Risques immédiats de l’intervention chirurgicale contre la scolioseRRisques immédiats de l’intervention chirurgicale contre la scolioseImmediate risks of scoliosis surgeryFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Vertebrae;SpineMuscular system;Skeletal systemProceduresAdult (19+)NA2008-06-01T04:00:00ZSandra Donaldson, BA;Andrew Howard, MD, MSc, FRCSC;James G. Wright, MD, MPH, FRCSC8.0000000000000057.00000000000001045.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez certaines complications qui peuvent se manifester après une intervention chirurgicale contre la scoliose. Des réponses fiables de la part de l’Hôpital pour les enfants malades.</p><p>Les risques immédiats de l’opération surviennent dans les premières semaines qui suivent l’intervention chirurgicale.</p><h2> À retenir </h2><ul><li> Les complications possibles après l’intervention chirurgicale contre la scoliose comprennent les complications causées par les transfusions sanguines, les complications neurologiques, les infections, les complications pulmonaires, le blocage des intestins, la formation de caillots sanguins dans les cuisses ou les jambes ainsi que de la douleur où ldes parties d’os ont été enlevées.</li><li> Les risques de complications sont de 1 à 2 %.</li></ul>
Immediate risks of scoliosis surgeryIImmediate risks of scoliosis surgeryImmediate risks of scoliosis surgeryEnglishOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Vertebrae;SpineMuscular system;Skeletal systemProceduresAdult (19+)NA2008-06-01T04:00:00ZSandra Donaldson, BA;Andrew Howard, MD, MSc, FRCSC;James G. Wright, MD, MPH, FRCSC8.0000000000000057.00000000000001045.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Read about some of the complications that can arise after having scoliosis surgery. Trusted answers from The Hospital for Sick Children.</p><p>Immediate risks of surgery are those risks that can occur within the few weeks after surgery. </p><h2>Key points</h2><ul><li>Possible complications after scoliosis surgery include complications from blood transfusions, neurologic complications, infection, lung complications, intestinal blockage, blood clots in the thighs or leg, pain where the bone chips are removed.</li><li>The risk of most of these complications is between 1 % to 2%.</li></ul>

 

 

Risques immédiats de l’intervention chirurgicale contre la scoliose2021.00000000000Risques immédiats de l’intervention chirurgicale contre la scolioseImmediate risks of scoliosis surgeryRFrenchOrthopaedics/MusculoskeletalChild (0-12 years);Teen (13-18 years)Vertebrae;SpineMuscular system;Skeletal systemProceduresAdult (19+)NA2008-06-01T04:00:00ZSandra Donaldson, BA;Andrew Howard, MD, MSc, FRCSC;James G. Wright, MD, MPH, FRCSC8.0000000000000057.00000000000001045.00000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Découvrez certaines complications qui peuvent se manifester après une intervention chirurgicale contre la scoliose. Des réponses fiables de la part de l’Hôpital pour les enfants malades.</p><p>Les risques immédiats de l’opération surviennent dans les premières semaines qui suivent l’intervention chirurgicale.</p><h2> À retenir </h2><ul><li> Les complications possibles après l’intervention chirurgicale contre la scoliose comprennent les complications causées par les transfusions sanguines, les complications neurologiques, les infections, les complications pulmonaires, le blocage des intestins, la formation de caillots sanguins dans les cuisses ou les jambes ainsi que de la douleur où ldes parties d’os ont été enlevées.</li><li> Les risques de complications sont de 1 à 2 %.</li></ul><h2>Complications après l’opération</h2> <p>Voici une liste des complications possibles et de leur manifestation probable.</p> <table class="akh-table"> <thead> <tr><th>Complication</th><th>Risque</th></tr> </thead> <tbody> <tr> <td>Acquérir une maladie transmissible par le sang par une transfusion</td> <td>VIH – 1 patient sur 10 millions<br>Hépatite C – 1 patient sur 3 millions</td> </tr> <tr> <td>Complications neurologiques, à savoir des problèmes dans le système nerveux</td> <td>Engourdissement, faiblesse, sensation anormale – de 1 % à 4 % des patients<br> Paralysie, c’est-à-dire perte de l’utilisation des jambes et (ou) de la fonction intestinale ou vésicale – moins de 1 % des patients.</td> </tr> <tr> <td>Infection</td> <td>Environ 2%</td> </tr> <tr> <td>Complications pulmonaires</td> <td>Si l’opération comprend des travaux sur la face antérieure de la colonne ou des côtes – 10%<br> Si l’opération met en cause des travaux sur la face postérieure seulement – moins de 1%.</td> </tr> <tr> <td>Infection urinaire</td> <td>Moins de 1%</td> </tr> <tr> <td>Complications gastro-intestinales (estomac et intestins)</td> <td>Syndrome de l’iléus et du mésentère supérieur – de 2% à 3%</td> </tr> <tr> <td>Thrombose veineuse profonde (caillot)</td> <td>Moins de 1%</td> </tr> <tr> <td>Complications générales</td> <td>Environ 13 % à 26 % des patients aura l’une ou l’autre de ces complications</td> </tr> </tbody> </table> <h3>Complications de transfusions sanguines</h3> <p>L’opération pour la scoliose comprend une perte sanguine. Votre adolescent pourrait avoir besoin de <a href="/Article?contentid=1107&language=French">transfusions sanguines</a> pour remplacer cette perte. Le fait de recevoir du sang qui provient d’une banque de sang comporte certains risques, comme celui de contracter le VIH (sida) ou le virus de l’hépatite C. La probabilité de contracter le VIH (sida) est de moins d’une chance sur 10 millions. La probabilité de contracter l’hépatite C’est de moins d’une chance sur trois millions. Votre adolescent peut réduire le risque en donnant de son propre sang.</p> <h3>Complications neurologiques</h3> <p>Les complications neurologiques peuvent passer de la perte de sensation cutanée à la faiblesse ou à la perte de force dans les pieds ou les jambes à la paralysie. Elles peuvent aussi toucher le contrôle intestinal et vésical. Ces complications peuvent s’améliorer avec le temps, mais certaines peuvent être permanentes. Le risque de complications neurologiques varie de 1 à 4 % en tout. Le risque de paralysie est de moins de 1 %.</p> <h3>Infection</h3> <p>L’infection peut être superficielle, soit autour de l’incision, ou profonde, soit dans la colonne vertébrale. L’infection peut se manifester aussi tôt que pendant les premières semaines après l’opération, ou aussi tard que quelques années après l’opération. On peut traiter les infections en changeant les pansements et en administrant des antibiotiques. Parfois, une nouvelle opération est nécessaire pour nettoyer les tissus infectés. L’infection peut parfois empêcher la colonne de guérir droite. Le risque d’infection est d’environ 2 %. </p> <h3>Complications pulmonaires</h3> <p>Les complications pulmonaires surviennent chez environ 10 % des adolescents qui se font opérer à la face antérieure de la colonne. Ces complications surviennent chez moins de 1 % des adolescents qui se font opérer à la face postérieure. </p> <p>Voici les complications qui touchent les poumons : </p> <ul> <li>inflammation pulmonaire (pneumonie), traitée au moyen d’antibiotiques au besoin;</li> <li>affaissement partiel ou complet du poumon, traité par un tube;</li> <li>accumulation de liquide autour du poumon, plus fréquent chez les adolescents qui se font opérer à la face antérieure. Un drain thoracique est nécessaire pour retirer le liquide.</li> </ul> <h3>Infection urinaire</h3> <p>Au cours des premiers jours après l’opération, votre adolescent aura un mince tube appelé cathéter dans la vessie. Il s’occupe de faire la vidange d’urine. Des infections urinaires peuvent survenir à cause du cathéter. On les traite avec des antibiotiques. Le risque d’infection est de moins de 1 %. </p> <h3>Blocage intestinal</h3> <p>L’opération pour la scoliose comporte le risque d’un trouble appelé iléus, au cours duquel les intestins cessent de se contracter et peuvent devenir obstrués. L’iléus entraîne des crampes intestinales, un renflement de l’abdomen, des nausées et des <a href="/Article?contentid=746&language=French">vomissements</a>. Au cours du traitement, les adolescents ne peuvent pas prendre de nourriture ou l’eau par la bouche. Ils reçoivent des liquides par une IV (aiguille intraveineuse). Par ailleurs, un tube est inséré dans le nez et se rend vers l’estomac pour administrer de la nourriture sous forme liquide. Parfois, un tube est inséré dans l’estomac pour drainer tout liquide excédentaire. L’iléus se résorbe habituellement en cinq à 10 jours, et le risque qu’il se développe est d’environ 2 %. </p> <p>L’opération peut aussi provoquer une autre pathologie appelée syndrome du mésentère supérieur (SMS). Le syndrome provoque une obstruction du petit intestin attribuable à la pression du SMS. Les symptômes sont plus importants que dans le cas de l’iléus et ont tendance à durer plus de 10 jours. Les symptômes comprennent la nausée, les vomissements et de la douleur. Au cours du traitement, un tube d’alimentation est inséré dans le nez et se rend jusque dans l’estomac. Il donne de la nourriture sous forme liquide. Un autre tube est placé dans l’intestin pour drainer les liquides. Le SMS peut durer d’un à deux mois. Le poids corporel et les habituelles alimentaires peuvent ne pas revenir à la normale avant plusieurs mois. Le risque de SMS est d’environ 3 %. Les filles dont le poids est inférieur à la normale sont plus à risque. </p> <h3>Caillot dans la cuisse ou la jambe</h3> <p>On entend par <a href="/article?contentid=2534&language=French">thrombose veineuse profonde (TVP)</a> un caillot de sang dans les veines de la cuisse ou de la jambe. Ces caillots peuvent survenir après l’opération quant le patient est alité et bouge moins que d’habitude. Ces caillots peuvent se détacher et se déplacer vers les poumons, où ils peuvent provoquer une détresse respiratoire. Les chirurgiens donnent à ces patients un médicament appelé héparine, qui à la fois prévient et traite les caillots. Le risque de TVP est de moins de 1 %. </p> <h3>Douleur au site du prélèvement des fragments osseux</h3> <p>Les chirurgiens prélèvent parfois de la hanche de petits morceaux d’os, appelés fragments osseux ou greffe osseuse, pour les placer dans la colonne pendant l’opération. Cela aide à augmenter la surface de fusion dans la colonne. Certains patients sentiront de la douleur où l’os a été prélevé. Cette douleur survient immédiatement après l’opération. Cependant, un an après l’opération, moins de 12 % des patients avaient encore mal. Les patients qui avaient encore mal ne rapportaient qu’une douleur légère. </p>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.