Attachement – quatrième partie : le fournisseur de soins et les influences de l’enfant sur l’attachementAAttachement – quatrième partie : le fournisseur de soins et les influences de l’enfant sur l’attachementAttachment part four: Caregiver and child influences on attachmentFrenchDevelopmentalNewborn (0-28 days);Baby (1-12 months);Toddler (13-24 months)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2010-05-12T04:00:00ZSusan Goldberg, PhDDiane Benoit, MD, FRCPCSheri Madigan, PhD, C.Psych000Flat ContentHealth A-Z<p>Façon dont les facteurs liés aux parents et aux enfants contribuent au développement des modèles d’attachement.</p><p>La troisième partie de notre série sur l'attachement décrit l’attachement tout au long de la vie. Dans ce quatrième article, nous examinons la contribution relative aux facteurs liés aux enfants et aux fournisseurs de soins dans le développement des comportements d’attachement.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Les théoriciens de l’attachement croient que les profils d’attachement entre les nourrissons et les pourvoyeurs de soins sont essentiellement appris. Bien que les caractéristiques des nourrissons contribuent à la relation entre l’enfant et le pourvoyeur de soins, les expériences fournies par ce dernier sont le principal déterminant des profils d’attachement du nourrisson.</li><li>Il a été démontré que les comportements maternels au foyer permettent de mieux prédire quel sera l’attachement à l’âge d’un an que les comportements du bébé. Ces conclusions soulignent l’influence significative qu’exercent les pourvoyeurs de soins sur le développement des profils d’attachement.</li></ul><p>Susman-Stillman A, Kalkoske M, Egeland B, Waldman I. Infant temperament and maternal sensitivity as predictors of attachment security. <i>Infant Behaviour and Development</i>. 1996;19:33-47.</p> <p>Van Ijzendoorn MH. Adult attachment representations, parental responsiveness and infant attachment: a meta-analysis of the predictive validity of the Adult Attachment Interview. <i>Psychological Bulletin</i>. 1995;117:343-387.</p> <p>The Infant Mental Health Promotion Project and the Department of Psychiatry, The Hospital for Sick Children. A Simple Gift: Comforting Your Baby [video]. Toronto: The Hospital for Sick Children; 1998. Used by permission.</p>
Attachment part four: Caregiver and child influences on attachmentAAttachment part four: Caregiver and child influences on attachmentAttachment part four: Caregiver and child influences on attachmentEnglishDevelopmentalNewborn (0-28 days);Baby (1-12 months);Toddler (13-24 months)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2010-05-12T04:00:00ZSusan Goldberg, PhDDiane Benoit, MD, FRCPCSheri Madigan, PhD, C.Psych000Flat ContentHealth A-Z<p>How parent and child factors contribute to the development of attachment patterns.</p><p>In <a href="/Article?contentid=741&language=English">Attachment part three: Attachment across the life span</a> we described attachment in older children, teens and adults and the implications of attachment patterns for emotional and social development. In part four we discuss the relative contribution of child and caregiver factors in the development of attachment behaviours.</p><h2>Key points</h2> <ul> <li>Attachment theorists believe that infant-caregiver attachment patterns are essentially learned. Although infant characteristics contribute to the infant-caregiver relationship, experiences provided by the caregiver are the primary determinant of infant attachment patterns.</li> <li>It has been shown that maternal behaviours in the home predict attachment at one year better than infant behaviours. These findings point to significant caregiving influence in the development of attachment patterns.</li> </ul><p>Susman-Stillman A, Kalkoske M, Egeland B, Waldman I. Infant temperament and maternal sensitivity as predictors of attachment security. <i>Infant Behaviour and Development</i>. 1996;19:33-47.</p> <p>Van Ijzendoorn MH. Adult attachment representations, parental responsiveness and infant attachment: a meta-analysis of the predictive validity of the Adult Attachment Interview. <i>Psychological Bulletin</i>. 1995;117:343-387.</p> <p>The Infant Mental Health Promotion Project and the Department of Psychiatry, The Hospital for Sick Children. A Simple Gift: Comforting Your Baby [video]. Toronto: The Hospital for Sick Children; 1998. Used by permission.</p>

 

 

Attachement – quatrième partie : le fournisseur de soins et les influences de l’enfant sur l’attachement742.000000000000Attachement – quatrième partie : le fournisseur de soins et les influences de l’enfant sur l’attachementAttachment part four: Caregiver and child influences on attachmentAFrenchDevelopmentalNewborn (0-28 days);Baby (1-12 months);Toddler (13-24 months)NANAHealthy living and preventionCaregivers Adult (19+)NA2010-05-12T04:00:00ZSusan Goldberg, PhDDiane Benoit, MD, FRCPCSheri Madigan, PhD, C.Psych000Flat ContentHealth A-Z<p>Façon dont les facteurs liés aux parents et aux enfants contribuent au développement des modèles d’attachement.</p><p>La troisième partie de notre série sur l'attachement décrit l’attachement tout au long de la vie. Dans ce quatrième article, nous examinons la contribution relative aux facteurs liés aux enfants et aux fournisseurs de soins dans le développement des comportements d’attachement.</p><h2>À retenir</h2><ul><li>Les théoriciens de l’attachement croient que les profils d’attachement entre les nourrissons et les pourvoyeurs de soins sont essentiellement appris. Bien que les caractéristiques des nourrissons contribuent à la relation entre l’enfant et le pourvoyeur de soins, les expériences fournies par ce dernier sont le principal déterminant des profils d’attachement du nourrisson.</li><li>Il a été démontré que les comportements maternels au foyer permettent de mieux prédire quel sera l’attachement à l’âge d’un an que les comportements du bébé. Ces conclusions soulignent l’influence significative qu’exercent les pourvoyeurs de soins sur le développement des profils d’attachement.</li></ul><h2>L’attachement : inné ou acquis?</h2><p>Le débat sur l’attachement inné par rapport à l’attachement acquis est l’un des débats les plus tenaces et controversés du vingtième siècle. Les qualités essentielles et les comportements d’une personne sont ils déterminés par la génétique ou acquis? La réponse moderne à cette question est la capacité de se comporter d’une façon particulière est déterminée par la génétique, mais l’expérience détermine si, comment et quand les capacités sont sollicitées. C’est le cas avec la théorie de l’attachement. Un thème clé de l’attachement est la façon dont les nourrissons gèrent leur détresse. La fréquence à laquelle ils vivent de la détresse et la façon dont ils l’expriment sont toutes deux influencées par des facteurs génétiques, mais les réactions au stress sont modifiées par l’expérience et l’apprentissage.</p><p>Les théoriciens de l’attachement croient que les modèles d’attachement entre le nourrisson et son fournisseur de soins sont essentiellement acquis. Bien que les caractéristiques des nourrissons contribuent à la relation entre le nourrisson et son fournisseur de soins, les expériences apportées par ce dernier constituent le facteur déterminant principal des modèles d’attachement. Selon la théorie de l’attachement, le facteur le plus important du développement d’un modèle d’attachement est la réaction d’un fournisseur de soins à un nourrisson en détresse.</p><p>Les recherches soutiennent ce point de vue. Le style parental a une incidence importante sur le comportement d’attachement d’un nourrisson. Les classifications des attachements entre les nourrissons et les fournisseurs de soins ont pu être prédites simplement en observant l’attitude des mères relativement à la naissance prochaine de leur enfant. De nombreuses études ont montré que les comportements maternels à la maison prédisent mieux l’attachement dont feront preuve les enfants à l’âge de un an que les comportements des nourrissons. Ces conclusions indiquent une influence importante de soins dans le développement des modèles d’attachement.</p><h2>L’attachement et les facteurs liés à la fourniture de soins</h2><h3>Style parental</h3><p>La deuxième partie de cette série décrit la façon dont les styles parentaux ont une influence sur la classification des attachements d’un enfant. Les fournisseurs de soins qui sont toujours disponibles et sensibles signaux envoyés par leur nourrisson, qui sont à l’écoute de ce dernier et acceptent sa détresse ont tendance à avoir des bébés qui sont profondément attachés à eux. En revanche, les fournisseurs de soins de nourrissons qui manifestent un attachement insécurisant ont tendance à moins réagir aux signes de détresse de leur bébé et à ses besoins de réconfort et de sécurité. Ces fournisseurs de soins ne sont pas présents sur le plan physique, psychologique ou émotif, et ils ont tendance à être insensibles et imprévisibles dans leur style parental.</p><h3>Sensibilité manifestée par le fournisseur de soins et style d’attachement</h3><p>En 1972, Sylvia Bell et Mary Ainsworth ont mené une étude sur la réactivité de la mère aux pleurs de son enfant. Les bébés dont la mère réagissait davantage pleuraient moins et émettaient des sons et faisaient des gestes plus variés. Des chercheurs ont depuis tenté de reproduire ces conclusions, mais ont obtenu des résultats mitigés. </p><p>La plupart des études sur le style parental et l’attachement tiennent compte de la sensibilité manifestée par les fournisseurs de soins ou de la réaction de ceux ci aux signaux de détresse des nourrissons. Un examen de 13 études effectué en 1987 sur la sensibilité des mères et sur l’attachement entre les nourrissons et les fournisseurs de soins, de même qu’un examen récent de 66 études effectué en 1997, a révélé que la sensibilité maternelle a un effet allant de faible à modéré sur l’attachement.</p><p>En général, les résultats sont variables et moins convaincants que ceux obtenus par mesdames Bell et Ainsworth en 1972, ce qui peut s’expliquer par la façon dont la sensibilité maternelle et l’attachement ont été définis. Dans beaucoup de cas, la définition de l’attachement est plus large et comprend un plus grand nombre d’aspects de la relation entre les nourrissons et les fournisseurs de soins que la conception originale de l’attachement en tant que phénomène protecteur utilisé dans l’étude de 1972.</p><p>Quelques études ont examiné la sensibilité maternelle précisément dans des situations de protection. Une étude a révélé qu’une faible réactivité maternelle avait un effet important sur l’attachement, mais seulement lorsque l’appui apporté par la société était faible. D’autres études ont constaté des différences importantes dans la façon d’apaiser un nourrisson difficile entre les mères de bébés manifestant un attachement sécurisant et les mères de bébés faisant preuve d’attachement résistant. Une autre étude a, quant à elle, montré que la gestion de la détresse par le fournisseur de soins prédisait l’attachement affectif.</p><p>Les données qui soutiennent le plus le lien qui existe entre le comportement d’un fournisseur de soins et l’attachement proviennent des recherches sur les nourrissons qui ont des relations d’attachement désorganisé avec leurs fournisseurs de soins. Les fournisseurs de soins qui favorisent l’attachement avec leur nourrisson peuvent avoir de la difficulté à le réconforter puisqu’ils suscitent de la peur chez le bébé. Il existe certaines données préliminaires à l’appui de cette théorie. On a déterminé que les comportements effrayants, effrayés ou extrêmement insensibles manifestés par les fournisseurs de soins sont accentués chez les fournisseurs de soins de nourrissons qui manifestent un attachement désorganisé par le paradigme de la situation étrange. Une discussion plus détaillée des influences parentales sur l’attachement désorganisé sera incluse dans la cinquième partie de cette série : L’attachement dans l’adversité.</p>. <h3>Attachement avec les fournisseurs de soins</h3><p>Comme nous l’avons vu, le style d’attachement parental prédit l’attachement entre les nourrissons et les fournisseurs de soins. Un examen de neuf études a trouvé que 77 % des adultes classifiés comme autonomes avaient des nourrissons manifestant un attachement sécurisant, que 57 % des adultes manifestant du rejet avaient des nourrissons faisant preuve d’attachement évitant, que 21 % des adultes préoccupés avaient des nourrissons résistants, et que 52 % des adultes non résolus avaient des nourrissons manifestant un attachement désorganisé.</p><p>Peu de données démontrent que des traits de personnalité précis chez un fournisseur de soins sont associés à une relation particulière d’attachement entre un nourrisson et son fournisseur de soins. Il existe cependant des preuves que le style parental en général et les antécédents d’attachement des fournisseurs de soins peuvent avoir une incidence importante sur l’attachement de leur nourrisson ou l’attachement dont feront preuve les générations futures.</p><h2>L’attachement et les facteurs liés aux nourrissons</h2><p>Les fournisseurs de soins ont clairement un rôle à jouer dans le développement des modèles et des comportements d’attachement. Peut on en dire autant pour les nourrissons? Les caractéristiques du nourrisson influencent¬ elles le développement des styles d’attachement? Les chercheurs sur l’attachement ont étudié certaines caractéristiques du nourrisson, dont le tempérament des nourrissons et la présence d’un état pathologique.</p><h3>Tempérament du nourrisson</h3><p>Le terme « tempérament » fait référence aux aspects du comportement d’un nourrisson et de la réactivité affective, lesquels sont déterminés par la génétique. Il est impossible d’obtenir une mesure exacte du tempérament, car l’expérience influence toujours le comportement. En général, les nourrissons ont toutefois tendance à présenter des différences visibles dans leur comportement qui sont présentes immédiatement après leur naissance, lesquelles ont sans doute une influence génétique importante. Le seuil d’un nourrisson pour l’expression de sa détresse est le facteur de tempérament. La détresse d’un nourrisson est un élément fondamental de la théorie de l’attachement. Il s’ensuit que le tempérament d’un nourrisson joue un rôle dans le développement des comportements d’attachement.</p><p>Les théoriciens du tempérament et de l’attachement s’accordent pour dire que l’attachement est influencé par les facteurs liés aux nourrissons et aux fournisseurs de soins, mais ils ne s’entendent pas sur l’accent mis sur chacune de ces variables. Ils ne sont également pas d'accord sur la signification du comportement des nourrissons énoncée par le paradigme de la situation étrange. Pour les théoriciens de l’attachement, le comportement d’un nourrisson tient compte de ses attentes envers son fournisseur de soins qui agit à titre de protecteur, et ce, en fonction de ses expériences en période de détresse.</p><p>En revanche, les théoriciens du tempérament croient que c’est le tempérament, et non les expériences avec les fournisseurs de soins, qui détermine la classification de l’attachement que manifeste un nourrisson. Selon la théorie du tempérament, il existe des différences innées dans l’intensité et la modulation de la détresse chez les nourrissons. Ces différences entraînent les divers comportements observés dans le paradigme de la situation étrange. Si nous considérons le cas de nourrissons qui ont une relation d’attachement évitant, les théoriciens du tempérament soutiennent que ces nourrissons sont physiologiquement programmés pour avoir des réactions de détresse relativement légères. Par conséquent, dans le paradigme de la situation étrange, les nourrissons manifestent peu de détresse et ne ressentent pas le besoin d’établir un contact avec leur fournisseur de soins lorsque celui ci revient. Mais ce n’est pas parce qu’ils l’évitent, comme l’affirmeraient les théoriciens de l’attachement.</p><p>De nombreuses preuves contredisent cette idée. Des études se penchant sur les réactions au stress physiologiques plutôt que comportementales ont révélé que les enfants qui manifestent de l’attachement évitant sont beaucoup plus éveillés sur le plan physiologique que d’autres nourrissons. Cela laisse croire que le comportement observé dans le paradigme de la situation étrange est la façon dont un enfant gère son stress plutôt que le niveau réel d’éveil ou de détresse. </p><h3>Troubles médicaux chez les nourrissons</h3><p>Les recherches sur l’attachement chez les nourrissons atteints de troubles médicaux donnent un aperçu du rôle que jouent les facteurs liés aux nourrissons dans le développement de l’attachement. La vie des nourrissons souffrant de troubles médicaux est souvent différente de celle des enfants en santé. Les études sur la façon dont ces circonstances extrêmes influencent l’attachement aident les chercheurs à comprendre la façon dont les facteurs liés aux nourrissons touchent le développement des modèles d’attachement.</p><p>Par le passé, on croyait que les troubles médicaux chez les nourrissons avaient des répercussions sur le sentiment d’attachement affectif. Au fil des années, un certain nombre d’études ont exploré l’incidence des divers troubles médicaux chez les nourrissons sur la relation entre ces derniers et les fournisseurs de soins. Certaines études ont révélé que les nourrissons qui ont des troubles médicaux sont plus souvent dans des relations d’attachement insécurisant que d’autres nourrissons. Une étude qui a analysé 34 études cliniques sur l’attachement a toutefois montré que les troubles médicaux chez les nourrissons avaient très peu de conséquences sur le style d’attachement. </p><h2>L’interaction entre le nourrisson et le fournisseur de soins</h2><p>Alan Sroufe, chercheur sur l’attachement, illustre la façon dont les qualités innées chez le nourrisson et la façon dont les parents élèvent leurs enfants peuvent interagir dans le développement des comportements d’attachement. Alors que les styles parentaux déterminent la classification des attachements, le tempérament du nourrisson peut définir le sous groupe auquel appartient le bébé à l’intérieur d’une catégorie principale d’attachement. Ce sujet fait l’objet de discussions plus loin dans cet article. De plus, alors que les soins fournis par les fournisseurs de soins déterminent l’attachement affectif d’un enfant, le tempérament du nourrisson définit la forme particulière par laquelle son insécurité sera exprimée. Par ailleurs, bien que le tempérament d’un nourrisson détermine son type de comportement, la réaction du fournisseur de soins à ces comportements définit la façon dont les tendances innées du nourrisson se développeront en un style d’attachement particulier.</p><p>Certains nourrissons appartiendront à des sous groupes des classifications principales de l’attachement, ce qui appuie l’explication de M. Sroufe sur l’interaction des facteurs liés aux nourrissons et ceux liés aux fournisseurs de soins. Un sous groupe de nourrissons prédisposés à des degrés élevés de détresse exprime des émotions fortes dans le paradigme de la situation étrange lorsqu’ils sont séparés de leur fournisseur de soins, et ils cherchent vigoureusement à établir un contact avec lui lorsqu’il revient. Mais étant donné que ces nourrissons ne sont pas ambivalents à entrer en contact avec les autres et peuvent être facilement apaisés par les fournisseurs de soins, ils sont placés dans la catégorie de l’attachement sécurisant plutôt que résistant. De la même façon, il existe un sous groupe de nourrissons qui ont une relation d’attachement sécurisant qui manifestent peu de détresse et cherchent peu à établir des contacts. On les classe dans la catégorie de l’attachement sécurisant au lieu d’évitant parce qu’ils réagissent de façon positive au retour de leur fournisseur de soins.</p><h3>Régulation des émotions</h3><p>Le terme « régulation des émotions » fait référence à l’adaptation des réactions émotives dans le but de satisfaire les demandes et les attentes de l’environnement. C’est par le processus de la régulation des émotions que les facteurs liés au nourrisson et ceux liés au fournisseur de soins influencent les relations d’attachement. Au départ, c’est le tempérament du nourrisson qui détermine l’intensité de sa réaction de détresse. Avec le temps, la réaction du fournisseur de soins déterminera la façon dont le nourrisson apprend à réguler sa réaction innée de détresse.</p><p>Certains faits laissent entendre que les fournisseurs de soins qui appartiennent aux trois groupes d’attachement perçoivent les émotions différemment. Par exemple, les fournisseurs de soins qui s’occupent de nourrissons qui ont une relation d’attachement évitant n’étiquettent pas les émotions avec autant d’intensité que d’autres fournisseurs de soins. Cela pourrait être l’un des mécanismes qui influent sur le développement des modèles d’attachement.</p><p>L’attachement est un aspect de la relation entre les nourrissons et les fournisseurs de soins. Les deux parties contribuent au développement des modèles d’attachement chez les nourrissons. C’est l’interaction entre le tempérament du nourrisson et la réaction du fournisseur de soins aux émotions du nourrisson qui déterminent la façon dont le bébé réagira lorsqu’il est anxieux. Bien que les facteurs liés au nourrisson et à ceux du fournisseur de soins interagissent pour exercer une influence sur l’attachement, c’est le fournisseur de soins principal qui joue le plus grand rôle dans la détermination de la relation d’attachement. La capacité de raisonnement et de compréhension d’un fournisseur de soins est de loin supérieure à celle du nourrisson. En raison de la dépendance du nourrisson à l’égard de son fournisseur de soins, cette capacité place les fournisseurs de soins en position de responsabilité et de contrôle dans le développement des comportements d’attachement chez les nourrissons.</p><p>Susman-Stillman A, Kalkoske M, Egeland B, Waldman I. Infant temperament and maternal sensitivity as predictors of attachment security. <i>Infant Behaviour and Development</i>. 1996;19:33-47.</p> <p>Van Ijzendoorn MH. Adult attachment representations, parental responsiveness and infant attachment: a meta-analysis of the predictive validity of the Adult Attachment Interview. <i>Psychological Bulletin</i>. 1995;117:343-387.</p> <p>The Infant Mental Health Promotion Project and the Department of Psychiatry, The Hospital for Sick Children. A Simple Gift: Comforting Your Baby [video]. Toronto: The Hospital for Sick Children; 1998. Used by permission.</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/AKHAssets/attachment_part_4.jpg

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.