Traitement d’autres types de tumeursTTraitement d’autres types de tumeursTreatment of other tumour typesFrenchNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemDrug treatment;Non-drug treatmentAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPCUte Bartels, MD10.000000000000045.0000000000000951.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Examen approfondi des possibilités de traitement pour les autres types de tumeurs comme les adénomes hypophysaires, les schwannomes, les méningiomes et les TPN.</p><p>Il existe plusieurs autres types de tumeurs cérébrales qui nécessiteront différents traitements en fonction de la localisation, de la taille et du type des tumeurs.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>D’autres types de tumeurs pourraient nécessiter une intervention chirurgicale, des stéroïdes, de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou une combinaison de ces traitements.</li></ul>
Treatment of other tumour typesTTreatment of other tumour typesTreatment of other tumour typesEnglishNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemDrug treatment;Non-drug treatmentAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPCUte Bartels, MD10.000000000000045.0000000000000951.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>An in-depth look at treatment possibilities for other tumour types such as a pituitary adenoma, a schwannoma, a meningioma, and PNETs.</p><p>There are several other types of brain tumours which will require different treatments depending on their location, size and type.</p><h2>Key points</h2> <ul><li>Other types of brain tumours may require surgery, steroids, chemotherapy, radiation, or some combination of these treatments.</li></ul>

 

 

Traitement d’autres types de tumeurs1374.00000000000Traitement d’autres types de tumeursTreatment of other tumour typesTFrenchNeurology;OncologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemDrug treatment;Non-drug treatmentAdult (19+)NA2009-07-10T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPCUte Bartels, MD10.000000000000045.0000000000000951.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Examen approfondi des possibilités de traitement pour les autres types de tumeurs comme les adénomes hypophysaires, les schwannomes, les méningiomes et les TPN.</p><p>Il existe plusieurs autres types de tumeurs cérébrales qui nécessiteront différents traitements en fonction de la localisation, de la taille et du type des tumeurs.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>D’autres types de tumeurs pourraient nécessiter une intervention chirurgicale, des stéroïdes, de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou une combinaison de ces traitements.</li></ul><h2>Tumeurs primitives neuroectodermales (TPN)</h2><p>Chez les enfants, une tumeur cérébrale sur cinq est une tumeur primitive neuroectodermale (TPN). Il s’agit de tumeurs à croissance rapide. Elles peuvent souvent se répandre par le liquide céphalorachidien (LCR). On les retrouve souvent à l’arrière de l’encéphale, dans le cervelet. </p><h2>Types de TPN</h2><h3>Médulloblastomes</h3><p>Un médulloblastome est un type de tumeur primitive neuroectodermale (TPN) qui se trouve à l'arrière de l'encéphale, dans le cervelet. Il s'agit de la tumeur cérébrale cancéreuse la plus fréquente chez les enfants. On la diagnostique habituellement chez les enfants âgés de quatre à huit ans, et elle est plus fréquente chez les garçons. Divers types de médulloblastomes, comme les desmoplastiques, ceux à grandes cellules ou les anaplasiques, peuvent se comporter de façon différente.</p><p>Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la section <a href="/article?contentid=1314&language=French">À propos des médulloblastomes</a>.</p><h3>TPN sustentorielles</h3><p>Ces tumeurs se développent dans la partie supérieure de l'encéphale, dans le cerveau, et elles sont cancéreuses (malignes). Elles sont habituellement plus virulentes que les médulloblastomes. On les traite par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Quand elle se développe dans la région pinéale, on nomme cette tumeur un pinéoblastome. </p><h2>Gliome de haut grade</h2><p>L'expression « haut grade » signifie que le gliome croît rapidement et que, souvent, il envahira des tissus sains. On le considère comme un cancer (malin). Ces tumeurs sont rares chez les enfants. Par exemple, les astrocytomes anaplasiques (grade 3) et les glioblastomes multiformes (grade 4) sont des gliomes de haut grade. On les traite habituellement par la chirurgie, qui est presque toujours suivie de radiothérapie et de chimiothérapie. </p><h2>Tumeurs des cellules germinales</h2><p>Ces types de tumeurs se produisent surtout dans la région au-dessus de l'hypophyse (région suprasellaire) ou la région pinéale de l'encéphale. Il existe deux principaux types de tumeurs des cellules germinales : les germinomes et les tumeurs des cellules germinales non germinomateuses (aussi connues sous le nom de tumeurs des cellules germinales sécrétrices). Les germinomes sont le type le plus fréquent. Pendant le développement normal d'un bébé, une cellule germinale se développe pour devenir un ovule (chez les filles) ou un spermatozoïde (chez les garçons). Dans de rares cas, ces cellules demeurent dans une mauvaise partie du corps du bébé, comme l'encéphale, où elles peuvent produire une tumeur. Ces tumeurs peuvent se répandre à d'autres parties de l'encéphale ou de la moelle épinière par le liquide céphalorachidien (LCR). On appelle aussi les tumeurs des cellules germinales des tumeurs sécrétrices, car elles produisent des substances nommées marqueurs de tumeurs, comme la protéine alpha-foetoprotéine ou l'hormone beta-gonadotrophine chorionique humaine (BhCG). </p><p>On traite la plupart des tumeurs germinales par une combinaison de chirurgie, de chimiothérapie et de radiothérapie.</p><h2>Tumeurs du plexus choroïde</h2><p>Le plexus choroïde est un pli dans la paroi de la surface des ventricules, les canaux creux de l'encéphale. Le plexus choroïde produit du liquide qui remplit ces canaux creux. Ces tumeurs s'observent le plus souvent chez les enfants âgés de moins de deux ans. Il existe deux types de tumeurs dans le plexus choroïde. Le papillome du plexus choroïde est une tumeur bénigne qui peut bloquer la circulation du liquide céphalorachidien (LCR). Il en résulte une hydrocéphalie et une pression intracrânienne accrue. On le traite par la chirurgie, bien que certains enfants puissent aussi nécessiter un shunt. Le carcinome du plexus choroïde est une tumeur maligne. Il peut se répandre aux tissus avoisinants et dans le LCR. La chirurgie est essentielle dans le traitement des carcinomes du plexus choroïde. Si la tumeur ne peut pas être entièrement retirée pendant la première opération, on se sert de la chimiothérapie pour aider à achever son retrait. </p><h2>Méningiome</h2><p>Il s'agit d'une rare tumeur bénigne chez les enfants, mais elle est plus courante chez les adultes. Elle se développe habituellement à l'intérieur du crâne, mais à l'extérieur de l’encéphale, dans les méninges. Une personne atteinte de neurofibromatose de type 2 est plus à risque de développer un méningiome. On peut retirer cette tumeur au moyen d'une chirurgie. On pourrait utiliser la radiothérapie si la tumeur n'est pas entièrement retirée, ou si elle croît rapidement.</p><h2>Adénome hypophysaire</h2><p>Il s'agit d'une rare tumeur bénigne de l'hypophyse, qui se trouve au centre de l'encéphale. Cette glande importante libère des messagers chimiques, soit les hormones. Ces hormones contrôlent d'autres glandes du corps. L'hypophyse libère aussi des hormones qui contrôlent la croissance et l'équilibre hydrique. On diagnostique cette tumeur selon le taux d'hormones dans le sang. Il existe deux groupes d'adénomes hypophysaires. </p><h2>Types d’adénomes hypophysaires</h2><h3>Tumeur qui occupe de l’espace</h3><p>On nomme aussi ces tumeurs des tumeurs non sécrétrices. Elles peuvent empêcher l'hypophyse de libérer d'importantes hormones. On traite habituellement ces tumeurs par la chirurgie, et parfois par la radiothérapie. </p><h3>Tumeur sécrétrice d’hormones</h3><p>La plupart des adénomes hypophysaires sont sécréteurs d'hormones. Ils libèrent des hormones en quantités largement supérieures à la normale. Ces hormones excédentaires peuvent causer des problèmes. Le traitement se fonde souvent sur des antihormones. Voici des exemples de ce type de tumeur. </p><ul><li>Adénome à prolactine : Cette tumeur libère en trop grande quantité une hormone appelée prolactine dans le corps. Chez les femmes, il peut en résulter l'absence de menstruations, l'infertilité et la production de lait. Chez les hommes, il peut en résulter l'impuissance et la production de lait. </li><li>Adénome à hormones de croissance : Cette tumeur peut causer un gigantisme, car elle libère trop d'hormones de croissance dans le corps. Il en résulte une croissance rapide, des douleurs articulaires et musculaires, de la difficulté à faire de l'exercice et de la fatigue. La tumeur peut aussi causer d'autres problèmes, comme le diabète sucré, des troubles du rein et une pression artérielle élevée. </li><li>Adénome corticotrope : Cette tumeur produit trop de corticotrophine. La corticotrophine fait en sorte que la glande surrénale produit trop de cortisol, une autre hormone. Le cortisol affecte la capacité du corps de bien réagir aux blessures et aux infections. Il peut aussi occasionner un changement de la façon dont le gras est distribué dans le corps (apparence cushingoïde). </li></ul><h2>Tumeur dysembryoplasique neuroépithéliale (TDN)</h2><p>Il s'agit d'une tumeur bénigne qui se trouve habituellement dans la partie externe de l'encéphale supérieur, soit la région sustentorielle. L'épilepsie est un symptôme fréquent. On traite cette tumeur par la chirurgie. </p><h2>Schwannome</h2><p>Il s'agit d'une tumeur bénigne à croissance lente dans les nerfs périphériques. Les personnes qui présentent une neurofibromatose de type 2 sont plus à risque de développer cette tumeur. </p><h2>Tumeurs rhabdoïdes</h2><p>Il s'agit d'un cancer rare à croissance rapide qui atteint le système nerveux central (SNC) ou les reins. Il se déclare habituellement chez de jeunes enfants âgés de moins de deux ans. On le traite par la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.</p><br>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.