AboutKidsHealth (FR) AKH-Article

 

 

Le VIH et le sidaLLe VIH et le sidaHIV and AIDSFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2013-12-18T05:00:00ZDebra Louch, RN;Ari Bitnun, MD, MSc, FRCPC;Stanley Read, MD, PhD, FRCPC, FAAP;Georgina MacDougall, RN;Miriam Kaufman, BSN, MD, FRCPC8.0000000000000061.00000000000002315.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur le VIH, le sida et les tests et les traitements possibles.</p><h2>Qu’est-ce que le VIH?</h2><p>Le VIH (ou virus de l’immunodéficience humaine) est un virus qui s’attaque à certains globules blancs, aussi appelés cellules sanguines, du système immunitaire. Ces cellules permettent à l’organisme de combattre les infections. Les cellules ciblées portent divers noms : cellules CD4, cellules CD4+, cellules T, cellules assistantes ou lymphocytes CD4. Le VIH infecte les cellules CD4 et affaiblit le système immunitaire au fil du temps, d’où le risque de contracter d’autres infections graves. Cet affaiblissement porte aussi le nom de déficience immunitaire.</p><p>Les personnes infectées par le VIH sont dites séropositives et celles qui ne le sont pas sont dites séronégatives.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Infection d’une cellule par le VIH</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step1_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Le VIH se fixe d’abord à la cellule CD4, puis la pénètre.</figcaption> </figure> <h3>Le VIH affaiblit le système immunitaire et entraîne l’apparition d’autres infections ou maladies.</h3><p>Une fois que le VIH a pénétré dans la cellule CD4, il se sert de sa machinerie cellulairei pour créer des copies de lui-même. Ce processus, qui se nomme réplication virale, détruit la cellule.</p><p>Chez les personnes non traitées, la quantité de copies du virus dans le sang, appelée charge virale, augmente à mesure que l’infection progresse dans l’organisme. Plus la charge virale est élevée, plus il y a des virus dans le sang.</p> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step2_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Le VIH fait des copies de lui-même à l’intérieur des cellules CD4, ce qui les détruit.</figcaption> </figure> <p>Par conséquent, les cellules CD4 diminuent, car le nombre croissant de copies de VIH en détruisent de plus en plus. Le terme numération des cellules CD4 renvoie au nombre de cellules CD4 dans le sang. Quand le nombre de cellules CD4 diminue, le système immunitaire s a de plus en plus de mal à lutter contre les infections et la personne tombe malade.Ces infections, qui sont normalement inoffensives chez les personnes séronégatives, se nomment infections ou maladies opportunistes.</p> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step3_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">À défaut de traitement, la numération de CD4 devient très faible, ce qui entraîne affaiblit le système immunitaire.​</figcaption> </figure> <h3>Différence entre le VIH et le sida</h3><p>L’infection à VIH (ou la séropositivité) signifie que le virus a pénétré l’organisme. Certaines personnes infectées ne présenteront aucun symptôme pendant une période assez longue, tandis que des maladies apparaîtront plus rapidement chez d’autres. Une fois que votre enfant contracte le VIH, il ne s’en sera débarrassera jamais.</p><p>Le sida est le syndrome d'immunodéficience acquise. Il s’agit du stade avancé de l’infection à VIH qui se manifeste quand le système immunitaire est si affaibli que les personnes infectées sont atteintes de maladies opportunistes. Cela se produit lorsque:</p><ul><li>la numération CD4 est très faible,</li><li>certains types d’infections graves ou de cancers apparaissent.</li></ul><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le VIH est un virus qui se loge dans certains globules blancs permettant à l’organisme de lutter contre les infections et les détruit.</li> <li>Sans traitement contre le VIH, il affaiblit le système immunitaire.</li> <li>Chez les bébés, l’infection à VIH peut être transmise par les mères séropositives pendant la grossesse, à l’accouchement ou lors de l’allaitement. Ils peuvent aussi être infectés au cours de transfusions de sang ou de produits de sang infectés, ainsi que par des seringues ou des instruments chirurgicaux contaminés.</li> <li>De nombreux problèmes de santé peuvent être évités lorsque l’infection à VIH est dépistée précocement.</li> <li>Les enfants séropositifs peuvent conserver la santé et vivre normalement s’ils obtiennent régulièrement des soins de leur centre VIH et prennent leurs médicaments de la manière prescrite.</li> </ul><h2>Comment les enfants sont-ils infectés par le VIH?</h2> <p>Chez les enfants, l’infection peut être due aux situations suivantes :</p> <ul> <li>Les femmes séropositives peuvent, à leur insu, transmettre le VIH à leur bébé pendant la grossesse, à l’accouchement ou durant l’allaitement. Certaines ne savent pas qu’elles sont infectées par le virus avant de devenir enceintes et de subir un test de dépistage. C’est de cette façon que la plupart des enfants sont infectés. Si vous êtes séropositive et enceinte, nous vous recommandons de consulter notre page Web <a>Le VIH et la grossesse</a>. Vous y apprendrez comment réduire le risque de transmission du virus à votre bébé et de quelle manière on détermine si votre bébé est infecté.</li> <li>Certains enfants contractent le VIH au cours d’une transfusion de sang ou de produits sanguins contaminés. Cependant, cela se produit rarement à l’heure actuelle étant donné qu’on fait le dépistage du VIH de tous les dons de sang dans la majorité des pays. De plus, les enfants peuvent être infectés par des seringues ou des instruments chirurgicaux contaminés. Toutefois, cela se produit dans les pays où le dépistage du VIH des dons destinés aux banques de sang n’est pas effectué et où les seringues et les instruments ne sont pas nettoyés et stérilisés de façon appropriée.</li> <li>Les adolescents qui ont des relations sexuelles non protégées ou les enfants ayant subi des sévices sexuels peuvent être infectés par le VIH.</li> <li>Le partage de seringues (pour l’injection de drogues) ou d’aiguilles (pour les tatouages ou le perçage corporel) ayant servi à une personne contaminée constitue un facteur de risque.</li> </ul><h2>Tests de dépistage du VIH</h2><p>​Le médecin ne peut pas vous dire si votre enfant est séropositif simplement en le regardant. En général, rien ne peut permettre de faire la distinction entre les enfants séropositifs et séronégatifs. Les infections d’autres types que présentent les enfants peuvent être causées par le VIH. Il peut toutefois s’agir d’infections que les enfants auraient contractées de toute manière.</p><h3>Tests de dépistage du VIH chez les bébés​</h3><p>Le médecin de votre bébé doit faire trois analyses analyses sanguines. La première est faite peu après la naissance et, d’habitude, la deuxième et la troisième se font respectivement à l’âge d’un mois et de deux mois. L’analyse sert à dépister le VIH dans le sang de votre bébé. Vous devez compter environ un mois avant que le médecin obtienne les résultats. Si ceux-ci sont négatifs (ne révèlent aucun virus), votre bébé est séronégatif, c’est-à-dire, qu’il n’a pas contracté le VIH.</p><h3>Tests de dépistage du VIH chez les enfants</h3><p>Chez les enfants plus âgés et les adultes, le test habituel de dépistage du VIH se sert des anticorps. Les <a href="/Article?contentid=926&language=French">anticorps </a> sont des protéines que fabrique le système immunitaire pour lutter contre les infections. Quand une personne est atteinte d’une infection ou se fait vacciner, son organisme crée des anticorps pour combattre le microbe qui l’a rendu malade ou qui a été utilisé pour produire le vaccin.</p><p>Les personnes dont le sang contient des anticorps du VIH sont habituellement séropositives. Malheureusement, ces anticorps ne protègent pas l’organisme contre le VIH.</p><p>L’analyse des anticorps ne peut pas être utilisée pour les bébés étant donné que pendant la grossesse, les mères leur transmettent certains de leurs propres anticorps. Cela veut dire que les analyses des anticorps révéleront invariablement la présence d’anticorps du VIH chez les bébés auxquels ont donné naissance des femmes séropositives même s’ils ne sont pas infectés par le VIH.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Anticorps anti-VIH traversent le placenta​</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_crossing_placenta_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Les anticorps anti-VIH de la mère peuvent être transmis au bébé pendant la grossesse. L’analyse des anticorps chez les nouveaux-nés ne permet donc pas de déceler avec exactitude la présence du VIH.​</figcaption> </figure> <h3>Tests de suivi de l’infection à VIH</h3><p>Des analyses de sang de votre enfant seront effectuées à des intervalles de trois à quatre mois afin de faire le suivi de l’infection. Deux tests seront réalisés à cette fin:</p><ul><li>La charge virale sera déterminée afin de mesurer la quantité de copies du VIH dans le sang. La mesure de la charge virale est exprimée en nombre de copies (c)de virus par millilitre (pm) de sang (cpm).</li><li>On déterminera également la numération des cellules CD4. Les résultats de ce test permettent à l’équipe de soins de santé de savoir dans quelle mesure le système immunitaire fonctionne normalement. La numération habituelle de cellules CD4 chez les enfants varie selon l’âge.</li></ul><h2>Traitements de l’infection à VIH</h2> <p>Les deux principaux types de traitement des enfants et des adolescents séropositifs sont:</p> <ul> <li>l’administration de médicaments pour le traitement de l’infection à VIH,</li> <li>l’administration de médicaments pour prévenir d’autres types d’infections.</li> </ul> <h3>Médicaments servant au traitement de l’infection au VIH</h3> <p>Les médicaments servant au traitement de l’infection au VIH empêchent le virus de se répliquer ou de pénétrer les cellules CD4. Ils s’appellent antirétroviraux (ARV).</p> <p>La plupart du temps, le traitement consiste à prendre un minimum de trois types de médicaments. Quand ces derniers sont pris en association, on parle souvent de thérapie antirétrovirale combinée ou de traitement antirétroviral hautement actif (TAHA). Comme le TAHA diminue le risque de résistance à l’un ou l’autre des médicaments, il constitue le traitement le plus efficace à long terme. La combinaison des médicaments permet de diminuer les nombre de pilules à prendre quotidiennement.</p> <p>Pour que ces médicaments soient efficaces, ils doivent être pris régulièrement de la manière prescrite sans sauter de dose. En vous conformant au traitement de façon appropriée, votre enfant peut conserver la santé et vivre normalement.</p> <p>Pour plus de renseignements au sujet de médicaments spécifiques, consultez le site Web <a href="http://www.sickkids.ca/Go-Positive/Medications/index.html">Positively Good 2 Go</a> (en anglais seulement) de SickKids.</p> <h3>Médicaments servant à prévenir d’autres infections</h3> <p>D’autres sortes de médicaments sont administrés pour lutter contre toute autre infection. Par exemple, le triméthoprime-sulfaméthoxazole (Septra) est donné pour prévenir un certain type de pneumonie grave. Les enfants ne prennent toutefois pas tous ces médicaments préventifs. Ceux-ci ne sont prescrits que si leur système immunitaire est trop affaibli pour prévenir les infections de ce type.</p> <p>Gestion des médicaments anti-VIH</p> <p>Votre enfant peut devoir prendre des médicaments anti-VIH. Votre fournisseur de soins de santé tiendra compte, entre autres, des facteurs suivants pour amorcer son traitement:</p> <ul> <li>ses antécédents médicaux (temps qui s’est écoulé depuis le diagnostic, symptômes et autres infections),</li> <li>sa numération de cellules CD4,</li> <li>sa charge virale.</li> </ul> <p>L’équipe de soins de santé discutera avec vous des possibilités de traitement de votre enfant. Il existe de nombreuses associations possibles de médicaments. Vous et l’équipe devrez choisir une combinaison efficace pour votre enfant.</p> <p>À mesure que vous apprenez à gérer les médicaments, vous connaîtrez ce en quoi consiste :</p> <ul> <li>eur efficacité : dans quelle mesure ils permettent de réduire la charge virale et d’augmenter la numération de cellules CD4 de votre enfant,</li> <li>leur durée d’action : combien de temps ils demeurent efficaces chez votre enfant,</li> <li>leur tolérance : la facilité avec laquelle votre enfant les prend ainsi que leurs effets secondaires éventuels et leur gravité.</li> </ul> <h3>Comment administrer les médicaments</h3> <p>La dose et la fréquence d’administration varient selon chaque médicament. Votre équipe de soins de santé vous dira comment et quand administrer les médicaments prescrits à votre enfant.</p> <p>Les médicaments ne seront efficaces que si votre enfant les prend tous les jours à l’heure fixée. Il peut être difficile de respecter l’horaire de prise de médicaments, mais la santé à long terme de votre enfant en dépend.</p> <h3>L’importance de ne pas oublier de donner à votre enfant ses médicaments</h3> <p>Le fait de sauter des doses de médicaments peut permettre au virus de se répliquer plus facilement, ce qui augmenterait donc la quantité de copies de VIH (charge virale accrue) dans le sang de votre enfant. Lorsque la charge virale augmente, le virus peut acquérir une résistance aux médicaments et peut affaiblir davantage le système immunitaire. Le fait de sauter quelques doses est suffisant pour provoquer ces phénomènes. Si le virus acquiert une résistance aux médicaments de votre enfant, d’autres antiviraux agissant de façon similaire risquent également d’être inefficaces.</p> <p>NE cessez PAS de donner les médicaments prescrits à votre enfant sans en parler préalablement à votre médecin.</p> <h2>Effets secondaires des médicaments anti-VIH</h2> <p>La plupart des gens ne présentent aucun effet secondaire des médicaments anti-VIH. Lorsque des effets secondaires se manifestent, leur importance s’échelonne de très faible à très grave. Chaque médicament provoque ses propres effets secondaires, mais ils ont également en commun. Certains effets secondaires courants sont présentés ci-dessous en fonction de leur incidence (du plus courant au plus rare).</p> <h3>Troubles de l’appareil digestif</h3> <p>Les effets secondaires les plus souvent et communément observés chez les personnes prenant des médicaments anti-VIH sont des troubles de l’estomac ou des intestins, à savoir des nausées, des <a>vomissements</a>, lla perte d’appétit, des <a>diarrhées </a> et la flatulence. L’équipe de soin peut employer le terme symptômes gastro-intestinaux (GI) pour désigner ces troubles.</p> <p>L’infection à VIH peut aussi provoquer des troubles digestifs.</p> <p>Voici des conseils pour composer avec les symptômes GI de votre enfant:</p> <ul> <li>donnez-lui des repas légers fréquents,</li> <li>donnez-lui une collation salée avant qu’il prenne ses médicaments,</li> <li>choisissez des aliments fades, inodores et froids.</li> </ul> <h3>Éruption cutanée</h3> <p>Les éruptions cutanées sont aussi des effets secondaires relativement courants des médicaments antirétroviraux. Dans certains cas, elles sont légères et disparaissent avec le temps sans avoir à cesser l’administration des médicaments à votre enfant. Cependant, dans d’autres cas, il peut s’agir d’un effet secondaire grave. Signalez toute éruption cutanée qui se manifeste pour la première fois à votre médecin, particulièrement si elle se produit dans le mois ou les deux mois qui suivent le moment où votre enfant a commencé à prendre un nouveau médicament.</p> <h3>Réactions allergiques</h3> <p>Avant de commencer à donner tout médicament anti-VIH à votre enfant, signalez à votre médecin toute réaction allergique à d’autres médicaments qu’a eu votre enfant auparavant. </p> <p>Les éruptions cutanées que causent les médicaments anti-VIH sont habituellement légères ou modérées et ne présentent aucun danger. Toutefois, dans de rares cas, elles peuvent empirer et avoir des conséquences plus graves. Elles sont alors accompagnéesde fièvre, de nausées ou de vomissements, de cloques ou de douleurs musculaires ou articulaires. Il est donc préférable d’amener votre enfant chez le médecin s’il présente une éruption cutanée.</p> <h3>Syndrome lipodystrophique</h3> <p>Certains médicaments anti-VIH peuvent causer le syndrome lipodystrophique. Ce dernier consiste en une redistribution de la graisse dans l’organisme. Par exemple, la graisse du visage peut diminuer et celle du ventre peut augmenter. Le syndrome lipodystrophique peut aussi accroître les taux de sucre, d’insuline et de graisse dans le sang, ce qui peut avoir des répercussions à long terme sur la santé.</p> <h3>Toxicité du foie</h3> <p>Les médicaments anti-VIH peuvent endommager le foie, bien que cela ne se produise que très rarement. Les symptômes sont, entres autres, les suivants :</p> <ul> <li>nausées et vomissements,</li> <li>douleurs abdominales (maux de ventre),</li> <li>urine de couleur foncée,</li> <li>jaunissement des yeux et de la peau.</li> <li>Les dommages sont réversibles si vous cessez l’administration des médicaments assez rapidement. Des analyses de sang seront faites régulièrement pour surveiller les effets des médicaments sur le foie de votre enfant.</li> </ul> <h3>Gestion des effets secondaires</h3> <p>Signalez toujours dès que possible à votre équipe de soins de santé les symptômes de votre enfant, car ces manifestations peuvent être provoquées par un médicament. Il peut être indiquer que votre enfant continue de prendre le médicament si les effets secondaires ne sont pas trop graves étant donné qu’ils sont susceptibles de s’atténuer ou de disparaître d’eux-mêmes.</p> <p>Si un effet secondaire est important ou que votre enfant ne peut pas le supporter, il devra peut-être cesser de prendre le médicament.</p> <p>Assurez-vous que votre équipe de soins de santé connaît tous les médicaments et les suppléments (comme les vitamines et les herbes médicinales) que votre enfant prend, car les effets secondaires peuvent parfois être causés par des interactions entre eux.</p> <p>Vous devriez aussi discuter avec votre équipe de soins de santé des effets secondaires possibles de tout nouveau médicament (y compris tous ceux qui sont naturels et à base d’herbes médicinales) avant que votre enfant commence le traitement.</p> <h3>​Interactions entre les médicaments</h3> <p>Les antirétroviraux peuvent réagir avec d’autres médicaments, lesquels peuvent en accentuer ou en affaiblir l’effet. Dans certains cas, ce sont les antirétroviraux qui augmenteront ou réduiront l’effet d’autres médicaments.</p> <p>Conservez une liste de tous les médicaments que votre enfant prend, y compris les autres médicaments sur ordonnance et ceux en vente libre dans les pharmacies ainsi que les vitamines et les suppléments à base d’herbes médicinales.</p>
HIV and AIDSHHIV and AIDSHIV and AIDSEnglishInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2013-12-18T05:00:00ZDebra Louch, RN;Ari Bitnun, MD, MSc, FRCPC;Stanley Read, MD, PhD, FRCPC, FAAP;Georgina MacDougall, RN;Miriam Kaufman, BSN, MD, FRCPC8.0000000000000061.00000000000002315.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Learn more about HIV, AIDS and the test and treatment options that are available.</p><h2>What is HIV?</h2> <figure><span class="asset-image-title">HIV infects cell</span><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step1_MED_ILL_EN.jpg" alt="" /><figcaption class="asset-image-caption">HIV attaches to the CD4 cell and then enters the cell.</figcaption> </figure> <p>HIV stands for human immunodeficiency virus. HIV is a virus that infects certain white blood cells of the <a href="/Article?contentid=926&language=English">immune system</a>. These cells have several names: CD4 cells, CD4+ cells, T cells, helper cells or CD4 lymphocytes. CD4 cells fight off infections. HIV infects and destroys CD4 cells and makes the immune system weaker over time. This puts a person at risk of other serious infections.</p><p>People who are infected with HIV are called HIV-positive. People who are not infected with HIV are called HIV-negative.</p><h3>HIV weakens the immune system and makes you sick</h3><div class="akh-series"><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step2_MED_ILL_EN.jpg" alt="" /><figcaption class="asset-image-caption">HIV makes copies of itself inside CD4 cells. This destroys the CD4 cells.</figcaption> </figure> <p>When HIV enters the CD4 cell, it uses the cell machinery to make copies of itself. This is called viral replication. The process of viral replication destroys the cells.</p><p>Without medication the amount of viruses in the blood rises. The amount of viruses in the blood is called viral load. The higher the viral load, the more viruses there are in the blood.</p></div></div><div class="row"><div class="col-md-12"> <figure><img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step3_MED_ILL_EN.jpg" alt="" /><figcaption class="asset-image-caption">Without medication, the number of the CD4 cells becomes very low as the viral load goes up, and the immune system is weakened.</figcaption> </figure> <p>Without treatment, the number of CD4 cells decreases because they are destroyed by an increasing number of HIV. The number of CD4 cells in the blood is called CD4 cell count. When the CD4 cell count drops, it becomes harder for the immune system to fight off infections and the person becomes ill. These infections that are normally harmless for HIV-negative people are called opportunistic infections or opportunistic diseases.</p></div></div></div><h3>Difference between HIV and AIDS</h3><p>HIV infection means that the virus is in the person's body. Some people will remain healthy with their infection for some time, while others will get sick sooner. Once HIV is in your child's body, it never goes away.</p><p>AIDS stands for Acquired Immune Deficiency Syndrome. It is a late stage of HIV infection, which happens when the immune system is so damaged that opportunistic diseases have developed. This occurs when:</p><ul><li>the CD4 count is very low</li><li>certain types of serious infections or cancers develop</li></ul><br><h2>Key points</h2><ul><li>HIV is a virus that takes over and destroys certain types of white blood cells that fight infections.</li><li>If left untreated, HIV weakens the immune system.</li><li>Children can get HIV from their mothers during pregnancy, at birth or through breastfeeding, through blood or blood products that are infected with HIV, or through infected needles or surgical equipment.</li><li>Many problems can be prevented if the HIV infection is caught early on.</li><li>Children with HIV can live healthy, normal lives if they go to their clinic regularly for health care and take their medicines as prescribed.</li></ul><h2>How children get HIV</h2> <p>Children can get HIV in the following ways:</p> <ul> <li>A woman infected with HIV can unknowingly pass it onto her baby during pregnancy, at birth or after pregnancy through breastfeeding. Some women do not know they have HIV until they are pregnant and get tested. Most children are infected this way. If you are HIV-positive and having a baby, please visit our page on <a href="/Article?contentid=908&language=English">HIV and pregnancy</a>. It explains how to lower the risk that your baby will get HIV and how to find out if your baby is infected.</li> <li>Some children get HIV through blood or blood products that have HIV in them. This is very rare now as the blood supply in most countries is tested for HIV. Some children also get HIV through contaminated needles or surgical equipment. This usually happens in countries where the blood supply is not tested and surgical equipment and needles are not properly cleaned and sterilized.</li> <li>Teenagers who have unprotected sex or children who have been abused can become infected with HIV.</li> <li>Sharing needles that have been in contact with contaminated blood, such as in drug use, tattooing or body piercing.</li> </ul><h2>Tests for HIV</h2><p>The doctor cannot tell if your child has HIV just by looking at them. Most of the time, children with HIV look the same as HIV-negative children. If a child becomes sick with other infections, this could be related to HIV. It could also be an infection that the child would have had anyway.</p><h3>Tests for HIV in babies</h3><p>Your child's doctor needs to test your baby's blood soon after birth and two more times, usually when your baby is one month old and two months old. The test looks for HIV in your baby's blood. It takes about a month to get the test results back. If the tests do not find any virus, it means your baby is not infected with HIV.</p><h3>Tests for HIV in children</h3><p>For older children and adults, the regular HIV test is an antibody test. <a href="/Article?contentid=926&language=English">Antibodies</a> are what the immune system makes to help fight off infections. When someone has an infection or receives a vaccine, their body makes antibodies against the bug that made them sick or was used in the vaccine.</p><p>If someone has HIV antibodies in their blood, it usually means they have HIV. Unfortunately HIV antibodies do not protect against HIV.</p><p>The antibody test does not work for babies because when a woman is pregnant, she passes some of her own antibodies to her baby. This means that if a woman has HIV, the antibody test will always find HIV antibodies in her baby's blood, even if the baby does not have HIV infection.</p> <figure> <span class="asset-image-title">HIV antibodies cross the placenta</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_crossing_placenta_MED_ILL_EN.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">The mother's antibodies against HIV can be passed to the baby during pregnancy. Therefore, antibody testing for newborn babies cannot accurately check for the presence of HIV.</figcaption> </figure> <h3>Tests to monitor HIV infection</h3><p>Every three to four months, blood work will be done to assess how your child is doing with the HIV infection. Two tests will be done:</p><ul><li>The viral load will be checked to measure the amount of HIV in the blood. Viral load is measured in copies of virus per millilitre of blood (cpm).</li><li>The CD4 cell count will be checked to measure the number of CD4 cells present in the blood. This test tells the health-care team how well the immune system is doing. The normal number of CD4 cells for a child depends on the age of the child.</li></ul><h2>Treatments for HIV</h2> <p>Two main types of treatment are given to children and teenagers with HIV:</p> <ul> <li>medicines to treat the HIV</li> <li>medicines to prevent other infections</li> </ul> <h3>Medicines to treat the HIV</h3> <p>Medicines that treat HIV prevent the virus from making more copies of itself or entering CD4 cells. These medicines are called anti-retrovirals (ARVs).</p> <p>Most of the time HIV treatment consists of taking three or more types of medication. When given in combination, the treatment is often referred to as combination antiretroviral therapy or highly active antiretroviral therapy (HAART). Using HAART decreases the chance that resistance will develop to any one medication, making the treatment more effective in the long-term. The combination products lower the number of pills needed each day.</p> <p>To work properly, these medicines must be taken as prescribed, without any missed doses. If your child follows their treatment properly, they can live a healthy, normal life.</p> <p>For more information on specific medications, visit SickKids <a href="http://www.sickkids.ca/Go-Positive/Medications/index.html">Positively Good 2 Go</a> website.</p> <h3>Medicines to prevent other infections</h3> <p>Other medicines are given to prevent other infections. These include medications such as trimethoprim-sulfamethoxazole (Septra), which is given to prevent a certain type of bad pneumonia. Not all children need these preventive medicines. They are given only when the child's immune system is too weak to prevent these kinds of infections.</p> <p>Managing HIV medication</p> <p>Your child (or teenager) may need to take anti-HIV medicine. Some of the things that your health-care team will consider when deciding to start a treatment include:</p> <ul> <li>your child's medical history (time since diagnosis, symptoms, other infections)</li> <li>your child's CD4 count</li> <li>your child's viral load</li> </ul> <p>The health-care team will discuss your child's treatment options with you. There are many possible medicine combinations. You and your health-care team need to decide on a combination that will work for your child.</p> <p>As you learn to manage your child's HIV medications, you will learn about:</p> <ul> <li>Efficacy: How well they work to lower your child's viral load and increase their CD4 count.</li> <li>Durability: How long they remain effective.</li> <li>Tolerability: How easy it is for your child to take the medications, what side effects may occur and how serious they are.</li> </ul> <h3>How to take HIV medication</h3> <p>Each medication has different dosing and frequency. Your health-care team will tell you how and when your child should take the medication.</p> <p>The medications will only work if your child takes them at the right time every day. Sticking to the schedule (adherence) can be difficult but is important for your child's long-term health.</p> <h3>The importance of not forgetting your child's medicines</h3> <p>Missing doses of medicines can allow the virus to replicate more easily. This will lead to an increase in the amount of HIV in your child's blood (increased viral load). When this happens the virus can become resistant to the medication your child is taking. This also risks your child's immune system being further damaged. A few missed doses can be enough for this to happen. If the virus becomes resistant to the medications your child is taking, other antiretroviral medications that work in a similar way may also become ineffective.</p> <p>Do NOT stop your child's medication without speaking to your doctor first.</p> <h2>Side effects of anti-HIV medication</h2> <p>Most people do not have side effects from the anti-HIV medication. When side effects happen they can range from very mild to very severe. Every medication has its own unique side effects but there are some common ones listed below. They are examples listed from the most common to the most uncommon.</p> <h3>Digestive problem</h3> <p>Stomach or bowel problems are the most commonly noticed side effects by people taking anti-HIV medicines. They include nausea, <a href="/Article?contentid=746&language=English">vomiting</a>, loss of appetite, <a href="/Article?contentid=7&language=English">diarrhea</a> and excess gas. The health-care team may call these gastrointestinal (GI) symptoms.</p> <p>HIV disease can also cause digestive problems.</p> <p>Here are some tips to help you with GI symptoms:</p> <ul> <li>Eat small but frequent meals.</li> <li>Eat salty snacks before taking medications.</li> <li>Eat cool, bland and odourless foods.</li> </ul> <h3>Rash</h3> <p>Skin rash is another relatively common side effect of antiretroviral medications. In many cases the rash is mild and resolves over time without stopping the medication. In some cases rash can be a serious side effect. You should let your doctor know about a new rash, especially if it appears within one or two months of starting a new medicine.</p> <h3>Allergic reactions</h3> <p>Before starting any anti-HIV medication, tell your doctor about any allergic reactions to other medications your child has had.</p> <p>A rash caused by anti-HIV medications is usually mild or moderate and not dangerous. However, in rare cases, the reaction may become more severe and have more serious consequences. A more severe allergic reaction could be a rash that is accompanied by fever, nausea or vomiting, blisters, or muscle or joint pain. For this reason, it is best that you bring your child to see a doctor if a rash appears.</p> <h3>Lipodystrophy Syndrome</h3> <p>Lipodystrophy syndrome can happen when taking certain kinds of anti-HIV medication. The body fat is relocated in other places. For example fat may decrease on the face and increase on the belly. Lipodystrophy syndrome may also increase sugar, insulin or fat levels in the blood which may have long-term effects on your health.</p> <h3>Liver toxicity</h3> <p>Very rarely, anti-HIV medications may cause damage to the liver. Symptoms may include:</p> <ul> <li>nausea and vomiting</li> <li>abdominal pain (belly ache)</li> <li>dark coloured urine</li> <li>yellowing of the eyes or skin</li> </ul> <p>The damage can be reversed if the medication is stopped early enough. Your child will have regular blood tests to monitor the effect of the medications on their liver.</p> <h3>Managing side effects</h3> <p>Always talk with your health-care team as soon as possible about any symptoms your child has. It may be a side effect of a medication. If the side effect is not too serious, waiting it out may be an option. Sometime side effects improve or go away on their own.</p> <p>If the side effect is severe, or bothers your child too much, the medicine may need to be stopped.</p> <p>Make sure your health-care team knows all the medications and supplements (such as vitamins and herbal medicine) your child is taking because sometimes side effects can be due to interactions between medications.</p> <p>You should speak to your health-care team about possible side effects before your child starts any new treatments (including natural and herbal).</p> <h3>Medication interactions</h3> <p>Antiretroviral medications may interact with other medications. Other medications may lower or increase the effect of antiviral medications, or in some cases, the antiviral medication may lower or increase the effect of other medications.</p> <p>Keep a list of all medications your child is taking, including other prescription medications, medications that you can buy in the pharmacy without a prescription, and vitamins or herbal supplements.</p>

 

 

Le VIH et le sida910.000000000000Le VIH et le sidaHIV and AIDSLFrenchInfectious DiseasesChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BodyImmune systemConditions and diseasesCaregivers Adult (19+)NA2013-12-18T05:00:00ZDebra Louch, RN;Ari Bitnun, MD, MSc, FRCPC;Stanley Read, MD, PhD, FRCPC, FAAP;Georgina MacDougall, RN;Miriam Kaufman, BSN, MD, FRCPC8.0000000000000061.00000000000002315.00000000000Health (A-Z) - ConditionsHealth A-Z<p>Apprenez-en davantage sur le VIH, le sida et les tests et les traitements possibles.</p><h2>Qu’est-ce que le VIH?</h2><p>Le VIH (ou virus de l’immunodéficience humaine) est un virus qui s’attaque à certains globules blancs, aussi appelés cellules sanguines, du système immunitaire. Ces cellules permettent à l’organisme de combattre les infections. Les cellules ciblées portent divers noms : cellules CD4, cellules CD4+, cellules T, cellules assistantes ou lymphocytes CD4. Le VIH infecte les cellules CD4 et affaiblit le système immunitaire au fil du temps, d’où le risque de contracter d’autres infections graves. Cet affaiblissement porte aussi le nom de déficience immunitaire.</p><p>Les personnes infectées par le VIH sont dites séropositives et celles qui ne le sont pas sont dites séronégatives.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Infection d’une cellule par le VIH</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step1_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Le VIH se fixe d’abord à la cellule CD4, puis la pénètre.</figcaption> </figure> <h3>Le VIH affaiblit le système immunitaire et entraîne l’apparition d’autres infections ou maladies.</h3><p>Une fois que le VIH a pénétré dans la cellule CD4, il se sert de sa machinerie cellulairei pour créer des copies de lui-même. Ce processus, qui se nomme réplication virale, détruit la cellule.</p><p>Chez les personnes non traitées, la quantité de copies du virus dans le sang, appelée charge virale, augmente à mesure que l’infection progresse dans l’organisme. Plus la charge virale est élevée, plus il y a des virus dans le sang.</p> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step2_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Le VIH fait des copies de lui-même à l’intérieur des cellules CD4, ce qui les détruit.</figcaption> </figure> <p>Par conséquent, les cellules CD4 diminuent, car le nombre croissant de copies de VIH en détruisent de plus en plus. Le terme numération des cellules CD4 renvoie au nombre de cellules CD4 dans le sang. Quand le nombre de cellules CD4 diminue, le système immunitaire s a de plus en plus de mal à lutter contre les infections et la personne tombe malade.Ces infections, qui sont normalement inoffensives chez les personnes séronégatives, se nomment infections ou maladies opportunistes.</p> <figure> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step3_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">À défaut de traitement, la numération de CD4 devient très faible, ce qui entraîne affaiblit le système immunitaire.​</figcaption> </figure> <h3>Différence entre le VIH et le sida</h3><p>L’infection à VIH (ou la séropositivité) signifie que le virus a pénétré l’organisme. Certaines personnes infectées ne présenteront aucun symptôme pendant une période assez longue, tandis que des maladies apparaîtront plus rapidement chez d’autres. Une fois que votre enfant contracte le VIH, il ne s’en sera débarrassera jamais.</p><p>Le sida est le syndrome d'immunodéficience acquise. Il s’agit du stade avancé de l’infection à VIH qui se manifeste quand le système immunitaire est si affaibli que les personnes infectées sont atteintes de maladies opportunistes. Cela se produit lorsque:</p><ul><li>la numération CD4 est très faible,</li><li>certains types d’infections graves ou de cancers apparaissent.</li></ul><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le VIH est un virus qui se loge dans certains globules blancs permettant à l’organisme de lutter contre les infections et les détruit.</li> <li>Sans traitement contre le VIH, il affaiblit le système immunitaire.</li> <li>Chez les bébés, l’infection à VIH peut être transmise par les mères séropositives pendant la grossesse, à l’accouchement ou lors de l’allaitement. Ils peuvent aussi être infectés au cours de transfusions de sang ou de produits de sang infectés, ainsi que par des seringues ou des instruments chirurgicaux contaminés.</li> <li>De nombreux problèmes de santé peuvent être évités lorsque l’infection à VIH est dépistée précocement.</li> <li>Les enfants séropositifs peuvent conserver la santé et vivre normalement s’ils obtiennent régulièrement des soins de leur centre VIH et prennent leurs médicaments de la manière prescrite.</li> </ul><h2>Comment les enfants sont-ils infectés par le VIH?</h2> <p>Chez les enfants, l’infection peut être due aux situations suivantes :</p> <ul> <li>Les femmes séropositives peuvent, à leur insu, transmettre le VIH à leur bébé pendant la grossesse, à l’accouchement ou durant l’allaitement. Certaines ne savent pas qu’elles sont infectées par le virus avant de devenir enceintes et de subir un test de dépistage. C’est de cette façon que la plupart des enfants sont infectés. Si vous êtes séropositive et enceinte, nous vous recommandons de consulter notre page Web <a>Le VIH et la grossesse</a>. Vous y apprendrez comment réduire le risque de transmission du virus à votre bébé et de quelle manière on détermine si votre bébé est infecté.</li> <li>Certains enfants contractent le VIH au cours d’une transfusion de sang ou de produits sanguins contaminés. Cependant, cela se produit rarement à l’heure actuelle étant donné qu’on fait le dépistage du VIH de tous les dons de sang dans la majorité des pays. De plus, les enfants peuvent être infectés par des seringues ou des instruments chirurgicaux contaminés. Toutefois, cela se produit dans les pays où le dépistage du VIH des dons destinés aux banques de sang n’est pas effectué et où les seringues et les instruments ne sont pas nettoyés et stérilisés de façon appropriée.</li> <li>Les adolescents qui ont des relations sexuelles non protégées ou les enfants ayant subi des sévices sexuels peuvent être infectés par le VIH.</li> <li>Le partage de seringues (pour l’injection de drogues) ou d’aiguilles (pour les tatouages ou le perçage corporel) ayant servi à une personne contaminée constitue un facteur de risque.</li> </ul><h2>Tests de dépistage du VIH</h2><p>​Le médecin ne peut pas vous dire si votre enfant est séropositif simplement en le regardant. En général, rien ne peut permettre de faire la distinction entre les enfants séropositifs et séronégatifs. Les infections d’autres types que présentent les enfants peuvent être causées par le VIH. Il peut toutefois s’agir d’infections que les enfants auraient contractées de toute manière.</p><h3>Tests de dépistage du VIH chez les bébés​</h3><p>Le médecin de votre bébé doit faire trois analyses analyses sanguines. La première est faite peu après la naissance et, d’habitude, la deuxième et la troisième se font respectivement à l’âge d’un mois et de deux mois. L’analyse sert à dépister le VIH dans le sang de votre bébé. Vous devez compter environ un mois avant que le médecin obtienne les résultats. Si ceux-ci sont négatifs (ne révèlent aucun virus), votre bébé est séronégatif, c’est-à-dire, qu’il n’a pas contracté le VIH.</p><h3>Tests de dépistage du VIH chez les enfants</h3><p>Chez les enfants plus âgés et les adultes, le test habituel de dépistage du VIH se sert des anticorps. Les <a href="/Article?contentid=926&language=French">anticorps </a> sont des protéines que fabrique le système immunitaire pour lutter contre les infections. Quand une personne est atteinte d’une infection ou se fait vacciner, son organisme crée des anticorps pour combattre le microbe qui l’a rendu malade ou qui a été utilisé pour produire le vaccin.</p><p>Les personnes dont le sang contient des anticorps du VIH sont habituellement séropositives. Malheureusement, ces anticorps ne protègent pas l’organisme contre le VIH.</p><p>L’analyse des anticorps ne peut pas être utilisée pour les bébés étant donné que pendant la grossesse, les mères leur transmettent certains de leurs propres anticorps. Cela veut dire que les analyses des anticorps révéleront invariablement la présence d’anticorps du VIH chez les bébés auxquels ont donné naissance des femmes séropositives même s’ils ne sont pas infectés par le VIH.</p> <figure> <span class="asset-image-title">Anticorps anti-VIH traversent le placenta​</span> <img src="https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_crossing_placenta_MED_ILL_FR.jpg" alt="" /> <figcaption class="asset-image-caption">Les anticorps anti-VIH de la mère peuvent être transmis au bébé pendant la grossesse. L’analyse des anticorps chez les nouveaux-nés ne permet donc pas de déceler avec exactitude la présence du VIH.​</figcaption> </figure> <h3>Tests de suivi de l’infection à VIH</h3><p>Des analyses de sang de votre enfant seront effectuées à des intervalles de trois à quatre mois afin de faire le suivi de l’infection. Deux tests seront réalisés à cette fin:</p><ul><li>La charge virale sera déterminée afin de mesurer la quantité de copies du VIH dans le sang. La mesure de la charge virale est exprimée en nombre de copies (c)de virus par millilitre (pm) de sang (cpm).</li><li>On déterminera également la numération des cellules CD4. Les résultats de ce test permettent à l’équipe de soins de santé de savoir dans quelle mesure le système immunitaire fonctionne normalement. La numération habituelle de cellules CD4 chez les enfants varie selon l’âge.</li></ul><h2>Traitements de l’infection à VIH</h2> <p>Les deux principaux types de traitement des enfants et des adolescents séropositifs sont:</p> <ul> <li>l’administration de médicaments pour le traitement de l’infection à VIH,</li> <li>l’administration de médicaments pour prévenir d’autres types d’infections.</li> </ul> <h3>Médicaments servant au traitement de l’infection au VIH</h3> <p>Les médicaments servant au traitement de l’infection au VIH empêchent le virus de se répliquer ou de pénétrer les cellules CD4. Ils s’appellent antirétroviraux (ARV).</p> <p>La plupart du temps, le traitement consiste à prendre un minimum de trois types de médicaments. Quand ces derniers sont pris en association, on parle souvent de thérapie antirétrovirale combinée ou de traitement antirétroviral hautement actif (TAHA). Comme le TAHA diminue le risque de résistance à l’un ou l’autre des médicaments, il constitue le traitement le plus efficace à long terme. La combinaison des médicaments permet de diminuer les nombre de pilules à prendre quotidiennement.</p> <p>Pour que ces médicaments soient efficaces, ils doivent être pris régulièrement de la manière prescrite sans sauter de dose. En vous conformant au traitement de façon appropriée, votre enfant peut conserver la santé et vivre normalement.</p> <p>Pour plus de renseignements au sujet de médicaments spécifiques, consultez le site Web <a href="http://www.sickkids.ca/Go-Positive/Medications/index.html">Positively Good 2 Go</a> (en anglais seulement) de SickKids.</p> <h3>Médicaments servant à prévenir d’autres infections</h3> <p>D’autres sortes de médicaments sont administrés pour lutter contre toute autre infection. Par exemple, le triméthoprime-sulfaméthoxazole (Septra) est donné pour prévenir un certain type de pneumonie grave. Les enfants ne prennent toutefois pas tous ces médicaments préventifs. Ceux-ci ne sont prescrits que si leur système immunitaire est trop affaibli pour prévenir les infections de ce type.</p> <p>Gestion des médicaments anti-VIH</p> <p>Votre enfant peut devoir prendre des médicaments anti-VIH. Votre fournisseur de soins de santé tiendra compte, entre autres, des facteurs suivants pour amorcer son traitement:</p> <ul> <li>ses antécédents médicaux (temps qui s’est écoulé depuis le diagnostic, symptômes et autres infections),</li> <li>sa numération de cellules CD4,</li> <li>sa charge virale.</li> </ul> <p>L’équipe de soins de santé discutera avec vous des possibilités de traitement de votre enfant. Il existe de nombreuses associations possibles de médicaments. Vous et l’équipe devrez choisir une combinaison efficace pour votre enfant.</p> <p>À mesure que vous apprenez à gérer les médicaments, vous connaîtrez ce en quoi consiste :</p> <ul> <li>eur efficacité : dans quelle mesure ils permettent de réduire la charge virale et d’augmenter la numération de cellules CD4 de votre enfant,</li> <li>leur durée d’action : combien de temps ils demeurent efficaces chez votre enfant,</li> <li>leur tolérance : la facilité avec laquelle votre enfant les prend ainsi que leurs effets secondaires éventuels et leur gravité.</li> </ul> <h3>Comment administrer les médicaments</h3> <p>La dose et la fréquence d’administration varient selon chaque médicament. Votre équipe de soins de santé vous dira comment et quand administrer les médicaments prescrits à votre enfant.</p> <p>Les médicaments ne seront efficaces que si votre enfant les prend tous les jours à l’heure fixée. Il peut être difficile de respecter l’horaire de prise de médicaments, mais la santé à long terme de votre enfant en dépend.</p> <h3>L’importance de ne pas oublier de donner à votre enfant ses médicaments</h3> <p>Le fait de sauter des doses de médicaments peut permettre au virus de se répliquer plus facilement, ce qui augmenterait donc la quantité de copies de VIH (charge virale accrue) dans le sang de votre enfant. Lorsque la charge virale augmente, le virus peut acquérir une résistance aux médicaments et peut affaiblir davantage le système immunitaire. Le fait de sauter quelques doses est suffisant pour provoquer ces phénomènes. Si le virus acquiert une résistance aux médicaments de votre enfant, d’autres antiviraux agissant de façon similaire risquent également d’être inefficaces.</p> <p>NE cessez PAS de donner les médicaments prescrits à votre enfant sans en parler préalablement à votre médecin.</p> <h2>Effets secondaires des médicaments anti-VIH</h2> <p>La plupart des gens ne présentent aucun effet secondaire des médicaments anti-VIH. Lorsque des effets secondaires se manifestent, leur importance s’échelonne de très faible à très grave. Chaque médicament provoque ses propres effets secondaires, mais ils ont également en commun. Certains effets secondaires courants sont présentés ci-dessous en fonction de leur incidence (du plus courant au plus rare).</p> <h3>Troubles de l’appareil digestif</h3> <p>Les effets secondaires les plus souvent et communément observés chez les personnes prenant des médicaments anti-VIH sont des troubles de l’estomac ou des intestins, à savoir des nausées, des <a>vomissements</a>, lla perte d’appétit, des <a>diarrhées </a> et la flatulence. L’équipe de soin peut employer le terme symptômes gastro-intestinaux (GI) pour désigner ces troubles.</p> <p>L’infection à VIH peut aussi provoquer des troubles digestifs.</p> <p>Voici des conseils pour composer avec les symptômes GI de votre enfant:</p> <ul> <li>donnez-lui des repas légers fréquents,</li> <li>donnez-lui une collation salée avant qu’il prenne ses médicaments,</li> <li>choisissez des aliments fades, inodores et froids.</li> </ul> <h3>Éruption cutanée</h3> <p>Les éruptions cutanées sont aussi des effets secondaires relativement courants des médicaments antirétroviraux. Dans certains cas, elles sont légères et disparaissent avec le temps sans avoir à cesser l’administration des médicaments à votre enfant. Cependant, dans d’autres cas, il peut s’agir d’un effet secondaire grave. Signalez toute éruption cutanée qui se manifeste pour la première fois à votre médecin, particulièrement si elle se produit dans le mois ou les deux mois qui suivent le moment où votre enfant a commencé à prendre un nouveau médicament.</p> <h3>Réactions allergiques</h3> <p>Avant de commencer à donner tout médicament anti-VIH à votre enfant, signalez à votre médecin toute réaction allergique à d’autres médicaments qu’a eu votre enfant auparavant. </p> <p>Les éruptions cutanées que causent les médicaments anti-VIH sont habituellement légères ou modérées et ne présentent aucun danger. Toutefois, dans de rares cas, elles peuvent empirer et avoir des conséquences plus graves. Elles sont alors accompagnéesde fièvre, de nausées ou de vomissements, de cloques ou de douleurs musculaires ou articulaires. Il est donc préférable d’amener votre enfant chez le médecin s’il présente une éruption cutanée.</p> <h3>Syndrome lipodystrophique</h3> <p>Certains médicaments anti-VIH peuvent causer le syndrome lipodystrophique. Ce dernier consiste en une redistribution de la graisse dans l’organisme. Par exemple, la graisse du visage peut diminuer et celle du ventre peut augmenter. Le syndrome lipodystrophique peut aussi accroître les taux de sucre, d’insuline et de graisse dans le sang, ce qui peut avoir des répercussions à long terme sur la santé.</p> <h3>Toxicité du foie</h3> <p>Les médicaments anti-VIH peuvent endommager le foie, bien que cela ne se produise que très rarement. Les symptômes sont, entres autres, les suivants :</p> <ul> <li>nausées et vomissements,</li> <li>douleurs abdominales (maux de ventre),</li> <li>urine de couleur foncée,</li> <li>jaunissement des yeux et de la peau.</li> <li>Les dommages sont réversibles si vous cessez l’administration des médicaments assez rapidement. Des analyses de sang seront faites régulièrement pour surveiller les effets des médicaments sur le foie de votre enfant.</li> </ul> <h3>Gestion des effets secondaires</h3> <p>Signalez toujours dès que possible à votre équipe de soins de santé les symptômes de votre enfant, car ces manifestations peuvent être provoquées par un médicament. Il peut être indiquer que votre enfant continue de prendre le médicament si les effets secondaires ne sont pas trop graves étant donné qu’ils sont susceptibles de s’atténuer ou de disparaître d’eux-mêmes.</p> <p>Si un effet secondaire est important ou que votre enfant ne peut pas le supporter, il devra peut-être cesser de prendre le médicament.</p> <p>Assurez-vous que votre équipe de soins de santé connaît tous les médicaments et les suppléments (comme les vitamines et les herbes médicinales) que votre enfant prend, car les effets secondaires peuvent parfois être causés par des interactions entre eux.</p> <p>Vous devriez aussi discuter avec votre équipe de soins de santé des effets secondaires possibles de tout nouveau médicament (y compris tous ceux qui sont naturels et à base d’herbes médicinales) avant que votre enfant commence le traitement.</p> <h3>​Interactions entre les médicaments</h3> <p>Les antirétroviraux peuvent réagir avec d’autres médicaments, lesquels peuvent en accentuer ou en affaiblir l’effet. Dans certains cas, ce sont les antirétroviraux qui augmenteront ou réduiront l’effet d’autres médicaments.</p> <p>Conservez une liste de tous les médicaments que votre enfant prend, y compris les autres médicaments sur ordonnance et ceux en vente libre dans les pharmacies ainsi que les vitamines et les suppléments à base d’herbes médicinales.</p><h2>Divulgation</h2> <p>La divulgation est le fait de dévoiler aux autres personnes que vous ou votre enfant êtes porteurs du VIH. Les renseignements sur votre état sont confidentiels.</p> <p>Il est néanmoins dans l’intérêt de votre enfant et dans le vôtre de divulguer ce fait aux médecins et aux autres professionnels de soins de santé comme le dentiste que vous consultez pour obtenir les meilleurs soins possibles.</p> <p>Vous et votre adolescent devez réfléchir au fait de dévoiler votre état à un partenaire avant d’avoir des rapports sexuels, et en discuter. Au Canada, vous êtes maintenant tenu en vertu de la loi de divulguer votre séropositivité à toute personne avant d’avoir des relations sexuelles avec elle. Vous pourriez faire l’objet d’accusations au criminel si vous dissimulez délibérément votre état à un partenaire sexuel. La divulgation est un moyen de protéger votre partenaire et vous-même. Vous et votre adolescent pouvez adopter des pratiques sexuelles sûres et, de cette manière, prévenir la propagation d’infections transmises sexuellement (ITS).</p>https://assets.aboutkidshealth.ca/akhassets/HIV_cell_invasion_step1_MED_ILL_EN.jpg

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.