Cancer secondaire après le traitement des tumeurs cérébralesCCancer secondaire après le traitement des tumeurs cérébralesSecondary cancer after a brain tumourFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemConditions and diseasesAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC9.0000000000000052.0000000000000458.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements importants sur l’occurrence de cancer secondaire chez votre enfant. Réponses dignes de confiance des hôpitaux pédiatriques canadiens.</p><p>Certains traitements comportent un faible risque qu’une nouvelle tumeur ou un nouveau cancer se développe. Ce risque est supérieur à celui de la population en général, mais il demeure très bas. Le risque de nouveau cancer dépend du type de traitement, de l’âge de l’enfant au moment du traitement, du sexe de l’enfant et de la présence de conditions génétiques qui font augmenter la possibilité qu’une personne développe un cancer. </p> <p>Les tumeurs cérébrales secondaires ne sont pas toutes malignes. Le type le plus fréquent de tumeur cérébrale secondaire est le méningiome, qui est bénin.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent modifier des cellules normales ce qui peut augmenter les risques que des cellules malignes se développent avec le temps.</li> <li>Dans certains cas, certains troubles génétiques peuvent être associés à des tumeurs cérébrales, augmentant le risque qu’une seconde tumeur se développe.</li> <li>Les enfants auront besoin d’examens de suivi et de dépistage réguliers tout au long de leur vie afin de détecter les problèmes potentiels de manière précoce.</li> <li>Un mode de vie sain est important afin de prévenir les cancers à l’âge adulte.</li></ul>
Secondary cancer after a brain tumourSSecondary cancer after a brain tumourSecondary cancer after a brain tumourEnglishNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemConditions and diseasesAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC9.0000000000000052.0000000000000458.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Important information concerning the occurance of secondary cancer in your child. Trusted Answers provided by Canadian Paediatric Hospitals.</p><p>Some treatments carry a small risk that a new tumour or cancer will develop. This risk is higher than the general population, but it is still quite low. The risk of a new cancer depends on the type of treatment, the age at treatment, the child’s sex, and also the presence of genetic conditions that increases a person’s chance of getting cancer. </p> <p>Not all secondary brain tumours are malignant. The most common type of secondary brain tumour is called a meningioma, which is benign. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>Radiation therapy and chemotherapy can cause changes in normal cells which may increase the risk of malignant cells developing over time.</li> <li>In some cases, certain genetic conditions can be connected to brain tumours increasing the chance of a second tumour developing.</li> <li>Children will need regular check-ups and screenings for their entire lives to detect any problems early.</li> <li>A healthy lifestyle is important for preventing adult cancers.</li></ul>

 

 

Cancer secondaire après le traitement des tumeurs cérébrales1432.00000000000Cancer secondaire après le traitement des tumeurs cérébralesSecondary cancer after a brain tumourCFrenchNeurologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainNervous systemConditions and diseasesAdult (19+)NA2009-08-14T04:00:00ZEric Bouffet, MD, FRCPC9.0000000000000052.0000000000000458.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Renseignements importants sur l’occurrence de cancer secondaire chez votre enfant. Réponses dignes de confiance des hôpitaux pédiatriques canadiens.</p><p>Certains traitements comportent un faible risque qu’une nouvelle tumeur ou un nouveau cancer se développe. Ce risque est supérieur à celui de la population en général, mais il demeure très bas. Le risque de nouveau cancer dépend du type de traitement, de l’âge de l’enfant au moment du traitement, du sexe de l’enfant et de la présence de conditions génétiques qui font augmenter la possibilité qu’une personne développe un cancer. </p> <p>Les tumeurs cérébrales secondaires ne sont pas toutes malignes. Le type le plus fréquent de tumeur cérébrale secondaire est le méningiome, qui est bénin.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent modifier des cellules normales ce qui peut augmenter les risques que des cellules malignes se développent avec le temps.</li> <li>Dans certains cas, certains troubles génétiques peuvent être associés à des tumeurs cérébrales, augmentant le risque qu’une seconde tumeur se développe.</li> <li>Les enfants auront besoin d’examens de suivi et de dépistage réguliers tout au long de leur vie afin de détecter les problèmes potentiels de manière précoce.</li> <li>Un mode de vie sain est important afin de prévenir les cancers à l’âge adulte.</li></ul>s traités pour des tumeurs cérébrales avaient 2 % de risques de développer un deuxième cancer après 20 ans. Dans le cadre de cette étude, on a suivi plus de 13 000 enfants atteints du cancer, y compris 1 779 enfants atteints de tumeurs cérébrales malignes qui avaient survécu au moins cinq années. <p></p> <p>Parmi les enfants traités avec succès pour une tumeur cérébrale, 24 ont développé un deuxième cancer. Il pouvait s’agir d’un gliome, d’un cancer du sein, d’un mélanome, d’un cancer des os et d’autres cancers. La moitié des nouveaux cas de cancer s’étaient développés dans les neuf années suivant le premier diagnostic. Les autres cas s’étaient développés après neuf années.</p> <h2>Quelles sont les causes?</h2> <p>Plusieurs facteurs peuvent contribuer au risque de développer un nouveau cancer.</p> <ul> <li>La radiothérapie peut causer des changements chez les cellules saines. Au fil du temps, le risque de développer des cellules malignes peut augmenter. En règle générale, plus la dose de rayonnement est élevée, plus les risques sont importants. Le risque de développer une autre tumeur cérébrale chez les personnes qui ont subi de la radiothérapie est sept fois plus élevé que chez la reste de la population. </li> <li>La chimiothérapie peut causer des changements chez les cellules saines. Au fil du temps, le risque de développer des cellules malignes peut augmenter. En particulier, on a déterminé que les agents alcoylants font augmenter les risques. Cette catégorie de médicaments comprend la cyclophosphamide, l’ifosfamide, la lomustine (CCNU), la carmustine (BCNU), les azotes de la moutarde et le thiopéta. En règle générale, plus la dose de rayonnement est élevée, plus les risques sont importants. Les agents alcoylants font augmenter le risque de leucémie.</li> <li>Il est possible qu’une nouvelle tumeur se serait formée quand même. De plus, certaines conditions génétiques familiales sont liées aux tumeurs cérébrales. Elles peuvent faire augmenter les risques de formation d’une deuxième tumeur. </li></ul> <h2>Comment dépiste-t-on les tumeurs?</h2> <p>Les enfants atteints de tumeurs cérébrales auront besoin d’un suivi régulier tout au long de leur vie. Bien que la probabilité de développer une nouvelle tumeur soit minime, les suivis peuvent permettre de rassurer et de détecter les problèmes rapidement.</p> <h2>Que peut-on faire?</h2> <p>Si une nouvelle tumeur se forme, il faudra préparer un nouveau plan de traitement. Le plan dépendra du type de tumeur.</p> <h2>Quelles seront les répercussions sur l’avenir de votre enfant?</h2> <p>Étant donné la légère augmentation de risques liés au cancer, il devient très important de faire des choix de mode de vie sains pour aider à prévenir les cancers habituellement associés aux adultes. Les conseils généraux que l’on donne aux adultes pour prévenir le cancer sont les suivants :</p> <ul> <li>ne pas fumer;</li> <li>faire de l’exercice plusieurs fois par semaine;</li> <li>garder un poids santé;</li> <li>manger sainement, y compris de quatre à six portions de fruits et légumes chaque jour; </li> <li>apprendre comment faire un auto-examen des seins ou des testicules, et le faire chaque mois;</li> <li>recevoir des examens de suivi réguliers;</li> <li>consommer de l’alcool avec modération;</li> <li>éviter l’exposition directe au soleil et utiliser un écran solaire, surtout sur la peau irradiée.</li></ul>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.