Avortement thérapeutiqueAAvortement thérapeutiqueTherapeutic AbortionFrenchPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemNAPrenatal Adult (19+)NA2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSC Rory Windrim, MB, MSc, FRCSC12.000000000000042.0000000000000831.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur l’avortement thérapeutique, auquel on recourt pour mettre fin à la grossesse lorsque la vie de la mère est en danger ou que le bébé est atteint de graves anomalies congénitales.</p><p>On recourt à l’avortement thérapeutique pour mettre fin à une grossesse qui menace la vie de la mère ou parce que le bébé est atteint d’anomalies qui affectent ses principaux systèmes d’organes et l’empêcheront de survivre après sa naissance. Cependant, la plupart des avortements procèdent de choix personnels. Si l’avortement est entrevu pour des motifs médicaux, la femme concernée doit en décider de concert avec son obstétricien, un spécialiste de la maladie en cause, un généticien et un néonatologiste. Il est très important que la décision repose sur certaines considérations telles que le stade de la grossesse et l’efficacité du traitement pressenti. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La décision de procéder à un avortement thérapeutique devrait être prise par la femme concernée de concert avec son obstétricien, un spécialiste de la maladie en cause, un généticien et un néonatologiste.</li> <li>Les effets secondaires d’un avortement comprennent des douleurs abdominales, des crampes, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.</li> <li>Des complications ne sont pas fréquentes, mais peuvent se produire, y compris des saignements abondants, une infection et une réaction allergique aux médicaments.</li> <li>Cherchez un soutien et discutez avec votre médecin de votre état émotionnel et physique. </li></ul>
Therapeutic AbortionTTherapeutic AbortionTherapeutic AbortionEnglishPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemNAPrenatal Adult (19+)NA2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSC Rory Windrim, MB, MSc, FRCSC12.000000000000042.0000000000000831.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Learn about therapeutic abortion, which is used to end a pregnancy when either the mother's life is in danger, or the baby has severe birth defects.</p><p>Therapeutic abortions can be done to end a pregnancy when the mother’s life is in danger or if the baby has abnormalities involving the major organ systems and is not expected to survive after birth. However, most abortions are done as a personal choice not to be pregnant. The decision to have a therapeutic abortion for medical reasons should be made by the pregnant woman in collaboration with her obstetrician, a specialist in the disease in question, a geneticist, and a neonatologist. Considerations such as how far along the pregnancy is and how effective treatment would be are very important to the decision-making process. </p><h2>Key points</h2> <ul><li>The decision to have a therapeutic abortion should be made by the pregnant woman in collaboration with her obstetrician, a specialist in the disease in question, a geneticist, and a neonatologist.</li> <li>Side effects of an abortion include abdominal pain, cramping, nausea, vomiting and diarrhea.</li> <li>Complications are not common but do occur, including heavy bleeding, infection and allergic reaction to drugs.</li> <li>Seek support and talk to your doctor about how you are feeling emotionally and physically.</li></ul>

 

 

Avortement thérapeutique385.000000000000Avortement thérapeutiqueTherapeutic AbortionAFrenchPregnancyAdult (19+)BodyReproductive systemNAPrenatal Adult (19+)NA2009-09-11T04:00:00ZNicolette Caccia, MEd, MD, FRCSC Rory Windrim, MB, MSc, FRCSC12.000000000000042.0000000000000831.000000000000Flat ContentHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur l’avortement thérapeutique, auquel on recourt pour mettre fin à la grossesse lorsque la vie de la mère est en danger ou que le bébé est atteint de graves anomalies congénitales.</p><p>On recourt à l’avortement thérapeutique pour mettre fin à une grossesse qui menace la vie de la mère ou parce que le bébé est atteint d’anomalies qui affectent ses principaux systèmes d’organes et l’empêcheront de survivre après sa naissance. Cependant, la plupart des avortements procèdent de choix personnels. Si l’avortement est entrevu pour des motifs médicaux, la femme concernée doit en décider de concert avec son obstétricien, un spécialiste de la maladie en cause, un généticien et un néonatologiste. Il est très important que la décision repose sur certaines considérations telles que le stade de la grossesse et l’efficacité du traitement pressenti. </p><h2>À retenir</h2> <ul><li>La décision de procéder à un avortement thérapeutique devrait être prise par la femme concernée de concert avec son obstétricien, un spécialiste de la maladie en cause, un généticien et un néonatologiste.</li> <li>Les effets secondaires d’un avortement comprennent des douleurs abdominales, des crampes, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.</li> <li>Des complications ne sont pas fréquentes, mais peuvent se produire, y compris des saignements abondants, une infection et une réaction allergique aux médicaments.</li> <li>Cherchez un soutien et discutez avec votre médecin de votre état émotionnel et physique. </li></ul><h2>Types d’avortement </h2> <p>On peut recourir à différentes méthodes pour effectuer un avortement thérapeutique. Les avortements sont de nature chimique ou chirurgicale. </p> <h3>Avortement chimique </h3> <p>Les avortements chimiques, également qualifiés d’avortements médicaux, comptent pour près de 10 % de tous les avortements pratiqués en Amérique du Nord et en Europe. Les avortements chimiques sont pratiqués au premier trimestre de la grossesse. Ils peuvent s’effectuer de différentes manières. On prescrit parfois à la femme enceinte un médicament appelé misoprostol, ainsi qu’un autre médicament appelé méthotrexate. Quelquefois, seul le misoprostol est prescrit, sans le méthotrexate. Il peut aussi arriver que les deux médicaments soient prescrits en même temps qu’un troisième médicament appelé mifépristone.</p> <p>En cas d’avortement chimique, vous saignerez pendant quelques jours après que l’interruption de grossesse aura commencé. Parfois, l’avortement chimique ne donne pas les résultats escomptés et doit être suivi d’un avortement chirurgical. </p> <h3>Avortement chirurgical </h3> <p>Le type d’avortement chirurgical préconisé diffère selon le state de grossesse atteint. </p> <ul> <li>L’avortement par aspiration est la méthode la plus fréquemment utilisée; il peut être pratiqué dans les 15 premières semaines de grossesse. Dans le cadre d’une aspiration manuelle, le fœtus est extrait par succion au moyen d’une seringue. Dans le cadre d’une aspiration électrique, la succion est exercée par une pompe électrique. </li> <li>On peut recourir à la technique de dilatation-évacuation entre la 15<sup>è</sup> et la 18<sup>è</sup> semaine de grossesse; le col utérin est dilaté puis vidé de son contenu par succion et au moyen d’instruments chirurgicaux.</li> <li>Avec la technique de dilatation-curetage (DC), l’utérus est vidé de son contenu au moyen d’un instrument appelé curette. </li> <li>Pour les grossesses plus avancées, les techniques employées sont plus risquées et sont controversées. </li></ul> <p>Si vous devez subir un avortement thérapeutique, on vous administrera un anesthésique pour endormir la région concernée. Vous ressentirez sans doute des douleurs pendant et après l’avortement chirurgical; ces douleurs seront similaires à celles des menstruations. Une fois à la maison, vous évacuerez probablement du sang et de petits caillots. Votre cycle menstruel devrait reprendre au bout de quatre semaines. Restez attentive aux signes d’une éventuelle complication telle que des saignements abondants, des douleurs ou de la fièvre et aux signes indiquant que la grossesse se poursuit. </p> <h2>Risques liés à l’avortement </h2> <p>Avant d’envisager un avortement, il est important que vous connaissiez les risques associés à cette procédure. L’avortement est un événement qui bouleverse la vie et s’accompagne de conséquences émotionnelles et physiques. Plusieurs des femmes éprouvées après un avortement avouent qu’elles auraient préféré connaître à l’avance les faits et risques associés à cette procédure.</p> <p>Mis à part les effets secondaires habituels, c’est-à-dire les douleurs abdominales, les crampes, les vomissements, la nausée et la diarrhée, la plupart des avortements ne s’accompagnent d’aucune complication. Mais dans certains cas, des complications se posent. En voici quelques exemples.</p> <ul> <li>Des saignements abondants : Il est normal d’avoir de légers saignements, mais certaines femmes font des hémorragies, notamment quand l’une des artères de l’utérus est perforée au cours de l’intervention. Parfois, une transfusion sanguine s’impose.</li> <li>Une infection : Il peut arriver que le contenu de l’utérus ne soit que partiellement retiré et que des bouts de tissu restent à l’intérieur. Le cas échéant, une bactérie peut pénétrer dans l’utérus et causer une infection. L’infection se manifeste communément par de la fièvre.</li> <li>Une réaction allergique aux médicaments : Quelques femmes ont une réaction allergique aux anesthésiques utilisés dans le cadre de l’avortement.</li> <li>D’autres problèmes : Quoique rarement, il peut y avoir déchirement du col utérin et cicatrisation de l’utérus. Si la grossesse est à un stade relativement avancé, le risque d’un déchirement de l’utérus est plus élevé, auquel cas une hystérectomie peut être requise.</li></ul> <p>L’avortement augmente le risque que des complications (telles que le placenta previa) surviennent au cours de grossesses ultérieures. </p> <h2>Après l’avortement</h2> <p>Si vous subissez un avortement thérapeutique, votre partenaire et vous-même ressentirez un chagrin similaire à celui d’un couple affecté par une fausse couche ou une mortinaissance. La perte d’un bébé est l’un des événements les plus traumatisants qui soient, nonobstant les circonstances.</p> <p>Or il est possible que les membres de votre entourage voient les choses différemment. Ils auront éventuellement des sentiments mitigés au sujet de l’avortement ou ne comprendront pas ce par quoi vous passez. Il est possible que les membres de votre famille et vos amis ne vous apportent aucun soutien en raison de leurs vues et opinions sur la question. </p> <p>Si vous ressentez un immense sentiment de culpabilité et de regret, recourrez à la consultation. Souvent, les femmes qui ont subi un avortement thérapeutique nécessitent des soins de psychiatrie des mois durant après la procédure. Faites les choses une étape à la fois et utilisez les ressources disponibles. </p>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.