AboutKidsHealth (FR) AKH-Article

 

 

Maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps (traitement)MMaladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps (traitement)Antibody-mediated inflammatory brain disease (treatment)FrenchImmunologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainImmune systemDrug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2013-05-13T04:00:00Z11.000000000000043.0000000000000789.000000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Les maladies inflammatoires du cerveau liées à la présence d’anticorps sont traitées à l’aide de médicaments pour contrôler l’inflammation active et éliminer les anticorps qui provoquent la maladie.</p><h2>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps</h2> <p>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps <a href="/Article?contentid=927&language=French">maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps</a> sont :</p> <ol> <li>La maîtrise de l’inflammation active</li> <li>La réduction et, en définitive, l’élimination des anticorps pathogènes</li> </ol> <p>Différents traitements peuvent être mis en œuvre pour atteindre ces objectifs. Pour l’essentiel, ceux administrés à l’heure actuelle sont toutefois les suivants :</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps vise à contrôler l’inflammation active et à éliminer les anticorps qui provoquent la maladie.</li> <li> Le traitement peut comprendre la prednisone, le rituximab, l’immunoglobuline intraveineuse et la plasmaphérèse.</li> <li>Il est important de vous assurer que le dossier de vaccination de votre enfant soit à jour parce que le traitement peut inhiber le système immunitaire. Cependant, votre enfant ne devrait pas prendre de vaccins vivants pendant le traitement.</li> </ul><h2>​Traitement par prednisone</h2> <p>La <a href="/Article?contentid=221&language=French">prednisone</a> est un stéroïde qui inhibe différentes cellules immunitaires dans l’organisme. Par conséquent, elle joue un rôle essentiel dans la prévention de l’inflammation associée aux réactions liées à la présence d’anticorps. En général, la prednisone est un des médicaments de première intention quand les médecins croient que le système immunitaire joue un ​rôle dans les symptômes d’un enfant. La prednisone est administrée pendant une longue période pour permettre au système immunitaire de se réinitialiser et de produire de nouvelles cellules immunitaires qui n’attaquent pas les protéines du patient. Votre médecin réduira progressivement la dose de prednisone. Le respect de ce schéma posologique est très important pour que l’organisme puisse s’adapter correctement aux changements.</p> <p>Malheureusement, la prednisone a plusieurs effets secondaires désagréables, dont voici les principaux : </p> <ul> <li>Prise de poids, en particulier aux joues et au ventre</li> <li>Augmentation de la pilosité, vergetures, acné</li> <li>Hypertension, hyperglycémie, dégradation de la santé osseuse</li> <li>Risque plus élevé d’infection</li> </ul> <p>La bonne nouvelle est que bon nombre de ces effets secondaires sont réversibles et que leur gravité tend à diminuer de pair avec la dose.</p> <h2>Traitement par rituximab</h2> <p>Le <a href="/Article?contentid=233&language=French">Rituximab</a> est un agent biologique qui cible les lymphocytes B. Pour rappel, les lymphocytes B sont les cellules immunitaires responsables de la production des anticorps. Le rituximab agit par déplétion des lymphocytes B de l’organisme, inhibant ainsi la production des auto-anticorps à l’origine de l’inflammation dans le cerveau. Les anciens lymphocytes B finissent par être remplacés par une nouvelle population – saine – de lymphocytes B.</p> <p>Le rituximab est administré par voie intraveineuse, à l’hôpital, sur plusieurs heures. Cette technique est connue sous le nom de perfusion. L’administration de rituximab peut s’accompagner d’effets secondaires pendant ou juste après la ​perfusion. D’autres effets secondaires possibles chez l’enfant qui prend du rituximab sont entre autres : </p> <ul> <li>Fatigue</li> <li>Raideur musculaire</li> <li><a href="/Article?contentid=30&language=French">Fièvre</a>, frissons</li> <li>Risque plus élevé d’infection </li> </ul> <h2>Traitement par immunoglobulines intraveineuses</h2> <p>Les <a href="/Article?contentid=161&language=French">immunoglobulines intraveineuses (IgIV) </a> sont un produit sanguin administré par voie intraveineuse composé d’anticorps mélangés provenant de centaines de donneurs de sang. Les IgIV sont efficaces dans deux situations particulières :</p> <ol> <li>quand le système immunitaire attaque les protéines de l’organisme, comme dans les affections inflammatoires liées à la présence d’anticorps</li> <li>en cas de suppression ou d’inhibition du système immunitaire. Cette situation se produit chez les patients qui ont un très faible taux de globules blancs dans le sang.</li> </ol> <p>Les anticorps des donneurs agissent contre la maladie liée à la présence d’anticorps en se liant à l’auto-anticorps anormal et en stimulant son élimination. En outre, les IgIV étant composées d’anticorps provenant de centaines de donneurs, elles contribuent également à renforcer le système immunitaire en assurant la même fonction que les anticorps natifs de l’organisme.</p> <p>Les IgIV sont très bien tolérées. Des réactions à la perfusion sont possibles, mais elles peuvent être réduites ou stoppées en modifiant la vitesse de la perfusion. </p> <h2>Traitement par plasmaphérèse</h2> <p>La plasmaphérèse est une intervention réservée aux patients très malades. Il s’agit d’une technique de purification du sang qui ​s’utilise le plus souvent chez les patients atteints d’une maladie auto-immune. Elle consiste à prélever du sang à un patient par un cathéter inséré dans une veine. Le sang est filtré pour séparer la fraction liquide, le plasma, de la fraction cellulaire qui contient tous les globules rouges et blancs. Le plasma est prélevé, remplacé et retourné au patient par perfusion. Les anticorps circulent dans le plasma. La plasmaphérèse agit en éliminant du plasma tous les anticorps circulants tenus pour responsables de l’inflammation dans l’organisme.</p>

 

 

 

 

Maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps (traitement)1174.00000000000Maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps (traitement)Antibody-mediated inflammatory brain disease (treatment)MFrenchImmunologyChild (0-12 years);Teen (13-18 years)BrainImmune systemDrug treatmentCaregivers Adult (19+)NA2013-05-13T04:00:00Z11.000000000000043.0000000000000789.000000000000Health (A-Z) - ProcedureHealth A-Z<p>Les maladies inflammatoires du cerveau liées à la présence d’anticorps sont traitées à l’aide de médicaments pour contrôler l’inflammation active et éliminer les anticorps qui provoquent la maladie.</p><h2>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps</h2> <p>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps <a href="/Article?contentid=927&language=French">maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps</a> sont :</p> <ol> <li>La maîtrise de l’inflammation active</li> <li>La réduction et, en définitive, l’élimination des anticorps pathogènes</li> </ol> <p>Différents traitements peuvent être mis en œuvre pour atteindre ces objectifs. Pour l’essentiel, ceux administrés à l’heure actuelle sont toutefois les suivants :</p><h2>À retenir</h2> <ul> <li>Le traitement de la maladie inflammatoire du cerveau liée à la présence d’anticorps vise à contrôler l’inflammation active et à éliminer les anticorps qui provoquent la maladie.</li> <li> Le traitement peut comprendre la prednisone, le rituximab, l’immunoglobuline intraveineuse et la plasmaphérèse.</li> <li>Il est important de vous assurer que le dossier de vaccination de votre enfant soit à jour parce que le traitement peut inhiber le système immunitaire. Cependant, votre enfant ne devrait pas prendre de vaccins vivants pendant le traitement.</li> </ul><h2>Qu’en est-il des vaccins?​</h2> <p>Étant donné que bon nombre des traitements des maladies inflammatoires du cerveau suppriment la réponse immunitaire, vous devez absolument vous assurer que votre enfant a reçu tous ses vaccins. Cependant, pendant le traitement, il ne pourra recevoir aucun vaccin vivant. Les vaccins vivants sont une méthode d’immunisation qui déclenche la réponse immunitaire à l’aide d’une forme atténuée du microorganisme. Voici des exemples de vaccins vivants :</p> <ul> <li>ROR (<a href="/Article?contentid=752&language=French">rougeole</a>, <a href="/Article?contentid=753&language=French">oreillons</a>, <a href="/Article?contentid=758&language=French">rubéole</a>) </li> <li><a href="/Article?contentid=760&language=French">Varicelle (picote)</a> </li> <li>Vaccin antigrippal oral </li> </ul> <p>Les patients atteints de troubles inflammatoires liés à la présence d’anticorps prennent des médicaments similaires à ceux prescrits aux patients atteints d’autres maladies inflammatoires du cerveau telles que la <a href="/Article?contentid=914&language=French">vascularite du SNC</a>.</p><h2>​Traitement par prednisone</h2> <p>La <a href="/Article?contentid=221&language=French">prednisone</a> est un stéroïde qui inhibe différentes cellules immunitaires dans l’organisme. Par conséquent, elle joue un rôle essentiel dans la prévention de l’inflammation associée aux réactions liées à la présence d’anticorps. En général, la prednisone est un des médicaments de première intention quand les médecins croient que le système immunitaire joue un ​rôle dans les symptômes d’un enfant. La prednisone est administrée pendant une longue période pour permettre au système immunitaire de se réinitialiser et de produire de nouvelles cellules immunitaires qui n’attaquent pas les protéines du patient. Votre médecin réduira progressivement la dose de prednisone. Le respect de ce schéma posologique est très important pour que l’organisme puisse s’adapter correctement aux changements.</p> <p>Malheureusement, la prednisone a plusieurs effets secondaires désagréables, dont voici les principaux : </p> <ul> <li>Prise de poids, en particulier aux joues et au ventre</li> <li>Augmentation de la pilosité, vergetures, acné</li> <li>Hypertension, hyperglycémie, dégradation de la santé osseuse</li> <li>Risque plus élevé d’infection</li> </ul> <p>La bonne nouvelle est que bon nombre de ces effets secondaires sont réversibles et que leur gravité tend à diminuer de pair avec la dose.</p> <h2>Traitement par rituximab</h2> <p>Le <a href="/Article?contentid=233&language=French">Rituximab</a> est un agent biologique qui cible les lymphocytes B. Pour rappel, les lymphocytes B sont les cellules immunitaires responsables de la production des anticorps. Le rituximab agit par déplétion des lymphocytes B de l’organisme, inhibant ainsi la production des auto-anticorps à l’origine de l’inflammation dans le cerveau. Les anciens lymphocytes B finissent par être remplacés par une nouvelle population – saine – de lymphocytes B.</p> <p>Le rituximab est administré par voie intraveineuse, à l’hôpital, sur plusieurs heures. Cette technique est connue sous le nom de perfusion. L’administration de rituximab peut s’accompagner d’effets secondaires pendant ou juste après la ​perfusion. D’autres effets secondaires possibles chez l’enfant qui prend du rituximab sont entre autres : </p> <ul> <li>Fatigue</li> <li>Raideur musculaire</li> <li><a href="/Article?contentid=30&language=French">Fièvre</a>, frissons</li> <li>Risque plus élevé d’infection </li> </ul> <h2>Traitement par immunoglobulines intraveineuses</h2> <p>Les <a href="/Article?contentid=161&language=French">immunoglobulines intraveineuses (IgIV) </a> sont un produit sanguin administré par voie intraveineuse composé d’anticorps mélangés provenant de centaines de donneurs de sang. Les IgIV sont efficaces dans deux situations particulières :</p> <ol> <li>quand le système immunitaire attaque les protéines de l’organisme, comme dans les affections inflammatoires liées à la présence d’anticorps</li> <li>en cas de suppression ou d’inhibition du système immunitaire. Cette situation se produit chez les patients qui ont un très faible taux de globules blancs dans le sang.</li> </ol> <p>Les anticorps des donneurs agissent contre la maladie liée à la présence d’anticorps en se liant à l’auto-anticorps anormal et en stimulant son élimination. En outre, les IgIV étant composées d’anticorps provenant de centaines de donneurs, elles contribuent également à renforcer le système immunitaire en assurant la même fonction que les anticorps natifs de l’organisme.</p> <p>Les IgIV sont très bien tolérées. Des réactions à la perfusion sont possibles, mais elles peuvent être réduites ou stoppées en modifiant la vitesse de la perfusion. </p> <h2>Traitement par plasmaphérèse</h2> <p>La plasmaphérèse est une intervention réservée aux patients très malades. Il s’agit d’une technique de purification du sang qui ​s’utilise le plus souvent chez les patients atteints d’une maladie auto-immune. Elle consiste à prélever du sang à un patient par un cathéter inséré dans une veine. Le sang est filtré pour séparer la fraction liquide, le plasma, de la fraction cellulaire qui contient tous les globules rouges et blancs. Le plasma est prélevé, remplacé et retourné au patient par perfusion. Les anticorps circulent dans le plasma. La plasmaphérèse agit en éliminant du plasma tous les anticorps circulants tenus pour responsables de l’inflammation dans l’organisme.</p><h2>Autres options thérapeutiques</h2> <p>Il faut noter que les patients ne répondent pas tous de la même manière à ces traitements. Divers facteurs ont un impact sur le processus morbide ainsi que sur la réponse au traitement. Pour cette raison, il n’existe pas de protocole thérapeutique absolu. La recherche se poursuit; notre connaissance de ces maladies rares progresse chaque jour. D’autres médicaments ont été étudiés et ont fait leurs preuves dans des groupes particuliers de patients, notamment : </p> <ul> <li>L’azathioprine ou Imuran (Costanzi et al., 2011)</li> <li>Le tocilizumab, un autre agent biologique qui cible le récepteur d’une cytokine (Araki et al., 2012) </li> <li>Le cyclophosphamide (Dalmau et al., 2008; Hughes et al., 2010) </li> </ul> <p>Divers traitements peuvent également être ajoutés pour la prise en charge des symptômes et des effets secondaires, par exemple des antiépileptiques, des antibiotiques et des antipsychotiques. </p>

Nous tenons à remercier nos commanditaires

AboutKidsHealth est fier de collaborer avec les commanditaires suivants, qui nous aident à accomplir notre mission, qui consiste à améliorer la santé et le mieux-être des enfants canadiens et étrangers, en leur donnant accès sur Internet à des renseignements sur les soins de santé.

Nos Sponsors