérébrales nécessitant une radiothérapie craniospinale, le rayonnement au niveau de la colonne vertébrale peut altérer la croissance par un effet de rayonnement direct sur les os de la colonne vertébrale.

Fonction hormonale

La radiothérapie du cerveau peut affecter la fonction hormonale. Les quatre principaux systèmes hormonaux sont tous contrôlés centralement par le complexe hypothalamus/hypophyse dans le cerveau. La radiothérapie de l’hypophyse ou de la région hypothalamique peut parfois être associée à une diminution de la production hormonale de quelques mois à quelques années plus tard.

Les hormones les plus fréquemment touchées sont l’hormone de croissance, qui est très importante pour la croissance chez les enfants, et l’hormone thyroïdienne. Ces deux hormones peuvent être remplacées par des médicaments. Les hormones associées au développement sexuel et au stress sont plus résistantes à la radiothérapie et sont moins fréquemment touchées.

Risque de cancers secondaires

La radiothérapie du cerveau peut être associée au développement de nouvelles tumeurs chez un petit nombre de patients plusieurs années après le traitement réussi d’une tumeur cérébrale. Cependant, ce risque est très faible, et les avantages associés à la radiothérapie en termes de guérison de la maladie en cours l’emportent largement sur le risque d’un second cancer au cours des décennies suivantes.

L’équipe de radiothérapie vous indiquera quels effets s’appliquent à votre enfant en fonction de son âge, du type de tumeur, du plan de traitement, du siège de la tumeur et d’autres facteurs.

Dernières mises à jour: janvier 10 2022