AboutKidsHealth (FR) AKH-Article

 

 

Virus du papillome humain (VPH) et verrues génitalesVVirus du papillome humain (VPH) et verrues génitalesHuman papilloma virus (HPV) and genital wartsFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2009-12-02T05:00:00ZJudy Waldman, RN;Michelle Shouldice, MD, FRCPC;Tanya Smith, RN, BNSc, MN, ACNP;Karla Wentzel, RN, MN, ACNP;Lisa Allen, MD, FRCSCMichael Weinstein, MD, FRCPC, FAAP;Elena Pope, MD, MSc, FRCPC 8.0000000000000067.00000000000001000.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-ZUne infection par le virus du papillome humain peut entraîner la présence de verrues et même causer le cancer. <h2>Qu’est-ce que le virus du papillome humain (VPH)?</h2><p>Le virus du papillome humain (VPH) est un virus contagieux transmis par un contact de la peau. Un virus est une entité non vivante qui infecte des choses pour pouvoir grandir.</p><p>Le VPH peut infecter la couche extérieure de la peau et les tissus lisses et humides de la bouche, du rectum, de l’anus et des parties génitales chez l’homme et chez la femme.</p><p>Il existe plus de 100 différents types de VPH. Nombre d’entre eux entraînent l’apparition de verrues vulgaires sur les mains et les pieds. D’autres, habituellement les VPH 6 et 11, sont la cause de verrues génitales. Les VPH 16 et 18 sont associés au cancer du col de l’utérus.</p><p>Certaines personnes peuvent éliminer le VPH sans traitement. Mais chez de nombreuses personnes, après une infection au VPH, le virus demeure présent dans leur corps. Cela signifie qu’il est possible d’avoir le VPH et de le transmettre sans avoir de verrues génitales.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Verrues vulgaires</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Warts_MED_ILL_FR.jpg" alt="Des verrues sur les doigts et autour des ongles" /> <figcaption class="asset-image-caption">Les verrues vulgaires se retrouvent habituellement sur les doigts, les orteils et les genoux. Elles représentent environ 70 % des verrues.</figcaption> </figure> <h2>Que sont les verrues génitales?</h2><p>Les verrues génitales peuvent prendre diverses formes et elles peuvent apparaître quelques semaines, parfois des mois, ou même des années, après l’infection au VPH. Une ou plusieurs verrues peuvent être présentes sur les parties génitales ou autour de l’anus. Elles peuvent être plates ou bombées. Lorsque les verrues sont bombées, elles peuvent ressembler à un chou-fleur. Les verrues peuvent être roses, brunes ou de la même couleur que la peau.</p><p>Les verrues génitales peuvent disparaître et réapparaître avec le temps.</p><h2>Principaux points à retenir</h2> <ul> <li>Le virus du papillome humain (VPH) peut infecter la couche externe de la peau et les parois lisses et humides de la bouche, de l’anus et des parties génitales des hommes et des femmes. Le VPH de type 6 ou 11 provoque des verrues génitales, alors que le VPH de type 16 ou 18 peut causer le cancer.</li> <li>Le VPH est transmis par un contact cutané (de la peau).</li> <li>Une fois atteint d’une infection au VPH, le virus peut rester présent dans le corps. Il est possible de transmettre le VPH même si vous n’avez pas de verrues génitales.</li> <li>Il existe divers traitements pour les verrues génitales.</li> <li>Un vaccin permet de protéger contre le VPH. Les filles devraient le recevoir avant de devenir sexuellement actives.</li> </ul><h2>Diagnostic du VPH et des verrues génitales</h2> <p>Un médecin doit prendre un soin particulier pour diagnostiquer le VPH et des verrues génitales chez les enfants. Tout enfant avec des verrues génitales aura besoin d’un examen médical complet qui comprend ce qui suit :</p> <ul> <li>Un médecin ou une infirmière effectuera un examen physique et observera l’anus et les parties génitales de l’enfant.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière demandera à la mère et au père s’ils ont déjà eu une infection au VPH ou des verrues génitales ou vulgaires.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière demandera à la mère si elle a déjà eu un test Pap anormal, ce qui pourrait indiquer une infection au VPH.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière peut demander aux parents s’ils ont des raisons de soupçonner un abus sexuel, ou pourra chercher des signes d’abus sexuel chez l’enfant. </li> </ul> <h3>Test du dépistage du VPH</h3> <p>Il n’existe aucun test de dépistage de routine pour le VPH. Il est possible de faire un test direct pour dépister le VPH, mais cela n’est habituellement pas recommandé, car le VPH est si courant. Des examens pour déterminer le type de VPH ne fournissent pas réellement de renseignements supplémentaires sur la façon et le moment où l’enfant a été infecté.</p> <p>Il est possible de faire des tests de dépistage du VPH pour déterminer s’il y a présence d’une souche qui présente des risques élevés de cancer.</p> <h3>Observations des anomalies cervicales</h3> <p>Chez les femmes ou les filles pubères, le médecin peut utiliser des tests appelés Pap (frottis) et colposcopie (prononcer : col-po-sco-pi) pour déceler des signes de problèmes qui pourraient mener vers un cancer du col de l’utérus. Les zones qui montrent des signes de changement mineurs peuvent être traitées de façon précoce.</p> <ul> <li>Pour faire un test Pap, le médecin utilise un petit instrument pour recueillir des cellules du col de l’utérus. Ces cellules sont ensuite inspectées au microscope.</li> <li>Une colposcopie utilise un type spécial de microscope pour déceler des zones du col de l’utérus et du vagin qui peuvent montrer des signes de changement.</li> </ul><h2>Traitement pour les verrues génitales</h2> <p>Une fois les verrues génitales diagnostiquées, le médecin et le patient décident ensemble de la meilleure méthode de traitement. Il existe un certain nombre d’options pour traiter les verrues génitales. Certains traitements fonctionnent mieux que d’autres. Certains traitements présentent des risques ou ont des effets secondaires, dont une douleur importante; on évite autant que possible le recours à ces traitements. Le traitement choisi dépend habituellement du nombre de verrues, de l’endroit où elles se trouvent et de leur taille; des préférences du patient; des coûts; et des effets secondaires.</p> <p>Habituellement, les verrues génitales sont traitées avec des gels ou des crèmes appliqués sur les verrues. On retrouve les gels et les crèmes qui suivent :</p> <ul> <li>Imiquimod (Aldara), une crème appliquée sur les verrues. Le patient applique cette crème.</li> <li>Podofilox, un gel ou une crème appliqués sur les verrues.</li> <li>L’acide trichloracétique (TCA) ou l'acide dibromoacétique (DBA), que le médecin applique sur les verrues.</li> </ul> <p>Plus rarement, les verrues peuvent être traitées avec de l’azote liquide (cryothérapie) ou par chirurgie.</p> <ul> <li>Cryothérapie : Désigne l’application d’azote liquide froid sur la verrue. Ce traitement est rapide, mais il peut également être douloureux, car l’azote liquide produit une ampoule sur la peau, puis une croûte. Lorsque la croûte tombe, la verrue tombe avec la croûte. Parfois ce traitement échoue et il faut le reprendre ou en changer.</li> <li>Dans de rares cas, une chirurgie (opération) est nécessaire pour enlever les verrues.</li> </ul> <h2>Les verrues génitales peuvent disparaître, puis réapparaître</h2> <p>Sans traitement, les verrues génitales peuvent partir d’elles-mêmes, ou elles peuvent durer des années. Même si elles ont été traitées, les verrues génitales peuvent revenir avec le temps.</p><h2>Verrues génitales et cancer</h2> <p>Il existe de nombreux types de VPH; on juge que le type de VPH qui provoque des verrues génitales présente peu de risques de cancer. Toutefois, une personne peut être infectée par plusieurs types de VPH. D’autres types de VPH présentent des risques élevés (types 16 et 18). Ils peuvent entraîner le cancer du col de l’utérus; plus rarement, ils peuvent entraîner un cancer du vagin, du pénis ou du scrotum. Pour le moment, il est impossible d’analyser les verrues pour tous les types décrits de VPH.</p>
Human papilloma virus (HPV) and genital wartsHHuman papilloma virus (HPV) and genital wartsHuman papilloma virus (HPV) and genital wartsEnglishDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2009-12-02T05:00:00ZJudy Waldman, RN;Michelle Shouldice, MD, FRCPC;Tanya Smith, RN, BNSc, MN, ACNP;Karla Wentzel, RN, MN, ACNP;Lisa Allen, MD, FRCSCMichael Weinstein, MD, FRCPC, FAAP;Elena Pope, MD, MSc, FRCPC 8.0000000000000067.00000000000001000.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>​Human papilloma virus is an infection that causes warts and possibly cancer. Learn about how it is passed on, treatment and prevention.<br></p><h2>What is human papilloma virus (HPV)?</h2><p>Human papilloma virus (HPV) is a contagious virus that is spread by skin-to-skin contact. A virus is a non-living particle that infects living things so it can grow.</p><p>HPV can infect the outer layer of skin and the smooth, moist linings of the mouth, the rectum, the anus and genital areas of males and females.</p><p>There are over 100 different kinds of HPV. Many of these types cause the common warts that appear on hands and feet. Other types, usually HPV 6 and 11, cause genital warts. HPV 16 and 18 have been linked to cancer of the cervix.</p><p>For some people, HPV may go away without treatment. For many people, though, once you have an HPV infection, the virus stays in your body. This means it is possible to have and pass on HPV, even if you do not have genital warts.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Common warts</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Warts_MED_ILL_EN.jpg" alt="Warts on fingers and around the fingernail" /> <figcaption class="“asset-image-caption”">Common warts are usually found on the fingers, toes and knees. They make up about 70% of warts.</figcaption> </figure> <h2>What are genital warts?</h2><p>Genital warts can appear in different forms, sometimes weeks, months or years after being infected with HPV. There can be one or many in the genital areas or around the anus. They can be flat or raised. When the warts are raised, they may look like cauliflower. The warts can be pink, brown or the same colour as your skin.</p><p>Genital warts can disappear or reappear over time.</p><h2>Key points</h2><ul><li>Human papilloma virus (HPV) can infect the outer layer of skin and the smooth, moist linings of the mouth, the rectum, the anus and genital areas of males and females. HPV 6 and 11 cause genital warts, and HPV 16 and 18 can lead to cancer. </li><li>HPV is passed on by skin-to-skin contact. </li><li>Once you have an HPV infection, the virus may stay in your body. It is possible to pass on HPV even if you do not have genital warts. </li><li>There are several different treatments for genital warts. </li><li>There is a vaccine that protects against HPV. Girls should receive the vaccine before they are sexually active.</li> </ul><h2>Diagnosing HPV and genital warts</h2> <p>A doctor takes special care in diagnosing HPV and genital warts in children. Any child with genital warts needs a complete medical examination, which includes the following:</p> <ul> <li>A doctor or nurse will do a physical examination and look at the child's anus and genital area.</li> <li>The doctor or nurse will ask the mother and father if they have ever had HPV infection or genital or common warts. </li> <li>The doctor or nurse will ask the mother if she has ever had an abnormal Pap test, which could indicate HPV infection. </li> <li>The doctor or nurse may ask the parents about any concerns they have for sexual abuse, and may look for signs of sexual abuse on the child. </li> </ul> <h3>Testing for HPV</h3> <p>There is no routine test for HPV. It is possible to test for HPV directly, but this is not usually recommended because HPV is so common. Testing to find out the type of HPV does not give any extra information about when or how the child was infected. </p> <p>HPV may be tested for the presence of high-risk strains that may cause cancer.</p> <h3>Looking for cervical abnormalities</h3> <p>In women or girls who are past puberty, the doctor may use tests called a Pap smear and a colposcopy to look for signs of problems that could lead to cervical cancer. Areas with minor changes can be treated early on. </p> <ul> <li>To do a Pap smear, a doctor uses a small tool to collect cells from the cervix. The cells are inspected under a microscope. </li> <li>A colposcopy uses a special type of microscope to look for areas of the cervix and vagina that may show changes. </li> </ul> <h2>Treatment for genital warts</h2> <p>Once genital warts are diagnosed, the doctor and patient decide together which method of treatment is best. There are a number of options for treating genital warts. Some treatments work better than others. Some treatments have risks or side effects, including causing significant pain; these treatments will usually be avoided unless necessary. Which treatment is chosen will usually be based on the number, site, and size of the warts. It will also be based on what the patient prefers, the cost and the side effects. </p> <p>Usually, genital warts are treated with gels or creams that are put on the warts. Gels and creams include the following:</p> <ul> <li>Imiquimod (Aldara), a cream that is put on the warts. The patient applies this cream. </li> <li>Podofilox, a gel or a cream that is put on the warts. </li> <li>Tricholoracetic acid (TCA) or bichloroacetic acid (BCA), which the doctor puts on the warts. </li> </ul> <p>Less often, the warts may be treated with liquid nitrogen (cryotherapy) or surgery.</p> <ul> <li>Cryotherapy: This is when very cold liquid nitrogen is applied to the wart. This treatment is quick, but it can also be painful because the liquid nitrogen causes the skin to blister and scab. When the scab comes off, the wart will come with it. Sometimes this treatment can fail, and alternate or repeat treatments are needed. </li> <li>In rare cases, surgery (an operation) may be needed to remove the warts.</li> </ul> <h2>Genital warts may go away and come back</h2> <p>Without treatment, genital warts may go away by themselves, or they may last for years. Even if they have been treated, genital warts may come back in time. </p><h2>Genital warts and cancer</h2> <p>There are many types of HPV; the type of HPV that causes genital warts is considered low-risk for cancer. However, a person can be infected by more than one type of HPV. Other types of HPV are high-risk (types 16 and 18). These can lead to cancer of the cervix; less often, they can lead to cancer of the vagina, penis or scrotum. Currently, it is impossible to test warts for all described types of HPV.</p>

 

 

Virus du papillome humain (VPH) et verrues génitales25.0000000000000Virus du papillome humain (VPH) et verrues génitalesHuman papilloma virus (HPV) and genital wartsVFrenchDermatologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)SkinSkinConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2009-12-02T05:00:00ZJudy Waldman, RN;Michelle Shouldice, MD, FRCPC;Tanya Smith, RN, BNSc, MN, ACNP;Karla Wentzel, RN, MN, ACNP;Lisa Allen, MD, FRCSCMichael Weinstein, MD, FRCPC, FAAP;Elena Pope, MD, MSc, FRCPC 8.0000000000000067.00000000000001000.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-ZUne infection par le virus du papillome humain peut entraîner la présence de verrues et même causer le cancer. <h2>Qu’est-ce que le virus du papillome humain (VPH)?</h2><p>Le virus du papillome humain (VPH) est un virus contagieux transmis par un contact de la peau. Un virus est une entité non vivante qui infecte des choses pour pouvoir grandir.</p><p>Le VPH peut infecter la couche extérieure de la peau et les tissus lisses et humides de la bouche, du rectum, de l’anus et des parties génitales chez l’homme et chez la femme.</p><p>Il existe plus de 100 différents types de VPH. Nombre d’entre eux entraînent l’apparition de verrues vulgaires sur les mains et les pieds. D’autres, habituellement les VPH 6 et 11, sont la cause de verrues génitales. Les VPH 16 et 18 sont associés au cancer du col de l’utérus.</p><p>Certaines personnes peuvent éliminer le VPH sans traitement. Mais chez de nombreuses personnes, après une infection au VPH, le virus demeure présent dans leur corps. Cela signifie qu’il est possible d’avoir le VPH et de le transmettre sans avoir de verrues génitales.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Verrues vulgaires</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Warts_MED_ILL_FR.jpg" alt="Des verrues sur les doigts et autour des ongles" /> <figcaption class="asset-image-caption">Les verrues vulgaires se retrouvent habituellement sur les doigts, les orteils et les genoux. Elles représentent environ 70 % des verrues.</figcaption> </figure> <h2>Que sont les verrues génitales?</h2><p>Les verrues génitales peuvent prendre diverses formes et elles peuvent apparaître quelques semaines, parfois des mois, ou même des années, après l’infection au VPH. Une ou plusieurs verrues peuvent être présentes sur les parties génitales ou autour de l’anus. Elles peuvent être plates ou bombées. Lorsque les verrues sont bombées, elles peuvent ressembler à un chou-fleur. Les verrues peuvent être roses, brunes ou de la même couleur que la peau.</p><p>Les verrues génitales peuvent disparaître et réapparaître avec le temps.</p><h2>Principaux points à retenir</h2> <ul> <li>Le virus du papillome humain (VPH) peut infecter la couche externe de la peau et les parois lisses et humides de la bouche, de l’anus et des parties génitales des hommes et des femmes. Le VPH de type 6 ou 11 provoque des verrues génitales, alors que le VPH de type 16 ou 18 peut causer le cancer.</li> <li>Le VPH est transmis par un contact cutané (de la peau).</li> <li>Une fois atteint d’une infection au VPH, le virus peut rester présent dans le corps. Il est possible de transmettre le VPH même si vous n’avez pas de verrues génitales.</li> <li>Il existe divers traitements pour les verrues génitales.</li> <li>Un vaccin permet de protéger contre le VPH. Les filles devraient le recevoir avant de devenir sexuellement actives.</li> </ul><h2>Le VPH est transmis par un contact avec le virus</h2> <p>Le VPH est transmis par un contact cutané (de la peau).</p> <p>Chez les adultes, les infections génitales au VPH sont habituellement transmises par des relations sexuelles avec une personne infectée. Le VPH est une des infections transmises sexuellement les plus courantes. Il touche jusqu’à trois-quarts (75 %) des personnes sexuellement actives au cours d’une vie. L’utilisation d’un condom pendant les relations sexuelles permet de protéger certaines parties de la peau contre l’infection au VPH.</p> <p>Lorsqu’un enfant a le VPH, on ne sait pas toujours comment le virus a pu être transmis. Puisqu’il se transmet par contact cutané, le virus pourrait être transmis des façons suivantes:</p> <ul> <li>Une mère enceinte avec le VPH peut transmettre l’infection à son enfant par le sang avant la naissance ou par le canal vaginal au moment de la naissance. Cela s’appelle une transmission périnatale.</li> <li>Les enfants avec des verrues sur les mains peuvent transmettre le virus à leurs parties génitales en touchant les verrues sur leurs mains, puis en touchant leurs parties génitales. Cela s’appelle l’autoinoculation.</li> <li>Une personne soignante avec des verrues sur les mains ou les parties génitales peut transmettre le virus par contact cutané avec les mains ou les parties génitales de l’enfant. Cela s’appelle une hétéroinoculation.</li> <li>Le VPH peut être transmis de la peau d’une personne aux parties génitales d’un enfant par un contact sexuel. Cela s’appelle un abus sexuel.</li> <li>Plus rarement, le VPH peut être transmis par le contact avec un objet inanimé ou des surfaces. Si un adulte qui a des verrues vulgaires ou génitales utilise une serviette, puis qu’un enfant utilise cette même serviette, le virus peut être transmis à l’enfant. Cela s’appelle une transmission par l’intermédiaire de matières contaminées.</li> </ul><h2>Diagnostic du VPH et des verrues génitales</h2> <p>Un médecin doit prendre un soin particulier pour diagnostiquer le VPH et des verrues génitales chez les enfants. Tout enfant avec des verrues génitales aura besoin d’un examen médical complet qui comprend ce qui suit :</p> <ul> <li>Un médecin ou une infirmière effectuera un examen physique et observera l’anus et les parties génitales de l’enfant.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière demandera à la mère et au père s’ils ont déjà eu une infection au VPH ou des verrues génitales ou vulgaires.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière demandera à la mère si elle a déjà eu un test Pap anormal, ce qui pourrait indiquer une infection au VPH.</li> <li>Le médecin ou l’infirmière peut demander aux parents s’ils ont des raisons de soupçonner un abus sexuel, ou pourra chercher des signes d’abus sexuel chez l’enfant. </li> </ul> <h3>Test du dépistage du VPH</h3> <p>Il n’existe aucun test de dépistage de routine pour le VPH. Il est possible de faire un test direct pour dépister le VPH, mais cela n’est habituellement pas recommandé, car le VPH est si courant. Des examens pour déterminer le type de VPH ne fournissent pas réellement de renseignements supplémentaires sur la façon et le moment où l’enfant a été infecté.</p> <p>Il est possible de faire des tests de dépistage du VPH pour déterminer s’il y a présence d’une souche qui présente des risques élevés de cancer.</p> <h3>Observations des anomalies cervicales</h3> <p>Chez les femmes ou les filles pubères, le médecin peut utiliser des tests appelés Pap (frottis) et colposcopie (prononcer : col-po-sco-pi) pour déceler des signes de problèmes qui pourraient mener vers un cancer du col de l’utérus. Les zones qui montrent des signes de changement mineurs peuvent être traitées de façon précoce.</p> <ul> <li>Pour faire un test Pap, le médecin utilise un petit instrument pour recueillir des cellules du col de l’utérus. Ces cellules sont ensuite inspectées au microscope.</li> <li>Une colposcopie utilise un type spécial de microscope pour déceler des zones du col de l’utérus et du vagin qui peuvent montrer des signes de changement.</li> </ul><h2>Traitement pour les verrues génitales</h2> <p>Une fois les verrues génitales diagnostiquées, le médecin et le patient décident ensemble de la meilleure méthode de traitement. Il existe un certain nombre d’options pour traiter les verrues génitales. Certains traitements fonctionnent mieux que d’autres. Certains traitements présentent des risques ou ont des effets secondaires, dont une douleur importante; on évite autant que possible le recours à ces traitements. Le traitement choisi dépend habituellement du nombre de verrues, de l’endroit où elles se trouvent et de leur taille; des préférences du patient; des coûts; et des effets secondaires.</p> <p>Habituellement, les verrues génitales sont traitées avec des gels ou des crèmes appliqués sur les verrues. On retrouve les gels et les crèmes qui suivent :</p> <ul> <li>Imiquimod (Aldara), une crème appliquée sur les verrues. Le patient applique cette crème.</li> <li>Podofilox, un gel ou une crème appliqués sur les verrues.</li> <li>L’acide trichloracétique (TCA) ou l'acide dibromoacétique (DBA), que le médecin applique sur les verrues.</li> </ul> <p>Plus rarement, les verrues peuvent être traitées avec de l’azote liquide (cryothérapie) ou par chirurgie.</p> <ul> <li>Cryothérapie : Désigne l’application d’azote liquide froid sur la verrue. Ce traitement est rapide, mais il peut également être douloureux, car l’azote liquide produit une ampoule sur la peau, puis une croûte. Lorsque la croûte tombe, la verrue tombe avec la croûte. Parfois ce traitement échoue et il faut le reprendre ou en changer.</li> <li>Dans de rares cas, une chirurgie (opération) est nécessaire pour enlever les verrues.</li> </ul> <h2>Les verrues génitales peuvent disparaître, puis réapparaître</h2> <p>Sans traitement, les verrues génitales peuvent partir d’elles-mêmes, ou elles peuvent durer des années. Même si elles ont été traitées, les verrues génitales peuvent revenir avec le temps.</p><h2>Verrues génitales et cancer</h2> <p>Il existe de nombreux types de VPH; on juge que le type de VPH qui provoque des verrues génitales présente peu de risques de cancer. Toutefois, une personne peut être infectée par plusieurs types de VPH. D’autres types de VPH présentent des risques élevés (types 16 et 18). Ils peuvent entraîner le cancer du col de l’utérus; plus rarement, ils peuvent entraîner un cancer du vagin, du pénis ou du scrotum. Pour le moment, il est impossible d’analyser les verrues pour tous les types décrits de VPH.</p><h2>Il existe un vaccin qui protège du VPH</h2> <p>Il existe sur le marché un vaccin appelé Gardasil utilisé actuellement pour immuniser les filles d’âge scolaire de 9 ans et plus. Le vaccin offre une immunité contre deux souches de VPH liées au cancer du col de l’utérus et deux souches liées aux verrues génitales. Le vaccin se compose de petites particules non infectieuses d’un virus semblable au VPH. Il se donne par trois injections sur une période de six mois.</p> <p>On recommande que le vaccin soit administré avant toute activité sexuelle. Le vaccin s’est montré efficace pour la protection contre les types 6, 11, 16 et 18 du VPH.</p> https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/Warts_MED_ILL_EN.jpgFalse

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.