Prématurité et Douleur

PDF download is not available for Arabic and Urdu languages at this time. Please use the browser print function instead.

Lisez au sujet de la douleur que les bébés prématurés peuvent ressentir à cause de maladies, de blessures, ou de procédures douloureuses, qu’elles soient diagnostiques ou thérapeutiques.

À retenir

  • Comparativement à des enfants plus vieux et aux adultes, le ressenti de la douleur n’est pas aussi développé chez le bébé prématuré. Cependant, les bébés prématurés ressentent la douleur et la ressentent dans leur propre contexte affectif et situationnel.
  • La douleur aiguë est de courte durée et la douleur chronique est de longue durée, s’étirant sur au moins trois mois sans interruption. On ne sait pas combien de temps la douleur doit être endurée par les bébés pour être considérée chronique.
  • Les bébés prématurés peuvent ressentir de la douleur parce qu’ils sont malades ou blessés ou suivant des interventions douloureuses, soit diagnostiques ou thérapeutiques.

Tout comme pour les adultes et les enfants plus vieux, les bébés prématurés peuvent ressentir la douleur. Par le passé, on avançait que les bébés prématurés n’avaient pas la capacité de ressentir la douleur. On croyait que leurs systèmes nerveux n’étaient pas encore suffisamment développés. Maintenant nous savons que cela n’est pas vrai. En plus d’être en mesure de ressentir la douleur, les bébés prématurés ont aussi droit au soulagement de la douleur. Tous les efforts raisonnables devraient être entrepris pour que les bébés prématurés soient sans douleur.

Qu’est-ce que la douleur?

Principalement, la douleur se manifeste lorsqu’on est exposé à des situations qui peuvent mener à des blessures ou à des dommages aux tissus. À cet égard, la douleur est une incidence utile et un mécanisme vital par lequel nous nous protégeons de dommages additionnels possibles et aidons au processus de guérison. Le réflexe qui nous éloigne d’une bouilloire chaude est un exemple de cette fonction.

Au même moment, la douleur est différente pour tous et chacun l’exprime toujours dans son contexte affectif, intellectuel et situationnel. Par exemple, un enfant peut s’érafler le genou et ne ressentir aucune douleur tant qu’on ne lui montre pas sa blessure. L’intensité de la douleur qu’un enfant ressent peut aussi être changée par la façon dont les parents et les autres réagissent à la situation. Le fait qu’un parent dramatise à l’excès une blessure bénigne d’un enfant peut augmenter la douleur que l’enfant ressent. En plus de recevoir des stimuli émotifs de leur entourage, il est clair que la peur et l’anxiété jouent un rôle important dans la modulation de l’expérience de la douleur.

Comparativement à des enfants plus vieux et aux adultes, le contexte du bébé prématuré pour ressentir la douleur n’est pas aussi développé. Cependant, les bébés prématurés ressentent la douleur et la ressentent dans leur propre contexte affectif et situationnel.

La douleur est dans le cerveau

Quand on se blesse, on ressent habituellement de la douleur. Si on touche un objet qui est chaud, on ressent de la douleur brûlante dans sa main, mais c’est le cerveau qui crée la sensation de la douleur. Le cerveau ne peut pas percevoir la douleur directement. Il se fie sur un système sophistiqué de nerfs et de récepteurs dans la peau, les muscles, les articulations, et les organes, et leurs connexions à l’épine dorsale et au cerveau. Quand on touche un objet chaud, le cerveau est capable de déterminer qu’un dommage se produit, de localiser où il se produit, et de dire au corps comment réagir. Bien qu’on ressente que la main brûle, cette sensation est créée par le cerveau à partir de l’information qu’il reçoit.

Messages contradictoires

Pendant que les messages voyagent dans les deux sens entre le corps et le cerveau, plusieurs autres types de messages font de même. Cette notion est importante pour le soulagement de la douleur, puisque d’autres types de messages se font concurrence, d’une certaine façon. C’est pourquoi se frotter le genou aide à atténuer la douleur dans le cas d’une blessure au genou. Les messages d’apaisement créés en se frottant le genou font concurrence aux messages de douleur créés par le genou blessé. Dans le cas d’un bébé prématuré, les sensations apaisantes peuvent atténuer la douleur de la même façon.

La douleur est catégorisée par la durée

La façon la plus courante que la douleur est catégorisée chez l’enfant et l’adulte est en terme de durée : essentiellement, le temps que dure la douleur et la vitesse à laquelle elle disparaît. En utilisant cette classification, il y a deux grands types de douleur. La douleur aiguë est de courte durée et la douleur chronique de longue durée, s’étirant sur au moins trois mois sans interruption. On ne sait pas combien de temps la douleur doit être endurée par les bébés pour être considérée chronique.

Ces types de douleur ne s’excluent pas mutuellement. La douleur aiguë et la douleur chronique peuvent être ressenties simultanément. Ces types de douleur ne sont pas rigides non plus : par exemple, la douleur aiguë, particulièrement si elle n’est pas traitée convenablement, peut devenir une douleur chronique.

Corps et esprit

Bien que notre compréhension de la douleur et de la façon dont elle est ressentie se soit améliorée au cours des décennies, il en reste beaucoup à apprendre pour savoir ce qu’est la douleur, comment elle est ressentie, et ce qui peut être fait pour la soulager. Puisque la douleur est autant une expérience du corps que de l’esprit, il vaut probablement mieux de penser à la douleur comme étant physique et affective à la fois. Particulièrement lorsqu’on tente d’évaluer et de soulager la douleur, il est probablement préférable de ne pas penser qu’à la douleur physique seule.

Qu’est-ce qui occasionne de la douleur chez les bébés prématurés?

Les bébés prématurés peuvent ressentir de la douleur parce qu’ils sont malades ou blessés d’une certaine façon ou suivant des procédures douloureuses, soit diagnostiques ou thérapeutiques. Les aiguilles pour les formules sanguines font partie des prétendues douleurs procédurales. D’un point de vue clinique, les douleurs procédurales ont un avantage : les professionnels de la santé savent qu’elles vont se produire. Cela permet d’appliquer les mesures de soulagement avant la procédure douloureuse.

Les donneurs de soins de l’unité néonatale des soins intensifs tenteront d’atténuer la douleur, qu’elle soit le résultat d’une forme de blessure ou d’une procédure.

Dernières mises à jour: octobre 31 2009