AboutKidsHealth (FR) Home

AboutKidsHealth est un site d'éducation sur la santé, destiné aux enfants et aux adolescents, et aux personnes qui s'en occupent.

Explorez le menu pour en savoir plus sur les problèmes de santé courants et sur les maladies complexes.

 

 

Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Infection des ongles (périonyxis ou paronychie)Fingernail infection (paronychia)IFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Fingers;ToesNailsConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2019-05-10T04:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Un aperçu des infections des ongles, comme les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin.</p><h2>Qu’est ce qu’une infection des ongles?</h2><p>Les infections des ongles se produisent sur ou près de la peau autour de l’ongle. La plupart du temps, les infections des ongles ne sont pas graves, mais elles peuvent être douloureuses. Ce type d’infection peut également apparaître sur les ongles des orteils.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les infections des ongles peuvent se manifester sur les mains et sur les pieds. </li> <li>Se ronger les ongles et se sucer les doigts peut causer des lésions cutanées, ce qui permet aux bactéries d’y entrer. </li> <li>L’enflure, les rougeurs et la sensibilité près de la région infectée sont quelques uns des symptômes. </li> <li>Nettoyez l’ongle infecté trois fois par jour dans de l'eau chaude et un savon antiseptique. </li> <li>Si l’infection est toujours là après quatre ou cinq jours, consultez un médecin.</li></ul><h2>Signes et symptômes</h2><p>Voici certains des signes et des symptômes des infections des ongles :<br></p><ul><li>enflure à l’endroit où la cuticule rencontre l’ongle; </li><li>rougeurs et légère sensibilité autour de la région infectée; </li><li>une ampoule remplie de pus jaune ou de pus jaune s’écoulant de la région enflée.</li></ul><h2>Causes </h2> <p>Les infections des ongles sont causées par des bactéries qui entrent sous la peau autour de l’ongle. Se ronger les ongles (onychophagie), les ongles incarnés et se sucer les doigts peut endommager la peau et permettre aux bactéries d’y entrer. Repousser ou couper la cuticule (ceci fait généralement partie d'une manucure) peut aussi entraîner une infection.<br></p><h2>Traitement</h2> <h3>Laisser tremper l’infection dans une solution antiseptique</h3> <p>Laissez tremper l’infection dans de l’eau chaude et un savon antiseptique. Répétez cette procédure 3 fois par jour à raison de périodes de 10 à 20 minutes. Si l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours, prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant.</p> <h3>Drainage</h3> <p>Dans la plupart des cas, le pus s’écoulera tout seul après avoir laissé tremper le site infecté. Il se peut que vous deviez exercer une légère pression en frottant ou en appuyant délicatement sur la région avec une serviette humide ou un coton tige. Si cela ne fonctionne pas, allez voir le médecin. Il est possible qu'il draine le pus en ouvrant la région infectée à l’aide d’une aiguille.</p> <h3>Antibiotiques</h3> <p>Vous pouvez commencer par appliquer une pommade antibiotique en vente libre, telle que Polisporin, sur la zone infectée deux à trois fois par jour. Le meilleur moment pour appliquer cette pommade est juste après avoir faire tremper le(s) doigt(s) infecté(s) dans de l'eau chaude pendant 10 à 20 minutes. Si l'infection persiste, le médecin de votre enfant pourrait prescrire une pommade antibiotique plus forte afin de combattre l’infection. Appliquez la pommade selon les directives jusqu’à ce que l’infection disparaisse. Si l’infection semble se propager au delà de l’ongle, le médecin de votre enfant pourrait prescrire un antibiotique oral.</p> <h2>Prévention</h2> <p>Encouragez votre enfant à ne pas se ronger les ongles, les écorcher ou les mâcher. Utilisez plutôt un coupe-ongles. Évitez de repousser ou couper les cuticules.</p><h2>Quand consulter un médecin?</h2><p>Prenez un rendez vous avec le médecin de votre enfant si :</p><ul><li>votre enfant a de la <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>; </li><li>l’infection n’est pas guérie après quatre ou cinq jours; </li><li>les rougeurs ou l’enflure prennent de l’ampleur;<br></li><li>si la région est chaude et douloureuse.</li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/fingernail_infection.jpgInfection des ongles Un aperçu facile à comprendre des infections des ongles, y compris les causes possibles, le traitement et quand consulter un médecin. Main
Casque: Comment convaincre votre enfant de le porterCasque: Comment convaincre votre enfant de le porterHelmets: How to get your child to wear oneCFrenchPreventionChild (0-12 years);Teen (13-18 years)HeadNAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NAhttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Helmet_safety_front_EQUIP_ILL_EN.jpg2022-07-13T04:00:00Z6.9000000000000073.6000000000000953.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Guide étape par étape à l’intention des parents sur la manière d’ajuster un casque de sécurité et d’inciter leur enfant à le porter.</p><p>La meilleure façon de prévenir les traumatismes crâniens chez votre enfant est de vous assurer qu’il porte un casque lorsqu’il fait du vélo ou pratique certains sports. Pour ce faire, vous devez savoir comment ajuster correctement un casque et montrer à votre enfant pourquoi le port du casque est important pour sa protection.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le casque d’un enfant doit être centré sur la tête et couvrir le front. Il ne doit pas glisser vers l’avant et l’arrière ni sur les côtés.</li> <li>Vous devez toujours acheter un casque de la bonne taille pour votre enfant. Les courroies arrière et avant du casque doivent se joindre juste sous l’oreille en formant un « V » de part et d’autre de celle-ci.</li> <li>Vous devez vous assurer que le casque tient fermement, sans trop serrer. Les courroies doivent permettre à votre enfant d’ouvrir la bouche sans toutefois être trop lâches sous le menton.</li> <li>Pour encourager votre enfant à porter le casque, prêchez par l’exemple et expliquez-lui pourquoi le port du casque est très important pour protéger le cerveau.</li> </ul><h2>Comment ajuster correctement un casque</h2><p>Les casques qui ne sont pas de la bonne taille ou dont les courroies ne sont pas bien fixées sont inutiles à la protection du <a href="https://pie.med.utoronto.ca/htbw/module.html?module=brain-child" title="The Brain">cerveau</a>. Suivez les conseils ci-dessous pour vous assurer que le casque de votre enfant est bien ajusté.</p><p>Le casque ne doit pas glisser vers l’avant ou l’arrière de la tête. Les lobes frontaux, qui sont situés à l’avant du cerveau et jouent un rôle important dans la mémoire et les prises de décision, ainsi que les lobes occipitaux, qui sont situés à l’arrière du cerveau et constituent un élément essentiel à la vision, doivent être protégés. Cette protection ne peut être garantie que si le casque est bien centré sur la tête de votre enfant.</p> <figure class="asset-c-80"> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Helmet_safety_side_EQUIP_ILL_FR.jpg" alt="Position correcte et position incorrecte d’un casque sur la tête d’un enfant" /> <figcaption class="asset-image-caption">Assurez-vous que le casque est bien de niveau à l'avant et à l'arrière; il ne devrait pas être incliné vers l'arrière ou à un angle.</figcaption> </figure> <p>Le casque doit tenir fermement, sans trop serrer, et il ne doit pas reposer trop haut sur la tête. Il doit couvrir le front et ne doit pas glisser d’un côté à l’autre. Les courroies arrière et avant du casque doivent se joindre juste sous l’oreille en formant un « V » de part et d’autre de celle-ci. Une fois attachées, les courroies doivent permettre à votre enfant d’ouvrir la bouche pour boire ou crier sans toutefois être trop lâches sous le menton.</p> <figure class="asset-c-80"> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Helmet_safety_front_EQUIP_ILL_FR.jpg" alt="Vérifiant que le casque d’un enfant ne glisse pas d’un côté à l’autre" /> <figcaption class="asset-image-caption">Vérifiez que le casque est bien ajusté et bien attaché.</figcaption> </figure> <p>Évitez d'acheter un casque d’une taille plus grande pour qu'il fasse plus longtemps. Le casque doit s’ajuster parfaitement sur la tête de votre enfant au moment de son achat. Pour le confort, utilisez les coussinets de mousse fournis par le fabricant.</p><p>Visionnez cette vidéo pour obtenir d’autres conseils au sujet des casques de sécurité.</p><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/Zie-UrMfMKk?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1"></iframe>  </div><p>Votre enfant ne doit porter ni chapeau ni rien d’autre sous le casque. Celui-ci est conçu pour assurer une protection optimale contre les traumatismes crâniens lorsqu’il repose directement sur la tête. Si vous vous inquiétez du froid pendant l’hiver, vous pouvez vous procurer un casque offrant une protection externe contre le froid qui permettra de garder la tête de votre enfant bien au chaud durant ses activités.</p><h2>Comment convaincre votre enfant de porter son casque</h2><p>La perception négative du casque chez votre enfant n’a rien pour favoriser son utilisation, mais cette attitude ne lui garantira aucune protection contre les traumatismes crâniens. Bon nombre d’enfants insistent pour dire qu’ils n’ont pas besoin d’un casque bien ajusté. Certains enfants plus âgés peuvent refuser de mettre leur casque pour ne pas se décoiffer ou parce qu’aucun de leurs amis ne le porte. Vous pouvez cependant encourager le port du casque chez votre enfant de diverses manières.</p><h3>Donnez l’exemple</h3><p>En tant que parent, vous jouez le rôle de modèle auprès de votre enfant, et votre propre ligne de conduite pourrait représenter le meilleur moyen de le protéger contre les traumatismes crâniens. Les recherches ont révélé que dans les familles où les parents se munissent eux-mêmes de casques, les enfants sont plus susceptibles d’accepter de le faire. Pour faire valoir l’importance de cette mesure de sécurité à votre enfant, portez votre casque chaque fois que vous faites du vélo. La plupart des athlètes professionnels utilisent le casque de sécurité pour pratiquer leur sport.</p><h3>Faites porter le casque à votre enfant dès son plus jeune âge et soyez persévérant</h3><p>Habituez votre enfant à porter son casque dès qu’il apprend à utiliser un tricycle ou une bicyclette. Si, à l’occasion, vous lui permettez de ne pas le mettre, il ne sera pas convaincu de son importance cruciale. Votre enfant doit être muni d’un casque chaque fois qu’il se déplace à vélo, ne serait-ce que pour le plus rapide des trajets. Dites-lui que l’usage de son vélo sans casque est interdit.</p><h3>Expliquez à votre enfant pourquoi vous voulez qu’il se protège la tête</h3><p>La fonction du cerveau n’est pas simplement mécanique comme celle de vos coudes, par exemple, car c’est lui qui vous définit. C’est le cerveau qui vous sert à conserver l’ensemble de vos pensées, de vos sentiments et de votre vécu. Même si les enfants ne craignent souvent pas la mort, ils pourront peut-être mieux comprendre les dangers de leurs activités sportives si vous leur parlez de la perte d’aptitudes mentales que peuvent provoquer les commotions cérébrales répétées. Entre autres, ces traumatismes peuvent entraîner des problèmes d’apprentissage, des difficultés sociales et des troubles de l’attention. Même un seul traumatisme crânien peut perturber les pensées et les émotions d’une personne sa vie durant.</p><h3>Démontrez l’importance du port du casque</h3><p>Dans un cours de sciences, de nombreux enfants prennent part à l’expérience bien connue de la chute libre d’un œuf. Ils doivent alors construire une structure protectrice permettant à un œuf cru lâché à près de deux mètres de hauteur d’arriver sur le sol sans se casser.</p><p>Si votre enfant participe à une activité similaire, discutez avec lui du fait que la protection de l’œuf est très similaire à celle de la tête. Vous pourriez aussi proposer ce sujet de discussion à l’enseignant de votre enfant. Ce serait une excellente occasion de combiner l’enseignement de la physique et la promotion de la santé.</p><p>De petits melons d’eau peuvent aussi servir à la démonstration. Laissez-en tomber un sans protection d’une hauteur de deux mètres, puis faites la même chose avec un melon recouvert d’un casque. Votre enfant comprendra immédiatement l’avantage de porter un casque.</p>Convaincre votre enfant de porter un casqueMain
Congestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéCongestion nasale : comment dégager le nez bouché et sec de votre bébéNasal congestion : How to clear your baby's dry, stuffy noseCFrenchNANewborn (0-28 days);Baby (1-12 months)NoseNoseConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Nasal congestion2019-02-04T05:00:00Z6.3000000000000074.70000000000001005.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p> Conseils simples pour les parents sur la façon de dégager le nez bouché de leur bébé ou d’en soulager la sécheresse.</p><p>Les premiers jours de vie, les bébés peuvent sembler avoir le nez bouché du fait que, dans l’utérus, ils baignaient entièrement dans un liquide. Certains bébés éternuent les deux premiers jours suivant la naissance, ce qui est provoqué par le reste du liquide qui demeure dans leurs voies nasales. Un nouveau né dont le nez est congestionné peut renifler en respirant et peut sembler « nasiller ».</p><p>La congestion nasale se manifeste lorsque les tissus internes du nez gonflent ou produisent du mucus. Si votre bébé a le nez congestionné, il peut respirer par la bouche, ce qui peut causer des difficultés au moment de le nourrir. Dans de rares cas, la congestion nasale peut entraîner des troubles respiratoires. La congestion disparaît habituellement seule au en une semaine.</p><p>L’air extrêmement sec peut entraîner la sécheresse des tissus internes sensibles du nez des bébés. Cette sécheresse peut provoquer le <a href="/Article?contentid=749&language=French">saignement</a> des vaisseaux sanguins dans les narines. Si votre bébé n’a subi aucune blessure au nez, mais y présente des saignements, la sécheresse des tissus internes en est peut être la cause. Quand leur nez est sec, les bébés risquent davantage de contracter un rhume.</p><p>La sécheresse nasale est souvent plus marquée en hiver alors que le chauffage assèche l’air intérieur des domiciles.</p><h2>À rete​nir</h2> <ul><li>La congestion nasale est causée par le gonflement des tissus internes du nez.</li> <li>En règle générale, la congestion nasale disparaît seule en une semaine.</li> <li>L’utilisation d’une solution saline à base de sel de mer ou d’une poire à succion pour bébés peut aider à dégager le mucus clair du nez des bébés.</li> <li>Si la difficulté à respirer persiste après l’utilisation de la pompe, consultez un médecin immédiatement.</li></ul><h2>Quelles sont les causes de la congestion nasale chez les bébés?</h2> <ul> <li>l’air sec</li> <li>les irritants comme la poussière, la fumée de cigarette ou les parfums,</li> <li>les affections virales (comme le rhume).</li> </ul> <p>Les mesures ci dessous peuvent permettre de soulager la sécheresse et la congestion nasales de votre bébé. Toutefois, si ses difficultés à respirer ou à se nourrir persistent, consultez son médecin pour écarter le risque qu’une infection ou qu’une maladie soit à l’origine de la congestion.</p><h2>Comment soulager la sé​cheresse du nez de votre bébé</h2><p>Voici des conseils pour soulager la sécheresse ou l’irritation du nez de votre bébé.</p><h3>Humidifiez le ne​z de votre bébé</h3><p>Les <strong>solutions salines</strong> à base de sel de mer se vendent en pharmacie.</p><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendre de 30 à 60 secondes avant de drainer le nez de votre bébé.</li></ol><h3>Installez un humidi​ficateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé</h3><p>Si votre bébé a le nez sec, il risque également avoir le nez congestionné. La vapeur d’eau peut aider à humidifier et à déloger le mucus de son nez. Videz et nettoyez le vaporisateur une fois par jour et renouvelez l’eau.</p><h2>Comment dégager le nez congestionné de votre bébé</h2><p>En plus d’installer un humidificateur ou un vaporisateur à vapeur froide près du lit de votre bébé, vous pouvez vous servir de gouttes de solution saline pour dégager le mucus de son nez.</p><h3>Nettoyer le mucus à l’aide de gouttes de solution saline</h3><ol><li>Couchez votre bébé sur le dos. Placez une serviette roulée ou une petite couverture sous ses épaules ou appuyez doucement sur le bout de son nez pour que les gouttes pénètrent plus facilement dans les narines.</li><li>Mettez 2 ou 3 gouttes de solution saline dans chacune des narines, puis attendez de 30 à 60 secondes.</li><li>Couchez votre bébé sur le ventre pour faciliter l’écoulement de la solution du nez. Recueillez le mucus qui s’échappent des narines à l’aide d’un papier mouchoir ou d’un coton-tige. Il se peut que votre bébé tousse ou éternue, ce qui libérera le mucus et la solution saline.</li><li>Faites rouler le coton-tige ou le papier mouchoir sur le pourtour de chaque narine pour en retirer le liquide. N’insérez jamais un coton tige à l’intérieur des narines de votre enfant.</li></ol><h3>Nettoyer le mucus à l’aide d’un aspirateur nasal pour bébé ou d’une poire à succion pour le nez</h3><p>Si vous éprouvez de la difficulté à dégager le mucus, utilisez un aspirateur nasal pour bébé ou une poire à succion pour le nez. Un aspirateur nasal est un tube que vous placez dans la narine de votre bébé pendant que vous inhalez par l’embout du tube afin d’aspirer le mucus. Le mucus est alors piégé dans un filtre. Une poire de succion est insérée dans la narine de votre bébé et crée un vide afin de déloger et d’aspirer le mucus. Les poires à succion sont généralement peu efficaces pour le nettoyage du mucus et des sécrétions.</p><p>Comment utiliser un aspirateur nasal :</p><ol><li>Avant la première utilisation, rincez l’aspirateur à l’eau chaude et asséchez-le complètement.</li><li>Placez un filtre propre dans le porte-filtre et reconnectez l’aspirateur.</li><li>Étendez l’enfant sur le dos, la tête inclinée à droite. Placez délicatement une ou deux gouttes de solution saline dans sa narine. Procédez de la même façon avec la narine opposée après avoir incliné la tête de l’enfant vers la gauche.</li><li>Placez l’embout souple de l’aspirateur nasal à l’entrée de la narine du bébé. Inhalez par l’embout afin d’aspirer doucement le mucus. Le mucus sera recueilli par le filtre hygiénique et ne pourra pas passer à travers le tube d’inhalation. Répétez l’opération avec l’autre narine. Soulevez doucement le bébé afin de permettre au mucus résiduel de s’écouler de son nez.</li><li>Essuyez délicatement les narines de votre enfant à l’aide d’un papier mouchoir ou un tampon d’ouate trempé dans une solution saline.</li><li>Après chaque utilisation, détachez la base de l’aspirateur, retirez et jetez le filtre souillé puis rincez l’aspirateur nasal à l’eau chaude avant de l’assécher. Ne stérilisez pas ni ne faites bouillir l’aspirateur nasal.</li></ol><h3>Comment utiliser une poire à succion pour bébés</h3><ol><li>Faites sortir l’air de la poire en la pinçant.</li><li>Pacez doucement le bout de la poire au début de l’ouverture de la narine. Ne faites pas pénétrer la poire plus loin, car vous risquez d’endommager l’intérieur de la narine. Retirez le mucus, en laissant la poire se remplir d’air.</li><li>Dégagez le mucus de la poire sur un papier mouchoir.</li><li>Rincez bien la poire avec de l’eau fraiche avant et après chaque utilisation.</li></ol><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/0gQqI2gz0Z4?rel=0&hl=fr&cc_load_policy=1" frameborder="0"></iframe> </div><h2>Quand consu​lter un médecin</h2> <p>Communiquez avec votre médecin si votre bébé présente l’un ou l’autre des symptômes suivants :</p> <ul><li>fièvre</li> <li>éruption cutanée</li> <li>congestion nasale accompagnée d’une enflure du front, des yeux, des côtés du nez ou des joues</li> <li>congestion nasale durant plus de deux semaines</li> <li>difficulté à respirer ou respiration rapide</li> <li>grande difficulté à boire ou refus de boire</li> <li>humeur très grincheuse ou douleurs apparentes.</li></ul>congestedbabyhttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/nasal_congestion.jpgCongestion nasale dans les bébés Main
Conseils en matière d’organisation destinés aux soignants d’un enfant ayant des besoins médicaux complexesConseils en matière d’organisation destinés aux soignants d’un enfant ayant des besoins médicaux complexesOrganization tips for caregivers of a child with complex medical needsCFrenchNAChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NANASupport, services and resourcesCaregivers Adult (19+)NA2022-04-18T04:00:00Z409.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Le défi lié aux soins d’un enfant atteint d’une maladie complexe peut s’avérer colossal. En restant organisé, vous vous faciliterez la vie.<br></p><p>Le défi lié au rôle de gestionnaire de cas à temps plein, combiné à celui de soignant d’un enfant ayant des besoins médicaux complexes, peut s’avérer colossal. En trouvant des façons de faire les choses plus rapidement et de manière plus intelligente, vous vous faciliterez la vie à long terme. Voici quelques suggestions pour vous aider à rester organisé.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Il y a beaucoup d’éléments à surveiller lorsque vous vous occupez d’un enfant ayant des besoins médicaux complexes. En restant organisé, vous vous faciliterez la vie.</li><li>Pour rester organisé, nous vous suggérons notamment de désigner une aire de travail, de disposer des bons outils, de créer un document de suivi, d’avoir un système pour assurer le suivi de différents types d’information à portée de main, et de trouver un système de calendrier quotidien qui fonctionne pour vous.</li></ul><ul><li>Désignez une aire de travail à la maison et investissez dans les outils dont vous aurez besoin pour la communication au quotidien. Par outils, on entend notamment un ordinateur, une imprimante, ainsi qu’un grand calendrier mural.</li> <li>Créez un document de suivi. Organisez toutes vos activités par rubrique (mesures d’adaptation à l’école, plaidoyer, organismes de services de santé, demandes de financement), puis consignez tous vos appels téléphoniques, courriels et mises à jour dans chaque rubrique par date. Cela vous aidera à rester au fait, surtout lorsque vous attendez des nouvelles de la part de plusieurs personnes.</li><li>Décidez d’un système pour conserver vos renseignements. Vous pouvez utiliser des classeurs, des dossiers suspendus, ou votre ordinateur. Pensez aux meilleurs endroits pour conserver les renseignements suivants :</li><ul><li>Liste des médicaments actuels et de leur posologie</li><li>Sommaires médicaux<br></li><li>Directives en matière de soins</li><li>Plans d’enseignement individualisé (PEI)</li><li>Commandes de fournitures médicales</li><li>Coordonnées des fournisseurs de soins de santé, des enseignants, de l'école, des thérapeutes, des agences de soins infirmiers<br></li><li>Reçus pour les dépenses engagées; vous en aurez besoin lorsque vous demanderez des crédits d’impôt.</li></ul><li>Trouvez un système de calendrier quotidien qui soit parfaitement adapté à votre personnalité. Si vous êtes une personne visuelle, vous préférerez peut-être un agenda papier et un stylo; si vous êtes un technophile, l’utilisation d’un outil de calendrier en ligne ou d’une application smartphone vous conviendra sans doute mieux.<br></li></ul>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/organization_tips_for_parents_complex_illness.jpgConseils d’organisation pour les soignants Main
Éducation sexuelle: ce que les enfants doivent savoir et à quel momentÉducation sexuelle: ce que les enfants doivent savoir et à quel momentSexuality: What children should learn and whenÉFrenchAdolescentToddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years);Teen (13-18 years)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2019-06-06T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>Lorsque vous abordez le sujet de la sexualité et de la reproduction avec votre enfant, assurez-vous qu’il comprend ce que vous dites. Ce guide présente ce que les enfants sont en mesure de comprendre à différents stades.</p><p>La meilleure stratégie en matière d’éducation sexuelle consiste à amorcer une conversation au sujet de la sexualité dès le plus jeune âge de l’enfant et à poursuivre cette conversation tout au long de sa croissance. Cela permet aux parents d’éviter d’avoir une grande discussion lorsque l’enfant atteint l’adolescence, lorsqu’il pense peut-être déjà tout savoir à ce sujet et qu’il ne sera peut-être pas réceptif. Lorsque vous parlez de sexe à vos enfants, il est important d’expliquer les choses d’une façon compréhensible pour eux, selon leur âge et leur niveau de développement.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Lorsque vous parlez de sexualité à vos enfants, assurez-vous d’expliquer les choses d’une façon adaptée à son niveau de développement.</li><li>Vous n’avez pas à tout expliquer en même temps. Les enfants plus jeunes ont tendance à s’intéresser davantage à la grossesse et aux bébés qu’à l’acte sexuel.</li></ul><p>Chaque enfant est différent, mais voici les grandes lignes de la compréhension des enfants concernant la sexualité et la reproduction à différents stades.</p><h2>Tout-petits : de 13 à 24 mois</h2><p>Les tout-petits devraient pouvoir nommer toutes les parties du corps, y compris les parties génitales. En utilisant les noms exacts des parties du corps, ils seront à même de mieux communiquer un problème de santé, une blessure ou des sévices sexuels. Cela leur permet également de comprendre que ces parties sont aussi normales que les autres, ce qui leur donnera confiance en eux et leur procurera une image positive de leur corps.</p><p>La plupart des enfants de deux ans connaissent la différence entre un homme et une femme, et habituellement, ils peuvent déterminer si une personne est de sexe masculin ou féminin. Ils devraient comprendre que l’identité sexuelle d’une personne n’est pas déterminée par ses parties génitales et que le genre peut être exprimé de différentes manières. Les aidants naturels peuvent contribuer à cette démarche en n’associant pas la biologie sexuelle au genre (p. ex., dire « les personnes qui ont un pénis » ou « les personnes qui ont un vagin »).</p><p>Les tout-petits devraient savoir que leur corps est privé. Il est normal qu’ils explorent leur corps, notamment en touchant leurs parties génitales, mais ils devraient comprendre quand et où cela est approprié.</p><h2>Enfants d’âge préscolaire : de deux à quatre ans</h2><p>La plupart des enfants d’âge préscolaire sont à même de comprendre les principes fondamentaux de la reproduction : le spermatozoïde et l’ovule s’unissent, et le bébé grandit dans l’utérus. Selon leur degré de compréhension et d’intérêt, vous pourriez leur raconter l’histoire de leur naissance et leur dire que ce n’est pas la seule manière de fonder une famille. Ne pensez pas que vous devez tout leur expliquer en même temps. Les enfants plus jeunes s’intéressent davantage à la grossesse et aux bébés qu’à l’acte sexuel.</p><p>Les enfants devraient comprendre que leur corps leur est propre et savoir que personne n’a le droit de le toucher sans leur autorisation. Ils devraient savoir que d’autres personnes peuvent les toucher, mais uniquement de certaines façons, et que personne ne devrait demander à toucher leurs parties génitales, à moins qu’il ne s’agisse de leurs parents ou de fournisseurs de soins. S’ils font la distinction entre ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas, ils seront plus enclins à vous dire s’ils sont victimes d’une agression sexuelle.</p><p>À cet âge, les enfants devraient également apprendre à demander avant de toucher quelqu’un (p. ex., faire un câlin, chatouiller) et devraient commencer à apprendre à poser des limites (p. ex., comprendre que lorsque quelqu’un fait un pas en arrière, votre enfant devrait respecter ce signal, qui indique un besoin d’espace).</p><p>Éduquez les enfants au sujet de l’intimité qui entoure les questions liées au corps. Par exemple, ils devraient savoir à quel moment la nudité est appropriée.</p><p>Ils devraient également en apprendre davantage au sujet d’autres parties et fonctions du corps. Certains enfants de cet âge pensent que les filles n’ont qu’une seule ouverture pour les selles et l’urine, et bon nombre d’enfants croient que les bébés grandissent dans le ventre, au même endroit que celui où vont leurs aliments.</p><h2>Enfants d’âge scolaire : de cinq à huit ans</h2><p>Les enfants devraient avoir une compréhension sommaire du fait que certaines personnes sont hétérosexuelles, homosexuelles ou bisexuelles, et qu’il existe une palette d’expressions du genre; le genre n’est pas déterminé par les parties génitales d’une personne. Ils devraient également connaître le rôle de la sexualité dans les relations.</p><p>Ils devraient connaître les conventions sociales essentielles de l’intimité, de la nudité et du respect des autres dans les relations. La majorité des enfants ont commencé à explorer leur corps à cet âge. Ils devraient comprendre que même si cela est normal, il s’agit d’une activité privée.</p><p>Apprenez aux enfants comment utiliser un ordinateur et des appareils mobiles en toute sécurité. Les enfants de cette tranche d’âge devraient commencer leur apprentissage de l’intimité, de la nudité et du respect des autres dans le contexte numérique. Ils devraient avoir conscience des règles quant aux échanges avec des étrangers et au partage de photos en ligne, et savoir comment faire face à une situation inconfortable.</p><p>Il convient d’enseigner aux enfants les principes fondamentaux de la puberté vers la fin de cette tranche d’âge, car un certain nombre d’enfants entreront dans la puberté avant l’âge de 10 ans. Ils devraient non seulement se familiariser avec les changements qu’ils vont vivre, mais aussi avec d’autres corps — les garçons et les filles ne devraient pas recevoir une éducation distincte. Ils devraient également connaître l’importance de l’hygiène et des soins personnels à la puberté. En abordant ces questions très tôt, vous les préparerez aux changements qui vont survenir durant la puberté, et ils seront ainsi rassurés sur le fait que ces changements sont normaux et sains.</p><p>La connaissance des enfants en matière de reproduction ​humaine devrait être approfondie. Celle-ci pourrait inclure le rôle des rapports sexuels, mais ils devraient également savoir qu’il existe d’autres moyens de reproduction. Cette information pourrait être intégrée aux discussions liées à la puberté.</p><h2>Préadolescents : de neuf à douze ans</h2><p>En plus d’insister sur tous les aspects précités qu’ils ont déjà appris, les préadolescents devraient être sensibilisés aux pratiques sexuelles sûres et aux méthodes de contraception, et ils devraient disposer de renseignements de base au sujet de la grossesse et des infections transmissibles sexuellement (ITS). Ils devraient savoir que le fait d’être un adolescent ne veut pas dire qu’ils doivent être sexuellement actifs.</p><p>Les préadolescents devraient comprendre les fondements tant d’une relation positive que d’une relation négative.</p><p>Ils devraient maintenant connaître assez bien la sécurité sur Internet, y compris l’intimidation et les sextos. Ils devraient connaître les risques liés au partage de photos de nudité ou sexuellement explicites d’eux ou de leurs camarades.</p><p>Les préadolescents devraient aussi comprendre en quoi les médias influencent la perception des personnes à l’égard de leur corps, et ils devraient pouvoir exercer leur pensée critique quant à la manière dont la sexualité est dépeinte dans les médias. Somme toute, ils devraient être en mesure de juger si les représentations du sexe et de la sexualité sont vraies ou fausses, réalistes ou non, et si elles sont positives ou négatives.</p><h2>Adolescents : de 13 à 18 ans</h2><p>Les adolescents devraient recevoir des renseignements plus détaillés au sujet des menstruations et des éjaculations nocturnes (« rêves mouillés ») et savoir qu’ils sont normaux et en bonne santé. Ils devraient également développer leurs acquis concernant la grossesse et les ITS ainsi qu’au sujet des différentes méthodes de contraception et de la manière de les utiliser pour se livrer à des pratiques sexuelles sûres.</p><p>L’apprentissage relatif à l’adoption de pratiques sexuelles sûres va de pair avec celui qui a trait à l’impact de l’alcool et des drogues sur le jugement.</p><p>Les adolescents devraient continuer d’apprendre la différence entre une relation saine et une relation malsaine. Cette conscientisation comprend l’apprentissage des pressions et de la violence dans les fréquentations, de même que la compréhension de la signification du consentement dans les relations sexuelles. Les adolescents devraient être dotés de compétences en matière de négociation et de refus, ainsi que de méthodes pour mettre fin à une relation.<br></p><p>Les adolescents sont généralement des personnes très réservées. Cependant, si les parents ont abordé le sujet du sexe tôt avec leur enfant, il est plus probable que celui-ci s’adressera à ses parents en cas de situation difficile ou dangereuse par la suite, ou s’il a des questions ou des inquiétudes par rapport aux changements de son corps et à son identité.</p><h2>Références</h2><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Information by age: Understanding your child’s development</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-age/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-age/</a></p><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Sexual & gender diversity</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/sexual-diversity/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/sexual-diversity/</a></p><p>Alberta Health Services (n.d.). <em>Understanding consent</em>. Retrieved from: <a href="https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/understanding-consent/">https://teachingsexualhealth.ca/parents/information-by-topic/understanding-consent/</a></p><p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2017). <em>How to talk with your teen</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen</a></p><p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2018). <em>Gender identity</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/gender-identity">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/gender-identity</a><a></a></p> <a> </a> <p>Canadian Paediatric Society — Caring for Kids (2018). <em>Sexual orientation</em>. Retrieved from: <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/teens_sexual_orientation">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/teens_sexual_orientation</a></p><p>Planned Parenthood (n.d.). <em>Get the facts on sexual health</em>. Retrieved from: <a href="https://www.plannedparenthood.org/learn">https://www.plannedparenthood.org/learn</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/sex_education_what_when.jpgÉducation sexuelle Lorsque vous abordez le sujet de la sexualité et de la reproduction avec votre enfant, assurez-vous qu’il comprend ce que vous dites. Main
Mal de gorge et amygdaliteMal de gorge et amygdaliteSore throat and tonsillitisMFrenchOtolaryngologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Mouth;EsophagusMouth;EsophagusConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Abdominal pain;Cough;Fever;Nausea;Runny nose;Sore throat2023-06-26T04:00:00Z1206.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Le mal de gorge est habituellement le symptôme d’une maladie. Renseignez-vous au sujet des causes possibles, de la durée et de la façon de prendre soin de votre enfant. <br></p><p>La pharyngite et l’amygdalite sont des infections douloureuses de la gorge. On parle d’amygdalite si ce sont principalement les amygdales qui font mal et de pharyngite si c’est surtout la gorge qui est douloureuse. La gorge de votre enfant peut alors être sèche ou sensible ou le démanger.<br></p><p>Les amygdales sont deux petits organes ronds situés à l’arrière de la gorge. Elles font partie du système lymphatique qui assure la défense de l’organisme. Les amygdales contribuent à combattre les bactéries causant des infections pour vous éviter d’être malade. Lorsque les amygdales combattent les virus et les bactéries, elles grandissent, deviennent enflammées et rouges, et elles peuvent être douloureuses.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Les causes des maux de gorge sont nombreuses.</li> <li>Le traitement de la plupart des maux de gorge n’exige pas la prise d’antibiotiques.</li> <li>Amenez votre enfant chez le médecin s’il a mal à la gorge et ne peut pas bouger son cou, il est incapable de boire ou il est incapable d'avaler sa salive.<br></li> <li>Pour soulager votre enfant, donnez-lui beaucoup de liquides, des aliments mous et, au besoin, des analgésiques.</li> </ul><h2>Signes et symptômes du mal de gorge</h2><ul><li>Votre enfant peut se plaindre d’avoir mal à la gorge ou au cou.<br></li><li>Il peut aussi se plaindre de douleurs lorsqu’il avale, boit ou mange.<br></li><li>Votre enfant peut avoir la voix rauque.</li><li>Les tout-petits peuvent refuser de manger ou de boire, manger ou boire moins que d’habitude ou pleurer lors des tétées ou en avalant.</li></ul><h3>Certains enfants peuvent aussi présenter d’autres symptômes, dont les suivants :</h3><ul><li> <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>, toux et écoulement nasal;<br></li><li>nausée et douleurs abdominales (mal de ventre);<br></li><li>gorge plus rouge que d’habitude et pouvant présenter des sécrétions (tant les infections virales que bactériennes peuvent causer une rougeur plus intense).</li></ul><h2>Causes du mal de gorge</h2><ul><li>Les maladies comme le <a href="/article?contentid=12&language=French">rhume</a> ou la <a href="/article?contentid=763&language=French">grippe</a> peuvent provoquer un mal de gorge. </li><li>Quand les enfants dorment la bouche ouverte, ils peuvent parfois avoir la bouche sèche et avoir mal à la gorge lorsqu’ils se réveillent.</li><li>Chez les enfants présentant un écoulement rhino-pharyngé ou post-nasal (écoulements de mucus dans la gorge), les raclements et la toux durant la nuit peuvent causer un mal de gorge.</li><li>Certains virus peuvent causer des lésions (plaies) dans la bouche ou la gorge qui entraînent un mal de gorge.</li><li>Les maux de gorge peuvent être causés par une infection bactérienne, généralement par l’<a href="/Article?contentid=11&language=French">angine streptococcique</a>, (à savoir une famille de bactérie appelé streptocoque). Dans cette famille, la bactérie streptocoque du groupe A (SGA), qui est la plus courante, peut causer des complications à d’autres organes du corps.<br></li></ul><h2>​Prendre soin de votre enfant à domicile</h2><ul><li>Si votre enfant a du mal à avaler, donnez-lui des aliments mous faciles à absorber.</li><li> <a href="/Article?contentid=776&language=French">Faites-le boire beaucoup de liquides.</a></li><li>Si votre enfant a plus d’un an, essayez de lui donner du miel pasteurisé pour apaiser le mal de gorge et réduire la toux (les nourrissons âgés moins d'un an ne devront pas consommer du miel).<br></li><li>Les enfants plus âgés peuvent tenter de se gargariser avec de l'eau chaude salée.<br></li></ul><h3>​Maux de gorge causés par le fait de dormir la bouche ouverte<br></h3><ul><li>Offrez à boire à votre enfant s’il a mal à la gorge.</li><li>Faites fonctionner un humidificateur la nuit afin d’augmenter le taux d’humidité de l'air. Cela peut contribuer à prévenir les maux de gorge.</li></ul><p>Si votre enfant présente souvent des maux de gorge ou si ceux-ci sont associés à des ronflements, à des difficultés de respiration ou à une somnolence excessive pendant la journée, demandez conseil auprès de votre fournisseur de soins de santé.</p><h3>​Maux de gorge causés par l’écoulement rhino-pharyngé ou post-nasal</h3><ul><li>Rincer les voies nasales avec une solution saline peut permettre de diminuer les raclements ou la toux.</li></ul><h3>Maux de gorge causés par un virus<br></h3><p>Si votre enfant souffre d'un mal de gorge causé par un virus, vous pouvez :</p><ul><li>donner de l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> ou de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a> pour calmer la douleur et la fièvre de votre enfant. Suivez la posologie recommandée sur le contenant;<br></li><li>utiliser une préparation liquide ou des suppositoires si la gorge de votre enfant fait trop mal pour avaler des pilules.</li></ul><p>Les maux de gorge d’origine virale disparaissent généralement au bout de sept jours environ. Les antibiotiques seront inefficaces contre les maux de gorge causés par un virus.<br></p><h3>Maux de gorge causés par l’angine streptococcique</h3><p>La plupart des cas d’angine streptococcique (infection causée par la bactérie SBGA) s’améliorent au bout de trois à sept jours sans exiger d’<a href="/Article?contentid=1120&language=French">antibiotiques</a>. Toutefois, l’antibiothérapie réduit le risque de transmission et de certaines des complications associées à l’infection streptococcique du groupe A.</p><h3>Mal de gorge causé par l’amygdalite</h3><p>L’amygdalite peut provoquer l’enflure des amygdales, ce qui peut causer des difficultés à avaler, des problèmes passagers de respiration ou des ronflements durant la nuit. Ces symptômes s’atténuent cependant à mesure que l’amygdalite guérit. L'angine streptococcique peut aussi provoquer l'enflure des amygdales.<br></p><p>L’enflure persistante des amygdales ou des végétations adénoïdes pourrait causer l’apnée obstructive du sommeil (AOS) chez votre enfant. L’AOS est une affection caractérisée par des pauses prolongées entre les respirations durant le sommeil. Elle peut se manifester quand les amygdales sont assez enflées pour obstruer les voies respiratoires. Si vous pensez que votre enfant pourrait être atteint de l'AOS, discutez-en avec son fournisseur de soins de santé.<br></p><h3>Traitements inefficaces pour le mal de gorge</h3><p>Les suivants sont des traitements qui ne devront pas être utilisés pour le mal de gorge.</p><ul><li>N’utilisez pas d’aérosols en vente libre. Il n’y a aucune preuve qu’ils favorisent le soulagement du mal de gorge. De plus, certains aérosols peuvent contenir des ingrédients comme la benzocaïne qui peuvent causer une réaction allergique ou d’autres problèmes.</li><li>Ne donnez pas de pastilles pour la gorge ou de bonbons durs aux tout-petits, car ils risquent de s’étouffer.</li><li>N’employez jamais les restes de médicaments des membres de la famille ou des amis. Comme les médicaments ou leurs doses ne sont pas nécessairement appropriés, vous pourriez involontairement faire du mal à votre enfant.</li><li>Les antibiotiques n’ont aucun effet sur les maux de gorge d’origine virale.</li></ul><h2>​Complications des maux de gorge</h2><p>Les maux de gorge causés par des virus, les raclements, la sécheresse ou les irritants entraînent rarement des complications à long terme. </p><p>Quand les infections de la gorge causées par le SGA ne sont pas traitées, elles peuvent entraîner la fièvre rhumatismale.<br></p><h2>​Prévenir le mal de gorge</h2><p> <a href="/article?contentid=1981&language=French">Lavez-vous les mains</a> ainsi que celles de votre enfant fréquemment durant la journée. Cela réduira les risques de propagation des bactéries et diminuera les risques de maux de gorge dus à une infection ou à un virus.</p><h2>Quand consulter un médecin</h2><p> <strong>Prenez un rendez-vous avec le médecin :</strong></p><ul><li>si votre enfant a été en présence d’une personne atteinte d’angine streptococcique ou s’il a lui-même souffert de cette infection dans le passé;</li><li>si votre enfant a un mal à la gorge qui dure plus de quelques jours.</li></ul><p> <strong>Amenez votre enfant au service des urgences le plus près ou composez le 911 :</strong></p><ul><li>s’il a du mal à respirer;<br></li><li>s’il bave ou avale très difficilement;<br></li><li>s’il est très malade;<br></li><li>s'il a du mal à bouger son cou.</li></ul>sorethroathttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/sore_throat_tonsillitis.jpg ​Le mal de gorge est habituellement le symptôme d’une maladie. Renseignez-vous au sujet des causes et de la façon de prendre soin de votre enfant. Main
Trouble lié à la consommation de substances : Comment aider votre adolescent à la maisonTrouble lié à la consommation de substances : Comment aider votre adolescent à la maisonSubstance use disorder: How to help your teen at homeTFrenchAdolescent;PsychiatryTeen (13-18 years)NANAConditions and diseases;Healthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-01-30T05:00:00ZHealth (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Explorez comment surveiller efficacement la consommation de substances et quoi faire si votre adolescent présente un problème de toxicomanie.</p><p>Au fur et à mesure que votre adolescent mûrit et devient plus indépendant, il se peut qu’il passe de plus en plus de temps à l’extérieur du foyer en compagnie de ses amis et qu’il désire faire de nouvelles expériences avec, entre autres, les drogues et l’alcool. En surveillant sa consommation de substances, vous pouvez l’aider à se protéger et à rester en santé. En cas de toxicomanie avérée ou suspectée, vous pouvez entreprendre des démarches à la maison en vue de son rétablissement.</p><h2>Comment surveiller la consommation de substances de votre adolescent</h2><ul><li>Posez des questions sur l’école de votre enfant ou de votre adolescent, ses amis ou les autres aspects de sa vie (les sports et les passe-temps) pour en apprendre davantage sur ses intérêts et son bien-être à l’extérieur du foyer.</li><li>Mettez en pratique un modèle autoritaire d’éducation en fixant des attentes et des limites appropriées à son âge comme le couvre-feu, le temps d’écran, les tâches ménagères, etc.</li><li>Discutez de l’alcool et des drogues, y compris des médicaments sous ordonnance et de ceux en vente libre, ainsi que des boissons énergétiques à teneur élevée en caféine.</li><li>Maintenez une communication ouverte avec votre adolescent. Écoutez-le et soyez prêt à négocier.</li><li>Discutez de vos attentes sur l’utilisation de l’alcool et des drogues. Des messages efficaces sur les comportements à risque peuvent comprendre les affirmations suivantes :</li><ul><li>« Si tu décides d’essayer l’alcool ou les drogues, nous espérons que tu en limiteras la consommation autant que possible ».</li><li>« Si tu décides d’essayer et que, par la suite, tu ne te sens plus en sécurité, tu peux toujours nous appeler ».</li></ul><li>Servez–lui de modèle. Démontrez-lui que vous pouvez boire de l’alcool (ou consommer d’autres substances) de manière responsable.</li><li>Passez du temps avec lui. Il n’y a pas de ligne directrice à suivre — le temps que vous lui consacrez et vos activités varieront d’une famille à l’autre, en fonction du travail, de l’école et d’autres activités.</li></ul><h2>À retenir</h2><ul><li>Prenez le temps d’en apprendre sur le bien-être de votre adolescent hors de son foyer, d’ouvrir le dialogue avec votre adolescent et de servir de modèle de comportement à imiter en matière de consommation de substances.</li><li>Établissez des règles adaptées à l’âge de votre adolescent pour sa routine et fixez des attentes pour son comportement s’il décide d’essayer les drogues ou l’alcool.</li><li>Si vous pensez que votre adolescent a un problème de toxicomanie, demandez l’aide d’un fournisseur de soins de santé spécialisé dans le traitement des jeunes gens.</li><li>Favorisez le traitement professionnel assidu pour votre adolescent selon des règles de base strictes pour éviter les situations dangereuses et encouragez la fréquentation scolaire ou la participation régulière à son traitement.</li></ul><h2>Que faire si votre adolescent a un problème de toxicomanie avéré ou suspecté?</h2><p>Tout d’abord, demandez à un fournisseur de soins de santé, à une clinique ou à un organisme spécialisé dans le traitement de la toxicomanie de fournir l’aide et le soutien voulu, tant à vous qu’à votre adolescent.</p><p>Tout en bénéficiant d’une orientation professionnelle, vous pourriez souhaiter mettre en place des règles de base claires pour votre enfant ou adolescent. Par exemple, exigez de lui qu’il n’apporte aucune substance à la maison ou autour de la maison. Veillez à bien lui faire respecter cette règle.</p><h3>Appliquer les règles de base</h3><p>Surveiller votre adolescent peut signifier violer sa vie privée. L’application de ce principe peut sembler excessive, mais il est important de vous rappeler et de lui rappeler que sa santé et sa sécurité comptent avant tout. Pour ce faire, vous devrez viser à faire respecter des règles du type « si… , alors… » pour justifier le renforcement des règles et la pratique des inspections. Par exemple, vous pourriez affirmer « Lorsque tu feras de meilleurs choix pour ta santé, je me mêlerai de mes affaires ». Ou encore, « J’aspire à te laisser faire tes choix un jour, mais pour le moment, tu dois me prouver que tu es capable de respecter les règles de la maison ».</p><p>S’il lui arrive de se trouver dans le pétrin en raison d’une inconduite, ne craignez pas de le raisonner et attendez qu’il revienne à la réalité en faisant montre d’une plus grande responsabilisation avant de lui céder plus d’autonomie. Bien qu’il puisse ne pas vouloir l’admettre et balaiera du revers de la main ce que vous lui dites, il pourrait au fond de lui-même être reconnaissant que vous lui imposiez des limites.</p><h3>Vos préoccupations doivent viser le comportement de la personne et non la personne elle-même</h3><p>Laissez votre enfant ou votre adolescent choisir ses propres amis. S’il arrive que vous ne soyez pas d’accord avec le comportement de ses amis ou le sien, montrez-vous préoccupé du comportement en tant que tel et non de la personne. Assurez-vous de bien signifier à quel comportement vous êtes en droit de vous attendre.</p><h3>Insistez clairement sur l’assiduité à l’école ou au traitement</h3><p>Même en présence d’un problème de toxicomanie chez votre enfant, insistez pour qu’il fréquente l’école tous les jours et qu’il y soit à l’heure, à moins qu’un problème de santé physique ou mental l’en empêche. Renforcez vos attentes en lui offrant des récompenses en retour de sa fréquentation assidue de l’école. Si son problème de toxicomanie l’empêche de fréquenter l’école régulièrement, vous devez lui signifier qu’il doit, par contre, suivre son traitement.</p><p>Parent Action on Drugs (n.d.). <em>Information for parents</em>. Retrieved from <a href="https://parentactionondrugs.org/for-parents/">https://parentactionondrugs.org/for-parents/</a></p><p>Government of Canada (2019). <em>Talking with teenagers about drugs.</em> Retrieved from <a href="https://www.canada.ca/en/health-canada/services/substance-abuse/talking-about-drugs/talking-with-teenagers-about-drugs.html">https://www.canada.ca/en/health-canada/services/substance-abuse/talking-about-drugs/talking-with-teenagers-about-drugs.html</a></p><p>Canadian Pediatric Society (2017). <em>How to talk to your teen</em>. Retrieved from <a href="https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen">https://www.caringforkids.cps.ca/handouts/talk_with_your_teen</a></p><p>Parent Action Pack (n.d.). Retrieved from <a href="http://parentactionpack.ca/">http://parentactionpack.ca/</a> </p><p>Fleming, K., & McKiernan, A. (2018). <em>Talking Pot with Youth: A Cannabis Communication Guide for Youth Allies</em>. Ottawa, ON: Canadian Centre on Substance Use and Addiction. Retrieved from <a href="http://www.ccdus.ca/Resource%20Library/CCSA-Cannabis-Communication-Guide-2018-en.pdf">http://www.ccdus.ca/Resource%20Library/CCSA-Cannabis-Communication-Guide-2018-en.pdf</a> </p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Substance_use_disorder-How_to_help_your_teen_at_home.jpgProblème de toxicomanie : Comment aiderMain
Vaccins : préoccupations concernant la vaccination de votre enfantVaccins : préoccupations concernant la vaccination de votre enfantVaccines: Concerns about immunizing your childVFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)NAImmune systemHealthy living and preventionAdult (19+) CaregiversNA2019-07-12T04:00:00ZFlat ContentHealth A-Z<p>De nombreux parents se posent des questions sur les vaccins. Vous trouverez ici des informations sur le nombre de maladies contre lesquelles les vaccins protègent les enfants au Canada. Renseignez-vous également sur l’innocuité des vaccins et sur les effets secondaires que votre enfant pourrait ressentir. Enfin, apprenez comment les vaccins sont administrés et ce que vous pouvez faire pour que cette expérience soit moins stressante pour votre enfant.</p><p>En tant que parent, avez-vous des inquiétudes quant à la vaccination de vos enfants? Vous n’êtes pas seul(e). Au Canada, un parent sur trois a déclaré avoir quelques doutes et préoccupations mineures concernant la vaccination de son enfant. Par exemple, en Ontario, le taux moyen de vaccination des enfants de 7 ans contre la rougeole était de 88 % pour l’année scolaire 2017-2018. Cependant, dans les régions comme Toronto, le taux de vaccination contre la rougeole des enfants de 7 ans n’était que de 74 %. Les raisons pour lesquelles les gens choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants sont complexes.</p><p>En plus de toutes les questions que vous pourriez vous poser, vous ne savez peut-être pas quoi et qui croire ou où obtenir vos informations. Vous entendez parler des vaccins par le fournisseur de soins de santé primaires de votre enfant, dans les médias, par des amis et des membres de votre famille ou en lisant des informations sur Internet. Souvent, les informations semblent contradictoires.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Toutes les maladies contre lesquelles les enfants sont vaccinés sont graves et peuvent provoquer des affections, des complications et même la mort.</li><li>Les enfants qui ne sont pas vaccinés sont en danger dans leur propre communauté, lorsqu’ils voyagent ou lorsque des infections sont introduites dans le pays.</li><li>Les vaccins sont très sûrs et font l’objet d’essais approfondis avant d’être approuvés, et la plupart d’entre eux offrent une protection de plus de 90 % contre la maladie.</li><li>Il existe de nombreuses preuves scientifiques que les vaccins ne provoquent pas l’autisme et aucune donnée scientifique ne porte à croire qu’ils le font.</li><li>Votre enfant peut recevoir sans danger plusieurs vaccins en même temps, et la plupart des effets secondaires sont mineurs et temporaires.</li></ul><h2>Les faits sur les vaccins</h2><p>Pour obtenir les informations dont vous avez besoin, il est utile d’avoir une bonne relation et une communication ouverte avec le fournisseur de soins de santé de votre enfant. <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=1144&language=English">Pour préparer le rendez-vous de votre enfant chez son fournisseur de soins de santé</a>, vous pouvez notamment noter par écrit toutes les questions ou préoccupations que vous avez au sujet des vaccins afin de vous assurer de ne rien oublier, et parler à votre fournisseur de soins de santé de ce qui vous préoccupe.</p><p>Les programmes de vaccination au Canada protègent actuellement les enfants contre 15 maladies. Dans la plupart des cas, ces vaccins offrent une protection de plus de 90 % contre la maladie. À l’échelle mondiale, la vaccination permet actuellement d’éviter deux à trois millions de décès chaque année.</p><p>Toutes les maladies contre lesquelles les enfants sont vaccinés sont graves. Toutes les maladies évitables grâce à la vaccination peuvent provoquer des affections, des complications et même la mort. Par exemple, les complications de la rougeole comprennent la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=7&language=English">diarrhée</a>, les <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=8&language=English">otites</a> et la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=784&language=English">pneumonie</a>, et surviennent dans environ trois cas sur dix. Un à deux cas sur mille de rougeole entraînent également la mort. Au Canada, entre un et quatre bébés meurent chaque année de la coqueluche, et environ un bébé sur 400 qui survit à la coqueluche aura des lésions cérébrales permanentes.</p><p>Les éclosions d’infections évitables grâce à la vaccination continuent de se produire. Lorsque les taux d’immunisation baissent, un plus grand nombre de personnes sont susceptibles de contracter l’infection, et ce qui était autrefois une maladie rare peut devenir plus courant parmi la population. Des infections évitables grâce à la vaccination, peu fréquentes au Canada, se produisent encore dans d’autres parties du monde. Tout enfant qui n’est pas vacciné est en danger lorsqu’il voyage ou lorsque des infections sont ramenées au Canada.</p><p>La population bénéficie de la meilleure protection lorsque la plupart ou la totalité des personnes sont totalement immunisées. Moins il y a de personnes vulnérables dans une population, moins une maladie infectieuse aura de risque de se propager (immunité collective).</p><h2>Innocuité des vaccins</h2><p>Les vaccins sont très sûrs. Avant d’être approuvés, les vaccins sont soumis à des essais approfondis. Ils passent par de nombreuses étapes pour démontrer qu’ils sont sûrs et efficaces. Même après l’approbation d’un vaccin, son utilisation fait l’objet d’une surveillance pour détecter d’éventuels effets secondaires.</p><p>La plupart des effets secondaires des vaccins sont mineurs et temporaires, comme une douleur au bras ou une légère fièvre, et les bébés ne sont pas plus susceptibles de ressentir des effets secondaires que les enfants plus âgés. Comme de nombreuses maladies infectieuses sont plus fréquentes chez les bébés et les jeunes enfants, le fait de retarder la vaccination les expose davantage aux maladies et à leurs complications.</p><p>La plupart des vaccins ne contiennent pas de bactéries ou de virus vivants et ne peuvent pas provoquer d’infections. Les vaccins vivants comprennent des bactéries ou des virus affaiblis qui ne peuvent pas provoquer de maladie chez les personnes en bonne santé. Les vaccins vivants affaiblis peuvent très rarement provoquer une forme légère d’infection qui n’est pas nocive.</p><p>Il est recommandé que votre bébé commence à recevoir ses vaccins dès l’âge de 2 mois. Cela permettra de protéger votre bébé le plus tôt possible contre des maladies telles que la coqueluche.</p><p>Il n’est pas préférable de laisser votre enfant tomber malade et acquérir une immunité naturelle plutôt que de le faire vacciner. Une infection naturelle s’accompagne de risques de complications graves liées à cette infection. Grâce aux vaccins, le système immunitaire est stimulé pour développer une protection contre une infection future sans rendre votre enfant malade.</p><h3>Vaccins et autisme</h3><p>Tous les vaccins systématiques pour enfants au Canada utilisent des flacons à dose unique et ne contiennent pas d’agents de conservation tels que le thimérosal, à l’exception des flacons multidoses de vaccin contre la grippe. Les agents de conservation tels que le thimérosal sont utilisés dans les flacons multidoses pour prévenir la contamination microbienne.</p><p>Les vaccins (y compris le vaccin ROR) ne provoquent pas l’autisme. Aucune preuve scientifique ne porte à croire que les vaccins causent l’autisme, mais il existe de nombreuses preuves scientifiques qui montrent que les vaccins ne provoquent pas l’autisme. Par exemple, une étude publiée en mars 2019 a suivi 650 943 enfants et, là encore, n’a trouvé aucun lien entre le vaccin ROR et l’autisme. L’étude a pris en compte de nombreux sous-groupes d’enfants potentiellement sensibles et a constaté que le vaccin ROR ne provoquait pas l’autisme ni ne déclenchait l’autisme chez les enfants sensibles.</p><p>Les signes d’autisme apparaissent parfois vers l’âge où les enfants reçoivent le vaccin ROR, et certaines personnes pensaient qu’il y avait un lien entre les deux. L’augmentation du nombre de diagnostics d’autisme chez les enfants s’explique notamment par l’inclusion des enfants qui présentent des symptômes plus légers dans le diagnostic. La sensibilisation à l’autisme s’est également accrue, de sorte que les parents sont plus nombreux à demander de l’aide.</p><h2>Obtenir un vaccin</h2><p>Se faire vacciner peut être douloureux et stressant pour vous et votre enfant. Vous pouvez prendre certaines mesures pour réduire la douleur de la vaccination chez votre <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=989&language=English">bébé</a> ou votre <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=990&language=English">enfant</a>, comme l’utilisation de crèmes anesthésiantes, la prise de positions confortables et les techniques de distraction.</p><p>La plupart des vaccins sont administrés à l’aide d’une seringue. Ces seringues sont des seringues à usage unique et ne sont pas réutilisées. Cela élimine tout risque de transmission d’infections par les aiguilles. Certains vaccins sont administrés selon d’autres méthodes qui éliminent également le risque d’infection. Le vaccin contre le rotavirus est administré sous forme liquide par voie orale, et le vaccin antigrippal peut être administré à l’aide d’un vaporisateur nasal.</p><p>De nombreux vaccins sont administrés en association, ce qui permet de protéger votre enfant contre plusieurs maladies différentes en une seule injection. Par exemple, le vaccin ROR protège contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Le fait de recevoir plus d’un vaccin à la fois signifie également que la protection n’est pas retardée et réduit le nombre de rendez-vous médicaux et d’aiguilles pour votre enfant.</p><p>Le système immunitaire de votre enfant est capable de répondre à plusieurs vaccins administrés en même temps. Le système immunitaire produit des anticorps qui répondent aux antigènes (substances qui ressemblent à certaines parties des bactéries ou des virus). On estime que les enfants sont exposés à des milliers d’antigènes chaque jour dès leur naissance. Au cours de ses deux premières années de vie, si un enfant reçoit tous les vaccins recommandés, il ne sera exposé qu’à environ 320 antigènes supplémentaires par la vaccination. Le fait de recevoir plusieurs vaccins en même temps qui contiennent une poignée d’antigènes est sans danger pour votre enfant et son système immunitaire.</p><p>Pour obtenir de plus amples renseignements sur les calendriers de vaccination de votre enfant, consultez le site :</p><ul><li> <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=1986&language=English">Calendrier de vaccination</a> – diverses immunisations recommandées durant la première année de vie d’un enfant et par la suite.</li><li> <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/Article?contentid=1985&language=English">Immunisation de rattrapage des enfants qui n’ont pas été pleinement immunisés</a>.</li></ul><h2>Références</h2><p>Soins de nos enfants. (Novembre 2016). <em>La sécurité des vaccins : Le système canadien</em>. <a href="https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccine_safety">https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccine_safety</a></p><p>Soins de nos enfants. (Novembre 2016). <em>Les vaccins : des inquiétudes courantes</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccines-common-concerns">https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccines-common-concerns</a></p><p>Soins de nos enfants. (Novembre 2016). <em>Les vaccins : les mythes et les faits</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccines-myths-and-facts">https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/vaccines-myths-and-facts</a></p><p>Centers for Disease Control and Prevention. (2015). Measles. Dans Hamborsky, J., Kroger, A., Wolfe, S. (rédacteurs), <em>Epidemiology and Prevention of Vaccine-Preventable Diseases, 13th ed.</em> (pp. 209-30). Washington D.C. Public Health Foundation. Consulté à l’adresse <a href="https://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/meas.html">https://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/meas.html</a></p><p>Centers for Disease Control and Prevention. (2018). <em>Multiple Vaccines and the Immune System</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.cdc.gov/vaccinesafety/concerns/multiple-vaccines-immunity.html">https://www.cdc.gov/vaccinesafety/concerns/multiple-vaccines-immunity.html</a></p><p>EKOS Research Associates. (2018). <em>Sondage pour l’élaboration de la campagne de vaccination des enfants –Rapport des constatations préparé pour Santé Canada</em>. Consulté à l’adresse <a href="http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/pwgsc-tpsgc/por-ef/health/2018/022-17-f/rapport.pdf">http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/pwgsc-tpsgc/por-ef/health/2018/022-17-f/rapport.pdf</a></p><p>Hviid, A., Hansen, J.V., Frisch, M., Melbye, M. (2019). Measles, Mumps, Rubella Vaccination and Autism: A Nationwide Cohort Study. <em>Annals of Internal Medicine</em>, 170, 513–520. doi: <a href="https://annals.org/aim/fullarticle/2727726/measles-mumps-rubella-vaccination-autism-nationwide-cohort-study">10.7326/M18-2101</a></p><p>Agence de la santé publique du Canada. (1er septembre 2016). <em>Guide canadien d’immunisation : Partie 1 – Information clé sur l’immunisation</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/vie-saine/guide-canadien-immunisation-partie-1-information-cle-immunisation.html">https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/vie-saine/guide-canadien-immunisation-partie-1-information-cle-immunisation.html</a></p><p>Agence de la santé publique du Canada (18 octobre 2018). <em>Vaccination des enfants : Choisir de faire vacciner son enfant</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/vaccinations-pour-enfants.html">https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/vaccinations-pour-enfants.html</a></p><p>Santé publique Ontario (Mai 2019). <em>Rapport sur la couverture vaccinale des élèves des écoles de l’Ontario : année scolaire 2017-2018</em>. Consulté à l’adresse (en anglais seulement) <a href="https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/immunization-coverage-2017-18.pdf">https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/immunization-coverage-2017-18.pdf</a></p><p>Statistique Canada. (2019). <em>Enquête sur la couverture vaccinale nationale des enfants, 2017</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190326/dq190326d-fra.htm">https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190326/dq190326d-fra.htm</a></p><p>Organisation mondiale de la Santé. (2019). <em>Dix ennemis que l’OMS devra affronter cette année</em>. Consulté à l’adresse <a href="https://www.who.int/fr/news-room/feature-stories/ten-threats-to-global-health-in-2019">https://www.who.int/fr/news-room/feature-stories/ten-threats-to-global-health-in-2019</a></p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Vaccines-Concerns_about_immunizing_your_child.jpgPréoccupations concernant la vaccination Lisez au sujet de l’innocuité des vaccins, leurs effets secondaires et les maladies contre lesquelles les vaccins protègent votre enfant.Main

 

 

Diphtérie laryngienneDiphtérie laryngienneCroupDFrenchInfectious DiseasesBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years)TracheaTracheaConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Fever;Sore throathttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Croup_MED_ILL_EN.jpg2019-04-01T04:00:00Z7.2000000000000071.3000000000000687.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>La diphtérie laryngienne est une infection virale se manifestant par l’inflammation des voies respiratoires, ce qui entraîne des difficultés à respirer. Apprenez-en davantage sur les symptômes et le traitement de la diphtérie laryngienne.</p><h2>Qu’est-ce que la diphtérie laryngienne?</h2><p>La diphtérie laryngienne est une maladie infantile courante causée par une infection virale. Le virus cause le gonflement des voies respiratoires supérieures, y compris le larynx (partie supérieure des voies respiratoires reliant la gorge et la trachée) et la trachée (partie des voies respiratoires reliant le larynx et les poumons) (en anglais seulement).</p><p>Cette enflure peut provoquer des changements dans la voix des enfants et entraver leur respiration. Une voix rauque, une toux qui ressemble à des jappements ou une respiration sifflante stridente (stridor) peuvent se manifester surtout chez les bébés et les jeunes enfants en raison de leurs voies respiratoires supérieures plus étroites.</p> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Diphtérie laryngienne</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Croup_MED_ILL_FR.jpg" alt="Un larynx normal avec la trachée et les cordes vocales identifiées et un larynx inflammé" /><figcaption class="asset-image-caption">Le croup est une infection qui affecte les cordes vocales (larynx) et la trachée (conduit aérifère). Ceci entraîne une inflammation des cordes vocales et le rétrécissement des voies respiratoires.</figcaption> </figure> <h2>À r​etenir</h2> <ul> <li>La diphtérie laryngienne est une maladie infantile courante causée par une infection virale.</li> <li>Chez la plupart des enfants, la diphtérie laryngienne est une maladie bénigne qui peut se soigner à domicile. Aucun médicament ne permettra d’éliminer le virus plus rapidement, mais il existe des moyens de soulager votre enfant.</li> <li>Si la diphtérie laryngienne a des effets graves sur votre enfant, consultez un médecin.</li> </ul><h2>Symptômes de la diphtérie laryngienne</h2><p>La diphtérie laryngienne se manifeste habituellement comme un rhume accompagné d’une congestion nasale et d’une toux sèche. Après deux ou trois jours, la toux ressemble à des aboiements, la voix est rauque et les patients peuvent respirer bruyamment en émettant un stridor. Le stridor est un bruit aigu qui se produit à l’inspiration parce que les voies respiratoires sont rétrécies. Dans les cas légers de diphtérie laryngienne, le stridor peut ne se manifester que lorsque votre enfant pleure ou tousse. Toutefois, si l’infection s’aggrave, votre enfant pourrait produire ce bruit même lorsqu’il est calme ou qu’il dort et avoir du mal à respirer.</p><ul><li>toux rauque ressemblant à un aboiement,</li><li>respiration bruyante (stridor),</li><li>difficulté à respirer,</li><li>voix enrouée,</li><li>mal de gorge léger,</li><li>écoulement ou <a href="/Article?contentid=778&language=French">congestion nasal</a>,</li><li> <a href="/Article?contentid=30&language=French">fièvre</a>.</li></ul><h3>La diphtérie laryngienne dur​​e généralement 1 semaine environ</h3><p>​En règle générale, la durée de vie des virus à l’origine de la diphtérie laryngienne est d’une semaine environ. La toux aboyante et la respiration bruyante sont habituellement plus marquées au cours des deux ou trois premiers jours et empirent souvent pendant la nuit.</p><h2>Comment mon enfant a-t-il contracté la diphtérie laryngienne?</h2><p>La diphtérie laryngienne est causée par des virus qui se propagent facilement d’une personne à l’autre lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue.</p><h2>Que peuvent f​aire les médecins contre la diphtérie laryngienne?</h2><h3>Médicament à base de stéroïdes</h3><p>Pour réduire l’enflure des voies respiratoires, votre médecin peut prescrire un corticostéroïde, appelé <a href="/Article?contentid=221&language=French">dexaméthasone</a>, à prendre oralement. Ce médicament agit pleinement en quelques heures, et son effet dure de 24 à 36 heures. Seules une ou deux doses sont généralement requises.</p><h3>Épinéphrine</h3><p>Une fois au service des urgences, on pourra administrer à votre enfant qui a beaucoup de mal à respirer un médicament appelé épinéphrine à l’aide d’un masque qui le vaporise dans les voies respiratoires. Ce médicament y réduira l’enflure très rapidement. L’effet de l’épinéphrine dure environ 4 heures. Au bout de cette période, les voies respiratoires peuvent enfler de nouveau et les difficultés respiratoires peuvent recommencer. Si l’épinéphrine est utilisée, le médecin traitant souhaitera que votre enfant reste au service des urgences pour une période de 4 à 6 heures pour s’assurer que ses symptômes diminuent d’intensité.</p><h3>La diphtérie laryngienn​e peut se propager facilement</h3><p>Les virus de la diphtérie laryngienne sont contagieux (se transmettent facilement d’une personne à l’autre), surtout les premiers jours de la maladie. Gardez alors votre enfant à la maison; il ne doit pas aller au service de garde ou à l’école tant que la fièvre et la toux aboyante persistent. Dans la mesure du possible, faites en sorte d’éviter que votre enfant entre en contact avec des bébés de moins de 2 mois.</p><p>Les adultes peuvent être infectés par le virus à l’origine de la diphtérie laryngienne de leur enfant. Cependant, chez les adultes et les enfants plus âgés, dont les voies respiratoires sont plus grandes, les symptômes sont généralement légers et peuvent davantage ressembler à ceux d’un rhume.</p><h2>Comment soigner votre enfant à domic​ile</h2><p>Chez la plupart des enfants, la diphtérie laryngienne est une maladie bénigne qui peut se soigner à domicile. Voici quelques façons d’aider votre enfant à se sentir mieux.</p><h3>Brum​e froide</h3><p>L’air frais humide peut permettre de réduire l’enflure des voies respiratoires causant le stridor ou la respiration laborieuse. Le mieux est de placer votre enfant près d’un vaporisateur à vapeur froide. Si vous ne disposez pas de ce dispositif, placez un humidificateur, même simple, dans sa chambre pour le soulager. Le soir, en hiver, ouvrez la fenêtre de la chambre ou amener votre enfant dehors pendant un court moment pour lui permettre de respirer l’air frais.</p><h3>Salle de bain remplie de vapeur chau​de</h3><p>Faites couler une douche chaude en laissant la porte de la salle de bains fermée afin que celle-ci s’emplisse de vapeur, puis assoyez votre enfant dans la pièce pendant au moins dix minutes.</p><h3>Médicaments contre la fièvre et la douleur</h3><p>Si votre enfant a de la fièvre ou a mal à la gorge, vous pouvez lui donner de l’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> (Tylenol ou Tempra) ou de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a> (Motrin ou Advil). <strong>Évitez</strong> l'<a href="/Article?contentid=77&language=French">aspirine​</a> (AAS ou acide acétylsalicylique).</p><h3>Soulagement de la toux</h3><p>La toux est un symptôme de la diphtérie laryngienne. Elle s’atténuera à mesure que le virus disparaît. Ne donnez jamais de médicaments contre la toux à un enfant de moins de 6 ans. Vous ne pouvez rien faire pour qu’elle cesse plus rapidement.</p><p>Toutefois, les virus qui occasionnent la diphtérie laryngienne peuvent aussi provoquer une respiration sifflante chez les enfants <a href="/Article?contentid=1470&language=French">asthmatiques</a> et peuvent parfois entraîner une infection pulmonaire. Consultez un médecin si la toux de votre enfant semble grave ou si celui-ci est essoufflé ou respire difficilement.</p><p>Les enfants atteints de diphtérie laryngienne peuvent soudainement respirer avec difficulté, et ces épisodes peuvent se répéter. Vous souhaiterez peut être donc dormir dans la même chambre que votre enfant pendant qu’il est malade pour avoir connaissance de problèmes éventuels durant la nuit.</p><h2>Quand consult​er un médecin</h2> <h3>Appelez le médecin de vot​re enfant dans les situations suivantes :</h3> <ul> <li>la fièvre dure plus de trois jours,</li> <li>la toux persiste plus d’une semaine,</li> <li>la respiration est bruyante,</li> <li>votre enfant se plaint d’un mal d’oreille,</li> <li>l’état de votre enfant soulève d’autres questions ou préoccupations.</li> </ul> <h3>Rendez-vous au service d’urgence le plus proche ou composez immédiatement le 911 si votre enfant :</h3> <ul> <li>continue d’émettre des stridors au bout de 15 minutes d’exposition à une brume froide,</li> <li>a des épisodes répétés de stridors ou a du mal à respirer,</li> <li>présente un enfoncement de la poitrine ou de l’estomac lorsqu’il inspire,</li> <li>semble avoir les lèvres bleutées ou violacées,</li> <li>se met à baver ou à cracher, avale difficilement ou refuse de boire,</li> <li>éprouve des douleurs ou des raideurs au cou,</li> <li>semble léthargique (très endormi) ou irritable (de très mauvaise humeur),</li> <li>cesse de boire ou d’uriner.</li> </ul>croupMain
ImpétigoImpétigoImpetigoIFrenchDermatologyBaby (1-12 months);Toddler (13-24 months);Preschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2023-06-26T04:00:00Z705.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>L’impétigo est une infection courante de la peau qui est causée par une bactérie. Apprenez à repérer les signes d’impétigo et ce que votre médecin et vous pouvez faire pour prendre soin de votre enfant.<br></p><h2>Qu’est-ce que l’impétigo? </h2> <p>L’impétigo est une infection bactérienne de la peau. Il se répand facilement. Il est très courant chez les jeunes enfants, particulièrement les bébés. Sans traitement, l’impétigo peut durer plusieurs mois, il peut se propager et il peut évoluer en une infection plus grave. </p><h2>À retenir</h2> <ul> <li> L’impétigo est une infection de la peau causée par une bactérie. </li> <li> Les symptômes d’impétigo comprennent de petites ou de grosses ampoules. Les ampoules apparaissent sur un fond rouge. Elles sont remplies de pus. Elles poussent autour de la bouche ou du nez. Elles peuvent aussi apparaître dans la région de la couche et peuvent se propager à d'autre parties du corps. </li> <li> L’impétigo est causé par une bactérie. La bactérie entre dans le corps par une coupure ou une peau craquelée. </li> <li> Un onguent antibiotique et des fois un antibiotique administré par voie orale sont utilisée pour traiter l’infection. </li> <li> L’impétigo se transmet facilement par le toucher. Tenez votre enfant à l'écart des autres enfants jusqu'à ce que l'infection soit guérie. </li></ul><h2>Signes et symptômes d’impétigo</h2><p>Les symptômes d’impétigo changent avec le temps.</p><ul><li> Au début, l’enfant développe de petites ou de grandes ampoules sur un fond rouge. Les ampoules contiennent du pus. Elles apparaissent autour de la bouche ou du nez. Elles peuvent aussi apparaître dans la région de la couche.</li><li> Les ampoules s’ouvrent. Elles forment des plaies irrégulières. Les plaies peuvent grossir.</li><li> La surface de la plaie s’assèche. Une croûte de couleur miel s'y forme.</li><li> Les plaies causent des démangeaisons après l’éclatement des ampoules.<br></li></ul><div class="asset-video"> <iframe src="https://www.youtube.com/embed/aN9UqM_kH1k?si=5KLw1xgRAXXrvqkc" frameborder="0"></iframe> </div> <br><h2>Causes de l'impétigo<br></h2><p>L’impétigo est causé par une bactérie. La bactérie entre dans le corps par une coupure, un bouton ouvert, une piqûre d’insecte ou une peau craquelée. L’impétigo est habituellement causé par la bactérie <em>Staphylococcus aureus</em>. C’est ce que l’on appelle une infection staphylococcique. L’impétigo peut aussi être causé par la bactérie <i>Streptococcus pyogenes</i>. C’est ce que l’on appelle une infection streptococcique.</p><p>Votre enfant a davantage de risques de contracter cette infection s’il présente ce qui suit :</p><ul><li>peau sèche ou squameuse;</li><li><a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=773&language=french">eczéma</a>;</li><li>brûlures, éraflures, esquilles ou coupures;</li><li>autres infections de la peau; </li><li>piqûres d’araignées ou d’insectes;<br></li><li>contact avec une autre personne avec l'impétigo non traité.<br></li></ul><h2>Ce que le médecin de votre enfant peut faire </h2> <h3>Examen physique</h3> <p>Habituellement, le médecin peut voir si votre enfant a de l’impétigo seulement en observant sa peau. Le médecin peut aussi suggérer d’autres examens. Cependant, ces examens ne sont habituellement pas nécessaires. </p> <p></p> <h3>Antibiotiques</h3> <p>Le médecin de votre enfant prescrira probablement un onguent antibiotique. L’onguent sera efficace contre les bactéries. Vous devrez appliquer l’onguent sur les plaies plusieurs fois par jour. </p> <p>L’impétigo devrait s’atténuer après quelques jours. Cependant, même si votre enfant se sent mieux, NE cessez PAS de lui donner des antibiotiques avant d’avoir administré toute la quantité prescrite. Cette infection peut revenir, surtout si l’on n’administre pas le traitement complet. </p> <p>Si l’impétigo de votre enfant est sévère ou empire, il pourrait avoir besoin d’un antibiotique administré par voie orale (pris par la bouche).</p><h2>Prendre soin de votre enfant à domicile</h2> <h3>Appliquez de l’onguent sur les plaies ouvertes</h3> <p>Avec un doigt propre, appliquez l’onguent sur les plaies ouvertes. Faites-le plusieurs fois par jour. Enlevez doucement les croûtes ou les galles avec une boule de coton trempée dans de l’eau saline. </p> <p></p> <h3>Finissez tous les antibiotiques</h3> <p>Assurez-vous de donner tous les antibiotiques prescrits. Faites-le même si votre enfant se sent mieux.</p> <h3>L’impétigo se transmet facilement</h3> <p>L’impétigo se transmet facilement d’une personne à l’autre. L'infection peut se transmettre en touchant la plaie ouverte d’une personne infectée. Tenez votre enfant à l’écart des autres enfants jusqu’à ce que l’infection soit complètement guérie. Avec le traitement, l’impétigo disparaît habituellement après cinq jours. </p><h2>Quand demander une aide médicale</h2><p>Prévoyez immédiatement un rendez-vous avec le médecin de votre enfant s’il montre des symptômes d’impétigo. </p><p>Consultez de nouveau votre médecin dans les cas suivants :<br></p><ul><li> l’état de votre enfant ne semble pas s’améliorer avec le traitement prescrit;<br></li><li>votre enfant présente de nouveaux symptômes, tels que de la fièvre, des difficultés à garder les liquides ou les antibiotiques, ou des difficultés respiratoires. <br></li></ul>impetigohttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/Impetigo_iStock-1204003540.jpg L'impétigo est une infection cutanée courante. Apprenez ce que vous et votre médecin pouvez faire pour prendre soin de votre enfant.Main
RougeoleRougeoleMeaslesRFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Cough;Eye discomfort and redness;Fever;Rash;Runny nosehttps://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg2019-10-03T04:00:00Z1462.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez quels sont les symptômes et les causes de la rougeole et renseignez-vous sur la façon de prendre soin de votre enfant s’il contracte la maladie. </p><p>La rougeole est une infection causée par un virus très contagieux. Quand une personne infectée par le virus tousse ou éternue, des gouttelettes contaminées se propagent dans l’air et se déposent sur des surfaces à proximité. Votre enfant peut contracter le virus en inhalant ces gouttelettes ou en touchant son visage, sa bouche ou ses yeux après être entré en contact avec elles.</p><p>Votre enfant court un plus grand risque d’attraper la rougeole s’il n’a pas été vacciné contre cette maladie et s’il voyage à l’étranger, où la rougeole est plus fréquente, sans avoir été vacciné.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>La rougeole est une infection causée par un virus. Elle est très contagieuse et il n’existe aucun traitement antiviral spécifique pour cette maladie.</li><li>Habituellement, la rougeole cause de la fièvre, un écoulement nasal, de la toux, une conjonctivite (yeux rouges et larmoyants) et une éruption cutanée.</li><li>La fréquence des complications est plus élevée chez les jeunes enfants et ces aggravations comprennent la pneumonie, une encéphalite (infection ou inflammation du cerveau), la cécité ou la mort.</li><li>La rougeole peut être prévenue avec la vaccination.</li><li>Si vous pensez que votre enfant est atteint de rougeole et doit être examiné, il faut en parler à son médecin, à la clinique ou au service des urgences avant votre arrivée. Des précautions pourront être prises pour prévenir la propagation de l’infection à d’autres personnes.</li></ul><h2>Signes et symptômes de la rougeole</h2> <figure> <span class="asset-image-title">L’éruption cutanée causée par la rougeole</span> <img alt="Torso of child with measles rash" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_torso_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /> <figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée de la rougeole apparaît d’abord sur le visage et se propage vers le bas du corps jusqu’aux pieds.</figcaption></figure> <p>Les symptômes courants de la rougeole comprennent :</p><ul><li>une fièvre qui dure quelques jours;</li><li>une toux, un écoulement nasal, des yeux rouges et larmoyants (<a href="/article?contentid=782&language=french">conjonctivite</a>);</li><li>une éruption cutanée qui commence par le visage, dans le haut du cou et derrière les oreilles, et qui se répand ensuite vers le bas du corps avant de s’étendre vers les bras, les mains, les jambes et les pieds.</li></ul><p>Après cinq jours environ, l’éruption cutanée s’estompe dans le même ordre où elle est apparue.</p><h2>Propagation de la rougeole</h2> <figure> <span class="asset-image-title">Gros plan sur des éruptions cutanées dues à la rougeole</span> <img alt="Gros plan sur des éruptions cutanées dues à la rougeole" src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Measles_closeup_MEDIMG_PHO_EN.jpg" /> <figcaption class="asset-image-caption">L’éruption cutanée caractéristique de la rougeole est rouge et en taches.</figcaption> </figure> <p>La rougeole est une maladie très contagieuse. Elle se propage très facilement d’une personne à l’autre et peut aussi se répandre dans l’air.</p><p>Le virus de la rougeole vit dans le nez et dans la gorge des personnes infectées. Quand une personne infectée éternue ou tousse, elle projette des gouttelettes dans l’air. Le virus peut rester présent dans l’air ou se déposer sur des surfaces à proximité; le virus peut alors encore se propager pour une durée pouvant atteindre deux heures. Le fait de se trouver dans la même pièce ou d’être au même endroit qu’une personne atteinte de rougeole, même pour une courte durée, peut être suffisant pour transmettre l’infection à une personne qui n’a pas été vaccinée. C’est pourquoi les parents doivent appeler avant d’aller consulter leur médecin, d’aller à la clinique ou au service des urgences lorsqu’ils suspectent que leur enfant est atteint de rougeole, pour que des précautions soient mises en place pour empêcher que la maladie se propage davantage.</p><p>Les personnes qui ont la rougeole sont en général contagieuses à partir de quatre jours avant les premières éruptions cutanées et le restent jusqu’à quatre jours après leur apparition. Les enfants qui ont des problèmes immunitaires restent souvent contagieux beaucoup plus longtemps.</p><h2>Comment la rougeole est-elle diagnostiquée?</h2><p>Le diagnostic de la rougeole repose sur l’examen physique de l’enfant. Il arrive aussi que le médecin demande des analyses de sang ou des prélèvements viraux du nez ou de la gorge. Si vous pensez que votre enfant a la rougeole, appelez le médecin de votre enfant, la clinique ou le service des urgences avant de vous y rendre afin que l’infection ne se transmette pas à d’autres patients sur les lieux.</p><h2>Complications en lien avec la rougeole</h2><p>Les complications sont dangereuses et plus fréquentes chez les jeunes enfants. Un quart environ des enfants de moins de 5 ans qui contractent la rougeole doivent être hospitalisés. Certains enfants infectés par le virus de la rougeole auront aussi une <a href="/article?contentid=8&language=french">otite</a>, de la <a href="/article?contentid=7&language=french">diarrhée</a>, voire une <a href="/article?contentid=784&language=french">pneumonie</a>.</p><p>Dans de rares cas, certains enfants atteints de rougeole développent également une inflammation ou une infection du cerveau appelée encéphalite. Les cas graves d’encéphalite peuvent être à l’origine de convulsions, d’une perte auditive ou de lésions cérébrales, voire entraîner la mort.</p><p>Les enfants qui ont une carence en vitamine A et qui attrapent la rougeole risquent de perdre la vue.</p><h2>Prendre soin de votre enfant à domicile</h2><p>Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole. Vous pouvez aider votre enfant en essayant de rendre sa situation la plus confortable possible.</p><h3>Contrôle de la fièvre</h3><p>Vous pouvez traiter la fièvre avec de l’<a href="/article?contentid=62&language=french">acétaminophène</a> ou de l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a>. Ne donnez pas d’<a href="/article?contentid=77&language=french">AAS</a> (acide acétylsalicylique, Aspirine) à des enfants.</p><h3>Isolez votre enfant et laissez-le se reposer au lit</h3><p>Votre enfant ne peut pas aller à l’école ni à la garderie avant au moins cinq jours après l’apparition des taches rouges. Au Canada, les cas de rougeole sont signalés à l’Agence de la santé publique. Celle-ci communiquera avec vous pour vous indiquer quand votre enfant pourra reprendre sans risque sa routine quotidienne.</p><h3>Donnez des liquides à votre enfant</h3><p>Offrez fréquemment de l’eau et d’autres boissons à votre enfant.</p><h2>Prévention de la rougeole</h2><p>Dans de nombreux pays, le vaccin contre la rougeole est offert gratuitement. Les enfants le reçoivent en deux doses, par injection.</p><ul><li>La première dose est habituellement administrée peu de temps après le premier anniversaire de votre enfant.</li><li>La deuxième dose est habituellement administrée lorsque votre enfant commence la maternelle.</li></ul><p>La rougeole est comprise dans le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) et dans le vaccin antirougeoleux, antiourlien, antirubéoleux et antivaricelle (RROV). Parlez à votre médecin du vaccin ROR ou du RROV si vous ou votre enfant n’avez pas reçu tous vos vaccins contre la rougeole.</p><p>Dans la plupart des cas, la vaccination protège l’enfant contre la rougeole. La vaccination prévient aussi les complications de la maladie comme des infections graves des poumons et l’encéphalite.</p><h3>Réactions au vaccin</h3><p>Quand ils reçoivent le vaccin contre la rougeole, certains enfants manifestent des symptômes bénins de la maladie. C’est normal. Si cela se produit, des taches rosées apparaissent en général 7 à 10 jours après le vaccin. Cette éruption cutanée dure environ 3 jours. Il arrive aussi que l’enfant ait un peu de fièvre et de légères douleurs articulaires pendant cette période. Si ces symptômes vous inquiètent, appelez le médecin de votre enfant.</p><h3>Importance du vaccin contre la rougeole</h3><p>Depuis l’introduction du vaccin contre la rougeole au Canada, le nombre estimé de cas de rougeole est passé de 400 000 par an en 1963 à seulement 29 cas en 2018.</p><p>Dans les pays où le vaccin est gratuit et facile à obtenir, la vaccination a contribué à réduire les infections par le virus de la rougeole à des taux très bas. Cependant, la rougeole est encore fréquente dans de nombreux endroits du monde et parce que ce ne sont pas tous les enfants qui se font vacciner, la rougeole est de plus en plus fréquente dans de nombreux pays qui avaient auparavant de bas niveaux d’infection. Vous, votre enfant et votre famille devriez être vaccinés contre la rougeole pour vous protéger de la maladie et de ses complications, surtout si vous voyagez à l’étranger. Dans certains cas, la vaccination peut être recommandée dès l’âge de six mois. Si une dose du vaccin contre la rougeole est administrée hâtivement, une deuxième et une troisième doses seront tout de même nécessaires, conformément à l’échéancier habituel. Contactez le médecin de votre enfant avant de partir en voyage.</p><h2>Quand consulter un médecin</h2><p>Appelez le médecin habituel de votre enfant si :</p><ul><li>la fièvre de votre enfant ne diminue pas après quatre jours suivant l’apparition des taches rouges;</li><li>la toux de votre enfant s’aggrave;</li><li>les oreilles de votre enfant commencent à lui faire mal.</li></ul><p>Emmenez votre enfant au service d’urgence le plus près ou composez le 911 si votre enfant :</p><ul><li>a le souffle court ou se met à respirer bruyamment de façon persistante;</li><li>montre un changement de comportement ou des problèmes de mouvement;</li><li>a des convulsions;</li><li>a des maux de tête importants ou vomit de façon persistante.</li></ul><p>Si vous pensez que votre enfant a la rougeole, appelez au cabinet du médecin de votre enfant, à la clinique ou au service des urgences avant de vous y rendre afin que des précautions soient prises pour que l’infection ne se transmette pas à d’autres.</p> La rougeole est une infection causée par un virus. Apprenez les symptômes et les causes de la rougeole et comment il peut être évité. Main
ConjonctiviteConjonctivitePink eye (conjunctivitis)CFrenchOphthalmologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)EyesNervous systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Eye discomfort and redness2010-03-05T05:00:00Z6.0000000000000072.0000000000000843.000000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Un aperçu des causes, des symptômes et des traitements de la conjonctivite, une infection courante de l’œil chez les enfants.</p><h2>Qu’est ce qu’une conjonctivite?</h2> <p>Une conjonctivite est une inflammation de la fine membrane (conjonctive) qui recouvre la partie blanche de l’œil (la sclère). Cette membrane devient rose ou rouge. </p> <p>La conjonctivite est le plus souvent causée par un virus, mais elle peut aussi l’être par une infection bactérienne ou une réaction allergique.</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>La conjonctivite est le plus souvent causée par une infection virale associée au rhume, mais elle peut aussi l’être par une infection bactérienne ou une réaction allergique.</li> <li>Les enfants qui ont une conjonctivite aiguë contagieuse bactérienne devraient utiliser des gouttes ophtalmiques antibiotiques ou une pommade , ce qui n’est pas nécessaire dans le cas de la conjonctivite aiguë contagieuse virale.</li> <li>Vous pouvez prévenir la propagation des conjonctivites aiguës contagieuses virale et bactérienne en vous lavant bien les mains et en utilisant un désinfectant pour les mains à base d’alcool.</li> <li>La conjonctivite n’est pas supposée endommager la vision d’un enfant à long terme.</li> <li>consulter un professionnel de la santé si la vision de votre enfant change, si la rougeur persiste, si son œil lui fait mal ou si sa paupière enfle.</li> </ul><h2>Signes et symptômes de la conjonctivite</h2><p>Votre enfant peut présenter les symptômes suivants :</p><ul><li>irritation de l’œil et de la conjonctive;</li><li>enflure légère des paupières;</li><li>irritation des yeux;</li><li>écoulement oculaire transparent ou de couleur jaune vert.</li></ul><p>La conjonctivite aiguë contagieuse virale touche habituellement les deux yeux. Votre enfant pourrait également afficher d’autres symptômes du rhume. Il est possible que votre enfant ait les yeux collés lorsqu’il se réveille. Les écoulements oculaires sont généralement transparents.</p><p>Au départ, la conjonctivite aiguë contagieuse bactérienne touche un seul œil. Vous pourrez remarquer un écoulement jaune ou vert. C’est ce qui cause la formation d’une croûte sur les paupières.</p><p>La conjonctivite allergique peut survenir si l’enfant est allergique à quelque chose dans l'environnement, comme le pollen d’herbe à poux ou des arbres, l’herbe, ou les animaux. Ce type de conjonctivite touche les deux yeux et n’entraîne pratiquement pas d’écoulement, voire aucun. Votre enfant pourrait avoir les yeux qui piquent et des larmoiements.</p><p>Les adolescents qui portent des verres de contact devraient les enlever. Consultez un fournisseur de soins de santé ou un spécialiste de la vue afin de déterminer si la rougeur est liée au port des verres de contact.</p><h2>Comment traiter la conjonctivite de votre enfant</h2> <p>La conjonctivite aiguë contagieuse virale peut durer de 1 à 2 semaines et ne nécessite pas de traitement médical. Elle devrait se diparaitre toute seule.</p> <p>On peut traiter la conjonctivite aiguë contagieuse bactérienne au moyen de gouttes ophtalmiques ou d’une pommade. Les symptômes s’améliorent habituellement dans un délai de 24 à 48 heures après le début du traitement. La conjonctivite contagieuse guérit habituellement en 5 à 7 jours.</p> <p>On peut traiter la conjonctivite allergique au moyen d’antihistaminiques administrés par voie orale (par la bouche) ou de gouttes ophtalmiques conçues spécialement pour traiter les symptômes d’allergie. Vous devriez discuter du choix du traitement avec le médecin de votre enfant.</p><h2>Prendre soin de votre enfant à la maison</h2> <h3>Prévenir la contamination</h3> <p>Les conjonctivites virales et bactériennes sont très contagieuses et peuvent facilement se propager :</p> <ul> <li>en entrant en contact avec l’œil infecté puis en touchant votre œil;</li> <li>en touchant des mains qui ont été en contact avec l’œil puis en touchant votre œil;</li> <li>en utilisant l’oreiller, la serviette, la débarbouillette, le maquillage ou les produits pour le visage d’une autre personne.</li></ul> <p>Si une personne proche est atteinte d’une conjonctivite bactérienne ou virale, évitez de lui prêter des objets qui touchent le visage ou les yeux. Lavez-vous bien les mains avec du savon et de l'eau, et utilisez un désinfectant pour les mains à base d'alcool afin d’empêcher la maladie de se propager. Évitez de mettre du désinfectant dans les yeux.</p> <h3>Nettoyer les yeux</h3> <p>Certains enfants se sentent mieux lorsque la croûte ou l’écoulement est rincé avec une compresse chaude. Appliquez une serviette ou une débarbouillette propre, chaude et humide sur l’œil infecté et essuyez délicatement l’écoulement ou la croûte. Utilisez une partie propre de la compresse chaque fois. Jetez cette dernière immédiatement ou mettez-la à laver. Lavez vos mains après avoir appliqué la compresse.</p> <p>Des gouttes ophtalmiques salines ou apaisantes peuvent également être utilisées pour rincer les yeux et soulager les démangeaisons. Demandez conseil à votre pharmacien.</p> <p>La conjonctivite aiguë contagieuse peut être irritante, mais elle n’est habituellement pas douloureuse. Les enfants n’ont habituellement pas besoin de prendre des analgésiques.</p> <h3>Réduire la propagation de l’infection</h3> <p>Les enfants qui ont une conjonctivite virale sont contagieux comme le sont les enfants qui ont le rhume. Le virus peut se propager en toussant ou en éternuant. La conjonctivite virale peut durer jusqu’à deux semaines. Il n’est pas nécessaire d’empêcher votre enfant d’aller à l’école ou à la garderie pendant toute cette période.</p> <p>Les enfants qui ont une conjonctivite bactérienne peuvent retourner à l’école ou à la garderie 24 heures après avoir commencé à utiliser des gouttes ophtalmiques ou une pommade. Demandez à votre fournisseur de soins de santé s’il est nécessaire d’isoler votre enfant pendant une certaine période.</p> <p>Réduisez au minimum le risque de propagation de l’infection en assurant une bonne hygiène, comme décrit ci-dessus.</p> <p>Les enfants qui ont une conjonctivite allergique ne sont pas contagieux et peuvent aller à l’école ou à la garderie sans problème. </p><h2>À quel moment demander de l’aide médicale</h2> <p>Communiquez avec le médecin habituel de votre enfant si :</p> <ul> <li>celui-ci développe des symptômes de conjonctivite aiguë contagieuse;</li> <li>les symptômes de votre enfant durent plus de sept à dix jours.</li></ul> <p>Amenez votre enfant au service des urgences le plus près, ou composez le 9 1 1, si :</p> <ul> <li>la vision de votre enfant change;</li> <li>son œil lui fait mal;</li> <li>il est sensible à la lumière; </li> <li>ses paupières enflent.</li></ul> <p>Votre enfant pourrait remarquer que sa vision est parfois trouble; cela devrait se dissiper en clignant des yeux ou en éliminant les écoulements. La conjonctivite n’est jamais associée à une vision trouble ou à une diminution de la vision de façon constante. </p>pinkeyehttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/pink_eye.jpgMain
Angine streptococciqueAngine streptococciqueStrep throatAFrenchInfectious DiseasesPreschooler (2-4 years);School age child (5-8 years);Pre-teen (9-12 years)Mouth;Trachea;EsophagusMouth;Esophagus;TracheaConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)Fever;Sore throat2023-06-26T04:00:00Z1222.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>L’angine streptococcique est une infection de la gorge causée par la bactérie streptocoque. Renseignez-vous sur la façon de prendre soin de votre enfant.<br></p><h2>En quoi consiste l'angine streptococcique?</h2><p>L’angine streptococcique est une infection de la gorge causée par une forme de bactérie appelée streptocoque. </p><p>L’angine streptococcique est plus courante chez les enfants d'âge scolaire. </p><p>Le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A (SGA) constitue la principale bactérie à l’origine de cette infection. Cette bactérie peut aussi entraîner des complications dans d’autres parties de l’organisme.<br></p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>La fièvre et le mal de gorge constituent les principaux symptômes de l’angine streptococcique.</li> <li>Si vous soupçonnez que votre enfant souffre d'une angine streptococcique, amenez-le chez un fournisseur de soins de santé pour un prélèvement de gorge.​</li> <li>Assurez-vous que votre enfant termine tous les antibiotiques qui lui sont prescrits afin de prévenir une récidive et des complications.</li> <li>Servez des aliments mous et des boissons froides à votre enfant et, au besoin, donnez-lui des analgésiques pour soulager la douleur.</li> <li>Assurez-vous que tous les autres membres de la famille ainsi que les contacts relatifs consultent leur fournisseur de soins de santé s’ils présentent des symptômes de l’infection.</li> </ul><h2> Signes et symptômes de l’angine streptococcique<br></h2><p>Les symptômes de l’angine streptococcique sont semblables à ceux d’un mal de gorge causé par un virus ou d’autres maladies. Voici les symptômes les plus courants :</p><ul><li> <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=30&language=french">fièvre</a>,</li><li><a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=748&language=french">mal de gorge</a>,</li><li>ne pas vouloir boire ou manger à cause de la douleur,</li><li>difficulté à avaler,</li><li><a href="https://www.aboutkidshealth.ca//fr/article?contentid=748&language=french">amygdales rouges et enflées</a>, parfois couvertes d’une substance jaune-blanc.</li></ul><p>Certains enfants peuvent présenter d’autres symptômes comme un <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=29&language=french">mal de tête</a>, la nausée, des vomissements et des douleurs abdominales et musculaires. </p><h2>Réduire la propagation de l’infection​</h2><p>Comme l’angine streptococcique se propage facilement, votre enfant risque de la transmettre aux autres membres de la famille et à ses camarades de classe. Tout enfant ou adulte habitant à votre domicile qui présente des symptômes de l’infection dans les cinq jours qui suivent le diagnostic chez votre enfant devrait avoir un prélèvement de gorge. </p><p>L'infection de votre enfant ne sera plus contagieuse 24 heures après avoir commencé à prendre les antibiotiques. Il pourra donc retourner à l'école après un jour de traitement antibiotique s'il se sent mieux.<br></p><h3>Pour prévenir la propagation de l'infection, votre enfant :</h3><ul><li>doit <a href="/article?contentid=1981&language=french">se laver les mains</a> avec de l’eau chaude et du savon ou un désinfectant à base d’alcool servant à cette fin,<br></li><li>ne doit pas partager ses verres ou ses autres ustensiles de table avec ses amis ou ses camarades de classe (pour votre part, assurez-vous de laver les verres et les autres ustensiles de table que votre enfant utilise à l’eau chaude savonneuse ou au lave-vaisselle),</li><li>doit éternuer dans son coude ou se couvrir la bouche et le nez lorsqu’il tousse,</li><li>doit éviter les baisers et d’approcher le visage trop près de celui d’autres personnes jusqu’à ce que l’infection disparaisse.​</li></ul><h2>Comment l’angine streptococcique est-elle diagnostiquée? </h2><p>L'angine streptococcique ne peut pas être diagnostiquée en regardant la gorge de votre enfant. Le diagnostic doit être confirmée par un prélèvement de gorge. Cela se fait en frottant un écouvillon (bâtonnet ouaté long et mince) le long des parois latérales et à l’arrière de la gorge de votre enfant. L’écouvillon sera ensuite acheminé au laboratoire où un test sera réalisé afin de savoir si l’infection est due au SGA. Votre médecin obtiendra​ les résultats au bout d’une journée ou deu​x. </p><p>Certaines cliniques médicales peuvent avoir recours à un test de dépistage rapide (dont on obtient les résultats en quelques minutes) pour déterminer si une personne est atteinte d’angine streptococcique. Cette technique n’est utile que s’il révèle la présence de la bactérie streptocoque (ce qui s’appelle un résultat positif). Un résultat négatif n’exclut pas le diagnostic d’angine à streptocoque. En cas de résultat négatif, un prélèvement de gorge devrait être envoyé à un laboratoire pour confirmer que votre enfant n'est pas atteint de l'angine streptococcique.</p><p>Un prélèvement de la gorge est très important au diagnostic de l’angine streptococcique, car ses symptômes sont similaires à ceux de la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=748&language=french">pharyngite virale</a>, qui ne peut pas être traitée au moyen d’antibiotiques.</p><h2>Comment l’angine streptococcique est-elle traitée? </h2><p>Si le test de dépistage rapide ou le prélèvement de gorge est positif pour le SGA, le médecin prescrira des antibiotiques oraux (pris par la bouche) à votre enfant. Même si l’angine streptococcique peut disparaître seule, l’infection au SGA non traitée peut entraîner des complications. </p><h2>Complications de l’angine streptococcique </h2><h3>Abcès de la gorge</h3><p>Une des complications de l’angine streptococcique consiste en la formation d'un abcès dans la gorge (accumulation de pus dans les tissus de la gorge). Les symptômes habituels d’un abcès sont une forte fièvre, une voix caverneuse, des difficultés à ouvrir la bouche, la production accrue de salive et de bave et l’enflure du cou. Si vous observez ces symptômes, consultez un fournisseur de soins de santé. </p><h3>Fièvre rhumatismale </h3><p>Une autre complication de l’angine streptococcique qui est toutefois rare est la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=2315&language=french">fièvre rhumatismale</a>. Celle-ci est une maladie pouvant toucher la peau, les articulations, le cœur et le cerveau. Le traitement de l’angine streptococcique au moyen d’antibiotiques prévient presque toujours cette maladie.</p><h3>Autres complications </h3><p>L’inflammation des articulations (arthrite) ou des reins sont d’autres complications possibles. La bactérie SGA est aussi responsable de la <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=751&language=french">scarlatine</a> et cause parfois une infection cutanée appelée <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=796&language=french">impétigo</a>.</p><h2>Prendre soin de votre enfant à domicile </h2><h3>Atténuer la fièvre et les douleurs </h3><p>L’<a href="/Article?contentid=62&language=French">acétaminophène</a> ou l’<a href="/Article?contentid=153&language=French">ibuprofène</a> peut être utilisé pour calmer la fièvre ou la douleur. <a href="https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=77&language=french">L'AAS (acide acétylsalicylique)</a> ne devrait pas être donné aux enfants. </p><h3>Administrer tous les antibiotiques prescrits </h3><p>La fièvre et le mal de gorge s’atténuent habituellement trois jours après le début de la prise d’antibiotiques. Toutefois, même si votre enfant semble se sentir mieux, il est très important qu’il prenne tous les antibiotiques prescrits. Cela permettra de prévenir la récurrence et les complications de l’infection. </p><h3>Proposer des aliments mous et des liquides à votre enfant </h3><p>Il peut être douloureux pour un enfant qui est atteint d'angine streptococcique de manger et de boire. Voici des conseils qui vous permettront de mettre le vôtre plus à l’aise.</p><ul><li>Si votre enfant a du mal à avaler, donnez-lui des aliments mous qui sont faciles à avaler, comme de la soupe, de la crème glacée, de la crème-dessert (pouding) ou du yogourt.</li><li>Faites-le boire quantité de liquides. Siroter à l’aide d’une paille ou d’une tasse à bec peut l’aider.</li><li>Si votre enfant a plus de 12 mois, essayez de lui donner une à deux cuillères à thé (5 à 10 ml) de miel pasteurisé pour apaiser le mal de gorge et réduire la toux.</li><li>Les enfants plus âgés peuvent tenter de se gargariser avec de l'eau chaude salée.</li></ul><p>Les glaçons et les pastilles peuvent aussi procurer un certain soulagement chez les enfants plus âgés ou les adolescents. N’en donnez cependant pas aux tout-petits qui risquent de s’étouffer. </p><h2>Quand consulter un médecin </h2><p>Communiquez avec le fournisseur de soins de santé habituel de votre enfant si : </p><ul><li>la fièvre ne disparaît pas dans les trois jours suivant le début de la prise des antibiotiques,</li><li>vous observez chez lui des symptômes parmi les suivants : fièvre, éruption cutanée, enflure des articulations ou de la difficulté à boire des liquides ou à garder les liquides.</li></ul><p>Amenez votre enfant au service des urgences le plus près ou composez le 911 :</p><ul><li>s’il a de la difficulté à respirer ou de l'essoufflement.</li></ul>strepthroathttps://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/strep_throat.jpgAngine streptococciqueMain

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors