AboutKidsHealth (FR) AKH-Article

 

 

Traitement des troubles respiratoires chez les bébés prématurésTTraitement des troubles respiratoires chez les bébés prématurésTreatment of breathing problems in premature babiesFrenchNeonatology;RespiratoryPremature;Newborn (0-28 days);Baby (1-12 months)LungsRespiratory systemDrug treatment;Non-drug treatmentPrenatal Adult (19+)NA2009-10-31T04:00:00ZAndrew James, MBChB, MBI, FRACP, FRCPCJaques Belik, MD, FRCPC12.000000000000048.0000000000000600.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Lisez au sujet des différentes méthodes utilisées pour améliorer la respiration. L’efficacité de chacune dépend du type et de la gravité de la condition.<br></p><p>Puisque les poumons sont le dernier organe majeur à devenir matures dans l’utérus, les troubles respiratoires sont courants durant les premières heures et les premières journées de vie d’un bébé prématuré. Selon le type et la gravité de la condition, il y a plusieurs moyens par lesquels des traitements peuvent améliorer la respiration. En général, ces méthodes tentent d’améliorer l’échange gazeux dans les poumons et ainsi d'améliorer l’apport d’oxygène au corps.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Le traitement des problèmes respiratoires dépend de la gravité du trouble et du degré de prématurité du bébé.</li> <li>Des complications à la suite d’un traitement peuvent survenir, mais les risques associés sont habituellement bien connus et le personnel de l’unité néonatale des soins intensifs tâchera de les éviter.</li> <li>Les effets des traitements sont évalués à intervalles réguliers ou même en continu.<br></li></ul>
Treatment of breathing problems in premature babiesTTreatment of breathing problems in premature babiesTreatment of breathing problems in premature babiesEnglishNeonatology;RespiratoryPremature;Newborn (0-28 days);Baby (1-12 months)LungsRespiratory systemDrug treatment;Non-drug treatmentPrenatal Adult (19+)NA2009-10-31T04:00:00ZAndrew James, MBChB, MBI, FRACP, FRCPCJaques Belik, MD, FRCPC12.000000000000048.0000000000000600.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Read about several ways in which treatment can improve breathing. The effectiveness of each will depend on the type and severity of the problem.</p><p>Since the lungs are the last major organ system to mature in the womb, breathing complications are common during the first few hours and days of a premature baby’s life. Depending on the type and severity of the problem, there are several ways in which treatment can improve breathing. For the most part, these methods attempt to enhance gas exchange in the lung and therefore increase oxygen delivery to the body.</p><h2>Key points</h2> <ul><li>Treatment for breathing problems depend on the severity of the condition and upon the severity of prematurity of the baby .</li> <li>Complications from treatment may occur, but the risks are generally well known and NICU staff pay close attention to prevent them.</li> <li>Monitoring and various assessments are done frequently or even continuously to determine the effectiveness of treatments.</li></ul>

 

 

Traitement des troubles respiratoires chez les bébés prématurés1835.00000000000Traitement des troubles respiratoires chez les bébés prématurésTreatment of breathing problems in premature babiesTFrenchNeonatology;RespiratoryPremature;Newborn (0-28 days);Baby (1-12 months)LungsRespiratory systemDrug treatment;Non-drug treatmentPrenatal Adult (19+)NA2009-10-31T04:00:00ZAndrew James, MBChB, MBI, FRACP, FRCPCJaques Belik, MD, FRCPC12.000000000000048.0000000000000600.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Lisez au sujet des différentes méthodes utilisées pour améliorer la respiration. L’efficacité de chacune dépend du type et de la gravité de la condition.<br></p><p>Puisque les poumons sont le dernier organe majeur à devenir matures dans l’utérus, les troubles respiratoires sont courants durant les premières heures et les premières journées de vie d’un bébé prématuré. Selon le type et la gravité de la condition, il y a plusieurs moyens par lesquels des traitements peuvent améliorer la respiration. En général, ces méthodes tentent d’améliorer l’échange gazeux dans les poumons et ainsi d'améliorer l’apport d’oxygène au corps.</p><h2>À retenir</h2> <ul><li>Le traitement des problèmes respiratoires dépend de la gravité du trouble et du degré de prématurité du bébé.</li> <li>Des complications à la suite d’un traitement peuvent survenir, mais les risques associés sont habituellement bien connus et le personnel de l’unité néonatale des soins intensifs tâchera de les éviter.</li> <li>Les effets des traitements sont évalués à intervalles réguliers ou même en continu.<br></li></ul><p>De façon générale, les complications pulmonaires nuisent à la respiration, entraînant la détresse respiratoire. Souvent, on constate un taux d’oxygène plus faible et un taux de dioxyde de carbone plus élevé dans le sang. Les complications pulmonaires peuvent aussi nuire au cœur. Les poumons et le cœur sont interdépendants : les poumons fournissent le mécanisme pour l’échange gazeux et le cœur fournit le mécanisme par lequel l’oxygène est livré à toutes les régions du corps. Puisque le cœur et les poumons sont interdépendants, les troubles du fonctionnement des poumons peuvent nuire à l’action physique du cœur et vice versa.</p><p>Cela étant dit, la gestion et le traitement des troubles pulmonaires visent à en arriver au taux approprié d’oxygène dans le sang, en améliorant l’échange gazeux qui se produit dans les poumons. Malheureusement, des poumons affaiblis, immatures, ou endommagés ne peuvent être poussés au-delà d’une certaine limite; passé cette limite, l’effort pour améliorer la quantité d’oxygène dans le sang en traitant les poumons peut entraîner des lésions qui peuvent endommager les poumons ou les empirer. Le traitement des poumons doit tenir compte de l’équilibre entre l’avantage d’améliorer les niveaux d’oxygène et le risque d’occasionner des lésions aux poumons dans le processus, lésions qui pourraient être permanentes.</p><h2>Monitorage et évaluation de l’efficacité du traitement</h2><p>Les effets des traitements sont évalués à intervalles fréquents. Puisque le but est l’amélioration de la livraison de l’oxygène et l’expulsion du dioxyde de carbone du sang, qui sont les fonctions primaires des poumons, les mesures des taux de ces gaz dans le sang sont fréquentes et plus ou moins continuelles.</p><p>Dans la plupart des cas, la quantité d’oxygène dans le sang, appelée saturation d’oxygène, peut être mesurée à l’aide d’un test appelé oxymétrie de pouls, évitant ainsi d’avoir à prélever du sang à répétition pour déterminer les taux gazeux du sang. Dans l’oxymétrie de pouls, un long fil mince est attaché à un moniteur. Ce fil est branché à un capteur qui est habituellement placé sur le doigt ou l’orteil du bébé. La sonde a une petite lumière rouge d’un côté et un détecteur de l’autre. La lumière traverse le doigt ou l’orteil du bébé et est captée par le détecteur de l’autre côté. De cette façon, le détecteur peut mesurer le taux d’oxygène dans le sang.</p><p>Le taux de dioxyde de carbone peut aussi être surveillé en utilisant un moniteur non effractif muni d’une sonde spéciale qui est posée sur la peau. La sonde peut évaluer la quantité de dioxyde de carbone dans le circuit sanguin.</p><h2>Thérapie de remplacement du surfactant</h2><p>Le surfactant, une substance naturellement produite, est une sorte de liquide, mousseux et gras, qui agit comme un lubrifiant dans les poumons. Sans lui, les poches d’air auraient de la difficulté à demeurer ouvertes parce qu’elles colleraient ensemble. Le surfactant permet à ces poches de demeurer ouvertes.</p> <span class="asset-image-title">Fonctionnement des surfactants</span> <p>Le surfactant apparaît généralement dans les poumons du fœtus vers la 24e semaine de grossesse et augmente vers son niveau complet vers la 37e semaine. Si le bébé prématuré manque de surfactant, on peut lui donner du surfactant artificiel.</p><p>Le surfactant est donné au moyen d’un tube pharyngé ou d’une canule qui est insérée dans la trachée, soit immédiatement à la naissance dans le cas des grands prématurés, ou plus tard une fois que des troubles respiratoires se soient manifestés. Le surfactant est administré par la trachée pendant quelques minutes. Pendant ce temps, le bébé sera tourné et déplacé pour essayer de distribuer le surfactant dans toutes les parties des poumons. Selon la gravité de la condition pulmonaire, le surfactant peut être administré plus d’une fois.</p><p>La thérapie de remplacement du surfactant ne peut pas commencer avant que la respiration ait été stabilisée, peut être par une ventilation artificielle, et que l’équipement de monitorage adéquat ait été mis en place.</p><h2>Traitement du poumon immature</h2><p>Les grands prématurés qui sont atteints de détresse respiratoire, mais qui ne démontrent aucune raison particulière pour cette détresse, peuvent avoir des poumons immatures. Si le bébé ne répond pas au traitement de remplacement du surfactant, cela peut être un autre signe de poumons immatures. Bien que les poumons immatures puissent sembler normaux sur une radiographie, les alvéoles, soit les petites poches d’air qui forment la doublure du poumon où les échanges gazeux s’opèrent, peuvent ne pas s’être développées ou peuvent ne pas s’être développées suffisamment. Pour cette raison, le surfactant peut ne pas améliorer la respiration ou ne pas beaucoup l’améliorer. Voici ce qui peut être donné comme traitement aux bébés soupçonnés d’avoir des poumons immatures :</p><ul><li>la thérapie de remplacement de surfactant;</li><li>de l’oxygène; </li><li>la ventilation spontanée en pression positive continue (CPAP); </li><li>la ventilation artificielle.</li></ul><h2>Traitement du syndrome de détresse respiratoire</h2><p>Le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est caractérisé par une carence de surfactant dans les poumons du bébé. La condition est généralement progressive. Les troubles de respiration du bébé commencent dès la naissance et empirent avec le temps. La gravité du SDR et sa progression sont relatives à la prématurité des poumons. Tout comme pour la majorité des troubles affectant les bébés prématurés, plus le bébé est prématuré, plus il est probable que le SDR soit grave. Le traitement du SDR peut inclure la thérapie de remplacement du surfactant et l’apport d’oxygène d’appoint, en utilisant l’une de méthodes de ventilation suivante :</p><ul><li>la ventilation spontanée en pression positive continue (CPAP);</li><li>la ventilation artificielle conventionnelle;</li><li>la ventilation par oscillation à haute fréquence (HFO);</li><li>la jet ventilation à haute fréquence (JVHF).</li></ul> <figure class="asset-c-80"> <span class="asset-image-title">Rayons X du syndrome respiratoire aigu avant et après l'administration du surfactant</span><img src="http://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Respiratory_distress_surf_XRAY_MEDIMG_PHO_FR.png" alt="" /><figcaption class="asset-image-caption">Les premiers rayons X ont été pris avant l'administration du surfactant. Les rayons X révèlent que les poumons sont plutôt denses et blancs en raison de l'affaissement des alvéoles. La quantité d'air dans les poumons est très minime. Les deuxièmes rayons X ont été pris après l'administration du surfactant. Les poumons sont plus sombres puisqu'ils contiennent plus d'air.</figcaption> </figure> <h2>Traitement de la maladie pulmonaire chronique</h2><p>La maladie pulmonaire chronique se produit à la suite de lésions pulmonaires. La probabilité que la maladie pulmonaire chronique se manifeste est influencée par les événements pendant la grossesse ou la naissance, par le degré d’immaturité, par la condition sous-jacente des poumons, par l’exposition des poumons à de l’oxygène d’appoint, par l’utilisation de ventilation artificielle, et par la présence d’infection. Plus le bébé a besoin de l’oxygène d’appoint et de la ventilation artificielle, plus il est susceptible de développer la maladie pulmonaire chronique.</p><p>Environ 50 % des grands prématurés qui sont atteints du syndrome de détresse respiratoire (SDR) seront atteints de la maladie pulmonaire chronique dans une certaine mesure. À bien des égards, la maladie pulmonaire chronique est le prix à payer pour avoir survécu à la détresse respiratoire et à d’autres complications pulmonaires. Heureusement, les cas graves sont rares et la plupart des bébés croissent jusqu’à la maturité sans complications majeures à long terme. Alors que les poumons tentent de réparer les lésions associées au traitement du SDR, la force du ventilateur et l’oxygène supplémentaire nuisent au processus de guérison.</p><p>Le but du traitement de la maladie pulmonaire chronique consiste à maintenir un niveau acceptable d’oxygène dans le sang, sans occasionner de lésions additionnelles aux poumons.</p><p>Les bébés atteints de la maladie pulmonaire chronique ne peuvent pas être ventilés artificiellement. Si un bébé atteint de la maladie pulmonaire chronique est ventilé, étant donné que la ventilation est partiellement responsable des lésions aux poumons, les bébés atteints de la maladie pulmonaire chronique seront sevrés de la ventilation artificielle le plus rapidement possible. Dans certains cas, cela peut se traduire par une tolérance à des niveaux de plus élevés de dioxyde de carbone que la normale. Appelée hypercapnie permissive, cette approche est utilisée pour prévenir d'autres lésions aux poumons et pour favoriser la respiration spontanée. </p><p>Les bébés atteints de maladie pulmonaire chronique peuvent aussi être traités en utilisant une ou plusieurs des méthodes suivantes :</p><ul><li>Les diurétiques, qui sont des médicaments qui favorisent la miction et par conséquent aident à maintenir un bon équilibre des fluides. </li><li>Les bronchodilatateurs, qui aident à garder les voies aériennes ouvertes.</li><li>Les stéroïdes, qui peuvent réduire l’inflammation des voies aériennes.</li><li>La ventilation artificielle.</li><li>Les antibiotiques, si on soupçonne une infection des poumons, ou que celle-ci est confirmée.</li></ul> <h3>Maladie pulmonaire chronique et dysplasie bronchopulmonaire</h3><p>Les termes maladie pulmonaire chronique et dysplasie bronchopulmonaire (DBP) sont parfois utilisés pour décrire la même condition pulmonaire, bien qu’il y ait des différences.</p><p>Même si du tissu cicatriciel s’est formé dans les poumons dans les deux cas, la fibrose qui apparaît avec les lésions ne guérira pas normalement dans le cas de la DBP, ce qui fera raidir les poumons. De plus, les bébés atteints de DBP ont un risque plus élevé de problèmes cardiaques, en particulier le cœur pulmonaire ou une insuffisance du ventricule droit du cœur. Heureusement, la DBP est rare.</p><p>Bien que la maladie pulmonaire chronique ne puisse pas toujours être évitée malgré l’utilisation soignée des technologies de ventilation, les lésions causées, bien qu’elles ressemblent à celles de la DBP, ne sont pas nécessairement permanentes. Les bébés ayant une maladie pulmonaire chronique confirmée sont souvent traités avec de l’oxygène d’appoint et peuvent à l’occasion aller à la maison en ayant besoin d’oxygène pendant quelques semaines, voire quelques mois.</p>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.